AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1943
» points : 2773
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Blondie
» multicomptes : Coco, James & Aerin
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Dim 19 Mar - 20:31

Bacchus has drowned more men, than Neptune


8 mai 2016

Dire que la rencontre avec Ulysse et Kaleb avait traumatisé Elias, c'était peu dire. Et ce n'était pas parce qu'il était arrivé au plus mauvais moment possible. Enfin, ça aidait pas, fallait être honnête. Voir son ancien meilleur ami avec son frère, dans un moment des plus intimes, c'était juste trop bizarre pour qu'il puisse s'y faire. Mais ce n'était pas là le plus gros problème. La vérité, cruelle et froide, se frayait petit à petit son chemin et réaliser qu'une grande partie de sa vie était bâtie sur un mensonge n'était pas chose aisée. Loin de là. Il en avait perdu son optimisme, sa foi en l'avenir. Il n'arrivait même plus à savoir qui il était, comme si toute sa vie n'avait été qu'un château de cartes balayé par la première rafale de vent. Et comment pouvait-il en être autrement alors que l'adulte qu'il était s'était construit sur la certitude du suicidaire de son aîné... qui finalement était vivant mais avait tout fait pour disparaître et ne jamais revoir sa famille ? Ça allait au-delà du rejet qu'il avait ressenti lors du départ d'Ulysse, il nageait dans un épais brouillard, incompréhensible. Et tout ce qu'il voulait à présent, c'était oublier, ne serait-ce que quelques heures. Et pour l'ancien alcoolique qu'il était, il ne voyait qu'un remède même si sa raison cherchait à l'en détourner. Sans succès. Plus il essayait de repousser l'idée, plus elle devenait entêtante. Jusqu'à ce qu'il ne pense plus qu'à ça et rien d'autre.

Trouver une excuse pour quitter le château ne fût pas bien compliqué. Surtout qu'il n'avait pas croisé le détecteur de mensonge sur pattes. Il monta dans le premier véhicule qu'il trouva et fila en direction du centre ville de Canterbury à toute allure. Ses mains tremblaient déjà comme si son corps anticipait déjà la connerie qu'il allait faire mais il s'en foutait. S'il ruinait tous ses efforts de toute façon, qui en aurait quoique ce soit à faire ? Il n'avait plus de parrain depuis que tout était parti en vrille ou, en tout cas, il n'avait plus de moyen de le joindre. Son frère et Kaleb se moquaient certainement bien de ce qui pouvait lui arriver. Il n'avait pas croisé Kyle depuis plusieurs jours et puis, pouvait-il vraiment demander à u gars rencontré depuis peu de se soucier de lui, même s'ils s'entendaient bien ? La seule pour qui ça compterait peut-être, c'était Raven mais ils passaient juste du bon temps ensemble alors ce n'était pas si sûr que ça. Il y avait bien longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi seul lorsqu'il s'arrêta devant le premier supermarché qu'il aperçut. La devanture était en piteux état, les rayonnages dévastés et presque tous vides et il eut du mal à trouver ce qu'il cherchait... jusqu'à mettre enfin la main sur une bouteille de Jack Daniel's dont il but de longues gorgées avant de se calmer alors qu'il en sentait déjà les premiers effets.

Combien de temps resta-t-il là ? Difficile à dire. Il avait bien liquidé près de la moitié de la bouteille lorsqu'il se releva du coin où il s'était posé. Il tituba jusqu'à la sortie et tomba nez-à-nez avec trois zombies. Merde, il avait pas envie de se battre, là maintenant.

"Nan mais... vous voulez pas rem.. mettre ça... à plus tard ?" bafouilla-t-il en se marrant.

Et puis, il jeta son poing sur le plus proche de lui, manquant de s'affaler sur le bitume au passage et éclata sa bouteille sur le trottoir. Ce qui le mit vraiment en rage. Se faire bouffer, tant pis, c'était même peut-être ce qui pouvait lui arriver de mieux pour oublier tout le reste mais putain, perdre une bouteille d'alcool alors que ça semblait être une denrée rare, ça le faisait royalement chier. Il mit donc toute son énergie restante dans un combat qu'il savait perdu d'avance et dont il se foutait de l'issue, ses gestes simplement guidés par des années d'entraînement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro En ligne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/02/2017
» messages : 326
» points : 904
» avatar : Kit Harington.
» crédits : La forteresse oubliée.
» multicomptes : Matthou & Elliot

» pouvoir : Contrôle de la peur.
» appartenance : Moi-même ♥
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Lun 20 Mar - 22:50


Bacchus has drowned more men than Neptune.

Sa journée, franchement, avait plutôt bien démarrée. Avec Ghost, son compagnon canin, ils avaient quitté de bon matin leur petit chez eux, enfin là où ils squattaient depuis des semaines, à la recherche de gens et de vivres, surtout. Tout se passait relativement bien, mais alors qu'ils étaient dans une petite boutique de vêtements en vrac, un zombie était sorti de nulle part, ou plus précisément d'un rayon complètement retourné, et, par instinct, Ghost s'était interposé entre la menace et son maître. Le mangeur de cervelle n'avait pas résisté bien longtemps avant de mourir, mais le mal était fait : son chien avait été mordu. Ce n'était pas bien profond, mais les petits gémissements de douleurs qui retentissaient avaient brisé le faible cœur de Christopher. Heureusement, ils n'étaient pas allé bien loin, mais malgré la courte distance, l'ancien banquier dû quand même porter pendant un certain temps le pauvre animal blessé. En quelques enjambés, il avait monté les escaliers, essoufflé mais trop inquiet pour s'en préoccuper sur le moment. Il avait déposé Ghost sur son lit, et s'était affairé à le soigner, prenant soin de bien désinfecter la plaie puis de la bander. Il savait que les animaux ne mutaient pas, mais ils pouvaient toujours mourir d'une infection ou d'une trop grosse perte de sang. « Désolé, mon gros. » souffla-t-il dans la fourrure épaisse du chien, qui était venu chercher réconfort auprès de son maître. Bon dieu, qu'est-ce qu'il se sentait mal. Ils étaient resté un petit moment dans cette position, blotti l'un contre l'autre, jusqu'à ce que le ventre de Christopher ne se mette à gronder. Il avait faim, et ses provisions étaient presque vides. Caressant tendrement la tête de Ghost, il quitta le lit sans le réveiller, rempli sa gamelle avec de la pâté et des croquettes, prêt à quitter l'appartement pour se chercher sa propre nourriture. C'était beaucoup plus facile de trouver de la nourriture pour chien, ce qui expliquait son énorme stock de croquettes et autres pâtés.

Il avait prit un chemin différent, ne souhaitant pas repasser par ce stupide magasin de vêtements qui aurait pu coûter la vie de son plus fidèle compagnon. Enfin, c'était surtout le seul, pour le moment, mais bon. Si jamais il venait à devoir perdre la seule chose qui lui restait, il allait perdre les pédales, le pauvre... Arrivé devant un supermarché, il passa par la porte de derrière pour éviter tout ennui. Et parce qu'il était arrivé par là, aussi. Il n'avait pas envie de chercher trop loin, et les zombies devaient être plus présents devant l'entrée que devant celle des employés. Heureusement, celle-ci n'était plus fermée à clés depuis longtemps, et était dans un bien piteux état. Au moment où il entra, il put voir quelqu'un sortir par la porte principale, avec ce qui semblait être une bouteille dans les mains. Et vu comme le mec la tenait, la bouteille hein, c'était pas de l'eau plate ou du soda le truc. Ou cette personne avait une façon de boire très bizarre, plausible, après tout. Haussant les épaules, après tout ce n'était pas son problème, il commença à fouiller les étalages, content d'y trouver encore quelques trucs à grignoter. Sursautant soudainement lorsqu'il entendit une voix et surtout des bruits de lutte, il se mordit la lèvre, pesant le pour et le contre. Devait-il aller voir ? L'inconnu avait-il un problème, ou causait-il justement des problèmes ? Soupirant après quelques secondes de doute, il se dirigea avec de grands pas vers l'entrée, surprit en y trouver trois zombies et l'homme, par terre. Pi l'inconnu se releva, et se mit à taper les zombies dans le tas, totalement bourré apparemment. Ah bah, génial. Quel spectacle enrichissant, dit donc. Sortant ses couteaux, il leva brièvement les yeux au ciel, prisant des dieux qui n'existaient pas. Le premier zombie fut rapidement éliminé, la deuxième aussi, même si devoir éviter de planter l'homme qui bastonnait le troisième était la plus grande difficulté de l'exercice. Profitant du fait qu'il venait de glisser et de perdre quelque peu l'équilibre, Christopher planta son couteau dans la tête du dernier mangeur de cervelle, heureux de les voir tous les trois à terre, immobiles. Se tournant ensuite vers l'homme qui était à terre, il souffla.

« Je sais pas si vous êtes courageux ou terriblement idiot, mais vous avez eu chaud au derrière. » Il l'écoutait, au moins ? Non, parce qu'il détestait parler dans le vide, alors qu'on lui dise tout de suite s'il ouvrit sa grand bouche juste pour parler au vide. « Vous êtes dans un piteux état. On devrait retourner à l'intérieur du supermarché, pour que je puisse vous aider, d'accord ? J'ai du désinfectant et des bandes dans mon sac à dos. » Pourquoi aidait-il un inconnu ? Il ne savait pas trop, peut-être était-ce la douleur qui miroitait dans ses yeux, ou peut-être était-ce son combat perdu d'avance avec ces zombies, qui pendant un instant, avait ressemblé étrangement à une espèce de tentative de suicide bien douloureuse.

HARLEY-

_________________

       
While seeking revenge, dig two graves - one for yourself.l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t491-flowers-bloom-chr
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1943
» points : 2773
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Blondie
» multicomptes : Coco, James & Aerin
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Dim 26 Mar - 22:50

Bacchus has drowned more men, than Neptune


Le combat était vraiment mal engagé. En temps normal, à trois contre un, ç'aurait déjà été chaud mais avec les réflexes amoindris des zombies et les facultés d'Elias en boxe, il s'en serait certainement sorti sans une égratignure. Mais imbibé comme il l'était, c'était une toute autre histoire. Tout était cotonneux autour de lui, comme si la brume était soudainement tombé sur la ville. Et que dire de sa tête qui tournait à chaque mouvement qu'il faisait. Les mouvements pourtant ralentis des zombies lui paraissaient vifs, alertes en comparaison des siens. Il perdit une première fois l'équilibre, s'écorchant le genou sur l'asphalte en râlant. Peu importe, ça n'allait pas l'arrêter, ils allaient payer cher, ses monstres, le fait d'avoir bousillé sa bouteille et tant pis si ça devait être la dernière chose qu'il faisait. Étrangement, en se relevant, le combat lui parut un peu plus simple mais il n'était pas assez lucide pour comprendre pourquoi. Il tenta un crochet du gauche qu'il rata lamentablement et étouffa un cri de frustration quand il sentit les dents du bouffeur de cervelle s'enfoncer dans sa chair. L'alcool anesthésiait la douleur, heureusement, mais il voyait déjà le sang perler à travers la manche de son pull. Merde. Il perdit de nouveau l'équilibre et, alors qu'il voulait se redresser, il fût surpris de voir un brun qui plantait son couteau dans le crâne du zombie, les deux autres étant déjà étendus par terre. Ah ben ça, il l'avait pas vu venir et, étonnamment, ce n'est pas le soulagement qu'il ressentit en premier mais bien une immense tristesse. L'issue du combat aurait pu être une délivrance, il n'en était rien.

"J'ai eu... chaud, ouai... merci." bafouilla-t-il.

Putain, même lui se rendait compte de la tristesse dans sa voix. Ca aurait lui, vu le peu d'énergie qu'il avait encore, il serait resté là mais le bruit de la baston risquait d'attirer d'autres indésirables et le bon samaritain ne méritait pas d'être dans la mouise à cause de lui. Aussi, Elias hocha la tête, sans grande conviction, avant de le suivre à l'intérieur, se tenant aux étagères pour ne pas tomber. L'adrénaline retomba, il sentait la nausée venir et ses mains tremblaient de nouveau. Fallait qu'il se trouve une autre bouteille... tout pour ne pas risquer de ressentir le manque de l'alcool, il ne s'en sentait pas le courage. Ni l'envie d'ailleurs. A quoi bon ? Tout lui semblait tellement sans saveur, sans intérêt. Et voilà qu'il cogitait de nouveau, preuve qu'il avait besoin de boire plus pour endormir son esprit. Oui, c'était pas glorieux mais, dans son esprit embrumé, il ne lui restait que ça. Sauf qu'il n'y avait aucune bouteille autour de lui et qu'il finit par trébucher à nouveau pour s'affaler par terre, non loin de l'arrière boutique. Il se cala sur ce qu'il pensait être le mur, bien décidé à rester là et ne plus bouger. Sauf qu'il était appuyé sur l'une des armoires frigo du supermarché et qu'il sentit son don se mettre en marche sans pouvoir le contrôler. Il entendit le ronron du moteur à froid qui se mettait en marche alors que la vitrine s'allumait et sentit son énergie qui passait dans la machine. Déjà qu'il était pas bien alerte, ça n'allait pas arranger la situation et à chaque instant qui passait, il se sentait un peu plus lasse que la minute précédente. Il finit par se forcer à se décaler en grognant, stoppant aussitôt son emprise et le calme revenant dans la pièce.

"On se prend... l'apéro pour.. fêter notre rencontre ?"

Il était blanc comme un linge et son bras l'élançait, à présent, là où le mort-vivant avait planté ses dents, le faisant grimacer sans en avoir vraiment conscience. Sa jambe était douloureuse aussi et sa vision se faisait de plus en plus flou. Il ne voyait même pas où était son sauveur, ni ce qu'il pouvait être en train de faire. Il entendait juste du bruit autour de lui, signe qu'il ne l'avait pas abandonné là à son triste sort. Peut-être qu'il aurait dû d'ailleurs plutôt que de se récupérer un boulet sur les bras. Cette pensée déclencha un léger ricanement de l'italien, lui-même affligé de la loque qu'il était.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro En ligne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/02/2017
» messages : 326
» points : 904
» avatar : Kit Harington.
» crédits : La forteresse oubliée.
» multicomptes : Matthou & Elliot

» pouvoir : Contrôle de la peur.
» appartenance : Moi-même ♥
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Mer 29 Mar - 0:17


Bacchus has drowned more men than Neptune.

Rencontrer quelqu'un qui était bourré, c'était une première. Ce genre de personnes, en général, elles ne survivaient pas bien longtemps. Mais le jeune homme semblait presque savoir ce qu'il faisait, en tout cas, malgré l'alcool, ses coups semblaient être plutôt précis. Un ancien boxeur, peut-être ? Ou juste quelqu'un qui avait l'habitude de se battre ? En tout cas, il était pas mal amoché et avait l'air de planer dans un autre monde. Ça ne semblait pas le déranger d'avoir failli mourir, au contraire, en fait. La tristesse dans sa voix étaient presque gênante. Christopher venait-il de déranger le mec ? Genre, comme si c'était une tentative de suicide mal organisée ou pas prévue ? Parce que bon, il semblait assez déterminé dans son combat, comme s'il combattait pour quelque chose d'important. Peut-être était-ce le cas, mais ça restait d'un ridicule sans nom. « Besoin d'aide ? » demanda-t-il mais apparemment la réponse fut négative, ou alors il ne l'entendit pas. L'homme entra, et à chaque pas qu'il faisait, il manquait de trébucher et de se fracasser la tête par terre. C'était assez triste comme scène, et l'ancien banquier faisait tout pour ne pas ressentir trop de pitié pour l'inconnu. Il détestait que les gens aient pitié de lui, alors le minimum qu'il pouvait faire, c'était de respecter la dignité de l'autre. Même si elle était partie au galop, mais bon... D’ailleurs, ce qui devait arriver arriva, et l'homme chuta, s’éclatant contre ce qui semblait être les vieux réfrigérateurs du supermarché. Qui se mirent d'un seul coup en marche. Haussant un sourcil, Christopher regarda l'inconnu qui ne semblait pas du tout surprit par ce qu'il se passait. Venait-il de rencontrer un autre mutant, ou peu importe le nom qu'on leur donnait ? Dans tous les cas, après de gros efforts mentaux et physiques, il se déplaça et les réfrigérateurs arrêtèrent immédiatement de fonctionner. C'était plutôt pratique comme pouvoir, même si devoir rester collé au truc n'étant pas très aidant...

« Seulement si y a des glaçons. » plaisanta-t-il pour détendre un peu l’atmosphère, mais c'était peine perdue. L'inconnu semblait encore plus dans les vapes que tout à l'heure, et c'était le bon moment pour s'occuper de ses blessures. Si l'alcool faisait toujours un peu effet, ça aiderait peut-être à minimiser la douleur, mais vu les grimaces qu'il faisait, le pauvre blessé souffrait déjà. Soupirant, Christopher se releva et attrapa son sac à dos, s'agenouillant ensuite en face de la victime du jour. L'odeur de l'alcool lui donnait envie de vomir, mais il n'en fit rien. Il avait beau détester l'alcool et les gens qui en abusaient, il pouvait comprendre. Peut-être ne supportait-il plus l'apocalypse et les morts qui vont avec ? Sortant son désinfectant, ses compresses et ses bandes, il fixa pendant quelques secondes l'homme avant de prendre une décision. « Je vais vous enlever votre haut, d'accord ? » Il ne l'entendait peut-être pas, mais peu importait : il devait s'occuper de la plaie avant que ça ne s'infecte de trop. En temps normal, avoir été mordu par un zombie aurait été signe de mort ou de mutation. Mais vu que le jeune homme semblait avoir déjà muté, ça ne serait pas un problème de ce côté-là... Une fois le haut retiré, Christopher grimaça en voyant l'état de la morsure. C'était pas beau, mais en même temps il avait failli se faire bouffer, donc bon. Désinfecter la plaie n'avait pas été de tout repos, et c'était compréhensible, mais au moins, elle était bandée maintenant. Bizarrement, le plus difficile fut d'aider le blessé à remettre son haut, les deux ensemble mettant bien dix minutes avant de réussir le tout. Pour le genoux, c'était plus simple : le pantalon avait été déchiré en bonne partie à ce niveau, alors pas besoin de l'enlever, et heureusement. Le désinfectant brûla tout autant mais la blessure étant moins importante, la douleur était tout de même amoindrie. Il banda quand même l’égratignure, ayant peur qu'il se blesse de nouveau plus tard quand il serait tout seul.

« J'ai terminé. Vous devriez boire un peu, et manger aussi. Ça aidera à faire passer les effets de l'alcool. Et reposez-vous après, je ne bouge pas pour le moment. » lui ordonna-t-il tout en lui tendant une bouteille d'eau et un paquet de gâteaux au chocolat. Il en avait des tonnes, alors autant que ça serve à quelqu'un pour le moment. Il fixa l'homme, pour être certain qu'il mange et boive. « Je m'appelle Christopher, au fait. Couchez-vous un peu, en calant votre tête sur mon sac, la pièce va pas tarder à tourner je pense. » Le laissant un peu seul, il garda son couteau en main, ses pistolets toujours à la ceinture, cherchant quelque chose qui pourrait servir de récipient. Même s'il n'avait jamais eu de gueules de bois ou autre, Christopher savait très bien que l'envie de vomir pouvait être importante, et il n'avait pas vraiment envie de se retrouver avec du vomi partout sur lui et sur ses affaires. Ouvrant une porte, qui menait apparemment à un cagibi, il découvrit avec joie un seau à récurer. C'était assez grand, et l'inconnu pourra s'appuyer dessus en cas de besoin pendant... enfin voilà. Revenant vers le jeune homme, il soupira en le découvrant dans une position différente que couché. Quelle tête de mule, dit donc. « Tenez. Si jamais l'envie de vous vider arrive, faîtes-le là-dedans. Ça arrangera tout le monde. » sourit-il par courtoisie. « Vous allez bien ? Ou mieux ? » La question était sur le bout de sa langue, l'ancien banquier voulant savoir pourquoi il avait bu autant. Mais en même temps, ils ne se connaissaient pas, venaient de se rencontrer, et l'autre n'avait peut-être pas franchement envie de parler de ses problèmes avec un inconnu un peu trop curieux.

HARLEY-

_________________

       
While seeking revenge, dig two graves - one for yourself.l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t491-flowers-bloom-chr
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1943
» points : 2773
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Blondie
» multicomptes : Coco, James & Aerin
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Mer 5 Avr - 0:04

Bacchus has drowned more men, than Neptune


Putain ce qu'Elias détestait cette sensation. On aurait pu croire qu'avoir passé des années à boire lui aurait servi de leçon mais non, il se faisait encore avoir par cette illusion de paix que ça lui apportait au début. L'oubli dans lequel il pouvait se perdre après quelques verres. Mais tout ça était tellement vite balayé s'il ne continuait pas à picoler.... et là, pour le coup, il n'avait pas trop le choix. Le bon samaritain n'avait pas l'air de vouloir lui chercher une bouteille et, de toute façon, ce n'était même pas sûr qu'il en reste. Le pire, c'est qu'il ne pouvait même pas lui en vouloir vu l'état dans lequel il était déjà. Pourquoi est-ce que, quelques heures, plus tôt, ça lui avait paru une excellente idée. Enfin, obsédante pour être plus exact. Peut-être était-ce simplement une façon de se punir, de s'auto-détruire même. Sauf qu'à présent que le mal de tête s'installait, qu'il avait la bouche pâteuse et, malgré tout, une terrible envie de boire plus, il se maudissait. Il s'en voulait tellement, au point de se haïr, et il ne cessait de ressasser la révélation que lui avait faite Ulysse. Comment Rick avait-il pu les laisser ainsi derrière lui, à devoir affronter le chagrin de sa perte et la dissolution de leur famille ? Il s'en voulait tellement d'y avoir cru, pourquoi n'avait-il pas ressenti en lui que tout ça était faux ? C'était son frère, il aurait dû savoir. Ulysse, lui, n'avait pas été dupe.

Ce n'est que la douleur dans son bras, lorsque le brun face à lui essaya de lui enlever son pull, qui lui fit reprendre un semblant d'esprit et surtout sortir de ses sombres pensées. Il avait les yeux brillants de larmes, il le sentait, mais espérait sincèrement que son compagnon de fortune ne s'en rendrait pas compte ou alors, mettrait ça sur le compte de la douleur. Il devait déjà être bien bas dans son estime, ce n'était pas la peine qu'il en rajoute. Et bêtement alors qu'il venait juste de le rencontrer, ça avait de l'importance pour Eli. Peut-être parce qu'il n'avait aucune estime pour lui-même alors c'était important que l'autre ressente un peu de considération pour lui. Il grogna quand le désinfectant brûla sa plaie mais ne bougea pas pour autant. Il n'avait pas l'énergie pour et même dans le semi coma dans lequel il se trouvait, il savait bien que l'autre agissait pour son bien. Passée l'impression qu'il avait eue en le voyant intervenir dans son combat, il lui était reconnaissant. Vraiment.

"Merci." bafouilla-t-il dans un murmure.

Il tremblait de plus en plus mais il accepta quand même la bouteille d'eau dont il vida la moitié d'une traite. Par contre, manger, c'était hors de question. Rien que l'idée lui donnait la nausée. Il posa le paquet à côté de lui, pour plus tard. La pièce tournait déjà depuis un bon moment mais c'était au moins un des avantages à être un ancien... un alcoolique, il avait l'habitude et là, même si ça semblait irréel à Christopher s'il venait à lui dire, ce n'était pas la pire cuite qu'il prenait, loin de là. Il en allait de même pour la nausée, il gérait. Pas le genre de truc dont on pouvait être fier de se vanter mais, en tout cas, y'avait très peu de chance qu'il vomisse.

"Eli... enfin Elias. Je suis pas comme ça, d'habitude. Enfin, plus depuis longtemps."

Pourquoi se sentit-il obligé de le préciser, il n'en avait aucune idée. Chaque mot lui coûtait, non qu'il n'ait pas envie de les prononcer mais ça lui demandait beaucoup d'énergie pour articuler un tant soit peu. Ce n'était même pas sûr que le samaritain comprenne ce qu'il venait de dire d'ailleurs. Il resta assis là où il était tandis que l'autre partait farfouiller dans la boutique. Il comatait, c'était le cas de le dire et il s'endormait presque quand il revint avec un seau. Ouai, ça te tenait. Il avait déjà un boulet sur les bras, ça se comprenait qu'il n'ait pas envie en plus qu'il se vide partout. Mais ce n'était pas ce qu'Elias craignait le plus. Il savait ce qui allait venir ensuite, quand son corps commencerait à se sevrer et il ne se sentait pas la force ni même le courage d'affronter ça de nouveau. Non qu'il ait le choix, encore une fois. Si, au moins, il pouvait ne pas être seul, peut-être éviterait-il de faire une nouvelle connerie ? Mais comment demander un tel service à un parfait inconnu ?

"Je me suis jamais senti mieux." répondit-il, sarcastique, à sa question avant de reprendre plus sérieusement. "Je... j'ai la fâcheuse tendance à vouloir tout garder pour moi. Le sarcasme, c'est mon moyen de défense, désolé. Je comprendrais parfaitement que vous ayez eu votre compte et que vous me laissiez là."

L'abandon, il avait l'habitude. Y'avait pas de raisons qu'un inconnu se préoccupe plus de lui que ses propres frères ou même son ami d'enfance alors oui, il lui laissait une porte de sortie. Et ça faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas autant confié, même si, au final, il n'avait pas dit grand chose sur ce qui le préoccupait vraiment. Il se sentait flotter, ses yeux se fermant doucement et il finit par enfin s'allonger sur le sac de Christopher.

Combien de temps somnola-t-il, il aurait bien été incapable de le dire. Il savait qu'il avait eu un sommeil agité et, comme souvent quand il buvait trop, il avait dû parler en dormant. Et vu les souvenirs qu'il avait de ses rêves tourmentés, il y avait fort à parier qu'il ait mentionné les noms de Rick, Lys et même peut-être aussi Kaleb. De là à savoir exactement ce qu'il avait pu dire, c'était impossible. Il sentait son sang tambouriner dans ses tempes quand il se redressa et il tenta d'esquisser un faible sourire avant de boire le restant d'eau et de manger un biscuit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro En ligne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/02/2017
» messages : 326
» points : 904
» avatar : Kit Harington.
» crédits : La forteresse oubliée.
» multicomptes : Matthou & Elliot

» pouvoir : Contrôle de la peur.
» appartenance : Moi-même ♥
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Mar 25 Avr - 0:11


Bacchus has drowned more men than Neptune.

Christopher se sentait vraiment mal pour l'inconnu. Même s'il n’approuvait pas l'alcool et les gens qui en buvait autant, il n'arrivait pas à ignorer le fait que l'homme semblait être au bord du gouffre. Il n'avait pas spécialement l'air violent, si ce n'était contre ces zombies qui avaient cassé sa pauvre bouteille, mais au contraire, il avait suivi sans faire d'histoires le jeune banquier et écoutait tous ses conseils, les prenant en compte ou non. Que lui était-il arrivé ? Était-ce simplement cette apocalypse qui commençait à faire son effet, aussi néfaste soit-il ? Peut-être venait-il de perdre quelqu'un qui lui était cher, quelqu'un qu'il aimait et qui venait de le laisser seul dans cet horrible monde. Enfin bref, dans tous les cas, malgré son énorme curiosité, il n'allait pas lui poser de questions, ou du moins pas celles qu'il voudrait, et ce pour plusieurs raisons. Déjà, de un, ça ne le regardait pas forcément. C'était personnel et si l'inconnu souhaitait lui avouer quelque chose ou parler pour se sentir mieux, il l'écoutera avec attention, mais il n'allait pas non plus le forcer à avouer que quelque chose n'allait pas bien. De deux, c'était peut-être pas une très bonne idée d'en parler, dans le cas où l'alcool lui avait quelque peu fait oublier ses problèmes. Ça arrivait pour certains, et vu dans l'état qu'il était, valait mieux pas qu'il ait de soudain souvenirs de ce qu'il l'avait mis dans cette galère. Et enfin, troisièmement, il ne savait pas comment lui demander sans se sentir mal. Il n'avait qu'une envie, c'était de lui tapoter gentiment la tête en lui promettant que tout allait s'arranger, sans même savoir quel étaient le problème.

« Enchanté, Elias. Et rassurez-vous, je ne vous juge pas. » Après tout, qui était-il pour juger ce pauvre homme ? Si ça avait été dans la vie courante, celle d'avant où tout était normal, peut-être aurait-il eu le jugement plus facile. Il détestait l'alcool et les gens qui y touchaient, mauvais souvenirs venant de son tendre beau-père qui avait toujours une bouteille à porter de mains. Mais avec les zombies, les morts, les maladies... Comment pouvait-il lui en vouloir ? Peu importe ce qu'il s'était passé, il espérait sincèrement que l'homme, Elias, n'était pas comme ça en temps normal. Ou du moins, ne l'était plus, d'après ses paroles. Lui souriant gentiment pour le rassurer, il était partis à la recherche de quelque chose pour qu'il puisse vomir en cas de besoin. Ça éviterait sur leurs affaires ou eux-même ne soient touchés. Une fois qu'il trouva un sceau, il revînt aux côtés du jeune homme qui semblait presque agoniser et lui expliqua pourquoi il venait de ramener ça. Il posa ensuite la question qui tue, celle dont tout le monde connaissait la réponse mais qu'il posait quand même pour être certain. Soupirant, il regarda Elias s'allonger sur son sac, se sentant très sûrement pas très bien. Christopher secoua doucement la tête, posant ses fesses sur le mur à côté de la tête d'Elias. Il ferma faiblement les yeux, sentant déjà la fatigue et un mal de crâne arriver. Il n'allait pas tarder à s'endormir aussi quand une voix le fit soudainement sursauter. Elias. Ouvrant rapidement les yeux, il s'approcha du jeune homme qui semblait être plongé en plein dans un mauvais rêve. Des prénoms sortaient de sa bouche, ainsi que certaines bribes de phrases, d'accusations et de lamentations. Bon, d'après ce qu'il comprenait, personne n'était mort. Enfin, si, mais en fait non ? Bon dieu, il comprenait rien à ce qu'il racontait, ça n'avait aucun sens.

« Elias ? » chuchota-t-il pour tenter de le réveiller, ce qu'il fit quelques secondes après, et Christopher se demanda alors s'il avait vraiment dormi. Avec des cernes comme ça, et son teint cadavérique, ça n'envisageait rien de très bon. Il bu un coup et réussit à grignoter un biscuit, toujours sous le regard inquiet du pauvre banquier. « Tout va bien ? Enfin, c'est idiot comme question, désolé. » souffla-t-il en approchant sa main, touchant doucement le front du malade devant lui. « La température semble normale. Vous avez réussi à dormir un peu ? » commença-t-il, réfléchissant aux mots qu'il allait utiliser. « Vous avez rêvé. Enfin, plutôt cauchemardé. Des noms ont été prononcés et... je... Vous voulez peut-être en parler ? » Il ne se sentait pas à sa place, à proposer ce genre de chose à un inconnu. Mais Elias avait l'air de se sentir bien seul, et s'il avait réussi à quand même comprendre quelques trucs qu'il avait murmurer pendant son espèce de sommeil, alors il était encore plus seul et perdu qu'il le semblait. « J'ai un chien. Il s'appelle Ghost. » prit-il la parole quand il s'aperçut que l'autre avait dû mal à répondre ou ne souhaitait tout simplement pas le faire. « C'est ma seule famille, maintenant. Je crois bien que vous êtes le premier être humain à qui je parle depuis des semaines. » Peut-être que ça l'aiderait à s'ouvrir à lui ? Et si ce n'était pas le cas, ça comblait au moins ce silence pas gênant, mais lourd.

HARLEY-

_________________

       
While seeking revenge, dig two graves - one for yourself.l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t491-flowers-bloom-chr
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1943
» points : 2773
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Blondie
» multicomptes : Coco, James & Aerin
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Jeu 27 Avr - 0:18

Bacchus has drowned more men, than Neptune


L'air anxieux du bon samaritain penché sur lui fit prendre conscience à Elias qu'il ne s'était pas réveillé tout seul, ce qui ne faisait que confirmer les doutes qu'il avait eus sur le fait d'avoir parler en dormant. Dans ses périodes les plus sombres, celles où il buvait tous les jours quand ce n'était pas toutes les heures, il n'avait que très rarement passé la nuit avec quelqu'un. Il draguait, passait du bon temps certes mais ne restait jamais dormir parce qu'il était que trop lucide sur l'état dans lequel il se réveillait au bon matin et qu'il ne voulait imposer ça à personne. Et puis, devoir fournir des explications sur ses bavardages nocturnes, ça le terrifiait plus que tout. La peur du jugement certainement. Au moins, quand les gens ne savaient pas, ils lui trouvaient tout un tas d'excuses à sa déchéance mais auraient-ils pensé de même en sachant ? Et puis, il y avait aussi qu'être la personne qui partait le préservait de cette sensation d'abandon qu'il cherchait tant à noyer dans l'alcool. Ça lui avait pris des années à se dire que peut-être, oui peut-être, il n'était pas aussi minable que son passé lui laissait à penser. Peut-être que ce n'était pas de sa faute même s'il avait souvent du mal à s'en convaincre. Oh non pas qu'il était égocentrique mais simplement persuadé qu'il n'avait jamais été assez bien. Et à présent qu'il commençait à entrevoir le bout du tunnel, il avait fallu qu'Ulysse lui fasse la révélation de la plus grosse escroquerie de sa vie, remettant au passage en cause le peu d'estime qu'il avait pour lui-même. S'il avait été, ne serait-ce qu'un peu mieux, une version améliorée de lui-même, ses frères ne seraient-ils pas restés près de lui ? Il savait bien que c'était de la torture mentale de se répéter cette question en boucle mais c'était plus fort que lui. Dire qu'il avait une tendance à l'auto-destruction, c'était minimiser le constat.

"Pour le moment, ça peut aller. A part l'enclume dans la tête mais bon, je ne peux que m'en prendre à moi-même. Par contre, ça risque de ne pas être joli dans les prochaines heures." Il hésita un moment avant de reprendre. "Je sais qu'on vient juste de se rencontrer et que vous en avez déjà fait beaucoup pour moi. Je... je suis désolé mais... je n'arriverai pas à affronter le manque seul. Pas cette fois."

Il avait déjà les mains qui tremblaient mais surtout une honte immense. Et comme il savait son regard expressif, Christopher devait s'en rendre compte ce qui en rajoutait une couche. L'italien avait la sensation d'être un poids. Il l'avait été pour ses frères, pour son père et maintenant pour ce pauvre bougre qui était bien trop altruiste pour l'avoir laissé aux crocs des zombies. Et puis, le brun mit les pieds dans le plat, lui confirmant qu'il avait prononcé des noms dans son semi-sommeil absolument pas réparateur... et il savait bien lesquels. Il se perdit un moment dans ses pensées, les yeux dans le vague, sentant les larmes perler au coin de ses cils. Et puis, il finit par lâcher un profond soupir pour essayer de chasser ses idées sombres. Son sauveur avait parlé de température, voilà à quoi il fallait se raccrocher pour le moment. Au moins le temps de retrouver un semblant de contenance et la maitrise de sa voix qui risquait d'être chevrotante s'il parlait de suite de son passé. Chose qu'il avait fait si rarement mais, peut-être était-ce d'avoir vidé son sac avec Ulysse, il avait l'impression qu'un verrou avait sauté. Pas au point de tout déballer mais au moins, il arrivait à imaginer la possibilité de se confier un peu. Pauvre samaritain qui ne méritait vraiment pas ça.

"J'aurai pas de fièvre. J'ai déjà été mordu... et j'ai survécu à cette saleté de virus. Sûrement une autre ironie de la vie. Ou d'une entité supérieure si vous croyez à ça."

Il finit par lâcher un sourire un peu faiblard. Il avait tenté de faire un peu d'humour mais vu que le cœur n'y était clairement pas, ça se sentait. Il croqua dans un autre biscuit autant pour calmer son estomac mécontent de ce qu'il lui avait encore fait vivre que pour se donner un peu de temps pour rassembler ses idées. Si pour une fois, il avait envie de parler, il ne savait pas comment s'y prendre ni par où commencer. C'était pas naturel tout ça pour lui. Pourtant, il se souvenait nettement des conseils de son parrain aux A.A. : plus vite il arriverait à s'exprimer et sortir ce qu'il avait enfoui depuis tant d'années, plus simple serait la guérison. Un peu comme on extrait le pus d'une plaie infectée.

"Vous n'avez trouvé personne pour affronter tout ça ?"

Et hop, une autre façon de retarder ce qui devenait de plus en plus inévitable. Mais c'était aussi qu'Elias se sentait désolé pour le brun. Ok, il avait son compagnon à quatre pattes pour l'accompagner mais il devait se sentir bien seul parfois.

"J'ai dû parler de Rick, Lys et Kaleb pendant que je somnolais, c'est ça ?" Il aurait vraiment aimé que l'autre lui dise que non mais c'était un stupide espoir, il le savait bien. IL garda le silence encore un moment, gêné, avant de poursuivre. "J'ai appris il y a quelques jours que mon frère aîné, Rick, ne s'est en fait jamais suicidé. Il a juste fait croire à sa mort pour se barrer. J'ai... ça va vous paraître idiot mais.. j'ai juste l'impression que toute ma vie est une mauvaise blague. Tout mon passé s'est construit autour de ce mensonge alors maintenant..."

Ouai ben son parrain avait tort. Il ne se sentait pas mieux d'avoir fait cette révélation, bien au contraire. Maintenant, il n'osait plus croiser le regard de Christopher par peur d'y voir de la pitié et, même s'il lui avait dit que ce n'était pas le cas, du jugement. Pire, il craignait plus que tout que l'autre estime qu'il n'était qu'un tocard qui ne méritait vraiment pas qu'il se casse le cul à l'aider.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro En ligne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/02/2017
» messages : 326
» points : 904
» avatar : Kit Harington.
» crédits : La forteresse oubliée.
» multicomptes : Matthou & Elliot

» pouvoir : Contrôle de la peur.
» appartenance : Moi-même ♥
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Ven 28 Avr - 4:59


Bacchus has drowned more men than Neptune.

C'était sûr maintenant, ce n'était pas la première fois que l'homme se retrouvait dans cet état, et apparemment il n'en était pas au stade où tout allait partir en cacahuètes. Alors que bon, Christopher n'était pas du genre à juger les autres, mais pour lui, l'autre jeune homme était déjà dans une situation bien délicate. Bon dieu, lui qui n'avait jamais été bourré ne pouvait pas comprendre ce qu'Elias devait ressentir, mais il pouvait très bien l'imaginer. Il n'était pas idiot, et beaucoup de ses amis buvaient et racontaient avec joie ou non leurs histoires de gueule de bois. Des fois c'était pas joli pour certains, d'autres fois il ne se passait rien de spécial pour les autres. Chacun réagissait différemment le lendemain matin, et l'ancien banquier avait cette étrange impression que l'homme devant lui n'était pas du genre à être tout souriant et frais. Au contraire. « Je ne vais nulle part. » rassura-t-il rapidement Elias. « Personne ne m'attend, enfin à pars mon chien quoi. Mais il a tout ce qu'il faut pour survivre, et je n'ai rien à faire, alors mon fessier restera posé ici. » finit-il en souriant, soupirant en repensant en même temps à Ghost. Il dormait paisiblement chez eux, enfin là où ils squattaient plutôt, mais il se sentait toujours mal pour ce qui était arrivé plus tôt. Il ne devra pas trop traîner, mais il avait une conscience et des sentiments : comment pouvait-il laisser Elias seul ici, dans cet état ? Il pourrait lui arriver quelque chose, et même si ce n'était pas le cas, il ne pouvait quand même pas partir.

« Une entité supérieure ? Genre, comme Madonna ? » plaisanta-t-il en regardant Elias manger un peu. Il voyait bien qu'il tentait de plaisanter, alors autant jouer le jeu pour essayer de détendre l'atmosphère. Surtout qu'il sentait bien la grosse annonce arriver. « Ah, le virus. Je connais. » dit-il en soupirant. Il se rappelait très bien du jour où il avait été mordu, et ça n'avait pas été du joli, malheureusement et sûrement comme pour beaucoup. Mais le pire avait été qu'il était tout seul, et qu'il pensait mourir. La surprise qu'il eut en se réveillant après s'être évanoui à cause de la douleur, Ghost lui léchant l'oreille. Il n'était pas mort, pas transformé en zombie mais dès qu'il avait peur, celle-ci semblait affecter les êtres vivants qui l'entouraient. Enfin, sans compter les plantes hein, à moins qu'une putain de marguerite puisse ressentir de la peur. « Non, personne. Je n'avais personne avant, et alors pourquoi j'en aurais eu après ? » souffla-t-il plus pour lui que pour le pauvre Elias qui semblait être déjà au bord du gouffre. Toutes ses émotions passaient par son regard, et aussi horrible que cela pouvait paraître, Christopher aimait ça. L'homme était facile à lire et à comprendre, et il était très certainement mauvais menteur, du moins quand il buvait. Mais bon, qui arrivait à bien mentir tout en étant à moitié saoul ? Ça devait pas être facile, surtout qu'il s'apprêtait à lui raconter quelque chose d'important pour lui, et surtout de très douloureux ; après tout, il était dans cet état à cause de ça.

« Oui, si je me rappelle bien des noms, c'est ça. » confirma-t-il au jeune homme. Il attendit patiemment la suite, voyant très bien la gêne et la peur dans les yeux du pauvre Elias. Et ça, la peur, il comprenait très bien, surtout depuis sa morsure. Écoutant les paroles de l'autre, il sentit sa bouche s'ouvrir lentement sous le choc. Mais ? Comment ? Reprenant sa respiration, il n'osa rien dire pendant quelques longues secondes. Qui se faisait passer pour mort juste pour pouvoir vivre sa petite vie ? Enfin, si, il comprenait, mais Elias ne semblait pas être un mauvais gars, alors pourquoi ne lui avoir rien dis ? Parce que bon, à moins que le mec soit James Bond, y avait pas de raison pour disparaître complètement de la vie de tout le monde. Essayer de fuir quelqu'un, d'accord, mais pas les innocents. Et pi, on dirait presque une histoire pour une série quoi ! Y avait toujours ce personnage mort qui revient à la vie pour se venger ou quelque chose du genre. « Wouah. » Ce fut tout ce qu'il réussit à sortir au début, regardant Elias qui avait baissé la tête, évitant très certainement de croiser son regard. Soupirant, il s'approcha doucement et attrapa doucement la main jeune homme pour attirer son attention.

« Hé, y a pas de honte à avoir. À votre place, je sais pas comment j'aurais réagi, franchement. C'est une sacré histoire, et pas une de celle qu'on aimerait avoir. Je ne sais pas pourquoi votre frère a fait ça, peut-être avait-il une bonne raison, je ne sais pas, mais dans tous les cas, vous avez tous les droits d'être en colère, ou triste. » Il s'arrêta quelques secondes, reprenant sa respiration. « Votre vie s'est peut-être construite autour de ce mensonge, mais ça ne veut pas dire que votre vie en est un. Vous êtes qui vous êtes, et vous ne pourrez plus le changer. Peut-être auriez-vous été différent si vous saviez, ou s'il n'était jamais partit, mais rien n'est sûr. » Franchement, arrivé à ce point, Christopher ne savait même plus ce qu'il disait, tout ce qu'il espérait, c'était faire entendre raison à Elias. « Mais surtout, ne gâchez pas votre vie pour les erreurs d'un autre. Vous êtes jeune, et même si nous ne vivons plus dans un monde où le bonheur ultime est possible, essayez de chercher le votre. Vous vous détruisez. Je ne suis personne pour vous, mais vous ne le méritez pas. » Maintenant, il n'osait pas demander qui était les deux autres personnes, du coup... Devait-il s'attendre à une histoire de ce genre, où son pauvre cœur se briserait encore ? « Boire aide à oublier, je comprends. Mais la prochaine fois, essayez de ne pas tenter de faire de la boxe avec des zombies. Je n'aimerais pas critiquer votre technique, mais vous visez très mal quand vous êtes ivre. » lui sourit-il gentiment, essayant d'alléger le ton. Si Elias voulait continuer à lui parler de ses problèmes, il l'écouterait, mais il ne le forcerait pas à le faire. « La famille... c'est difficile hein ? À croire qu'on pioche tous un carte avant de naître, et que ça se décide sur notre chance. Et de vous à moi, j'ai bien l'impression qu'on a la chance d'un escargot qui traverse une autoroute. » Comment ça il avait des analogies étranges ? Pas du tout !

HARLEY-

_________________

       
While seeking revenge, dig two graves - one for yourself.l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t491-flowers-bloom-chr
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1943
» points : 2773
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Blondie
» multicomptes : Coco, James & Aerin
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Dim 7 Mai - 22:32


Bacchus has drowned more men, than Neptune


La simple réponse de Christopher disant qu’il restait là était un réel soulagement pour Elias. Il lui était tellement reconnaissant et s’il avait été en moins piteux état, ça lui aurait peut-être redonné un peu foi en l’espèce humaine. A tel point que, s’il avait été plus en forme et peu importe l’étrangeté que cela aurait été, il l’aurait bien pris dans les bras. Sauf que là, l’idée même de bouger lui remuait les tripes aussi resta-t-il bien sagement à sa place. Au moins, il n’aurait pas à affronter seul les heures qui allaient suivre. L’idéal aurait même été les jours à venir mais il n’osa pas le demander, tout comme il n’osait pas proposer de bouger d’endroit le temps qu’il se sentait à peu près en état de marcher sans divaguer. C’était pas son genre en temps normal de demander de l’aide. L’inverse lui paraissait naturel mais être celui qui avait besoin, ça non. Il s’était toujours arrangé pour se débrouiller seul. Mal certes mais seul quand même. Pourtant, il allait bien falloir prévenir le bon samaritain. S’il voulait vraiment rester à ses côtés, il leur faudrait trouver un lieu moins à découvert rapidement… parce que s’il en venait en délirer comme ça lui était parfois arriver en période de sevrage, il n’aurait que faire d’ameuter tous les environs. Pas comme s’il en aurait conscience de toute façon. Enfin, ils avaient un peu de temps devant eux et l’italien avait bien trop peur que l’autre, aussi chic type soit-il, se ravise aussi préféra-t-il attendre pour aborder le sujet. D’autant que la discussion n’était déjà pas des plus joyeuses, c’était pas la peine de le faire fuir à toutes jambes.

 « J’aurais plutôt dit Benny Hill vu l’humour pourri de la dite entité supérieure mais après tout, pourquoi pas Madonna ! »

Donc, Christopher avait muté lui aussi ? Les humains « ordinaires » se faisaient donc de plus en plus rares et peut-être étaient-ils tous amenés à devenir soit mutant, soit zombie. Etait-ce ce qu’il se souvenait d’avoir lu dans ces bouquins d’école, à l’époque où ça l’intéressait encore, sous l’appellation d’évolution. Eh ben franchement, il ne trouvait pas ça glorieux. Devenir des héros de Marvel ou des bouffeurs de cervelle, le choix n’était pas des plus alléchants de son point de vue même si son don s’était parfois avéré utile. Quant à la solitude du brun, Elias se demandait si ce n’était finalement pas la solution. Au moins, il ne risquait pas ni les déceptions, ni les blessures de l’âme. Et même si certains auraient rétorqué que vivre ainsi, c’était aussi passer à côté de tout ce que la vie avait de fabuleux à apporter, franchement, ça conviendrait parfaitement à l’italien de vivre ainsi. Les idiots qui répondaient ainsi n’avaient jamais eu à souffrir, il en était certain. Sinon, comment imaginer qu’ils ne cherchent pas ensuite à se prémunir de toute autre douleur ? Lui en tout cas n’était pas masochiste.

 « Désolé si ma question est déplacée mais… le virus vous a apporté quoi comme cadeau ? Enfin, si on peut appeler ces étranges dons comme ça, bien sûr. »

C’était autant par curiosité que pour en connaître un peu plus sur celui qui venait de lui sauver la vie. Peut-être aussi un peu pour détourner l’attention de lui. Pourtant, il avait fini par déballer une grande partie de ce qui lui pesait tant, ce qui l’avait conduit à boire ce jour-là. Enfin, ce n’était pas uniquement le mensonge entourant la non mort de Rick bien sûr, c’était aussi de revoir Lys et Kaleb ainsi que de les avoir surpris au plus mauvais moment. Ces images-là, il aurait aimé trouver quelqu’un capable de les lui effacer de la mémoire. Non qu’il avait quelque chose à dire sur les relations de son frère ou de son ancien ami mais savoir qu’ils étaient ensemble ne voulait pas dire qu’il avait un jour voulu en avoir la preuve sous les yeux. Savoir aussi que reconstruire une relation était sûrement un vain espoir et que, de toute façon, il n’y avait certainement que lui que ça intéressait. L’abandon, une nouvelle fois… voilà ce qui lui avait tant donné envie de siphonner cette bouteille avant que les zombies se chargent de la briser.

Les paroles du bon samaritain étaient touchantes. Tellement qu’Elias ne put retenir plus longtemps ses larmes. C’était un mélange d’émotions qui s’entrechoquaient dans sa tête : la honte d’être si faible, le soulagement que Christopher ne le jette pas, l’éternelle impression d’être un moins que rien, même pas bon à être aimé par sa famille, les regrets aussi. Ceux de ne pas avoir compris que tout n’était que mensonge, ceux de ne pas avoir su parler à Ulysse, ceux d’avoir fait souffrir Kaleb même si ça n’avait jamais été son intention. Tout ça, c’était trop pour un seul homme alors oui, il pleurait sans pouvoir s’arrêter alors même s’il avait tant horreur d’imposer ses tourments aux autres.

 « Merci… » fût tout ce qu’il réussit à dire pendant de longues minutes.

Pourtant, il aurait aimé pouvoir dire au brun à quel point ça le touchait. Il en faisait plus pour lui que les siens, même s’il n’en avait sûrement pas conscience. Et pourtant, il ne le connaissait pas. Et sincèrement, personne ne lui en aurait voulu d’avoir passé son chemin quand il l’avait vu aux prises avec les zombies - pas même Eli d’ailleurs qui, non seulement ne l’avait pas vu avant qu’il intervienne mais qui n’aurait de toute façon plus été de son monde pour s’en plaindre s’il n’était pas intervenu - ou encore aurait-il pu considérer sa B.A. faite une fois qu’ils étaient en sécurité à l’intérieur. Non, au lieu de ça, ce type était foncièrement bon et dans le brouillard enivré dans lequel se trouvait encore l’italien, ça lui faisait un bien fou. Peut-être pouvait-il réussir à laisser son passé derrière lui pour se concentrer sur ce pour qui il pourrait faire quelque chose ? Plus facile à dire qu’à faire, bien sûr, mais c’était une lueur au fond du tunnel, aussi faible soit-elle.

 « Je ne pense pas avoir tiré une mauvaise carte, vous savez. Je crois plutôt que ceux sont mes frères et mon père qui l’ont tiré quand je suis né. Ca sonne peut-être très pessimiste mais je ne vois pas comment expliquer les choses autrement. Lys a préféré courir après le fantôme de Rick que de rester avec moi, c’en est bien le signe. Et mon père… Désolé, je ne devrais pas vous embêter avec mes problèmes. Déjà que vous m’avez sauvé la vie. »

C’était comme si quelqu’un avait ouvert les vannes et qu’Eli ne puisse plus s’arrêter de parler. Ou de pleurer. Il ferma les yeux quelques secondes et essaya de chasser ses idées noires, pensant à ce que venait de dire Christopher et se concentrant là-dessus. Il réussit même à sourire. Un très faible sourire certes mais bien présent.

 « Pourtant, ce n’est pas faute de m’être entrainé, je vous assure. A boxer, hein. Quoique… je crois que je peux malheureusement en dire autant pour l’alcool. »

Il essaya ensuite de se relever… sans succès à la première tentative mais ce n’était pas ce qui allait l’arrêter. Au moins, sa tête ne tournait plus. Il se sentait terriblement assoiffé, il avait mal au crâne, les jambes faibles mais ce n’était que le début du manque. C’était maintenant ou jamais s’ils devaient bouger.

 « Le manque me fait parfois délirer. Il vaudrait mieux être dans un endroit plus à l’abri si ça devait arriver. Je suis vraiment désolé de vous imposer ça. Vraiment, je comprendrais que vous m’abonniez ici. Vous en avez déjà tellement fait. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro En ligne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/02/2017
» messages : 326
» points : 904
» avatar : Kit Harington.
» crédits : La forteresse oubliée.
» multicomptes : Matthou & Elliot

» pouvoir : Contrôle de la peur.
» appartenance : Moi-même ♥
MessageSujet: Re: Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]   Mer 17 Mai - 1:32


Bacchus has drowned more men than Neptune.

Plus le temps passait, plus les gens étaient touchés par le virus, apparemment. C'était pas forcément une grande nouvelle, vu comme ça, mais il ne parlait pas des transformations en zombies. Non, il parlait des survivants, ceux qui avaient été mordu, comme lui, mais qui étaient toujours humains, toujours vivants. Mais comme tout n'était jamais aussi simple, la morsure arrivait avec un cadeau empoisonné. Entendre les gens dirent qu'ils ont telle ou telle capacité, ça peut paraître super classe au départ, mais en fin de compte, ça ne l'est pas tant que ça. Ce don venait avec des points négatifs, et souvent, ils étaient beaucoup plus nombreux que les points positifs. Quelqu'un pouvait lire dans les pensées des autres ? Parfait, mais il ne pourra pas le contrôler, et il en sera malade jusqu'à ce que plus personne ne soit autour de lui. Quelqu'un contrôle le feu ? Génial, mais à chaque fois, ça lui donnera cette sensation de brûlure partout dans le corps, comme si on venait de lui jeter des braises dessus, et dedans. « Moi ? Je peux contrôler la peur. Enfin, c'est plutôt elle qui me contrôle, je suppose. N'essayez jamais de me surprendre, dès que je prends peur, ça touche les gens autour de moi, apparemment. » Il se rappelait très bien des pauvres victimes de son pouvoir, qui se comptaient pour le moment au nombre de deux. À chaque fois, un zombie l'avait attaqué par surprise, mais franchement, un rien le faisait sursauter. Quelque fois, le pauvre Ghost, son chien, était victime de la peur de son maître parce qu'il avait entendu du bruit ou quelque chose l'avait effleuré. Une vraie victime de la vie, en somme.

Elias avait alors commencé à raconter son histoire, ou du moins la partie qui lui posait vraisemblablement problème. Et Christopher devait bien l'avouer : il se sentait extrêmement mal pour le jeune homme. Ce qu'il avait vécu semblait être horrible, et le pire dans tout ça, c'est qu'il se sentait coupable de tout ce qui était arrivé. Comme si c'était sa faute et qu'il était à blâmer. Mais l'ancien banquier ne comprenait vraiment pas en quoi cela serait de la faute d'Elias : s'il avait bien tout compris, son frère aîné s'était barré pour échapper à quelque chose très certainement, ou juste comme ça. Mais peu importe la raison : à moins que le jeune homme n'ait fais quelque chose de grave à son aîné, celui-ci était parti de son plein gré. « Je ne pense pas que ça soit le cas. Les décisions que vos frères ont prises étaient leurs choix. Je ne connais pas tout ce qu'il s'est passé, ou vos relations à l'époque avec eux, mais c'est eux qui sont parti. Peu importe la raison, vous n'êtes pas en tord. Vous ne devriez pas vous blâmer, vous n'êtes très certainement pas responsable de tout ça. L'être humain est étrange, et égoïste. Il prend des décisions qui ont des impacts sur les autres, mais même tout en sachant les conséquences, il continue. » Ouais, il pensait un peu à lui, quand il disait ça. Il se revoyait au tribunal, montrant du doigts son frère qui était assis sur le banc des accusés alors qu'il était innocent. Christopher le savait très bien qu'il n'avait pas tué leur beau-père, mais comment pouvait-il dire la vérité ? Comment pouvait-il oser pointer du doigts sa pauvre mère qui avait dû supporter l'homme pour pouvoir les nourrir ? Le jeune garçon qu'il était comprenait très bien ce qu'il faisait et les conséquences de son acte ; mais il avait pris sa décision. Comme les frères d'Elias avaient pris les leurs, tout en sachant ce qu'il se passerait. C'était un cercle vicieux, un défaut de l'Homme.

« Pas question que je vous laisse là. Bougez pas, je rassemble nos affaires. » Et une fois fait, il rejoint Elias, l'aidant à se relever et à tenir sur ses jambes. « Vous pensez pouvoir tenir jusqu'à chez moi ? J'habite pas très loin. » Et surtout, il ne savait pas où aller d'autre. Aucuns lieux n'étaient tranquilles et complètement sécurisés, et il avait peur que les choses tournent mal, surtout pour Elias. Comment pourrait-il l'aider s'ils se trouvaient entourés de zombies ? Christopher avait des médicaments chez lui, de la nourriture, de l'eau, un lit, enfin bref, au moins, il pourrait offrir quelque chose qui pourrait aider le pauvre homme. Ils ne croisèrent pas énormément de zombies sur leur chemin, et en dix minutes, ils commençaient à monter les escaliers menant à l'appartement où restait Christopher, parce que oui, il squattait depuis des semaines chez quelqu'un qui était d'ailleurs très certainement mort. Arrivés en haut, il laissa Elias s'appuyer contre le mur, ouvrant la porte. Ghost ne vint pas l’accueillir comme habitude, et un petit pincement au cœur le prit. Mais il ne laissa rien transparaître et guida son invité jusqu'à sa chambre, où son chien était désormais réveillé, toujours sur le lit. Il fit asseoir Elias, reprenant sa température au passage. « Installez-vous, je vais chercher de quoi vous aider. » Il prit des médicaments, de l'eau, de la nourriture consistante, quelque chose qui ressemblait à un tupperware si jamais il avait envie de vomir, et son coussin en rab. Revenant vers Elias, il le força à s'allonger, espérant qu'il allait pas trop souffrir. « Les relations entre frères, c'est toujours compliqué. On s'en rend pas forcément compte, mais on fait tous souffrir quelqu'un. Mais je suis sûr qu'ils n'ont pas souhaité vous faire de mal. Vous deviez être proche, avant tout ça ?  » souffla-t-il, brisant le silence.

Ghost s'était installé à côté d'Elias, et le regardait curieusement. C'était la première fois que Christopher ramenait quelqu'un, et le chien pouvait très sûrement sentir à quel point Elias souffrait. D'ailleurs, il lui reniflait la joue maintenant, et l'ancien banquier savait très ce qui allait suivre, alors il poussa un peu Ghost, lui lançant un regard significatif. Le canin couina, se blottissant aux côtés du pauvre malade. « Je peux faire quelque chose pour vous aider ? » questionna-t-il enfin, ne sachant pas quoi faire. Son beau-père était violent quand il buvait, mais tout le monde ne réagissait pas pareil.

HARLEY-

_________________

       
While seeking revenge, dig two graves - one for yourself.l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t491-flowers-bloom-chr
 
Bacchus has drowned more men, than Neptune [Christopher - Elias]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La CIDH emet un jugement en faveur d'Yvon Neptune
» Yvon Neptune fè konnen Aristide dwe pwononse li sou kandida lavalas yo o sena
» Fanmi Lavalas mete Yvon Neptune deyo
» Yvon Neptune a-t-il vendu la mêche?
» Spider Juice. {Christopher Dawkins}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Canterbury :: Stores-
Sauter vers: