AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Outside dawn is breaking - show must go on [ Ulysse - Connie ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1779
» points : 1584
» avatar : Caleb Landry Jones
» multicomptes : Cecilou, Thomas, Morph, Kazu <3

» pouvoir : Polymorphie
MessageSujet: Outside dawn is breaking - show must go on [ Ulysse - Connie ]   Mer 4 Oct - 20:03

La fraîcheur de la matinée avait laissé place à plus de lourdeur en journée depuis quelques temps, rendant les soirées quand le soleil se couchait enfin d'autant plus appréciables. Plus que jamais, Connie était un oiseau de nuit. Enfin, un renardeau de nuit qui fouillait dans les poubelles à cette heure là. Les poubelles étant plus ou moins tous les recoins de Canterbury. Il commençait à être à cours d'idée, et il avait déjà rayé pas mal de quartiers de sa carte approximative, qu'il avait écumés autant que possible jusqu'à admettre qu'ils ne valaient plus la peine. Certains étaient aux prises avec des groupes un peu trop nombreux. D'humains ou de zombie, ça revenait au même pour le rouquin: il attendrait avant de repasser et n'avait pas du tout envie de les croiser ou leur tailler une bavette. Par contre, ici c'était tout au plus habité par des rongeurs cherchant comme lui un peu de nourriture. Ça lui convenait très bien. C'était pour cette raison qu'il avait proposé à Lys de s'y retrouver pour "chasser" le dîner ensembles avant d'aller faire une pause. Sur les toits, c'était sa préférence. Mais en réalité où que ce soit aurait pu lui convenir, tant qu'il était accompagné de l'Acciaro en question. Dieu que c'était niais de penser ainsi. Connie grommela et passa au block suivant.

La fin de son séjour au vert à la campagne s'était plutôt bien passée tout compte fait. Bien mieux que quiconque aurait pu escompter vu comment ça avait commencé. Les tensions s'étaient petit à petit calmées. Ulysse et lui avaient ramené à manger et à boire, surtout à boire, et ça avait aidé à détendre l'atmosphère, ça plus le fait qu'ils aient pu chacun décanter de leur côté. Ils ne parlèrent pas de l'incident finalement, et il préférait. Il avair eu peur de faire une bourde pendant la journée suivante avant de voir que la meilleure solution pour s'entendre, c'était d'éviter le sujet. Kaleb s'était révélé bien plus fun à vivre, comme il s'était attendu, et possédait toujours ce regard perçant qui le déstabilisait. Parfois quand il ne se pensait pas observé, il était différent... Plus morose, peut être. Mais plus explosif comme avant. Enfin, pas dans ce sens. Il avait malgré tout continué à le chercher et Connie avait tenté de répondre sur le même terrain avant de s'en mordre les doigts, et répartir d'autant plus perturbé qu'à l'arrivée. Et son coeur qui n'en pouvait plus de penser à Lys et qui le laissait à soupirer pitoyablement en pleine journée. Lys. Ils s'étaient revus une fois ou deux. Des fois où Connie avait presque oublié le monde de merde dans lequel ils avaient été jetés franchement. A gentiment vandaliser des magasins pour se nourrir, à s'enlacer dans des moments choisis, coupés de tout, ils avaient passé de bons moments ces jours ci. Enfin, lui surtout. Il ne pouvait pas se retirer de la tête que c'était idiot de s'emballer alors que c'était loin d'être aussi réciproque qu'on aurait pu le souhaiter mais... Comme Connor s'en était vite rendu compte, on ne décidait pas trop de ses choses là.

Frissonnant malgré lui a la simple idée de ces retrouvailles,  il passait les portes défoncées à la recherche d'un endroit qui n'aurait pas encore été pillé, en attendant Ulysse qui ne tarderait probablement plus. Il vit un quartier qui avait drôlement souffert mais qui était désert à présent, et une porte fermée qui avait été assaillie. Il n'avait pas vraiment "envie" de l'ouvrir, comme toute porte close qui pouvait renfermer votre perte ces jours derniers, mais c'était ça ou avoir faim. L'adrénaline monta au moment où il força la poignée avec une barre de fer qui était sa nouvelle alliée depuis ce matin même, se préparant à s'échapper rapidement, mais finalement rien ne vint. Il n'eut que l'odeur, d'abord, pour se repérer. Il faisait presque sombre mais le soleil illuminait encore vaguement les rues d'une lueur rouge. Il y avait là un corps. Ce n'était pas le premier, et le rouquin ne tournait plus de l'oeil aussi facilement mais ça restait une vision désagréable, qui lui rappelait que lui aussi pouvait disparaître aussi facilement. Il aimait se dire qu'il était bien assez malin pour éviter ça mais... Il n'aimait pas voir la mort en face. Alors pourquoi celui ci attira son regard plus qu'un autre, aucune idée. Une partie de lui devait avoir compris avant qu'il ne réalise pleinement. Gisant presque totalement nu, des plaies béantes et noires de sang par endroits, Kaleb ne souriait plus comme avant. Ce qu'il manquait surtout c'était son regard bleu et pétillant de malice qui le faisait détourner le sien, mais le rouquin fini par réaliser et le poids tomba sur lui comme un fardeau.

« Non... »

Refuser d'y croire ne changeait rien, mais c'était la seule attitude dont il était capable. Comment le corps de quelqu'un d'aussi fou, agile et forcené pouvait être inerte et abandonné ici. C'était choquant... Et injuste, et tellement impossible. Le poids des mots que Connor n'avait pas pu lui dire fit couler des larmes sur ses joues sans qu'il puisse rien faire ou dire de plus, et alors qu'il reculait, incapable de faire autre chose que fixer Kaleb et de songer à tout ce qui n'arriverait jamais, il entendit un bruit. Il se retourna, pensant à Ulysse subitement qui ne devait plus tarder, mais c'était une silhouette traînante qui venait à lui. Il avait toujours sa barre à la main, et lorsqu'il reconnu le visage de son frère face à lui, elle lui échappa des mains.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t72-connie-hate-me-and
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 15/09/2016
» messages : 1599
» points : 2259
» avatar : François Arnaud
» multicomptes : Gali la trouillette, Oscar le faux mignon,Felice la badass et Jesus le jesus.

» pouvoir : GPS
MessageSujet: Re: Outside dawn is breaking - show must go on [ Ulysse - Connie ]   Jeu 12 Oct - 13:15

Malgré les hauts et les bas, Ulysse se plaisait bien à la ferme. L'idée de trouver une certaine stabilité dans sa vie alors que le reste partait en vrille l'amusait, au fond. Lorsque la tension montait un peu trop avec Kaleb, il partait quelques heures ou quelques jours. Ça permettait aussi de renflouer leurs vivres, qui se faisaient de moins en moins abondants. Et de voir occasionnellement d'autres survivants qu'il avait rencontrés au fil des jours. Revenir n'en était que plus chouette. La veille encore, ils s'en étaient donné à cœur joie avec Kaleb. Malgré ça... Ulysse avait bien senti depuis quelques temps qu'il était froid, distant, que quelque chose n'allait pas tout à fait. Sans qu'il ne sache exactement quoi. Le tatoué était moins présent. Et même lorsqu'il était la.. Il ne semblait pas l'être totalement. Il faudrait qu'ils aient une conversation là dessus. Un jour. Mais... En attendant, Ulysse repoussait ça soigneusement, espérant que ça passerait simplement. Il savait Kaleb aussi instable que lui dans sa tête et il savait que ça pouvait tout aussi bien être passager.

Une fois de plus, le tatoué n'était pas à la ferme ce jour-ci . C'était un peu surprenant qu'il ne revienne pas. Mais après tout, ils n'étaient pas mariés, Kaleb n'avait aucun compte à lui rendre, il avait le droit de faire sa vie. Et puis de toute façon, lui-même avait un rendez-vous ce soir là. Ouais. Un rendez vous. C'était dire à quel point sa vie était devenue improbable ces temps-ci. Il devait retrouver Connie en ville. Malgré ce qu'il lui avait proposé, le rouquin n'avait pas voulu s'installer à la ferme. Ulysse n'avait pas beaucoup insisté. Il comprenait mieux que quiconque le besoin d'indépendance. Ce n'était pas lui qui allait tenter de le persuader de l'inverse. D'ailleurs, c'était peut-être ce qui lui plaisait bien chez lui. Son caractère farouche et sa façon de toujours vouloir montrer qu'il était bien, seul. Ça l'amusait.

Après avoir laissé Neptune monter sur la moto comme à son habitude, Ulysse y grimpa à son tour et se mit en route, direction Canterbury. Il commençait doucement à manquer de carburant. Il allait falloir qu'il trouve une nouvelle source. Les jerricans qu'ils avaient à la ferme étaient pratiquement vides et les stations alentours aussi. Mais en attendant, ça suffirait encore. Il ne tarda pas à arriver aux abords de la ville. Les routes étaient de plus en plus parsemées d'obstacles à mesure qu'il roulait. Ils n'avaient pas fixé de lieu précis pour le rendez-vous. Mais Ulysse maîtrisait de mieux en mieux l'usage de sa mutation. A présent, en se concentrant bien, il pouvait pratiquement à coup sûr localiser la personne. C'était vraiment pratique comme truc, même si ça l'epuisait un peu.

Après quelques détours pour éviter une horde, Ulysse ne tarda pas à se rapprocher du signal. Il arrêta sa moto à quelques maisons de là et la camoufla comme à son habitude avant de finir le reste a pied. Ils avaient prévu de partir se trouver un truc à manger dans les maisons alentours et ça tombait bien, son estomac était plutôt vide. La mutation d'Ulysse s'eteignit doucement alors qu'il marchait. Mais il savait où se diriger. Ce n'était pas bien grave. Il continua à avancer, scrutant un peu les environs, jusqu'à se retrouver devant la porte de l'établissement repéré un peu plus tôt. Elle était entrouverte et il s'y engouffra, cherchant des yeux le rouquin qui ne devait pas être loin. Mais un bruit le fit sursauter. Un zombie. Et l'instant d'après, alors que ses yeux s'habituaient à l'obscurité ambiante, il faisait face à une scène terrifiante. Connie, tétanisé, le visage en larmes, face à un mort vivant prêt à lui sauter dessus. Ni une, ni deux, Ulysse lui chopa la main et le tira de force hors de l'établissement, se mettant à courir dès les quelques marches de l'entrée dévalées. Neptune les suivit en galopant joyeusement tout du long. Il ne s'arrêta et ne relâcha l'autre que lorsqu'il eut tourné dans une perpendiculaire, pour reprendre son souffle, tout en tendant l'oreille. Aucun bruit. Le zombie ne semblait pas les avoir suivis de près. Il attrapa Connie et le serra contre lui, comme pour s'excuser de l'avoir brusqué de la sorte.

"Qu'est-ce qu'il s'est passé ?"


Demanda-t-il, vraiment inquiet devant ce qu'il venait de voir. Depuis qu'ils se connaissaient, Ulysse n'avait jamais vu le rouquin dans un tel état.
Il le connaissait plutôt démerde et loin de se laisser abattre parce qu'il faisait face à un mort vivant. Alors... est-ce qu'il s'était passé quelque chose avant ? Ou est-ce que c'était quelqu'un qu'il avait connu ? Jusqu'à présent, Ulysse n'avait pas eu à faire face à une telle situation. Reconnaître quelqu'un qu'il avait connu, métamorphosé. Mais il le redoutait. Et ça n'était pas pour rien qu'il évitait de trop les dévisager.

"Ca va aller... il ne nous a pas suivis, t'es à l'abri ici.."


Marmonna-t-il pour tenter de le rassurer, guettant l'horizon pour être certain de ce qu'il avançait. Il ne pouvait qu'espérer que ça n'était qu'un moment d'égarement pour Connie. Que ses mauvais pressentiments n'avaient pas de fondement. Mais il n'en était pas si sûr.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1779
» points : 1584
» avatar : Caleb Landry Jones
» multicomptes : Cecilou, Thomas, Morph, Kazu <3

» pouvoir : Polymorphie
MessageSujet: Re: Outside dawn is breaking - show must go on [ Ulysse - Connie ]   Ven 13 Oct - 0:06

Ce visage, il ne l'avait vu qu'une fois dans sa vie, qu'une seule fois une nuit, une nuit qui aurait dut être annonciatrice de beaucoup d'autres. Il n'y avait maintenant qu'un regard vide et le cerveau du rouquin essayait désespérément de remettre une expression familière, des traits connus, quelque chose ! Comme il l'avait fait auparavant avec Kaleb dont il ne connaissait trop bien les traits et les détails de ses expressions... Pour son propre frère il n'y avait rien, c'était d'autant plus cruel. S'il n'avait pas été aussi idiot et borné, il aurait pu le connaître. S'il avait ouvert ne serait-ce qu'un peu son coeur et fait un peu de place au lieu de tout rejeter en bloc. Peut être que Galileo ne serait pas là à s'approcher de lui comme ça, une lueur de faim sur le visage. Ils seraient peut être ensembles. Ensembles comme avec Kaleb et Ulysse à la ferme. S'il n'avait pas tout foutu en l'air, Kaleb ne serait pas là, seul et nu sur le sol froid parmi tout ce sang. Connie ne s'était jamais senti coupable de rien et aujourd'hui il n'arrivait plus à respirer, il étouffait de culpabilité. Le bruit de la barre de fer sur le sol n'y changea rien. Et si son cerveau et ses sens lui hurlaient de courrir, de fuir, ses jambes refusaient totalement. Sans la main d'Ulysse et ce dernier qui le tirait hors de ce traquenard, qui sait s'il aurait survécu ? Probablement que si, l'égoïste instinct de survie était fort, probablement plus fort que toute cette douleur, Connor Egern était un battant pas vrai ? C'était pour ça que ses jambes le portaient malgré le refus de ce qu'il venait de découvrir et tout ce chagrin.

Il ne parvint pas à respirer normalement avant qu'ils soient à l'abris dans une ruelle, et même le parfum d'Ulysse lorsqu'il l'avait serré n'avait pas été suffisant pour l'aider à parler. L'horreur était toujours devant ses yeux. Il releva me visage, lui qui cachait si souvent ses émotion, il était trop choqué pour y penser. Des larmes coulerent à nouveau sans qu'il ne les sentent tomber. C'était un réflexe plus qu'autre chose parce qu'il n'était pas encore capable d'identifier son chagrin. Par contre, une fois le choc légèrement atténué par la vision de ce visage familier, une chose lui revint en tête, la première qu'il avair dû penser.

Ils ne pouvaient pas laisser Kaleb là bas.

« Pardon, Ulysse, il va falloir y retourner. »

Il dit, pris de tremblement mais tenant le coup sur ses deux jambes. Dieu qu'il se maudissait d'être aussi frêle. Il voulait être fort à cet instant.

« Lys, c'est Kaleb. Il est là bas, il est... Il voudrait pas qu'on le laisse Lys ! »

Sa voix était chevrotante mais il ne devait pas flancher. Il devait aussi y retourner pour son frère. Celui qu'il ne connaissait pas, mais qui n'aurait jamais voulu être comme ça. Il ne l'avait pas connu longtemps, mais c'était impossible qu'il en soit autrement. Ulysse ne semblait pas comprendre, peut être qu'il ne voulait pas, comment croire une chose pareille même si on est entourés de morts au quotidien, c'était trop abstrait. Et Neptune qui tournait autour d'eux non plus, même s'il semblait commencer à sentir la tension qui régnait. Connie prit à son tour la main de l'homme, d'un geste terriblement lent et douloureux, mais tendre. Et avec un effort incommensurable commença à se remettre en mouvement. Il n'aurait pas été capable de ça avec qui que ce soit d'autre. En temps normal, il aurait préféré être seul face à cette peine. Seul pour régler ses problèmes comme il les avait toujours réglés. Seul face à ses responsabilités. Mais il sentait qu'il se raccrochait à la main du grand brun d'avantage qu'il ne faisait ça pour le soutenir. A vrai dire, il n'était pas certain de pouvoir encaisser le chagrin qu'il allait ressentir lui aussi lorsqu'il comprendrait. Lorsqu'il verrait. Comment faire alors qu'il savait pertinemment ce que l'autre ressentait envers son ami tatoué. Son amant. Quelque chose de fort et d'indescriptible qu'il n'aurait sans doute jamais.

Le chemin n'était pas encombré, mais chaque pas était difficile. Et puis il vit Galileo devant l'entrée qu'il avait lui même forcée un peu plus tôt. Maintenant qu'il le voyait dehors, il constatait qu'il était nu lui aussi. Il ne ferait les connexions que plus tard, pour le moment, son regard empli de tristesse cherchait juste une arme à portée de main qu'il ne tarda pas à trouver. C'est seulement là qu'il lâcha la main d'Ulysse, peut-être que ce dernier l'avait lâché en premier en comprenant ce qui l'attendait dans le bâtiment. Quoi qu'il en soit c'était le travail de Connie que de s'assurer que son frère ne ferait plus de mal. Il devait le faire seul. Il l'attendait.

« Je te l'aurais présenté... Mon père, j'aurais partagé je te jure. »

Il dit en pleurant doucement maintenant qu'il était à portée de voix. Bien sûr que l'autre ne comprenait pas. Il avair l'air beaucoup plus intéressé par sa jugulaire, et c'est ce qui permit à Connie de l'attirer avant d'enfoncer le grand morceau de verre à travers sa mâchoire et jusqu'au crâne. Il tremblait violemment mais tint bon jusqu'à ce que Gali et lui glissent sur le sol, et que ce dernier finisse par ne plus bouger. A partir de là, il le serra dans ses bras, incapable de retenir quoi que ce soit. C'était lui-même qui était inconsolable, et pourtant qui essayait de se faire pardonner. Il ne se sentait pas le droit d'entrer aider Ulysse, il ne savait pas comment faire pour l'aider, le chagrin d'avoir perdu Kaleb était si réel, pourtant, mais il n'arrivait plus à se lever.


Hrp: dis moi si je dois changer quelque chose T. T

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t72-connie-hate-me-and
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 15/09/2016
» messages : 1599
» points : 2259
» avatar : François Arnaud
» multicomptes : Gali la trouillette, Oscar le faux mignon,Felice la badass et Jesus le jesus.

» pouvoir : GPS
MessageSujet: Re: Outside dawn is breaking - show must go on [ Ulysse - Connie ]   Dim 15 Oct - 0:02

Alors qu'il gardait le rouquin contre lui, tentant de le calmer sans trop comprendre ce qu'il se passait, une théorie se frayait un chemin. Ils avaient tous, un moment ou un autre, eu les nerfs qui craquaient. La situation était difficile depuis des mois. Ils voyaient des proches et des inconnus mourir, jour après jour. Alors parfois, sans prévenir, on craquait. Chacun avait sa manière de le manifester et de l'extérioriser. C'était arrivé à Kaleb, plus d'une fois. Il avait été témoin de crises de violence qui ne trouvaient d'autre raison que la situation qu'ils enduraient. Et lui-même trouvait la paix et le calme en faisant de longues virées en moto, sans but ni destination. Ca lui vidait le crâne. C'était important. Ca l'aidait à tenir. Peut-être que cette fois, c'était Connie qui craquait. Ca aurait du sens. Enfin... il supposait. Jusqu'à ce que ce dernier ne parvienne à articuler des choses. Hein ? Y retourner ? Mais pourq...

Il sentit son coeur manquer un battement en l'entendant évoquer Kaleb. Et eût la sale impression qu'on lui coupait la respiration d'un coup. Kaleb ? Kaleb était là ? Il avait besoin de lui ? Il l'avait laissé et avait fui alors qu'il fallait qu'il lui vienne en aide ? Mais...

Une partie de lui refusa d'essayer d'en comprendre d'avantage. Il laissa le rouquin lui prendre la main, sans trop comprendre. Sans trop vouloir essayer d'interpréter les choses, surtout. Parce qu'il n'y avait pas d'alternative possible. Kaleb devait forcément avoir besoin de lui... ça ne pouvait être que ça.. Il se fit traîner les premiers mètres puis accéléra le pas en songeant à l'urgence de la situation. Pourquoi Connie n'allait-il pas plus vite si le tatoué avait besoin d'eux ? Il fallait faire vite. Il y avait un zombie là bas. Ils l'avaient vu. Kaleb savait se défendre contre eux mais.. et si il n'en était pas capable, là ? A mesure qu'ils se rapprochaient du bâtiment qu'ils venaient de quitter, Ulysse eut l'impression de traîner Connie plus que l'inverse. Il finit par lâcher sa main sur les premières marches, se précipitant à l'intérieur en ignorant tout le reste. Il ne vit qu'à peine le zombie toujours à l'entrée, qu'il esquiva pour se précipiter dans le bâtiment. Il tenta de se servir de sa mutation pour repérer le tatoué, en vain. Il ne parvenait rien à faire marcher. Saloperie de mutation de merde qui n'en faisait qu'à sa tête... Il finit par l'appeler, à voix basse pour ne pas attirer tous les cadavres sur pattes du coin. Sans réponse. Il ne fallut pas beaucoup plus de recherches pour qu'il se fige tout entier lorsque son regard tomba sur un corps nu et recouvert de tatouages, qu'il aurait reconnu entre mille. Tout sembla s'arrêter d'un coup. Et surtout lui-même. Il resta là, les yeux écarquillés, à regarder les viscères qui pendaient de son abdomen, incapable de croire ou d'analyser la vision que ses yeux lui transmettaient. Le temps semblait stoppé et pourtant tout sembla long, incroyablement long avant qu'il ne parvienne à faire un geste. Il tenta d'ouvrir la bouche mais s'en retrouva totalement incapable. Aucune voix ne sortit de ses lèvres. Alors il tomba à genoux, à ses côtés. Attrapa son visage, encore indemne, dont les yeux s'étaient fermés pour toujours. Il semblait si calme. Si ... pareil. Non. C'était pas possible. Il ne pouvait pas penser des trucs comme ça. Ca ne pouvait pas être Kaleb. Kaleb ne pouvait pas mourir. Ils avaient encore des tas de choses à se dire. A faire. A vivre. Il ne lui avait jamais dit à quel point il était important dans sa vie. A quel point il avait été un repère, et bien plus que ça. Non. Il ne pouvait pas...Il serra la tête du tatoué contre lui, la berçant lentement. Il n'arrivait même pas à pleurer. Ni à ressentir... quoi que ce soit. A part du vide. Et des regrets. Et ... une injustice. Pourquoi Kaleb ? Pourquoi il s'était laissé se faire bouffer ? Pourquoi ne s'était-il pas mieux battu ? Il n'avait pas le droit de les abandonner. Pas maintenant. Il avait besoin de lui. Il ne pouvait pas...

Un bruit attira son attention et le reconnecta avec la réalité. Connie. Il avait laissé le rouquin dehors, avec le zombie. Sortant de son immobilisme, Ulysse se redressa, un peu rapidement et se précipita vers l'entrée. Pour voir un spectacle bien trop similaire à ce qu'il venait d'endurer. Le rouquin était au sol, tenant dans ses bras un corps au crâne perforé. Il ferma les yeux en soupirant, sans trop savoir s'il était soulagé de le voir encore en vie ou terrassé par tout ce qu'il comprenait. Il ignorait qui était l'autre mais malgré son état émotionnel de l'instant, il ne pouvait que supposer que ça avait été quelqu'un de cher à Connie. Il regarda un peu autour d'eux avant de se décider.

"Y'a une cour là bas. Tu veux bien m'aider à les transporter jusqu'à là ?"

Demanda-t-il, d'une voix quasi éteinte. Ils ne pouvaient pas les laisser là, non. Les mises en terre n'avaient plus trop de sens, à présent. Si ce n'était pour les vivants. Le symbole restait important. Et là, dans l'immédiat, penser à ça, ça évitait de penser à tout le reste et de se faire submerger.

Ulysse retourna à l'intérieur et ferma les yeux un instant en arrivant devant le corps du tatoué. Il se baissa et le souleva, sans prêter attention au sang qui s'épandait sur ses vêtements. Il l'avait porté plus d'une fois. Mais là, raide, il semblait bien plus lourd qu'auparavant. La rigidité était glaçante. Il fit quelques pas et rejoignit le palier, songeant qu'il ne parviendrait pas à soulever le second homme dans la foulée. S'avançant, il fit signe à Connie qu'il revenait et hâta le pas jusqu'à la cour repérée plus tôt, à deux maisons de là. Tant bien que mal, il fit passer Kaleb par dessus le grillage encore intact et le déposa au sol avant de revenir.

Rien ne pressait. Et il n'y avait pas d'urgence à repartir dans la foulée. Mais ça aussi, ça permettait de temporiser. De s'occuper l'esprit pour ne pas réaliser pleinement. Il retourna auprès du rouquin et se baissa, attrapant sa main pour l'inciter à lâcher l'autre et à se relever. Le visage de l'homme au sol lui était inconnu. A présent qu'il le distinguait un peu mieux, il pouvait voir que ça semblait être un zombie. Probablement fraîchement transformé. Son visage était encore intact et pas décomposé comme certains d'entre eux. Il le hissa contre lui et laissa Connie l'aider comme il le pouvait avant de retourner vers la cour intérieure. Presque sans un bruit. A nouveau, il le remonta et grimpa un peu sur le grillage pour le faire passer. Avant de grimper pour passer à son tour.

C'était une petite cour avec ce qui semblait rester d'un potager. Il y avait un arbre fruitier à moitié sec et quelques herbes sauvages qui avaient élu domicile dans le petit parterre de terre.

"Ils seront bien, ici."


Murmura-t-il, d'une voix un peu tremblotante, pour briser le silence et rassurer Connie. Comme s'il pouvait croire à quelque chose. Comme si Kaleb en avait quelque chose à foutre, de reposer à côté d'un pommier à moitié séché et d'un zombie au crâne défoncé.

"Désolé pour lui. Tu le connaissais bien ?"


Osa-t-il enfin demander en pointant le zombie, d'un geste de la tête. Il se garda de tourner le visage dans la direction de Kaleb. Incapable de le regarder à nouveau. Comme si ne pas le voir, ça éloignait un peu cette inacceptable réalité.

Spoiler:
 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1779
» points : 1584
» avatar : Caleb Landry Jones
» multicomptes : Cecilou, Thomas, Morph, Kazu <3

» pouvoir : Polymorphie
MessageSujet: Re: Outside dawn is breaking - show must go on [ Ulysse - Connie ]   Jeu 19 Oct - 10:54

Ce geste, celui de serrer son demi frère dans les bras aussi fort, était devenu simple pour Connie. Lui qui quelques semaines plus tôt avait à peine réussi à lui sourrir ou à s'ouvrir à lui d'avantage que par une promesse de se retrouver un peu plus tard, il ne retenait plus rien à présent. Les mots ne venaient plus, mais les pensées se battaient dans son crâne pour sortir tout ce qu'il n'aurait plus la chance de lui dire. Qu'ils auraient une chance de retrouver son père. Que leur mère ne faisait pas d'eux ce qu'ils étaient, qu'ils pouvaient essayer d'être une famille. Même maladroite. Même sacrément bancale, une famille quand même. C'était l'absence de réponse qui faisait couler les larmes du rouquin alors qu'en réalité, si Galileo avait été encore là, jamais il n'aurait réalisé aussi clairement tout ça. Alors il ne pouvait plus que le serrer et pleurer.

Et quand Ulysse revint, son sang se glaça à nouveau. Maintenant qu'il avait vu, il n'y avait plus de doute possible. Pas qu'il y en ait eu réellement, mais tant que seul Connie avait été témoin, la mort de Kaleb n'était pas vraie. S'il n'était jamais tombé sur lui, ni lui ni Ulysse n'aurait même pu l'envisager. Il aurait voulu croire égoïstement que c'aurait été mieux comme ça, de l'imaginer à moto avec Bandita, parcourant le pays avec de nouvelles conquêtes et sa liberté. Dita... Qu'est-ce qu'elle était devenue ? Ulysse demandait son attention mais c'était dur de sortir de cette torpeur générale qui l'habitait. C'est alors qu'il le vit repasser devant lui avec le corps du tatoué dans ses bras. Une intimité qui faisait mal au coeur de Connie, qui voyait la joie que partageait ces deux là, leur intimité, disparaître avec Lys qui s'éloignait.

Il avait fini par revenir et cette fois c'est son frère qu'ils transportaient. Ulysse avait trouvé une cour à l'abris, et avait déjà déposé Kaleb sous un arbre en piteux état, mais le tout était paisible. Contrairement à l'autre, lui n'arrivait pas à détourner son regard des deux personnes qu'il avait connues, à noter toutes ces différences qu'il y avait de leur vivant. Son frère avait le visage barbouillé de sang. Et une fois allongés l'un près de l'autre, il y avait une conclusion à laquelle son cerveau de deducteur ne pouvait pas couper. Il ne voulait pas l'évoquer, cependant. L'image qui venait de se glisser devant ses yeux était déjà bien trop horrible et vraie. Il était juste planté là devant eux, et se demandait combien de temps il pouvait rester pour qui parvienne à accepter que ce qui arrivait était réel. C'était con, bien sûr, quel naïf il faudrait être pour ne pas vouloir croire que c'était réel. Il ne se tourna pas vers Lys pour lui répondre, sa voix l'avait fait un peu sursauter, mais il secoua la tête en négation. Non il ne le connaissait pas bien... Par sa seule faute. Il aurait aimé. Il resta silencieux un temps de plus avant de demander.

« J'voudrais les enterrer... »

Il avait honte. Il voulait les cacher, un peu, mais c'était idiot ce genre de rituel, alors que tout le monde s'était plus ou moins habitué à ce genre de spectacles. Qu'est-ce que ça changeait au monde, deux corps de plus ? Il se sentir obligé d'ajouter.

« Je voudrais pas que d'autres passent par là... »

Ça suffisait, comme dégât. Jamais ils auraient dû en arriver là, et même si c'était que des enveloppes tout ça... Bêtement, stupidement comme un gamin sans doute, Connie ne voulait pas qu'il leur arrive quoi que ce soit de plus. Il vit au fond une cabane en taule qui devait déjà avoir été fouillée mais avec un peu de chance, pas vidée, et s'y rendit. Beaucoup de choses étaient renversées par terre, des outils, ustensiles de jardinage, et fixée au mur une pelle leur avait échappé. Il s'en saisit et revint vers les deux et Ulysse, qu'il n'avait jamais vu porter une expression pareille, et après une hésitation Connie se dirigea de lui même vers le potager. L'autre avait assez trimé comme ça, il avait peut être besoin... Comment savoir, d'être seul ? Connie vit l'ustensile dans ses mains osseuses er n'eut pas besoin de la planter plus d'une fois avant de comprendre ce qu'il devait faire.

Une fois de plus, la transformation fut douloureuse. Plus encore que d'habitude, parce que de nombreux muscles s'ajoutaient et épaissaient les siens, la peau se tirait pour s'élargit, ses os s'allongeaient. Ce n'était que la seconde fois que le processus était volontaire, mais cette apparence ne lui posa aucun autre problème. Il l'avait vu toute sa vie, et son corps semblait s'en souvenir. Quelques secondes plus tard, il avait pris la forme de son père, aussi roux et criblé de tâches de rousseur. Ses forces l'aidèrent à creuser en un rien de temps malgré son chagrin, sa présence aussi, d'une drôle de façon. Connie perdit vite la carrure qu'il avait gagnée une fois le trou creusé, vidé de ses forces, il se retrouva avec des vêtements salement déchirés, en sueur, sur les rotules. Il fallait se relever pour aider Ulysse à les y déposer mais les forces lui manquaient, et il devrait le laisser les recouvrir... Comment avait il cru qu'il était capable d'une chose pareille. La futilité de son caprice se rappela à lui. Et son inutilité aussi. Et une peur subsistait, infondée peut être, mais elle était bien réelle. Il avait peur que Lys lui en veuille pour la disparition de son partenaire bien aimé. Le rouquin resta à genoux le temps de voir les deux corps dans le sol et la terre retomber sur eux à mesure que Ulysse les recouvrait. Ils n'avaient pas besoin de parole pour ce moment, comme beaucoup de fois il semblait à Connie que c'était ce qu'il y avait de plus naturel aux côtés de l'autre. Pas besoin de remplir le vide, pas besoin de mots pour se comprendre. A quoi ça aurait pu servir de se justifier ou de dire combien il regrettait. Combien il allait encore regretter, autant pour le tatoué que son frère. Il resta là à genoux jusqu'à ce qu'il ait fini, et attendit encore un moment avant de se relever quand il fut certain de tenir sur ses jambes.

« C'était... C'était mon demi frère. »

Il dit, vidé. Comme une simple constatation maintenant, parce que c'était surtout trop tard. Il n'attendait pas de consolation de la part d'Ulysse, pas plus qu'il s'imaginait pouvoir le consoler de la perte qu'il venait de subir. Il lui prit malgré tout la main, maladroitement, parce qu'au final il n'était toujours pas habitué. Il tourna enfin son visage marqué et bouffi par la fatigue et les larmes, mais calmés, vers Ulysse.

« On boit un verre pour eux ? »

Il n'avait rien sur lui, mais c'était indispensable, pour dire au revoir à Kaleb au moins. Pour lui.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t72-connie-hate-me-and
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 15/09/2016
» messages : 1599
» points : 2259
» avatar : François Arnaud
» multicomptes : Gali la trouillette, Oscar le faux mignon,Felice la badass et Jesus le jesus.

» pouvoir : GPS
MessageSujet: Re: Outside dawn is breaking - show must go on [ Ulysse - Connie ]   Dim 22 Oct - 22:48

Pendant un temps, il n'y eût plus aucun bruit. Seul les quelques sons lointains d'errants dans les rues alentours virent briser le silence. Ulysse n'était même pas plongé dans ses pensées. Non. Il était plongé dans... le néant. C'était vide dans sa tête. Dans ses émotions. Il n'arrivait pas à penser ni à ressentir quoi que ce soit. C'était bien trop soudain. Et il était incapable de réaliser. Il ne voulait pas. Alors il était resté planté là, incapable de regarder Kaleb, le regard rivé sur l'autre homme à la place. Jusqu'à ce que Connie brise le silence et sa léthargie. Il hocha la tête et le regarda, s'avançant de quelques pas sans aller jusqu'à la grange. Il le vit revenir et le regarda s'atteler à la tache, sans rien dire. Connie n'avait ramené qu'une pelle. Et il en avait déduit qu'il préférait faire ça seul. Ou qu'il n'y avait qu'une pelle... Ou... Il n'eût pas le temps d'évoquer dans sa tête toutes les possibilités que déjà, un truc improbable se passait devant ses yeux encore figés. Il vit le rouquin se métamorphoser, gonfler, prendre en muscles et en épaisseur. Ce n'était pas la première fois qu'il l'observait mais la surprise restait réelle. C'était une sacrée mutation. Et un sacré pouvoir. L'homme dont il prit l'apparence était roux. Et .. il fallait être aveugle pour ne pas voir une certaine ressemblance avec Connie. C'est à cet instant que l'évidence lui sauta aux yeux pour l'homme qui gisait au sol. Maintenant qu'il voyait cet homme là, bien plus âgé qu'eux.. Cette couleur de cheveux... il n'était probablement pas un étranger. Même si Connie avait nié de la tête. Les histoires de famille n'étaient pas toujours simples, il en savait quelque chose. Mais il était prêt à parier que ce zombie et Connie étaient liés. Ca expliquait des choses. Dont le besoin qu'il avait peut-être ressenti de creuser ces tombes. Et de prendre l'apparence de cet homme pour le faire.

Il le regarda, sans bouger, jusqu'à le voir tomber à genoux, une fois la terre creusée. Ce n'est qu'à ce moment là qu'Ulysse bougea à nouveau. Il s'approcha de Connie, redevenu lui-même, et lui posa la main sur l'épaule, doucement, pour lui faire comprendre qu'il prenait le relai. Et puis, des même gestes, presque mécaniques, il attrapa le zombie et le déposa délicatement dans le trou. Il lui fallut un peu plus de temps et de détermination avant de se tourner pour aller saisir Kaleb. Il le garda contre lui quelques secondes encore, comme si une hésitation le prenait. Pourtant, ça n'était plus Kaleb. Il le savait. Ca n'était plus qu'une coquille avec sa belle gueule et.. ses entrailles à moitié dévorées. Il le regarda une fois encore avant de le déposer aux côtés de l'autre. Il n'avait rien sur lui. Rien à laisser à Kaleb. Pas même de quoi le recouvrir réellement. Mais à bien y penser, ça l'aurait pas étonné que le tatoué préfère être nu. Et en bonne compagnie. C'était au moins le cas.

Après un moment à les regarder l'un et l'autre, il se tourna pour attraper la pelle au sol, aux côtés de Connie, et entreprit de les recouvrir. C'était presque un soulagement, de voir petit à petit la terre les ensevelir. Il aurait peut-être dû dire un mot, avant de commencer mais... il ne s'en sentait pas vraiment la force. Et puis ça lui avait toujours semblé absurde. De balancer plein de trucs tristes et émouvants devant quelqu'un qui ne l'entendrait plus jamais.. Alors peut-être qu'il préférait juste les penser. Après tout, il n'avait jamais été trop doué pour exprimer les choses, surtout les sentiments. Et ça ne changerait pas aujourd'hui. La terre finit par former un petit monticule et il se dirigea sans un mot vers la remise pour remettre la pelle à sa place. Avant d'entendre la voix de Connie à nouveau. Oh. Demi-frère. Ça allait dans le sens de ce qu'il avait supposé alors. Ulysse inspira et souffla, hochant la tête. Il le regarda, un regard de compassion, sans rien avoir à ajouter. Y'avait pas grand chose à dire. A présent, ils avaient probablement fait le mieux pour eux. Ou le moins pire.

Ses doigts se refermèrent sur ceux de Connie et il serra sa main dans la sienne, tentant un demi-sourire en croisant son regard. Il n'était pas vraiment bavard, encore moins qu'habituellement mais... malgré tout, ça lui faisait du bien que Connie soit là. Il n'aurait pas eu la force de faire ça seul. Il serait probablement juste parti. Loin. Comme il le faisait toujours.

"Ouais, on boit un verre... en leur honneur."

Lâcha-t-il en retournant vers ses affaires. Il lui restait un fond de whisky dans son sac. Un truc bien dégueu qui retournait les boyaux mais de temps en temps, ça faisait du bien. Là, par exemple.. Il fouilla un peu et en sortit la vieille bouteille, qu'il avait récupérée dans l'appartement d'un couple de retraités. Il en sortit aussi son ukulélé, dont il n'avait pratiquement plus l'usage à présent. S'il ne pouvait pas dire grand chose avec des mots, jouer, c'était peut-être mieux. Et puis ça lui rappelait Kaleb, se foutant de sa gueule avec sa mini-guitare. Il savait qu'il aimait bien sa musique, malgré tout. Alors il tendit la bouteille à Connie et prit son ukulélé en main.

"Fais gaffe, ça arrache !"


Le prévint-il tout de même. C'était pas vraiment du whisky de qualité. Et il avait dû passer plus de temps au fond de placard que lui-même en avait passé sur terre. Il regarda le rouquin boire avant de commencer à jouer quelques notes. Il ne chanta pas, de toute façon sa voix serait restée coincée dans sa gorge. Mais il parvint à fredonner un peu, alors qu'il entamait un air un peu mélancolique. Quelques fois, Kaleb l'avait accompagné lorsqu'il jouait. Parfois, il chantait faux exprès. Parfois, ça n'était pas aussi volontaire. Putain... dire qu'il serait plus là. Dire qu'il allait rentrer à la ferme et qu'elle allait être vide. Déserte. Dire qu'il n'aurait plus jamais ses remarques à la con, sa façon de s'énerver pour rien et de revenir après, avec son sourire de crétin et sa belle gueule, dire qu'il ne pourrait plus jamais l'embrasser, ni le voir, l'entendre le traiter de con et le voir l'enlacer la seconde d'après.

Lentement, alors qu'il jouait, il commença à réaliser. Et ... à se défaire de cette paralysie qui l'avait étouffé. Il sentit ses yeux se remplir de larmes, sa gorge se desserrer un peu, son coeur s'emballer un peu. Il n'avait même pas de photo de Kaleb. Il n'avait jamais trop aimé les photos. Mais... s'il oubliait son visage ? Qui pourrait se souvenir de lui ? Lui, il ne l'oublierait pas. Mais.. il ne voulait pas que le reste du monde l'oublie non plus. C'était un chouette type, malgré les apparences. Et c'était bien plus que ça encore. Progressivement, il cessa de jouer, n'émettant plus que quelques notes avant de poser l'instrument à ses côtés. Il s'essuya les yeux avec sa manche et attrapa la bouteille, en avalant une bonne gorgée d'un coup.

"Désolé."


Marmonna-t-il, en réalisant qu'il s'était un peu laissé aller à ses larmes et son chagrin sans s'en rendre compte. Il se décala un peu pour venir se coller contre Connie et doucement, reprit sa main dans la sienne.

"Ca me fait du bien.. que tu sois là."


Lâcha-t-il en posant leurs deux mains sur sa cuisse. C'était sincère. Même s'il savait que le rouquin n'était pas là pour le soutenir et qu'il avait sa propre douleur à gérer... il lui était malgré tout reconnaissant.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1779
» points : 1584
» avatar : Caleb Landry Jones
» multicomptes : Cecilou, Thomas, Morph, Kazu <3

» pouvoir : Polymorphie
MessageSujet: Re: Outside dawn is breaking - show must go on [ Ulysse - Connie ]   Mer 25 Oct - 10:06

Si Ulysse n'avait pas été là alors que Connie tombait nez à nez avec le corps de Kaleb brisé et ouvert sur le sol, et celui de son frère encore mouvant, inconscient de ses gestes... Le rouquin n'était pas sur qu'il aurait eu les réflexes suffisants pour s'en sortir. L'idée même faisait froid dans le dos. Il était encore sous le choc, mais la présence de l'autre à ses côtés l'aidait à reprendre du poil de la bête, à tenir. Si c'était pas pour lui même qu'il le faisait, c'était pour Lys. Une pensée nouvelle et toute aussi terrifiante lorsqu'on considérait que le rouquin était un survivant des premières heures et qu'il tenait vraiment à sa peau jusque là. Oh, bien sûr, il avait parfois du mal à garder l'espoir que son père était encore en vie quelque part... Mais il avançait toujours. Et s'il avair retrouvé Kjell un peu plus tôt, c'était à peu près tout niveau personnes qui lui tenaient à coeur et pouvaient déclencher de tels émois chez lui comme la mort du tatoué aux yeux bleus.

Alors que Lys sortait son instrument et lui tendait la bouteille, et qu'il prenait une première gorgée en s'étouffant sans aucune retenue possible, les images des jours heureux et insouciants qu'ils avaient passés tous les trois lui revenaient en mémoire. Comment Connie avait réagit farouchement d'abord, puis s'était petit à petit laissé conquérir par le charme fou du brun et de ses sourires. Les plaisanteries qu'ils avaient échangées, les rires, les... Baisers. Une amitié qui avait commencé au plus bas et qu'il avait finit par chérir au fur et à mesure. Les sourires de Kaleb et ses yeux bleus. Voilà ce que la musique d'Ulysse lui remémorait. Connie l'entendit pleurer avant de le voir. Il n'avait plus de larme à verser lui, juste une peine immense et un trou à la place du coeur. Il attendit que Lys étanche sa soif et se soit calmé pour le recevoir contre lui. Il garda le silence un moment, incertain de ce qu'il devait ou pouvait dire. Heureusement que le brun n'était pas plus demandeur parce qu'il était tombé sur la mauvaise personne, se disait il. Le rouquin se trouvait tout sauf à la hauteur.

« Je... T'inquiète, ok. »

Il changa sa main contre l'autre, et alla glisser celle ci dans son dos, serrant un peu pour l'apaiser maladroitement. Il remonta celle ci jusqu'à la chevelure bouclée d'Ulysse, dans un geste irréfléchi. Progressivement, il cherchait ses marques sur lui, tout en fixant le monticule de terre devant eux. Il finit par rompre le moment, une fois qu'ils eurent bu assez tous les deux pour qu'il ait la gorge en feu et un semblant de chaleur à l'intérieur, mais surtout pour en laisser un fond. Il se releva lentement, pour aller déposer la bouteille en guise de stèle pour les deux idiots qu'il aimait, et rejoint Lys à nouveau. Il le laisserait décider de quand il serait temps de partir. Mais une idée ne le lâchait pas depuis tout à l'heure, quelque chose qui leur restait encore à faire.

« Dis... Il y a des chances pour que Dita soit encore dans le coin. »

Il dit prudemment. Il n'avait pas beaucoup d'espoir, mais il ne l'avait pas vue dans cette pièce avec eux. Et elle était vive et débrouillarde, et Kaleb aurait voulu... Neptune pouvait peut être aider ? Connie serra doucement le chien contre sa jambe, le pauvre ne devait pas imaginer le pourquoi de la tristesse de son maître. Sans prévenir, Connie se blottit contre ce dernier et le serra aussi fort que ses pauvres bras lui permettaient. Pour lui transmettre un peu de cette force ou de son espoir. Ou juste lui dire qu'il était là, bien en vie.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t72-connie-hate-me-and
 
Outside dawn is breaking - show must go on [ Ulysse - Connie ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dawn is breaking now + Ft. Eros
» SAGA TWILIGHT- Twilight, New Moon, Eclipse, Breaking Dawn
» The Hillywood Show
» Dawn Of War II
» Retro Taco Show.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Canterbury-
Sauter vers: