AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You can't touch this (Matthou & Riris)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 28/12/2016

» messages : 545

» points : 751

» avatar : Stav Strashko

» crédits : Cedrick & Exordium

» multicomptes : Kaleb, Cupidon, Suraj, Kjell.



» pouvoir : Portails de téléportation.

» appartenance : Vient de rejoindre les Black Walkers.

MessageSujet: You can't touch this (Matthou & Riris)    Dim 7 Mai 2017 - 20:38

La mission de ravitaillement ne s’était pas exactement passé comme Iris l’avait prévu. Oh, elle avait pu trouver les plantes qu’elle voulait, et même du matériel pour lancer un peu de cultures en intérieur et sur le toit de l’immeuble. De quoi commencer à faire pousser des fruits et légumes. La récolte ne serait que pour dans quelques mois, c’était déjà bien. Seulement, elle s’était aussi faite avoir par un groupe de zombies en cherchant aussi des vivres consommables de suite. Elle était encore en un seul morceau, mais elle s’était blessée en fuyant. Car oui, passer par une fenêtre était une idée, mais cela pouvait être aussi douloureux. Elle avait encore des bouts de verres dans son corps. Dans son dos surtout qu’elle n’avait pas pu retirer à la va vite comme pour ses bras ou ses mains. Elle était ensanglantée, même si les plaies n’était pas forcément profondes. Sa cheville aussi était douloureuse. Elle ne savait pas trop si son état était grave ou non en fait. Heureusement qu’elle n’était pas venue avec Stella, au moins, en moto, elle pouvait fuir sans mettre sa monture en danger.

Mais là, elle n’en menait pas large en arrivant au QG du groupe. Elle avait besoin de se soigner. Elle n’était pas sûre de pouvoir le faire toute seule… Elle ne se voyait pourtant pas demander à qui que ce soit de la soigner. Allan n’avait pas l’air doué pour ça. Et puis… Il ne savait toujours pas pour elle. Elle trouvait ça mieux qu’il ne sache pas. Que personne ne sache qui elle était, biologiquement. Elle préférait garder ses secrets intacts. Mais…

Pourquoi Matthew était pile là, sur le chemin de l’appartement qu’on lui avait donné ? Elle pouvait pas cacher ses blessures avec ses fringues ensanglantées, et sa jambe boitillante. Iris regarda Matthew interdite. Elle savait qu’il était médecin. Logiquement, il n’allait pas la laisser passer sans qu’il l’aide à se soigner. Et ça… C’était pas possible. Elle avait plus ou moins évité le médecin depuis qu’elle était arrivé avec Allan. Ce n’était pas pour que ses efforts soient ruinés maintenant. Elle continua d’avancer, essayant d’ignorer le médecin. Qu’est-ce qu’elle pouvait lui dire ? Qu’elle préférait se débrouiller seule ? Qu’elle savait se soigner ? C’était deux mensonges, mais qu’est-ce que Matthew pourrait en savoir ? Elle redressa la tête et sourit à Matthew.

La chasse a été plutôt bonne… Je vais me soigner toute seule, t’en fais pas… J’ai rien de grave…” dit-elle avec autant de conviction que possible.

Mais bon, elle était moyennement crédible à s’appuyer contre le mur pour ne pas choir. Ses mains ensanglantées laissant des traces quand même vaguement inquiétantes sur son passage.

Y’a plein de trucs à sortir de ma moto…” qu’elle lâcha pour détourner l’attention de ses blessures. “On pourra faire pousser des fraises…

Ouais, c’était plutôt nul, mais sur un malentendu, peut-être qu’elle pourrait réussir à filer sans que Matthew ne s’occupe d’elle.

_________________
Even when I'm WEAK,
I'm sure it's gon' be ALRIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t354-iris-i-was-a-quee
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016

» messages : 1180

» points : 961

» avatar : James McAvoy

» crédits : cheschirecat

» multicomptes : Morrigan Williams & Christopher Winchester



» pouvoir : Télépathie

» appartenance : Maman poule des Black Walkers


Who I Am
» état de santé : Quelle est donc cette lumière éblouissante devant moi ? :DD
» inventaire : un arc + des flèches + deux armes à feu de petits calibres + quelques médicaments et autres soin + son sac à dos + un petit générateur
» compagnons de route : Alexou le goujat et deux chatons trop cute ♥
MessageSujet: Re: You can't touch this (Matthou & Riris)    Mar 9 Mai 2017 - 5:47


   
You can't touch this

   
Assit sur le canapé dans l'appartement d'Alexander, le jeune médecin regardait les allers et retours des gens qui vivaient maintenant dans l'immeuble. Ils n'étaient pas beaucoup, mais étaient tous arrivés en très peu de temps. Pendant un moment, Matthew avait été seul chez lui et avait commencé à accepter l'idée qu'il mourrait très certainement dans sa solitude. Et puis Alexander était arrivé, avait chamboulé sa petite vie pas si tranquille que ça et l'avait embarqué chez lui, et après ça, il n'était plus seul. Être à deux, c'était toujours mieux que d'être solitaire, surtout pour quelqu'un comme lui. La preuve, il avait cette tendance horrible d'accepter des inconnus chez lui pour les aider, malgré les dangers que cette action représentait. Mais maintenant, il n'était plus tout seul ou ils n'étaient plus deux. Allan était arrivé, et sous la surprise des trois compères, ils se connaissaient. Et ensuite une voleuse avait tenté de les avoir, mais la pauvre gamine s'était faîte attraper avant d'avoir pu mettre le nez dehors. Et bon, fallait pas être un génie pour deviner quelle avait été la décision finale : elle faisait désormais partie du groupe et était devenue la petite sœur que tout le monde souhaitait protéger. Bref, ils en avaient fait du chemin. Surtout que maintenant, Allan avait ramené une jeune femme aussi. Iris. Matthew adorait faire connaissance avec les nouveaux venus, mais elle semblait l'éviter. Enfin, non. Elle ne semblait pas : elle l'évitait. Il était télépathe, et pouvait entendre ou écouter les pensées des gens aux alentours, alors forcément, il n'avait pas fallu longtemps avant qu'il entende la jeune femme penser qu'il fallait l'éviter pour une raison inconnue. La connaissait-il ? Il y avait peu de chance, mais bon...

Il se trouvait maintenant devant l'appartement qui avait été attribué à Iris, ou alors peut-être qu'elle l'avait choisi, il n'en savait trop rien. La jeune femme était partie plus tôt en mission de ravitaillement, et Matthew attendait patiemment qu'elle rentre pour qu'il puisse discuter avec elle et vérifier son état de santé. Ce n'était pas la première du groupe à partir chercher des vivres ou autres, et jamais personne n'était rentré sans s'être blessé ne serait-ce qu'un tout petit peu. Et Matthew avait une règle d'or, sa phrase préférée qu'il sortait à tout le monde tout le temps : y a certes des zombies dehors, mais les maladies et infections n'ont pas disparu, bande de trous du cul. Parce que oui, il avait cette impression que beaucoup de personnes oubliaient ce petit détail, et les membres de son groupe n'étaient pas différents pour la plupart. Le jeune docteur n'attendit pas longtemps avant de voir au loin Iris arriver, et très rapidement, il remarqua les traces de sang sur ses vêtements. Et pas qu'un peu.

« Rien de grave... » soupira-t-il en haussant les sourcils devant les traces que laissaient la jeune femme sur le mur. « C'est bon les fraises, j'irai prévenir Allan ou Alexander qu'il faut aller décharger ta moto. » C'est qu'elle était têtue, en plus ! Mais il avait eu à faire à des plus coriaces qu'elle, il ne lâchera pas l'affaire aussi facilement. « Ne pense même pas à essayer de t'enfuir. Écoute, je refuse de lire tes pensées pour comprendre ce qu'il se passe. Et je ne le ferai jamais. Je veux juste te soigner, je suis médecin, pas l'inquisition espagnole. Alors s'il te plaît, laisse-moi t'aider ? Je ne suis pas du genre à lâcher facilement, je suis tellement collant que je pourrais te suivre jusqu'en enfer ou aux toilettes. » Peut-être que plaisanter allégerait un peu l'atmosphère ? Et il était sérieux ; il ne lirait plus dans ses pensées, à moins qu'elle ne soit d'accord. La première fois, ça avait été instinctif. « Je sais que tu m'évites. Encore une fois, je respecte le pourquoi même si je ne le connais pas. Mais tu ne vas pas bien du tout, je dois vérifier qu'il n'y aura aucunes infections, que rien n'est coincé dans le blessure, je dois panser le tout, et plein d'autres choses. Bref, s'il te plaît ? Fais-moi confiance. » finit-il tout en la fixant dans les yeux, espérant qu'elle accepte son aide. Il ne pouvait pas vraiment la forcer, après tout, mais il se sentirait mal si quelque chose lui arrivait alors qu'il aurait pu l'aider.

HARLEY-

_________________
I AM THE MASTER OF MY FATE AND THE CAPTAIN OF MY SOUL ✽
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t306-life-isn-t-the-on
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 28/12/2016

» messages : 545

» points : 751

» avatar : Stav Strashko

» crédits : Cedrick & Exordium

» multicomptes : Kaleb, Cupidon, Suraj, Kjell.



» pouvoir : Portails de téléportation.

» appartenance : Vient de rejoindre les Black Walkers.

MessageSujet: Re: You can't touch this (Matthou & Riris)    Mar 9 Mai 2017 - 21:42

Face à Matthew, Iris se sentait comme une petite souris prise au piège. Elle ne pouvait pas l’esquiver. Elle ne pouvait pas dire qu’elle n'avait rien vu tout le verre qu’elle devait encore avoir de planté dans les bras et le torse. Mais elle ne voulait pas qu’il l'ausculte. Elle avait réussi à faire illusion jusque là, elle ne voulait pas qu’on la chasse du groupe à cause de ce qu’elle était. Elle préférait mourir d’infection que d’être à nouveau seule. Elle ne voulait pas voir le dégoût et l’incompréhension dans le regard des survivants de ce clan. Elle voulait qu’ils continuent de la voir comme une survivante comme les autres. Elle ne voulait pas être exclue… Elle ne voulait pas qu’Allan sache. Parce qu’elle avait peur qu’il comprenne encore moins que les autres et… Allan avait pris de l’importance dans sa vie. C’était un ami. Un véritable ami. Un protecteur aussi sans doute.

Non… Rien de grave… Juste quelques bouts de verre…” tenta-t-elle de justifier sans grande conviction.

Iris sentait bien qu’elle n’allait pas pouvoir y couper cette fois. Elle détourna le regard, se sentant prise en faute, comme une gamine. Elle avait envie de pleurer, de lui dire tout ce qu’elle avait sur le coeur, lui crier qu’elle avai peur de son jugement, peur d’être vue une fois de plus comme un monstre, mais tout était bloqué dans sa gorge. Elle était incapable de dire quoi que ce soit.

On y est déjà en enfer…” murmura-t-elle juste en l’entendant, sans plus le regarder.

Mais bon quand elle releva la tête, elle ne put pas éviter son regard. Et il ne laissait pas vraiment place pour une fuite. Elle se mordit la lèvre. Et finit par reprendre la parole.

Si je te fais confiance… Tu me promets que tu diras rien aux autres…?” demanda-t-elle d’une voix suppliante. “Je… Je veux bien te faire confiance mais… Dis rien à Allan… Ni Alexander… S’il te plaît…

Ses yeux étaient embués de larmes, si elle ne pleurait pas encore, clairement, devoir laisser Matthew faire son travail la secouait, voire la traumatisait un brin. Mais elle devait se rendre à l’évidence, le médecin n’allait pas la laisser filer, et elle était incapable de s’enfuir en courant présentement. Alors, peut-être qu’il valait mieux juste négocier le silence du médecin.

Je… Je sais bien qu’on est en plein milieu… de l’apocalypse… Mais… Tu me promets de… respecter le secret médical ?” chuchota-t-elle craintive.

C’était peut-être idiot d’être s méfiante, mais son expérience lui avait appris que même les médecins peuvent être intolérants et que même eux peuvent se montrer affreusement blessant et injustes. Iris devait cependant se rendre à l’évidence, elle n’était pas en position de négocier.

Tu peux me soigner dans l’appartement qu’on me prête ?

Elle se sentirait plus à l’aise. Et puis, elle aurait des vêtements à sa taille pour se rhabiller au plus vite. Elle commença à avancer vers la porte de “chez elle”, qu’elle ne tarda pas à ouvrir, laissant quelques traces de sang sur la porte. Elle se traîna jusqu’à une chaise, et s’y laissa tomber sans grande grâce dans un couinement de douleur. Elle avait peut-être sous-estimé ses blessures… Elle se sentait affaiblie, et la douleur était lancinante dans son flanc.

Matthew… J’ai… J’ai pas un bout de verre ici…” demanda-t-elle en désignant ses côtes, effectivement plantés d’un fragment de verre.

_________________
Even when I'm WEAK,
I'm sure it's gon' be ALRIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t354-iris-i-was-a-quee
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016

» messages : 1180

» points : 961

» avatar : James McAvoy

» crédits : cheschirecat

» multicomptes : Morrigan Williams & Christopher Winchester



» pouvoir : Télépathie

» appartenance : Maman poule des Black Walkers


Who I Am
» état de santé : Quelle est donc cette lumière éblouissante devant moi ? :DD
» inventaire : un arc + des flèches + deux armes à feu de petits calibres + quelques médicaments et autres soin + son sac à dos + un petit générateur
» compagnons de route : Alexou le goujat et deux chatons trop cute ♥
MessageSujet: Re: You can't touch this (Matthou & Riris)    Mar 16 Mai 2017 - 23:05


   
You can't touch this

   
Rien que des bouts de verre. Elle venait de lui dire ça, comme si être blessé à cause du verre n'était pas quelque chose bien grave, alors qu'au contraire, les infections commençaient dès que la peau se retrouvait coupée. Et le verre, aux dernières nouvelles, ça coupe plus que bien, surtout vu le sang qu'elle semblait perdre. Mais Iris semblait beaucoup plus nerveuse pour une autre raison, comme depuis le début qu'elle l'évitait. Cachait-elle quelque chose ? Dans ce cas-là, pourquoi se mettait-elle dans cet état ? Elle parlait sans le regarder, la plupart du temps, comme si la jeune femme avait peur de croiser son regard. Il espérait sincèrement n'avoir rien fait de mal, ou dis quelque chose qui aurait pu l'offenser. Sinon, pourquoi serait-elle comme ça ? À cause de son pouvoir ? Elle était chanceuse, dans un sens. Il ne sondait les esprits qu'une fois en général, surtout pour les nouveaux arrivants : c'était juste pour vérifier qu'ils n'étaient pas là pour autre chose que survivre dans un groupe honnêtement. Mais il n'avait rien entendu de bien choquant ou qui aurait dû la rendre aussi méfiante envers lui... Étrange. « Pas faux. Il fait juste moins chaud ici, je suppose. » répondit-il, tentant toujours de la détendre un peu. Bien entendu que c'était un enfer pour tout le monde, enfin sauf ces psychopathes qui pensaient que c'était un renouveau ou quelque chose du genre, et qui en profitaient pour tuer et violenter sans subir de répercussions.

Matthew n'avait pas hésité en la voyant aussi mal : il lui avait sorti son grand discours, qui était bien entendu la pure vérité. Il pensait vraiment ce qu'il disait, et le jeune médecin n'irait pas lui poser dix mille questions en la soignant. Tout ce qu'il souhaitait, c'était s'assurer qu'elle aille bien, qu'il n'y ait aucunes infections et que toutes ses blessures soient pansées et soignées. « Je ne dirai rien, je te le promets, Iris. » Avait-elle vraiment un secret ? Une malformation corporel peut-être ? Quelque chose qui l'empêcherait d'être complètement utile pour le groupe ? C'était possible, mais elle venait pourtant de revenir de mission avec des vivres, alors niveau utilité, y avait pas mieux... Son cœur se serra en voyant qu'Iris avait les larmes aux yeux, se sentant presque coupable de la pousser comme ça. Mais il n'en avait pas le choix, pas quand elle saignait autant. « Médecin un jour, médecin toujours. Je respecterai ton choix et garderai le silence, promis. » D’habitude, il serait allé directement tout dire à Alexander, surtout si c'était quelque chose qui pouvait affecter tout le groupe. Mais Iris lui faisait confiance, et il assumerait les conséquences de ses actes, comme il l'avait fais avec Tessa. « Pas de problème. Je te suis, fais attention. » ajouta-t-il, marchant juste derrière la jeune femme. Elle laissait des traces de sang sur son passage, et rien que ça réussissait à convaincre Matthew qu'il avait pris la bonne décision et qu'il devait l'aider.

Iris s'était laissée tomber sur une chaise, couinant sous la douleur. Le jeune docteur grimaça en s'imaginer la douleur dans laquelle elle était, refermant bien comme il fallait sa porte derrière eux. Regardant rapidement l'endroit indiqué, Matthew pouvait déjà voir un bout de verre dépasser du son flanc. « Bouge pas, d'accord ? Je vais chercher ce dont j'ai besoin. » Il n'avait jamais été aussi rapide dans sa vie : à peine avait-il quitté l'appartement d'Iris, qu'il était dans le sien, rassemblement toutes les affaires médicales dont il aurait besoin. En quelques minutes, il était revenu aux côtés de la jeune femme, s'agenouillant. « Je vais devoir te retirer ton haut, d'accord ? » demanda-t-il, attrapant en même temps les bords de celui-ci pour le retirer. « Oh. » fut tout ce qu'il réussit à dire en voyant la presque poitrine d'Iris. Il était médecin, et même si ce n'était pas sa spécialité, il pouvait reconnaître le début d'une transformation physique. Mais ce n'était pas vraiment le moment de se focaliser sur ça. Un bout de verre de taille plutôt importante était planté dans le flanc de la jeune femme. « C'est pas très profond, ne bouge pas. Mords dans ce tissu si tu as mal, d'accord ? » C'était pas comme s'il avait d'autres solutions... « Tu es bien mutante ? » demanda-t-il pour en être sûr. Il mit ses gants et prépara le tout, prêt à s'occuper de la pauvre Iris. Il commença par appuyer autour de la blessure, faisant petit à petit ressortir le plus possible le bout de verre. Ce fut assez rapide à enlever, mais le plus difficile fut d'arrêter le saignement, ou du moins d'empêcher une catastrophe. Nettoyant le contour de la plaie avec un tissu mouillé, il fut soulagé de voir qu'à partir de la troisième compresse, le sang commençait à arrêter de couler. « Je vais devoir faire des points de suture. Désolé » Il commença alors à recoudre, essayant d'ignorer la douleur que pouvait ressentir Iris. Une fois la plaie refermée, il lui sourit, l'encourageant silencieusement. Posant une nouvelle compresse propre sur la blessure, il sortit son sparadrap et scotcha le tout avec soin. « Tu as des blessures qui saignent beaucoup ailleurs ? » demanda-t-il, regardant avec insistance les jambes d'Iris, d'où un peu sang avait séché au niveau du genou.

HARLEY-

_________________
I AM THE MASTER OF MY FATE AND THE CAPTAIN OF MY SOUL ✽
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t306-life-isn-t-the-on
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 28/12/2016

» messages : 545

» points : 751

» avatar : Stav Strashko

» crédits : Cedrick & Exordium

» multicomptes : Kaleb, Cupidon, Suraj, Kjell.



» pouvoir : Portails de téléportation.

» appartenance : Vient de rejoindre les Black Walkers.

MessageSujet: Re: You can't touch this (Matthou & Riris)    Mer 17 Mai 2017 - 20:20

Assise, Iris n’essayait même plus de lutter. Elle n’allait pas en avoir la force de toutes façons. Il valait mieux qu’elle se laisse faire. Si les choses tournaient mal, ce serait sa faute. C’était elle qui n’avait pas été assez maligne pour éviter de se blesser. Si Matthew demandait à Alexander de la chasser, elle ne pourrait s’en prendre qu’à elle-même. Elle laissa le hait glisser le long de ses bras serrant les dents face à la douleur que ce geste produisait sur elle. Mais la douleur n’était pas ce qu’elle redoutait le plus. Non. C’était la réaction de Matthew quand il découvrirait ce qu’elle était vraiment. Cet être coincé entre ce qu’elle était et ce que son corps disait.

Ce “oh”, Iris ne savait pas comment l’interpréter. La douleur ne l’aidant probablement pas à bien suivre la situation. Mais il semblait encore vouloir la soigner. C’était sans doute un bon début.

Je comptais pas partir…”murmura Iris avec une tentative de sourire. “Ne t’en fais pas pour la douleur… j’ai connu pire… Oui.. J’ai muté…

Elle prit quand même le chiffon dans sa main. Le serrant à s’en blanchir les doigts. Ca faisait mal. Mais elle se retint de crier. Elle entendait presque son géniteur lui aboyer dessus qu’un garçon ne pleure pas comme une gonzesse. Cela ne l'empêchait pas de pleurer, seulement elle était presque silencieuse. Seuls quelques gémissements de douleur lui échappèrent au cours du processus. L’annonce des points de suture ne la surprit pas vraiment.

Ne… ne.. T’exc..use pas… c...est… rien…” murmura-t-elle face aux excuses du médecin.

Elle se mordit la lèvre pour ne pas faire plus se bruit. Laissant le médecin continuer. La douleur était toujours violente mais elle s’y habituait. Elle savait prendre sur elle. Elle prit le temps de souffler un peu quand Matthew eut fini avec la première plaie.

Je sais pas trop…” chuchota-t-elle, éprouvée par la douleur. “J’ai mal partout alors… c’est difficile de localiser les grosses coupures…

Elle se mordilla la lèvre.

Je crois qu’il vaut mieux que j’enlève mon pantalon… Pour qu’on regarde…” murmura-t-elle finalement.

Elle se leva péniblement et retira son pantalon. Elle avait pas mal d’écorchures bénignes, mais une plaie plus importante sur le haut de sa cuisse, vers l’intérieur de celle-ci. Histoire que Matthew ait une belle vu sur ses sous vêtements. Chose qui ne mettait franchement pas Iris à l’aise. Elle aurait préféré n’avoir plus besoin que d’une douche. Mais non…

Il va encore falloir des points… Pas vrai ?” demanda-t-elle un peu nerveuse. “Désolée… C’est la dernière fois… Que… Que je passe par une fenêtre pas ouverte..

Oui, elle s’excusait de lui donner du travail. C’était elle qui allait souffrir, mais elle s’en voulait de monopoliser l’attention de Matthew. Et puis de lui imposer la vue de son corps informe. Elle ne l’aimait pas. Elle n’aimait pas qu’on le voit. Et de façon assez évidente, il lui semblait que cette vue n’était pas agréable pour les autres. Elle n’arrivait pas à concevoir qu’on puisse trouver ça beau. Surtout là qu’elle était couverte de sang. Déjà que son corps était lézardé de tout un tas de cicatrices anciennes, maintenant, il y allait en avoir de bien fraîches…

_________________
Even when I'm WEAK,
I'm sure it's gon' be ALRIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t354-iris-i-was-a-quee
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016

» messages : 1180

» points : 961

» avatar : James McAvoy

» crédits : cheschirecat

» multicomptes : Morrigan Williams & Christopher Winchester



» pouvoir : Télépathie

» appartenance : Maman poule des Black Walkers


Who I Am
» état de santé : Quelle est donc cette lumière éblouissante devant moi ? :DD
» inventaire : un arc + des flèches + deux armes à feu de petits calibres + quelques médicaments et autres soin + son sac à dos + un petit générateur
» compagnons de route : Alexou le goujat et deux chatons trop cute ♥
MessageSujet: Re: You can't touch this (Matthou & Riris)    Mar 23 Mai 2017 - 23:32


   
You can't touch this

   
Au moins, la jeune femme avait muté : si jamais il venait à se blesser pendant l’opération ou autre, il n’y avait aucun risque pour lui de contaminer Iris par accident. C’était ce dont il avait le plus besoin : de savoir qu’il ne mettait pas en danger les membres de ce camp. Il avait tellement peur que ça arrive un jour, et il sait qu’il se sentirait extrêmement coupable si quelqu’un venait à mourir par sa faute. Parce que, après tout, tout le monde ne survivait pas, et ça, Matthew avait tendance à l’oublier, avec tous ces gens autour de lui qui avaient muté depuis quelques temps. Iris lui dit de ne pas s’excuser, mais il ne pouvait pas s’en empêcher : il appréciait la jeune femme et la voir souffrir n’était pas son petit plaisir. En fait, voir qui que ce soit souffrir n’était pas quelque chose qu’il aimait, donc voilà. « Je te laisse faire, alors. Je vais préparer plus de compresses et changer l’eau pour nettoyer les plaies. » Il voulait lui laisser un peu d’intimité, mais c’était assez idiot, étant donné qu’il allait devoir la soigner et regarder ses blessures au niveau de ses jambes. Pas beaucoup d’intimité, à ce niveau…

Il avait changé l’eau, essayant de minimiser les risques d’infections pour quoi que ce soit, et il était revenu, regardant Iris se préparer. Elle avait une belle coupure au niveau de sa cuisse droite, vers l’intérieure et… Oh. Ooooh. Quelque chose qui ne devait pas être là y était bien et, il était effectivement un peu bouche-bée. Il comprenait pourquoi elle avait douté avant d’accepter son aide. Pourquoi elle avait l’air d’être si terrifié à l’idée que quelqu’un puisse la voir nue, mais il n’était pas du genre à juger, au contraire. Matthew savait très bien que même parmi les médecins, certains avaient énormément de préjugés mais il n’en faisait pas partie. Au contraire, il avait toujours soutenu les gens qui se sentaient différents et recherchaient l’acceptation. « Je vais devoir faire des points de suture à la cuisse, oui. Les autres blessures, je ne pense pas. Je vais devoir les nettoyer, et les bander, mais elles ne sont ouvertes au point de devoir les suturer. » Il commença alors à s’occuper de la blessure, exactement comme pour l’autre. Arrivé aux points de suture, il releva la tête vers Iris, croisant son regard. « C’est bientôt terminé, tiens bon. » En quelques minutes, il avait terminé et il souffla un peu, laissant aussi la pauvre Iris reprendre ses esprits.

Il nettoyait les autres plaies, faisant aussi des pansements, lorsqu’il reprit soudainement la parole. « Tu sais, ton secret est en sécurité avec moi. Je ne préviendrai pas Alexander, ce n’est pas à moi de lui parler de ça. C’est pas comme si ta biologie mettait notre groupe en danger, tu es qui tu es, n’aie pas peur. Et tu es Iris, pas quelqu’un d’autre. » souffla-t-il tout en terminant son travail. La pauvre était bandée de partout, mais au moins, le sang était nettoyé en grande partie et les coupures et blessures toutes soignées. Il changea de nouveau l’eau. « Si ça te gêne pas, je vais t’aider à nettoyer les traces de sang. Tu ne pourras pas atteindre certaines zones, et je n’ai rien à faire. » Et surtout, elle ne pouvait pas vraiment demander de l’aide à quelqu’un d’autre. Matthew était très certainement la seule personne qui connaissait son secret, et surtout, ça ne le gênait pas.

HARLEY-

_________________
I AM THE MASTER OF MY FATE AND THE CAPTAIN OF MY SOUL ✽
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t306-life-isn-t-the-on
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 28/12/2016

» messages : 545

» points : 751

» avatar : Stav Strashko

» crédits : Cedrick & Exordium

» multicomptes : Kaleb, Cupidon, Suraj, Kjell.



» pouvoir : Portails de téléportation.

» appartenance : Vient de rejoindre les Black Walkers.

MessageSujet: Re: You can't touch this (Matthou & Riris)    Jeu 25 Mai 2017 - 23:21

Matthew était tellement gentil. La blonde s’en voulait presque d’avoir hésité à accepter son aide. Elle avait été injuste à douter de sa gentillesse. Vraiment. Elle culpabilisait sans doute un peu trop pour n’importe quoi. Et puis là, elle n’avait pas une grande lucidité, la douleur obstruait son cerveau en quelque sorte. Empêchant les bonnes idées d’émerger. Elle se sentait juste incroyablement fatiguée, percluse d’un tel niveau de douleur qu’elle n’arrivait même plus à localiser où elle avait le plus mal.

D’accord…” souffla-t-elle sans vraiment être sûre que sa voix s’entende.

Et après tout, ça n’avait pas pas trop d’importance qu’on l’entende. Par contre, elle eut une petite grimace en voyant la surprise de Matthew, grimace qui se prolongea à la confirmation des points. Elle s’en serait bien passé, mais s’il le fallait. Elle allait encore serrer les dents. Même si quelques cris lui échappèrent. Parce que son endurance à la douleur avait ses limites. Elle les avait largement outrepassés là. Quand le médecin annonça que c’était presque fini, la blonde ne put s’empêcher d’avoir un soupir soulagé. Elle put se relâcher un peu. Les autres soins paraissaient insignifiants maintenant. Elle se permit de fermer un peu les yeux. Elle ne les rouvrit qu’en entendant Matthew reprendre la parole.

Et les mots de l’homme lui firent un bien fou. Elle avait cessé de pleurer depuis les points, mais les larmes revinrent sans qu’elle puisse rien faire. En fait, ces mots-là, elle ne les avait pas entendu si souvent que ça. Elle avait souvent attiré la curiosité des gens, mais rarement une si grande bienveillance, une bienveillance si noble. On ne l’acceptait pas souvent comme elle était, on lui reprochait souvent des choses. Alors, ces mots-là… Elle ne savait même pas comment dire à Matthew sa reconnaissance. Elle n’eut pas le temps de parler qu’il changeait déjà l’eau.

Non… ça me… ça me gêne pas…” souffla-t-elle avec un sourire.

Elle se leva quand même pour lui faciliter le travail. Et le laissa faire. Même si cela ne la mettait pas très à l’aise qu’on la touche de partout quand elle était nue. C’était pour la laver… Mais bon, elle n’aimait pas que les autres voient les cicatrices du passé. Parce que même en sachant ce qu’elle était, Matthew n’avait pas forcément à voir toutes les traces de maltraitance qu’elle avait subi dans son enfance. Ce n’était pas vraiment ce qu’elle aimait montrer. Elle ne se résumait pas à ses cicatrices. Elle ne fut du coup pas mécontente quand il eut fini. Elle tituba jusqu’à la comode de la pièce et attrapa une robe. C’était plus facile à enfiler… Mais elle allait quand même avoir besoin d’un peu d’aide…

Tu veux bien m’aider encore un peu…” demanda-t-elle désolée.

Une fois habillée, elle attrapa le bras de Matthew, histoire qu’il ne file pas de suite.

“Merci… Pour les soins… Et… Pour ce que tu as dit… Tu sais… Mes géniteurs réussissaient pas à l’accepter alors… ça me… ça me fait vraiment du bien quand quelqu’un comprend…” murmura-t-elle doucement, reconnaissante. “Tu… Tu veux rester un peu ?

Parce que maintenant, elle n’avait plus de raison de le repousser comme elle l’avait fait avant. C’était… un soulagement. De pouvoir regarder Matthew droit dans les yeux, sans avoir la boule au ventre qu’il comprenne. C’était un début. Peut-être qu’elle en parlerait à Alexander… Mais pas tout de suite. A Allan aussi… Peut-être oui. Un jour. Quand elle s’en sentirait la force.

_________________
Even when I'm WEAK,
I'm sure it's gon' be ALRIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t354-iris-i-was-a-quee
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016

» messages : 1180

» points : 961

» avatar : James McAvoy

» crédits : cheschirecat

» multicomptes : Morrigan Williams & Christopher Winchester



» pouvoir : Télépathie

» appartenance : Maman poule des Black Walkers


Who I Am
» état de santé : Quelle est donc cette lumière éblouissante devant moi ? :DD
» inventaire : un arc + des flèches + deux armes à feu de petits calibres + quelques médicaments et autres soin + son sac à dos + un petit générateur
» compagnons de route : Alexou le goujat et deux chatons trop cute ♥
MessageSujet: Re: You can't touch this (Matthou & Riris)    Mer 7 Juin 2017 - 21:04


   
You can't touch this

   
Matthew se savait trop gentil et naïf, parfois. C'était son plus gros défaut, et Alexander faisait tout pour qu'il l'oublie et le change au maximum. Et avec le temps, ça s'était fait : que ça soit à cause de son attaque, de la morsure ou même de Tessa, qui aura causé énormément de problèmes dans le petit groupe de deux du départ, Matthew avait terriblement changé. Il ne faisait plus autant confiance aux autres, ne proposait plus son aide aux inconnus, ou du moins ne les ramenait plus chez lui pour les soigner et les aider, et surtout, il avait appris à manipuler les autres pour obtenir ce qu'il voulait. Mais malgré tout ça, le jeune médecin restait qui il était, et accepter les autres comme ils étaient, c'était son quotidien. Il n'avait jamais compris pourquoi quelqu'un devrait être traité différemment parce qu'il était noir, transsexuel ou religieux. C'était pas lui, qui aimait les hommes, qui avait le droit de juger qui que ce soit sur cette maudite terre. Enfin, sauf les connards, mais ça, c'était complètement différent et normal. Alors forcément, pourquoi juger Iris ? Elle était qui elle voulait être, et tant que ça ne mettait pas le groupe en danger, Matthew s'en fichait bien. La jeune femme pleurait maintenant, et le cœur du docteur se serra un peu. Qu'avait-elle bien pu vivre pour réagir comme cela ? N'avait-elle jamais été réellement acceptée ?

« Parfait alors. » avait-il sourit lorsqu'elle lui avait donné son accord pour son aide. Il voyait bien qu'elle n'était pas non plus super à l'aise, alors il allait devoir faire assez vite. C'était pas son but de la rendre encore plus mal qu'elle ne l'était déjà. Avec son eau propre et une éponge douce, il l'aida, la laissant bien entendu s'occuper des parties qu'elle pouvait atteindre et qu'elle ne souhaitait pas forcément dévoiler. Quand on était mal dans sa peau, montrer un bras pouvait être difficile, il le savait très bien. Il lui tendit ensuite une petite serviette, objet assez rare maintenant et qu'ils n'avaient pas beaucoup ici. Une fois sèche, elle enfila une robe, toujours avec l'aide de Matthew. Et voilà qu'elle était toute propre, habillée et qu'elle le retenait par le bras alors qu'il allait partir pour lui laisser un peu d'intimité et de repos. « Je n'ai rien de prévu, alors je veux bien rester. Un peu de compagnie me fera du bien, compagnie autre qu'Alexander le goujat et Allan le grognon. » sourit-il, mesquin. Il adorait les gens qui formaient son groupe, mais avoir la compagnie de quelqu'un comme Iris, ça soulageait un peu. Alexander était toujours passionné, prêt à aller chercher des gens à droite à gauche, et Allan, même s'ils s'entendaient bien, c'était Allan quoi.

« Alors, tu t'es bien installée ? » demanda-t-il en regardant autour de lui. C'était toujours difficile, surtout que les gens arrivaient sans rien, en général. Mais la plupart des appartements ici, après nettoyage, étaient encore en état et pas mal meublés. Mais c'était important d'apporter sa petite touche personnelle si on voulait se sentir un minimum chez soi. Matthew avait eu de la chance : sa  maison était intacte, alors avec le temps, il avait pu aller chercher ses affaires, mêmes des meubles, avec l'aide des larbins d'Alexander, comme il les appelait. Pauvres gars, franchement. « D'ailleurs, si tu as besoin de quelque chose, n'hésite pas. J'ai encore pas mal d'affaires dans mon ancienne maison, et même si elle nous sert pendant les missions, les meubles et autres décorations ne servent plus à grand-chose. » Il avait encore des livres là-bas, des vêtements, de la literie même, merde. Et maintenant qu'ils avaient un peu plus de monde, ils allaient pouvoir emporter tout ce dont ils avaient besoin petit à petit.

HARLEY-

_________________
I AM THE MASTER OF MY FATE AND THE CAPTAIN OF MY SOUL ✽
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t306-life-isn-t-the-on
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 28/12/2016

» messages : 545

» points : 751

» avatar : Stav Strashko

» crédits : Cedrick & Exordium

» multicomptes : Kaleb, Cupidon, Suraj, Kjell.



» pouvoir : Portails de téléportation.

» appartenance : Vient de rejoindre les Black Walkers.

MessageSujet: Re: You can't touch this (Matthou & Riris)    Mer 7 Juin 2017 - 23:30

La douceur de Matthew était apaisante. C’était un pansement pour son âme comme ses soins apaisaient son corps. Elle regrettait presque de ne pas lui avoir fait confiance plus tôt, mais comment aurait-elle pu le savoir ? Qu’il était si doux et tolérant ? Elle savait qu’elle pouvait lui faire confiance maintenant. Elle n’aurait plus peur qu’il lise dans sa tête. Elle sourit alors qu’il acceptait son invitation. A elle aussi, cela lui ferait du bien. Elle n’avait pas passé beaucoup de temps avec le reste du groupe, plus souvent seule ou avec Allan qu’avec les autres. Elle avait toujours de l’appréhension à aller vers les autres. Cela n’avait pas changé. Avant le débarquement de zombies, elle n’allait pas plus facilement vers les autres. C’était toujours difficile en se sentant différente.

J’espère que tu utiliseras un adjectif plus flatteur pour moi…” plaisanta-t-elle en s’avançant vers son lit, pour s’asseoir.

Mais il fallait avouer qu’Allan le grognon, ça lui allait plutôt bien. Avec toute l’affection qu’elle avait pour le brun, elle ne pouvait pas le défendre sur ce point, c’était un vrai ronchon, assez taciturne, mais elle aimait bien ce côté-là de sa personnalité. Au moins, Allan disait toujours ce qu’il pensait sans maquiller sa pensée. C’était une qualité pour Iris… Même si c’était parfois blessant.

Elle eut un petit couinement, mais cela irait. Ça allait déjà mieux. Elle allait se répéter ça, encore et encore et son corps finirait bien par y croire. Oui. Elle hocha la tête. Elle s’était installée. Bien, c’était peut-être un grand mot. Elle avait ramené quelques objets de chez ses parents adoptifs, mais, ce ne serait jamais vraiment “chez elle”, elle le savait au fond d’elle-même. Après tout ce qu’elle avait perdu, après tout ce qui avait disparu dans cette horreur, elle ne serait plus jamais chez elle.

Ne t’inquiète pas… Je vivais ici avant. Mes parents adoptifs avaient une maison à quelques kilomètres d’ici. Une ferme. Alors, j’ai tout ce qu’il me faut là-bas. J’y vivais avant que mes… Que mes parents… Puis mes amis ne meurent…” expliqua-t-elle avec tristesse. “Les biens matériels ne me manquent pas. Mais… Ils ne remplacent pas les morts. Ou les disparus. Mais… Merci de proposer.

Elle s’adossa au mur, s’appuyant un peu plus confortablement, invitant Matthew à s’asseoir aussi. Elle soupira. Elle n’avait pas mal, c’était dans sa tête. Ses mains serrèrent sa robe. Elle aurait voulu bouger, mais son corps n’était pas vraiment d’accord.

Tu vivais où avant ? Tu étais médecin dans un service particulier ? Je… Je me suis toujours demandé pourquoi les médecins devenaient médecins, pourquoi tu faisais ça ? Cela devait être difficile, non ? Comme travail...” demanda-t-elle doucement. “Parler et écouter, ça me fera oublier la douleur, mais… Tu n’es pas obligé de me répondre, hein… J’essaie juste de penser à autre chose…

Elle sourit malgré la douleur sourde qui venait de ses différentes blessures. Mais son sourire se transforma vite en grimace. Elle avait du mal à contenir la douleur. Elle aurait tué pour un doliprane ou… Oh ! Elle eut une lueur de lucidité.

Matthew… Tu veux bien regarder dans le troisième tiroir… J’ai de la reine-des-près… En infusion… C’est un bon antidouleur… Et… J’en aurai besoin là…

_________________
Even when I'm WEAK,
I'm sure it's gon' be ALRIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t354-iris-i-was-a-quee
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016

» messages : 1180

» points : 961

» avatar : James McAvoy

» crédits : cheschirecat

» multicomptes : Morrigan Williams & Christopher Winchester



» pouvoir : Télépathie

» appartenance : Maman poule des Black Walkers


Who I Am
» état de santé : Quelle est donc cette lumière éblouissante devant moi ? :DD
» inventaire : un arc + des flèches + deux armes à feu de petits calibres + quelques médicaments et autres soin + son sac à dos + un petit générateur
» compagnons de route : Alexou le goujat et deux chatons trop cute ♥
MessageSujet: Re: You can't touch this (Matthou & Riris)    Jeu 8 Juin 2017 - 2:46


   
You can't touch this

   
Matthew adorait vraiment son groupe. Quand il vivait encore tout seul, il se surprenait souvent à s'imaginer à quoi pourrait ressembler les survivants avec qui il resterait. Mais le problème, c'était que les gens qu'il rencontrait mourraient toujours. Quand il commençait à prendre des habitudes avec eux, ils ne revenaient plus, disparaissaient complètement, laissant un Matthew triste et dépité. Sa rencontre avec Alexander, ça n'avait pas été celle de deux futurs amis ou aucunes bonnes relations. Ils avaient été gamins, mais à la fin, l'ancien politique l'avait sauvé et ramené chez lui, prenant soin de lui malgré sa morsure. Le jeune docteur était resté, et petit à petit, un groupe avait commencé à prendre forme. D'abords avec Allan, à qui il avait sauvé la vie et qui connaissait le chef du groupe. Marley était ensuite arrivée, Iris aussi et Kyle n'allait très certainement pas tardé. Même si pour ce dernier, Matthew avait des sentiments un peu plus contradictoires quant à sa venue... Enfin bref. Il aimait chaque petits membres, et Iris en faisait partie. Il se sentait presque obligé de prendre soin de tout le monde, étant donné qu'ils étaient tous téméraires et qu'aucuns ne faisant vraiment attention à leur santé. « Ne t'inquiète pas, mon estime pour toi est encore très haut. » plaisanta-t-il, souriant.

Il écoutait attentivement les explications d'Iris, hochant la tête pour lui faire comprendre qu'il suivait, sans l’interrompre. Elle lui parlait de parents adoptifs, et déjà, il avait que ça cachait des choses pas forcément belles. Que ça soit parce qu'elle était orpheline depuis toujours, abandonnée par ses parents ou reprise par les services sociaux, en général, c'était jamais bon pour la psychologie de la personne. Mais il se força à penser à autre chose : après tout, Iris n'était pas une patiente pour lui, mais une amie, ou du moins une future amie, il l'espérait. Ce n'était pas le moment de la traiter différemment, et il n'en avait pas envie non plus. « Je comprends. Mais si jamais, j'ai des draps de lit Bob l'éponge qui rock du citron, je te jure. » Le pire dans tout ça, à part son expression qui n'existait très certainement pas, c'était qu'il disait la vérité. Il avait tellement de trucs de ce genre, qu'il pourrait créer un refuge pour enfants sans problèmes. Il se voyait déjà changer les draps d'Alexander en cachette pour les échanger avec des petits oursons tout mignons. Bon dieu, c'était l'idée du siècle, il allait la noter quelque part pour s'en rappeler.

Le jeune médecin allait répondre aux questions, mais la douleur pour Iris était trop forte. Hochant la tête, il l'écouta, trouvant immédiatement ce qu'elle voulait. Ne la laissant pas se relever, il s'occupa de tout, lui apportant l'infusion après quelques minutes. « Si jamais ça ne passe pas, il nous reste des antibiotiques. » La réserve n'était pas grande, mais c'était rare d'en venir à ça. Avec le temps, les gens s'habituaient beaucoup plus à la douleur, alors terminé les médicaments pour un simple mal de ventre ou de crâne. « Pour te répondre, je vivais à Canterbury aussi. Je travaillais surtout aux urgences, mais je comptais devenir chirurgien plus tard. » Il était jeune à l'époque, et ses rêves grands... Maintenant, il allait devoir faire avec ses capacités du moment. « Pourquoi je suis devenu médecin ? Ah, bonne question...Ma mère peut-être ? Avant sa mort, j'adorais l'écouter parler de ses patients. Être infirmière, c'était tout pour elle. » Et il l'avait tant aimé. Comme beaucoup d'enfants aimaient leurs mères, mais quand même, il aimait à penser qu'il avait une relation particulière avec elle. « Ou pour me détacher de mon père, aussi. J'ai toujours voulu être différent de lui, et qui y a-t-il de plus différent d'un policier corrompu qu'un médecin ? » La corruption était tellement présente, que ça soit dans le monde de la justice que politique... Matthew avait réellement pensé qu'en devenant médecin, il quittait tout ça pour de bon. « Et toi ? Je veux dire, avant tout ça, tu faisais quoi ? »

HARLEY-

_________________
I AM THE MASTER OF MY FATE AND THE CAPTAIN OF MY SOUL ✽
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t306-life-isn-t-the-on
 
You can't touch this (Matthou & Riris)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]
» Rick Ross - Touch 'N You ft. Usher
» Japan Touch Haru
» A TOUCH OF EVIL
» HLM ◮ OH, You Touch my Tralala ... mmh, my Ding Ding Dong

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Canterbury-
Sauter vers: