AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you're never gonna be alone (ame & archie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 27/02/2017
» messages : 1214
» points : 1507
» avatar : luke newberry
» crédits : pandora. and tumblr ♥

» pouvoir : zombie-boy
MessageSujet: Re: you're never gonna be alone (ame & archie)   Dim 17 Sep - 18:28

Sa confiance en Amethyst grandit lorsqu’il constate avec quel respect il traite le cadavre du monstre à jamais endormi. Archibald ne sait pas exactement ce qui se passe dans la tête de ses semblables. Lui, a encore sa conscience humaine, son intégrité. Il vit avec ses remords et ses regrets. Mais il sait que lorsque la faim le tiraille, il reste partiellement présent, presque conscient de ses pulsions. Peut-être est-ce leur cas, à eux aussi ? Humains prisonniers de leur bestialité. Mais Amethyst semble les prendre en considération. Il fait tout pour survivre. Comment lui en vouloir ? Il est humain après tout. Ils agissent tous comme lui désormais. Il serait égoïste de le leur interdire. Il fixe un instant le corps avant de reporter son attention sur le jeune homme qui s’approche de lui. Tel un animal sauvage, il esquisse un bref mouvement de recul, imperceptible. Réflexe. Ame n’a rien fait, si ce n’est s’exécuter et fouiller dans son sac. Il le regarde en sortir une bande et le questionner. Une interrogation qui prend le jeune zombie au dépourvu. Le survivant est maladroit. Encore une fois, comment lui en vouloir. Non, je… Je ne risque plus rien… Enfin je crois… Je pense que je peux encore tomber malade mais… Mais mes blessures ne s’infectent plus… Paradoxal état d’un être à moitié humain.

Il abandonne ses poignets au geste précis et incroyablement doux du jeune garçon. Il sait ce qu’il fait, il ne tremble pas. Et malgré les picotements, au contact de la bande, Archibald se sent comme apaisé. D’abord Kyle, puis Amethyst. Il doit bien être la seule personne sur cette Terre à ne pas savoir faire les premiers soins. Il le regarde dérouler la bande avec attention, essayant de mémoriser le moindre de ses gestes. Et l’explication de son agilité arrive en même temps ; C’est… Bien. Murmure-t-il également, comme si parler plus fort risquait de perturber leur tranquillité provisoire. J’aimerais bien savoir faire comme toi… Il lui jette un regard furtif. Moi j’essayais d’être… comédien… C’est pas aussi… utile. Son ton est défaitiste, mais amusé. S’il avait su, il aurait tenté médecine. Ou l’armée. Pas les arts. Surtout pas les arts.

Lorsqu’Amethyst termine le second pansement, Archie laisse ses bras retomber mollement le long de son corps, un air soulagé sur le visage. Merci. D’autres blessures ? Il réfléchit un instant. Il a échappé à un groupe de survivants il n’y a pas si longtemps, mais ses blessures ont dû se refermer depuis. Il soulève un pan de son vieux teeshirt jusqu’au milieu de sa cage thoracique, dévoilant une partie de son torse laiteux, couvert de bleus et de coupures. Sans oublier les vieilles cicatrices de morsures qui lui ont permis d’être un mutant. Il touche alors du bout des doigts ses côtes les plus basses. Cela le lance encore un peu, mais rien qui ne peut être guéri par une bande ou quelques gouttes de désinfectants. Il réajuste donc son haut avant de relever sa bouille. Non, c’est bon. C’n’est pas grand-chose.

Le survivant embraye alors sur un sujet qui déconcerte quelques secondes le mutant. On y revient toujours, après tout. Archie est déjà blanc. Heureusement, sinon, il pâlirait à vue d’œil. C’est dur, d’avouer sa culpabilité. Il en a tellement honte. D’ailleurs, il ferme et rouvre ses poings nerveusement, discrètement. Comme eux. Articule-t-il, comme un enfant que l’on dispute, arrêté en pleine bêtise. Il ressent le besoin de se justifier. Je n’ai jamais… Attaqué personne ? Menteur. Il passe une main sur sa nuque, la mine basse, le regard fuyant. Tué. Je n’ai jamais tué personne… Mais combien de fois a-t-il failli ? J’essaie d’attraper des animaux ou des… Survivants déjà morts. J’essaie de ne pas être comme eux, de me contrôler mais je… Sa voix se meurt. Il doit se racler la gorge pour continuer. J’y arrive plus… Il pense à Layne. Il ressent le besoin d’en parler, d’avouer. Mais il n’y arrive pas. Il soupire et fixe avec intensité son interlocuteur, après un court silence. Ca se soignera si je te bouffe, ouais. Il esquisse un sourire. Mais, ça n’arrivera pas. Tu l’as promis. Il désigne le sang de zombie du menton. Et tant que je ne te sens pas, je ne suis pas tenté.

Un bruit retient son attention. Cela vient du bâtiment. De plus loin dans les couloirs. Il sent. Il y a un autre être humain. Il contourne vivement Amethyst -sans doute son mouvement soudain le fait sursauter- et s’approche de la porte. Il colle son oreille à cette dernière. Les zombies s’éloignent de leur planque, attirés par cette autre personne. Archie jette un regard par-dessus son épaule. Tu es venu seul ou..? Il y a quelqu’un d’autre ici. Il ferme les yeux, respire doucement. Un homme. Ils l’ont pris en chasse. Il se mord l’intérieur de la joue et fait volte-face. La voie est libre, c’est le moment si tu veux… Si tu veux partir. Il ne veut pas le laisser partir. Il ajoute à mi-voix. Je peux assurer tes arrières… Au moins jusqu’à la sortie si tu veux… Ses yeux brillent dans la pénombre.

CODES BY MAY

_________________
people cry, not because they’re weak. they cry because they’ve been strong for too long.

a w a r d s :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t501-let-me-down-rchbl
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1786
» points : 1444
» avatar : Troye Sivan
» crédits : Ilyria (avatar), Alaska (signature)
» multicomptes : Cupidon le mignon, Suraj le sage, Iris la fuyarde & Kjell le héros solitaire !

» pouvoir : Apaisement par contact, mais ne s'en rend pas compte. Se croit humain.
» appartenance : Sans groupe fixe.
MessageSujet: Re: you're never gonna be alone (ame & archie)   Lun 18 Sep - 23:24

De la fascination ? Est-ce que c’était ce qu’il ressentait en l’entendant parler de ses plaies qui ne s’infectent plus ? Amethyst n’était pas sûr que ce soit le moment de ressentir ce genre de choses. Il n’aurait pas dû avoir cette curiosité sans doute malsaine en lui. Mais… Sans doute que ses études, et sa curiosité naturelle le poussaient à avoir une morale très discutable. Une éthique variable. Adaptable. Il s’en veut un peu. Mais il oubliera la culpabilité. On oublie tout dans ce monde de fou. On oublie d’où l’on vient. On oublie où l’on va. On pense juste à survivre. Mais là, il pense à Archie. A autre chose. A quelqu’un. Quelqu’un de bien. Il sourit en l’entendant. Il relève un peu le regard.

Je t’apprendrai… Tu peux apprendre. On peut tous apprendre ça…” murmura-t-il de sa voix apaisante et claire, optimiste.

Et au lieu de trouver sa vocation stupide, ou inutile, Ame a le visage qui s’illumine. Comédien ? Il trouve ça tellement plus dur que d’apprendre à soigner.

On ne vit pas pour être utile, tu sais… Enfin… On devrait pas avoir à penser comme ça… J’adorerai te voir jouer… Quelque chose… J’aurai jamais pu le faire, moi… C’est un sacré talent que de pouvoir se glisser dans la peau de quelqu’un d’autre, Archie...

Un talent que plus personne n’estimait dans l’urgence. Mais, c’était un talent. Et Amethyst espérait qu’un jour, l’art soit à nouveau important. Il était le premier à penser qu’il aimerait se changer les idées parfois. Mais pour se soigner, connaître Shakespear ne devait pas être d’une grande aide… Il laisse sa lampe s’arrêter sur le torse d’Archie. Il déglutit un peu difficilement, en voyant la dégradation de sa peau. Ses blessures. Mais… C’est différent de sur un humain. Un humain ne dirait pas que “c’est bon”. C’est… Perturbant.

Et il n’est pas au bout de ses “surprises”. Il ne voulait pas plonger Archie dans cet état de malaise. Il hésite. Puis, en l’entendant si fautif, il va doucement saisir sa main. Doucement. Il la serre entre ses mains. Elle est plus froide. Aussi froide que celle des zombies ? Il ne sait pas.

D’accord… Ce… C’est pas grave…

C’est pas grave ? Est-ce qu’il le pense ? Sans doute. Parce qu’il a croisé des gens qui ne mériterait pas mieux que de finir dans l’estomac des autres. Alors… Est-ce qu’on pouvait blâmer Archie de manger de la viande humaine ? Il n’en savait rien. Etait-ce plus légitime de tuer un agneau ? Ou un lapin ? Il avait été végétarien des années. Pour lui, la différence était somme toute très mince. Alors… Quitte à manger de la viande…

Je te crois Archie… Je devais… Juste savoir… Pour pouvoir… T’aider à te soigner, d’accord ? Je m’en fiche moi… Je mange de la viande aussi… Tu sais… Pas… Tout à fait la même…

Le silence s’installe. Le soupir d’Archie. Il aimerait lui ôter toute cette culpabilité. Il aimerait pouvoir le serrer dans ses bras, le rassurer. Ca se soignera si je te bouffe, ouais. Cette phrase le fait frissonner. Dit comme ça… C’est effrayant. Mais il n’a aucun mouvement de recul, sa main toujours sur celle du jeune homme.

Oui… Mais si je meurs… Je préfère autant que ce soit toi qui me mange qu’un autre…” souffla-t-il un peu perdu. “Mais oui… tu seras pas tenté… Tout ira bien… Tout va bien…

Il essaie peut-être de se convaincre. Se convaincre qu’il n’est pas en train de tenter un truc carrément stupide et suicidaire en s’imaginant capable de rester avec cet homme. Parce qu’il veut rester avec lui. Comme un gamin capricieux persuadé d’avoir trouvé le premier jour d’école son meilleur ami pour toute la vie.

Il lâche la main quand Archie bouge soudainement, sursautant au passage. Il ne comprend pas ce qui se passe. Son coeur s’accélère. Il a eu peur. Peur qu’Archie l’attaque. Mais il ne l’avouera pas. Il ne veut pas avouer ça. Il avance lentement vers la porte, Livia a fait de même.

Non… On était seuls avec Livia… Je sais pas qui c’est…

Il croise le regard d’Archie. Sa lampe torche tressaute. Il ne veut pas pas partir seul. Il ne veut pas laisser Archie seul.

On part ensemble. D’accord ? Je veux pas partir sans toi… Tu peux pas rester seul… On est pas fait pour rester seul… Viens avec nous… Avec… Livia… Et moi… On ira pas dans mon groupe… Si t’as peur… Juste nous, ok ? Le temps… Le temps qu’il faudra…

Il pose sa main sur le verrou de la porte, et son autre main va attraper doucement celle d’Archie.

Ensemble ? D’accord ?” murmura-t-il d’une voix rassurante, pleine d’espoir.

_________________
There for you
So when your tears roll down your pillow like a river, I'll be there for you, I'll be there for you. When you're screaming, but they only hear you whisper, I'll be loud for you. But you gotta be there for me too... •• ALASKA (Troye Sivan & Martin Garrix)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t803-amethyst-i-ll-be-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 27/02/2017
» messages : 1214
» points : 1507
» avatar : luke newberry
» crédits : pandora. and tumblr ♥

» pouvoir : zombie-boy
MessageSujet: Re: you're never gonna be alone (ame & archie)   Jeu 5 Oct - 11:57

Archibald n’est pas certain d’être encore apte à apprendre quoique ce soit. Il est trop occupé à combattre ses démons, sa propre nature. Trop occupé à tenter de se contrôler, à ne pas se perdre dans les abysses de son esprit noueux. D’ailleurs, il serait bien incapable d’agir comme le survivant vient de le faire. Soigner avec tant de douceur lui paraît être une tâche insurmontable. Parce qu’il se pourlècherait les babines à la vue du sang, animal féroce. Mais au-delà de cela, le zombie n’a jamais été quelqu’un de très rassurant : trop agité, trop nerveux. Pour être apte à aider les autres, il faut savoir s’aider soi-même. Savoir faire preuve de patience et de calme. Être compréhensif et rayonnant. Et ça fait bien longtemps que le jeune Witold a le sourire fuyant et la mine triste. C’est d’ailleurs ainsi qu’il écoute la réponse de son interlocuteur, un air presque sérieux sur le visage. Jouer quelque chose. Jouer la comédie. Un sourire douloureux se grave sur ses lèvres fines tandis qu’il soupire. Je préfèrerais être dans la peau de n’importe qui d’autre. Ses propos manquent cruellement de second degré. N’importe qui… Il a oublié le craquement de la scène sous ses pieds ou la chaleur d’un spotlight sur sa peau. Il a oublié comment on apprend un texte et comment on le déclame avec justesse. Il ne sait plus jouer. Il ne sait plus feindre, il est devenu beaucoup trop vrai.

Le rouquin sursaute au contact de cette main sur sa peau. Cette main bouillante qui se resserre autour de la sienne. Son regard semble affolé un instant, incapable de se fixer entre ce point de contact et les pupilles du garçon. Jusqu’à ce que s’envole sa panique naissante. Mais ce n’est pas dû aux paroles quoique très rassurantes du survivant ; C’est autre chose. Archie ne saurait dire quoi. Mais il sent qu’il ne perd pas tous ses moyens. C’est agréable. D’ailleurs, il hoche la tête, simplement, en réponse à tout cela. Amethyst ne lui en veut pas d’être ce qu’il est. Mais malgré tout, il le sent frissonner entre ses doigts. Comment lui en vouloir. Immédiatement, le jeune homme entrouvre les lèvres et murmure des excuses silencieuses. Son « désolé » s’évanouit dans l’air avant même d’avoir existé. Le survivant réagit bien pourtant, incroyablement bien, parlant de sa chair comme du menu de la cantine. Mais il doit avoir raison. Cela ne peut en être autrement.

Tout ira bien.
Pourquoi ça n’irait pas ?
Parce qu’il lui a fait peur. Le fait est qu’il lui a fait peur. Que ce soit en bougeant, en se détachant ou en lui révélant sa nature, précédemment. Archibald n’a pas détecté à proprement parlé de sursaut. Il a ressenti la peur. Une vague furtive qui a balayé la pièce, un pouls qui s’accélère brièvement. Il s’en veut énormément. Encore. La culpabilité bouillonne dans ses veines, davantage à chaque seconde. Comment cela pourrait-il réellement aller ? Il l’effraie à chaque minute écoulée. Il n’est pas dupe, quand bien même l’autre soutient qu’il veut l’aider. Personne n’est aussi altruiste. La méfiance revient comme le contrecoup d’une drogue. Alors, quand l’infirmier avance, le comédien recule. Un mouvement en arrière subtil et furtif. Un rien, quand on sait que seules ses épaules ont légèrement tressailli ; Leurs yeux se rencontrent une nouvelle fois dans la pénombre.

Partir. Ensemble ? Pour aller où ? Dans quel but ? Au moins, il est venu ici seul. Mais il parle d’un groupe, qu’il est prêt à quitter temporairement. Se rend-il compte de ce qu’il raconte ? Il n’en a pas l’air. Archie fronce légèrement les sourcils, son visage s’assombrit. Non, tu ne peux pas, tu... La main d’Amethyst se pose à nouveau sur la sienne. Confiant, rassurant. Ce type est bourré d’espoir. Et cet espoir est communicatif. Mais il a tellement de réserves et malgré ce sentiment d’apaisement qui s’empare de lui, il n’est pas certain que ça soit une bonne idée. Le zombie baisse le nez vers la main sur la sienne, relève le regard, le dévie, hésite. Il attend une réponse. Il doit donner une réponse. Je suis seul depuis… très longtemps. Je ne suis pas sûr que ça soit une bonne idée. Il regarde Livia, qui vient coller son museau contre sa jambe. Et tu ne peux pas quitter ton groupe. Ça serait stupide. Tu as besoin d’eux… Il respire profondément. Sa gorge se noue, son nez le pique, comme un enfant qui retient un gros chagrin. Non. Je suis désolé. Non. Je ne veux pas prendre ce risque. Je ne peux pas... Il tremble. Il sent que sa main tremble. Il la retire avec une lenteur interminable. Et une fois le contact rompu, il se sent à nouveau vulnérable. On sort de là, ensemble. Je t’accompagne jusqu’à ce que tu sois en sécurité. Murmure-t-il finalement sans plus oser soutenir son regard. Il l’a déçu. Il l’a rendu triste. Et pas ses agissements, il le blesse un peu plus. Mais il ne peut pas. Il ne veut plus blesser personne. Et s’enchaîner à un humain, s’attacher à un humain, est la pire option. Il ne peut pas. Il respire un grand coup et décale la main d’Amethyst pour ouvrir la porte, sans plus laisser au garçon le loisir de répondre. Il ne veut pas en entendre davantage.

Le couloir est désert. Les zombies sont partis à gauche, Archie bifurque à droite. Il progresse silencieusement dans les couloirs, marquant des pauses par moments pour écouter, sentir. Il est imité par la chienne d’ailleurs, qui semble adopter la même technique de survie. Durant cette courte progression, il tourne le dos au jeune homme. Jamais il ne se retourne. Il sait qu’il le suit, qu’il est là sur ses pas. Il sent sa présence, à défaut de sentir son odeur d’être humain. Il agit ainsi pour ne pas avoir à croiser son regard implorant, qui le sera davantage encore maintenant qu’ils sont quasiment en pleine lumière. Mais il finit par s’arrêter vivement. Un zombie isolé s’approche. Il est loin encore, mais l’animal l’a senti. D’ailleurs, elle fait demi-tour et s’éloigne d’eux en trottinant. Est-ce son instinct qui lui dicte ce comportement ? Son odeur est si forte qu’elle pourrait attirer tous les zombies du bâtiment à eux. Qu’elle s’éloigne est sans aucun doute la meilleure option. Il regarde tout autour de lui et repère un renfoncement entre deux rangées de casiers, assez large pour que deux adultes s’y planquent. Alors sans plus attendre, il saisit le bras du garçon et l’entraîne à sa suite. Et une fois immobile, le dos plaqué contre les casiers, face au survivant, il n’a pas d’autre choix que d’affronter son regard.

Malgré le sang qui barbouille son visage, il est à nouveau frappé par les similitudes entre eux. La même bouille d’ange qu’il a pu avoir, il n’y a pas si longtemps. Il le scrute en silence. Ils ne doivent pas parler, ils le savent. Mais Archibald en meurt d’envie. Il ressent à nouveau le besoin de se justifier, de s’excuser. Bêtement, peut-être. Il détourne le regard, le zombie approche. Il pose son index sur ses propres lèvres, comme un rappel. Il croise à nouveau son regard et ses pupilles lui intiment le silence. Le zombie ne peut pas le sentir et sa mauvaise vue l’empêchera de le voir. Mais il peut toujours l’entendre. Et les hommes ont tendance à sous-estimer l’ouïe d’un monstre avide de chair fraiche. Les pas de ce dernier résonnent dans le couloir. Il progresse avec une lenteur extrême. Le rouquin a un mauvais pressentiment. Amethyst respire trop fort. Et il ne pourra pas retenir sa respiration aussi longtemps. Archie réfléchit à toute vitesse, la panique se lit un instant dans son regard avant qu’il n’adresse finalement une esquisse de sourire rassurante au garçon. Il lui a dit qu’il assurerait ses arrières. Il va le faire. Il attend ainsi la dernière minute, la dernière seconde. Et ce qu’il craignait arrive.

En passant au niveau du renfoncement, le zombie s’arrête net. Un râle interminable s’échappe de sa gorge alors qu’il hume l’air. Il doit sentir le chien. Soudain, il se fige et d’un mouvement brusque se retourne vers eux. Non, vers Amethyst. Il a dû l’entendre, ou il porte sur lui l’odeur de la chienne. Mais il n’a pas le temps de bondir, le jeune adulte est plus rapide, tant il a anticipé la scène. Il se jette sur lui, ou plus précisément sur son visage. Le zombie tente de se dégager en vain, Archibald lui a déjà enfoncé les doigts dans les orbites. Il sent son crâne au creux de sa main. Ça le dégoûte. Mais il ne s’arrête pas pour autant. Emporté par son élan, il le force à reculer et de toutes ses forces, plaque son corps contre le mur qui fait face aux casiers. Et là, il resserre ses doigts autour de sa prise et frappe le crâne du monstre à plusieurs reprises contre le béton, jusqu’à ce que le sang de ce dernier tapisse le mur. Jusqu’à ce que son corps inerte se laisse glisser au sol. Archie se recule vivement et reste immobile à fixer le corps. Il a dû défoncer son crâne, broyer son cerveau. Cette pensée lui arrache un haut le cœur, il détourne le regard. Il est couvert de sang de zombie. Son visage et ses mains, surtout. Il les essuie sur son jean. Avant de faire volte-face. Le garçon est encore là. Il le dévisage. Il ne veut pas avoir l'air d'un monstre ou d'un meurtrier. Il ne veut pas l'effrayer. Alors, il passe la bande qu'il a au poignet sur son visage pour en retirer grossièrement le sang. Pour paraître plus humain malgré tout. Et il relève le regard vers le survivant. Et la seule chose qu'il parvient à demander, c'est Ça va ? à mi-voix. Mais c'est une question rhétorique. Oui, ça va. Ils sont vivants.

CODES BY MAY

_________________
people cry, not because they’re weak. they cry because they’ve been strong for too long.

a w a r d s :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t501-let-me-down-rchbl
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1786
» points : 1444
» avatar : Troye Sivan
» crédits : Ilyria (avatar), Alaska (signature)
» multicomptes : Cupidon le mignon, Suraj le sage, Iris la fuyarde & Kjell le héros solitaire !

» pouvoir : Apaisement par contact, mais ne s'en rend pas compte. Se croit humain.
» appartenance : Sans groupe fixe.
MessageSujet: Re: you're never gonna be alone (ame & archie)   Sam 14 Oct - 1:22

Quand Amethyst avait proposé à Archibald de partir avec lui, en fait, c’était plus pour la forme qu’il avait posé une question. Parce que quelque chose lui disait qu’il ne devait pas laisser ce garçon ici. Il ne le voulait pas. Peut-être parce qu’il se revoyait quelques mois plus tôt, quand Felice l’avait trouvé seul, perdu, et presque bestial. Il ne voulait pas qu’il lui dise non. Il ne put pas cacher sa déception. Pourtant, il entendait ses arguments. Et… Au fond, sans doute qu’Archie avait raison. C’était plus raisonnable de retourner avec son groupe. Sa raison lui disait aussi ça. Mais sa compassion, ses émotions lui hurlaient exactement l’inverse. Et… La raison, ce n’était pas la raison et la science qui les avaient mené à vivre dans un monde peuplé de zombies ?

Il y aura toujours des risques…” murmure Amethyst comme pour plaider sa cause.

Il ne veut pas qu’il lâche sa main. Il se sentait bien. Il avait l’impression d’être un peu loin de ce monde quand il lui tenait la main. Il se sentait déboussolé. Il ne savait pas pourquoi. Cela l’atteignait trop. Il ne comprenait même pas pourquoi. Il avait juste… Juste envie de rendre Archibald plus heureux. Il ne voulait pas le laisser comme ça. Personne ne méritait ça. Et… Et pourtant, en l’entendant, une étincelle d’espoir se ralluma dans ses yeux. Quand il serait en sécurité ? Mais… Personne n’est jamais plus en sécurité dans ce monde. Alors… Peut-être qu’il pourrait jouer sur cette phrase, quand ils seraient sortis ? Quand viendrait le moment de trouver les arguments pour le retenir.

Quand je serai en sécurité… Seulement quand je serai en sécurité…” qu’il répète comme pour sceller un marché qu’il sabottera en temps et en heure, comme lorsque sa mère lui faisait promettre ce qu’il ne voulait pas, il y avait toujours moyen de s’arranger avec les mots et leur sens.

Il laissa ensuite Archibald prendre les décisions. Il suivait. Parce qu’il avait confiance en son odorat, en sa connaissance des zombies. Il reste silencieux. Il sait que c’est la meilleure chose à faire. Parce qu’il a déjà survécu seul. Il sait que la parole est un poison quand les zombies sont dans les parages. Il sait un tas de choses, mais là, il ne veut pas réfléchir. Il se laisse guider. Parce que c’est reposant. Quelque part, c’est presque facile de suivre bêtement Archibald et Livia. Mais tout se compliqua. Il ne comprit pas ce que faisait Livia. Il paniqua un peu en la voyant s’éloigner. Il lui aurait bien couru après. Mais Archibald attrapa son bras avant qu’il ne puisse réagir. Il se retrouva collé entre deux casiers avant de vraiment pouvoir comprendre. Il releva un regard perdu, probablement un peu paniqué. Pas pour lui. Mais Livia. Elle ne devait pas rester seule. Il devait rester avec elle, la protéger. Visiblement, c’était pas la priorité d’Archie. Il le fixa, silencieux. Mais… Il ne pouvait s’empêcher de chercher la chienne du regard. Sa respiration était trop nerveuse. Il le savait. Mais… Livia… Et… Archibald faisait tout pour le sauver, mais… Il pouvait se sauver seul. Pas Livia. En voyant le zombie approcher, la main d’Ame s’est porté sur son couteau. Il n’hésitera pas à le tuer. Parce que sa vie, celle de Livia et celle d’Archie ont plus de valeur à ses yeux. Égoïstement plus de valeur. Seulement, il n’eut pas le temps d’envisager même qu’il devait tuer ce zombie.

Tout était allé très vite. Trop vite. Il n’eut pas vraiment le temps de bouger que le sang lui arrivait aussi dessus. Une giclée arriva sur son visage, l’aveuglant, s'immisçant dans ses yeux bleus. Il s’essuya aussi vite qu’il put. Il sentait déjà ses yeux pleurer, mais… C’était trop tard ? Non ? Il n’allait pas être contaminé comme ça ? Il n’allait pas mourir à cause de ça ? Pas à cause d’une simple projection de sang contaminé dans ses yeux ? Pourtant, il savait… Il savait qu’on pouvait être contaminé par ce biais. Il avait déjà eu des suivis à cause d’un accident du genre pendant ses études alors… Tout allait trop vite dans sa tête.

Si ça allait ? Il regarda Archibald. Ce n’était pas le moment de l’alarmer. Il essuya ses yeux. Yeux rougis par l’agression.

Oui… Merci… Livia…

Il voulait retrouver Livia et juste partir. Il ne pouvait pas savoir maintenant… Il ne voulait pas qu’Archibald se sente responsable… Il avance vers là où le chien est parti. Il ne réfléchit pas vraiment. Il n’ose pas appeler le chien. Pourtant, il sait qu’elle est pas ici. Elle doit encore être par ici. Il l’aperçoit au bout du couloir. Elle s’approche du survivant qui a visiblement survécu aux autres zombies. Amethyst court pour la rattraper. Jusqu’à réaliser. Réaliser que l’homme braque une arme vers lui. Vers eux. Stupide. Il avait été stupide.

S’il vous plaît… Ne tirez pas… Je suis comme vous… Survivant… Vous allez bien ?” demanda-t-il sans doute plus pour leur offrir un peu de temps que par réel altruisme. “Je… Je veux juste sauver mon chien… Vous comprenez non ?...

Il réfléchit déjà. Où se cacher pour éviter le plus de balles… Comment protéger Livia… Archie… Est-ce que l’homme avait vu Archie ? Il n’en sait rien… Peut-être qu’Archibald est parti sans eux. Il ne veut pas se retourner. Il ne veut pas donner d’indices à l’homme. On ne sait jamais.

_________________
There for you
So when your tears roll down your pillow like a river, I'll be there for you, I'll be there for you. When you're screaming, but they only hear you whisper, I'll be loud for you. But you gotta be there for me too... •• ALASKA (Troye Sivan & Martin Garrix)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t803-amethyst-i-ll-be-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 27/02/2017
» messages : 1214
» points : 1507
» avatar : luke newberry
» crédits : pandora. and tumblr ♥

» pouvoir : zombie-boy
MessageSujet: Re: you're never gonna be alone (ame & archie)   Lun 16 Oct - 0:36

Archibald ne se rend pas compte de ce qu’il s’est passé. Il ne se rend compte de rien, pour la simple et bonne raison que le sang frais se mêle au sang qui barbouillait déjà le visage du jeune adulte. Il met les yeux rougis sur le compte de l’émotion, de la peur qu’il ressent lui aussi et partage avec le garçon. D’ailleurs, ce dernier semble encore plus choqué que lui. Par le massacre cruel et violent du zombie ? Non, par la chienne. Puisque c’est son nom qu’il murmure avant de se mettre en mouvement. Le rouquin sent sa gorge se nouer. La chienne est encore vivante, à n’en pas douter. Mais ce survivant semble tenir davantage à elle qu’à sa propre vie. Il est inconscient. Insensé. Beaucoup trop humain pour ce monde cruel. Et pourtant, en agissant ainsi, il ressemble à un mort vivant. Ou à un automate. Il jette un regard au corps à ses pieds avant de rétablir son regard sur Amethyst, dont il voit la silhouette s’éloigner progressivement. Amethyst, non. Chuchote-t-il pour le retenir, en vain. Il le voit tourner au bout d’un couloir. Il étouffe un juron entre ses dents serrées et lui emboîte le pas. Mais il s'arrête avant de tourner à son tour. A l’odeur du chien se mêle l’odeur humaine. Sa respiration s’accélère en même temps que son rythme cardiaque. Il risque un œil. Il a le temps d’observer la chienne qui se précipite vers le survivant, et Amethyst qui la suit de près, jusqu’à se figer. Il distingue alors le canon de l’arme.

Le type est armé. Et il menace le jeune homme et la chienne tout à la fois. Son avenir et son passé. Son cœur loupe un battement. Il se plaque vivement contre le mur, dans l’espoir de calmer sa respiration agitée. Il ferme les yeux, concentre tous ses autres sens. La voix du survivant s’élève, hésitante. Il n’entend pas l’autre lui répondre immédiatement. Quelque chose cloche. Archibald regarde à nouveau, comprend. Le type saigne. Il a le bras qui saigne. Il a été mordu. Il n’a plus rien à perdre, rien à gagner. D’ailleurs, il tremble. Beaucoup d’angoisse et de nervosité se dégagent de lui. Il a peur, il est aveuglé par sa peur. « J’ai l’air d’aller bien ! » Aboie-t-il soudainement, hystérique. Il rigole presque, les épaules secouées par des spasmes violents. Il est dans un état second. Ce qui fait de lui quelqu’un d’extrêmement dangereux. Ses doigts sont crispés sur la gâchette. Archie inspire. Il a peur, lui aussi. Peur de ce qu’il s’apprête à faire. Mais il ne peut pas laisser Ame et Dita. Il ne peut pas se contenter de retourner dans sa prison de fortune et tout oublier. Il respire lentement, prend son inspiration. Le temps s’est comme arrêté.

Soudain, il surgit dans le couloir, à toute vitesse. Il court, déboulant de nulle part, pas tout à fait en ligne droite, pas tout à fait en zigzag. Il anticipe. Il s’est déjà pris une balle, dans l’épaule, par le passé. Alors la peur s’envole, laissant place à l’adrénaline. Cela ne faisait pas si mal. Si ? Son cœur, sa tête. Il doit seulement protéger son cœur et sa tête. Comme un vrai zombie. D’ailleurs, le type écarquille les yeux face à ce zombie fou, terrorisé et l’esprit vengeur tout à la fois. Il le vise. Archie arrive à hauteur d’Amethyst et lui assène un violent coup d’épaule au passage qui l’envoie au tapis. Juste à temps. Ainsi, il espère qu’il sera en sécurité. Le coup part, mais le type tremble beaucoup trop pour viser correctement. La balle frôle son oreille, la lui écorchant au passage. Il pousse un râle de douleur, mais ne s’arrête pas pour autant. Son gémissement semble cependant décider Livia, qui bondit sur le bras du type. Une diversion qui laisse tout juste le temps au rouquin de reprendre ses esprits. Son oreille le brûle. Il a l’impression d’être immergé dans une bulle de silence. Livia se fait dégager d’un coup de crosse. Cette vision déclenche en lui une sensation étrange. Il grogne, menaçant. L’inconnu dirige le canon de l’arme sur lui. Archibald lui saute dessus. Le coup part, une nouvelle fois.

Le choc est violent. La balle s’est logée dans son ventre. Son souffle se coupe quelques secondes. La douleur est insoutenable. Mais il a réussi. Il l’a empêché de faire du mal aux autres, quoiqu’il ne soit pas certain que Livia soit totalement intacte. Il roule sur le sol avec le survivant, qui a perdu son arme. Lorsqu’ils s’immobilisent enfin, il se tient au-dessus de lui, le sent se débattre sous son poids plume. C’est un combat à mort qui s’engage. Il le sait, il le sent. D’un coup de bassin, il se sent d’ailleurs déséquilibré par l’homme. Le sang lui bat aux tempes. Il enrage. Il se sent changer, partir. Il lui saisit les poignets pour l’immobiliser un maximum. Il n’a pas le choix. Il plante sauvagement ses dents dans le cou du pauvre type. Bestial, agressif. Sa conscience ne s’évanouit pas totalement pourtant. Il sait qu’il doit l’achever rapidement. Il sait qu’il doit lui trancher la jugulaire, sectionner il ne sait quelle veine. Mais le goût du sang dans sa bouche le perturbe, le ramène brutalement à la réalité. Il ne doit pas tuer. Il s’était juré de ne jamais tuer. Il se recule vivement, hésite une fraction de seconde. Quelques instants de trop. Le survivant porte une main à sa gorge. Son cri n’est qu’un gargouillement. Il a le visage déformé par la folie, la douleur, la colère. Archie le regarde, horrifié par ce qu’il a fait. Le survivant, en désespoir de cause, reprend l’avantage, inverse le rapport de force. Il se jette sur le zombie, l’arrosant de son sang. Il va mourir. Il le sait sûrement. Alors, il précipite ses mains autour du cou d’Archie. Il resserre sa prise, il l’étrangle, enfonce ses ongles dans sa chair. le rouquin se sent suffoquer. Il est trop faible pour riposter, trop choqué, trop perturbé. Et la mort imminente de son assaillant lui confère une force incroyable. Sa trachée le brûle, ses poignets le brûle, son ventre le brûle. Il se saisit de ses poignets pour le faire lâcher, en vain. Il voudrait hurler, il en est incapable, les sons se figent dans sa gorge. Sa tête va exploser. Son esprit dérive. A-me...

CODES BY MAY

_________________
people cry, not because they’re weak. they cry because they’ve been strong for too long.

a w a r d s :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t501-let-me-down-rchbl
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1786
» points : 1444
» avatar : Troye Sivan
» crédits : Ilyria (avatar), Alaska (signature)
» multicomptes : Cupidon le mignon, Suraj le sage, Iris la fuyarde & Kjell le héros solitaire !

» pouvoir : Apaisement par contact, mais ne s'en rend pas compte. Se croit humain.
» appartenance : Sans groupe fixe.
MessageSujet: Re: you're never gonna be alone (ame & archie)   Lun 16 Oct - 10:42

Amethyst sait qu’il a merdé. Sa grand-mère serait là, elle ne serait pas bien fière de lui. Elle ne lui a pas appris à faire preuve de temps d’imprudence. Il sait pourtant qu’il doit faire attention. Qu’une seule erreur peut être fatale dans ce contexte de survie. Alors pourquoi n’a-t-il pas fait attention ? Il se sent idiot. Il lève les mains lentement, pour que l’homme ne le croit vraiment pas dangereux. Il veut paraître inoffensif. Alors que pourtant son cerveau songe au possibilité. Il a du désinfectant en spray dans son sac. Il pourrait l’aveugler avec ça et le désarmer ensuite. S’il en a le temps. Si l’autre ne tire pas avant. Il doit essayer.

Non… Mais… Je peux vous soigner… Vous pouvez… Baisser votre arme…” souffle-t-il d’une voix faussement calme.

Son coeur bat trop vite. L’adrénaline envahit son cerveau. Il songe aux options. Il n’y en a pas tant que ça. Et avant qu’il ait pu choisir, Archibald choisit pour lui. Une solution qu’Amethyst n’aurait pas approuvé. Il se retrouve projeté au sol, trop surpris pour tenir sur ses jambes. Il roule contre le mur le plus proche, se mettant vite à genou, cherchant à comprendre ce qui se passe. Il voit l’arme presque à côté de lui. Il se jette dessus. Il a entendu le coup de feu. Il a peur. Pour Livia qui couine. Pour Archibald qui est sur le survivant blessé. Il ne sait pas quoi faire, même avec le pistolet entre ses doigts. Ils bougent trop pour qu’il puisse viser correctement. Il se lève d’un bond pourtant. Il a l’homme en visée, mais la situation s’inverse. Il réajuste son tir, il n’hésite pas à tirer sur le dos du survivant. Il amortit le recul de l’arme. Il essaie de tirer encore, mais il n’y a plus de balles dans le chargeur. Alors il se jette dans la mêlée lui aussi, il pousse le survivant. Il lui saute dessus sans hésiter. Il abat la crosse sur son visage, plusieurs fois. Sans doute qu’il est déjà mort depuis plusieurs secondes quand Amethyst s’arrête, le souffle court. Il est couvert de sang chaud. Il a tué. Il a tué un vivant pour la première fois. Ses mains tremblent. C’est ça, survivre. Tuer ou être tué. Il se dégage du cadavre, reculant sur les fesses, sonné par tout ce qui venait de se passer.

Puis il se souvient du coup de feu et du cri d’Archibald, alors, il se tourne vers Archie, il glisse vers lui, à genou à côté de lui. Il voit le sang brunâtre sur son ventre. Il sent les larmes monter à ses yeux. Il pouvait pas avoir causé ça. Il s’en voulait.

Pardon… Je suis désolé… Je voulais pas qu’il t’arrive ça…” gémit-il en ne sachant pas quoi faire.

Archie doit souffrir le martyr. Puis, il se souvient. Ca se soignera si je te bouffe, ouais. Alors il ne réfléchit pas plus. Il va vers le cadavre encore chaud, il le tire. Il l’approche d’Archibald.

Il faut que tu manges…” supplia-t-il d’une voix coupable. “Il serait mort de toutes façons… Archie…

Livia s’est approchée aussi, couinant un peu. Ils ont l’air malins tous les trois…

_________________
There for you
So when your tears roll down your pillow like a river, I'll be there for you, I'll be there for you. When you're screaming, but they only hear you whisper, I'll be loud for you. But you gotta be there for me too... •• ALASKA (Troye Sivan & Martin Garrix)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t803-amethyst-i-ll-be-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 27/02/2017
» messages : 1214
» points : 1507
» avatar : luke newberry
» crédits : pandora. and tumblr ♥

» pouvoir : zombie-boy
MessageSujet: Re: you're never gonna be alone (ame & archie)   Lun 16 Oct - 15:23

Il entrouvre la bouche dans l’espoir d’happer un maximum d’air, en vain. La poigne de l’homme se fait de plus en plus forte, il ne peut plus rester conscient. Il ferme les yeux, cesse de se débattre pour calmer son rythme cardiaque et gagner quelques secondes de vie supplémentaires. Il va mourir ? Comme ça ? C’est tellement pathétique. Il en rigolerait presque. Mais les sons autour de lui s’atténuent progressivement, alors qu’il commence à perdre connaissance sous le manque d’oxygène. Un bruit sourd retentit alors et il sent les mains du géant relâcher son cou rouge et meurtri. L’homme a un mouvement en avant et ouvre la bouche pour crier, mais seul du sang s’échappe de ses lèvres. Tout à coup le corps d’Archie est libéré du moindre poids. Il ne comprend pas ce qu’il se passe, il n’a pas encore recouvré ses esprits. Il devine juste que quelqu’un est intervenu et qu’il ne mourra pas aujourd’hui. Il suffoque néanmoins. Il a l’impression de sentir encore la pression des doigts sur sa trachée. Il porte une main à son cou pour tâter l’ampleur des dégâts. Rien n’est perceptible. Absolument rien. Il bascule sa tête de côté, distingue vaguement la silhouette d’Amethyst en prise avec le survivant. Ou l’inverse ? Il s’appuie sur son coude pour se relever, mais se plier ainsi est trop douloureux. Il baisse la tête vers son ventre. Son tee-shirt est devenu plus sombre. Il saigne. Il saigne ?! Depuis quand saigne-t-il à nouveau ? Oh bien sûr, son sang n’est pas exactement comme avant, il reste incroyablement noir et consistant, mais tout de même. Il porte une main à sa plaie pour stopper ce début d’hémorragie.

Mais la moindre action lui demande une réserve d’air qu’il n’a pas et épuise ce qu’il reste d’oxygène dans son petit corps frêle. Il se laisse mollement retomber sur le sol. Il ferme les yeux. Il ne ressent plus l’odeur de peur de l’homme. C’est fini ? Il sent un mouvement à ses côtés, il le perçoit à l’ouïe. Il ouvre les yeux, essaie à nouveau de se redresser, s’appuyant sur ses coudes. Amethyst est là, couvert d’un sang encore chaud et tellement, tellement appétissant. Mais il est là et vivant. Le soulagement s’inscrit sur le visage du jeune homme. T-T’es vivant. C’est bien. Il s’excuse ? Pourquoi s’excuse-t-il ? Il n’est pas en tort. C’est lui qui a agi bêtement, à risquer sa vie. Un prix qu’il se sentait prêt à payer. C’est qu’il devient un super-héros, notre Archie. Il secoue négativement la tête. C’est rien. Ça va. Il prend le temps de parler, détache chaque syllabe pour faire comme si tout allait bien. Mais la douleur à son ventre lui fait tourner la tête. D’ailleurs, il a le regard dans le vague, alors qu’il tente malgré tout de soutenir les yeux clairs de son interlocuteur. Ca va aller. Il f-faut qu’on sorte… d’ici. Il tente de se redresser, mais Amethyst est plus rapide. Il le suit du regard sans comprendre. Jusqu’à ce qu’il traîne à lui le cadavre de l’homme.

Il écarquille les yeux, horrifié et son regard devient fuyant. Non, non. Murmure-t-il en écho aux paroles de son nouvel ami. Il ne peut pas faire ça. Il ne peut pas dévorer quelqu’un qu’il vient de tuer, indirectement. Il ne peut pas agir comme un monstre alors qu’il est si conscient. Et surtout pas devant Livia ou Amethyst. Mais ce dernier a raison. S’ils veulent partir d’ici, il doit se bouger. Il doit résorber ses plaies. Et la seule manière de faire ça, même si cela le répugne, est de dévorer un morceau du malheureux. Ses yeux brillent, mais il ne pleure pas. Il fixe un instant le jeune homme. Je. Je n’veux pas que tu vois ça. Il pose sa main libre sur l’épaule du jeune homme et le repousse en arrière. Il l’éloigne de lui. Et il agit de la même manière avec la chienne. Il la repousse fermement, le plus loin possible. Il n’a jamais fait ça auparavant. Il n’a jamais cherché à réveiller volontairement le zombie qui sommeille en lui. Mais Archibald Witold, l’être humain, ne peut pas agir en cannibale. Le monstre lui, le peut.

Il se tourne vers le corps, bascule sur le ventre. La vue du sang, son goût, réveillent la faim. Ses yeux deviennent vitreux. La douleur s’atténue. Il ne sent plus que l’alléchante odeur de la chair tendre et encore chaude du cadavre. Un râle plus tard, le voilà qui rampe vers l’homme. Il s’attaque dans un premier temps à son bras. Il déchire la chair avec ses dents, comme un animal affamé. Il n’a plus conscience de ses agissements, il agit mécaniquement. Et à mesure qu’il s’attaque au mort, ses blessures se referment grossièrement. Il gardera sans aucun doute des séquelles, à commencer par une balle dans le bide. Mais cela lui permettra de tenir le coup encore un peu. Il dévore ainsi en perdant toute notion du temps. Jusqu’à ce que, partiellement rassasié, il capte l’odeur forte et nauséabonde de l’animal. Il fait alors volte-face, d’un mouvement brusque. Son regard se pose sur la chienne. Il se redresse en titubant, se relève et incline la tête de côté avant de pousser un râle menaçant. Son attention se porte ensuite sur la silhouette présente. Il ne le reconnait pas. Il grogne et s’approche lentement du jeune homme. Il ne voit qu’un morceau de viande fraîche. Il ne parvient pas encore à se réveiller de ce terrible cauchemar.

CODES BY MAY

_________________
people cry, not because they’re weak. they cry because they’ve been strong for too long.

a w a r d s :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t501-let-me-down-rchbl
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1786
» points : 1444
» avatar : Troye Sivan
» crédits : Ilyria (avatar), Alaska (signature)
» multicomptes : Cupidon le mignon, Suraj le sage, Iris la fuyarde & Kjell le héros solitaire !

» pouvoir : Apaisement par contact, mais ne s'en rend pas compte. Se croit humain.
» appartenance : Sans groupe fixe.
MessageSujet: Re: you're never gonna be alone (ame & archie)   Lun 16 Oct - 23:06

Le corps blessé d’Archie… La situation dépasse Amethyst. Il n’aurait jamais dû faire ça pour lui. C’était des risques inconsidérés. Il ne comprenait pas pourquoi il avait fait ça. Pourquoi il avait risqué sa vie pour lui. Ils ne se connaissaient pas. Il n’avait aucune raison valable de faire ça. C’était foutrement idiot. Et aussi foutrement héroïque. Amethyst n’aurait jamais cru que l’homme s’approchant au plus près du concept du prince charmant serait si… blême, et si proche du mort-vivant. Et si proche de mourir. Il était hors de question qu’il laisse son sauveur mourir. Absolument hors de question.

C’est pas… Rien… Archie…” murmura-t-il faiblement.

Il ne veut pas l’alarmer, mais il est plus que préoccupé par ses blessures. Il ne veut pas qu’il meurt. Il veut… Il sait pas ce qu’il veut, mais surtout pas le voir mourir ici. Ce serait trop injuste. Il ne pouvait pas rencontrer une personne aussi étrangement extraordinaire et la perdre si vite. Il ne devait pas le perdre. Qu’importait si cela lui coûtait de cautionner un cannibalisme assez répugnant. Il voulait qu’Archibald vive. Et puis… L’autre était mort. Il l’avait tué de ses propres mains…

Il faut que tu te soignes… Tu dois manger… Arch…” supplia-t-il implorant alors qu’il traînait le cadavre jusqu’à lui.

Il recule, il se laisse repousser. Il recule même plus que ce que son geste impliquait. Il respecte sa volonté. Il comprend. Il n’aimerait pas qu’on le voie s’adonner à une telle ignominie. Mais… Il ne le jugera pas. Il n’est personne pour cela. Et il veut bien trop le voir vivant pour lui en tenir rigueur. Il détourna la tête, pudiquement. Il ne voulait pas voir le monstre. C’était sans doute égoïste de ne vouloir voir que le prince, le chevalier servant. Il reste perdu dans ses pensées, se demandant où ils pourront aller. Comment il allait le convaincre de rester avec lui après ça. Il ne relève la tête que lorsque Livia grogne. Elle ne grogne que rarement. Il regarde vers Archibald. Il frissonne. Ce n’est plus Archie. Il n’est que l’ombre de lui-même. Un corps sans vie. Sans la lueur d’humanité qu’il avait vu en l’homme. Dire qu’il n’a pas peur, ce serait mentir. Il a promis. Promis de le tuer plutôt que de le laisser lui faire du mal. Mais… Il doute vraiment. Comment pourrait-il le tuer à présent ?

Archie…” chuchota-t-il comme pour réveiller la part de son humanité.

Mais cela n’a pas l’air de marcher. Livia s’éloigne. Elle grogne. Elle aboie. Amethyst recule. Mais son dos est rapidement collé au mur.

Archie… Tu me fais peur… Arrête… Tu ne veux pas… Je suis sûr que tu ne veux pas…

Il tend les bras, il le maintient à distance, habilement, il pivote, il se faufile se dégageant du mur. C’est lui à présent qui maintient Archie contre le mur. Il pose ses mains sur son visage. Pitié, me force pas à t’exploser la tête contre ce mur… Pitié, me force pas à t’exploser la tête contre ce mur… Pitié, me force pas à t’exploser la tête contre ce mur… Il se répète cela inlassablement. Il ne veut pas. Ses mains sont pourtant fermement posés sur sa tête, l’empêchant de le mordre. Et…

Archie… Je… C’est toi ? C’est vraiment toi… Tu es revenu ?” murmura-t-il en croisant son regard.

Quelques secondes plus tard et il frappait ce crâne contre le mur derrière… Il eut un soupir soulagé. Il avait envie de le serrer contre lui, mais… C’était peut-être encore risqué. Et puis, il se sentait si vidé de ses forces, si affamé,
si perdu...

_________________
There for you
So when your tears roll down your pillow like a river, I'll be there for you, I'll be there for you. When you're screaming, but they only hear you whisper, I'll be loud for you. But you gotta be there for me too... •• ALASKA (Troye Sivan & Martin Garrix)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t803-amethyst-i-ll-be-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 27/02/2017
» messages : 1214
» points : 1507
» avatar : luke newberry
» crédits : pandora. and tumblr ♥

» pouvoir : zombie-boy
MessageSujet: Re: you're never gonna be alone (ame & archie)   Mer 18 Oct - 23:46

La chienne pousse un grognement intimidant. Le zombie y répond par un râle grave, une voix d’outre-tombe qu’un être humain aurait du mal à imiter. Il s’approche sans aucune hésitation, mais à pas lents pourtant. Ses yeux vitreux scrutent la silhouette humaine sous cet amas de sang qui perturbe son odorat. Il ressent les palpitations de son cœur battant. Il ressent la peur naissante. La chienne le contourne et se met à aboyer. Il la suit un court instant du regard avant de rétablir son attention sur le jeune homme. Les aboiements agités et répétés de l’animal ne le perturbent pas, quoiqu’il ralentisse encore, comme retenu par une force infime. Archie, prisonnier de ce corps qui ne lui répond plus, est comme endormi. Essayer de se réveiller est vain. La seule manière de revenir serait la douleur. Mais lorsqu’il la ressentira, cela sera trop tard. Il le sait. Alors il s’oublie, il se laisse avancer. À quoi bon lutter ? Il avance. Amethyst recule. Il murmure son nom. Il lui demande de s’arrêter, en vain. Il s’adresse à un mur, une silhouette morte, vide en dedans. Archibald esquisse encore un pas, jusqu’à ce que le rouquin l’empêche d’avancer davantage, le maintenant à distance, bras tendus. Le zombie est incroyablement passif. Soudain, la situation s’inverse, rapports de force bousculés. Le monstre se retrouve acculé au mur par le survivant. Il grogne, menaçant, avance son visage pour le mordre et.

Amethyst pose ses mains sur son visage.

Instantanément, la faim se meurt, disparait. Il n’y a plus rien. Un vide immense, une coquille vide. Le mort-vivant s’est figé dans cette expression indéchiffrable. Il ne pense plus. Il ne respire plus. Il a le regard dans le vague, faille temporelle, instant arrêté, point fixe dans le temps. Il ne lutte plus pour mordre ou avancer. Il ressent la chaleur des mains sur ses joues. Il entend les battements de son propre cœur. Ses pupilles se dilatent lentement et son regard vacille, se heurte à celui du rouquin qui lui fait face, passe d’un œil à l’autre. Absorbé par le bleu de ses iris, il cherche un point d’ancrage. Il entend une voix, un murmure. Il n’est pas sûr. Il entrouvre les lèvres pour répondre mais aucun son ne sort. Où est le monstre ? Pourquoi a-t-il disparu ? Comment ? Il se sent totalement perdu. Désemparé. Comme ramené de force, alors que le zombie a été chassé. Il en a oublié de respirer. Amethyst. Amethyst l’a aidé. Il lui a retiré ses chaînes, il l’a accepté. Il lui a demandé de venir avec lui. Il a sauvé Livia, il l’a sauvé, lui. Il s’est préoccupé de ses blessures, de son état. Il a su trouver les mots pour gagner sa confiance et l’attitude qui va avec. Amethyst qui vient de combattre le monstre. Qui vient de le faire taire.

Il a un mouvement de recul imperceptible, mais ses mains viennent saisir les poignets du garçon. Il les serre entre ses doigts sans violence. Juste pour se raccrocher à la réalité. Juste pour revenir parmi les vivants. Il a oublié de respirer. Son cerveau lui envoie un signal d’alarme. Il prend une grande inspiration, comme quelqu’un qui sortirait sa tête de l’eau après avoir failli s’y noyer, à l’instant même où toute conscience regagne son corps. Il lâche les poignets, saisit le haut du garçon à hauteur du col. Et il s’écroule. Littéralement, entraînant Amethyst dans sa chute. Il se laisse glisser le long du mur, jusqu’à ce que ses fesses heurtent le sol. Ses jambes ne le portent plus. Il respire difficilement, violemment, mais reste fermement accroché au jeune homme. Il raffermit même sa prise. Il se sent totalement perdu, tout tourne autour de lui. Il cherche le regard du garçon. Il a chaud. Il crève de chaud. Amethyst… Je… Je suis désolé… Il panique. Les larmes emplissent ses yeux, mais c’est nerveux, il ne se contrôle pas. Je ne voulais pas… Je… Il réalise soudainement, s’agrippe davantage, l’attire même, proche, tout proche de lui. Qu’est-ce que tu… Qu’est-ce que tu es… Il murmure maintenant. Qu’est-ce que tu m’as fait… Il sait que quelque chose cloche. Que quelque chose n’est pas naturel. Amethyst aurait dû le tuer. Il devrait être mort. Il éclate en sanglots, silencieusement. Il relâche enfin le survivant, mais c’est pour mieux le prendre dans ses bras. Il passe une main derrière son crâne, l’autre dans son dos et il l’attire à lui. Contre lui. Contre son cœur battant. Il cache son visage dans le creux de son cou, il cache son visage du monde horrible qui l’entoure. M-Merci… Articule-t-il péniblement malgré les larmes. Mais ce n’est pas à la hauteur de toute la gratitude qu’il ressent. Il s'est senti tellement, tellement apaisé.

CODES BY MAY

_________________
people cry, not because they’re weak. they cry because they’ve been strong for too long.

a w a r d s :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t501-let-me-down-rchbl
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1786
» points : 1444
» avatar : Troye Sivan
» crédits : Ilyria (avatar), Alaska (signature)
» multicomptes : Cupidon le mignon, Suraj le sage, Iris la fuyarde & Kjell le héros solitaire !

» pouvoir : Apaisement par contact, mais ne s'en rend pas compte. Se croit humain.
» appartenance : Sans groupe fixe.
MessageSujet: Re: you're never gonna be alone (ame & archie)   Mar 24 Oct - 22:05


Ce qui s’est passé, Amethyst n’en sait rien. Un miracle ? Il a toujours cru que quelqu’un était quelque part au dessus d’eux. peut-être qu’il avait entendu ses pensées désespérées cette fois ? C’était tout ce qui comptait. Il n’avait pas à exploser le crâne d’Archie contre ce mur. Dieu soit loué. Il n’en revenait pas lui-même. Il en avait les larmes aux yeux. Il se sentait si fatigué. Il n’essaya même pas de repousser les mains de l’homme. Il se laissa faire. Il savait qu’il n’avait plus rien à craindre. Le monstre était parti et rassasié. Par contre, Amethyst n’avait pas prévu se trouver entraîné vers le sol. Un petit cri de surprise lui échappe alors qu’il s’écrase à demi sur Archibald. Il se redresse un peu, à genou en face de lui, bizarrement à cheval sur une des jambes d’Archie. Il croise son regard, il ne comprend pas ce qui se passe là. Il se sent trop proche d’Archibald et en même temps exactement à la bonne place.

ça va… T’en… T’en fais pas… J’ai rien…” murmura-t-il d’une voix faible.

Il ne comprend même pas cette faiblesse. C’est déjà le virus ? Cette unique goutte de sang dans son oeil ? Cela peut aller si vite ? Il écoute sans vraiment entendre ce que l’autre garçon dit. C’est comme si les mots étaient trop lointains. Ils n’arrivent qu’en un écho bizarre et si difficile à déchiffrer. Il sent ses yeux se fermer contre sa volonté. Il lutte. Il n’a pas envie de sombrer. Il voudrait demander à Archie de le tuer s’il devient un zombie.

Me… Me… Laisse-pas…

C’est la seule chose qu’il réussit à répondre alors qu’il se sent serré contre lui. Sa tête tombe lentement contre la sienne. Ses mains, il essaie de les accrocher dans son dos, mais ses doigts perdent vite leur prise, sa peau glissant sur le tissu de son haut. Il n’arrive pas à lutter. Il se sent partir. Si loin. Il ne veut pas. Mais son corps se relâche sous l’inconscience, son esprit prisonnier de cette faiblesse de corps.

Livia aboya, sautant sur eux. Comme pour les inciter à bouger, à quitter ce lieu mortifère. Léchant la main de son maître, comme pour essayer de le ramener à la conscience. Mais rien n’y fait. Amethyst reste inconscient, le corps lâche, pesant sur Archie presque comme un poids mort tant sa conscience s’est perdue loin dans l’épuisement. Sans même savoir ce qui l’a autant épuisé.

Quand il ouvrit les yeux, il faisait sombre. La nuit allait tomber, ou le jour allait se lever. Il ne savait pas. Il se redressa. Il ne savait pas où il était. Sa main se porta sur le couteau à sa cuisse. Il n’y avait plus rien. Il panique. Il n’arrive pas à se lever. Enfin pas comme il l’aurait voulu, il trébuche, il titube, comme ivre. Il les voit enfin. Archie et Livia. Il se laisse retomber sur le lit. Livia l’a entendu et bondit sur lui. Il sourit doucement, se détendant. Il ne comprend pas ce qui s’est passé, mais… Il est encore en vie visiblement… Il regarde ses mains, elles sont normales. Il regard Archie.

Je suis...moi… ?” demande-t-il presque pour lui.

_________________
There for you
So when your tears roll down your pillow like a river, I'll be there for you, I'll be there for you. When you're screaming, but they only hear you whisper, I'll be loud for you. But you gotta be there for me too... •• ALASKA (Troye Sivan & Martin Garrix)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t803-amethyst-i-ll-be-
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: you're never gonna be alone (ame & archie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
you're never gonna be alone (ame & archie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» ๑ This is the part of me that you're never gonna ever take away from me
» I just wanna live right now. Are you gonna be there for me? (Paxadee)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Herne Bay :: Herne Bay High School-
Sauter vers: