AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Want to love you better (Scar & Suraj)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 23/10/2016
» messages : 507
» points : 799
» avatar : Rahul Kohli
» crédits : Blossom & Exordium
» multicomptes : Cupidon, Kjell, Iris & Amethyst

» pouvoir : Régénération cellulaire.
» appartenance : Ancien leader du Squad. Vient de rejoindre Whistable.
MessageSujet: Want to love you better (Scar & Suraj)   Mar 26 Sep - 11:09

Les mois avaient passés. Whistabble était devenu sa maison. Du moins, ce qui s’en rapprochait. La stabilité des lieux apaisait ses démons. La présence de Ian a ses côtés aussi, et savoir Oscar en sécurité ici aussi. Il n’y avait guère que ces deux-là qui comptaient pour eux. Même si pour Oscar, leur relation n’avait pas vraiment évoluée. Suraj était triste de ce statu quo. Des évitements de son fils. Comme s’ils étaient incapables de reconstruire quelque chose. Comme si leur relation était vouée à l’échec dans tous les cas. Mais… Suraj ne voulait pas se résoudre à ça. Il ne voulait pas perdre son fils comme ça. Il l’aimait. Il voulait lui faire comprendre qu’il était de loin la meilleure chose qui lui soit arrivée dans sa vie. Il le réalisait plus encore maintenant que tout le reste s’effondrait. L’amour qu’il avait pour son fils, c’était ce qui lui faisait tenir le cap. Avec l’affection qu’il avait pour Ian. Deux amours différents, mais tout aussi vitaux l’un que l’autre pour sa survie. Pour sa vie en fait, plutôt.

Cela lui avait demandé son lot de courage de faire un pas. De se dire que cette fois, il ne laisserait pas son fils s’enfuir. Il voulait une discussion. Quitte à ce que son fils l’insulte de tous les noms des heures durant. Il voulait juste que les choses évoluent entre eux. Il était prêt à accuser ses torts. Il en avait. Il était loin d’être le père de l’année. Il ne l’avait jamais été. Il le savait. Mais il pouvait encore changer ? Non ? Il pouvait encore être là pour son fils. Il voulait être là pour lui. Il serait là. En fait, il ne laissait pas trop le choix à Oscar. Il avait pris la direction des cultures du camp. Il admirait ce que son fils avait pu apporter au camps. Il était fier de son fils. Il l’avait sans doute toujours été, mais… Oscar l’épatait plus encore dans sa façon d’aborder la survie ici, dans sa façon d’être.

Bonsoir, Oscar…” lança-t-il pour témoigner de sa présence à son fils.

Il savait qu’il était seul ici. Cupidon était à l’infirmerie. Et quelque part, ce blondinet l’encourageait un peu à faire ça. Par quelques phrases discrètes. Suraj était content que son fils soit tombé sur ce garçon en pleine apocalypse.

Je peux t’aider ?” demanda-t-il doucement, en s’approchant de son fils. “Tu as fait un sacré travail ici… Tu es doué.

Il n’est pas sûr de s’y prendre comme il faut. Il n’a jamais vraiment su comment faire. Il a un sourire, mal assuré.

Je n’ai jamais su y faire avec les plantes… C’était ta mère qui avait ce talent. Tu as pris d’elle… C’était une femme exceptionnelle… Et… Pour ça aussi tu tiens d’elle…” souffla-t-il plus doucement.

_________________

Everyone I know
Goes away
in the end
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t172-suraj-healer-by-v
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 06/11/2016
» messages : 466
» points : 695
» avatar : Luke Pasqualino
» multicomptes : Grumpy Lys, badass Feli et Jesus le ... jesus.

» pouvoir : Camouflage anti-zombies
» appartenance : Whitstable
MessageSujet: Re: Want to love you better (Scar & Suraj)   Mar 10 Oct - 19:00

Les plantes, c'était pas ce qui le passionnait le plus. Par sa formation, Oscar avait appris à en cultiver à but alimentaire, à optimiser le rendement et prendre soin des plantes. Avant qu'il n'arrive ici, Cupidon s'en était déjà fait une spécialité et avait commencé à créer un potager pour le groupe. A mesure que les survivants arrivaient, leurs besoins en nourriture s'étaient intensifies alors qu'elle se raréifiait dehors. Alors assez naturellement, il s'était mis à aider Cupidon puis avait pris la tête de la gestion des cultures. D'un petit loisir, c'était devenu un véritable enjeu de survie pour le camp. Et se avoir utile, ça lui plaisait bien. En plus de ça, il etait le premier à avoir accès aux récoltes. Même s'il se montrait honnête au maximum, il lui arrivait de temps à autre d'en prendre un peu pour lui. Ou pour soudoyer d'autres personnes et obtenir d'autres choses. Parfois, la nourriture non avariée semblait être devenue une nouvelle monnaie d'échange.

Alors malgré tout, les plantes, ce n'était pas une si mauvaise option. En plus de ça, il appréciait ce petit retour au calme, loin de l'agitation extérieure et des histoires internes du camp. Et puis Bonus était content dehors. Il pouvait gambader entre les plantations et grignoter les herbes qui poussaient entre les rangées.

Cet après midi, il était seul dehors. Le soleil se faisait fort, même ici à Canterbury. Alors il s'était mis en tête de pailler les plants, avec des herbes séchées et des restes de paille trouvées dans une vieille ferme avec diverses graines. C'était important. Ça leur permettait d'économiser de l'eau. Il était en train d'étaler la paille à l'aide d'une fourche, autour des plants, lorsque des bruissements le firent sursauter. Il se savait seul ici. Et en sécurité derrière les barricades du camp. Alors un bruit, ce n'était pas banal. Et la voix qui suivit... Etzit encore moins banale. Oscar interrompit son mouvement, alors qu'il était en train de se retourner et reprit son travail, comme si de rien n'était. Ce n'était pas la première tentative avortée de son père pour l'approcher. A chaque fois, Oscar avait trouvé une manière d'y mettre court ou de l'ignorer. Et son père n'avait jamais insisté. Évidemment. Chercher à le comprendre, ça semblait au delà de sa volonté et de ses capacités. C'était l'une des choses qu'il lui reprochait. Ça, mais surtout sa façon d'être père. Ou plutôt de ne pas l'être. Son père avait toujours agi égoïstement, sans jamais saisir les intérêts de son fils. Et il s'en était rendu compte une fois encore lorsqu'après l'avoir tant cherché, il l'avait retrouvé dans ce campement militaire. Pour lui, il n'avait rien voulu quitter. Il privilégiait les inconnus du campement. Et c'était pour l'un d'eux qu'il était finalement parti. Le premier enfoiré venu était toujours plus important aux yeux de son père que son fils. Alors non, il n'avait pas envie de faire le moindre effort. Il lui en voulait d'avoir privilégié ce garçon. Il lui en voulait que ça soit un garçon, d'ailleurs. Et qu'il ait à peine plus de son âge. Cette relation le dégoutait. Et l'autre semblait n'être qu'un petit con profiteur. Ça l'insupportait encore plus de voir son père aveuglé. Alors il n'avait qu'à rester avec ce connard.

"C'est pas la peine, j'ai pratiquement fini de toute façon."

Il haussa les epaules, sans prendre la peine de se retourner. Et continua à étaler la paille autour des tomates avant de préciser.

"Pas la peine d'être doué. Faut juste prendre le temps de s'en occuper. Et leur donner l'attention dont elles ont besoin."


Oui, il parlait des tomates. Enfin... Pas que. Le message était a peine caché. Et en même temps, il le pensait. Ça l’agaçait qu'on lui parle de don quand il s'agissait de faire pousser des légumes. Il savait faire bien plus que cela. Ça, c'était le truc le plus simple du monde. Les hommes faisaient ça depuis la nuit des temps. Il finit par planter la fourche dans le sol et de tourner vers son père, qui cette fois ne semblait pas décidé à partir mais bien à rester là, planté comme une endive. C'était presque de saison.

"Maman avait des plantes d'appartement et quelques fraises sur le balcon, ça n'a rien à voir. Je n'ai rien hérité là dessus, je l'ai appris, tu sais..."

Il ne pouvait s'empêcher d'être agacé par ce compliment mal amené et ce faux semblant de nostalgie. C'était son père qui avait choisi de partir et de quitter sa mère. De quel droit parlait il d'elle ainsi ? Ca sonnait si peu sincère... Il n'avait pas le droit de salir la mémoire de sa mère alors qu'il batifolait avec un mec deux fois plus jeune que lui.

"Et t'as pas le droit de dire ça. T'as pas le droit de parler d'elle comme ça."

Il le regarda, froid, avant de détourner son regard vers Bonus, qui s'était approché du nouvel arrivant, content pour deux.

"Pourquoi t'es venu ? On n'a plus assez de blessés, tu t'ennuyais ?"


Non, clairement, il n'était pas disposé à faire le moindre effort. Il estimait qu'il avait déjà passé beaucoup trop de temps de sa vie à en faire, rien que les derniers mois lorsqu'il l'avait cherché sans relâche. Le jeu n'en valait pas la chandelle. Et même s'il aurait aimé qu'il en soit autrement, il dépensait beaucoup d'énergie aussi à se convaincre que ça ne pouvait pas en être le cas. Histoire de ne plus souffrir des désillusions. C'était bien moins douloureux, quand on n'était pas déçu. Et puis.. il n'était pas là pour alléger la conscience de son père. S'il avait besoin de se sentir plus en paix avec lui, il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même.

_________________
arcciel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 23/10/2016
» messages : 507
» points : 799
» avatar : Rahul Kohli
» crédits : Blossom & Exordium
» multicomptes : Cupidon, Kjell, Iris & Amethyst

» pouvoir : Régénération cellulaire.
» appartenance : Ancien leader du Squad. Vient de rejoindre Whistable.
MessageSujet: Re: Want to love you better (Scar & Suraj)   Sam 17 Fév - 14:25

Recoudre un membre à moitié déchiqueté, cela ne lui faisait pas peur. Depuis le début de tout ça, il avait même déjà eu à amputer, à tenter de recoller des bouts d’humains, mais ce n’était rien face à son fils. Recoller les morceaux avec lui, c’est tellement compliqué. Sans doute parce que Suraj se sentait illégitime. Il n’était pas un bon père. Il le savait. Il ne pourrait pas réparer ses erreurs passées. Erreurs qu’il comprenait peut-être un peu mieux maintenant. Enfin. Trop tard. La froideur de son fils était douloureuse mais il savait qu’il la méritait. Il ne lui en voulait pas. Comment aurait-il pu lui en vouloir ? Même si Oscar peinait à le voir, son père l’aimait, inconditionnellement, depuis sa naissance. Il ne savait juste pas comment l’exprimer. Peut-être parce que son père n’avait lui-même jamais vraiment exprimé ses sentiments, son affection. La distance, la mesure, c’était comme ça qu’on l’avait élevé. C’était comme ça qu’il avait toujours vécu. Alors, il ne montra pas comme les mots blessent. Son sourire s’affadit juste, changement à peine visible sur son visage calme.

Tu sais très bien que donner de l’attention, ce n’est pas forcément mon fort…” avoua-t-il avec humilité.

Il resta là même si le jeune homme souhaitait probablement le voir fuir. Il ne voulait pas abandonner aujourd’hui. Il ne voulait pas éviter la confrontation une fois de plus. Il s’était préparé à ça. Il voulait affronter sa colère cette fois. Il voulait comprendre. Il voulait assumer.

Et quelque part, peut-être qu’il avait besoin d’exprimer sa propre colère. Parce qu’il n’aimait pas le ton que son fils employait pour lui reprocher d’avoir aimé et reconnu la valeur de son ex-femme. Il avait fait beaucoup d’erreurs, mais on ne pouvait pas lui enlever qu’il aimait sa mère.

Pourquoi ? Pourquoi je n’aurai pas le droit de reconnaître sa valeur, Oscar ? Tu crois que je n’ai jamais aimé ta mère ? Tu penses que j’ai passé dix ans à lui mentir ? J’ai essayé de vous prévenir… J’ai essayé. Et crois-moi, j’aurai aimé vous retrouver tous les deux. Je l’ai aimé, et je l’aimerai toujours, quoi qu’elle ait pu dire, quoi qu’il se passe.”

Sa voix était ferme. Il ne comptait pas cédé face à son fils sur ce point. Il avait le droit de lui en vouloir, mais pas de lui reprocher des choses qui étaient fausses. Les reproches pouvaient parfois être justifiés, mais pas là. Il se pencha vers le petit animal qui montrait bien plus de joie en le voyant que son fils. Il s’accroupit pour le caresser. Il releva la tête, son regard vers son fils. Un regard peiné. Il avait la sensation de faire des efforts vains une fois de plus. Mais il savait que le blondinet qui était avec lui à l’infirmerie serait déçu de ne pas le voir essayer avec plus de férocité et d’acharnement. Il avait la chance d’avoir un fils, il ne pouvait gâcher cette chance.

Ma présence t’est à ce point insupportable ?” dit-il sans quitter son regard, cherchant à le soutenir. “Et pour répondre à ta question, l'infirmier a pris le relais. Et tu le connais, s’il a une idée en tête, il ne l’abandonne pas. Tu as choisi quelqu’un de caractère pour t’accompagner. Je suis content pour toi. Même si tu te fiches sans doute éperdument de ce que je pense.”

Il se releva, s’approchant de son fils, pour lui faire plus face.

Et je suis ici parce que c’est exactement à cette place que je dois être. Parce que je sais ta colère. Je préfère que tu me la craches à la gueule plutôt que de te voir rongé par elle. Dis-moi tout ce que tu as à me dire, je suis sûr que tu en as besoin. Autant que j’en ai besoin.

_________________

Everyone I know
Goes away
in the end
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t172-suraj-healer-by-v
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Want to love you better (Scar & Suraj)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Want to love you better (Scar & Suraj)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Whitstable :: Whitstable Castle & Gardens-
Sauter vers: