AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 So close, yet so far away [ Jesus - Morpheus ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 31/12/2016
» messages : 1002
» points : 1460
» avatar : Malik Lindo
» multicomptes : Connichieur, Thomassou, Cecil et Kazudon

MessageSujet: So close, yet so far away [ Jesus - Morpheus ]   Lun 22 Jan - 23:26

Les bras chargés de bûches, Morpheus rentrait au camps à la vitesse d'un escargot tétraplégique. Et ce n'était pas à cause de son chargement qu'il était aussi lent, sa progression était peut être entravée, il avait déjà connu plus lourd. Ce rythme venait plutôt de sa réflexion et du temps qu'il lui accordait, comme souvent d'ailleurs. Parce qu'il rentrait à la maison. Ce qu'il appelait chez lui depuis à peine quelques jours en réalité. Chez eux, à Jes et à lui. Ce sujet à lui seul lui valait des heures de pondération. Depuis qu'ils s'étaient gentiment fait escortés q l'extérieur de Whitestable, ils avaient passés plusieurs jours et plusieurs nuits dehors à se les geler, à à peine dormir, toujours sur le qui vive en attendant qu'on leur saute sur le rable à chaque instant. Ils n'étaient pas morts de faim seulement grâce au don de son ami qui lui avait permis de multiplier le quelques vivres qu'ils avaient emportés. C'était infect, sans goût, mais au moins ils n'avaient pas la faim à ajouter à leur liste de problèmes longue comme le bras.

À cela s'ajoutait ce que leur liberté retrouvée avait engendré. Un genre de statut quo qui destabilisait grandement Morpheus, et lui occasionnait de longues nuits blanches. Pas une fois, alors qu'ils avaient dû passer des nuits posés l'un contre l'autre en haut d'un arbre parfois, Jes n'avait eut le moindre geste envers lui depuis qu'ils avaient quitté la sécurité des murs du château. Et pas une fois il n'avait essayé de remettre ce qui s'était passé derrière eux et sur la plage non plus. Un tabou qui lui pesait fort, surtout depuis qu'ils étaient tombés sur cette petite habitation vétuste mais hermétique, un genre de cabanon de vieux garçon célibataire a l'orée de la forêt. Morph s'était dit qu'une fois la tention des nuits dehors entourés de dangers invisibles serait tombée, peut être... Mais non. Est-ce que Jésus avait finit par se dire que c'était une connerie d'avoir mis des gestes sur la tension qui régnait entre eux depuis leur enfance... Et qu'il voulait tirer un trait dessus et faire comme si rien ne s'était passé. Comme s'ils n'étaient pas... Comme si jamais il n'avait eut ces envies envers un autre mec comme lui. Morph avait beau avoir refoulé ça pendant bien longtemps, après avoir ouvert la porte il n'était plus certain de pouvoir la refermer. Ça l'avait rassuré de faire semblant un moment. De penser qu'il s'agissait d'un égarement, d'une connerie causée par la solitude et la joie de retrouver vivant quelqu'un de cher. Mais il avait beau être doué pour se voiler la face, il sentait bien que les non dits le rendaient dingue maintenant qu'ils étaient à vivre ensembles sous un toit commun sans le regard d'autrui.

Il passa par dessus le fil qui servait d'alerte autour d'un petit périmètre qu'ils avaient délimité, et s'annonça avant d'entrer. Jes était là, toujours aussi putain de beau, familier dans sa démarche et dans sa silhouette... Tout en lui appelait Morpheus qui ignorait les signes une fois de plus de peur de se faire recevoir par une porte close. Il posa les bûches près de la porte et se débarrassant des débris de bois, observa ce qu'il était en train de faire.

« Je sais pas trop comment on devrais s'y prendre pour cuisiner... On peut pas tellement limiter la fumée en journée, et la nuit la lumière... T'as une idée ? »

Il alla se poser sur le vieux fauteuil en piteux état, observant Jes à ses affaires. Il passait son temps à le regarder à vrai dire. Silencieusement et de loin bien souvent, comme avant en fait. Qu'est ce qu'il pouvait faire de plus maintenant. À part quand ils partageaient le lit de fortune aux ressorts inconfortables, Jes était toujours loin de lui. Encore plus inaccessible qu'avant.

« J'ai été voir le piège qu'on a fait mais doit y avoir un problème, il a pas l'air de se refermer alors que je suis sûr d'avoir vu des lapins dans le coin. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t363-morpheus-don-t-ne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 31/12/2016
» messages : 1414
» points : 1450
» avatar : Cykeem White
» crédits : Asp
» multicomptes : Lys et Scar
quoi ma gueule, qu'est-ce qu'elle a ma gueuule ?
» pouvoir : multiplier la bouffe
MessageSujet: Re: So close, yet so far away [ Jesus - Morpheus ]   Dim 28 Jan - 0:33

La vie en dehors du camp n'était pas si simple qu'il le paraissait, de prime abord. Malgré ce que Morpheus avait dit, Jes ne pouvait s'empêcher de culpabiliser de lui faire vivre à nouveau cela, pour ses petits caprices. Même s'il tentait de ne pas trop le montrer, il était mort de trouille à l'idée qu'il arrive quelque chose à son ami d'enfance et seul compagnon. Mort de trouille aussi que ce dernier décide de poursuivre son chemin sans lui. Au milieu de tous ces non-dits qu'ils traînaient avec eux.. Tant que possible, il avait usé de sa mutation pour qu'ils puissent se nourrir sans trop risquer leur peau à aller piller des endroits improbables et dangereux. La bouffe était insipide et il se sentait parfois encore plus vide d'énergie qu'avant d'avoir mangé mais.. au moins, ils survivaient.


Ce fut un réel soulagement de trouver ce cabanon, encore intact, après des jours de galère, des nuits d'insomnie à avoir peur de ne pas se réveiller le lendemain s'ils fermaient les yeux.. A l'origine, cette baraque etait conçue pour être protégée des inondations et des bêtes sauvages. A présent, elle leur permettait de voir venir les agressions, des morts et des vivants. C'était rassurant de se poser enfin au bout de ces jours qui semblaient interminables.
A terme, il leur faudrait probablement se joindre à d'autres groupes de survivants, Jes en avait conscience. Lentement mais sûrement, les vivants s'organisaient dehors. Il devenait de plus en plus difficile de trouver de la bouffe dans des appartements encore non pillés. Dans cette cabane, ils avaient trouvé quelques conserves. C'était déjà une grande chance.


Leur situation était plus sereine à present, meme si on était loin de la sécurité du camp, mais Jes ne trouvait pas mieux le sommeil pour autant. Y'avait beaucoup trop de choses dans sa tête pour ne trouver qu'un semblant de paix. La proximité de Morpheus n'aidait pas non plus. Il ne pouvait s'empêcher de penser à ce qu'il s'était passé sur la plage. A ce futur qui se profilait pour eux deux, enfin il l'avait cru, et qui s'était envolé.  Difficile de ne pas se torturer l'esprit à se demander encore et encore ce que Morpheus y avait vu. Pourquoi avait-il fait ça ? Est ce que c'était juste comme ça, un moment d'égarement ? Est ce que c'était plus ? Et si c'était plus, pourquoi n'avait il rien tenté, rien laissé paraître depuis ? Et si ça n'était pas plus.. S'il se faisait des films ? S'il était le seul à espérer .. Il avait encore en tête la façon dont Morpheus s'était refermé, à l'époque, lorsqu'il avait évoqué l'idée de mettre un nom sur ce qu'ils faisaient. Il ne referait pas l'erreur une seconde fois. Mais il ne pouvait s'empêcher de se demander, parfois, si c'était dans sa tête ou si Morph laissait entendre des choses. Parfois, en tentant en vain de trouver le sommeil, il se demandait même si ça avait vraiment eu lieu. Et s'ils avaient bien fait de partir. Même si on ne leur avait pas vraiment laissé le choix...


De fait, il était épuisé. Ce cabanon aurait dû lui permettre de se reposer mais c'était peine perdue. Il avait laissé Morph partir chercher du bois pendant qu'il tentait de renflouer leurs réserves. Ils avaient trouvé quelques épices, de la cannelle et du curry, avec lesquels il tenta de faire quelque chose d'un peu plus correct. Il ne pouvait se sortir de l'esprit l'idée qu'il puisse arriver quelque chose à Morpheus pendant qu'il était dehors. Il n'en disait rien, ne voulant pas passer pour un faible ou un parano. Mais l'inquiétude était réelle. Et lorsqu'un cri retentit, il sentit son coeur manquer un battement. L'hésitation ne fut pas longue avant qu'il décide de laisser son curry en plan pour courir en direction du bruit, le cœur battant. Il manqua de se prendre les fils que Morpheus avait disséminés tout autour pour leur sécurité. Mais il eut beau courir et s'éloigner encore et encore , il ne vit rien qui bouge. Jusqu'à ce qu'il se fige, face à un spectacle malheureusement trop habituel. Un zombie, en train de dévorer un corps étripé, qui avait du être vivant pas longtemps avant encore. C'était une femme. Ça n'était pas Morpheus. C'était triste d'être rassuré de la mort d'une autre. Mais il s'en sentit soulagé immédiatement.


Encore tremblant, il rentra au cabanon, déstabilisé par la scène à laquelle il venait d'assister et par la terreur qu'il avait eue. Il ne pouvait s'empêcher de se faire du souci, encore plus qu'avant, espérant que ce n'était pas une mauvaise augure. Pour s'occuper l'esprit, il se remit à la bouffe, nerveusement. Il la multiplia un peu plus que prévu, sous le coup des émotions. Et se retint de bondir lorsqu'un bruit se fit entendre et qu'il reconnut enfin Morpheus. Le temps lui avait semblé interminable. Il était épuisé, encore plus qu'avant, à cause de sa mutation et de la peur panique qu'il peinait à apaiser. Il secoua la tête. Non, il n'en savait rien. Il continua de s'affairer quelques minutes à ses épices avant de relâcher entierement la pression. Sans vraiment prêter attention à ce que disait Morph, il se jeta en direction du fauteuil qu'il occupait et le prit dans ses bras, le serrant fort contre lui un moment.


"Tu m'as fait flipper putain... J'ai eu tellement peur que ça soit toi, le cri.."


Il en tremblait à nouveau. Il ne le relâcha qu'au bout d'un long moment, lorsque ses jambes lui permirent de se tenir d'aplomb.


"Désolé... C'est.. Un peu la fatigue je crois..."


Finit il par lâcher en guise d'excuse, s'écartant un peu. Ce n'est qu'alors qu'il reconsidera ce que Morpheus avait dit. Des pièges vides.. Il avait constaté ça aussi. Pourtant, les zombies n'étaient pas supposés pouvoir passer leurs lignes. Pas sans bruit en tout cas.


"Il y a de plus en plus de zombies dans le coin, on les attire peut-être.. Faudrait qu'on réussisse à en attraper ailleurs peut être ?"


Il jeta un œil à la bouffe qu'il avait produite.


"À l'intérieur, on voit un peu moins la fumée, normalement.. En attendant, j'ai essayé de préparer quelque chose de potable avec les épices, même si c'est froid.. "


Mais de toute évidence, ça restait dangereux de faire de la fumée. À l'intérieur, il n'y avait réellement d'endroit prévu pour et la cuisinière électrique n'était pas tellement conçue pour recevoir des braises. Il leur servit leur ration du soir dans deux assiettes et les ramèena autour de leur petite table. 


" Je sais pas si on est vraiment à l'abri ici.. Les cris tout à l'heure... Ça aurait pu être l'un de nous deux. T'imagines ? Comment j'aurais fait, si je t'avais perdu.. J'aurais pas..."


Il sentit les larmes poindre à ses yeux. Putain. La fatigue et le stress, ça faisait des ravages. Il allait encore passer pour un connard de mec fragile. Détournant la tête, il finit par se relever, pour ne pas que Morpheus le voit. Le cabanon n'était pas bien grand mais il s'installa à l'autre bout, au niveau de la cuisine de fortune feignant d'être soudainement intéressé par les légumes dans le saladier, qu'il se mit à mélanger frénétiquement, tout en retenant ses sanglots. Putain de nerfs.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 31/12/2016
» messages : 1002
» points : 1460
» avatar : Malik Lindo
» multicomptes : Connichieur, Thomassou, Cecil et Kazudon

MessageSujet: Re: So close, yet so far away [ Jesus - Morpheus ]   Dim 28 Jan - 23:21

Le cri ? Morpheus n'avait rien entendu, et ne comprenait pas la détresse de Jes alors qu'il était là. Il pensait qu'il n'était pas capable de se défendre ? Non... C'était crétin de penser comme ça, se reprit-il. Lui aussi avait peut quand Jes était hors de portée de regard un peu trop longtemps. Il savait trop bien ce que c'était que de perdre quelqu'un de cher pour prendre ce genre de choses à la légère. Seulement voilà, même s'il y avait le passé et tout ça, il n'imaginait pas déclencher la même chose chez Jesus. Ce dernier s'était mis à le serrer d'un coup, et c'était le plus proche qu'ils avaient été depuis des jours. Depuis le camps, en fait. La réalisation qu'il comptait pour lui, et la surprise, Morpheus n'eut pas le temps de réagis assez vite avant que son ami ne le relâche. Bordel, il avait l'air épuisé. Lui aussi sans doute mais il était toujours calme...

« Jes mec... »

Il essaya, mais l'autre était déjà parti à discuter bouffe. Et sécurité. Et zombies... Il avait l'air aussi nerveux que s'il n'y avait pas ces murs pour les abriter.

« On va faire au mieux... Déjà on se pose ici et ensuite on verra, d'accord ? On lâchera le coin quand y'aura plus rien et qu'on sera assez reposés pour continuer, sinon à quoi bon franchement. »

Il dit calmement et un peu plus ferme. Jes s'était éloigné. Ses mots prouvaient qu'il regrettait la sécurité des murs de l'enceinte du camps, Morph ne pouvait pas le blâmer mais pourtant... C'était lui qui voulait partir au départ. Il ne lui en voulait pas. Curieusement, malgré la fatigue et le danger, son cerveau était un peu plus en paix. Il l'aurait été d'avantage s'il y avait eu une différence pour tous les deux sans les regards des autres mais ça ça n'avait pas changé. Ils ne se faisaient plus insulter mais... Il y avait cette tension. Et Jes qui se montait la tête parce qu'il devait regretter. Morpheus Le regarda s'éloigner et voyait ses bras trembler sans trop savoir si c'était de la peur ou de la colère. Il l'observait de loin. Comme toujours. Et puis il décida que ce n'était pas possible et que ses mots allaient avoir besoin d'être appuyés. Il s'approcha de Jes et posa une main sur le haut de son dos.

« Arrête... Ça sert à rien ok. Je suis là, je compte pas me barrer ou me faire buter demain. »

Il le força à se calmer avec les légumes mais il ne l'obligea pas à se tourner ou à le regarder. Lui même s'il avait été en panique à sa place, il n'aurait pas voulu ça.

« Et tu t'es très bien démerdé sans moi jusque là, tu survivrais, parce que t'es fort, ok ? C'est grâce à toi qu'on crève pas de faim là... Je crois pas que je t'ai remercié. »

À ce moment là il hésita. Il avait envie de dire ces trucs qui lui pesaient sur le cœur lui aussi. Tout en n'ayant pas envie de les aborder. Par peur, c'était toujours pareil. Il était plus mort de trouille de se faire jeter que de se faire bouffer dehors. C'était quoi ce monde sérieux. C'était ridicule. Sa main resta posée un peu crispée, et il l'a retira. Mais sentant Jes autant en détresse et autant à bout, il n'était pas capable de s'éloigner. Il hésita, et finalement l'entoura de ses bras. Morph serra très doucement jusqu'à épouser complètement son dos, lentement pour ne pas le brusquer, et aussi parce qu'il était toujours aussi certain de se faire rejeter pour ce qu'il faisait là. Il avait son visage dans ses cheveux, et il y reposa là un moment. Tant de bien être l'envahissait d'enfin le prendre contre lui et de sentir son parfum, de jeter aux ronces la barrière qu'il avait de nouveau érigé pour se protéger. Il inspira fort et expira de la même façon avant d'oser dire quoi que ce soir.

« T'as l'air... Crevé. Je sais que tu dors pas la nuit... J'entends tu sais. »

Il ne dormait pas beaucoup mieux de l'avoir si près et  tellement  trop loin à la fois. Il n'aimait pas savoir qu'il se sentait si mal, que ce soit la trouille, les regrets ou quoi, si mal qu'il n'en dormait pas.

« Si tu veux, on pourrait essayer mon don sur toi. Juste une fois. Je resterais réveillé pour surveiller. »

Il ne savait pas si l'idée le terrifierait ou pas. Il flippait un peu d'un possible échec mais être impuissant était pire au final. Morph serra un peu plus son étreinte et s'apprêta à le relâcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t363-morpheus-don-t-ne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 31/12/2016
» messages : 1414
» points : 1450
» avatar : Cykeem White
» crédits : Asp
» multicomptes : Lys et Scar
quoi ma gueule, qu'est-ce qu'elle a ma gueuule ?
» pouvoir : multiplier la bouffe
MessageSujet: Re: So close, yet so far away [ Jesus - Morpheus ]   Dim 4 Fév - 11:16

Ce cri n'avait fait qu'éclater tout le stress et toute l'angoisse qu'il gardaient en lui depuis qu'ils étaient parts du camp. La vie était de plus en plus dure dehors. Les choses semblaient plus risquées qu'avant. Ou peut-être qu'il idéalisait le camp et ce qu'il avait connu avant. Il ne savait plus trop. Mais à présent, le risque n'était plus seulement du côté des morts. Les vivants aussi s'organisaient. Et ils étaient, sinon plus, tout aussi dangereux. Il se raidit en sentant la main de Morpheus se poser dans son dos. Putain. Il était sur le point de chialer et... Morph allait se dire qu'il aurait du se barrer avec quelqu'un d'autre. De plus fort que lui. De moins flippette. Il crispa ses abdominaux de toute ses forces pour retenir ses sanglots et qu'on n'en voie rien. Et il hocha la tête en entendant l'autre, sans vraiment être convaincu. Il le savait fort et résistant. Mais... ça ne garantissait rien, malheureusement.

Morph ne comprenait rien. Il pouvait peut être techniquement survivre, il l'avait déjà fait. Mais perdre Morpheus maintenant qu'il l'avait enfin retrouvé... Il ne parvint pas d'avantage à retenir ses larmes lorsque ce dernier le remercia de les nourrir et craqua totalement lorsqu'il le prit finalement dans ses bras. Il se laissa aller légèrement en arrière, collé contre lui, secoué par ses sanglots qu'il tâcha malgré tout de garder silencieux. Il ferma les yeux pour empêcher ses larmes de couler d'avantage, relevant la tête pour les empêcher de rouler sur son visage. Ca y est, ses nerfs déconnaient à nouveau. Pourtant, ça allait un peu mieux avec ses émotions, ces derniers temps, il avait eu l'impression. Il n'avait plus vraiment eu de crises de larmes, depuis l'invasion des zombies. Plus trop en tout cas. Mais là...
Il était reconnaissant à Morpheus de le remercier. Il faisait de son mieux pour les nourrir. Même si le goût n'y était plus vraiment. Les épices ne rattrapaient pas tout. Mais... il savait que ça ne suffisait pas. Il était reconnaissant à Morpheus de le soutenir, aussi. Même s'il s'en voulait de lui faire subir ça. Il n'aurait pas dû connaître ses états d'âme et le voir si faible. Il expira fortement en entendant son ami. Il avait essayé et fait de son mieux pour qu'il ne le remarque pas trop. Pourtant, lui aussi avait noté à de nombreuses reprises que Morpheus semblait avoir des nuits compliquées.

Il hocha de la tête sans rien dire, lâchant la cuillère qu'il tenait encore en main pour essuyer ses yeux et sécher ses larmes.

"C'est... le bruit, je pense. Mais ça va s'arranger, t'en fais pas."

Se sentit-il obligé de justifier, pour ne pas que Morpheus s'inquiète encore d'avantage et le prenne pour un faible. Mais il tendit l'oreille lorsque ce dernier lui proposa d'utiliser sa mutation sur lui. Ca ne lui était pas venu à l'esprit, jusqu'à présent, malgré ses insomnies. Il fallait dire que les deux fois où il avait été sous l'emprise de la mutation de Morph... ne lui laissaient pas de très bons souvenirs. La première fois, il avait frôlé la noyade et la seconde, il ne s'était réveillé que trop tard lors du "procès" de son compagnon. Il ne pouvait pas nier son efficacité, au moins. D'un autre côté, plus reposé, il serait peut-être un peu moins fragile et à fleur de peau. Dans son état de fatigue, une vraie nuit de sommeil ça semblait tellement impossible... Il savait qu'il en allait de même pour Morpheus et malheureusement, il ne pouvait pas lui rendre la pareille. Il finit par hocher la tête à nouveau, inspira encore en profitant de cette proximité si précieuse avant de le laisser s'écarter.

"Tu crois que tu pourrais le faire ? T'as peut-être raison, c'est un putain de truc que tu sais faire, ça serait dommage de s'en priver hein ?"

Il se tourna finalement vers lui. Ses yeux devaient encore être rougis mais au moins, il avait séché son visage et il ne pleurait plus. C'était fou comme sa présence et sa proximité lui faisaient du bien. Si seulement... Enfin, c'était pas avec des si seulement qu'il faisait avancer les choses.
Il s'empara de deux bols et répartit les légumes insipides, assaisonnés aux épices. Il en tendit une portion à Morpheus et s'empara de l'autre, qu'il avala sans vraiment d'appétit. Mais fallait bien se nourrir. Ils ne firent pas vraiment long feu avant de se retrouver sur le matelas pas trop défoncé qu'ils s'étaient dégoté. Ils n'en avaient qu'un qu'ils partageaient mais ça ne le dérangeait pas vraiment. Même si, fallait l'avouer, la présence de Morpheus juste à côté de lui ne l'aidait pas à trouver le sommeil. Mais cette fois, ça serait peut-être différent. Il s'allongea à ses côtés, se retenant de venir se blottir contre lui. A la place, il se contenta de lui attraper la main, pour la serrer doucement dans la sienne.

"Merci d'essayer."

Il ne savait pas trop comment fonctionnait la mutation de Morpheus et quel type de magie opérait mais... il lui faisait confiance pour faire de son mieux. Et pour une fois, pas grand chose ne pouvait arriver. Ils étaient seuls et protégés. Alors qu'il sentait le sommeil le gagner petit à petit, les yeux clos, il se tourna vers Morph pour le prendre dans ses bras à nouveau.

"Me fait plus jamais peur comme ça."

Marmonna-t-il d'une voix à peine audible avant de s'endormir.

Pour la première fois depuis longtemps, il dormit d'une traite. Il faisait déjà bien jour lorsqu'il se réveilla, le soleil entrait par les fentes de la cabane. Et ... Morpheus n'était plus là. Jesus sursauta et se leva d'un coup, manquant de retomber lorsque sa tête se mit à tourner. Et puis ses yeux tombèrent sur leurs réserves, ravagées. Son coeur se mit à battre à toute vitesse et il tourna la tête de tous les côtés. Ils avaient été attaqués. Et pillés. Ce n'était pas l'oeuvre de bêtes sauvages. Morpheus ! Où était-il ? Paniqué, il se mit à hurler dans la cabane, oubliant totalement qu'il fallait être discret dans ces cas là. Sa peur, cumulée à celle d'hier, le paralysaient entièrement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 31/12/2016
» messages : 1002
» points : 1460
» avatar : Malik Lindo
» multicomptes : Connichieur, Thomassou, Cecil et Kazudon

MessageSujet: Re: So close, yet so far away [ Jesus - Morpheus ]   Ven 9 Fév - 22:33

Sentir Jes craquer totalement dans ses bras serrait le cœur de Morpheus. Ça le glaçait totalement sur place. Depuis combien d'années il n'avait pas vu son frère pleurer ? Cependant, il préférait ne pas marquer le coup. Il savait la fierté de Jes situé plus ou moins au même niveau que la sienne, dans ces circonstances, il ne pouvait que rester là pour lui et l'enlacer tout autant qu'il le faisait déjà. Son visage proche de ses larmes, sans appuyer dessus. Son étreinte serrée mais pas écoeurante. Il aurait bien voulu avoir les mots qu'il fallait mais rien ne venait. Et quand son ami se tourna vers lui, il se retint difficilement de se laisser aller à plus de sentimentalité. Il voulait le serrer encore. Lui dire qu'on s'en foutait, que ça irait... Qu'il fallait pas qu'il culpabilise de les avoir sortis de leur impression de sécurité. Qu'il lui en voudrait pour rien au monde. Qu'il ne lui en voudrait plus jamais. Ses yeux le scrutaient. Il n'avait pas encore assez confiance en lui pour lui assurer un truc pareil, mais en même temps c'était quelque chose à essayer. Son ami n'allait pas tenir encore longtemps à ce rythme.

« Je peux rien promettre Jes... Mais cette fois je suis là pour m'assurer que tu te réveilles pas sous l'eau. »

Il s'essaya à un de ses sourires d'antant, mais Jes avait l'air toujours aussi paumé. Ils dînèrent sans grandes conversation et une fois au lit seulement Jes reprit la parole. Sa main dans la sienne lui donnait une lueur d'espoir. Elle était bien maigre, mais elle était là. Jamais Jes ne lui aurait donné la main comme des gamins le font, comme des couples... Jamais. Jamais lui n'aurait imaginé le prendre comme ça dans ses bras non plus. Il avait envie de recommencer. Et d'autres trucs inavouables, il avait honte de cette main maintenant alors qu'il serrait un peu la sienne. Il promit de faire de son mieux, aussi calmement qu'il le pouvait aux vues des circonstances. Jes le remerciait et ça le surprenait. C'était... Rare.

« J'suis là pour ça. »

Il répondit simplement. Il serait là pour lui jusqu'au bout du monde maintenant qu'il l'avait retrouvé. Et qu'il commençait à se trouver aussi. Il réagit en répondant à son étreinte en décalé, la surprise trop présente. Et puis il n'émit aucune objection et le serra d'avantage contre lui. Curieusement, alors que c'était lui qui endormait Jes en l'anesthésiant aussi doucement que possible, il se sentait lui aussi doucement apaisé par l'odeur et la chaleur de ce dernier.

« Non... C'est juré. »

Et il le serra jusqu'au petit matin. Un bruit le réveilla immédiatement. Jes formait toujours et une petite secousse permit à Morph de comprendre que ce dernier était toujours sous l'emprise de son anesthésie. Mais les sons qui venaient de l'autre pièce n'annonçaient rien de bon. Il n'avait aucune arme ici, que ses poings. Mais si les gens qui se trouvaient de l'autre côté ouvraient la porte, il n'aurait aucun moyen de défendre Jes non plus, ni de fuir avec lui dans cet état. Il se leva et enfilant seulement ses chaussures, il ouvrit la porte et vit deux types en train de tout retourner.

" Hey t'es qui toi ! "

Balança le premier, barbu et habillé comme un bûcheron même s'il devait plutôt tenir du redneck. Morph était prêt à se défendre, voire attaquer le premier mais il vit le flingue à la ceinture de l'un et le fusil dans la main de l'autre, c'était une mauvaise idée de jouer au con. Il leva les mains en signe de reddition.

« Hey, du calme je squatte juste ici... On est dans la même galère non ? »

Ils se regardèrent et s'esclaffèrent de rire tous les deux. Clairement ils pensaient être en supériorité numérique et tactique ici et ils avaient raison. Surtout que Morph portait encore les séquelles des coups du connard du camps de Whitestable sur son visage et ses lèvres et ses mains étaient abîmées elles aussi. Le premiernneut d'ailleurs aucune hésitation lorsqu'il luilanca son poing avant de l'attraper par le col pour le trainer dehors tandis que l'autre le mettait en joue mollement avec son fusil. Dehors, un troisième mec les attendait en vérifiant les câbles que Morpheus avait posé en prévention. Ils étaient là pour les zombies, des types comme ceux là qui avaient tout l'air d'aimer la chasse ne s'y étaient pas laissés prendre. L'autre homme le félicita malgré tout. Une fois que le premier lui avait mis un coup à l'arrière du genoux pour qu'il tombe à terre à genoux devant l'autre. Ils étaient clairement dangereux... Morpheus savait que sa carrure n'aidait pas à ce qu'on le prenne pour autre chose qu'une menace, mais il n'avait pas tellement envie de crever... Jesus...

« Écoutez... Je comprends comment ça marche, j'ai pas de problème avec ça prenez ce que vous voulez. J'veux juste une chance de vivre. Comme tout le monde. »

Il dit sans trop relever la tête. Il avait appris à faire profil bas. Au départ, il avait été tête brûlée. Il avait haï l'injustice du Monde dans lequel il avait grandit et il serait révolté un bon nombre de fois. Il s'était pris un bon nombre de tartes de la part de sa mère adoptive... Ça l'avait tout juste calmé. Et puis il avait joué dans la cour des grands avec des types dangereux, plus dangereux que les mecs en face de lui. Il avait fini par apprendre à courber l'échine sans se sentir humilié. À l'époque comme maintenant, c'était une question de survie. Y'avait aucune honte à avoir envie de vivre. La suite, il la vit au ralenti. Il avait entendu Jes avant même de le voir et ses yeux s'écarquillèrent de surprise. Il releva la tête vivement, inquiet des réactions des autres.

« C'est mon frère ! Laissez le, vous avez vu tout ce qu'on avait, vous avez même vidé nos colets pas vrai ? Vous savez qu'on a rien alors... S'il vous plaît. »

Ces mots lui arrachaient la gorge mais l'idée seule que ce fusil soit pointé sur Jes le terrorisait. L'homme avait compris ça, mais là décision lui revenait. Morph était déjà prêt à vous dire dans le cas où ça tournerait mal. Il préférait prendre une balle plutôt que de le voir blessé, c'était clair comme de l'eau de roche pour lui.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t363-morpheus-don-t-ne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 31/12/2016
» messages : 1414
» points : 1450
» avatar : Cykeem White
» crédits : Asp
» multicomptes : Lys et Scar
quoi ma gueule, qu'est-ce qu'elle a ma gueuule ?
» pouvoir : multiplier la bouffe
MessageSujet: Re: So close, yet so far away [ Jesus - Morpheus ]   Jeu 15 Mar - 23:54

Le réveil fut aussi violent que le sommeil avait été doux. Il était perdu. Déboussolé. Et surtout paniqué. Ses pas le menèrent à l'extérieur de la cabane sans même qu'il n'y prête réellement attention. Il ne pensa même pas à attraper une arme, n'ayant sur lui qu'un petit couteau de poche tout juste bon à découper du saucisson. Finalement, son coeur fit un bond en entendant la voix de Morpheus. Un immense soulagement l'envahit. Mais il ne dura qu'une demi-seconde, avant qu'il ne percute réellement et ne comprenne ce qui était en train de se passer. Ils étaient au moins deux... non.. trois... ou quatre ? Trop nombreux, quoi qu'il en soit. Ils étaient en infériorité numérique. Et puis il vit l'arme à la ceinture du premier. Et Morpheus, pris en joue, agenouillé au sol. Il sentit son ventre se retourner. Merde. C'était pas la première fois qu'il voyait une arme à feu, loin de là. Ni qu'il voyait quelqu'un être menacé. Il avait fait face à pire. Mais.. la situation n'était pas la même. C'était de sa faute s'ils en étaient là, cette fois. Il ne s'était pas réveillé. Et puis.. C'était Morpheus. Il ne pouvait pas le laisser dans cette situation. Il ne pouvait pas risquer.. Oh non, il ne le supporterait pas.
Et s'il n'était plus superstitieux depuis longtemps, il ne pouvait s'empêcher de faire le parallèle avec ce qu'il avait entendu la veille, ce qu'il avait craint. Et ça avait un vieil arrière goût de prémonition.
Sans plus hésiter, il leva les mains par dessus sa tête avant de s'avancer vers eux. Le profil bas. C'était loin d'être dans ses habitudes, même si ces derniers temps il ne comptait plus les entorses à ses principes. Ça le tuait toujours moins de se rabaisser de la sorte que de risquer leurs vies. Littéralement.

"Arrêtez. Lui faites pas de mal... Vous avez déjà tout pris. Mon frère, c'est tout ce qu'il me reste."


Il fit un pas de plus dans leur direction et s'immobilisa lorsque l'un d'entre eux se tourna vers lui et le pointa de son fusil de chasse. Sa voix était peut-être un peu trop suppliante et gamine mais les tremblements étaient sincères, les propos aussi.

"Prenez tout le reste. On n'a plus rien ici de toute façon. On vous laisse repartir. Mais laissez nous, pitié."

Implora-t-il encore. Celui qui le prenait en joue s'approcha et lui colla un coup du revers de son arme.

"Ta gueule, la mauviette. Ce monde, il n'est pas pour les pisseuses dans ton genre."


Le coup manqua de le projeter au sol. Mais il serra les dents et les poings, ravalant la douleur ainsi que son égo. En d'autres circonstances, il aurait riposté. Il avait toujours préféré sortir les poings pour encaisser les coups plutôt que les insultes. Pas cette fois. L'enjeu était trop fort. Il ne répondit rien, se contentant de le fixer, le regard plein de haine. Il les regarda l'un et l'autre se faire des signes, s'exprimant dans un langage visiblement connu que d'eux-même. C'était de sa faute. De sa putain de faute. Rien ne serait arrivé s'il n'avait pas craqué la veille. Il aurait été là. Réveillé. Présent pour les défendre. Pour défendre Morpheus.

"C'est tout ce que t'as ?"


Marmonna-t-il entre ses dents serrées. Le type qui pointait son flingue vers Morpheus se tourna vers lui. Détourner le regard. Encaisser les coups plutôt que de les voir s'en prendre à lui. A l'instant, c'était tout ce qui lui importait.

" T'es con ou t'es pas bien fini toi ? T'en as pas eu assez ?"

Avant qu'il ne le voie venir, il se prit un autre coup. Une fille, qu'il n'avait pas remarquée jusqu'alors, siffla puis fit signe aux trois mecs. Dans ses bras, un sac rempli de leurs provisions et de ce qu'ils avaient amassé. Les mecs s'échangerent d'autres signes avant de lui coller un autre coup qui le flanqua au sol. Et sans un mot de plus, ils prirent leurs jambes à leur cou. Les laissant là, sans rien, sonnés par tout ça.

Il ne prit la mesure de la douleur des coups reçus qu'à cet instant, lorsque la terreur qu'il arrive quelque chose à Morph lui laissa place. Serrant les dents, il se redressa un peu, paumes contre sol. Ils l'avaient pas loupé. Son dos lui faisait mal, sa nuque aussi. Il laissa échapper un cri à la frontière entre le grognement et le gémissement en s'asseyant tant bien que mal.

"J'aurais dû me réveiller. C'est de ma faute.. Putain.. On n'a plus rien.."

Il osait à peine regarder Morpheus, après s'être laissé insulter de la sorte et s'être pris des coups contre lesquels il aurait dû riposter. Tout ça par peur qu'il lui arrive quelque chose. C'était flippant.

"J'suis désolé.. t'aurais pas.... tu devrais pas vivre tout ça à cause de moi."

Les mots de l'autre connard résonnaient dans sa tête. Il se sentait vraiment comme la mauviette et la pisseuse dont il l'avait traité. Ca lui ressemblait pas de s'excuser comme ça. Il grimaça en regardant ses mains éraflées. Il les haissait. Du plus profond de son être. Ceux qui leur avaient tout pris, tout jusqu'au soupçon d'insouciance qu'il leur restait. Il n'avait même pas pu profiter du repos. Ni remercier Morpheus de lui avoir permis de dormir un peu, presque convenablement. Non, il fallait toujours qu'une saloperie les rattrape.

"Tous les deux.. je pensais qu'on y arriverait. On devrait pourtant. Mais... si tu ne veux plus..."

Il s'interrompit, se laissant retomber au sol, encore étourdi par les coups. Il n'avait pas envie de prononcer le reste. Il ne voulait pas que Morpheus le laisse. Et en même temps... est-ce que ça ne lui laisserait pas plus de chances de survie ? De retourner au camp ou d'ailler ailleurs... Pourtant, égoïstement, il n'était pas certain de bien vouloir le laisser partir.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 31/12/2016
» messages : 1002
» points : 1460
» avatar : Malik Lindo
» multicomptes : Connichieur, Thomassou, Cecil et Kazudon

MessageSujet: Re: So close, yet so far away [ Jesus - Morpheus ]   Ven 16 Mar - 18:52

Le sang de Morpheus pulsait dans ses oreilles d'une force incroyable et assourdissante. Il avait l'impression d'avoir déjà vécu ce moment. En réalité, il l'avait vécu plusieurs fois avec le groupe qu'il avait suivit à l'époque. Il avait assisté et pas une fois seulement aux dégâts que pouvaient causer une arme. Il en avait tenu une. Il savait à quel point les coups partaient facilement. D'autant plus que là, il n'y avait plus aucune répression. Qu'est-ce qui empêchait ces types de les buter pour être tranquilles ? Rien. Si ce n'est peut être un gaspillage de balles qui devaient être une denrée précieuse maintenant. Aussi précieuse que le résultat de leurs recherches qu'ils avaient vidées en un rien de temps. L'autre type avait raison. Le monde n'était déjà pas tendre, mais là, les faibles n'avaient aucune chance.

La voix de sa mère d'adoption résonnait dans son crâne après avoir entendu pour la première fois de sa vie Jes' supplier quelqu'un. Avoir peur pour un autre c'est pas être faible. Tenir à quelqu'un et vouloir qu'il vive c'était même une force incroyable, seuls les faibles finissent seuls et sans personne parce qu'ils ont plus peur pour eux-mêmes. L'empathie et la sensibilité... c'était du moins ce qu'elle lui disait quand il bombait le torse, petit, après avoir pleuré. Morph avait du mal à comprendre. En quoi ça leur était utile là ? C'était pas eux qui avaient les flingues, eux ils se faisaient tabasser et laisser dans la boue. Leur vie dépendait de la volonté de ce gang, ça n'avait aucun sens. Il souffrait pour Jes. Et il avait l'impression qu'il pourrait leur arracher les yeux à main nue s'ils continuaient, alors il serra encore plus fort ses poings contre le sol parce qu'il savait que le moindre geste signerait leur arrêt de mort. Et puis ils finirent par partir. Son ami et lui restèrent un moment interdits, le visage en sang, avant de pouvoir bouger le petit doigt.

Jes souffrait, ils avaient perdu toutes leurs rations et leur ego en avait pris un sacré coup, mais ils étaient en vie... Il se rapprocha de son ami, de son frère. Il l'entendait se blâmer, mais c'était faux. Il était le seul responsable, c'était son idée, d'utiliser un don qu'il ne maîtrisait pas. C'était lui qui n'avait pas réussi à les protéger. Il attrapa sa tête et vint poser son front contre le sien. Morpheus niait de façon silencieuse face à tous ses reproches. Et puis il répondit à son regard. Son sang avait beau être toujours aussi glacé, le reste était clair et il était calme.

« Non Jes. »

Il savait parfaitement ce qui se passer dans la tête de l'autre. C'était Jesus qui avait voulu partir du camps où ils étaient emmerdés, mais en sécurité. C'était plus ou moins lui qui avait provoqué leurs départs d'ailleurs. Morph savait qu'il se reprochait la situation actuelle de la même façon qu'il s'en voulait d'avoir manqué de vigilance. Mais il ne lui reprochait rien. Il essayait de le calmer en le regardant droit dans les yeux, ses mains fermes de chaque côté de son crâne. Il cherchait ses mots pour être sûr que son ami l'entende.

« Ce qui est arrivé là ça peut arriver partout, tout le temps. Et j'aurais du monter la garde. On a été cons et on a baissé notre vigilance, mais c'est pas la fin, OK ? »

Il le rapprocha de lui et l'enserra de ses bras. Il avait mal, probablement que Jes aussi mais encore une fois, il avait ce besoin physique de le sentir vivant près de lui.

« On abandonne pas au premier échec. On sera mieux préparés la prochaine fois. On va commencer par bouger ailleurs ok ? Viens. »

Et après confirmation visuelle auprès de Jes, il se leva avec lui et retourna dans leur cabane qui avait été un refuge mais qu'ils devraient quitter avant la nuit. Rassembler ce qui restait de leurs affaires alla vite, il restait aux deux quelques minces rations qu'ils avaient gardées dans leurs poches et non dans leurs sacs laissés en vue, ils en prirent la moitié avant de lever le camps. Morpheus proposal de rejoindre plutôt la ville. C'était finalement un terrain qu'ils connaissaient mieux tous les deux. Ils avaient faim ce soir là, le temps de trouver la petite ville et surtout un lieu qu'ils pouvaient squatter sans risque d'être surpris ne leur avait pas laissé beaucoup de temps pour explorer à la recherche de nourriture. Le moral n'était pas au plus haut, mais Morpheus allait de l'avant depuis qu'ils avaient quitté la forêt. Il posa ses fesses sur le lit de la chambre qu'ils venaient de barricader, et sorti un chiffon et la gourde qu'ils avaient remplie à la rivière.

« Tu veux que je m'occupe de tes mains ? »

Auparavant ils s'étaient plus ou moins démerdés seuls pour tout ça, mais quelque chose le poussait à vouloir s'occuper de son ami. Peut être qu'il le sentait encore coincé sur ce qui s'était passé avant. Pourvu que Jes n'aille pas imaginer qu'il le croyait incapable maintenant... C'était pas ça. Il voulait juste prendre soin de lui. Est-ce que c'était depuis qu'il s'était passé un truc entre eux ? Plus que probable. Il était aussi beaucoup plus tactile depuis même s'il essayait de se reprendre, ça crevait les yeux. Là aussi l'excuse paraissait faible... Mais il ne savait pas quoi dire de plus pour s'expliquer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t363-morpheus-don-t-ne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 31/12/2016
» messages : 1414
» points : 1450
» avatar : Cykeem White
» crédits : Asp
» multicomptes : Lys et Scar
quoi ma gueule, qu'est-ce qu'elle a ma gueuule ?
» pouvoir : multiplier la bouffe
MessageSujet: Re: So close, yet so far away [ Jesus - Morpheus ]   Ven 23 Mar - 21:07

Ça faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas senti autant au fond du gouffre. Contre toute attente, l'invasion zombie l'en avait sorti, en donnant un genre de sens à sa vie. Ou au moins un but à court terme, autre que d'exterminer des cafards. Et là , alors qu'il se sentait à sa place, aux côtés de Morpheus, il avait l'impression de ne faire que dégringoler la pente, de plus en plus. Pourtant, c'était ce qu'il avait voulu. Être avec lui, même de cette façon et avec tous ces non dits, c'était plus que ce qu'il avait espéré. Mais avec ça, venait la pression. Fallait être à la hauteur. Et il ne l'était pas, il s'en rendait compte. Il n'avait pas réussi à le protéger. Il ne s'était même pas réveillé. Il avait l'impression de ne plus avoir la résistance d'avant. Les coups l'avaient collé à terre et il n'avait même pas résisté. Et même s'il l'avait fait avec raison, il ne pouvait s'empêcher de se sentir faible. Tout juste parvenait il à les nourrir. A peu près. Mais maintenant qu'ils n'avaient plus rien.. Il ne pouvait pas produire de quoi se substenter à partir de rien. Et sûrement pas dans son état.


Il frissonna et se crispa lorsque Morpheus s'approcha de lui. Sans grande conviction, il hocha la tête. Il se sentait encore plus naze, à entendre Morpheus lui dire qu'on n'abandonnait pas si facilement. Il avait raison. C'était les faibles qui abandonnaient à la première difficulté. Et cette pensée le renvoyait d'autant plus à sa propre faiblesse. Il lui fallut se faire violence pour trouver la force de se lever et ne pas craquer à nouveau. Juste pour ne pas décevoir Morpheus.
Les autres leur avaient tout pris. Jusqu'aux paquets entamés et aux couvertures. Rassembler les quelques affaires rescapées ne prit pas longtemps. Et c'est silencieux, le moral éteint, qu'ils quittèrent la petite cabane en direction de la ville.


La journée avait semblé interminable et portant elle était passée si vite. A peine avaient ils eu le temps de se trouver un logement d'apparence sûr pour la nuit. Et un peu de bouffe, qu'il ne parvint pas à multiplier. Il lui fallait des forces pour ça et elles l'avaient clairement lâché. Une défaite de plus qui venait s'ajouter à la liste. Épuisé, aussi bien nerveusement que physiquement, il s'assit sur le lit aux côtés de Morpheus. Son regard descendit vers ses mains écorchées en l'entendant. Ça ressemblait pas beaucoup à ce dernier de proposer ça. Pas plus que ça ne lui ressemblait d'accepter. C'est peut être pour ça qu'il haussa les épaules avant de hocher de la tête. 


"J'veux bien. Elles ont une sale gueule." 


Et c'était pas les seules. Lui aussi devait avoir une sale gueule, entre la fatigue et les cernes de trois kilomètres, les coups qu'il s'était pris et le moral pas tout à fait au beau fixe. Tendant ses mains à son ami, il l'observa les nettoyer et les désinfecter. Son cœur se serrait et son ventre aussi, de façon totalement disproportionnée pour ce banal contact physique. Son regard se perdit un moment, le regardant lui, son visage, toujours aussi attirant malgré les coups qu'il s'étaient pris. Se rendant compte qu'il était en train de se pencher vers lui, il retira ses mains d'un coup. 


"C'est bon, elles sont soignées, ça va" 


Lâche-t-il un peu froidement. Bien trop froidement en fait. Qu'est ce qu'il lui prenait ? Il regarda le visage de Morph à nouveau. Merde. Il foirait tout. Jusqu'à ça. Il était incapable de se comporter normalement. De dire merci au lieu de dire merde. Il se leva, fit quelques pas avant de se raviser. Et de se t'asseoir aux côtés de Morpheus. Il ne réfléchit pas plus longtemps et attrapa son visage pour l'embrasser. Il déraillait totalement. Il perdait pied. Et en même temps, c'était Morpheus qui le raccrochait au monde réel. Et à tout le reste. Il se rapprocha de lui et dû se faire violence pour se détacher finalement. Difficile de goûter au paradis et d'y renoncer dans la seconde. Un peu brusquement, il s'écarta et passa le revers de sa main sur ses lèvres. 


"Désolé.. Je sais pas ce qui m'a pris... Heu... Merci pour mes mains." 


S'il avait pu disparaître, en cet instant, pour ne rien avoir à expliquer d'autre, il l'aurait fait volontiers. Et pourtant.. Il ne pouvait pas vraiment regretter. S'il avait pu recommencer, il l'aurait aussi fait sans hésiter.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 31/12/2016
» messages : 1002
» points : 1460
» avatar : Malik Lindo
» multicomptes : Connichieur, Thomassou, Cecil et Kazudon

MessageSujet: Re: So close, yet so far away [ Jesus - Morpheus ]   Dim 25 Mar - 10:34

Depuis la plage... Non, depuis qu'il avait retrouvé Jesus en vie à la porte du camps, quelque chose s'était mis en route dans la tête de Morpheus. Et il ne s'en rendait compte qu'à présent alors qu'il était en train de nettoyer les mains où résidaient encore quelques restants de terre et de gravier, indistinctement... Il changeait. Quelque chose bousculait ses certitudes, ses barrières, ses craintes. Ces gestes tendres et précautionneux qu'il avait depuis quelques jours, par à coups, il ne les avait jamais eus qu'envers ses petites sœurs. Entre deux chamailleries bien sûr, même alors. Comme pour contrebalancer la douceur par de la virilité. Sauf que là, alors qu'il réagissait aussi vivement que s'ils s'était brûlé sur une plaque chauffante, de la même façon que Jes qui retirait ses mains et sa présence aussi vivement, il reconnaissait cette attitude. Et il se trouvait... Ridicule. Faible. Il savait maintenant ce qui comptait vraiment, non ? Il avait failli le perdre trois fois depuis qu'il l'avait retrouvé, ça suffisait comme leçon à n'importe quel demeuré normalement. Il baissa les yeux. Il s'était foutu dans cette merde tout seul, et pas moyen d'en sortir à part agir ou... Parler. Et l'ambiance était trop lourde pour ça maintenant. Au moins ils étaient en sécurité pour la nuit, il essayait de se rassurer là dessus tandis que Jes faisait les cents pas, lui rangeait les linges et le désinfectant précautionneusement.

Et Jes était revenu. Il avait à peine eu le temps de relever la tête qu'il sentait ses lèvres contre les siennes, incapable de comprendre ce revirement de situation. Pourtant il l'avait lui aussi fait un certain nombre de fois. Il vint à sa rencontre, poussant contre ses lèvres un moment béni bien trop court avant que Jes ne recule à nouveau et ne se confonde en excuses. Morpheus n'allait pas s'excuser d'avoir répondu. Au lieu de ça, il le regardait, silencieux et bizarrement... Vide.

«... Dis pas ça, Jes. »

Il dit doucement, presque désolé, lui, de ne pas l'être. Il ravala sa salive et observait le nœud qui lui servait d'estomac. Et ça n'avait rien à voir avec le peu qu'ils avaient avalé ce soir. Il se pencha au dessus du sol, les coudes sur les genoux, laissant place au silence avant d'ajouter.

« J'en peux plus Jes. Ça donne rien de bon, ça marche même pas et... Ça fait putain de mal. »

Il enumerait tout ça comme une évidence. Calmement, dépité mais en même temps résigné. Il n'allait pas le crier haut et fort, ni en être fier mais il fallait que ça sorte. Il se voyait comme il était et avait enfin compris qu'ils pourraient se mentir aussi longtemps qu'ils le voulaient, ça ne changerait pas les faits. C'était comme un poison qui le bouffait depuis trop longtemps, une prison pire que celle qu'il avait connue. Oui, il se dégoûtait toujours. Oui il aurait voulu rester ignorant et croire qu'il pouvait refouler tout ça jusqu'à ce que ça disparaisse. Mais Jes à côté de lui.... C'était la plus belle chose qui pouvait arriver avec l'apocalypse qui leur était tombé sur la gueule. Un putain de miracle Il ne voyait pas ses réactions ou son visage de là où il était mais ça avait pas tellement d'importance. Bizarrement, il savait que Jes pensait la même chose ou pas loin. Ils avaient été des frères tous les deux pendant des années. Du moins il avait cru. Peut être que ça avait toujours été différent et qu'il avait été trop con pour comprendre. Il finit par le regarder dans les yeux. Morpheus avait toujours cette expression de sérieux ultime, comme s'il portait le poids du monde sur ses épaules. Il admirait le visage de Jes qu'il trouvait si beau et beaucoup plus doux. Terrible parfois mais... Pas là. Il posa sa main sur sa joue pour la caresser encore, refoulant sa honte de témoigner aussi ouvertement de l'affection, de se montrer vulnérable. Il attrapa sa nuque et le rapprocha de lui pour l'embrasser lui aussi. Il lui prouvait par ce geste qu'il n'avait plus peur d'affronter tout ça, ou en tout cas il faisait comme si. Il était terrifié en réalité. Mais il préférait affronter que fuir encore. Et après l'avoir affirmé en embrassant son ami avec plus de certitudes qu'avant, il se pencha avec lui pour continuer sur le lit sans s'arreter, à peine pour respirer.

« T'es putain de beau Jes. »

Il dit avec la même intensité dans ses baisers. Ça ne l'empêchait pas d'avoir peur que Jésus se moque ou lui fout eun pain, mais il avait décidé d'assumer la vérité. Il passait ses doigts dans ses cheveux, et partoutsur lui, toujours si près de lui qu'il ne faisait que murmurer.

« Je voulais que tu le saches. »

Tant que Jes ne le repousserait pas, il continuerait de se rapprocher.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t363-morpheus-don-t-ne
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 31/12/2016
» messages : 1414
» points : 1450
» avatar : Cykeem White
» crédits : Asp
» multicomptes : Lys et Scar
quoi ma gueule, qu'est-ce qu'elle a ma gueuule ?
» pouvoir : multiplier la bouffe
MessageSujet: Re: So close, yet so far away [ Jesus - Morpheus ]   Dim 1 Avr - 21:35

Qu'est ce qu'il était en train de foutre ? Il savait que la fatigue ne l'aidait pas à gérer et contrôler ses émotions et le laissait à fleur de peau. Mais à ce point...? Et pourtant, il y avait une certitude dans tout cas. Morpheus ne l'avait pas repoussé. Que ce soit par surprise, par crainte ou pour toute autre raison.. Les faits étaient là. Et ça ne l'aidait pas à y voir clair dans tout cas. Pas plus que le geste de Morpheus lorsqu'il s'écarta et que ses paroles incivives. Ça ne donnait rien de bon. Jes sentit son cœur se tordre en l'entendant. Est ce qu'il parlait d'eux deux ? De la relation ambiguë qu'ils entretenaient depuis quelques temps ? De ce qu'il était en train d'entamer et ce qu'ils faisaient ? Leur relation.. Alors il était le seul à nourrir des pensées peu orthodoxes ? Merde. Il regrettait d'autant plus. Si ça lui éteint si douloureux.. Ça n'était pas le but. Il hocha la tête, se sentant comme un gamin pris en faute, sans trop savoir quoi dire. Y'avait rien à ajouter pour sauver les meubles. Pas la peine de trouver des arguments sortis d'on ne sait où. Morpheus n'était pas plus dupe qu'il ne l'était lui même.

Autant dire que les choses ne se firent pas plus claires lorsque Morpheus posa sa main sur sa joue pour le caresser. Est ce qu'il se foutait de lui ? Ou jouait juste avec ses sentiments de manière totalement cruelle et gratuite ? Ca ne lui ressemblait pas. Il releva vers lui un regard interrogateur, se heurtant à l'air si sérieux que seul Morph savait prendre. Et lorsqu'il l'embrassa à son tour, il fallut définitivement dire merde à son cerveau pour se laisser aller. Ce qu'il fit volontiers. Il s'allongea à ses côtés sur le lit, lui rendant baisers et caresses, en réalisant petit à petit qu'il avait probablement mal interprété les mots de Morpheus.

Vraiment mal. Il l'admit en l'entendant le complimenter. Ça non plus, ça n'était pas dans les habitudes de son ami. Loin de là. Sûrement pas de cette façon. Et c'était suffisamment inattendu pour qu'il ne sache pas trop quoi répondre. Il s'interrompit en le regardant. Est-ce qu'il pensait réellement ce qu'il disait ? Alors qu'il devait avoir une gueule de cul, avec la fatigue, la crasse, les coups et tout le reste ? Il avait l'air sérieux. Avec ce putain d'air grave et dramatique qui le rendait fou. Son regard était insondable.

"Tu vas me faire rougir, crétin !"

Lâcha-t-il, un peu gêné de ce compliment. C'était pas dans ses habitudes d'en recevoir, il savait bien mieux répondre aux insultes qu'aux mots gentils. Se débarrassant de sa veste, il se glissa pour se retrouver au dessus de Morpheus et l'embrasser avec envie. Maintenant que ce dernier avait attisé la flamme, ça allait être difficile de réfréner ses envies. Surtout que Morph n'avait pas particulièrement l'air de vouloir s'arrêter. Ça tombait plutôt bien. Après tout ce temps, il n'avait pas envie de s'arrêter là.

Il se freina pourtant, lorsqu'à force de caresses leurs vêtements furent tous tombés les uns après les autres. Ils s'étaient déjà retrouvés comme ça, nus. A la plage mais aussi avant ça, des années plus tôt. Pour autant, il y avait certaines barrières qu'ils n'avaient pas franchies et ... il n'était pas certain de parvenir à le faire.

"T'es putain de beau toi aussi. Et ça fait longtemps que je le pense."

Chuchota-t-il en s'interrompant quelques secondes. Le contact de son corps qu'il avait tellement désiré était électrisant. Et dans cette tenue, difficile de camoufler son envie. Mais ça ne l'empêchait pas d'être mort de trouille. D'aller trop loin. De briser quelque chose entre eux.

"Qu'est-ce qu'on est en train de foutre ?"

Lâcha-t-il à voix haute, pour lui autant que pour Morph. C'était probablement pas le moment pour se poser la question. Ni pour la formuler à voix hautes. Il se souvenait encore de la manière dont Morph avait fui, lorsqu'il avait voulu mettre des mots sur ce qu'ils faisaient. Mais c'était important pour lui. D'être sûr. De s'assurer qu'il le voulait réellement.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: So close, yet so far away [ Jesus - Morpheus ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
So close, yet so far away [ Jesus - Morpheus ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» BARAK OBAMA : NI JESUS-CHRIST, NI FIDEL CASTRO
» [A faire] Pastorale de Jesus-2
» Jesus Navas (Photoshop CS3)
» Jesus take the wheel
» Mÿ <3 __ Atelier [ - CLOSE - ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Country Side-
Sauter vers: