AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Old loves they die hard [Kjell & Oscar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 06/11/2016
» messages : 466
» points : 695
» avatar : Luke Pasqualino
» multicomptes : Grumpy Lys, badass Feli et Jesus le ... jesus.

» pouvoir : Camouflage anti-zombies
» appartenance : Whitstable
MessageSujet: Old loves they die hard [Kjell & Oscar]   Lun 8 Jan - 22:09

C'était une sacrée mêlée d'émotions en tout genre qui l'envahissait. Il était en colère, mais il y avait plus que ça. Il était tellement blessé. Il avait fait confiance à Cupidon et ce dernier l'avait trahi de la pire des façons. Est ce qu'il pourrait lui pardonner ? Il n'en savait rien. Il n'était pas certain de pouvoir lui faire confiance à nouveau. Rien ne lui prouvait que Cupidon ne recommencerait pas, à part sa parole. A laquelle il ne pouvait plus accorder grande valeur. Et puis il y avait son ego , sa réputation. De quoi aurait il l'air si ça se savait ? Si on savait qu'il avait pardonné ça ? Plus préoccupant encore, est ce que les gens n'essaieraient pas de le rouler ? De trahir sa confiance, encore et encore ? Il ne voulait pas passer pour un faible.

Mais d'un autre côté, il n'avait pratiquement que Cupidon, ici, au camp. Et.. Dans ce monde. Et il n'y avait pas vraiment d'autre garçon au camp qui aurait pu l'intéresser comme le blondinet. Et puis il aimait bien sa présence. Et il aimait bien être au camp. Il ne voulait pas repartir dehors. Il y avait son père, aussi, ici. Mais jour après jour, il avait d'avantage l'impression de le perdre. Cet ingrat ne pensait qu'à sa relation avec un gars pas plus âgé que son propre fils. Cette relation le revulsait. Le peigne cul qui s'était fait une place de choix auprès de son père le répugnait. Ce n'était qu'un sale profiteur, ça crevait les yeux à des kilomètres. Il avait bien tenté de mettre son père en garde. Malheureusement, ce dernier ne voulait rien entendre. Il avait dû prendre ça pour une crise de jalousie. Comme si ça n'était pas normal de vouloir un peu d'attention de la part de son père. Mais non, malgré ce qu'il osait dire, ce dernier avait toujours trouvé tous les prétextes du monde pour ne pas assumer son rôle de père. Alors en fin de compte, il n'était pas bien sur que sa présence au camp soit un atout.

Il ruminait tout ça, en s'éloignant d'un pas vif du camp. Il avait laissé Bonus au camp. Entre les zombies, les rues délabrées et les survivants affamés, il ne faisait pas bon être un chevreau dehors ces temps ci. Oscar ne remarqua qu'à moitié ses pas qui le menaient vers les habitations les plus proches, tombant en ruines. Celles à proximité du camp avaient été fouillées de fond en comble depuis bien longtemps. Le camp n'avait pas fait de cadeaux. Ils avaient tout raflé pour venir enrichir leur stock. Il continua à avancer, traversant une horde en retenant sa respiration. Il ne maîtrisait pas encore vraiment sa mutation mais chaque sortie à l'extérieur du camp lui faisait prendre un peu plus confiance en ses propres capacités. Parfois, il appréciait cette sensation de froler la mort en marchant parmi eux. Leurs yeux vides le faisaient toujours frissonner. Il s'interrompit soudainement en entendant le bruit d'une porte que l'on forçait. Les zombies ne faisaient pas ce bruit. Intrigué , il s'approcha à pas de loup, traversa le reste de la meute pour se diriger dans la direction du bruit. Il répéra rapidement un attique, dont l'échelle était bien cachée. Pas une silhouette humaine à l'horizon. Celui où ceux qui s'étaient aventurés là ne semblaient pas avoir laissé quelqu'un faire le guet. Raison de plus pour aller voir. Il y avait peut être des choses intéressantes là haut. Et si la personne était seule, il pourrait probablement récupérer une partie du butin. Oscar s'approcha, tachant d'être le plus silencieux possible lorsqu'il grimpa à l'échelle. Il observa par une fente dans les planches du mur pour n'y voir qu'une silhouette. Son couteau à la main, il passa discrètement par la porte. Et se retrouva face à deux yeux globuleux qui le fixaient. Un sursaut et un mouvement de recul plus tard, il réalisa. Ce n'était qu'un furet. Un putain de furet. Minute. Il connaissait ce furet. Il releva les yeux vers la silhouette, qui s'était retournée. Et son sang ne fit qu'un tour. Kjell. Son premier compagnon de route. Qui l'avait abandonné quand il était au plus mal. Il sentit son cœur se serrer dans tous les sens. Ses sentiments pour lui n'étaient pas oubliés. Et.. Il ne l'avait pas pardonné non plus. Décidément, il les choisissait bien. Et ça semblait être son jour de chance. Il avait envie de se jeter sur lui. De le serrer dans ses bras. Et de le frapper de toutes ses forces, ce qu'il n'avait pas pu faire quand Kjell l'avait lâchement laissé.

"Évidemment. Y'a que les lâches comme toi pour être encore en vie. J'imagine que le remords de me laisser crever seul t'as pas empêché de dormir.."

Lâcha-t-il. C'était un peu froid comme bonjour. Un peu. Et pourtant, malgré la haine qui bouillait en lui, la colère déjà présente et encore attisée, une partie de lui etait infiniment heureuse de le revoir. Il lui avait manqué. Et ils avaient vécu des choses fortes ensemble. Jusqu'à ce que Kjell l'abandonne lâchement. Il l'avait aimé. Vraiment. Et puis haï. Et tout ça venait se meler au bouillon de sentiments déjà bien trouble qui lui torturait l'esprit.


_________________
arcciel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 04/11/2016
» messages : 1028
» points : 906
» avatar : Maurice Sinclair
» crédits : Ilyria, alaska.
» multicomptes : Kaleb, Cupidon, Suraj, Iris.

» pouvoir : Adaptation corporelle évolutive.
» appartenance : Indépendant.
MessageSujet: Re: Old loves they die hard [Kjell & Oscar]   Jeu 25 Jan - 22:23

La vie en solitaire, c’est toujours un peu pareil. Se trouver de la bouffe, se trouver une planque, dormir, repartir. Il croisait toujours du monde. Et parfois, il restait un peu avec ces personnes croisées. Mais très vite, il filait. Par conviction. Parce qu’il était persuadé qu’il ne pouvait pas être bénéfique pour quelqu’un. Qui que ce soit. Quel groupe que ce soit. C’était juste lui, et son crétin de furet au milieu de cet apocalypse. Comme ça, s’il crevait comme une merde, ce qui finirait par arriver, personne ne le chialerait. Personne ne prendrait de risques pour lui. Peut-être que certains le pleureront. Mais comment saurait-il qu’il est mort ? Connie ne le saurait pas. Et il n’y avait que lui qui comptait encore. Le rouquin continuera de vivre sa putain d’idylle avec mister muscles, et tout serait bien dans le meilleur des mondes. Pourquoi chercher plus loin ? Il ne voulait plus réfléchir ni au passé, ni au futur, pas même au présent. Bizarrement, depuis qu’il avait pris cette résolution, il allait un peu mieux. Peut-être qu’il avait passé très vite les phases de deuils de sa non relation avec le seul garçon qu’il ait aimé plus d’une semaine. Peut-être. Ou juste, il essayait de nier sa douleur. Il en savait trop rien. Mais blaguer avec les potes zombies, c’était cool. Eddie avait un humour du tonnerre. Enfin avant d’essayer de vous bouffer.

Lui ? Devenir fou ? Non. Bien sûr que non. Il l’était depuis longtemps d’après sa mère. Elle avait peut-être toujours eu raison. Enfin… Il avait atterri dans cette maison en passant par l’extérieur, il avait repéré cette fenêtre ouverte, l’échelle pas si loin. C’était trop beau pour ne pas être tenté. Une pièce en hauteur, peut-être cossue, c’était pas si mal ces temps-ci. Alors il était passé par cette fenêtre. L’endroit était pas complètement intact, mais y’avait un lit. C’était déjà cool. La porte pour sortir de la chambre était fermée. Alors… Il eut un petit sourire. Péter des trucs, ces derniers temps, ça le détendait. Il imaginait la gueule de ce connard de monsieur muscles, et bim, sa carapace l’aidait à défoncer des portes, des meubles, tout ce qu’il voulait. La force de la colère. La porte y avait pas echappé. Elle avait cédé sous son coup d’épaule. Il était sorti pour regarder ce qu’il y avait dans le coin. Mais la chambre était le seul endroit assez bien protégé. Il trouva une vieille boîte d’asperges, et quelques restes de pâtes et de riz dans la cuisine. Il se pris quelques ustensiles pour cuire ça. Il manquait quand même d’eau… M’enfin, il sortirait pour trouver de quoi faire cette bouffe. Il mit tout ce barda dans un sac en toile qu’il avait dans son sac à dos et remonta rapidement vers la chambre, bien décidé à se poser un peu tranquille. Il posa son sac après avoir repassé la porte, commençant à la barricader.

Mais il sentit une présence. Autre que celle de Bobo. Il porta sa main vers son arbalète chargée. Seulement, il la baissa presque directement. Et se prit une belle agression verbale en pleine face. Ça lui avait manqué les mecs revanchards. On aurait cru voir un de ses plans cul d’avant tout ça, revenant déçu chouiner à sa porte. C’était presque plaisant comme sensation, ça rendait presque Kjell, nostalgique. Un petit sourire moqueur s'immisça sur ses lèvres.

Moi aussi je suis ravi de te voir en vie, Chéri.” répondit-il badin.

Il avança dans la pièce, sans pointe de peur, ou d'appréhension. Des reproches, on lui en avait fait d’autres. On lui en ferait encore. Il avait décidé de ne plus réfléchir au passé, n’est-ce pas ? Alors, il se laissa tomber dans le lit, s’affalant magistralement, et non sans sensualité. De toutes façons, il avait toujours eu le vice dans la peau. Ça aussi, sa mère lui répétait souvent et depuis si longtemps qu’il entendait encore sa voix dans sa tête.

T’as pas l’air mort, faut croire que j’avais pas trop mal barricadé l’endroit où je t’ai laissé… T’aurais préféré que je te plante un couteau dans le crâne en préventif ? Là, sois tu survivais, sois j’aurais pas la tristesse de devoir t’abattre. T’aurais continué de vivre dans tous les cas. Me fais pas passer pour le salopard. J’y peux rien si t’avais été mordu… ça t’a pas si mal réussi… T’es toujours aussi mignon quand tu t’énerves…

Il provoquait sans nul doute. Il ne savait souvent faire que cela pour cacher ses sentiments. Cacher qu’il était heureux de le revoir. Heureux de ne plus avoir sa mort sur la conscience. C’était le genre de revenants qu’il aurait aimé croiser tous les jours.

_________________
Now I'm a warrior
All the pain and the truth, I wear like a battle wound. So ashamed, so confused, I was broken and bruised. Now I'm a warrior. Now I've got thicker skin. I'm a warrior. I'm stronger than I've ever been. And my armor, is made of steel, you can't get in. I'm a warrior and you can never hurt me again. •• ALASKA (Demi Lovato)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t226-kjell-i-don-t-nee
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 06/11/2016
» messages : 466
» points : 695
» avatar : Luke Pasqualino
» multicomptes : Grumpy Lys, badass Feli et Jesus le ... jesus.

» pouvoir : Camouflage anti-zombies
» appartenance : Whitstable
MessageSujet: Re: Old loves they die hard [Kjell & Oscar]   Dim 28 Jan - 23:00

Kjell était toujours aussi putain de beau. Et toujours aussi... con et insolent. Oscar soupira en l'entendant. Putain. Il le détestait. Enfin... il aurait aimé le détester, ce connard. C'était un peu plus compliqué que ça, en réalité, même s'il tentait de se persuader du contraire. En tout cas, haine ou non, la rancœur était bien présente, elle. Il rangea son couteau dans sa poche et croisa les bras, sans s'avancer d'avantage. Kjell était plus que gonflé. Et le pire, c'était qu'il l'assumait à 100% cet enfoiré.

"T'es juste un putain de lâche. Comment tu peux encore essayer de justifier ça ? Tu m'avais attaché... t'aurais très bien pu rester. T'aurais pu prendre des précautions. Attendre un peu.. Mais t'avais juste pas envie d'assumer tes actes. Et t'es pas foutu de savoir ce que c'est, des responsabilités."

Ouais, il lui en voulait de se justifier de la sorte. Vraiment. Il ne pouvait pas prendre ça à la légère, pas pour l'instant. Il avait eu tellement peur. Il avait été tellement seul. Il avait pleuré toutes les larmes de son corps avant que la fièvre ne lui fasse perdre la raison. Les tâches sur le papier peint qu'il avait scruté pendant ses heures de souffrance resteraient gravées dans sa mémoire à jamais.

"T'as oublié volontairement ce qu'il s'est passé ? Ou t'as juste envie de te blanchir les mains parce que c'est toujours comme ça que t'as agi ? T'y étais pas tout à fait pour rien, dans mon souvenir. On était ensemble quand je me suis fait mordre. Mais t'as du en abandonner d'autres en chemin, tu confonds peut-être ?"

Il en avait, des choses sur le cœur. C'était difficile de les retenir, il en prenait vraiment conscience à présent. Et en même temps... son regard se posa à nouveau sur Kjell, allongé sur ce lit. Il ne voulait pas le faire fuir sous ses reproches, en réalité. Il était content de le revoir. Et même s'il savait que le garder auprès de lui pour toujours était un vœu pieux, il ne comptait pas s'en aller aussi vite.

"Enfin faut croire que j'avais pas besoin de toi pour survivre. Ta lâcheté m'aura au moins appris cela. Pas que ta barricade ait super bien tenu. C'est ma mutation qui a pris le relai, plus qu'autre chose."


Pas question pour autant qu'il lui donne raison. Fallait pas déconner. Il finit par décroiser les bras et s'installer à ses côtés sur le lit. Il haïssait Kjell. Mais ça l'empêchait pas de vouloir rester en sa compagnie. Le pire, c'était que ce dernier l'avait sans doute compris.

Après une longue hésitation, il passa son bras autour des épaules de Kjell et le tira contre lui pour le serrer dans ses bras.

"T'es un connard. Mais tu m'as manqué quand même."


Marmonna-t-il, le visage enfoncé contre lui. Il posa son front sur l'épaule du blondinet, le serrant toujours contre lui. Malgré la crasse, son odeur lui avait manqué. C'était con. Il se sentait pathétique. Il aurait du continuer à garder la face mais.. avec tout ce qu'il endurait ces derniers temps, c'était difficile. Pour une fois, il lui faudrait peut-être mettre un petit peu son honneur de côté.

_________________
arcciel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 04/11/2016
» messages : 1028
» points : 906
» avatar : Maurice Sinclair
» crédits : Ilyria, alaska.
» multicomptes : Kaleb, Cupidon, Suraj, Iris.

» pouvoir : Adaptation corporelle évolutive.
» appartenance : Indépendant.
MessageSujet: Re: Old loves they die hard [Kjell & Oscar]   Sam 3 Fév - 13:17

Les mots d’Oscar étaient loin de passer au dessus de sa tête. En réalité, ils étaient comme des poignards. Mais, ne rien montrer, c’était dans son habitude. Ne pas montrer qu’on lui faisait mal. Depuis tout petit, il vivait dans la honte de sa mère, dans la douleur des insultes, alors quoi ? Il allait laisser un petit brun lui briser le coeur ? Ola, y’avait bien assez des rouquins pour ça. En fait, même pas de rouquins, juste d’un seul. Même pas cruel, ni violent. Quelle connerie.

Ouais, j’suis peut-être qu’un putain d’irresponsable, et alors ? Je t’avais pas promis mieux. Je t’avais rien promis du tout en fait, alors fais pas l’exigent.” répliqua-t-il d’un ton peut-être moins détaché.

Il ne pouvait pas laisser l’autre lui faire un procès. Merde, qu’est ce qui les avait lié ? Ils s’étaient tombés dessus à un moment où valait mieux avancer à deux, mais merde, ils étaient pas mariés. Ils étaient rien l’un pour l’autre, l’abandonner, ça avait été la meilleure décision pour eux deux. Il aurait pas pu le tuer s’il était devenu l’un d’eux. C’était lâche, mais merde, qui ne l’était pas ? Il était pas un putain de chevalier. Il apportait pas la lumière. Il avait jamais promis ce genre de trucs à Oscar.

Ouais, j’en ai abandonné des centaines, j’dois confondre. De toutes façons pour le connards que je suis, toi ou un autre, c’est du pareil au même, tu sais.

Sa voix était plus cassante que badine. Oscar avait fait mouche en l’accusant comme cela. Il luttait avec sa culpabilité depuis des mois, ce n’était pas la peine de rajouter des couches à ça. Il avait suffisamment tourné ses fautes dans sa tête.

Eh ben au moins ça aura servi à quelque chose que je t’achève pas… Ta mutation a l’air pratique…” souffla-t-il sans grande conviction.

Il laissa le brun s’allonger à ses côtés. Mais il n’eut pas de geste envers lui. C’était mort, il n’allait pas le serrer dans ses bras après une telle avalanche de reproches, il était maso, mais il avait ses limites. Pourtant quand Oscar essaya de l’attraper, il se laissa faire, se laissant attirer contre lui. Il passa même ses bras dans le dos de ce jeune homme. Le laissant se serrer contre lui. C’était fou comme quelqu’un pouvait vous manquer. Il n’aurait jamais cru se sentir aussi bien en le retrouvant.

Je sais… Je suis une vraie drogue… On me déteste, mais on peut pas se passer de moi…” souffla-t-il amusé.

Oscar avait l’air tellement fragile. Pourtant, c’était pas forcément l’image qu’il avait gardé de lui. C’était bizarre du coup. Il carressa doucement son dos.

T’as l’air dans un sale état pour te jeter comme ça dans mes bras… T’es… T’es resté seul tout ce temps ?” demanda-t-il doucement. “Tu sais… Tu m’as manqué aussi, p’tit con.

Il se recula un peu, et chercha son regard. Il alla déposer un baiser sur ses lèvres. Peut-être par envie. Peut-être parce qu’il savait que ça remontait le moral en général. Comme avec ses anciens clients. On oublie pas des années de carrière.

Si t’as besoin de parler… Je peux écouter tous tes malheurs, Oscar…

_________________
Now I'm a warrior
All the pain and the truth, I wear like a battle wound. So ashamed, so confused, I was broken and bruised. Now I'm a warrior. Now I've got thicker skin. I'm a warrior. I'm stronger than I've ever been. And my armor, is made of steel, you can't get in. I'm a warrior and you can never hurt me again. •• ALASKA (Demi Lovato)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t226-kjell-i-don-t-nee
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 06/11/2016
» messages : 466
» points : 695
» avatar : Luke Pasqualino
» multicomptes : Grumpy Lys, badass Feli et Jesus le ... jesus.

» pouvoir : Camouflage anti-zombies
» appartenance : Whitstable
MessageSujet: Re: Old loves they die hard [Kjell & Oscar]   Dim 4 Mar - 19:55

Pas promis, pas promis... Oscar tiqua sans relever, en l'entendant. Il ne l'avait peut-être pas promis avec des mots mais il l'avait laissé entendre avec ses gestes, sa présence, avec tout ce qu'ils avaient vécu. Kjell était juste un abruti incapable d'assumer cela. Il s'en était très bien rendu compte lorsque ce dernier l'avait laissé crever derrière ces putain de barricades. Il feint l'indifférence lorsque ce dernier approuva ses reproches, faisant comme s'ils glissaient sur lui plutôt que de l'atteindre. C'était pire que des insultes et Kjell le savait. Alors pourquoi répliquer ?

Et pourquoi ne pas... céder à la place ? Ce qu'il finit par faire, laissant de côté son égo et sa fierté pour céder à ses nerfs, déjà bien mal en point. C'était tellement réconfortant de le serrer dans ses bras à nouveau, de prétexter que rien d'autre n'était arrivé, qu'ils n'étaient pas en train de s'envoyer des piques et de se renvoyer les reproches dans la tronche. Une trêve, dans tout ça, c'était tout ce dont il pouvait rêver.

"Fais gaffe à tes chevilles quand même, si elles gonflent trop ça fera des appâts trop faciles pour les zombies."

Tenta-t-il pour détendre l'atmosphère... enfin surtout lui-même, en fait et détourner un peu la conversation. Il resta ainsi, le visage enfoui dans les cheveux blonds de Kjell et aurait pu le rester bien plus longtemps encore. Il ne pouvait que lui donner raison sur son état. Ces derniers temps, rien n'avait été simple. Parfois, il regrettait les galères du dehors. Elles lui semblaient plus terre à terre et moins lourdes que celles du camp. Et pourtant non, il n'était pas resté seul. Malgré tout, il n'était pas certain qu'il aurait survécu. Il avait besoin des autres. D'être entouré. La solitude lui était trop pesante, il ne s'en était que trop rendu compte lorsque Kjell l'avait abandonné à lui-même.

"On a tous l'air dans un sale état à présent, je crois... J'suis pas seul non. Enfin.. pas trop. J'ai rejoint un camp. Et toi ?"

Il sourit en l'entendant dire le reste, sans rien ajouter. Et dévisagea Kjell avec des yeux ronds comme des soucoupes lorsque ce dernier vint chercher ses lèvres. Woh. C'était... inattendu. Même venant de Kjell. Vraiment. Il sentit des frissons le parcourir. Putain... Il pensait l'avoir oublié. Enfin il espérait. Mais même son corps se rappelait. Connard de corps. Cet avant-goût et ce souvenir... rha.

"Je ne crois pas que ça soit de parler, dont j'ai besoin..."

Murmura-t-il en se penchant un peu au dessus de lui, avant de repartir goûter à l'interdit. Fallait pas attiser la flamme comme ça...

"Est-ce que tu peux soigner tous mes malheurs, aussi ?"

Demanda-t-il en se détachant de ses lèvres. Il s'était collé à lui, peut-être plus qu'il ne l'avait imaginé. Dieu qu'il était enivrant, il le détestait. Et... en même temps... ses mains qui se promenaient à leur aise, couvrant le blond de caresses, n'auraient pu dire d'avantage l'inverse. Cette bouffée d'air frais... ou presque frais, loin du camp, loin de tout ce qui lui torturait l'esprit, c'était tout ce dont il avait besoin en cet instant. En parler... ça viendrait peut-être plus tard. Ou peut-être pas du tout. Pour l'instant, il n'avait aucune envie de penser à Cupidon.

"Je ne suis pas sûr que ça soit une bonne idée pour nous deux.. "

Lâcha tout de même un petit reste de conscience, alors qu'il s'allongeait sur le dos, prêt à commettre tous les blasphèmes.

_________________
arcciel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Old loves they die hard [Kjell & Oscar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Old loves they die hard [Kjell & Oscar]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OSCAR MALE X CANICHE 6 ANS . NORD 59 - ADOPTE
» Oscar et la dame Rose
» [relaxe amende] escroquerie poitiers le 15 mars oscar 2000
» OSCAR CANICHOU 15 ANS TORTURE ASSO ROSALIE (VAR 83)
» [Mai] Pullip Oscar François

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Memories & Other Spaces :: Memories-
Sauter vers: