AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1666
» points : 3472
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Tinker
» multicomptes : Coleen & James
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Ven 19 Mai - 17:33

Bacchus has drowned more men, than Neptune


Putain mais pourquoi s’était-il mis dans un état pareil ? Quoique non, il ne valait mieux pas qu’Elias repense aux raisons qui l’avaient poussé à agir ainsi. Rien que de revoir le visage dur, fermé de son frère, il avait envie de s’anesthésier un peu plus les pensées pour jouir d’un brin de repos dans cette torture incessante. Le plus simple pour se préserver était peut-être de considérer qu’il n’avait plus de frères mais il n’arrivait pas non plus à s’y résoudre. Il n’avait pas hérité de cette faculté qui semblait si facile pour ses aînés. Ils avaient tellement compté pour lui, ils comptaient encore malgré tout même à présent qu’il réalisait que tout ça n’était sûrement qu’une chimère dans sa tête. Les liens qu’il avait cru les unir n’existaient finalement pas. Pour autant, les vertiges, la nausée, la tête qui tambourinait comme si un marteau piqueur s’amusait à y verser des trous, il s’en serait volontiers passé, même si une petite voix dans sa tête lui rappelait que c’était le prix à payer de sa bêtise. L’euphorie procurée par l’alcool avait été de courte durée. Bien trop courte. Il faut dire que, pour son organisme qui était habitué à bien plus, il n’avait pas tant bu que ça alors forcément, la chute était d’autant plus rapide. Et même s’il avait eu une bouteille à portée de main, il aurait résisté pour ne pas céder. Pas pour lui non, ça pour l’heure, il s’en foutait royalement. A quoi bon lutter pour lui-même ? Se détruire, c’était ce qu’il savait faire de mieux après tout. Mais le bon samaritain ne méritait pas d’être entraîné dans sa déchéance. Alors pour lui, Elias savait qu’il aurait tenu. Ou essayer en tout cas. De toute façon, la question ne se posait pas. Il était trop faible pour chercher dans l’échoppe s’il restait quoique ce soit à boire et il était certain que, pour ça, le brun ne l’aiderait pas.

« Ça touche aussi les zombies ? Parce que ça peut être pratique s’ils flippent et se barrent en courant. » réussit-il à bafouiller quand Christopher lui expliqua sa mutation.

Il devait en être réduit, comme tout le monde, à chercher à comprendre comment contrôler son « don ». Et Elias se demandait aussi ce qui pouvait bien déterminer la nature de leur mutation. Il avait fini par se dire que c’était la génétique qui en faisait survivre certains puisqu’il avait croisé plusieurs cas de de frères et sœurs qui avaient survécu à la maladie ensemble. Ulysse et lui en étaient d’ailleurs un exemple. Bien sûr, ils n’en avaient pas discuté mais l’italien savait que Kaleb avait muté… ce n’était pas donc compliqué de faire le lien pour son frère. Ce qui, d’ailleurs, lui laissait à penser que Rick devait aussi être vivant. Vivant… c’était tellement étrange de penser ainsi après tant d’années. Mais pour ce qui était des facultés que ça leur donnait, il ne voyait aucune logique. Non qu’il y ait un quelconque intérêt à comprendre ceci dit mais se prendre la tête là-dessus lui évitait de ressasser d’autres idées plus sombres. Parce que le bon samaritain avait beau dire, Elias ne réussissait pas à voir les choses comme lui. C’était stupide… à n’importe qui à sa place, il aurait dit les mêmes choses que Christopher mais lui ne pouvait s’enlever de la tête qu’il avait forcément dû faire ou plutôt qu’il n’avait pas été assez bien pour retenir ses aînés et sauver son père de la profonde dépression dans laquelle ça l’avait plongé. Après tout, il n’avait pas été le fils idéal, loin s’en faut. Plongé dans son propre désarroi, il avait enchaîné les conneries, en colère contre le monde entier. Pas étonnant que son père ait préféré se refermer comme une huître plutôt que de vivre la honte d’avoir un fils pareil. Mais tout ça, c’était ancré si profondément en lui qu’il n’arriva pas à en parler. La boule qu’il avait dans la gorge se refusait à le laisser faire et puis, il ne voulait pas que son sauveur ait une plus piètre opinion de lui que ça ne devait déjà être le cas. Il se contenta donc de hocher la tête, sans aucune conviction.

« Ça ira. J’ai pas de quoi en être fier mais j’ai été déjà bien plus imbibé que ça. »

Là, il marchait presque droit, c’était bon signe. Ce n’était pas tant la cuite qu’il craignait mais bien ce qui allait venir juste après. Au moins, le temps qu’il était ivre, que l’alcool était dans son sang, il n’avait pas à subir les effets du manque. Piètre consolation pour quiconque n’avait jamais eu à traverser ça. Lui savait clairement ce qui l’attendait et c’était tout sauf glorieux. Ils sortirent donc et Elias se laissa guider par son sauveur jusque chez lui. L’air frais et la marche lui remirent un peu les idées en place et il regrettait déjà de s’être tant confié. Parce qu’il avait honte, d’abord, mais aussi parce qu’il n’aurait jamais dû imposer son fardeau à celui qui se montrait si gentil avec lui. Ce n’était pas fair-play de sa part, loin de là. Il faillit s’étaler par terre plus d’une fois, surtout quand il fallut monter les escaliers mais finalement, ils étaient arrivés. Elias se laissa guider vers le lit, protestant à peine quand Christopher le força à se coucher. Il commençait à se sentir vraiment mal, ses mains tremblant incontrôlablement et la nausée se faisant plus forte. Et même s’il ne disait rien, il avait peur. Peur de la souffrance qui allait venir, peur de ne pas être capable d’affronter ce qui l’attendait. Ce n’était pas son premier sevrage mais jusqu’à présent, il les avait toujours fait dans une clinique médicalisée, avec des traitements qui minimisaient les effets les plus terribles. Ça n’était pas sans danger de se lancer là-dedans sans suivi mais quel choix lui restait-il ? Il restait juste à espérer qu’il serait assez fort - autant mentalement que physiquement. Alors oui, ça le terrorisait.

« Ils étaient tout pour moi. Je pensais qu’on était proche mais, de toute évidence, ce n’était pas un sentiment réciproque. Naïveté du gamin stupide que j’étais. Que je suis encore. »

Il n’était peut-être plus un gamin mais il était toujours aussi stupide à s’accrocher à de vains espoirs. Si seulement il arrivait à se faire une raison, à vivre avec ce trou béant dans son cœur, il n’aurait plus à en souffrir. Il le savait alors pourquoi n’était-il pas foutu d’en prendre conscience et d’agir en conséquence ? Christopher était bien plus sage que lui sur le sujet et pourtant, quelque chose dans ses mots laissait à penser qu’il avait eu sa part de malheur. Qu’il avait appris à vivre avec.

« Vous non plus, ce n’est pas simple avec votre frère ? »

Ca lui avait paru comme une évidence et la question était sortie toute seule. C’était pourtant bien indiscret et il regrettait déjà de l’avoir posé. Plus que tout, il ne voulait pas gêner le bon samaritain mais c’était aussi une façon de lui faire comprendre qu’il pouvait être à l’écoute lui-aussi. Du moins, le temps qu’il avait encore ses esprits et qu’il ne se mettait pas à divaguer.

« Il n’y a pas grand chose à faire à part attendre. Mon corps doit évacuer les toxines, en espérant qu’il ne flanche pas pendant le processus. Et que je ne vous attire pas d’ennuis. »

Et en parlant de ça, le temps qu’il avait encore à peu près conscience des choses, Elias se devait de rajouter une chose importante à ses yeux, cruciale même :

« Si jamais la situation devient dangereuse… n’essayez pas de me sauver à tout prix, pensez d’abord à vous. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/02/2017
» messages : 316
» points : 828
» avatar : Kit Harington.
» crédits : La forteresse oubliée.
» multicomptes : Matthou & Elliot

» pouvoir : Contrôle de la peur.
» appartenance : Moi-même ♥
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Mer 7 Juin - 2:40


Bacchus has drowned more men than Neptune.

Christopher n'aimait pas parler de son pouvoir, mais que pouvait-il faire d'autre ? Elias se confiait tellement à lui, alors parler de son don, ce n'était vraiment pas grand-chose à côté. Mais ça n'empêchait pas le fait qu'il détestait cette chose, et que s'il pouvait, il l'échangerait. Ou du moins, il souhaiterait pouvoir le contrôler totalement, mais encore. Avoir ce contrôle sur les autres, sur leur peur, ce n'était pas quelque chose qu'il aimait avoir. Il trouvait ça tellement injuste et ridicule, et plus il découvrait de nouvelles personnes avec des pouvoirs, plus il se disait qu'ils étaient tous totalement ridicules et injustes. Entre les gens qui contrôlaient un élément naturel, les pensées, les sentiments, qui pouvaient créer des choses à partir de rien, bref, les survivants normaux avaient donc très peu de chance de prendre le dessus. C'était ça, l'évolution ? Des zombies et des mecs qui peuvent faire des glaçons avec leurs mains ? Bon dieu, l'humanité était réellement partie en cacahuète, c'était pas possible. « Malheureusement, les zombies ont perdu toute notion de la peur. Ça ne touche que les humains et les animaux, c'est déjà... pas mal. » Concrètement, c'était déjà trop de gens qu'ils pouvaient faire souffrir, sans même le vouloir en temps normal. Il aurait pas pu hériter d'un truc idiot, comme de faire pousser des plantes sans terre ? Non, c'était genre trop demandé ou quoi ? Bref, il détestait ça, point final. Il avait remarqué qu'Elias en possédait un lui aussi, et ça n'avait pas l'air d'être super pratique tout le temps. En même temps, quel pouvoir venait avec seulement des points positifs ? Dans tous les cas, c'est pas une partie de plaisir.

Elias n'avait pas réellement émis de protestation pour se rendre chez Christopher, et celui-ci eut presque envie de lui faire la morale. Non mais, depuis quand on acceptait aussi facilement de se rendre chez des inconnus ? Et surtout, depuis quand parlait-il comme s'il était la mère de ce pauvre homme, nom de dieu ? Plus il passait du temps avec d'autres survivants, plus il se trouvait grotesque. Avant ça, il haïssait être entouré de monde, et ne se mêlait que de ses problèmes, évitant le plus possible les contacts humains. Et maintenant, tout ça lui manquait... Enfin, ils étaient arrivés chez le jeune banquier, et à vrai dire, ça n'avait pas été le moment préféré de sa petite vie. Mais il compatissait avec le pauvre Elias, et il n'arrivait même pas à s'imaginer le laisser seul au milieu de nulle part. Encore moins depuis qu'il lui avait raconté son histoire, ou du moins la partie qui semblait vraiment le faire souffrir, au point de le pousser au suicide et à faire des conneries. C'était d'ailleurs bien sa chance, de devoir donner des conseils à quelqu'un sur ses relations familiales, surtout avec son père et ses frères. C'était le destin ou le karma sûrement, parce que là, ça faisait un peu trop pour lui. « Ce n'était pas de la naïveté. On espère tous recevoir de l'amour des gens qu'on aime, quitte à s'en rendre malade et à en être aveugle. Dans un sens, c'est l'essence même de l'être humain : l'amour. » Ou peut-être que lui aussi devrait boire un bon coup et arrêter de sortir des conneries qu'il comprenait à peine.

Et bien entendu, ils en étaient venu à lui. À son frère. Ah bah merde, dit donc. Il ne releva pas immédiatement la question, écoutant la suite des explications. Fronçant les sourcils, il se tourna vers son invité en mauvais état. « Situation dangereuse ? À moins que vous n'ayez caché des mini zombies dans votre poche, je pense pouvoir gérer, ne vous inquiétez pas. » Enfin, il espérait, parce que franchement, il était pas très doué non plus. Essayera-t-il de se faire du mal ? Il n'y avait pas grand-chose ici qui pourrait le blesser, à part les quelques lames de rasoir qui se trouvaient dans la salle de bain, ou du moins ce qu'il en restait. Et d'ici là qu'il atteigne la salle d'eau... ouais, non, il n'y arrivera pas. Ils étaient tranquillement posés, un silence s'installant lorsque Christopher se décida enfin à répondre à la question personnel qui lui avait été posée. « Pour vous répondre, mon frère et moi, on était les meilleurs amis du monde. Il était tout pour moi, et il était toujours prêt à tout pour que rien ne m'arrive. Et puis un jour, alors qu'il avait besoin de moi, je l'ai trahi. Abandonné. » souffla-t-il, secouant doucement la tête. « Je ne dirais pas que vos frères ont eu raison, mais je suis comme eux. Quelque part, on est tous égoïste. On cherche notre bonheur, et quelque fois, on ne se rend même pas compte qu'il bousille celui des autres. » Même si ça avait été un cauchemar. La mort de son beau-père, l'arrestation de son frère, les accusations, les faux aveux pour protéger sa mère coupable, celle-ci qui n'avait jamais pu supporté ce qu'il s'était passé et s'était suicidé des années après. Pourtant, au moment où il avait pointé du doigts son aîné, l'accusant d'un crime qu'il n'avait pas commis, dans sa tête, il pensait faire la bonne chose pour sa famille, pour qu'il soit de nouveau ensemble et heureux. Ghost s'était approché d'eux, pokant avec sa truffe le joue d'Elias. Un petit rire échappa à Christopher qui caressa son chien. « Je crois qu'il vous aime déjà. » Pas qu'il soit difficile à satisfaire, mais les inconnus, en général, c'était pas son truc, au toutou. Peut-être sentait-il que ça n'allait pas...

HARLEY-

_________________

       
While seeking revenge, dig two graves - one for yourself.l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t491-flowers-bloom-chr
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1666
» points : 3472
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Tinker
» multicomptes : Coleen & James
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Jeu 15 Juin - 0:30

Bacchus has drowned more men, than Neptune



Forcément, les zombies n'avaient plus grand chose d'humain alors ce n'était pas si étonnant que ça la réponse de Christopher sur le fait qu'ils ne ressentaient pas la peur. A part leur faim avide et dangereuse, il n'y avait plus rien qui les caractérisait et Elias ne put s'empêcher de ressentir un pincement au cœur. C'était stupide ça aussi, évidemment. Après tout, ils étaient un danger de chaque instant et lui espérait encore qu'un remède pourrait tous les sauver. Comme si quelqu'un s'en préoccupait d'ailleurs. Pour ça, il aurait fallu qu'un éminent scientifique survive, qu'il ait accès à un laboratoire ou truc du genre, qu'il fasse des tests... la probabilité était proche de zéro. A être aussi naïf, finalement, il méritait sûrement ce qui lui arrivait. Il vivait dans un monde utopique alors bien sûr, quand il se confrontait à la réalité, dure et sinistre, ça faisait mal. Il était faible, c'était ça la vérité. Il avait lutté contre ça toute sa vie, cherchant à se persuader qu'il faisait du mieux qu'il pouvait avec les cartes qu'on lui avait donné, qu'il était fort pour avoir survécu jusque là mais il se fourrait le doigt dans l’œil, tout simplement. Preuve en était qu'Ulysse avait tiré les mêmes cartes que lui, voir même pire puisqu'il avait dû vivre en sachant que Ricardo avait feint sa mort pour ne plus avoir à faire à eux, et il s'en sortait bien mieux. Lui arrivait à construire une relation alors que lui en était bien incapable. Le seul domaine dans lequel il excellait, c'était dans l'art de se détruire. Autant dire qu'il n'y avait rien dont il pouvait être fier et même s'il savait que la descente de son taux d'alcoolémie lui faisait broyer du noir plus que de mesure, il n'arrivait pas à voir les choses autrement.

"On ne doit pas tous être câblé pareil alors parce que mes frères ont l'air de très bien vivre sans l'amour de leur famille. Mieux même."  

Si seulement la vie lui avait offert le même cadeau qu'à ses frères, aurait-il fait comme eux ? Aurait-il été capable de quitter le domicile sans jamais se retourner, de laisser leur père seul, se noyer dans son chagrin ? Il avait du mal à l'imaginer alors que ça aurait été tellement plus simple. Juste fuir, penser qu'à sa gueule et envoyer paître tout le reste. Ils tenaient ça de leur mère, il en était certain alors que lui avait hérité de leur père cette faculté à se sentir victime, malheureux et malaimé. Non vraiment, le beau samaritain ne devait pas se mettre en danger pour le sauver, si la situation venait à dégénérer mais comment lui faire comprendre ? Elias ne se sentait même plus la force d'argumenter mais peut-être qu'en voyant sa déchéance dans les heures à venir, il finirait pas comprendre ? Il se contenta donc de grommeler alors que tout son corps commençait à le faire souffrir. Son pouls s'était accéléré, chaque battement de cœur pulsant dans son crâne et lui infligeant un calvaire. Les tremblements dans ses mains étaient incontrôlables. Sa seule bouée de sauvetage résidait dans la voix de Christopher qui lui racontait les problèmes avec son propre frère. Il l'avait trahi, certainement pour des raisons qu'il avait trouvait bonnes à l'époque. L'italien ne le jugeait pas. De toute façon, vu ce qu'il voyait du gars, il était inconcevable pour lui d'imaginer qu'il avait fait ça par égoïsme, comme il le prétendait. Ça se voyait bien qu'il n'était pas comme ça.

"Vous êtes à l'opposé de l'égoïsme. A tel point que vous vous retrouvez à baby-sitter un alcoolique en plein sevrage. La plupart des gens n'aurait eu aucun remord à tourner la tête pour faire croire qu'ils ne m'avaient pas vu. Et je ne peux pas leur en vouloir." réussit-il à articuler alors qu'il commençait à perdre le sens de la réalité.

Tout se mélangeait dans son esprit. Le chien de Christopher ressemblait de plus en plus à l'un de ceux qu'il avait vus dans la ferme où il avait rencontré Kaleb et Ulysse. Il se redressa d'un coup sur le lit, en sueur et pris de panique, en hurlant alors qu'il croyait voir un zombie s'approcher de l'animal pour le mordre. Il retomba lourdement sur le matelas, sanglotant et s'empara du bras du bon samaritain, le fixant sans vraiment le voir.

"Lys, me laisse pas. S'il te plait. Je m'en fous que tu sois parti, reste." sanglota-t-il, persuadé d'être de retour dans la ferme.

Des mots qu'il aurait dû dire quand c'était encore possible mais sa rancœur l'en avait empêché. Il avait tant voulu faire comprendre à son frère à quel point il souffrait de tout ça qu'il avait fini par l'éloigner un peu plus de lui. A tout jamais, de toute évidence. Et ce n'est qu'au bout de deux bonnes heures de délire, s'excusant et prenant tous les torts pour lui, suppliant son frère de lui pardonner, qu'il finit pas tomber dans un sommeil rempli de chimères et de cauchemars. Autant dire qu'il n'y avait là rien de reposant et chaque moment passé le rendait un pu plus faible, son corps supportant bien plus que ce qu'il avait eu à faire les fois précédentes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/02/2017
» messages : 316
» points : 828
» avatar : Kit Harington.
» crédits : La forteresse oubliée.
» multicomptes : Matthou & Elliot

» pouvoir : Contrôle de la peur.
» appartenance : Moi-même ♥
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Dim 30 Juil - 22:58


Bacchus has drowned more men than Neptune.

Christopher trouvait ça quand même triste, cette histoire avec Elias et ses frères. Qu'avait-il bien pu arriver pour qu'ils l'abandonnent comme cela ? Il osait espérer qu'ils avaient eu une très bonne raison, parce que si ce n'était pas le cas, c'était vraiment horrible de s'imaginer que des frères puissent avoir aussi peu de considération les uns envers les autres. Avec son frère, Sebastian, c'était complètement différent. Il l'avait trahi, c'était vrai, mais qu'aurait-il pu faire d'autres ? Il était jeune, et savait très bien que c'était soit perdre son frère, soit perdre sa mère. Comment aurait-il pu dénoncer leur pauvre mère qui avait tant supporté pour les élever comme il faut ? Il n'y était pas arrivé, et son frère avait été reconnu coupable pour tous les faits. Mais ça ne changeait rien au fait que Christopher aimait son aîné. Il l'avait toujours admiré, et ça ne changerait jamais. Il ne savait pas quel homme il était devenu en prison, il ne savait pas s'il était toujours en vie et qu'est-ce qu'il pouvait bien penser de lui, mais de son côté, il l'aimait toujours. Elias était maintenant sur son lit, en sueurs et grimaçant de douleurs, alors il continuait de lui parler de son frère, essayant de lui changer les idées. Bon, le sujet n'était pas forcément le meilleur pour ça, mais au moins, il parlait maintenant de Christopher et plus de la famille d'Elias.

« Peut-être. Vous savez, y a quelques années, j'aurais peut-être détourné le regard. Mais maintenant... avec tout ça, je crois réellement en l'entre-aide. Se faire la guerre en pleine apocalypse, quelle idiotie. » Que cela soit entre certaines personnes ou entre plusieurs camps et groupes. C'était comme ces militaires là, tous des psychopathes. Le nom avait vite été passé entre les survivants qui se préoccupaient encore des autres : il valait mieux ne pas mettre les pieds vers le camp de ces hommes et femmes surentraînés, pas si on tenait à la vie. Christopher n'avait pas encore rejoint de camp, mais cette histoire lui avait encore moins donné envie d'en chercher un. Et s'il tombait chez des psychopathes ? Avec sa chance, il allait terminer en saucisson pour survivants sans avoir eu le temps de dire ouf. Elias se redressa soudainement et poussa un cri à en figer le sang, et en comprenant pas ce qu'il disait, s'il voulait dire quelque chose, l'ancien banquier s'approcha encore plus. Le jeune homme était de nouveau allongé, la respiration lourde et forte. Il attrapa d'un seul coup le bras de Christopher, et se mit à geindre. Oh. Un sourire triste étira les lèvres de l'hôte, et caressant tendrement les cheveux d'Elias, il tenta de le calmer. « Hey, hey. Je ne vais nulle part, d'accord ? Je reste avec toi, Eli. » Il imaginait que c'était le surnom que lui aurait donné son frère, il n'en savait rien pour tout avouer.

Le délire dura bien pendant deux longues heures, où Ghost s'était réfugié aux côtés de son maître en cas de problèmes, la tête enfouie dans les jambes de ce dernier. Christopher continuait de tenter de calmer le pauvre Elias, lui murmurant des mots réconfortants dans l'oreille. Se faire passer pour son frère, Lys, était la meilleure solution pour le moment. Entre l'alcool et la dépression, rien ne pourrait l'arrêter et aggraver les choses en essayant de le raisonner étant inutile. Elias n'était pas dans son état normal, alors tenter de se la jouer philosophe ou autre était tout bonnement la pire chose à faire. Après ces longues heures, Elias s'était endormi et cela se voyait que ce n'était pas un sommeil réparateur. Il bougeait, gémissait et murmurait même quelques fois, cauchemardant très certainement. Christopher se décida alors à se lever, et à commencer à l'aider. Il trottina discrètement jusqu'à la salle de bain et remplit une bassine d'eau froide, prenant au passage un bout de tissu. Il rinça méthodiquement Elias, restant au niveau du torse et du visage, laissant ensuite reposer le tissu mouillé et froid sur son front pour faire baisser toute température qui pourrait s'élever. Il remonta ensuite la couette sur lui, ne sachant pas réellement s'il avait froid ou chaud. Ghost reprit place aux côtés du pauvre homme, appuyant avec sa truffe sur la joue du malade pour voir s'il allait bien. Souriant devant ce geste, Christopher lui fit signe de se coucher plus bas pour ne pas déranger de trop son invité.

Soupirant, il avait laissé la bassine sur une chaise à côté du lit, espérant juste qu'Elias ne se réveille pas en furie et renverse le tout. C'était pas grand-chose, mais devoir nettoyer était une perspective qui n'enchantait guère l'ancien banquier. Il se posa quelques temps sur le semblant de canapé qu'il restait, perdu dans ses pensées. Il avait vraiment de la peine pour Elias, et ne comprenait pas comme il avait fait pour survivre tout seul jusqu'ici. Si avant, il faisait souvent ce genre de crises... Bon dieu, il espérait vraiment que quelqu'un ait été à ses côtés pendant ces moments là, sinon ça avait dû être insoutenables. Ses pensées dérivèrent aussi quelques instants vers son frère et sa propre famille, mais ne souhaitant pas se noyer dans ses propres souvenirs, il se décida plutôt à cuisiner quelque chose. Il n'avait certes pas grand-chose chez lui, mais il pouvait très bien faire chauffer un peu de pâtes avec le chauffe-eau qu'il possédait. Enfin, il était déjà là quand il est arrivé dans cet appartement, mais c'était pas comme si quelqu'un était revenu le chercher, donc bon. N'ayant pas faim, il n'en fit que pour une personne, priant pour qu'Elias mange quelque chose en se levant ou plus tard. Il prépara aussi des gâteaux et quelques nourritures sèches qu'il avait trouvé au cours de ses recherches. Un bruit venant de la chambre attira soudainement son attention alors qu'il s'était assoupi sur le canapé pendant quelques heures, et se levant, il ouvrit la porte de la chambre pour y découvrir Elias réveillé. « Elias. Ne bougez pas trop, vous êtes peut-être fiévreux ou un peu malade. Tenez, buvez un peu d'eau, votre gorge doit être sèche. » Il avait parlé pendant des heures, criant parfois, alors forcément, l'état de sa gorge n'était pas forcément très bon.

HARLEY-

_________________

       
While seeking revenge, dig two graves - one for yourself.l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t491-flowers-bloom-chr
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1666
» points : 3472
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Tinker
» multicomptes : Coleen & James
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Lun 7 Aoû - 22:31

Bacchus has drowned more men, than Neptune


Il n'y avait pas une seule fibre du corps d'Elias qui ne le faisait souffrir alors que le sevrage, brutal, se faisait. Des cures de désintox, il en avait déjà vécues mais jamais il n'avait eu à subir ce qu'il vivait en ce moment. Une des premières choses qu'on lui avait dite, lorsqu'il avait cherché à s'en sortir, c'est qu'il ne fallait jamais se lancer là-dedans sans un cadre médical et c'est ce qu'il avait fait à chaque fois, jusque là. Les médecins lui avaient prescrit des traitements pour l'aider à vaincre son manque, diminuant les doses à mesure que son organisme évacuait l'alcool et que le manque se faisait moins violent. Mais en pleine Apocalypse, quel choix lui restait-il ? Continuer à boire était mission impossible avec les stocks qui avaient fondu comme neige au soleil et, de toute façon, ce n'était pas vraiment ce que l'italien voulait, malgré la douleur qui lui vrillait les entrailles. Une fois encore, il avait eu la faiblesse de replonger et, cette fois-ci, il ne se cherchait même pas d'excuses. Il n'était qu'une loque, un rebus de l'humanité, voilà ce qu'était la réalité crue et s'il s'en sortait, peut-être que ça lui servirait enfin de leçon. Ça ne coutait rien d'y croire même si le peu de lucidité qui lui restait ne lui laissait aucune doute sur le fait qu'il n'avait pas cette force en lui. En attendant, il oscillait entre bouffées de chaleur et frissons, période de semi-réveil et sommeil agité rempli de délires et hallucinations. Les mêmes images tournaient en boucle dans son esprit, comme une torture sans fin. Cette colère qu'il avait vue dans les yeux de son frère, le rejet encore quand il avait quitté la pièce pour ne plus avoir à faire à lui. Et comment pouvait-il réellement lui en vouloir alors qu'il était en dessous de tout ? Qui aurait voulu du boulet qu'il était comme frère quand il avait le choix de passer son chemin ? Elias avait beau lui demander pardon, rien n'y faisait, son regard dur et blessé revenait à chaque fois. Le calvaire dura des heures et lorsqu'il émergea de son inconscience, il était toujours au plus mal mais aussi réveillé qu'il pouvait l'être. Il avait la bouche pâteuse, Big Ben qui faisait sonner toutes ses cloches sous son crâne, la lumière qui lui irritait les yeux et une terrible envie de vomir, même s'il se connaissait suffisamment dans cet état pour savoir que ça s'arrêterait à l'envie. Et il avait froid, terriblement froid. Une main sur son front lui confirma qu'il était en nage malgré l'attention qu'avait eu pour lui le bon samaritain avec le linge mouillé. Et les tremblements qui l'agitaient n'avaient franchement rien d'agréable.

Pourtant, même si tout son corps lui criait de le laisser sombrer, il avait besoin de se lever. Ne serait-ce que pour boire ce qui diminuerait peut-être un peu l'horrible mal de crâné qu'il avait. Seulement il se cogna en se relevant et retomba lourdement sur le canapé, alertant au passage son garde-malade avec le boucan qu'il venait de faire. L'italien s'empara avec reconnaissance de l'eau qu'il lui tendait et en but la totalité. Du moins, toute la partie qu'il ne s'était pas renversée sur lui. Il se força un sourire à Christopher, avec un air d'excuse. Il était sincèrement désolé de le déranger ainsi et si seulement il s'était senti un tout petit peu mieux, il l'aurait laissé tranquille. Pour aller où, il n'en avait pas la moindre idée mais là n'était pas la question. Le château, il n'y retournerait pas dans cet état-là et, de toute façon, c'était bien trop loin mais il devait bien y avoir un appartement, un coin où se mettre sans risquer à chaque instant d'attirer des ennuis sur celui qui l'aidait tant.

"Je suis vraiment désolé de vous imposer ça. Je n'ai pas encore la force de partit mais je vous promets de le faire dès que possible. Je vous dois déjà tellement... merci."  

C'est à ce moment-là qu'il pensa à son sac à dos et le chercha des yeux un moment. Dedans, il y avait peut-être de quoi dédommager un peu le brun ? En tout cas, ça ne coûtait rien de regarder et ce serait déjà un début. Et peut-être qu'Elias pourrait ensuite utiliser son don pour améliorer le quotidien du samaritain ou même lui proposer de venir avec lui au château ? Il ne savait pas trop mais en tout cas, ce dont il était sûr malgré le brouillard qui pesait sur ses pensées, c'est qu'il aiderait comme il pourrait le brun. Il avait une dette envers lui. Il finit par attraper son sac, difficilement et le tendit à Christopher.

"Regardez, il y a peut-être quelque chose qui pourrait vous être utile. Prenez tout ce que vous voulez, je vous dois au moins ça. Et je me doute que ça ne doit pas vraiment donner envie vu l'état dans lequel je suis mais, vous savez, en temps normal, je vis avec un groupe de survivants qui s'est organisé à l'extérieur de la ville. Vous y serez toujours le bienvenu, je m'en assurerais."  

Ça lui paraissait bien peu au regard de tout ce que Christopher faisait pour lui mais il n'avait malheureusement pas les moyens de faire plus. En tout cas, pas pour le moment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/02/2017
» messages : 316
» points : 828
» avatar : Kit Harington.
» crédits : La forteresse oubliée.
» multicomptes : Matthou & Elliot

» pouvoir : Contrôle de la peur.
» appartenance : Moi-même ♥
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Jeu 10 Aoû - 21:11


Bacchus has drowned more men than Neptune.

Il n'avait pas pu louper le réveil du pauvre Elias, alors il avait accouru en l'entendant, un verre d'eau à la main. Il savait très bien que sa gorge serait en très mauvais état, il avait passé des heures à crier, parler et pleurer dans son sommeil. L'homme souffrait tellement que même Ghost le ressentait, et ça lui arrivait de couiner un coup avec lui, visiblement triste pour ce qu'il se passait. La pauvre bête avait l'habitude de son maître qui faisait des cauchemars, mais là, c'était d'une toute autre mesure. Le pauvre, quand même. Sans bien le connaître, ça faisait de la peine à l'ancien banquier, qui n'arrivait pas à s'imaginer ce qu'Elias avait dû endurer dans sa vie pour en être dans cet état là. Enfin, avec l'histoire qu'il avait eu, il comprenait très bien, mais quand même. Une fois terminé, il récupéré le verre vide et le posa doucement sur la table de nuit, se disant mentalement qu'il devrait aller lui en rechercher plus tard. « Pas besoin de vous inquiétez. Et vous ne me devez rien, j'ai fais ça parce que je le voulais, pas par obligation. » Il aurait pu, après tout, le laisser là où il était et faire comme s'il ne l'avait pas vu. Mais ça avait été son choix de l'aider et de le ramener chez lui pour prendre soin d'Elias, alors il devait assumer.

Elias semblait perdu dans ses pensées pendant quelques instants, et d'un seul coup, il tenta d'attraper son sac, ce qu'il réussit à faire avec difficulté. Il sourit doucement en prenant le bien, sans l'ouvrir ou regarder à l'intérieur. « Je n'ai besoin de rien. Vraiment. Si votre groupe peut m’accueillir ou m'aider en cas de besoin, parfait, c'est bien assez comme payement. » tenta-t-il d'expliquer et de convaincre en même temps Elias. « Si vous voulez vraiment me rendre service pour mon aide, repassez me voir ? Je suis certain que vous allez manquer à Ghost, aussi. » Et comme s'il comprenait, le chien releva la tête et les oreilles, approuvant. Christopher lâche un petit rire, avant de se rappeler de ce qu'il avait cuisiné plus tôt. « J'ai vous ai cuisiné quelque chose tout à l'heure. Je sais que vous ne vous sentez pas bien, mais ça serait vraiment bon pour vous et votre mal de tête si vous mangiez un peu. Vous aimez les pâtes, au moins ? » C'était rare les gens qui n'aimaient pas ça, et depuis l'apocalypse, c'était encore plus rare de voir des gens cracher sur de la nourriture, même la plus dégueulasse. Christopher détestait beaucoup de choses, mais il serait bien heureux de pouvoir manger des brocolis s'il en trouvait même s'il déteste ces choses.

Il n'avait pas vraiment laissé le choix au pauvre Elias, et était parti en trottinant jusqu'à sa petite cuisine en mauvais état. En même temps, ils n'était pas là pour parler décoration alors il s'en foutait. C'était même pas sa maison, d'ailleurs. Attrapant l'assiette, un paquet de gâteaux secs et le nouveau verre d'eau, il se dirigea avec les objets en équilibres jusqu'à la chambre, posant le tout sur la chaise et la table de nuit. « Ne vous forcez pas de trop, mais votre corps vous dira merci si vous mangez un petit quelque chose. » Et il reprendrait des forces, aussi. Christopher ne voulait pas se débarrasser de lui comme ça, d'ailleurs, s'il souhaitait encore rester, ça ne le gênait pas, mais Elias avait apparemment un endroit où il restait d’habitude, et ce avec des gens. Peut-être allaient-ils s'inquiéter de ne pas le voir revenir ? « Alors comme ça vous faîtes partie d'un groupe de survivants ? Il y en de plus en plus dans le coin. » demanda-t-il, curieux. Il entendait souvent les rumeurs, surtout sur ce groupe de soldats qu'il ne fallait apparemment pas approcher sauf si on souhaitait mourir. Et comme Christopher ne souhaitait pas réellement mourir, il faisait toujours attention à rester loin d'eux, et de tous les autres groupes aussi.

HARLEY-

_________________

       
While seeking revenge, dig two graves - one for yourself.l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t491-flowers-bloom-chr
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1666
» points : 3472
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Tinker
» multicomptes : Coleen & James
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Mer 6 Sep - 23:51

Bacchus has drowned more men, than Neptune


Évidemment, Christopher n'avait pas accepté de prendre quoique ce soit dans le sac d'Elias et il n'en était pas surpris. De ce qu'il semblait percevoir de la personnalité du bon samaritain, ce n'était pas son genre, il était bien trop altruiste pour ça. Et, pour être honnête, si les rôles avaient été inversés, l'italien aurait agi de même. Sauf que là, ça l'embêtait vraiment parce qu'être à son chevet était forcément un calvaire, il en était certain et... il n'avait pas l'habitude d'autant de gentillesse. Ni d'être redevable envers qui que ce soit. Ses propres frères l'avaient abandonné alors oui, il s'attendait à ce comportement-là, ce même non égard, de la part de tout autre personne. Comment pouvait-il en être autrement alors que ceux qui auraient dû l'aimer se foutaient royalement de ce qu'il pouvait devenir ? Il avait beau avoir conscience que son référentiel était faussé par sa famille dysfonctionnelle, ça n'en rendait pas moins les choses étranges pour lui. Et ça lui renvoyait à sa propre image... celle d'un déchet alcoolique même pas capable de comprendre qu'il y avait sûrement bien plus important que ses propres problèmes au milieu de l'Apocalypse. Un gars qui ne méritait pas qu'on se préoccupe de lui et pourtant, il se sentait tellement reconnaissant envers le bon samaritain. Il n'avait même pas réalisé que les larmes coulaient sur ses joues, touché qu'il était par la générosité du brun. Il n'arrivait pas à s'exprimer, comme à son habitude, mais son visage reflétait clairement sa gratitude, autant que le fait qu'il était perdu d'avoir trouvé quelqu'un de si profondément humain qu'il aidait un parfait inconnu. A tel point qu'il n'osa pas refusé le repas qu'on lui proposait alors que son estomac lui criait qu'il était hors de question qu'il ingurgite quoique ce soit.

"Je suis d'origine italienne alors les pâtes... c'est un cliché mais j'adore ça." finit-il par répondre en souriant faiblement.

Enfin, c'était bien beau à dire mais avec l'assiette sous les yeux, il avait juste envie de vomir. Il se força pourtant à porter une bouchée jusqu'à ses lèvres, à mâcher puis avaler. Plus par correction qu'autre chose et pour ne pas inquiéter son hôte. Son corps n'avait pas encore évacué tout l'alcool qu'il avait ingurgité et il se sentait tellement mal. Le sang qui tambourinait dans ses tempes, la tête qui tournait, le crâne qui lui faisait mal comme si on tentait d'y percer un trou au marteau piqueur et ses mains... elles tremblaient toujours autant, de façon incontrôlable, et il finit par reposer l'assiette de peur de la faire tomber par terre. Il se sentait tellement minable de s'être mis dans un état pareil mais difficile aussi d'oublier les raisons qui l'avaient poussé à retomber dans ses travers. C'était une boule qui lui resterait sur l'estomac pendant un bon moment, il le savait mais, face à Christopher, il ne pouvait pas se laisser plus aller qu'il ne l'avait déjà fait. Par respect pour le samaritain, il devait au moins donner le change et faire si ça allait mieux.

"Merci, c'est très bon. Mais vous avez raison, il vaut mieux que je ne force pas trop."

Ça lui paraissait incompréhensible que le brun lui demande de revenir quand il irait mieux mais il se promit de le faire. Il ferait même plus - enfin, autant que faire se pouvait - il s'assurerait que tout allait bien pour lui. Il ne savait pas encore comment mais il ferait tout pour remercier le jeune homme et peut-être essayer d'améliorer son quotidien ? Il avait un don qui pouvait permettre ce genre de choses et il ne s'en priverait pas, ça non. Enfin, si jamais il en était capable un jour, rien n'était moins sûr.

"Oui, à l'extérieur de la ville, dans un château. J'suis arrivé chez eux par hasard mais... même si ça doit être difficile à croire en me voyant aujourd'hui, j'essaie de me rendre utile en temps normal. Alors, aider d'autres survivants, ça m'a paru ce qu'il fallait faire. Pas comme si j'étais attendu ailleurs de toute façon. Et vous, vous préférez rester seul ?"

OK, c'était un peu maladroit de dire ça de but en blanc mais Elias n'était pas en mesure de réfléchir posément. Pas pour le moment en tout cas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/02/2017
» messages : 316
» points : 828
» avatar : Kit Harington.
» crédits : La forteresse oubliée.
» multicomptes : Matthou & Elliot

» pouvoir : Contrôle de la peur.
» appartenance : Moi-même ♥
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Sam 23 Sep - 18:08


Bacchus has drowned more men than Neptune.

Christopher voyait bien qu'Elias n'avait aucune envie de manger, et qu'au contraire, ça devait plus le dégoûter qu'autre chose. Il se rappelait très bien de son beau-père quand celui-ci revenait bourré, c'est-à-dire tous les jours. En général, il vomissait ce qu'il avait mangé avec ses compagnons de bars, ou alors rien que l'odeur de nourriture lui en donnait l'envie. C'était toujours sa mère qui devait nettoyer derrière lui, et Christopher avait toujours détesté voir sa mère se rabaisser à ce niveau. Heureusement, Elias ne semblait pas être du même genre quand il était saoul que son beau-père. Certes, il était en train de se battre quand il l'avait aperçu, mais c'était contre des satanés de zombies. Il ne s'en prenait pas à des innocents, au contraire. Si ça avait été le cas, d'ailleurs, il ne l'aurait très certainement pas aidé, ou du moins pas autant. Il eut un petit sourire face à sa remarque sur son origine et les pâtes. « J'ai visé juste, alors. » plaisanta-t-il, sachant très bien que de toute manière, il n'avait pas grand-chose d'autre. Ses réserves étaient très pauvres, et il gardait les féculents en cas de besoin, comme pour aujourd'hui. Bon, c'était pas tous les jours qu'il se retrouvait avec un invité dans cet état, mais quand même. Christopher était du genre à tout préparer à l'avance, et pour lui, c'était une vraie horreur de se retrouver pris de cours. Même pendant une apocalypse, il n'aimait pas ça, ouais. Logique.

Les mains d'Elias étaient incontrôlables, et le pire, c'était que Christopher ne savait pas quoi faire. Pouvait-il faire quelque chose, en fait ? Les problèmes qui hantaient le jeune homme n'étaient pas vraiment de son ressort, et même s'il pouvait tenter de le réconforter, ça ne changerait malheureusement pas grand-chose. Mais il pouvait essayer, c'était déjà un bon début. Peu de gens l'auraient fait, et même lui se demandait par instants pourquoi il s'investissait autant. Mais quelque fois, il valait mieux ne pas se poser trop de questions et juste faire ce qu'on pensait être le mieux. Et c'est ce que faisait actuellement Christopher. « Je vois, ils ont l'air plus sympathiques que certains, dans ce château. » dit-il en haussant les sourcils, se rappelant de ses quelques rencontres avec des survivants pas très sympathiques. Voire carrément psychopathes. Et il n'osait même pas parler des rumeurs qui courraient sur ce camp de soldats, là... « Je n'aime pas vraiment rester seul, mais je ne connais personne ici. Et faire confiance aux autres... C'est pas le plus facile, pas vrai ? L'être humain est comme un animal ; sauvage. Il pense à sa survie, quitte à devoir tuer ou blesser. Être seul... ça me rend certain que jamais je n'aurais à faire du mal à quelqu'un d'innocent parce que j'ai faim ou soif. » Et parce qu'il n'avait pas confiance en les autres, aussi. Il n'avait pas été élevé pour être de ce genre, et il ne le serait jamais. Il avait ramené Elias parce qu'il savait qu'il n'était d'aucuns dangers pour lui, Ghost à ses côtés et surtout vu son état.

« Et dans un sens, j'ai Ghost. » conclut-il, la bête se faisait remarquer en émettant un petit aboiement heureux. Dès qu'il entendait son nom, de toute manière, ce chien en était content. D'ailleurs, il était peut-être temps de le nourrir, lui aussi. Attrapant l'assiette du pauvre italien, il lui sourit. « Je vais la poser dans la cuisine, si jamais vous avez faim plus tard. Je dois aller nourrir le pauvre Ghost qui va bientôt me détester de l'avoir oublié. Vous imaginez, j'ai plus de nourriture pour chiens que de trucs pour moi... Quelle ironie. » rit-il doucement alors qu'il quittait la pièce. « Je reviens, ne bougez pas ! » se crut-il obligé d'ajouter alors qu'il passait la porte. Son chien le suivait, sa queue remuant, sachant très bien qu'il allait avoir le droit de manger un petit quelque chose. Il lui servit des croquettes en petite quantité et de la pâté pour canins, et Ghost se jeta dessus, affamé. Il lui tapota doucement la tête, remis de l'eau propre dans sa gamelle et retourna voir Elias qui était dans sa chambre. « Si vous voulez, vous pouvez rester encore un peu. Le temps de vous remettre. La nuit, c'est pas sûre dehors. Et dans votre état... Enfin, vous faîtes comme vous voulez, bien sûr. » ajouta-t-il alors qu'il prenait place sur le lit, assit aux côtés du malade. Après tout, s'il voulait partir, il ne pouvait pas le retenir.

HARLEY-

_________________

       
While seeking revenge, dig two graves - one for yourself.l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t491-flowers-bloom-chr
 
Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La CIDH emet un jugement en faveur d'Yvon Neptune
» Yvon Neptune fè konnen Aristide dwe pwononse li sou kandida lavalas yo o sena
» Fanmi Lavalas mete Yvon Neptune deyo
» Yvon Neptune a-t-il vendu la mêche?
» Spider Juice. {Christopher Dawkins}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Canterbury :: Stores-
Sauter vers: