AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 when i make jokes they are inherent to a story! [Nathaniel & Allan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 26/02/2017

» messages : 1645

» points : 2987

» avatar : cole sprouse

» crédits : valtersen & tumblr

» multicomptes : Ian la princesse, Cheyenne le gerontophile, Layne le bébi paumé & Ox le sale gamin.



» pouvoir : force surhumaine

» appartenance : black walkers


Who I Am
» état de santé : R.A.S pour le moment
» inventaire : un poing américain, des conserves, une bouteille d'eau de pluie
» compagnons de route : le vent, le vent nous parle...
MessageSujet: when i make jokes they are inherent to a story! [Nathaniel & Allan]   Lun 1 Mai - 20:46



when i make jokes they are inherent to a story!

Nathaniel & Allan
Allan préférait sortir plutôt que rester enfermé en permanence. Il avait toujours été comme ça. Il faut dire qu’avec une famille comme la sienne, rester à la maison était tout sauf une partie de plaisir. Il n’avait jamais changé à ce niveau-là, même lorsqu’il était en coloc avec Zed, il aimait mieux sortir que rester à l’appart. Après tout, pourquoi rester enfermé quand on peut trainer dans les rues, les boîtes et bars ? Bon, dans les conditions actuelles, les boîtes et les bars n’étaient plus très fréquentés. Il se demandait quand même s’il pouvait trouver des zombies strip teaseuses à trucider dans une boîte de nuit. Ce serait assez drôle comme situation. Et puis, il aurait l’impression de se défouler sur la putain qui lui servait de mère. Il l’avait déjà tué cette connasse, mais il la haïssait toujours autant pour tout le mal qu’elle lui avait fait. Elle le blessait psychologiquement alors que son père le blessait physiquement… Honnêtement, il préférait recevoir des coups physiques, ça avait au moins le mérite de cicatriser avec le temps. Ce n’était pas le cas avec le mentale. Nan, ce qu’on taguait dans la mémoire, ça ne s’effaçait pas. Le mauvais du mois. Les bons souvenirs s’effacent bien plus facilement que les mauvais. En tout cas, les choses qu’avait prononcées sa mère restaient gravées dans sa mémoire. Et pourtant, Allan n’était pas réputé pour avoir une bonne mémoire. La weed avait dû aider ses neurones à prendre des congés, même s’il n’était pas un gros fumeur.

Il trainait donc en ville, à la recherche de trucs à piller et à ramener au « camp ». Enfin à l’immeuble, mais bon, ils formaient un camp de survivants… Alex, Matthew et la gamine qui les avait récemment rejoint. Mais il n’avait pas envie de rester avec eux en continu. Il n’avait que Zed qu’il pouvait supporter H24. Enfin bref, il était donc tranquillement en ville, à butter les zombies qu’il croisait, juste pour se défouler. Il fouillait ce qu’il pouvait, mais il ne restait pas des masses de choses. Il tomba finalement sur une baraque dont le garage était ouvert… Hum, vu les lieux, il devait y avoir quelqu’un qui vivait ici. Au pire, il dépouillerait ce quelqu’un s’il avait des trucs intéressants. Allan était assez sûr de lui et de ses capacités, surement à tort, mais jusque-là, il s’en était toujours plutôt bien sorti. Ses poings américains accrochés aux doigts, il haussa un sourcil en voyant la personne qui vivait sûrement là. Un type en fauteuil. « Oh merde, si j’avais su que j’m’étais infiltré chez un handicapé. » Qu’il pouffa à voix haute. Il n’avait pas peur d’un putain d’infirme. Et en même temps, il n’allait pas piller un handicapé. « Comment vous faites pour échapper aux zombies sérieux ? Vous leur roulez sur les pieds avec votre fauteuil ? » Lâcha-t-il toujours amusé. La scène dans sa tête était parfaitement ridicule. Enfin, en soi, Allan se foutait bien de savoir qu’il soit handicapé, c’était juste là, en pleine apocalypse, c’était trop drôle.

CODES BY MAY ET AVATARS BY HYERIS & L.MACTANS

_________________

#ilikeitrough:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t487-allan-have-you-ev
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 27/04/2017

» messages : 279

» points : 818

» avatar : Chace Crawford

» crédits : tenshi

» multicomptes : Kylou & Gaby



MessageSujet: Re: when i make jokes they are inherent to a story! [Nathaniel & Allan]   Mar 2 Mai - 2:45

When I make jokes they are inherent to a story !A croire qu'il était vraiment maudit. Ou qu'il y avait un grand écriteau Entrez, c'est ouvert ! sur sa porte. Pourquoi sinon les gens s'acharneraient-ils sur son pauvre garage ? Pourquoi ils entraient tous chez lui comme dans un moulin ? Bon...c'était aussi un peu sa faute puisqu'il lui arrivait d'être tellement énervé qu'il en oubliait l'essentiel: fermer sa putain de porte. C'était peut-être même un petit miracle qu'il soit toujours en vie. Comme souvent, Nathaniel était en train de râler dans son coin comme le vieil ours grincheux qu'il était, le tout en fumant une clope. L'une des dernières qu'il lui restait...Une fois qu'il serait à court, ce serait difficile vu le nombre de clopes qu'il fumait habituellement...Il poussa un long soupir et se posa encore plein de questions sur sa vie et la vie en général. Non, il n'était pas philosophe, loin de là...il se demandait seulement ce qu'il foutait encore là. Il restait enfermé chez lui tout le temps, sauf les rares fois où il allait voir son frère de l'autre côté de la rue. Ce n'était pas une vie à ce stade. En même temps, depuis l'apparition des zombies, pouvait-on vraiment parler de vie en général ? On survivait plus qu'on ne vivait à présent. Et son idiot de frère pensait encore pouvoir sauver le monde en faisant des expériences sur ses plantes. Comme si celles-ci avaient la réponse à tous les maux de la terre. Mais qui sait ? Ezekiel allait peut-être créer une nouvelle plante qui ferait exploser les zombies lorsqu'elle entrait en contact avec eux. Oui, bon, c'était ridicule. Tout aussi ridicule que les recherches de son frère.

Alors qu'il était en train de pester encore et toujours, il fut alerté par un bruit provenant de son garage. Il écrasa sa clope dans le cendrier posé sur la table à côté de lui, puis il attrapa son fusil avant de se diriger vers le garage. Eh merde. Il y avait vraiment quelqu'un. Et pas un zombie dont il pouvait simplement exploser la tête. C'était un humain. Un gars qui semblait encore assez jeune. Ça lui rappelait l'autre mec qui était entré chez lui quelques semaines plus tôt. Ils s'étaient donné le mot ou quoi ? Il s'apprêta à râler contre cet intrus lorsque ce dernier se mit à se moquer ouvertement de lui. Du moins, c'était comme ça que Nathaniel le percevait. Et forcément, ça attisa sa colère. Il avait limite envie de prendre son arme et de lui tirer dessus. Bien sûr, il ne le ferait pas. Il avait beau râler contre tout et tout le monde, il n'était pas un assassin et tant que sa vie n'était pas menacée, il n'irait pas jusqu'à de tels extrêmes. Maudite conscience. Ça aussi, ça lui pourrissait la vie. Il avait envie de frapper ce gosse. S'il y avait bien quelque chose qu'il détestait peut-être plus que les gens qui lui demandaient sans cesse s'il avait besoin d'aide, c'était les gens qui le traitaient d'handicapé. A ses yeux, c'était une insulte, ni plus ni moins. Normal quand on savait qu'il n'avait toujours pas accepté son état. Un déni qui durait depuis deux ans maintenant. Au fond, il était pathétique...Mais ce n'était pas le moment de se morfondre. "Et toi ? Tu les attaques à coups de lance-pierre ? Retourne jouer dans ton bac à sable, gamin, et me fais pas chier !" Il était clairement énervé et d'ailleurs, il leva son fusil pour le pointer sur le gamin. Même s'il n'avait aucune intention de tirer, il espérait au moins l'intimider un peu et le faire partir, dans le meilleur des cas. Mais quelque chose lui disait que ce ne serait pas aussi facile. Ce sale gosse avait l'air d'avoir un caractère bien trempé et il avait l'air d'être le genre à aimer faire chier son monde. Super, vraiment.

"T'attends quoi ? Que je te change ta couche ?" Certes, l'autre n'avait pas l'air beaucoup plus jeune que lui non plus. Peut-être même qu'il était déjà majeur, mais qu'importe. Aux yeux de Nathaniel, c'était juste un sale gosse qui venait l'emmerder, rien de plus. "De toute façon, y a rien à voler ici. Alors dégage !" Il ne mentait même pas. Ses provisions étaient très maigres et les objets de valeur ne servaient à rien maintenant.

© CRIMSON DAY

_________________


Life's a bitch and it hurts like hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t630-un-italien-des-fl
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 26/02/2017

» messages : 1645

» points : 2987

» avatar : cole sprouse

» crédits : valtersen & tumblr

» multicomptes : Ian la princesse, Cheyenne le gerontophile, Layne le bébi paumé & Ox le sale gamin.



» pouvoir : force surhumaine

» appartenance : black walkers


Who I Am
» état de santé : R.A.S pour le moment
» inventaire : un poing américain, des conserves, une bouteille d'eau de pluie
» compagnons de route : le vent, le vent nous parle...
MessageSujet: Re: when i make jokes they are inherent to a story! [Nathaniel & Allan]   Mar 2 Mai - 20:11



when i make jokes they are inherent to a story!

Nathaniel & Allan
Bon, rouletteman avait un fusil. Le brun était peut-être super fort, mais il n’avait pas la capacité de bloquer les balles ou de les esquiver. C’était fou le nombre de survivants qui avaient des armes à feu, on se serait cru aux États-Unis ! Lui, il se contentait de son poing américain, jusque-là, c’était amplement suffisant pour exploser les têtes de zombies. Allan n’avait pas peur d’y aller au corps-à-corps avec ceux-là, il n’avait pas peur non plus de se salir. Heureusement, vu comme ses fringues étaient vite tachées sang brunâtre et puant des zombies, s’il avait été une diva, il devrait se changer plusieurs fois par jour. C’était déjà galère de trouver des fringues propres en se changeant une fois par semaine, ce serait impossible d’en trouver assez pour en avoir plusieurs fois par jour. Enfin passons, il haussa un sourcil aux attaques de l’autre. Hé, il était viril et adulte et ne ressemblait en rien à un gamin. Bon okay, il était pas foutu comme Terminator, mais il avait autant de force que lui, alors pouet. Rha là, ces infirmes et leur sale caractère hein. Allan n’avait pas l’intention de voler un vivant. C’était pas son genre, sauf si on le faisait chier ou s’il convoitait vraiment un truc, mais il trouverait bien des trucs ailleurs, pas la peine de se prendre du plomb dans le cul de la part de cet handicapé. Ouais dans le cul parce qu’assis sur son fauteuil, il ne devait pas pouvoir viser plus haut.

Il haussa finalement les épaules. « Je me demande bien comment tu pourrais changer ma couche du haut de ton mètre dix. » Pouffa-t-il à nouveau. Quitte à jouer au con hein, autant y aller jusqu’au bout. Et puis, ouais, il était d’humeur malicieuse là. Ça changerait de ses humeurs de merdeux. Même si ça ne valait pas mieux. Mais bon, c’était ouf le nombre d’handicapés encore en vie : entre lui et la blondinette bègue, Allan pouvait se foutre de la gueule des gens… En vrai, la façon de parler de la bègue l’agaçait vraiment, il n’avait pas la patience pour ce genre de choses. Par contre, les handicapés en fauteuil, il s’en foutait royalement. Là il était juste surpris et amusé. « Nan mais sérieusement, comment vous échappez aux zombies ? On peut pas dire que la ville soit très pratique pour les handicapés en temps normal, alors en temps de zombies… Z'avez un propulseur sur votre fauteuil ? » Qu’il demanda en observant le fauteuil en question. Malgré sa connerie, il avait au moins le mérite de confirmer qu’on ne faisait pas beaucoup d’efforts pour aider les handicapés à se déplacer… Car ouais, Allan aimait chier sur l'État bien plus que sur les handicapés ou les bègues, l’État et la police ou l’armée, des sujets qui le concernaient particulièrement plus diverses raisons liées à son passé.

CODES BY MAY ET AVATARS BY HYERIS & L.MACTANS

_________________

#ilikeitrough:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t487-allan-have-you-ev
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 27/04/2017

» messages : 279

» points : 818

» avatar : Chace Crawford

» crédits : tenshi

» multicomptes : Kylou & Gaby



MessageSujet: Re: when i make jokes they are inherent to a story! [Nathaniel & Allan]   Jeu 4 Mai - 4:37

When I make jokes they are inherent to a story !Merde, il ne pouvait pas juste ficher le camp, ce gamin ? Et de préférence avant que Nathaniel perde vraiment patience et qu'un coup de fusil parte tout seul. Oui, bon, ce n'était pas très crédible car peu importe son niveau d'énervement, il ne tomberait jamais aussi bas que de tuer un gamin qui, au final, ne lui avait rien fait à part le déranger et se moquer de lui. En fait, il ne savait pas quel genre de personnes il détestait le plus. Celles qui avaient pitié de lui et qui lui proposaient sans cesse leur aide ou les petits cons dans le genre de celui juste devant lui qui se moquaient ouvertement de son malheur et qui semblaient adorer utiliser ce terme que Nathaniel détestait tant. "Mon mètre dix peut faire très mal, tu sais ! Alors me cherche pas ou tu vas me trouver, morveux !" Oui, il persistait à le qualifier de gamin. De toute façon, vu son comportement, il l'était au moins encore dans sa tête. "Sérieux, t'as rien de mieux à foutre que de m'emmerder ? Casse-toi !" Il fronça les sourcils, prenant son air ronchon, espérant sans doute bêtement dissuader l'autre de continuer à raconter ses conneries et à partir. Sauf que ce crétin ne semblait pas vouloir s'en aller, continuant sur sa lancée. Encore ce mot. Bon sang, il pouvait pas la fermer ? Certes, il n'avait pas tort quand il parlait de la ville et de l'accessibilité pour les gens comme lui, mais ça n'avait plus vraiment d'importance à présent. Et puis, il doutait que cet idiot ait dit ça pour essayer de l'amadouer. Non, c'était une énième provocation.

"Ouais. J'ai même planqué tout un arsenal là-dedans alors t'approche pas trop ou tu vas te prendre un propulseur dans la gueule !" Il poussa un gros soupir agacé, mais au fond, ce n'était pas une si mauvaise idée que ça. Bon sang. Il venait vraiment d'envisager l'installation d'un propulseur sur son fauteuil ? Maudit gamin ! Le pire, c'est qu'il serait probablement capable de bricoler un truc comme ça. Mais c'était ridicule, totalement ridicule. De toute façon, il ne sortait pas, alors l'affaire était vite réglée. "Qu'est-ce que ça peut bien te faire, de toute façon ?" Oui, quoi ? Ils ne se connaissaient pas et Nathaniel n'avait aucune intention d'y remédier. Alors ce crétin pouvait garder ses questions débiles pour lui. "D'ailleurs...tu fous quoi chez moi au juste ?" La réponse paraissait évidente, mais il voulait quand même entendre ce que l'autre avait à lui dire. S'il lui disait quoique ce soit d'autre que de nouvelles insultes ou moqueries. "J'aimerais bien te voir à ma place, tu ferais moins le malin." Il avait marmonné ces mots sur un ton totalement ronchon. Mais c'était vrai, quoi. Sa situation était tout sauf facile et il n'avait pas besoin qu'un mioche le lui rappelle.

© CRIMSON DAY

_________________


Life's a bitch and it hurts like hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t630-un-italien-des-fl
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 26/02/2017

» messages : 1645

» points : 2987

» avatar : cole sprouse

» crédits : valtersen & tumblr

» multicomptes : Ian la princesse, Cheyenne le gerontophile, Layne le bébi paumé & Ox le sale gamin.



» pouvoir : force surhumaine

» appartenance : black walkers


Who I Am
» état de santé : R.A.S pour le moment
» inventaire : un poing américain, des conserves, une bouteille d'eau de pluie
» compagnons de route : le vent, le vent nous parle...
MessageSujet: Re: when i make jokes they are inherent to a story! [Nathaniel & Allan]   Ven 5 Mai - 12:54



when i make jokes they are inherent to a story!

Nathaniel & Allan
Ces handicapés, aucun sens de l’humour. Et apparemment, il n’avait pas envie de lui dire comment il survivait. Peut-être qu’il n’était pas seul. Mais quel groupe badass irait s’emmerder avec un infirme ? Pff ceci dit les « black walkers » avait bien une bègue dans leurs rangs… Si Alexander continuait de ramasser tout ce qui traînait, ils ressembleraient à un groupe de débiles plus qu’a un clan. Il allait bien se garder de lui dit qu’il avait croisé un type à roulette, il n’avait pas envie que l’autre ait l’idée conne de l’adopter… Et puis de toute façon, monter les escaliers avec un fauteuil roulant. Alors merde. Il hocha la tête lorsque l’autre lui demanda s’il n’avait rien de mieux à faire que de l’emmerder… bah non, sinon il serait déjà parti. Aller quoi, c’était pas tous les jours qu’on croisait un infirme dans ce genre de contexte. Et puis, il avait le droit d’être sociable un peu, non ? Bon okay, ce n’était pas juste pour être sociable mais pour emmerder le monde. Fallait pas toujours chercher à comprendre Allan. Le brun pouvait être aussi « adorable » (à sa façon du moins) qu’ingérable. Bon, l’autre n’avais être pas l’usage de ses jambes mais il avait celle de sa bouche. Quelle grande gueule. Ça faisait marrer l’ex-dealeur. Il pouvait être un sacré merdeux lorsqu’il le voulait. Mais au fond, il n’irait pas s’attaquer à l’homme… ni lui, ni un autre. Les vivants étaient parfois dangereux, mais il préférait passer ses nerfs sur les morts.

Et comment il était rentré là ? Allan pouffa un peu. « J’étais en train de fouiller les baraques du coin et c’était ouvert. Je suis pas venu juste en me disant « tien je suis sûr qu’il y a mec a roulettes qui vit là-dedans. Et si j’allais le faire chier ? » Mais bon, maintenant que j’y suis… » Il pouffa à nouveau. Alexander ne serait sûrement pas fier de lui, mais bon il s’en foutait, il n’avait pas besoin de la reconnaissance de dernier. Entre eux, c’était juste un échange de services. Mais Allan préférait travailler pour quelqu’un qu’il avait connu par le passé. Il était loyal comme mec. Si Zed pouvait rejoindre son groupe de débile, ce serait vraiment parfait. Enfin revenons-en à son handicapé. S’il était à sa place hein ? Allan fit mine de réfléchir deux secondes. « Bah ouais mais j’y suis pas… je crois que je me suiciderais ceci dit. Trop la flemme de m’adapter. » Il rit encore. En vrai, il n’était pas du genre à lâcher prise. Si c’était le cas, il se serait suicidé durant son enfance ou il se serait laissé crever sous les coups de son père, tout simplement. Mais il avait une bonne raison de vivre en la personne de Zed. « Rassure-moi, tu vis pas seul quand même ? Hum, si c’est le cas, je reviendrais fouiller ta baraque le mois prochain, quand tu seras mort. » Il haussa les épaules. N’empêche, il voulait quand même savoir comment l’autre survivait. Il devait avoir de bons plans pour être encore en vie malgré son handicape.

CODES BY MAY ET AVATARS BY HYERIS & L.MACTANS

_________________

#ilikeitrough:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t487-allan-have-you-ev
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 27/04/2017

» messages : 279

» points : 818

» avatar : Chace Crawford

» crédits : tenshi

» multicomptes : Kylou & Gaby



MessageSujet: Re: when i make jokes they are inherent to a story! [Nathaniel & Allan]   Mer 24 Mai - 4:12

When I make jokes they are inherent to a story ! Nathaniel était sur le point d'exploser. Ce mec l'exaspérait à un point même pas imaginable. Il l'insultait copieusement, sans le moindre scrupule. Bien sûr, le jeune homme n'avait aucune envie qu'on prenne des pincettes avec lui et qu'on le prenne en pitié...mais ça ne voulait pas dire qu'il voulait se faire insulter de la sorte. C'était tellement facile de se moquer, hein ? Il avait beau grogner et envoyer balader tout le monde, cela ne voulait pas dire qu'il n'était pas quelqu'un de sensible au fond. Et entendre l'autre lui balancer son handicap à la figure à chaque réplique...ça commençait à bien faire. Ses mains se crispèrent autour de son fusil. Il avait vraiment envie de faire taire ce sale gosse une bonne fois pour toutes. Bien sûr, il voulait tout de même éviter d'en arriver là et tenta donc de se calmer un tant soit peu, prenant une profonde inspiration. Jusqu'à ce que l'autre prononce la phrase de trop. Cette phrase lui fit un énorme pincement au cœur parce que oui, sous ses airs de grincheux, il avait bel et bien un cœur. Et ce cœur commençait vraiment à être à vif, là. L'espace de quelques secondes, il prit un air peiné, incapable de le dissimuler. Il s'en voulait pour ça car il n'aimait pas montrer qu'au fond, il était très vulnérable. Mais là... l'autre avait été trop loin en parlant de suicide. Et ça le faisait rire, en plus. "LA FERME ! Tu crois que c'est drôle ? Tu crois que c'est un sujet dont on peut rire ?"

Il était énervé, très énervé. Il s'était mis à crier, même s'il savait que ça ne résoudrait rien et que ça inciterait probablement l'intrus à continuer sur sa lancée. Mais il n'avait tout simplement pas pu se contenir davantage. L'autre ne pouvait pas simplement partir ? Ne l'avait-il pas assez importuné ? Nathaniel ferma un instant les yeux et tenta de se calmer. Ne pas s'énerver plus. Surtout pas...Mais c'était sans compter sur ce que dit le gamin ensuite. Il rouvrit les yeux et le foudroya du regard. "Tu te crois malin ? Je vais quand même pas te donner ce genre d'informations. Et tu vois...je te ferai pas le plaisir de crever de si tôt." Il se faisait violence, mais il était au bord de l'ébullition. Et puis, le coup partit tout seul. Nathaniel avait appuyé sur la gâchette. Bien sûr, il n'avait pas visé l'intrus, même s'il en avait bien envie au fond. Il toucha l'étagère qui se trouvait non loin de l'autre. Ce qui se trouvait dessus tomba au sol en un gros bruit et le coup avait évidemment résonné dans tout le garage et sans doute l'avait-on aussi entendu dehors. Peu importe. Les zombies ne pourraient pas entrer. Et peut-être que ça montrerait à ce crétin que Nathaniel ne plaisantait pas. "Va-t-en." Son ton était étonnamment calme à présent, froid même. A croire que sa colère s'était envolée avec le coup. Ou presque. Car intérieurement, il bouillonnait encore. Les mots de l'autre résonnaient encore dans esprit. Je crois que je me suiciderais. Il n'avait pas idée combien de fois Nathaniel y avait songé, qu'il avait même failli passer à l'acte un jour. La seule chose qui l'avait retenu à l'époque...ce fut sa famille et plus particulièrement Ezekiel, son jeune frère. Il ne voulait pas lui infliger ça. "Et t'avise plus jamais de parler de choses dont tu ignores tout."

© CRIMSON DAY

_________________


Life's a bitch and it hurts like hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t630-un-italien-des-fl
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 26/02/2017

» messages : 1645

» points : 2987

» avatar : cole sprouse

» crédits : valtersen & tumblr

» multicomptes : Ian la princesse, Cheyenne le gerontophile, Layne le bébi paumé & Ox le sale gamin.



» pouvoir : force surhumaine

» appartenance : black walkers


Who I Am
» état de santé : R.A.S pour le moment
» inventaire : un poing américain, des conserves, une bouteille d'eau de pluie
» compagnons de route : le vent, le vent nous parle...
MessageSujet: Re: when i make jokes they are inherent to a story! [Nathaniel & Allan]   Mar 30 Mai - 19:43



when i make jokes they are inherent to a story!

Nathaniel & Allan
Un sale gosse. Allan pouvait très bien en être un. C’était pas bien, pas gentil, bla bla bla. Si on pouvait plus se moquer des handicapés, où allait le monde ? En vrai, Allan s’en fichait tellement. Mais lui, il était marrant à provoquer. Et puis, il restait convaincu qu’il ne ferait pas long feu dans le contexte actuel. C’était triste, mais en même temps, c’était dans l’ordre des choses. Surtout que vu l’amabilité de ce type, personne n’aurait envie de l’aider à survivre. Ou alors Allan était définitivement allé trop loin ? C’était possible aussi. Parfois, il abusait vraiment. Ce n’était pas Carl qui dirait le contraire… Ceci dit, il fallait encore qu’il soit en vie. Le brun ne l’avait pas encore retrouvé. Il évitait d’y penser c’était trop déprimant. Quoi qu’il en soit, rouletteman était hyper vénère et se mit à hurler. Allan leva les yeux au ciel. Rho ça va, il plaisantait. Il fallait par prendre les choses comme ça… Dixit le gamin colérique. Il sursauta au coup de feu. Bon, il était temps de se barrer sans doute. C’était risqué de rester là avec un fou furieux avec un fusil à la con.

Allan haussa les épaules. « Okay c’est bon je me casse. Va falloir te sociabiliser mon gars. » Dit-il amusé en prenant la direction de la sortie. Une fois la porte ouverte, un zombie lui demanda un free hug… et plus. Et merde. Allan n’eut pas le temps de prendre une arme et du exploser le crâne du zombie à mains nues, compressant la tête de la créature entre ses mains… le crâne explosa avec une facilité déconcertante sous la force du brun. Il était couvert de sang pourri. « Super, merci pour le coup de feu. » Lâcha-t-il à la fois agacé et amusé. Quand il y avait du zombie à tuer, Allan était toujours plus ou moins amusé. Il avait une petite horde regroupée devant la maison qu’il avait voulu piller. Bon, ce n’était pas la peine de compter sur l’aide de rouletteman pour nettoyer les lieux. Allan attrapa un son poing américain et se lança en direction de la horde pour aller faire de la confiture de zombie.

CODES BY MAY ET AVATARS BY HYERIS & L.MACTANS

_________________

#ilikeitrough:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t487-allan-have-you-ev
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 27/04/2017

» messages : 279

» points : 818

» avatar : Chace Crawford

» crédits : tenshi

» multicomptes : Kylou & Gaby



MessageSujet: Re: when i make jokes they are inherent to a story! [Nathaniel & Allan]   Lun 10 Juil - 21:48

When I make jokes they are inherent to a story ! Nathaniel n'en pouvait plus de cet idiot qui ne faisait que se moquer de lui depuis le début. S'il y avait bien une chose qu'il ne supportait pas, c'était ça. Il avait déjà assez de mal à accepter la situation, il n'avait franchement pas besoin qu'on lui rappelle sans cesse son état et surtout pas sur un ton pareil. Alors, il avait fini par réellement s'énerver au point de presque hurler et au point de tirer un coup de feu, histoire de faire peur à l'autre et de le faire fuir dans l'idéal. Bien entendu, il n'avait pas vraiment réfléchi avant d'agir, comme ça lui arrivait souvent. Les zombies avaient forcément entendu et étaient forcément en train de se diriger vers la porte pour s'y agglutiner en espérant pouvoir atteindre les deux petites proies qui se trouvaient de l'autre côté. "Et toi, va falloir que tu apprennes à tenir ta langue ! Y a des choses à pas dire !" Non, vraiment pas. Il avait limite envie de le frapper, de lui tirer une balle en pleine tête tant il était en colère. Bien sûr, il savait très bien qu'il ne le ferait pas. Au fond, il était un peu comme un chien qui aboyait mais qui ne mordait pas.

Son but avait été de faire fuir l'autre et il avait réussi apparemment. Toutefois, il ne s'était pas attendu à la suite. Dès que ce crétin eut ouvert la porte, il se retrouva nez à nez avec un zombie qu'il tua à mains nues et avec une facilité effrayante. Ce gars avait l'habitude de ce genre de situations apparemment. Et merde. Nathaniel le vit s'avancer vers la horde. Il avait l'air de savoir se défendre et il était sans doute plus fort qu'il en avait l'air et que ce qu'avait pensé Nathaniel au premier abord, mais il ne pourrait jamais tenir contre tous ces zombies, si ? Fait chier. Il n'aimait pas ce type, mais il ne voulait pas non plus avoir sa mort sur la conscience en le voyant se faire bouffer vivant, sous ses yeux. Lui qui s'était juré de ne jamais intervenir...à croire qu'il avait quand même une conscience sous cet air ronchon. Il s'avança vers la porte et tira sur un zombie qui s'apprêtait à se jeter sur le gamin. Ce n'était certainement pas très intelligent, mais il n'avait aucun autre moyen de se défendre ou, en l'occurrence, de défendre quelqu'un d'autre. "Tu veux crever ou quoi ? Reviens !" C'était surtout lui qui risquait de crever en alertant ces idiots de zombies avec ses coups de feu et ses cris. Bordel. Dans quelle merde s'était-il encore fourré ?

© CRIMSON DAY

_________________


Life's a bitch and it hurts like hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t630-un-italien-des-fl
 
when i make jokes they are inherent to a story! [Nathaniel & Allan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maeko | When you love someone you do not make them tell war stories. A war story is a black space. On the one side is before, on the other side is after and what is inside belong only to the dead.
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» you make me shine ▲ shane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Canterbury-
Sauter vers: