AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm not just a fuck-up, I'm the fuck-up you need. (Oscar & Cupidon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 29/09/2016
» messages : 1659
» points : 462
» avatar : Toby Regbo
» crédits : Ti (avatar); Wiise (code signature)
» multicomptes : Amethyst Bowie, Suraj khan, Kjell Andresson, Iris Kasic

» pouvoir : Guérison d'autrui : peut guérir via sa salive. Bisous magiques quoi.
» appartenance : Whistable Castle
MessageSujet: I'm not just a fuck-up, I'm the fuck-up you need. (Oscar & Cupidon)   Mar 1 Aoû - 17:00

[Mi-juillet 2016]

Il n’avait pas dormi. Ils étaient restés dans cette grange avec Oxlene jusqu’à ce que le jour se lève. Attendant simplement que ce foutu hurleur leur foute la paix. Il était reparti vers le château. Il avait hésité des heures à rentrer. Il ne méritait pas d’y retourner après ce qu’il avait fait. Sans Charles. C’était Charles qui avait voulu qu’ils rejoignent le château. Pour qu’ils soient en sécurité. Charles lui avait pourtant promis que tout irait mieux. Qu’il serait là. Et il n’était plus là. Cupidon avait tué presque machinalement les zombies sur le trajet retour. Il n’avait plus envie de se battre, mais son corps agissait presque par réflexe. Tuer était devenu un réflexe. Il se détestait de cette froideur. Il se détestait. Il se haïssait. Il n’était qu’un putain de monstre. Il ne méritait rien. Il ne méritait absolument rien.

En passant les barricades du château, il se sentait vide. Absolument vide. Une coquille vide. Il n’ôta pas ses vêtements couverts de sang. Il ne rentra pas dans le château. Il resta dehors. Incapable d’affronter le regard d’Oscar. Il ne méritait pas Oscar. Il ne méritait pas d’être aimé. Il ne méritait que de crever comme la merde qu’il était. Il n’aurait pas dû revenir. Il aurait dû disparaître. Ça aurait été moins dur que… Que de voir Oscar arriver vers lui. Si souriant. Il resta assis sur le muret. N’osant pas le regarder approcher. Il aurait voulu disparaître.

L’Oscar canin sauta sur ses jambes, il ne caressa que vaguement l’animal. Preuve flagrante que quelques chose n’allait pas. Quand il rentrait, il accourait toujours vers son chien. Pas cette fois. Il n’a pas le coeur à ça. Il n’a le coeur à rien. Il l’a probablement perdu en route. Si au moins il l’avait donné à un zombie, son geste aurait eu une utilité, mais là, il l’a juste égaré. Perdu dans ses erreurs de jugement. Il ne releva pas la tête alors que Scar était devant lui. Coupable. Tellement coupable. Perclus de culpabilité.

Scar…. Charles est mort.” commença-t-il d’une voix éteinte.

Il ne savait pas comment dire le reste. Il ne voulait pas qu’Oscar le prenne dans ses bras. Il le repoussa. Relevant la tête. Posant son regard bleu dans celui de son amant. De celui qu’il aimait. De celui qu’il venait de tromper.

Je t’ai trompé, Scar. Je suis désolé. Je… Je crois qu’il vaut mieux que je parte d’ici… J’ai… J’ai plus rien à faire ici…

Il ne pourrait jamais affronter le regard de Scar. Il était lâche. Il voulait fuir. Ce serait moins dur d’être seul que de lire qu’il l’avait trahi dans son regard.


_________________
Hit me like a meteorite
I don't know how it led to this. I felt a tremor in your kiss. Earth shakes, and I answer it. My body realigns. It's too much, I cannot handle this. I taste, the pleasure on your lips. You make, planets start to spin. I'm ready to ignite... sign by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t107-cupidon-take-me-b
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 06/11/2016
» messages : 353
» points : 517
» avatar : Luke Pasqualino
» multicomptes : Grumpy Lys, Gali la trouillette et Jesus le ... jesus.

» pouvoir : Camouflage anti-zombies
» appartenance : Whitstable
MessageSujet: Re: I'm not just a fuck-up, I'm the fuck-up you need. (Oscar & Cupidon)   Mer 30 Aoû - 21:59

L'ironie avait voulu qu'il s'embrouille une fois encore avec son père peu avant de tomber malade comme un chien. L'épidémie s'était répandue comme la peste à travers le campement. Plusieurs y avaient succombé. Et vu son état, ça ne le surprenait pas vraiment. Il se sentait vraiment mal depuis ce matin. Fiévreux, la bouche pâteuse, le crâne douloureux, une sale envie de rester au fond de son lit, sous sa couverture malgré les températures estivales, d'attendre que ça passe ou que ça l'emporte. Il se revoyait quelques mois plus tôt, supplier le garçon qui l'accompagnait alors de rester à ses côtés. Il était parti. Et aujourd'hui, une fois de plus, il était seul. Cupidon avait disparu la veille. Oscar avait demandé encore et encore aux éclaireurs, à ceux qui rentraient, s'ils l'avaient aperçu. Mais personne n'avait répondu. Et la fatigue le gagnant, il n'avait pas pu pousser plus loin ses investigations. Il avait juste réussi à demander qu'on le prévienne. Si jamais.

Il devait être assoupi lorsqu'un homme vint l'avertir. Il sursauta de ses draps, trempé de sueur et se hâta de se lever. Un peu trop vite. Sa tête se mit à tourner. Rha. Prenant son courage à deux mains, il attrapa des vêtements au pied de son lit et les enfila, grimaçant de la douleur que faisaient chacun de ses muscles endoloris. Il attrapa sa bouteille d'eau et s'en versa un peu sur le front et dans la nuque avant de se relever. Bonus était à ses pieds. Le chevreau avait un peu grandi mais ne s'était pas assagi pour autant. Il sautilla en voyant son maître se lever et le suivit alors qu'il sortait du dortoir. Oscar s'efforça de ne pas paraître trop mal ni même inquiet en se dirigeant vers l'extérieur. Ses symptômes dataient de la veille et il ne voulait pas inquiéter le blondinet avec. Pas avant de savoir au moins ce qu'il s'était passé et la raison pour laquelle il ne rentrait que maintenant.

Le brun avança, se tenant à un muret en sentant une brutale chute de tension lui faire perdre l'équilibre. Il se reprit et s'éclaircit la gorge, souriant pour essayer de camoufler ses rides et ses traits tirés. Il s'apprêtait à s'approcher de lui, à le prendre dans ses bras mais se figea en voyant Cupidon baisser la tête. Il ne le regardait même pas se donner tout ce mal de faire semblant...Qu'est-ce que ... ?

Et puis le couperet tomba. Lui coupant le souffle au passage. Ca faisait déjà un moment qu'il le cherchait sans réelle piste et au fur et à mesure que les jours passaient, il était bien conscient que les chances s'amoindrissaient de retrouver l'oncle de Cupidon vivant mais... il ne s'attendait pas à une nouvelle aussi brutale. Surtout en guise de bonjour. Et... assez égoïstement, il avait espéré que Charles serait en vie. Non pas pour son attachement, l'homme le laissait totalement indifférent mais.. il n'avait pas tellement envie de voir le blondinet triste. Il le préférait heureux, de loin.

"Oh, Cupi..."
Sa voix resta étouffée dans sa bouche. Il se racla la gorge et reprit. "Cupidon... je suis désolé...c'est horrible..."

Il perdit le peu de sourire qu'il s'était efforcé de garder et s'approcha de lui pour le prendre dans ses bras, avant de se faire repousser violemment. Le brun manqua de tomber et se rattrapa de justesse au muret. Avant que d'autres mots ne viennent l'achever. Que... quoi ? Il fronça les sourcils, appuyant sa deuxième main sur le muret pour ne pas tomber. Cette fois, les apparences ne tenaient plus. Sa position, jusqu'à la à peu près droite, se recroquevilla jusqu'à ce qu'il se retrouve à même le sol.

"Mais... tu ne m'aimes plus ?"

Demanda-t-il d'une petite voix, presque suppliante ? Il ne pouvait pas faire ça. Lui faire ça. Partir du campement comme ça, l'abandonner alors que Scar commençait à s'attacher et qu'il avait besoin de lui. Il n'avait personne ici. Son père s'était trouvé un jeunot et s'en fichait de lui. Et le reste du camp...

"T'es pas bien avec moi ? Qu'est-ce que... qu'est-ce que je t'ai fait ?"

Il sentit les larmes couler le long de ses joues. Il en fallait peu, dans cet état. Finalement, il s'était trompé. Il restait un muscle qui ne lui faisait pas mal, avant. Son coeur. A présent, définitivement, tous étaient douloureux.

"Tu peux pas partir et .. tout abandonner... le fais pas !"


Finit-il par chuchoter, s'agrippant à son bas de pantalon, incapable de tendre le bras ou de se redresser pour lui attraper le bras. Il devait avoir l'air pathétique. Si pathétique.. Mais il n'avait plus de force pour se battre d'avantage..

_________________
arcciel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 29/09/2016
» messages : 1659
» points : 462
» avatar : Toby Regbo
» crédits : Ti (avatar); Wiise (code signature)
» multicomptes : Amethyst Bowie, Suraj khan, Kjell Andresson, Iris Kasic

» pouvoir : Guérison d'autrui : peut guérir via sa salive. Bisous magiques quoi.
» appartenance : Whistable Castle
MessageSujet: Re: I'm not just a fuck-up, I'm the fuck-up you need. (Oscar & Cupidon)   Sam 2 Sep - 11:07

C’était horrible. Sans doute. Mais tout était horrible depuis des mois. Pourquoi s’en formalisait-on encore ? Cette vie, c’était de la merde. Ils passaient leur temps à souffrir. A avoir faim. A avoir froid. A choper des maladies qu’on aurait soigné en quelques jours avant. A voir les autres mourir. A se priver. A craindre de mourir. A craindre tout. A vivre dans la peur. Il en avait assez. Il se sentait vide. Coupable. Inutile. Triste. Et il se sentit encore plus mal en repoussant Oscar. Il avait gâché la seule chose qui était encore belle. Pour rien. Pour quelques minutes d’oubli. Pour quelques secondes où il n’avait effectivement pensé à rien de plus qu’à un bonheur charnel éphémère. Cela n’en valait pas le coup.

Il vit Oscar s’effondrer. Littéralement. Il se sentit encore plus mal. C’était lui qui le mettait dans un état pareil ? Son coeur se serra. Est-ce qu’un coeur pouvait imploser ? Parce que là, c’était la sensation qu’il avait. Que son coeur allait imploser de douleur. Il n’arrivait même plus à pleurer. Ses yeux étaient épuisés de pleurer.

Scar… Non… Je…

Il s’accroupit à côté de lui. Sa jambe lui faisait toujours mal d’avoir soigner Oxlene la veille. Il s’en fichait. Oscar était plus important que cette douleur-là. Il s’agenouilla, ses mains hésitant à le serrer contre lui. Il ne savait pas s’il avait le droit après ce qu’il avait fait.

Non… Je t’aime, Scar… Je t’aime si fort…” gémit-il d’une voix pleine des larmes qu’il ne pleurait plus.

Il l’aimait si fort. Il s’en voulait tellement de ce qu’il avait fait. Il regrettait. Il regrettait tellement. Il voulait se faire pardonner. Il voulait que Scar lui pardonne. Il voulait être heureux avec lui encore. Il voulait que ce ne soit qu’un mauvais souvenir cette erreur. Il voulait… Ses mains se posèrent sur le visage de Scar, le relevant un peu. Il essuya ses larmes avec douceur. Il ne voulait pas que ça s’arrête. Il ne voulait pas l’abandonner. Il voulait juste que Scar soit heureux. Il voulait le voir sourire. Il voulait pas le blesser. Il voulait pas cette tristesse.

Non… Je veux… Je veux pas partir… Je voulais… Je voulais pas te mentir… Je t’aime… Je le ferai plus jamais...

Il ne mentait pas. Il l’aimait. Et ce qu’il avait fait la veille n’avait rien à voir avec l’amour, mais plutôt avec le désespoir.

Je t’abandonnerai pas…” souffla-t-il en le regardant droit dans les yeux.

Et c’est en tenant son visage entre ses mains, qu’il réalisa qu’il n’était peut-être pas le seul responsable de son état. Il était brûlant de fièvre. La panique arriva dans son regard. Il était malade. Il avait attrapé le virus duquel il était sorti ? C’était sa faute… Il l’avait contaminé. Non, non, non, c’était un cauchemar.

Scar… Tu es malade… Tu n’aurais pas dû sortir… Laisse-moi… Laisse-moi te soigner, je t’en prie…” murmura-t-il d’une voix pleine d’anxiété.

Est-ce qu’il allait réussir à le soigner ? Est-ce qu’il avait assez de forces pour ça ? Il n’en savait rien. Il n’avait pas dormi de la nuit. Mais il s’en fichait de crever. Il pouvait crever si ça sauvait Oscar. Il s’en fichait. Ignorant les protestations de son amant, il s’approcha de lui, se préparant à souffrir encore de cette maladie qui l’avait mis à mal de longues semaines. Il scella ses lèvres à celles d’Oscar. Implorant intérieurement son pardon. Il sentit la douleur arriver si vite. Il détacha ses lèvres, le souffle coupé. Il recracha le mal qu’il avait pris. Pas assez. Il ne l’avait pas complètement soigné. Il le savait. Il revint l’embrasser. Le goût amer du mal sur ses lèvres. Il forçait. Il sentait son don puiser dans ses dernières forces. Il tomba littéralement au cours de leur baiser, le liquide noirâtre, coulant de ses lèvres alors qu’il s’effondrait par terre, inconscient.

_________________
Hit me like a meteorite
I don't know how it led to this. I felt a tremor in your kiss. Earth shakes, and I answer it. My body realigns. It's too much, I cannot handle this. I taste, the pleasure on your lips. You make, planets start to spin. I'm ready to ignite... sign by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t107-cupidon-take-me-b
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 06/11/2016
» messages : 353
» points : 517
» avatar : Luke Pasqualino
» multicomptes : Grumpy Lys, Gali la trouillette et Jesus le ... jesus.

» pouvoir : Camouflage anti-zombies
» appartenance : Whitstable
MessageSujet: Re: I'm not just a fuck-up, I'm the fuck-up you need. (Oscar & Cupidon)   Mer 6 Sep - 23:49

Effondré, c'était le mot. Au sens propre comme au figuré. Il avait l'impression de s'être fait rouler dessus par un bus, encore et encore, jusqu'à n'être plus qu'une masse informe gisant au sol. Il releva ses yeux emplis de larmes vers Cupidon, le regardant alors qu'il s'agenouillait à ses côtés. Il devait avoir l'air pathétique, là, à se retrouver à l'état larvaire, en train de supplier le blondinet alors que ce dernier avait trahi sa confiance. Mais.. il n'avait pas l'énergie de se battre en cet instant. La maladie lui avait pratiquement tout pris. Et la révélation de son amant avait fait le reste. Il n'avait pourtant pas eu l'impression que Cupidon était égoïste, jusqu'à présent... Alors pourquoi lui faire ça, à lui ? C'était si injuste, après ce qu'il avait fait pour lui...

"Mais alors... pourquoi ?"

Demanda-t-il en retour. Il tenta de se redresser un peu, s'approchant de Cupidon tout en lâchant le bas de son pantalon qu'il tenait jusqu'alors entre ses mains. Il ferma les yeux lorsque ce dernier essuya ses larmes, appuyant son visage contre sa main. Il n'avait pas le coeur à feindre un sourire, même triste, même à travers ses larmes. Son visage restait crispé par le chagrin et la douleur.

"Non... pars pas.. je veux que tu sois là... pour moi... comme je le suis.."


Lâcha-t-il encore, le regardant dans les yeux avant d'éclater en sanglots à nouveau. Il se sentait fiévreux, pas vraiment conscient de ses mots, comme dans un état second. Comme si toute la concentration qu'il avait mise à feindre d'être normal et non malade s'était envolée et qu'en compensation, il divaguait totalement. Ou c'était peut-être juste le chagrin qui le faisait délirer.

"Mais je voulais te voir... t'accueillir... j'étais inquiet."

Répondit-il en protestant. Il ne voulait pas montrer qu'il était faible. Si faible. Malade en plus d'avoir le coeur brisé. Il détestait être vu en cet état. Malgré tout...

"Tu en sors tout juste.. de la maladie... tu peux pas..."


Protesta-t-il, repoussant Cupidon sans force ni conviction. Il finit par tomber à moitié dans ses bras et partager ce baiser à la drôle de saveur, qu'il avait déjà pu goûter lors de leurs premières rencontres. Il n'avait pas la force de réellement le repousser. Et dans son état, il souhaitait guérir plus que beaucoup de choses dans ce monde. Leur camp était fortifié mais il savait que rien ne durait jamais bien longtemps dans ce monde là. Et dans son état, il ne survivrait pas à une attaque, humaine ou zombie. Alors... Oscar sursauta en sentant Cupidon se détacher violemment. Se surprenant lui-même de trouver en lui les forces de sursauter. Même ça, c'était inattendu. Tout autant que de voir Cupidon revenir l'embrasser une deuxième fois, après avoir recrâché une substance immonde. Autant dire que le haut le coeur vint rapidement. Mais Cupidon s'était déjà écart... effondré à nouveau. Oscar se recula d'un coup et dut se retenir pour ne pas vider le contenu de ses entrailles... soit pas grand chose à l'heure actuelle. Puis son regard retomba sur Cupidon. Inconscient. Au sol. Qu'est-ce que.. ?

Immédiatement, le brun se redressa et le fit rouler sur le côté, pour ne pas qu'il s'étouffe. Il attrapa le sac de son amant et fouilla jusqu'à trouver une serviette dont il se servit pour lui éponger le front puis la bouche. Avant de prendre conscience de la force soudainement regagné. Une fois encore, Cupidon avait accompli un miracle. Mais cette fois, il semblait être allé au-delà de ses forces. Pour.. pour lui. Ou pour se faire pardonner.

Oscar l'appela plusieurs fois, inquiet, en vain. Il passa sa main sur son front à nouveau avant de se lever pour attraper le blondinet et le porter jusqu'au dortoir. Inquiet. Il l'allongea sur son lit et s'assit à ses côtés, avant de s'y allonger plus franchement.

"Merci. De m'avoir soigné."

Chuchota-t-il en se penchant pour l'embrasser dans la nuque. Il avait déjà vu Cupidon à plat après avoir utilisé sa mutation. Il savait qu'il lui fallait du repos. Mais il ne l'avait jamais vu mal à ce point. Malgré tout, il savait qu'il n'y avait pas grand chose à faire. A part attendre. Alors il resta et veilla, s'assoupissant à moitié dans son lit. Jusqu'à sentir Cupidon bouger finalement. Oscar se redressa d'un coup et se tourna vers lui, tentant cette fois un mince sourire.

"Hé... comment tu te sens ?"


Demanda-t-il doucement. Il comprenait un peu comment Cupidon fonctionnait et il se doutait qu'il n'allait pas être en pleine forme. Lui-même se sentait mieux. Vraiment mieux. Physiquement du moins..

"T'aurais pas dû forcer autant... tu te fais trop de mal..."

Chuchota-t-il d'un air inquiet, avant de se pencher vers lui pour l'embrasser sur le front.

"Tu as besoin de quelque chose ?"


Il lui était malgré tout reconnaissait de l'avoir soigné comme il l'avait fait. Mais.. il n'en était pas moins inquiet et préoccupé par son état. Préoccupé par le reste, aussi. Il était trop tôt pour reprendre cette conversation et trop de choses les parasitaient tous les deux. Cupidon avait la mort de son oncle à encaisser en plus de son état, ça ne simplifiait rien.. Et Oscar savait qu'il ne serait pas serein tant qu'ils ne pourraient pas tout mettre à plat.

_________________
arcciel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 29/09/2016
» messages : 1659
» points : 462
» avatar : Toby Regbo
» crédits : Ti (avatar); Wiise (code signature)
» multicomptes : Amethyst Bowie, Suraj khan, Kjell Andresson, Iris Kasic

» pouvoir : Guérison d'autrui : peut guérir via sa salive. Bisous magiques quoi.
» appartenance : Whistable Castle
MessageSujet: Re: I'm not just a fuck-up, I'm the fuck-up you need. (Oscar & Cupidon)   Ven 15 Sep - 11:35

Il se fichait de ne pas pouvoir, il se fichait de souffrir. Oscar avait besoin de son don. Et s’il y avait une personne pour qui il pouvait prendre tous les risques, c’était bien pour lui. Il avait pris des risques la veille pour un inconnu. Alors il ne pouvait pas se défiler. Il ne voulait pas se défiler. Même si ça voulait dire pour lui passer les pires heures de sa vie à souffrir le martyr. Il s’en fichait. Il méritait sans doute la douleur. Et en réalité, son corps fut tellement éprouvé que son inconscience était presque salutaire. Il ne ressentait pas spécialement de douleur, plongé dans une sorte de coma. Son corps au ralenti.

Quand il entrouvrit les yeux, il ne distingua pas vraiment où il était. Son crâne lui faisait mal. Comme lorsqu’il avait été malade. Il reconnaissait cette douleur. Il savait qu’elle serait là, mais il ne put étouffer un gémissement de douleur. Il entendit la voix d’Oscar. Comment il se sentait ? Comme si un train lui était passé dessus. Deux ou trois fois. Mais il ne se voyait pas dire ça à son amant qui devait déjà s’inquiéter. Il n’arrivait pas trop à bouger, il aurait voulu se redresser un peu, mais c’était encore au dessus de ses forces. Il ne réussit qu’à se mettre sur le dos, et se relever un peu sur l’oreiller dans un grognement. Il tourna la tête vers Oscar, se forçant à sourire, même si ce dit-sourire était quelque peu grimaçant.

J’ai vu mieux… Mais… ça va…” murmura-t-il faiblement.

S’il se faisait trop de mal ? Non, il ne pensait pas. parce qu’il ne se ferait jamais trop de mal si cela garantissait la santé de Scar. Et puis, il s’en voulait tellement. Peut-être qu’il voulait faire sa pénitence. Souffrir à l’échelle du mal qu’il leur avait fait sans réfléchir. Il s’en voulait tellement. Il ferma les yeux sous son baiser, l'appréciant peut-être plus que jamais. Il voulait qu’Oscar reste avec lui. Il voulait qu’Oscar le serre dans ses bras. C’était la seule chose dont il avait besoin pour aller mieux.

Un peu d’eau… Et… Tu veux bien… Rester avec moi ?

Sa main était allée chercher celle d’Oscar. La serrant entre ses doigts. Il ne voulait plus risquer de le perdre. Il ne voulait plus jamais faire d’erreurs. Il voulait passer la fin de sa vie avec lui. Qu’importait si sa vie se finissait demain. Il voulait la finir avec Oscar. Les autres ne comptaient pas. Ce qu’il avait fait… Ce n’était rien. Il n’y avait que Scar qu’il aimait comme ça. Il l’aimait plus que tout maintenant. C’était la seule personne qui lui restait vraiment. Sa seule famille en quelque sorte.

Je suis… Désolé… Scar… Je t’aime…” murmura-t-il en sentant ses yeux devenir humides.

Sans doute que la douleur ne l’aidait pas à retenir ses larmes en cet instant. Il aurait aimé être fier. Mais… Il était comme un gamin paumé, il s’accrochait à Scar parce qu’il était perdu. Il ne se comprenait plus. Il ne comprenait même plus pourquoi il avait trahi son amant. Il voulait juste qu’Oscar lui pardonne…

_________________
Hit me like a meteorite
I don't know how it led to this. I felt a tremor in your kiss. Earth shakes, and I answer it. My body realigns. It's too much, I cannot handle this. I taste, the pleasure on your lips. You make, planets start to spin. I'm ready to ignite... sign by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t107-cupidon-take-me-b
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 06/11/2016
» messages : 353
» points : 517
» avatar : Luke Pasqualino
» multicomptes : Grumpy Lys, Gali la trouillette et Jesus le ... jesus.

» pouvoir : Camouflage anti-zombies
» appartenance : Whitstable
MessageSujet: Re: I'm not just a fuck-up, I'm the fuck-up you need. (Oscar & Cupidon)   Lun 25 Sep - 22:21

Y'avait cette boule dans sa gorge qui ne pouvait s'empêcher de grossir, ses mains qui tremblaient un peu trop pour qu'il soit serein. Il n'était pas certain de réaliser, encore moins de le vouloir. Cupidon l'avait trahi. Comment avait-il pu lui faire ça ? Et pourquoi à lui ? Après tout ce qu'il avait fait pour le blondinet, tout ce qu'il avait donné, tous les efforts menés pour qu'ils soient heureux, tous les deux, malgré le contexte difficile ? C'était impossible à encaisser. Malgré tout, sa main serra celle du blondinet, laissant échapper tout ce qui le tracassait dans un soupir discret.

"Bien sûr que je vais rester."


Dit-il doucement, avant de se défaire de la main de Cupidon, un peu trop brusquement, pour se redresser et aller chercher sa bouteille d'eau. Il se rassit à ses côtés et lui reprit la main.

"Voilà.. ça te fera du bien."

Il ne respirait clairement pas la conviction lorsqu'il ôta le bouchon de la bouteille et qu'il la lui tendit. Ce n'était pas dans ses habitudes de laisser exploser sa colère. Mais parfois, ça faisait du bien. Là, ça lui aurait fait un sacré bien. Sauf que Cupidon était en trop mauvais état. Il n'était pas la gentillesse incarnée, pas tout le temps. Mais il n'était pas mal élevé au point de taper sur les faibles et les malades. Y'avait un monde entre les deux. Alors sa colère, sa rancœur, sa rage, il lui faudrait les ravaler et prendre son mal en patience. Il se tourna vers Cupidon et s'efforça de sourire, un peu tristement, en l'écoutant. Sa main glissa dans les boucles blondes, jouant avec leur ressort.

"T'en fais pas."

Murmura-t-il pour tenter de le calmer, sans vraiment y apporter toute la conviction nécessaire. Parce qu'il ne pouvait pas donner tout leur sens à ces mots. Il en voulait au blondinet. Et c'était difficile de prétendre l'inverse, même s'il était bon menteur. En fait, il n'était surtout pas certain de vouloir laisser croire l'inverse.

"Ca arrive de faire des erreurs.. mais... les choses peuvent s'arranger si tu le veux."

Il s'allongea à ses côtés à nouveau, le prenant contre lui, enfouissant son visage dans les boucles blondes pour l'embrasser dans la nuque. Il aimait sa présence, sa proximité. Et ne pouvait s'empêcher de lui en vouloir d'avoir gâché de si belles choses. Des larmes coulèrent sur ses joues. Heureusement, Cupidon ne pouvait pas le voir, il lui faisait dos. Il les essuya en collant son visage contre le col du blondinet.

"Ca va s'arranger."


Murmura-t-il encore, d'une voix plus douce et moins empreinte de reproches, cette fois-ci. Il tenta de masquer tant bien que mal les sanglots dans sa voix. Un silence s'installa quelques secondes, avant qu'il ne reprenne, un peu plus inquiet.

"N'est-ce pas ?"


Cette fois, il laissait les choses entre les mains de Cupidon. Après tout, il semblait légitime qu'il en décide.

_________________
arcciel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 29/09/2016
» messages : 1659
» points : 462
» avatar : Toby Regbo
» crédits : Ti (avatar); Wiise (code signature)
» multicomptes : Amethyst Bowie, Suraj khan, Kjell Andresson, Iris Kasic

» pouvoir : Guérison d'autrui : peut guérir via sa salive. Bisous magiques quoi.
» appartenance : Whistable Castle
MessageSujet: Re: I'm not just a fuck-up, I'm the fuck-up you need. (Oscar & Cupidon)   Dim 1 Oct - 0:37

Bien sûr que je vais rester. Cupidon ne se sentit pas complètement soulagé, mais un peu, par cette phrase. Il ferait tout ce qu’il fallait pour qu’Oscar ne lui en veuille plus. Il s’en voulait tellement. Mais… Quand il avait fait ça, il était tellement désespéré, tellement dévasté par la colère et la peur. Il s’en voulait. Il aurait mieux fait de se contenter de pleurer toutes les larmes de son corps… Mais les cris du hurleur, la perte de Charles, la peur de mourir lui aussi… Il se sentait si faible d’avoir agi comme ça. Comme un lâche. Il pleurait parce qu’il avait honte, parce qu’il avait mal d’avoir été comme ça, mais surtout parce qu’il voyait le mal qu’il avait fait à Scar. Aurait-il dû lui mentir ? Ne rien lui dire ? N’aurait-ce pas été pire de lui mentir ?

Il se redressa un peu, buvant quelques gorgées d’eau avant de se rallonger, douloureusement. Il roula sur le côté, cachant sans doute un peu ses larmes comme ça, autant que pour trouver une position qui lui fasse moins mal.

Je… Je veux que ça s’arrange…” murmura-t-il en sentant Scar s’installer contre lui.

Il ne voulait pas que Scar s’en aille. Il ne voulait pas le quitter… Il n’en était pas capable… Il avait menti en disant qu’il n’avait plus rien à faire ici. Il avait tout ce qui lui restait ici. Il avait Oscar. C’était la seule personne qui comptait encore. Il ne comprenait même pas qu’il ait pu l’oublier. Il ne comprenait plus. Il sentit l’humidité légère dans son cou, transpersant son tee-shirt au tissu élimé. Scar pleurait ? Son coeur se serra un peu plus. Non… Ses larmes s’écrasèrent sur l’oreiller. Il ne voulait rien de tout ça. Il aurait voulu revenir en arrière.

ça va s’arranger…” qu’il répète d’une voix tremblante.  

Il hésita quelques secondes de plus. Puis, rassemblant ses forces, autant physiques que mentales, il tourna, pour ne plus être dos à lui. Il voulait faire face. Il voulait regarder Oscar droit dans les yeux. Il voulait sécher ses larmes. Il voulait lui faire oublier… Il voulait oublier aussi. Il posa ses doigts sur la joue de Scar, l’essuyant doucement.

Je te le promets…” souffla-t-il avec plus d’assurance. “Je… Ferai plus d’erreurs…

Sa main glissa pour aller chercher la sienne. La serrant autant qu’il le pouvait.

Je… J’aurai voulu… Que ça… Que ça arrive pas… Je… J’ai perdu pied… Avec… Charles… Et… Y’avait un hurleur… J’ai cru…” Sa gorge se serra. “J’avais besoin… De savoir que j’étais encore… Vivant… Et… Il était là… Et… Je… J’avais…. J’avais besoin de toi… Je voulais que toi… Mais… Je pouvais pas rentrer… Je… Je suis désolé…

Il savait que ça n’excusait rien. Il avait envie que Scar lui mette une gifle. Lui hurle tout ce qu’il avait sur le coeur sans doute. Même dans cet état. Il préférait recevoir tout ça, que voir Scar souffrir en silence. C’était trop douloureux.

Dis quelque chose… Frappe-moi… J’en sais rien… Mais… Ne reste pas comme ça…” murmura-t-il toujours en larmes.

_________________
Hit me like a meteorite
I don't know how it led to this. I felt a tremor in your kiss. Earth shakes, and I answer it. My body realigns. It's too much, I cannot handle this. I taste, the pleasure on your lips. You make, planets start to spin. I'm ready to ignite... sign by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t107-cupidon-take-me-b
 
I'm not just a fuck-up, I'm the fuck-up you need. (Oscar & Cupidon)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OSCAR MALE X CANICHE 6 ANS . NORD 59 - ADOPTE
» Sans FAD'H, nous allons perdre cette guerre contre RD en moins de 24 h
» Oscar et la dame Rose
» Exorcistes d'Orpheo
» defaut de comprehension

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Memories & Other Spaces :: Memories-
Sauter vers: