AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oops I did it again [Ulysse & Connie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 15/09/2016
» messages : 1686
» points : 2420
» avatar : François Arnaud
» multicomptes : Gali la trouillette, Oscar le faux mignon,Felice la badass et Jesus le jesus.

» pouvoir : GPS
MessageSujet: Oops I did it again [Ulysse & Connie]   Mar 9 Jan - 22:06

Le monde était devenu à son image. Un bordel suffisamment chaotique pour qu'il ne ressente plus vraiment le besoin de vagabonder, encore et encore. Pendant un temps. Il s'était plu dans ce monde. Pour la première fois depuis si longtemps, il n'était plus un paria, un moins que rien. Sa vie valait autant que les autres. Ils ne valaient tous plus rien. Mais il avait eu une longueur d'avance. La survie, la démerde, c'était son mode de vie depuis son adolescence. Et tout avait basculé soudainement lorsqu'il avait retrouvé Kaleb sans vie. Le semblant de stabilité qu'ils avaient construit -plus que tout ce qu'il avait eu durant toute sa vie- s'était écroulé cette nuit là. Ce qui le rattachait encore au monde d'avant, à son ancienne vie, également.

Presque immédiatement, le besoin d'exorciser par la route, de repartir l'avait repris. Il n'avait attendu qu'une poignée de jours avant de se décider. Finalement, sans Kaleb, pas grand chose ne le retenait dans cette ville pourrie. Il y avait quelques connaissances, il y avait la relation particulière qu'il tissait avec Connie mais.. C'était tout. Il était tout de même allé prévenir le rouquin. C'était normal, après ce qu'ils avaient vécu tous les deux. Et puis ce dernier avait traversé ce qu'il endurait, lui aussi. Il ne savait pas pour combien de temps il partait. Il lui avait dit qu'il reviendrait. Même si au fond de lui, il n'en était pas tout à fait certain. Il n'avait jamais été certain de son avenir, ça ne commencerait sûrement pas maintenant.

Les semaines s'étaient écoulées. Il avait sombré autant qu'il avait remonté la pente. Il avait traversé des endroits sinistrés , bien plus encore que Canterbury. Certains avaient visiblement pensé à éradiquer la menace avec des bombes. Les villes avaient été soufflées. Les hommes avaient quitté les ruines. Mais les zombies erraient toujours. Il avait soigneusement évité Londres, malgré la curiosité et les regrets. Son instinct de survie ne l'avait pas tout à fait quitté. Les survivants qu'il avaient croisés étaient à l'image de ceux de Canterbury. La plupart avaient déraillé. Des gangs s'organisaient dans tous les sens. Mais il avait aussi rencontré quelques individus isolés. Et même une ancienne connaissance.

Sans qu'il sache trop pourquoi, il avait repris le chemin de Canterbury. Tous les chemins menaient à cette ville en ruine, fallait croire. C'était un peu les vieilles habitudes qui reprenaient. Celles de retourner dans des lieux qu'il connaissait, de temps à autre, histoire de retrouver des repères. Ses seuls repères, depuis la fin de tout ça, restaient là bas. Tout comme ses connaissances. Il avait retrouvé son ancien squatt. Tout était autant en ordre qu'il était possible de l'être. Personne n'était venu fouiller à nouveau ce vieil appart délabré. Même ses quelques réserves bien cachées étaient restées. Ce n'était pas la première fois qu'il ramenait quelqu'un ici. Cette fois, c'était un mec croisé sur la route, l'avant-veille. Un drôle d'énergumène, foutu de faire du stop à un croisement en pleine apocalypse. Ça l'avait fait marrer. Alors il s'y était arrêté, même si ça flairait le traquenard. Et finalement, ça n'était pas un traquenard. Juste un type un peu paumé, avec plus grand chose à perdre. Son insouciance était de bonne compagnie, ça lui faisait du bien. Et puis.. il était canon. C'était pas un mal. Et il lui permettait de passer du bon temps.

Ce qu'il était précisément en train de faire, avec le dénommé Fergus. Ils s'interrompirent tous deux en entendant Neptune aboyer à plusieurs reprises, puis une série d'autres bruits. Ca sonnait comme... des pas. D'humain. C'est le moment que choisit son don pour se mettre en alerte et ... oh ! Connie ! Mais... qu'est-ce qu'il foutait là ? Et pourquoi... maintenant ?? A la hâte, Ulysse enfila son boxer et son jeans avant de se diriger vers l'entrée, tombant nez à nez avec le rouquin.

"Connie ! Je m'attendais pas à te voir ici.. qu'est-ce qui t'amène ?"

Demanda-t-il, aussi surpris que gêné, alors qu'il passait sa main dans ses cheveux. Ca lui faisait plaisir de le revoir et il avait envie de le serrer dans ses bras mais.. quelque chose dans le moment le retenait. Quelque chose comme.. Fergus, qui passait la porte du salon, pas beaucoup plus vêtu que l'italien.

"C'est Fergus, je l'ai rencontré sur la route, sur le retour. Et Fergus, je te présente Connie, un ami d'ici. Tu veux bien nous laisser quelques minutes Fergus ?"


Il se tourna vers le grand brun et lui sourit, avant de refermer la porte pour se retrouver face à Connie.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 2023
» points : 1919
» avatar : Caleb Landry Jones
» multicomptes : Cecilou, Thomas, Morph, Kazu <3

» pouvoir : Polymorphie
MessageSujet: Re: Oops I did it again [Ulysse & Connie]   Dim 14 Jan - 0:07

Il n'y avait rien dans le ciel grisâtre de la journée pour aider le moral du rouquin, pas qu'il ait été un fervent admirateur du soleil qui tape et qui chauffe hein. Mais là la lumière lui manquait. Ou peut être que c'était parce que autre chose lui manquait. Ou quelqu'un. Plusieurs personnes en réalité. Et son chez lui aussi pourri fut il, son toit lui manquait. Il avait élu domicile dans une chambre d'immeuble assez haut comme à son habitude, après en avoir viré les propriétaires, un couple âgé qui n'avaient pas attendu que ça s'envenime pour mettre fin à leurs jours. Leur appartement avait servi de bunker vu comment les meubles avaient été poussés contre les portes et les fenêtres, heureux hasard pour le rouquin, il était assez menu pour se glisser entre l'armoire normande et cette dernière du côté de la ruelle après avoir longé un parapet pendant quelques mètres. C'était parfait. Il était en sécurité. Et il était seul. Ulysse lui manquait.

Bien sur, le tatoué aussi, son frère aussi, leur mort tournait encore en rond dans son cerveau la nuit quand il ne trouvait pas le sommeil. Son ami et rival Kjell aussi, d'une façon différente. Leur entrevue l'avait tellement perturbé... Il ne l'avait pas revu depuis et depuis deux personnes qu'il connaissaient avaient perdu la vie, il avait perdu sa planque et son... Quoi ? Copain ? L'Acciaro n'avait pas l'air de considérer ce qui se passait comme ça, il avait une vision de la chose plus libérée, y'avait qu'à voir ce qu'il faisait avec Kaleb quand il était encore là et que Connie avait à peine mis un pied dehors. Ce dernier avait bien essayé de lui expliquer, mais il n'avait pas les mots et surtout il ne voulait pas le faire fuir. Son côté indépendant lui avait plu... Et là il le privait de sa compagnie. Connie comprenait son besoin de prendre le large, il lui avait dit qu'il comprenait en tout cas, et s'il avait eu du mal à le lâcher il avait fait de son mieux pour que ça ne se voit pas trop. Ce qui ne l'empêchait pas de penser à lui bien trop souvent. Et de s'imaginer le pire quand les jours commencèrent à se suivre sans nouvelle de lui. Lys avait de quoi le retrouver avec son don alors si après plusieurs jours... Semaines, il n'était pas là... C'était qu'il ne reviendrait peut être pas ? Connie ne de pensait pas suffisamment important pour qui que ce soit pour imaginer qu'on revienne pour lui, il essayait de se faire à l'idée. Mais l'idée qu'il puisse tomber un jour sur son cadavre comme celui de Kal le hantait.

Ce jour là, il s'était dit qu'il pourrait aller faire un tour du côté de l'une de ses planques. Il avait besoin de quelque chose de familier. Rouge et honteux il avait demander à Lys s'il pouvait garder un truc à lui avant qu'il parte, en plaisantant il avait dit un truc qui l'obligerait à revenir en vie pour le chercher, la vérité c'était qu'il voulait toujours garder un peu de son odeur avec lui. Stupide hein. Seulement voilà après tout ce temps son T shirt sentait juste la vieille sueur froide, peut être qu'il trouverait autre chose. Au pire il retaperait un peu l'endroit et le dépoussiérerait. Il s'inventait des excuses du genre encore devant la porte, et ne s'attendait tellement pas à ce qu'on lui ouvre qu'il fit un bond en arrière comme le renard sauvage qu'il était. Et puis toute crainte s'était envolée. S'il en avait été capable, il aurait eu honte de ce qu'il ressentait en le voyant, mais il était trop content, son visage le montrait finalement et son ventre le lui rappelait aussi, bordel ce qu'il était content de le voir !

« Lys ! Putain tu m'as fait peur, ça fait longtemps que t'es rentré ? T'exagère mec ! »

Il demanda avec un faux ton de reproche, en souriant, plus pour l'humour que pour autre chose. Ça faisait trop longtemps et trop plaisir de le voir en vie et en chair et en os pour lui faire quelque reproche que ce soit. Enfin ouais il aurait bien aimé qu'il vienne le voir en arrivant mais on s'en foutait hein. Lys était revenu. Connie allait s'approcher, sans trop savoir s'il devait l'embrasser ou le serrer dans les bras ou juste... Rha quoi qu'il faille faire, et il remarqua le ton bizarre. Un peu tardivement. Et sa tenue. Et le type à moitié à poil qui traversait le couloir derrière lui. Il n'eut pas besoin de longtemps avant que le reproche ne revienne à grands pas avec de la bile au fond de sa gorge le tout accompagné d'un sentiment qu'il n'était pas sûr de connaître. Ça ressemblait à de la trahison. C'était douloureux en tout cas, son cœur se serrait bien plus que quand il avait vu Ulysse être si complice avec Kaleb. Quand il savait ce qu'ils faisaient tous les deux quand il était pas là. C'était hyper dur déjà à l'époque, mais là ?

« O..ok t'es occupé... À ce que je vois. »

Il dit d'une voix mal maîtrisée. Il reculas à  ouveau d'un pas ou deux, replaça la bretelle de son sac sans trouver quoi dire. Il avait envie de lui mettre un pain pour lui faire ressentir un truc pareil, mais qu'est-ce que ça changerait ?

« Ça fait longtemps que t'es en ville ? Non... Oublie,
je veux pas savoir. » il ravala durement. « Laisse tomber j'vais y aller. »

Il continua, tout en tournant les talons. Il voulait pas chialer devant Lys. Il voulait pas qu'il le prenne pour un pleurnichard encore, qu'il croit qu'il était accro... Pas indépendant. Pourtant c'était la vérité non ? Il réalisa. Connie s'en doutait depuis le debut, mais il n'était peut être simplement pas capable de ce que Ulysse attendait de lui et de sa façon de voir la vie sans aucune attache, aucune contrainte. Il pensait être comme ça mais il réalisait que non. Il regardait Ulysse avec un air triste mais presque résigné à abandonner à présent.

« J'suis désolé... Je peux plus, là. »

Il tourna les talons et commença à presser le pas. Il fallait qu'il s'en aille à son tour. Plus il verrait en face de lui ce qu'il s'était refusé de voir depuis le début plus ça ferait mal. Il pouvait pas changer, et il pourrait pas le changer alors à quoi ça servait de rester à part pour se torturer ? Il ne vit pas, parce qu'il pleurait comme un con, le zombie qui arrivait de la ruelle voisine et qui était à portée de bras. Ses dents s'enfoncèrent dans son bras droit.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t72-connie-hate-me-and
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 15/09/2016
» messages : 1686
» points : 2420
» avatar : François Arnaud
» multicomptes : Gali la trouillette, Oscar le faux mignon,Felice la badass et Jesus le jesus.

» pouvoir : GPS
MessageSujet: Re: Oops I did it again [Ulysse & Connie]   Sam 20 Jan - 17:46

Difficile de nier que... Ouais, il était occupé. Il avait prévu de retourner voir Connie, bien sur, c'était l'une des raisons principales de son retour mais.. Il était un peu pris à découvert, là , tout de suite. Il fit un pas vers lui et s'interrompit en le voyant se raidir.


"Je viens de revenir, j'ai pas encore..."


Il s'arrêta en entendant Connie se reprendre. Fallait pas être super perspicace pour voir que quelque chose n'allait pas pour le rouquin. Et pas l'être beaucoup plus pour en comprendre la cause... Au moins partiellement. Leur relation à tous les deux était un peu indéfinie et floue. Ils avaient commencé à tisser quelque chose de précieux et particulier alors qu'Ulysse vivait quelque chose d'autre et de pas beaucoup plus défini avec Kaleb. Il avait vu la pudeur du rouquin face à la situation, sans vraiment avoir l'impression que ça le dérangeait. En tout cas il avait semblé l'accepter. Et.. Ça aurait été difficile d'être autrement. Ulysse aurait été incapable de se séparer réellement de Kaleb après ce qu'ils avaient vécu. Jusqu'à ce que la vie en décide autrement. Aucune de ses relations n'avait été exclusive et le brun n'y avait jamais vu d'inconvénient. C'était comme ça qu'il voyait les relations humaines, point. Mais il avait cru comprendre qu'il n'en allait pas tout à fait de même pour le rouquin. Alors, ouais, il se doutait qu'il n'était pas réjouit de le voir dans cette situation avec Fergus. Du moins il s'en doutait en voyant sa tête. De manière générale, c'était pas hyper sympa comme retrouvailles. Il parvint à peine à lui dire d'attendre, à tendre le bras que l'autre avait déjà pris la fuite, sous son regard désemparé. Ulysse hésita un instant, prit une minute pour essayer d'expliquer à Fergus qu'il reviendrait.. Probablement, attrapa un t-shirt dans la foulée et sortit à sa poursuite.
Dans ces moments-là , pas le temps d'hésiter à chaque tournant. Sa mutation était d'une précieuse utilité. Il se laissa guider par les crissements dans ses oreilles, plus forts alors qu'il se rapprochait au pas de course.


Trop tard. Il arriva une fraction de seconde trop tard, son regard eut à peine le temps de se poser sur le zombie alors que celui-ci s'emparait du bras de Connie. Il n'avait rien sur lui. Pas une arme, pas même un couteau, celui-ci était tombé de la poche arrière de son jeans lorsqu'il l'avait ôté à la hâte un peu plus tôt. Alors il tenta de repousser le zombie à mains nues , en vain. A son tour, il évita de justesse une morsure. Lorsqu'un autre rappliqua, probablement attiré par le bruit, il se résigna. Il attrapa Connie à deux mains, le souleva en esquivant les morsures non sans mal et prit ses jambes à son cou dans la direction opposée, transportant Connie contre lui tant bien que mal.


"Ça va aller..."


Lâcha-t-il, essoufflé, avant de reprendre son souffle, les zombies toujours derrière eux. Il ne savait plus trop s'il disait ça pour se rassurer, pour la morsure ou pour la situation. Il avait ralenti le pas mais reprit en voyant qu'ils étaient presque rattrapés. Merde. Il allait pas pouvoir s'enfuir bien longtemps comme ça. Il fallait changer de plan. Il regarda aux alentours et repéra une porte à moitié enfoncée à peine plus loin. A bout de souffle, il courut jusqu'à là. Les escaliers étaient à moitié démontés, les lames avaient du être utilisées pour barricader quelque chose. Il parvint à déposer le rouquin en haut des marches avant de se hisser. Au moins ça ralentirait les zombies.


"Je peux voir ton bras ?"


Demanda-t-il avant d'inspecter la blessure. Putain, ça pissait le sang. Ce n'est qu'alors qu'il remarqua vraiment les larmes dans les yeux de Connie. Sans vraiment savoir si la cause était la blessure ou autre chose. Fallait qu'ils trouvent un bandage. Mais en attendant... Il ôta son t-shirt à nouveau et le déchira pour faire un bandage de fortune. Et en profita pour se pencher vers lui et le prendre dans ses bras. Autant pour le consoler que parce qu'il était content de le revoir. Et.. Désolé de ce qu'il venait de se passer. Il s'en tenait au moins partiellement responsable. Et ça n'arrangeait rien. 


"Je suis revenu par ici hier. J'avais pas encore eu le temps de venir te voir. Mais..." 


Il se tut. Ça sonnait un peu trop niais, il trouvait, de dire qu'il était revenu pour lui. 


"Je suis content de te revoir. Vraiment. Et.. On va te soigner ça, promis..." 


Continua-t-il, grimaçant un peu en pensant à la blessure. Il posa sa main sur le visage de Connie pour sécher ses larmes. 


"Tu te sens capable de marcher ? Faut qu'on te trouve de quoi te soigner.." 


Il y avait des appartements dans cet immeuble. Même s'il semblait avoir été pillé, il restait peut être de quoi faire au moins un bandage un peu mieux que celui qu'il avait là.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 2023
» points : 1919
» avatar : Caleb Landry Jones
» multicomptes : Cecilou, Thomas, Morph, Kazu <3

» pouvoir : Polymorphie
MessageSujet: Re: Oops I did it again [Ulysse & Connie]   Sam 20 Jan - 19:11

Ce genre de réaction à chaud, nerveuse et totalement dépourvue de rationalité n'arrivait que rarement au rouquin. Mais lorsqu'il était piqué à vif -que ce soit par humiliation ou incapacité de répondre- il perdait clairement tous ses moyens. Il ne s'était en tout cas pas rendu compte jusque là à quel point il avait pris sur lui depuis le départ. Sans être totalement naïf, comme il sentait parfaitement que la situation irait dans un sens qui poserait forcément problème un jour... il avait voulu tenir. Kaleb était Kaleb, bien sûr, il savait parfaitement dès la première fois qu'il avait vus les deux compères ensembles que quelque chose de fort les unissait. Il pouvait ne pas aimer ça, ça allait d'ailleurs au delà de la simple jalousie, c'était différent... Il avait beau de pas aimer, s'il voulait garder une place auprès du grand brun encore un peu, il n'avait pas beaucoup de choix. Connie le savait. Peut être qu'il avait crû qu'il aurait du temps avant d'y être confronté à nouveau de plein fouet. Peut être aussi qu'il lui était monté à l'a tête l'idée qu'ils pouvaient être là l'un pour l'autre, qu'il pourrait suffire à Lys maintenant. Sa raison savait que c'était con. Mais elle n'était pas la seule à parler ces temps ci. Il aurait préféré au moins que ça ne se passe pas comme ça. Qu'il puisse dire à l'autre combien il tenait à lui et que... il n'en savait rien, qu'il savait qu'ils étaient différents. Qu'un jour il ne pourrait plus tenir comme ça. Mais c'était tellement con d'être aussi épris de quelqu'un. Comment lui dire ça.

Les dents du zombie et la douleur vive qui se dégageait de son bras mirent un temps à arriver au cerveau de Connie, qui ne comprit pas d'abord. C'était tellement soudain, ça le sortait d'une torpeur pour le plonger dans une autre. Il ne pouvait pas atteindre son couteau qui était rangé de sorte qu'il l'atteigne avec son bras droit. L'homme défiguré par la pourriture qui l'avait atteint à de nombreux endroits grognait tout en enfonçant ses dents, et Connie cria. Il essayait de le détacher de son autre main mais il manquait de force. L'intervention de Lys lui permit au bout de plusieurs essais de récupérer son bras qui pissait le sang, le laissant choqué devant la blessure, le coeur battant. Il ne comprit pas tout de suite ce qu'Ulysse faisait et se retrouva porté sur une épaule avant de comprendre d'ailleurs. Chaque pas de Lys qui courrait pour les tirer de là résonnait et lui arrachait des gemissements, même s'il essayait d'appuyer sur le trou pour éviter l'hémoragie, la douleur était inconcevable.

« J... je peux courir ! »

Il voulu dire à Lys qui avait l'air déjà épuisé alors qu'ils n'avaient pas vraiment semés leurs agresseurs, mais il n'avait pas l'air de l'entendre. Connie n'était pas sûr d'avoir réussi à le dire assez fort pour que ça s'entende de toute façon. Il bénit le moment où ses pieds touchèrent le sol, même s'il était reconnaissant intérieurement envers Lys de les avoir tirés de là quand ce dernier leur trouva le bâtiment avec la porte enfoncée. Il vit l'escalier, et ne put qu'aider un peu à se hisser lui même, seul et sans Ulysse, il n'aurait pas pu atteindre l'étage. Il respirait fort et serrait encore plus fort son bras contre lui. A tel point que même s'il ne voulait pas refuser sa demande au brun, il n'arrivait pas à se décrisper. C'était tout sauf un mal, quand il obéit le sang se remit à couler et il pressa à nouveau son bras contre lui en le serrant avec l'autre aussi fort que possible.

Son coeur battait de toute l'adrénaline qui l'habitait, il n'avait pas eu aussi peur depuis qu'il s'était retrouvé aux prises avec cette femme terrifiante qui l'avait coincé sur son toit. Les larmes couraient encore sur ses joues. Mais ce n'était pas tout à fait les mêmes qu'un peu plus tôt, même si ça Ulysse n'en savait rien. Connie ne trouva rien à dire quand ce dernier les essuya avec gentillesse. Mais quand Ulysse commença ses piètres excuses, il dût lire dans ses yeux qu'il n'avait pas intérêt à essayer ça. Ils savaient tous les deux que Connie connaissait le don de Lys. Ils savaient tous les deux que si Lys avait voulu venir le voir en premier, il aurait eu la capacité de le faire. Le rouquin n'avait pas à lui dire à haute voix. Ca aurait sonné amer et con de toute façon. Il respirait juste fort, essayant de prendre de grosses goulées d'oxygène pour calmer son coeur et se concentrer sur autre chose que la douleur de sa blessure. Et de la façon dont il se sentait trahi. Il avait envie de l'envoyer chier de lui dire qu'il pouvait tout aussi bien retourner aller se taper tous les connards du coin, il était pas à un jour près, mais il n'en trouva pas le courage. Et c'était con. Il arborait juste un visage blessé et un regard fuyant quand aux mots gentils de Lys.

« T'y es pour rien si je me suis fait bouffer, arrête de me regarder comme ça. »

Il dit avec autant d'aplomb que possible. Il commença à se lever une fois que ses forces étaient revenues, et ne refusa pas son aide quand il manqua de se ramasser. Il s'appuya contre le mur, un moment muet, incapable de trouver les mots.

« Te sens pas obligé de rester pour moi. J'ai bien survécu jusqu'ici, pas vrai. Je peux me débrouiller, j'peux me soigner t'as pas... t'as pas à t'occuper de moi. On est pas... »

Un couple ? Liés d'une façon ou d'une autre ? Putain que ce soit les mots qu'il essayait d'aligner ou la douleur, ses larmes recommençaient à couler. Parce que c'était un mensonge. Mais pour que Lys s'en aille, c'était ce genre de trucs qu'il fallait dire non ? Qu'il était fort et indépendant et qu'il pouvait se débrouiller. Il pouvait encore faire ça la tête haute et garder les bons souvenirs qu'ils avaient eus, même si ça n'avait duré que quelques semaines. Mais il semblait qu'il était incapable de quitter ce mur. S'ils continuaient, s'ils allaient se planquer, Lys allait rester et il était incapable de garder Lys dans les parages si c'était à ce prix. Devoir partager alors qu'il avait un coeur si gros pour lui c'était... trop dur de respirer. Les sanglots avaient repris et Connie avait laissé totalement sa tête tomber, le trop plein d'émotions de ces dernières semaines retombait d'un coup.

« Lys....Kal j'pouvais comprendre tu sais. Je voulais rien dire... j'avais pas le droit de vouloir que... J'avais aucun droit... Mais je voulais pas que tu me déteste. »

Il renifla aussi calmement que possible, mais ses respirations étaient pires à mesure qu'il essayait de les contrôler. Bordel, c'était la fin de sa dignité. Mais quand on pisse le sang et qu'on a tout perdu... la dignité, hein.

« Mais sérieux... ça ? Alors que je croyais que t'étais peut être mort dans un trou ou que... que tu reviendrais jamais ? Pourquoi... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t72-connie-hate-me-and
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 15/09/2016
» messages : 1686
» points : 2420
» avatar : François Arnaud
» multicomptes : Gali la trouillette, Oscar le faux mignon,Felice la badass et Jesus le jesus.

» pouvoir : GPS
MessageSujet: Re: Oops I did it again [Ulysse & Connie]   Jeu 25 Jan - 21:23

Pour rien, pour rien, c'était vite dit.. Évidemment, il ne s'était pas jeté sur le bras de Connie pour en croquer un bout mais il avait bien compris que ce que ce dernier avait surpris l'avait perturbé au point de ne pas prêter attention au zombie du coin. Et quoi qu'il en soit, culpabilité ou non, il était désolé pour le rouquin qui devait souffrir le martyr, même s'il tentait de s'en cacher.

"C'est pas le problème.."

Grommela-t-il alors qu'ils se mettaient en route pour aller fouiller les appartements alentours. Ulysse se tourna vers le blessé et se tint prêt à l'aider, passant son bras autour de lui pour le soutenir au bout de quelques pas. Il s'interrompit en voyant Connie s'arrêter, à quelques mètres de la première porte. Ils entendaient toujours les zombies en bas de l'immeuble. Heureusement que l'escalier était pété, en fin de compte. Et il soupira longuement en l'entendant. Comme s'il allait se barrer comme un connard maintenant, et le laisser en plan avec sa morsure au bras. Connie le prenait vraiment pour le dernier des connards en cet instant ou quoi ?

"C'est hors de question. J'vais pas me casser là. Je sais que tu peux te débrouiller. Mais t'es pas obligé de le faire seul pour autant."

Alors qu'il était au bord des larmes, sous le coup de la douleur ou d'autre chose.. Non, vraiment, il n'allait pas le laisser se démerder et se soigner seul. Et puis il était attaché à lui, réellement. C'était pas n'importe qui, Connie.

"Hé... tu vas t'en sortir, on va guérir ça, d'accord ? Ca va aller..."

Tenta-t-il de dire, d'une voix douce, espérant que ça apaiserait les sanglots. Si la blessure ne se refermait pas rapidement ou si elle empirait, il restait l'option d'aller voir le petit guérisseur au camp, qui l'avait déjà soigné. Cette mutation était décidément précieuse ces derniers temps. Mais.. les sanglots de Connie ne semblaient pas s'apaiser, bien au contraire. Et Ulysse le regarda à nouveau, perplexe et inquiet, en essayant de comprendre ce qu'il essayait de dire. Sans être certain de vouloir le comprendre réellement. Il hocha la tête, tentant de comprendre ce que le rouquin attendait de lui. Entre Kaleb, les droits, l'image de lui mort dans un trou... C'était un peu embrouillé dans sa tête. Il hésitait à s'approcher pour le prendre dans ses bras, pas certain que le rouquin ne le rejetterait pas. A la place, il lui attrapa sa main valide, délicatement, et serra ses doigts entre les siens.

"Je t'avais dit que je reviendrais. C'était pas des paroles en l'air. J'avais besoin de temps mais..."

Il détourna un peu le regard. Il n'avait pas encore vraiment digéré la perte de Kaleb. Et ça n'arriverait pas tout de suite. Mais ça lui avait fait du bien, de bouger. Réellement. Changer d'air, c'était sa bouée de sauvetage. Même si à présent, les paysages délabrés se ressemblaient. Les villes ravagées racontaient la même histoire, les fermes barricadées et couvertes de sang également.

"C'est pour toi que j'suis revenu. Pas pour cette ville de merde. Y'en a des tonnes d'autres, des villes comme ici. Elle est pas pire mais pas tellement mieux."

Il le regardait à nouveau, sincère, autant que possible. Certaines choses semblaient évidentes et pourtant.. il avait du mal à comprendre ce que Connie attendait de lui, là tout de suite. Il finit par étendre ses bras autour de lui, prenant garde de ne pas appuyer sur sa blessure.

"J'ai pas voulu que tu t'inquiètes, tu sais. On peut crever à tout instant dans ce monde mais.. j'ai pas l'intention de me laisser faire."

Et la survie, ça le connaissait, la démerde aussi. Même s'il ne pouvait s'empêcher de penser que Kaleb aussi était taillé pour ça. Enfin il l'avait pensé. Malgré tout, le tatoué était plus chaotique que lui. Encore plus. Il s'écarta de lui et tenta d'aider Connie à se reprendre pour continuer jusqu'à l'appartement le plus proche. Il voyait le sang perler à travers le bandage et c'était tout sauf rassurant. Rapidement, ils arrivèrent dans le logement dont la porte avait déjà été défoncée. La cuisine avait été pillée et les meubles retournés dans tous les sens. Le pillage datait probablement d'avant la casse de l'escalier. Quelques temps plus tôt. Et les responsables n'avaient visiblement pas cherché beaucoup de choses à part de la bouffe. Les placards étaient vides mais il restait des fringues propres, des draps et un tas d'autres trucs. Ulysse poussa Connie à s'installer sur le canapé, encore intact et fit le tour du reste du petit appartement. Pas de bandages mais du désinfectant et des draps propres. Ces temps-ci, on ne pouvait pas rêver de beaucoup mieux... Il attrapa un couteau de cuisine et coupa dans le drap avant d'en imbiber une petite partie de désinfectant.

"Ca risque de piquer ... vraiment fort. Accroche-toi."

Il le regarda, désolé, avant d'appliquer le drap sur sa plaie, dont il avait défait le bandage de fortune fait de sa chemise. Au moins, il ne ressortirait pas d'ici comme il était venu, torse nu. Il laissa la plaie sécher quelques minutes, critiquant la décoration kitsch de l'appartement pour détendre le rouquin. Il attendit d'avoir fini les soins pour s'attaquer à ce qui faisait mal.. à nouveau.

"C'était un type largué... Fergus. Je l'ai rencontré sur le retour. C'est pour ça que j'suis revenu avec lui. Mais... je vais pas le revoir. C'était juste... comme ça."

Il haussa les épaules. Ne sachant pas trop si ses justifications étaient bonnes à prendre ou si elles enfonçaient le couteau dans la plaie.

"J'ai pas envie de te rendre triste. Mais.. C'est quoi, ce que tu attends de moi, exactement ? Faut que tu m'aides, là dessus... "

Demanda-t-il, après un moment d'hésitation. C'était pas vraiment dans ses habitudes, d'être aussi direct et pieds dans le plat que ça. Mais il était perdu et les larmes intarissables de Connie lui faisaient mal au coeur, vraiment.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 2023
» points : 1919
» avatar : Caleb Landry Jones
» multicomptes : Cecilou, Thomas, Morph, Kazu <3

» pouvoir : Polymorphie
MessageSujet: Re: Oops I did it again [Ulysse & Connie]   Dim 28 Jan - 17:55

Trop de temps, il s'était écoulé beaucoup trop de temps durant lequel le rouquin avait eu tout le loisir de se torturer avec des sentiments qu'il ne comprenait pas. Perdu entre son indépendance si chère et les pensées envers l'autre crétin qui comprenait rien et qui lui serraient le cœur. En ce moment même aussi, alors que son bras irradiait d'une douleur sourde que son adrenaline essayait de faire taire, son cœur lui faisait mal aussi. De se rendre compte qu'il était indispensable à personne et certainement pas à Lys. D'avoir pensé que lui aussi serait heureux de retrouver sa liberté pour se rendre compte que sa présence lui manquait autant. Et que c'était pas tellement réciproque puisqu'il mettait autant de temps à revenir. Et revenir pour quoi ? Passer du temps avec un inconnu plutôt que lui. Comment voulait il qu'il arrête de pleurer en pensant à des trucs pareils. Il se faisait l'impression d'un gamin capricieux. La main de Lys et sa voix douce ne tarissaient pas son chagrin, mais l'aidaient à avancer. Il allait pas crever comme ça dans sa propre morve bordel.

Il hoquetait de vouloir retenir ses sanglots ridicules, et gardait la tête baissée pendant qu'Ulysse faisait tout le boulot. Il essayait de se raccrocher à ce qu'il avait dit. Il avait dit qu'il était revenu pour lui, mais ça ne faisait aucun sens, vu ses actions. Mais il essayait vraiment de le croire. Et en même temps lui en voulait tellement de le mettre dans des états comme ça. Parce que tout ça c'était à cause de lui. Parce qu'il était ridiculement cool, gentil, intelligent et en même temps tellement tellement con. Il était foutu depuis longtemps, Kaleb s'en était rendu compte en voyant simplement la façon dont il le regardait. Est-ce que Lys ne comprenait pas ce qu'il représentait ? Connie acquiesça et lui rendit l'accès à son bras, retirant avec lui en tremblant le linge de sa blessure. Elle était vraiment moche, et profonde même s'il parvenait à bouger le bras dans une grosse grosse emorragie. Revoir ça lui faisait vraiment peur, et le laisser s'en approcher avec le linge pour désinfecter encore plus. Il eut inexorablement plusieurs mouvements de recul avant de réussir à le laisser faire, non sans gémir de douleur et se remettre à sangloter. Il finit haletant, mais soigné et recouvert, il était soulagé que ça soit enfin fini, et s'était presque arrêté de pleurer complètement vidé. Ne subsistaient que quelques reniflements quand Lys attaqua le vif du sujet.

« Si c'était quelqu'un de... D'aussi... Pourquoi t'es resté avec au lieu de venir me dire que t'étais là ? Pourquoi faire ça avec lui alors que... »

C'était la peine qui parlait toute seule, et le rouquin avait honte de demander un truc comme ça. Tellement honte qu'il se sentait obligé d'ajouter.

« C'est... C'est pas un reproche, je comprends juste pas... c'est... Si tu dis que tu revenais pour moi, alors pourquoi ? »

Il voyait que Lys s'ouvrait pour lui demander ça et il était aussi paumé quand à la réponse à apporter. Il voulait quoi de lui en réalité, hein ? L'exclusivité ? Être tout pour lui ? Non... Ça faisait trop peur ce genre de choses.

« J'en sais rien... J'en sais rien moi, je pensais que juste avoir le droit d'être un peu avec toi c'était tout ce que je voudrais. Je pensais pas... Je déteste ça mais je suis putain de possessif. »

Il balança, énervé tout seul.

« Je suis épuisé et dégouté parce que j'arrête pas de penser à toi, tu me rends dingue ! Et j'me sens con d'être le seul. Et j'me déteste de pas être capable de te faire comprendre à quel point j'ai... j'ai... Je sais pas faire décontracté ou... Ou casual comme toi. Je te l'ai dit, je sais pas. Je suis egoiste et capriceux et... je peux pas te dire ce que j'attends parce que je peux pas te changer, je veux pas, et si... Si tu ressens pas le besoin d'être avec moi comme moi je... Je peux pas changer ça. Je me sens tellement impuissant... Et ça me tue...»

Et c'était dur à admettre. Mais c'était le cas. Tout ce qu'il n'avait pas pu dire de peur de faire fuir Ulysse pendait là, dans l'air entre eux deux. Parce qu'il savait qu'il y avait une dissonance. Il pensait qu'elle évoluerait peut être avec le temps.

«  Je crois... Que... tu m'aimes bien, mais à part ça j'en sais rien. J'te parle pas d'être un Prince charmant mais si tu penses que c'est pas... Que tu peux pas... »

Alors ça voulait dire qu'ils devraient en rester là ? Il se mordit la lèvre. Il avait l'impression d'avoir brise un silence qu'il n'aurait pas dû briser. Il aurait dû rester avec ce qu'il avait, juste prendre ce que Lys voulait bien lui donner. Mais il semblait que ça soit impossible de continuer aussi longtemps qu'il l'aurait voulu. Il reprit petit à petit son souffle. Si ses yeux étaient rouges d'avoir tant pleuré et du fait qu'il les avait aussi tellement frottés. Il se sentait aussi mal que le jour où il avait découvert le corps de Kaleb et celui de son frère. Il se sentait aussi perdu que la fois où il avait perdu son repère, et qu'il avait failli y rester. Il était totalement paumé. Il voulait rester avec lui et en meme temps plus ça durait plus il savait que la chute allait être rude.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t72-connie-hate-me-and
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 15/09/2016
» messages : 1686
» points : 2420
» avatar : François Arnaud
» multicomptes : Gali la trouillette, Oscar le faux mignon,Felice la badass et Jesus le jesus.

» pouvoir : GPS
MessageSujet: Re: Oops I did it again [Ulysse & Connie]   Ven 16 Fév - 20:41

Il n'était ni aveugle, ni complètement con mais n'en demeurait pas moins surpris des mots de Connie. A sa connaissance, c'était la première... crise de jalousie de Connie dont il était témoin. Et non seulement témoin, plutôt cible ou acteur. Et ... malgré tout ce qu'il avait cru comprendre jusqu'à présent, ça le suprenait. Qu'il l'exprime comme ça et qu'il le ressente de cette façon. Il l'avait senti pudique, avec Kaleb, lorsqu'ils étaient tous les trois. Mais il n'avait pas eu l'impression qu'il était possessif. Pas de cette manière. Alors que Kaleb, c'était quelqu'un d'important, contrairement à Fergus. A ses yeux, c'était paradoxal d'être jaloux pour quelqu'un qui n'avait pas d'importance dans sa vie. Il haussa les épaules en guise de réponse. Fallait-il vraiment justifier d'avantage ? Il n'avait pas souvent eu à faire à des crises de jalousie mais ça ne l'empêchait pas de savoir qu'il était difficile de faire entendre raison lorsque c'était les sentiments qui parlaient. 


"C'était sur la route, c'est pas lié..."


Finit-il par avancer tout de même, sans être vraiment persuadé que ça arrangerait ou expliquerait quoi que ce soit. Il avait l'impression que quoi qu'il en soit, quoi qu'il dise ou fasse, il ne ferait qu'empirer les choses. Et ... vraiment, ça lui faisait mal au coeur de le voir dans cet état. En tout cas, Connie confirmait qu'il était possessif. Ce qui.. n'était pas vraiment une bonne nouvelle. Il resta sans voix en l'entendant. Malgré tout le reste, en entendre autant et de cette manière c'était... inattendu. Surtout vu la relation qu'ils avaient eue jusqu'à présent. Il avait peiné à penser à autre chose que Kaleb lorsqu'il était parti. Mais il était parvenu à couper. Plus ou moins. Et... jamais il n'aurait imaginé Connie ne penser qu'à lui.. à ce point. Ça le frappait à présent. Il s'assit à ses côtés et ferma les yeux un instant. Cherchant la bonne chose à faire ou à dire. C'était... compliqué, c'est le moins qu'on puisse dire. 


"Je suis désolé."


Finit-il par murmurer. Parce que oui, il l'était, que Connie ait vécu ça lorsqu'il était parti. Il ne l'imaginait pas. Et ça aussi, il en était désolé. Même s'il avait tenté de lui dire de ne pas l'attendre, il n'avait peut-être pas pris la mesure... Il fronça les sourcils, songeant qu'en fin de compte, les non-dits ça n'était pas si mal. Enfin... pas si mal pour lui. Un peu trop pour Connie, malheureusement, le constatait-il. 


"J'ai pas envie de te faire du mal et que tu te mettes dans des états pareils à cause de moi."


Ca sonnait horriblement cliché et... bizarre dans sa bouche mais pour le coup, il le pensait. Vraiment. C'était pas du tout un truc qu'il avait anticipé. Et... prendre une décision de ce type en cet instant, c'était pas non plus un truc qu'il avait anticipé. Au moins, ils étaient protégés des zombies ici. Et... Connie n'était pas guéri mais sa blessure était un peu moins pire qu'avant. Si.. on voulait trouver des côtés positifs à la situation. Le moins positif, c'était qu'il allait falloir briser le silence qui s'installait à nouveau. 


"T'as probablement raison. Enfin... je crois que j'en sais rien. C'est pas vraiment dans mes habitudes de me poser ces questions là."


Il passa sa main dans ses cheveux. Putain. Si Kaleb était là, il se fracasserait la tête contre un mur, affligé. 


"Je suis pas sûr que le monde... en tout cas ce que j'en connais et ce que j'en ai vu se prête vraiment à .. ce que tu as l'air de chercher. J'aimerais bien te dire que si mais... c'est trop le bordel. C'est instable partout, les gens se perdent de vue, tout le temps et... "


Il soupira. Est-ce qu'il n'était pas encore en train d'aggraver le truc en enfonçant Connie, là ? Il marqua un silence avant de se reprendre. 


"Oublie. C'est que ma vision du truc. Le monde n'est pas aussi chaotique pour tout le monde."


Il était suffisamment lucide pour savoir que le chaotique, dans l'histoire, c'était surtout lui, au moins autant que le monde, sinon plus. Et ça n'arrangeait rien. 


"J'apprécie vraiment. Ce qu'on a tous les deux. Les moments où on est ensemble. Et.. pour être honnête, j'serais triste de plus te voir. Mais.. si c'est pour que ça te rende triste et dans cet état là... c'est peut-être mieux qu'on arrête.. malgré tout ?"


C' était pas son truc, ce genre de discussion. Ni de décision. Et.. C'était difficile de décider. De trouver le moins pire. Si ça ne tenait qu'à lui, il aurait poursuivi sans se poser de question. Il était vraiment attaché à Connie. Mais.. Y'avait pas que lui dans cette histoire.


"T'en penses quoi ? C'est quoi le mieux pour toi ? Ou.. Le moins pire ? "


Lui demanda-t-il en se tournant vers lui à nouveau, conscient que la décision n'était pas aisée pour lui non plus.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 2023
» points : 1919
» avatar : Caleb Landry Jones
» multicomptes : Cecilou, Thomas, Morph, Kazu <3

» pouvoir : Polymorphie
MessageSujet: Re: Oops I did it again [Ulysse & Connie]   Dim 18 Fév - 22:12

Sur la route, avait dit Lys. C'était pas lié... Ce genre de raison paraissait invraisemblable au rouquin. Pourtant il savait que le brun ne mentait pas. Il était aussi franc et sincère que toujours, juste naturel... C'était juste naturel pour lui de coucher avec un type qu'il venait de rencontrer, qu'il ait perdu quelqu'un d'aussi important pour lui et intimement lié que Kaleb trois semaines plus tôt, qu'il ait quelqu'un comme Connie qui attendait qu'il revienne et qui tenait à lui. C'était pas lié. Comment est-ce qu'il aurait pu comprendre ? Et même s'il comprenait la vision des choses qu'en avait le rouquin, qu'est ce que ça changerait. Comme ce dernier l'avait dit, il ne pouvait pas ni ne voulait le changer. Connie renifflait et se sentait toujours aussi faible et vulnérable, d'avoir dit tout ça à voix haute le rendait faible et vulnérable à ses yeux. Avouer qu'il était capable d'aimer quelqu'un comme ça, tout en sachant que ce n'était pas vraiment retourné ça aurait dû être considéré comme un truc courageux mais il se sentait complètement nu. Si bien qu'il attendait le moindre mot venant de sa part comme quelqu'un qui attendait le fouet, presque. De toute façon même s'il connaissait plus ou moins la réponse, ça aurait l'effet d'un coup de fouet.

Connie essayait de calmer sa respiration, et les mots de Lys eurent un autre effet que celui escompté. S'il avait pu avoir les larmes aux yeux encore il aurait probablement pleuré. Ulysse était tellement gentil avec lui. Ses excuses, qui auraient pu être tout autre chose, était tout ce que le rouquin attendait. Il s'en rendit compte en entendant ses mots. Il voulait s'excuser aussi. Il bafouilla quelque chose qui s'y apparentait. Il  était désolé lui aussi. Ilvait l'impression de l'avoir trompé en imaginant qu'il serait capable d'autre chose. De se contenter de ce qu'il pouvait lui donner. Alors qu'il voulait plus. Tout, en fait. Avec Kaleb c'était différent, pas moins difficile mais il se disait que si c'était la condition à accepter il le ferait. Mais clairement ça allait aller en s'empirant. La vision que Lys avait du futur, Connie l'avait eu aussi. Il ne voulait pas s'attacher, rester seul, ne rien devoir à personne mais... D'avoir eu la chance de rencontrer un type comme lui changeait sa vision des choses. Est-ce que c'était pas ce genre de rencontre qui prouvait que ça servait à quelque chose d'essayer, et continuer ?

« J'suis pas d'accord... »

Il inspira fortement, sa respiration saccadée mais plus posée qu'avant.

« Même si ça fait un mal de chien... J'regretterai jamais. J'peux pas changer ta façon de voir mais je préfère ça que ce que j'avais avant de te rencontrer. »

Il était toujours terriblement triste. Ça faisait un moment qu'il voyait que lui et Ulysse ne fréquentaient pas les mêmes sentiers. Il savait qu'il avait été chercher trop loin de ce qu'il pouvait supporter mais voir sur leurs chemins se séparaient c'était... Tellement dur.

« J'suis désolé Lys je... Je voulais pas te mentir. Je pensais vraiment que j'y arriverai. »

Il l'arme coula encore et il l'essuya sans broncher. Ça lui prendrait du temps de plus avoir mal comme ça mais il ne voulait pas imaginer ne plus le revoir. C'était trop dur.

« J'voudrais... Tu crois... Tu crois que tu voudrait quand même être ami avec quelqu'un comme moi ? »

Sa voix osait à peine porter cette idée. Connie voulait croire qu'il serait capable, s'il n'attendait plus quelque chose d'impossible de la part d'Ulysse qu'ils auraient autre chose à partager. Leur vie était loin d'être finie, ils étaient loin de se résumer à ça alors... Si l'autre n'en avait pas déjà marre de gérer les crises d'un idiot comme lui, peut être qu'ils pourraient essayer. Il hésita et se rendant compte qu'il n'avait plus franchement grand chose à perdre, il se tourna vers Lys pour chercher du réconfort dans une dernière étreinte. Il avait tellement mal à son bras, le cœur tellement serré, mais l'élan d'affection qu'il avait pour lui était toujours bien présente. Il le serra fort un moment, jusqu'à ce qu'il sente qu'il était temps de le lâcher. Il soupira fort, et repris une respiration plus saine. Il fallait aller de l'avant.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t72-connie-hate-me-and
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Oops I did it again [Ulysse & Connie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oops I did it again [Ulysse & Connie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Canterbury-
Sauter vers: