AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Like father like... Son [ Amethyst - Thomas ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 03/05/2017
» messages : 1047
» points : 1453
» avatar : Luke Evans
» multicomptes : Connichieur & Morphinou & Kazusexy

MessageSujet: Like father like... Son [ Amethyst - Thomas ]   Mar 23 Jan - 11:37

Thomas avait laissée Iris à son médecin avec une certaine inquiétude, mais seulement parce qu'il n'était pas sûr de savoir comment elle s'en sortirait. L'homme lui avait l'air parfaitement compétent malgré son jeune visage, il avait pleinement confiance en lui et au fait qu'il ferait tout ce qu'il lui était possible pour aider son ancienne élève. Il culpabilisait toujours de cette situation, et de s'être rendu compte qu'il avait totalement été aveugle aux souffrances de la jeune élève lorsqu'elle était dans ses cours à l'époque le rongeait. C'était une marque d'échec des années auparavant, et même maintenant. Mais pour le moment il ne pouvait rien faire de plus. Et l'important c'était qu'elle s'en sorte.

Comme il l'avait expliqué à l'autre homme, il avait une mission lui même. Même si son but premier avait été de quitter Londres pour rejoindre son régiment, il avait rapidement quitté ce dernier a son tour quand la situation s'était aggravée. Thomas savait depuis le départ que rejoindre les militaires ne présageait rien de bon. Il avait espéré pouvoir venir en aide à plus de gens avec les moyens nécessaires, mais il s'était avéré que dans la panique et la désolation ambiante, une fois que les gouvernements étaient tombés, le pire était ressorti malgré le fait qu'ils étaient capables du meilleur. Et récemment, il avait entendu que le camps avait été décimé. Il avait entendu parler d'un autre endroit, un camps militaire près de Canterbury. Il ne connaissait pas l'endroit mais il savait que certains de ses anciens camarades avaient été envoyés là bas. Dans l'ensemble il avait gardé très peu de contact de son ancienne vie. Il avait souhaité tourner la page. Mais l'armée ne s'oubliait pas si facilement. Après avoir quitté la sécurité de son refuge de la veille donc il s'était dirigé vers le point sur la carte où la division devait se trouver. Et après quelques longues heures de marches, il tomba nez à nez avec les restes de ce qui devait être là division qu'il cherchait.

Elle avait été rasée comme par un ras de marrée. Il n'en restait rien, pas même la horde qui devait être à l'origine de ce massacre. Ça avait l'air récent pourtant quelques soldats zombifiés erraient encore, mais le plus gros n'était plus là. Il y avait aussi un bon nombre de corps par terre, des deux camps, qui ne se releveraient plus. Thomas senti ses espoirs descendre de plusieurs niveaux dans son estomac. Il ne s'identifiait plus à eux, mais ça restait un choc. Il avait compris depuis longtemps que la supériorité physique et les armes n'étaient plus grand chose dans ce Monde mais... Il marcha près des décombres, mit fin à l'agonie d'un ou deux morts vivants à sa portée avec son couteau, le seul souvenir qu'il avait gardé de l'armée. Et il entendit une voix l'appeler. C'était impossible qu'on le connaisse ici à moins que ce soit...

« Simon ! »

Le gamin, celui qu'il avait connu au camps quand tout ça avait commencé... Il était livide et dépassait à peine d'un tas de cadavres qui lui avaient probablement épargné de se faire dévorer. Thomas accouru et retira les corps pour découvrir que son ami n'irait pas bien loin. Il senti l'émotion l'envahir, mais il garda le visage aussi stoïque que possible. Il finit par lui sourire doucement.

« Il faut toujours que tu te mettes dans des situations pas possible toi hein... »

Il s'agenouilla auprès de lui et lui teint compagnie alors qu'il le sentait partir. Au moins il n'était plus seul dans un océan de cadavres, disait il.

" T'as vraiment une salle gueule Maggy. "

Il articula avant de doucement fermer les yeux. Thomas lui dit d'arrêter ses conneries, déjà au camps il se moquait de lui pour ce second prénom. Cetait celui que lui avait donné son père par dévotion pour la femme qu'il avait aimé avant sa mère et n'avait jamais eue. Une drôle de blague, si vous vouliez son avis. Maintenant son ami parti, l'ancien militaire laissa aller sa peine. Il pleura si fort, le poids de ces derniers jours sur ses épaules, il commençait à trembler. Il se mit à paniquer en comprenant qu'il était en train de changer. Et quand il releva les yeux pour s'assurer qu'aucun civil n'était dans les environs, il vit deux yeux bleus et bien jeunes le fixer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1786
» points : 1444
» avatar : Troye Sivan
» crédits : Ilyria (avatar), Alaska (signature)
» multicomptes : Cupidon le mignon, Suraj le sage, Iris la fuyarde & Kjell le héros solitaire !

» pouvoir : Apaisement par contact, mais ne s'en rend pas compte. Se croit humain.
» appartenance : Sans groupe fixe.
MessageSujet: Re: Like father like... Son [ Amethyst - Thomas ]   Sam 27 Jan - 4:09

Ce qu’il faisait là, hors de la ferme qu’il avait investi aux côtés d’Archibald ? Et bien justement, il cherchait ce dernier. Il avait la boule au ventre. Il ne savait pas où était son ami. Oui, ami. C’était sans doute ça le mot ? Il n’était toujours pas sûr de lui. Il sentait bien qu’il l’aimait plus qu’un simple ami, mais… Pouvait-on aimer plus qu’amicalement un garçon qui tenait parfois plus du zombie que de l’humain ? C’était le genre de questions qu’il préférait zapper mentalement. Comme d’autres angoisses à force de vivre avec quelqu’un qui pourrait le dévorer s’il baisse sa garde. Une peur qui se manifestait de plus en plus souvent. Peut-être parce qu’il se sentait plus fatigué. Peut-être parce qu’Archibald ne pouvait pas suffire à lui seul à faire son bonheur. Felice lui manquait. Mais… Il avait essayé de retourner à son camp, et il était vide. C’était ça qui lui avait pris plus de temps que prévu. A cause de ça qu’Archie avait eu le temps de partir. Est-ce qu’Amy s’en voulait d’être parti si longtemps ? Deux jours. Seulement deux jours, mais… Il avait peur que ces deux jours aient été de trop.

Avec Olivia, ils avaient cherché aux alentours d’abord. Puis, il s’était éloigné. Un peu plus. Toujours plus. Ne revenant plus à son “QG” de base. Au final, peut-être qu’Archie était déjà rentré, mais il n’avait plus les idées tout à fait claires. La solitude le rendait fébrile, assez peu sensé. Il prenait même des risques stupides. Peut-être qu’il devenait un peu fou. Il ne savait plus trop. En si peu de temps, il perdait tellement de repère qu’il ne savait plus trop à quoi s’accrocher. Livia, c’était la seule personne qui restait avec lui. Mais elle ne lui parlait pas beaucoup. Alors… Amy parlait un peu tout seul. Il avait songé à aller retrouver Andrew et son groupe. Seulement, sans Archie, il n’était pas sûr de supporter de voir Andrew si bien avec d’autres gens. Une pointe de jalousie l’étreignait sans doute.

C’est en reprenant ses recherches qu’il avait aperçu cet homme. Pas un homme. L’homme. Celui dont il connaissait le visage depuis des années. Il avait vieilli mais… C’était lui. Alors… Il l’avait suivi. A distance. Comme un prédateur face à sa proie ? pas vraiment. Plus comme une ombre, un ange gardien qui veillait sur ses arrières. A défaut de réussir à lui faire face. Il avait marché jusqu’à arriver aux abords de ce camp dévasté. Qu’est-ce que son père pouvait chercher ici ? Il n’y avait que mort et désolation. Amethyst ne comprenait vraiment pas. Pourtant, il resta en retrait. Il observa. Presque désolé pour cet inconnu qui n’avait pas eu la place qu’il aurait sans doute mérité dans sa vie. Il était à deux doigt de faire demi-tour quand un important groupe de zombies était arrivé dans la rue où il était avec sa chienne. Elle avait été la première à courir. Il avait suivi.

Mais quand il s’était retrouvé tout près de son père, il avait déchanté. Qu’est-ce qui était le mieux, cette chose ou les zombies ? Il eut un regard un peu paniqué. Puis se ressaisit. Il lui fallait une stratégie. Et à défaut de savoir ce que son père était en train de devenir, il savait ce qu’était un zombie et comment s’en défaire. Alors, il fit demi-tour, fonçant vers les zombies, suivi par Livia, apeurée. Zombies et père se trouvèrent bientôt face à face, eux deux au milieu.

Il se tourna vers son père, cherchant son regard, une lueur d’humanité.

Papa…” fut le seul mot qu’il réussit à lancer la gorge serrée.

Un mot si inconnu. Mais il n’eut pas le temps de tergiverser, les zombies étaient là. Il s’enfonça parmi eux, enfonçant son couteau dans les crânes, mais se fondant parmi eux au fur et à mesure que le sang couvrait son odeur. Dès que les zombies ne regardèrent plus ni lui ni sa chienne recouverte de sang noir, il observa son père… Ou ce qu’il en restait. Sans savoir quoi faire. Allait-il décimer ces zombies qui lui semblait être comme un rempart ? Et s’il ne restait que lui, allait-il le tuer aveuglément ? Est-ce qu’il allait mourir de la main de son père ?

_________________
There for you
So when your tears roll down your pillow like a river, I'll be there for you, I'll be there for you. When you're screaming, but they only hear you whisper, I'll be loud for you. But you gotta be there for me too... •• ALASKA (Troye Sivan & Martin Garrix)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t803-amethyst-i-ll-be-
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 03/05/2017
» messages : 1047
» points : 1453
» avatar : Luke Evans
» multicomptes : Connichieur & Morphinou & Kazusexy

MessageSujet: Re: Like father like... Son [ Amethyst - Thomas ]   Mer 31 Jan - 23:53

C'était un cauchemar sans nom. Thomas avait beau avoir enfin dormi, il n'avait manifestement pas récupéré suffisamment. Son corps, sa tête étaient épuisés. C'était forcément un autre cauchemar, pas vrai ? Ce garçon et son chien ne pouvaient pas être sur les lieux d'un tel carnage. Ils ne pouvaient pas se trouver là alors que Thomas commençait à perdre le contrôle de lui même et ses sens se démultipliaient. Ce fut le haut de son corps qui se mit à changer en premier, et les vêtements s'etirerent avant de tomber en lambeaux. Il luttait, il essayait de retourner à son humanité mais c'était peine perdue Thomas avait déjà tout tenté. En peu de temps, il avait pris la forme de ce loup humanoïdes en colère et impossible à raisonner.ii avait tellement de colère réprimée en lui.

Le garçon s'était mis à courir et comme par instinct, Thomas avait rapidement abandonné la dépouille de son ami pour lui courrir après. Pour la première fois une voix criait à l'intérieur de sa tête qui ne pensait qu'à courrir, chasser, enfoncer ses crocs dans ces bêtes mi vivantes mi mortes et les déchirer, arracher leurs chairs. Il rattrapa bien vite le garçon après quelques dérapages dû à la précipitation de la bête, et se retrouva nez à nez avec cette horde de choses mouvantes et frémissantes, la Bête qu'était Thomas grondait et montrait les dents, cernant ses proies. Il avait trop de colère à assouvir, de vengeance, quelque chose d'indissible, un feu qui ne pouvait pas être éteint. Ou pouvait il l'être ? Il ressentit les mots du jeune homme plus qu'il ne les entendit. Ils réveillaient quelque chose en lui. Qu'il avait voulu être. Qu'il s'était interdit à être. Un élan humain le poussa à avancer mais déjà le visage disparaissait dans les formes puantes des autres créatures. La bête se réveilla à l'idée d'une chasse à nouveau. Tres vite il se retrouva à dévorer les corps qui faisaient remparts inconsciemment, un à un jusqu'à ce qu'il n'en reste plus aucun. Peut être qu'il les avait empêchés de se rapprocher de la proie vivante, il était incapable de dire s'il agissait par choix conscient ou par instinct ou par...faim de sang. Le résultat fut le même, la Bête se tenait au dessus du garçon, dégoulinant, attendant, menaçant. Il n'arrivait soudainement plus à bouger. Thomas luttait intérieurement. Ce qui voulait dire qu'il avait constaté une différence entre lui et l'autre, c'était plus qu'il n'avait jamais ete capable. Il tremblait de cette lutte interne et se forçant à regarder le jeune garçon, il cherchait la part d'humain que ce dernier appelait chez lui.

« Qui... Es tu... »

Il parvint à formuler en changeant presque la forme de son visage avant que le loup ne reprenne le dessus. Ses yeux l'en avaient rendu capable. Sa bouche et quelques traits de son visage étaient familiers. Thomas grogna soudainement. Il recula d'un pas où deux, dans la masse de corps.

« Vas-t'en... »

Il savait pertinemment qu'aux premiers jours de sa mutation, il avait tué. Des gens. Il n'en avait aucun souvenir, mais vu comment la Bête réclamait le sang et la mort, comment en aurait-il pu être autrement. Il commençait à peine à comprendre... Et ce garçon ne devait pas payer pour sa colère refoulée. Il le suppliait intérieurement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1786
» points : 1444
» avatar : Troye Sivan
» crédits : Ilyria (avatar), Alaska (signature)
» multicomptes : Cupidon le mignon, Suraj le sage, Iris la fuyarde & Kjell le héros solitaire !

» pouvoir : Apaisement par contact, mais ne s'en rend pas compte. Se croit humain.
» appartenance : Sans groupe fixe.
MessageSujet: Re: Like father like... Son [ Amethyst - Thomas ]   Sam 3 Fév - 12:40

La situation échappait à Amy. Il ne comprenait vraiment pas ce qui se passait. C’était comme un cauchemar. Retrouver son père et finalement se retrouver face à une bête tenant plus du monstre que du père idéal, c’était quelque peu traumatisant. Surtout de voir que même ses amis zombies ne pouvaient pas le protéger cette fois. Il recula encore, mais il trébucha, se retrouvant à moitié allongé par terre quand la bête se pencha au dessus de lui. Sa salive mêlée de sang tomba sur son visage. C’était répugnant. Et vraiment flippant. Il tremblait littéralement comme une feuille. Il n’avait jamais eu autant peur. Et pourtant, il en avait croisé des zombies, des gens flippants depuis le début de l’apocalypse.

Amethyst… Amy… Le fils… Le fils de Ruby… Ton fils…” réussit-il à bafouiller d’une voix effacée, tremblante.

Il n’était plus vraiment sûr que ce soit le moment pour annoncer la nouvelle. Mais en même temps, il avait vu son regard changé. Peut-être que savoir qu’il n’était plus seul l’aiderait à contrôler sa mutation ? Un part d’Amy hurlait dans sa tête que c’était pas son problème et qu’il fallait courir, mais une autre part de lui ne voulait pas abandonner ce père qu’il n’avait jamais eu. C’était trop bête de le trouver maintenant et l’abandonner. Il ne pouvait pas. Il ne voulait pas abandonner son père. Même s’il ne le connaissait pas, ils étaient liés. Par le sang. Et puis… Amy avait tellement peur d’être seul si Archie ne revenait pas… Il se recula, se relevant un peu précipitamment avec le recul de l’homme. Courir, ou rester. Il ne savait pas quoi faire. Il était figé. Il ne reconnecte avec la réalité qu’en entendant Livia aboyer. Il sursauta. Elle grognait sur l’homme. Cristallisant tout ce que le reste du monde devait penser de cet homme monstrueux. Il devait être si seul, rejeté. Appeuré d’avoir fait tant de mal. Il ne pouvait pas le laisser. Il ne pouvait pas. C’était trop dur d’abandonner quelqu’un qui avait besoin de lui. Besoin de quelqu’un.

“Non… Je te laisserai pas…” murmura-t-il en reprenant de l’assurance.

Ses mains tremblaient toujours, et il avait encore peur. Mais il ne voulait pas s’enfuir. Il ne voulait pas répondre à la peur par la fuite. Il voulait affronter la peur. Comme sa grand-mère le lui avait appris. Il n’abandonnerait pas. Il avança vers l’homme. La bête. Il ne savait plus vraiment. Il cherchait son regard. Il voulait retrouver son père. Il ne bougea pas en voyant l’homme avancer. Il ne fit pas le malin quand sa gueule s’ouvrit pour s’avancer vers sa gorge. Il vit sa vie défiler. Il allait mourir là. C’était sûr maintenant. Mais les dents ne serrèrent que peu sa gorge. Il tremblait comme une feuille. Les larmes sur ses joues. Il remonta lentement ses mains, posant ses doigts sur le pelage poisseux de sang de la bête.

Je sais que tu… Tu me feras.. Pas de mal… J’ai confiance… Thomas…” souffla-t-il avec peine.

Il se sentait partir à demi, son esprit embrumé, fatigué. Il ne voulait pas mourir là. Ses doigts lui picotaient, sa vue était si floue.

Papa…

_________________
There for you
So when your tears roll down your pillow like a river, I'll be there for you, I'll be there for you. When you're screaming, but they only hear you whisper, I'll be loud for you. But you gotta be there for me too... •• ALASKA (Troye Sivan & Martin Garrix)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t803-amethyst-i-ll-be-
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 03/05/2017
» messages : 1047
» points : 1453
» avatar : Luke Evans
» multicomptes : Connichieur & Morphinou & Kazusexy

MessageSujet: Re: Like father like... Son [ Amethyst - Thomas ]   Dim 4 Fév - 10:27

Les mots du garçon n'avaient pas de sens pour la Bête, clairement, c'était plus des couinements de souriceau qui atteignaient ses oreilles. Une souris effrayée, un repas, un jeu pour apaiser sa colère en quelques sortes. Ce qui restait de Thomas, de l'homme derrière tout ça, ne percevait que des bribes et ne parvenait pas à en faire sens non plus. Il sentait la détresse du garçon cependant. Chose qu'il n'avait jamais senti jusqu'ici, il avait toujours été aveugle, absent lorsque l'autre prenait le dessus. Alors de là à agir pour empêcher l'inévitable, il y avait un monde. Un monde qui semblait infranchissable et pourtant, un echo semblait lui donner plus de force sans qu'il ne sache pourquoi ou ne se rende compte de ce qui se passait réellement. La Bête ne bougeait pas. Il avait articulé quelques mots sans le réaliser mais il reculait, ça il le savait. S'il pouvait s'accrocher à ce fil de conscience suffisamment longtemps, le garçon serait peut être sain et sauf. Il avait beau ne pas avoir fermé ses crocs sur sa gorge, Thomas sentait le sang malgré tout. Chaud et ferreux, c'était un goût qu'il avait senti en se réveillant après ces moments d'égarement, de nombreuses heures plus tard encore. Il ne voulait pas sentir le sang de ce garçon si vivant, si fragile... Il sentait à peine ses doigts frêles sur lui tellement la différence de force était immense entre eux. Il y avait des larmes, ou quelque chose qui s'y apparentait dans ses yeux.

Il l'entendit l'appeler Papa.

Et puis, toute sa colère s'envola. Thomas sentait la bile et le sang s'effacer, s'atténuer au profit de beaucoup de douceur, la sensation qui remplaçait l'étau qui lui serrait le cœur et le centre était inconnue. Mais elle l'apaisait. Petit à petit, Thomas revenait à lui. Il sentait le corps de l'autre doucement perdre de sa contenance, les pieds du garçon se dérobaient sous ses pieds et son père eu tout juste le temps de le retenir alors qu'il reprenait lui forme humaine. Son visage était couvert de larmes à nouveau. Celles qu'il avait versées pour Simon. Celles qu'il découvrait en voyant pour la première fois le visage de son fils qui perdait connaissance.

« Mon fils... Tiens bon. »

Il supplia doucement. Il ne le laissa pas tomber à terre, mais le soutint jusqu'à ce que ses forces l'abandonnent. Et puis il le serra contre lui. Tout un tas d'émotions trop confuses s'emparaient de lui, il ne savait pas quoi en faire. Il le souleva plus haut pour le porter et l'emporter loin d'ici. Sa progression le ramena au camps où Simon était revenu d'entre les morts à présent. Ampli d'une immense tristesse, Thomas enfonça la lame de son couteau militaire dans son crâne, pour lui offrir ce qu'il aurait probablement préféré. Et il reprit ses affaires abandonnées là, la chemise d'un autre officier, et son fils pour lui trouver un endroit plus sûr. Il y avait des préfabriqués et des baraquements qui avaient été désertés, mais qui avaient été le spectacle d'un véritable carnage. Il lui fallut du temps avant de trouver une pièce à l'étage convenable et pas repeinte du sang de quelqu'un. Thomas y tira un matelas maigre en mousse et quelques affaires avant de se baricader avec son fils. Il observa ce dernier de longues heures durant. Il avait mille questions. Il n'était pas certain de savoir ce qu'il savait parce qu'il l'avait entendu, ou parce que maintenant le visage de la jeune fille qu'il avait aimé au bal de l'armistice lui revenait sans équivoque en observant le siens. Ruby. Il l'a connaissait petite et fougueuse, il était tombé amoureux instantanément à cette soirée alors qu'il rentrait en permission, jeune et utopiste. Ils avaient parlé toute la soirée et puis... n'avaient plus beaucoup parlé du reste de la nuit. Et il n'avait pas pu les la revoir. Une sombre histoire entre son père à lui et sa mère a elle, Margareth, un grand amour à sens unique de ce premier. Il avait hérité de son nom d'ailleurs. Il se souvenait qu'en revenant encore au pays, on lui avait refusé de la voir. Et puis un jour il l'avait croiser au magasin, un bébé dans les bras et un mari la main sur sa taille. Il s'était résigné pour son bonheur à elle. Ce bébé... Ouvrait les yeux à présent.

« Comment tu te sens...? »

Il avait dégagé son front et avait posé un linge qu'il avait trempé d'eau, il le prit pour essuyer ses joues , assis à côté de lui à son chevet.

« Ne fais pas de gestes brusques... Tu n'étais pas blessé mai je t'ai peut être... »

Il commença à expliquer, l'air grave et inquiet, sans être capable de finir. Même s'il se souvenait ne pas l'avoir mordu, qui sait ce que sa salive, ou son sang, avait pu atteindre. Thomas avait peur. Pour lui. Il se souvenait de la souffrance d'Ulysse qu'il avait contaminé et ses poings serrés l'un dans l'autre à présent tremblaient de la possibilité d'avoir pu faire la même chose à son fils.

« Je n'ai aucune excuse pour ce qui vient d'arriver... Mais... »

Il hésita, s'en voulant de faire passer sa curiosité avant tout le reste qui avait pourtant bien plus d'importance pour le jeune homme, mais il devait savoir.

« Tu es le fils de Ruby ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1786
» points : 1444
» avatar : Troye Sivan
» crédits : Ilyria (avatar), Alaska (signature)
» multicomptes : Cupidon le mignon, Suraj le sage, Iris la fuyarde & Kjell le héros solitaire !

» pouvoir : Apaisement par contact, mais ne s'en rend pas compte. Se croit humain.
» appartenance : Sans groupe fixe.
MessageSujet: Re: Like father like... Son [ Amethyst - Thomas ]   Dim 18 Fév - 15:38

Ses doigts posés sur le pelage de l’animal, il sentait comme un picotement au bout de ses doigts. Il ne savait pas si c’était la peur qui affolait sa sensibilité tactile, ou si c’était la fatigue. Il n’en savait rien. Il se sentait juste partir. Il se sentait sombrer, ses jambes en coton. Il perdait définitivement trop connaissance ces temps-ci. Sans doute qu’il avait développé des carences en quelque chose avec son alimentation instable. Sans doute. Il perdait pied quand il entendit la voix de Thomas. Visiblement la bête était partie. Il sourit en réalisant qu’il avait eu raison : il ne lui avait pas fait de mal.

Ensuite, les sensations étaient incertaines. Il se sentit comme bringuebalé, ses jambes dans le vide, le balancement flasque de ses pieds. Les bruits étouffés. Le visage d’Archibald devant ses yeux. Le flou, le visage de sa mère, celui de Margareth sa grand-mère, celui d’Andy qui lui sourit, celui de ce voisin qu’il avait aimé en secret, Elias, celui d’inconnus qu’il avait vu passer, c’était une foule de visages, de sensations confuses, mais tout était si loin, il se sentait comme planant au delà de tout. Il se sentait déconnecté de tout. Si loin de tout ce tumulte. Comme si rien n’aurait jamais plus d’importance. Il aurait aimé rester comme cela, perdu dans une autre dimension, perdu dans un monde plus calme et plus doux. Mais il se réveilla. Son corps eut un grand spasme, un sursaut, son souffle coupé.

Ses yeux grands ouverts cherchèrent à comprendre où il était, l’angoisse enserrant son estomac. Il se détendit en voyant le visage presque déjà familier de Thomas. De son père. Il souffla doucement, son corps se décrispant, se laissant retomber complètement sur le matelas mou. Il entendit sa question, et sourit doucement.

Je vais bien… Tout va bien…” murmura-t-il de son ton si doux et si apaisant.

Le même qu’il utilisait pour rassurer les patients anxieux. Le même qu’il employait quand sa mère s’angoissait de le savoir seul à Londres. Le même qu’il avait utilisé quand Andrew avait mis fin à leur relation. Le ton d’une personne qui ne veut inquiéter personne.

Non… Je vais bien… Vraiment… Je… J’ai toujours de la chance… Je suis… Je suis pas encore contaminé… Mais… Enfin… Tu ne m’as pas mordu… Tout ira bien…

Il y croyait. Il ne voulait plus avoir peur, il avait quelques fois eu peur de la contamination, à cause de sang dans ses yeux, ou de contacts un peu proches avec des “mutants”, mais il n’avait jamais eu de fièvre, ou quoi que ce soit. Pourquoi cela changerait avec Thomas ? Il aurait encore un peu de chance…

Il ne s’est rien passé de grave… Arrête de t’en vouloir…” souffla-t-il toujours aussi rassurant et positif.

Il se redressa doucement, s’asseyant à côté de son père. Cette situation le rendait très confus. Il n’avait jamais vraiment cherché à retrouver cet homme. Il n’avait même pas ressenti de manque enfant, sa mère et sa grand-mère prenant assez d’espace dans sa vie émotionnelle. Mais… Maintenant qu’il l’avait face à lui, il sentait quelque chose qui enserrait son coeur. Il avait peur de le décevoir. Peur qu’il le rejette, qu’il le prenne pour un menteur.

Il hocha doucement la tête à sa question. Oui, il était le fils de Ruby.

Il paraît que je lui ressemble assez… Mais… Elle disait aussi que j’avais pris de mon père… De… toi… Visiblement…
Il eut un sourire un peu mal à l’aise en disant ça.

Je… Je pensais pas que je te rencontrerai un jour… Maman parlait souvent de toi… Mais… Enfin… J’ai jamais ressenti le besoin de te chercher… Je savais que mon père était quelqu’un de bien… J’avais pas besoin de plus que ça…

Il haussa doucement les épaules. Lui souriant timidement.

_________________
There for you
So when your tears roll down your pillow like a river, I'll be there for you, I'll be there for you. When you're screaming, but they only hear you whisper, I'll be loud for you. But you gotta be there for me too... •• ALASKA (Troye Sivan & Martin Garrix)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t803-amethyst-i-ll-be-
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 03/05/2017
» messages : 1047
» points : 1453
» avatar : Luke Evans
» multicomptes : Connichieur & Morphinou & Kazusexy

MessageSujet: Re: Like father like... Son [ Amethyst - Thomas ]   Lun 19 Fév - 8:50

Comme c'était rarement arrivé à Thomas dans sa vie, il était suspendu aux lèvres du garçon et scrutait le moindre détail de son visage. C'était un peu effrayant de reconnaître des traits qu'il n'avait pas vu depuis quoi... Près de 20 ans ? Et en même temps avec des différences notables. Comme cette voix douce et apaisante. Il se souvenait d'une force de la nature, tout sauf fragile. S'il était le fils de Ruby, il n'avait pas hérité de sa douce folie. Quoi que ça ne voulait pas dire grand chose... Force était de constater qu'il ne connaissait rien de ce garçon. Quand à sa mère... Thomas se rappelait que son cœur de petit garçon battait la chamade en la voyant courrir dans les champs et grimper aux arbres. Il se souvenait aussi très bien de ces quelques jours de permission qu'il avait passé chez lui après une longue absence lorsqu'il était militaire et soldat. De cette soirée dansante du village. De la nuit qui s'en était suivit. Quel âge avait ce garçon ? Il ne l'avait pas appelé Papa pour rien, mais pourquoi Thomas n'en avait jamais rien su ? Ce n'était pas un secret que son père a lui et la mère de Ruby avaient un passif, tout le monde le savait. Le fait qu'il ait en deuxième prénom le sien faisait déjà jaser. Mais de là à lui cacher un fils... Ruby avait elle penser qu'elle l'éleverait mieux sans lui ? Elle n'était sans doute plus là pour qu'il lui pose la question. Le militaire se rappelait avec un pincement au cœur le jour où il l'avait revue enfin, après que Margaret le lui ait interdit, un enfant et un mari au bras. Il l'avait laissée, elle avait l'air heureuse... Cet enfant était devant lui a présent.

« C'est l'important. »

Il dit avec un soulagement non feint. Mais il restait une ombre dans ses yeux. Tandis que le garçon se redressait, Thomas cherchait quoi dire. Qu'est ce qu'on disait à un fils dont on ignorait l'existence jusqu'alors ? Comment lui assurer qu'on aurait tout fait pour le connaître si on l'avait su plus tôt, sans avoir l'air de se chercher une excuse où se dédouaner. Thomas, malgré une vie de solitaire au niveau sentimental -et quelques aventures, avait toujours eu cette envie d'avoir des enfants sans se l'accorder, si bien que ses élèves étaient devenus un vrai substitut. S'il l'avait su... Mais le garçon avait pris la parole pour lui. Ses mots étaient doux, mais ils perçaient le cœur de Thomas. C'était mieux ainsi, ce qu'il racontait. Vraiment. Thomas préférait de loin savoir qu'il avait eu une belle vie et qu'il n'avait pas souffert de l'absence de son père, mais à entendre c'était un crève cœur aussi. Son fils qui ne voulait pas le rencontrer, qui n'avait pas besoin de lui. Ruby qui avait parlé de lui mais qui ne l'avait jamais recontacté. Les traits de Thomas étaient toujours marqués. Il serraient ses mains l'une dans l'autre tout en pensant à tout ça.

« Je suis heureux... Si tu as eu une belle vie. »

Il soupira un peu douloureusement mais tourna sa tête vers lui en tentant maladroitement de cacher ça et de lui sourire.

« Ne te le prends pas, j'aurais voulu te connaître... te voir grandir. »

Il commença avant de secouer la tête en signe d'auto négation.

« Non, pardon. Je suis désolé, c'est égoïste de ma part. L'important c'est maintenant pas vrai. Tu vas pouvoir me raconter tout ça. »

Il hésita un moment avant de lever sa patte d'ours et aller l'écraser sur son épaule. Il aurait voulu lui ébouriffer les cheveux, le serrer contre lui a l'en étouffer, mais c'était trop tôt. Ça viendrait peut être, il ne voulait pas le brusquer. Thomas sorti de son sac quil était parti récupérer de l'eau pour eux deux, et s'installa d'avantage à côté de lui maintenant qu'il allait mieux. Il n'avait pas encore fermé la chemise de l'officier qu'il avait trouvée àsa taille et sa peau couverte de blessures anciennes et récentes se rappela à lui dans un bout de miroir. Il fouilla le lieux qu'ils avaient pris pour abris. Les étages inférieurs étaient marqués de la bataille qui avait eu lieu mais cette pièce était moins glauque. Ce qui était effrayant c'était de voir à quel point tout était familier pour Thomas, jusqu'au moindre meuble qu'il ouvrait sans même y réfléchir. Son fils devait savoir pour son passé. Peut être qu'il trouvait ça cool, un père militaire, peut être qu'au contraire la violence de l'armée le dégoûtait... Le garçon se rappela à lui de cette façon.

« Je n'arrive pas à le rappeler... Ton prénom ? »

C'était compliqué, il avait bel et bien été present derrière les yeux de la bête mais il avait difficilement accès aux informations. Il ne se souvenait pas du chien qui accompagnait le garçon par exemple. Il était revenu et l'avait suivit, une fois le danger passé. Thomas lui tendit sa main pour lui montrer qu'il n'était plus un danger et ce dernier sembla l'accepter.

« Et le sien ? »

Il regarda son fils et ressentait un mélange de fierté et de douleur toujours présente. Il soupira à nouveau. Et sourit doucement ouvrant ses traits tirés.

« Si tu as des questions à mon sujet... Ne te prive pas surtout. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1786
» points : 1444
» avatar : Troye Sivan
» crédits : Ilyria (avatar), Alaska (signature)
» multicomptes : Cupidon le mignon, Suraj le sage, Iris la fuyarde & Kjell le héros solitaire !

» pouvoir : Apaisement par contact, mais ne s'en rend pas compte. Se croit humain.
» appartenance : Sans groupe fixe.
MessageSujet: Re: Like father like... Son [ Amethyst - Thomas ]   Lun 19 Fév - 21:40

Assis là, à côté de son père, Amesthyst se sentait redevenir un peu un enfant. Parce qu’il se sentait perdu comme à l’âge de cinq ans. C’était comme faire face à un adulte alors qu’on est haut comme trois pommes. Il se sentait tellement fragile face à lui. Pourtant… L’homme ne lui avait rien fait, et ne lui ferait sans doute rien, mais un père, c’est intimidant. C’était encore plus intimidant de sentir qu’on avait probablement pas les bons mots. C’était pourtant la vérité. Il n’avait jamais souffert de son absence. Sa mère avait pris de la place pour deux. Margie le reste. Et puis, il avait eu des amis plus âgés comme des frères ou des pères d’adoption. Il perdit un peu son sourire en entendant l’homme. Il avait la sensation de l’avoir blessé. Pourtant, c’était l’inverse qu’il voulait. Le rassurer.

Je… Je sais pas si je l’ai voulu… En fait… Mais… J’aurai sans doute bien aimé aussi vous connaître… Mais… ça s’est pas fait… C’est pas si grave…” essaya-t-il de rectifier maladroitement.

Il sourit en sentant la main dans son dos. Il n’avait jamais trop été habitué à ce genre de gestes virils. Il avait l’impression d’être un enfant. Littéralement. C’était aussi plaisant que bizarre. Il acquiesça, oui, le plus important, c’était maintenant. Ils avaient toute une vie pour rattraper le temps perdu.

Y’a pas tant de choses à raconter, vous savez…

Il se sentait si petit et insignifiant. Si inintéressant. Qu’est-ce qu’il aurait pu dire pour que son père l’aime ? Comment aurait-il pu intéresser quelqu’un comme lui en étant ce qu’il était ? Il se mordilla les lèvres. Un peu perdu. Livia choisit ce moment-là pour caler son museau sous sa main, lui arrachant un regard attendri. Elle les avait suivi, elle était là. Il releva le nez à la question de son père.

Amethyst… C’est ma mère qui a choisi… Mais… ça sonne pas très garçon… On m’a souvent charrié avec ça… Et… Mon second prénom, c’est Thomas…

Ce prénom les liait tous les deux. Même si ce n’était que quelques lettres sur un papier. Livia s’avança vers son père. Sans doute que la chienne s’habituait à ses fréquentations instables.

C’est Olivia, mais Livia, ça lui va aussi… Je l’ai recueilli en arrivant par ici… En fait… Elle était avec un autre survivant qui est mort… J’ai croisé un de ses amis ensuite… Mais elle a préféré rester avec moi… Je sais pas trop pourquoi…

Il haussa les épaules une nouvelle fois. Et pour ce qui était des questions. Il se sentait un peu démuni. Il en avait tellement, et pourtant si peu qui avaient leur importance.

Vous voulez que je vous soigne ?” ce fut la seule chose qui vint. “J’étais presque infirmier… Alors… Si vous voulez que je regarde ce que je peux faire… Le reste… Je sais pas par où commencer… J’ai dû rater un chapitre dans “retrouver son père après vingt ans pour les nuls”...

Il rit de son trait d’humour, un peu gêné.

Et puis… Si vous êtes moins perdu… Hésitez pas aussi…

_________________
There for you
So when your tears roll down your pillow like a river, I'll be there for you, I'll be there for you. When you're screaming, but they only hear you whisper, I'll be loud for you. But you gotta be there for me too... •• ALASKA (Troye Sivan & Martin Garrix)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t803-amethyst-i-ll-be-
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 03/05/2017
» messages : 1047
» points : 1453
» avatar : Luke Evans
» multicomptes : Connichieur & Morphinou & Kazusexy

MessageSujet: Re: Like father like... Son [ Amethyst - Thomas ]   Dim 25 Fév - 23:10

Le garçon avait manifestement du mal avec ce sujet... Thomas sentait sa gêne, et s'il ne prenait pas ça pour lui, il savait qu'il n'y était pas étranger. Comment se comporter, avec un fils qu'il ne connaissait pas mais qu'il aimait deja, sans pour autant le brusqurt. C'était un casse-tête nouveau pour lui. Amethyst, c'était un joli prénom. Peu conventionnel, mais quoi de mieux pour le fils de Ruby. Il cherchait un compliment à faire et se trouva bien bête en entendant la suite. Il s'était arrêté alors qu'il s'apprêtait à caresser le chien, la main dans les airs, le regard troublé. Il devait dégager tellement d'émotions à la fois, il avait toujours eu un visage pensif naturellement, un peu bourru et fermé mais avec des traits qui lorsqu'ils se mouvaient dégageaient beaucoup de tendresse, de gentillesse et en l'occurrence... Il était touché. L'attention de Ruby l'atteignait même si elle avait probablement péri et son souvenir, un sourire malicieux sans doute bien amusé de voir le résultat de ce qu'elle avait tissé, était bien présent devant lui. Il se raccla la gorge et gratta celle du chien.

« Elle doit aimer ta compagnie. Ou avoir envie de te protéger. »

Il revint vers lui et se posa à nouveau assis sur le lit.

« Ne t'en fais pas, ce sont juste des égratignures, je guéris vite. Infirmier, alors. Tu étudiais ? Quel âge ça te fait maintenant... »

Il demanda en sortant des rations militaires de son sac et les disposant sur le lit, avec une gourde, deux gobelets, et de quoi festoyer. Vu comment la base était entourée de morts, il doutait qu'elle ait été vidée par les survivants. Ils pourraient peut être récupérer de quoi faire pas mal de repas. Il releva la tête vers le garçon. Son... Garçon ? C'était tellement étrange d'imaginer ça.

« Il n'y a pas de recette. Mais je sais que le mieux c'est de ne pas se forcer et de prendre son temps. Tu as faim ? Qu'est ce que tu aimerais manger, quand les temps étaient moins... durs. Si tu vivais avec Margareth, tu dois connaître ses spécialités, tout le village en entendait parler. »

Il avait beau s'être fait jeter dehors en essayant de revoir Ruby, il ne pouvait s'empêcher d'admirer la femme qui l'avait élevée seule, et qui avait aussi élevé son fils. À entendre les dires de son père c'était quelqu'un de terrible. Et de formidable. Thomas même jeune n'avait pas attendu longtemps avant de comprendre qu'il en parlait toujours autant parce qu'il était amoureux d'elle encore aujourd'hui. Enfin, depuis le temps ses parents n'étaient plus là. C'était peut être mieux qu'ils n'aient pas connu ça, même si leur fin n'avait pas été facile. Thomas se rendait compte de ce qu'il avait traversé depuis Londres. De ce que son fils avait dû traversé. Il l'observait en silence, l'écoutant parler, et se demandait comment il pouvait avoir l'air aussi jeune malgré les épreuves. Qu'est ce que ces yeux avaient vu ? C'était un miracle qu'il soit en vie, qu'il ait survécu à la contamination. Même si ça voulait aussi dire qu'il pouvait rejoindre le rang des morts qui marchaient dehors en un rien de temps. Un élan de protectivité l'envahi et se mit à cohabiter avec une peur qu'il n'avait pas connu depuis qu'il n'avait plus eu de gens qu'il avait eu peur de perdre. Iris en faisait partie maintenant qu'il l'avait retrouvée. Elle était entré de bonnes mains avec ce médecin... Matthew. Il avait l'air d'un homme bien. Thomas se demandait si son fils et lui seraient les bienvenus et réalisa que ça n'était pas à lui de décider. Il reprit la parole.

« Tu... Voyages seul ? J'ai quitté le régiment que j'accompagnais au début pour aider plus de gens... J'ai retrouvé une de mes anciennes élèves il y a quelques jours. Je suis trop loin de Londres pour espérer retrouver les autres mais... »

Il réalisa son erreur et se reprit.

« Pardon, c'est peut être vague pour toi, je ne sais pas ce que ta mère t'a dit sur moi... Elle m'a connu quand je suis devenu soldat. J'ai changé de voie depuis un moment maintenant. »

Il expliqua doucement. Il n'avait aucune idée de si son fils l'avait admiré pour ses exploits civiques et son enrôlement ou s'il lui en avait voulu... Il ne savait pas s'il aggraverait son cas en racontant tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1786
» points : 1444
» avatar : Troye Sivan
» crédits : Ilyria (avatar), Alaska (signature)
» multicomptes : Cupidon le mignon, Suraj le sage, Iris la fuyarde & Kjell le héros solitaire !

» pouvoir : Apaisement par contact, mais ne s'en rend pas compte. Se croit humain.
» appartenance : Sans groupe fixe.
MessageSujet: Re: Like father like... Son [ Amethyst - Thomas ]   Sam 3 Mar - 21:52

Oui, peut-être que Livia voulait le protéger… Ou juste, ils se ressemblaient ? Ils n’aimaient pas rester seuls ? Il sourit un peu à son père. Il lui faisait un peu de la peine à être si perdu. Cela ne devait pas être simple de se découvrir un enfant. Sans doute encore moins que se découvrir un père. Enfin il ne le découvrait pas vraiment. Il savait qu’il avait toujours été là, quelque part. Mais, jamais aussi près.

Oui… J’étais déjà aide-soignant mais j’avais repris les études… Vingt ans… Et quelques mois du coup… Même si je sais plus vraiment quel jour on est depuis… quelques semaines…” dit-il avec un léger trouble sur la fin.

Son ventre gargouilla alors qu’il voyait les rations militaires posées pas très loin de lui. Il avait une faim de loup. Littéralement. Il aurait pu manger tout un éléphant même. Le même genre de faim qu’après chaque perte de conscience. Il ne savait pas s’il ne tombait pas inconscient justement à cause de sa faim. Il n’en savait trop rien, mais cela arrivait de plus en plus souvent.

J’ai affreusement faim…” avoua-t-il en rigolant. “Avant ? J’étais végétarien… Margie trouvait que c’était complètement stupide… Mais… Oui, j’ai mangé toutes ses spécialités pendant de longues années… Et elle a subi mes expérimentations… Je n’ai pas hérité d’elle visiblement… Tout ce que je cuisine est immangeable…

Sa grand-mère devait bien mieux se débrouiller que lui à l’heure qu’il était. Il en était convaincu. Il le savait qu’elle survivait, qu’elle avait sans doute déjà trouvé sa mère, et que bientôt ils seraient tous réunis. Il eut un petit soupir. Il se servit, commençant à manger lentement, savourant chaque bouchée de nourriture. Il ne tarda pas à boire aussi. Il se sentait un peu mieux maintenant qu’il répondait à ses besoins primaires. Dormir et manger. Il donna quelques morceaux à Livia, sans même y réfléchir. Ils partageaient tout.

Hm… Non… Enfin… C’est compliqué maintenant… Mais…

Il avait du mal à expliquer sa situation, c’était un enchaînement de faits complexes qui l’avaient amené à être seul. Enfin avec Livia, donc pas vraiment seul. Et puis, il allait rester avec son père maintenant, non ? Il fronça les sourcils, se disant que le plus simple, c’était de partir du début.

En fait… Je suis parti de Londres.. Avec une collègue… Et des personnes âgées dont je m’occupais… Mais… On a été attaqué par des marcheurs… Et… Je me suis retrouvé seul… J’avais sauvé… Une dame mais… Son coeur a lâché quand on est arrivé en sûreté… J’ai cru… J’ai cru que j’allais devenir fou… Après ça… Enfin… J’ai peut-être un peu perdu pied… Mais… J’ai trouvé un groupe… Des filles surtout… Elles m’ont remis sur pieds, et elles m’ont protégé… Et… Je serai encore avec elles si… Si je l’avais pas rencontré…

Il ne savait pas bien comment définir sa rencontre avec Archie. Ni expliquer pourquoi Archibald était si important pour lui.

J’ai rencontré un garçon… Il est… spécial… Il a muté… Un peu comme toi… Mais… aussi… Un peu comme eux… Alors… Je pouvais plus retourner avec mon groupe… Elles n’auraient pas pu l’accepter et… Parfois… Il peut perdre le contrôle… Mais… Il m’a jamais mordu… Il s’est toujours… arrêté… Et… Je voulais pas le laisser seul mais… Il est parti… Je me suis absenté… Et… Je le cherchai quand… Quand je suis tombé sur vous… Toi… Je devrai sans doute dire toi… On vouvoie pas son père normalement…

Il sourit un peu, même si parler d’Archie, et plus encore de leur séparation était dur. Il termina son verre d’eau.

Alors… Tu étais professeur ? Ma mère… Elle m’a dit beaucoup de choses, mais… J’ai jamais vraiment compris à quoi ça servait de les retenir… Je préférai avoir la surprise si je te rencontrai…

Il devait être un peu idiot à penser comme ça. Il ne savait pas bien. Il haussa les épaules.

De toutes façons, la vie qu’on avait avant, elle n’a plus vraiment d’importance, non ? Mais… C’est en éduquant les enfants qu’on évite les guerres je crois alors… Je crois que j’aimais mieux la fin de ta carrière…

_________________
There for you
So when your tears roll down your pillow like a river, I'll be there for you, I'll be there for you. When you're screaming, but they only hear you whisper, I'll be loud for you. But you gotta be there for me too... •• ALASKA (Troye Sivan & Martin Garrix)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t803-amethyst-i-ll-be-
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Like father like... Son [ Amethyst - Thomas ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Like father like... Son [ Amethyst - Thomas ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tim Thomas
» Derrière le masque... (Thomas et Victoire of Norfolk)
» Your guardian angel {pv Thomas of Norfolk}
» Tim Thomas sur le marché des transaction !
» Mélanie quitte le bar du mistral [PV Thomas]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Country Side-
Sauter vers: