AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 My heart is crying - Ft. James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 07/01/2017
» messages : 743
» points : 1016
» avatar : Jaimie Alexander
» crédits : Schizophrenic
» multicomptes : Black Syphilis / Baby Ezio

» pouvoir : Nécromancie
MessageSujet: My heart is crying - Ft. James   Lun 17 Avr - 14:25

My heart is crying



Presque une demi-année s'était écoulée depuis la dernière fois que j'avais aperçu le visage de James en face du mien, lorsqu'il était venu me rendre visite en prison, à Londres. Une demi-année ... C'était extrêmement long pour deux jumeaux qui avaient toujours été super-fusionnels, même après l'accident de James. Quand il avait été dans le coma, j'étais venue le voir tous les deux jours, quitte à devoir faire tout le trajet, et je restais assisse à côté de lui pendant des heures, à lui raconter mes journées, à lui lire des romans comme il aimait, bref, à lui tenir compagnie du mieux que je pouvais, à lui montrer que j'étais là, que j'attendais son retour avec impatience et qu'il serait accueilli à bras ouverts quand il rouvrirait les yeux. Même lorsqu'il s'était révélé plus ou moins amnésique, je ne l'avais pas laissé tombé, je m'étais accrochée à lui et j'avais tout fait pour que l'on redevienne le duo d'avant, le duo qui avait réussi à se débarrasser d'Igor, notre grand frère maltraitant qui avait fait de notre enfance un enfer. Emilya la tueuse, dépendante de son frère, sa bouée de secours, son sauveur, ... Ca, ça cassait le mythe. M'enfin, personne n'a jamais vraiment su à quel point je m'accrochais à lui et à quel point il m'ancrait dans la réalité. S'il n'avait pas été là, s'il n'avait pas existé, peut-être que tout aurait été différent : s'il n'avait pas été là, je pense que j'aurais sûrement tournée psychopathe tueuse sans aucune limite, retenue et arrière-pensée. Un vrai monstre.

C'est pas pour rien que je n'avais pas abandonnée l'idée de le retrouver et que j'étais venue directement ici, au lieu de m'enfuir aussi loin que je pouvais après être sortie de prison grâce à mon gardien. Même si je ne l'avais pas trouvé à la maison, rien ne me disait clairement qu'il était mort, qu'il n'avait pas survécu aux zombies, qu'il n'avait pas réussi à trouver refuge quelque part, avec des gens capables de le protéger. Non pas que je doute qu'il soit capable de se protéger, bien au contraire ! Je connaissais bien mon frère, il voulait survivre et il ferait tout pour. Mais survivre seul ... Disons que ça pouvait se révéler compliqué. Moi ... J'avais l'habitude de travailler en solo. C'était différent pour lui.

Lors de mon dernier passage à l'université, j'avais fait tomber ma lampe de poche en fuyant avec Christopher et son chien Ghost pour échapper à un Hurleur. Ayant véritablement besoin de cet objet pour mes déplacements de nuit, il valait mieux que je le retrouve, rapidement si possible. En plus j'avais des piles en réserve, et avec ma chance si je trouvais une nouvelle lampe, les anciennes piles n'iraient pas. En grognant après le karma, je me mis à refaire le trajet inverse à celui que nous avions fait, éliminant quelques zombies sur le passage. Il semblait en avoir beaucoup moins que la dernière fois et ça m'arrangeait bien. Au loin, j’aperçus une silhouette qui semblait se diriger vers le grand amphi, où nous nous étions cachés quelques temps avec Chris. Je me mis à trottiner vers cette personne, espérant que ce soit peut-être lui.

" Hey, camarade ! T'aurais pas trouvé une lampe de poche sur ton chemin, j'ai légèrement égarée la mienne et ma vie tient presque à cette lampe de poche quand je sors le soir donc bon ... Ca m'arrangerait bien que tu sois tombé dessus ! "

EXORDIUM.


_________________

Don't leave me alone ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t378-don-t-fear-death-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 06/04/2017
» messages : 946
» points : 1816
» avatar : Jack Falahee
» crédits : Avengedinchains
» multicomptes : Coco, Eli & Aerin
» pouvoir : Phytokinésie
MessageSujet: Re: My heart is crying - Ft. James   Mar 18 Avr - 0:50



My heart is crying
Emilya ξ James
Depuis quelques jours, James squattait la résidence étudiante de l'université de Canterbury. Il ne se souvenait même plus ce qui l'avait conduit là au départ mais c'était calme pour le moment alors ça lui allait bien. Pas comme s'il avait mieux à faire de toute façon. Il avait trouvé des boites de conserve dans certaines chambres, des cochonneries aussi et des bouquins sur diverses matières qu'il n'avait pas encore étudiées et vu le temps libre qu'il avait à présent, c'était un programme comme un autre. Personne, ici, se foutrait de lui parce qu'il comprenait un peu trop vite les choses. Le type de crétins qui l'avait exclu quand il était gamin devait être mort de toute façon. Et puis, la bibliothèque n'avait pas été ravagée et ça offrait donc là une autre bonne distraction pour les longues journées de solitude. Entre ça, chercher de la bouffe et écrire dans son journal, ça lui suffisait pour le moment. Et surtout, il avait des heures entières pour essayer de se rappeler les pans de mémoire qui lui manquaient. Les souvenirs, les gens ne se rendaient pas compte à quel point c'était précieux. Surtout maintenant que tout partait en vrille. Les zombies ne lui faisaient pas peur, ce qui le terrifiait, c'était d'oublier les gens qui comptaient pour lui. Rien que d'imaginer ne plus se rappeler le visage de ses parents ou pire d'Emi, ça le tétanisait. Il ne comptait même plus le nombre de crises d'angoisse qu'il avait faites en réalisant qu'il ne se souvenait plus d'un détail en particulier, d'une voix, d'une odeur.

Dans ces cas-là, y'avait pas cinquante solutions, fallait qu'il pense à autre chose. Et c'est pour ça qu'il avait fini par sortir du confort de la petite chambre qu'il s'était choisi pour aller prendre l'air. Il devait impérativement s'occuper l'esprit pour chasser cette impression que tout s'effaçait. Peut-être n'aurait-il pas dû se focaliser sur son passé mais que pouvait-il bien faire d'autre ? Et ce n'était pas comme s'il pouvait consulter un médecin pour demander des conseils. Ni même parler à qui que ce soit d'ailleurs. Il avait bien croisé des survivants, heureusement, mais jamais bien longtemps. Leurs routes avaient toujours fini par se séparer. James n'était pas du genre à jouer les sangsues alors il reprenait son chemin, tout seul, à chaque fois. C'était parfois pesant surtout pour un jeune homme qui n'avait jamais été vraiment seul. Depuis ses premières minutes de vie, et même quand ils avaient été séparés, il avait toujours tout partagé avec sa jumelle et l'incertitude quant à ce qui lui était arrivé, c'était pire que tout. Il posait inlassablement des questions sur elle à tous les Londoniens qu'il croisait, espérant à chaque fois avoir un peu d'espoir mais jusque là, ça n'avait rien donné. Il faut dire que les gens se foutaient bien de savoir ce qui avait pu se passer pour ceux qu'ils ne connaissaient pas. La fin du monde faisait ressortir les plus mauvais traits de caractère des gens, dans la plupart des cas.

Il venait d'arriver non loin de l'amphithéâtre principal et s'y dirigeait sans vraiment prêter attention à son entourage. C'était pas le comportement le plus sécuritaire qui soit et James le savait mais il était perdu dans ses pensées. C'est ce qui expliqua son sursaut quand il entendit une voix derrière lui et il se figea en la reconnaissant. Il avait un grand sourire. Certes, c'était qu'une hallucination, il s'en doutait mais entendre la voix d'Emilya, même si ce n'était pas réel, ça lui mettait du baume au cœur. Il resta un moment ainsi avant de se décider à se tourner et faire éclater sa petite bulle personnelle. Sauf que l'hallucination persistait. Là, devant lui, se tenait sa sœur et il mit bien une bonne minute à réaliser qu'elle était vraiment là. Incapable de dire un mot tant il se sentait assailli par ses émotions, il boitilla vers elle, au ralenti d'abord puis de plus en plus vite de peur que le mirage s'évanouisse. Et ce n'est que quand il put, avec hésitation, lui toucher le bras qu'il comprit que c'était vraiment vrai.

"Emi..."

Il en avait les larmes aux yeux tant il se sentait heureux et il ne tarda pas à la serrer dans ses bras, aussi fort qu'il le pouvait, bien décidé à ne pas la laisser partir.

"Dis-moi que je ne rêve pas, que t'es bien là."

Et pour accompagner ses dires, il la pinça en rigolant, comme lorsqu'ils étaient enfants.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t574-james-donovan
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 07/01/2017
» messages : 743
» points : 1016
» avatar : Jaimie Alexander
» crédits : Schizophrenic
» multicomptes : Black Syphilis / Baby Ezio

» pouvoir : Nécromancie
MessageSujet: Re: My heart is crying - Ft. James   Mar 18 Avr - 6:38

Jamie-chou ♥:
 

My heart is crying



En vérité, peu des gens qui s'étaient intéressés à mon cas, en tant que tueuse patentée et à la morale plus que douteuse, s'étaient interrogés à propos de mon lien avec James, de la relation plus que fusionnelle que j'entretenais avec lui. Ils auraient pourtant eu de quoi faire. Après tout, c'était pour le protéger lui à la base que je m'étais lancée dans cette idée de justice, de meurtres rédempteurs. Enfin si je voulais être plus exacte c'était à cause - ou grâce - à Igor, notre grand frère à la main lourde et facilement mouvante que j'étais devenue Heart Reaper. Pour protéger James et son innocence, ou plutôt James et sa bonté naturelle, j'avais abandonné ce qui aurait pu faire de moins une petite fille ordinaire pour devenir la femme que j'étais devenue Une femme peut-être capable de se défendre, capable de protéger ceux à qui je tenais autant que les innocents. Mais en faisant ça, j'avais perdu ce que les gens normaux appelaient plus communément ma part "d'humanité", j'étais devenue quelque chose d'autre que seules quelques rares personnes pouvaient appréhender et que seuls quelques plus rares encore élus comprenaient. Seules deux personnes que j'avais rencontré, deux dans mes 26 ans de vie, avaient disposé de cette capacité plus qu'inhabituelle. Deux personnes qui avaient ensuite disparues de ma vie et que je n'avais plus revu. Mon gardien, qui avait eu la gentillesse de m'aider à m'échapper après avoir cerné ma différence et s'être lié d'amitié avec moi était l'un des deux. J'étais toujours à sa recherche, mais je ne doutais pas une seule seconde sa capacité à survivre à tout ce qui pouvait lui arriver - il était bien plus capable que ce qu'il n'imaginait, il avait beaucoup plus de ressources que la majorité des gens. Et le second ... Le second c'était James, mon frère jumeau, mon âme soeur. Lui aussi, à sa manière, il avait changé et était devenu un peu "spécial". Autant à cause de son accident que grâce à son intelligence hors du commun qui l'avait toujours aidé à se démarquer des gens qui l'entourait. Oh, comme il me manquait mon cher James ...

Jamais au grand jamais je n'aurais pu imaginer quel genre de retrouvailles nous allions vivre. Tout d'abord parce que, même si je n'avais jamais perdu espoir de le retrouver, je n'imaginais pas qu'il aurait pu être dans un lieu que je pensais déjà avoir fouillé. Et ensuite parce que la silhouette que j'avais vu, je l'avais prise pour quelqu'un d'autre. Comment aurais-je pu me douter une seule seconde que ça allait être celle de la personne que j'étais venue chercher, le seul et unique homme que je cherchais depuis presque 5 mois maintenant ? J'avais beau être optimiste, , ça ça tenait plus du miracle qu'autre chose. J'avais l'impression de me retrouver en plein film, voyant limite la scène se dérouler au ralenti tandis qu'il se retournait pour me faire face et qu'il se mit à avancer vers moi. Je reconnaissais ce claudiquement n'importe où, surtout associé à ce visage. Mon dieu ce visage ... Et dire que j'avais failli l'oublier à force de ne plus le voir. Sans véritablement m'en rendre compte, certains détails avaient, en quelques mois, commencés à s'échapper de ma mémoire. Avait-il toujours eu cet air si soucieux, cette petite ride d'inquiétude entre les deux yeux, ou étaient-ce les derniers événements qui avaient eu cet effet sur lui ?

" James ... James, tu es ... "

J'eu pas le temps d'en dire plus qu'il me serra dans ses bras, et mes nerfs pourtant habituellement si solides craquèrent. Je commençais à renifler un peu, sentis les larmes me monter aux yeux et d'un coup, je ne pus plus les ralentir plus longtemps. Toute cette tristesse, toute cette peine que j'avais refoulé ces derniers mois, ... Les dernières digues cédèrent et je me mis à sangloter dans ses bras. Moi qui me prétendait si forte, réduite à l'état de serpillière humaine. Même son pincement pourtant habituellement source de rire ne put empêcher ça.

" Mon dieu James, tu es vivant, je ... Je commençais presque à perdre espoir. Bon sang, pourquoi tu n'es pas resté à la maison, pourquoi, me plaignis-je en cognant faiblement sur son torse avec mes petits poings. Si tu savais à quel point je me suis inquiétée, j'ai cru que j'allais jamais te retrouver. Ça fait presque 5 mois que j'écume la ville pour te retrouver, 5 putains de mois quoi. Et tout ce que j'ai réussi à faire, c'est simplement à retrouver la maison abandonnée et à perdre le seul gars qui avait eu pitié de moi et qui avait accepté de m'aider. James ... Je voulais pas, je suis désolée ... Je voulais pas te laisser seul, je voulais pas ... Tu aurais pas dû être seul dans ce genre de moments ... "

Bon sang, je n'arrivais pas à arrêter de pleurer, tout ce que j'arrivais à faire c'était à marmonner des phrases, qui je ne sais comment, réussissaient à faire sens. Je pris son visage entre mes mains et appuyais mon front contre le sien. Il fallait que je lui dises à quel point j'étais désolée qu'il ait eu à vivre ça par lui-même, il fallait qu'il sache ...

"  S'il te plait, pardonne moi ... "

EXORDIUM.


_________________

Don't leave me alone ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t378-don-t-fear-death-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 06/04/2017
» messages : 946
» points : 1816
» avatar : Jack Falahee
» crédits : Avengedinchains
» multicomptes : Coco, Eli & Aerin
» pouvoir : Phytokinésie
MessageSujet: Re: My heart is crying - Ft. James   Mer 19 Avr - 23:19



My heart is crying
Emilya ξ James
Avec sa sœur jumelle dans les bras, James avait l'impression que le monde se mettait enfin à tourner de nouveau dans le bon sens. Son monde à lui en tout cas. Sa vie pouvait reprendre son cours, comme s'il l'avait mis inconsciemment sur pause jusque là. Emilya lui avait manqué, tous les jours depuis sa dernière visite à la prison, mais il se rendait compte seulement à présent à quel point. Sans elle, il n'était que l'ombre de lui-même, comme s'il n'était qu'une moitié de quelque chose. Il se sentait pousser des ailes, prêt à tout affronter à ses côtés, comme toujours. Elle était son point d'ancrage, personne n'avait jamais pu vraiment comprendre le lien qui les unissait et il restait persuadé que c'était pour ça qu'Igor avait été si terrible avec eux. Par jalousie. Parce qu'il s'était senti exclu. Ça n'excusait en rien son comportement mais, pour James, ça rendait les choses un peu moins insupportables de pouvoir les expliquer. Depuis tout petit, il avait ce besoin vital de comprendre et seule Emi ne le voyait pas comme une bête curieuse à cause de ça. C'était ça leur lien... un amour indéfectible, peu importe ce qu'il se passait, peu importe ce qu'ils étaient. Et tant pis si personne ne comprenait. Leurs parents étaient un bon exemple. Ils n'avaient pas compris pourquoi il était tellement sûr qu'elle était en vie malgré tout ce qu'ils avaient pu lui dire. Et pourtant, leurs arguments se tenaient, il l'avait reconnu. Mais même avec cette certitude qu'elle ne pouvait pas ne plus être, le flot d'émotions qu'il ressentait à présent lui faisait réaliser à quel point il avait eu peur de se tromper. Un monde sans Emi, c'était parfaitement inimaginable. Pas pour sa santé mentale. Tout comme il ne put résister en entendant la voix tremblotante de sa sœur et en sentait ses larmes sur son épaules. Ah ben ça, même les zombies se seraient marrés devant la scène qu'ils offraient, s'ils venaient à passer par là, tous les deux pleurant dans les bras l'un de l'autre. Un trop plein de tout qu'ils avaient besoin d'évacuer.

"Les parents m'avaient dit que tu étais... morte... mais je voulais pas y croire."

Le dire à voix haute, même alors qu'il avait la preuve sous les yeux que ce n'était pas vrai, c'était difficile. Il avait vu leur chagrin, il savait que ce n'était pas juste pour l'empêcher d'aller à Londres la chercher qu'ils avaient dit ça mais rien que de revivre la scène, il en avait des frissons d'angoisse. Il se sentait d'autant plus mal en entendant les paroles d'Emi. Quand il avait quitté leur maison, il n'avait pas une seule seconde pensé qu'elle pourrait s'inquiéter en s'y rendant et en ne l'y trouvant pas. Il n'avait pas pensé à grand chose en fait si ce n'est que l'ambiance y était devenue trop pesante. Et puis, il avait rencontré un gars qui lui avait proposé de l'héberger... l'occasion qui fait le larron comme on dit alors il n'avait pas hésité. Et maintenant, il le regrettait parce qu'il ne supportait pas l'idée d'avoir fait souffrir sa sœur.

"Emi... Je suis désolé. J'ai été hyper malade au début de tout ça et quand j'ai repris connaissance, les parents étaient plus là. Tu sais qu'ils ne m'auraient pas laissé seul, pas alors que j'étais malade. Il y avait qu'un constat possible et... je pouvais pas rester là-bas, c'était trop pesant."

Il s'y était senti tellement seul, avec cette impression oppressante que plus jamais il ne reverrait un membre de sa famille. Plus jamais il ne reverrait la bouille qu'il avait à présent sous les yeux. Même le visage noyé de larmes, Emi dégageait toujours cette aura charismatique qui faisait tout son charme. Elle pouvait tout lui demander, il n'avait jamais la force de lui dire non. Et ça lui serrait d'autant plus le cœur de la voir dans cet état. Il finit par la chatouiller, autant pour lui redonner le sourire que pour la stopper dans son élan d'excuses qui n'avait pas lieu d'être. Elle n'avait rien à se faire pardonner !

"T'as rien à te faire pardonner, Emi. T'es la meilleure, tu le sais ! Tu m'as tellement manqué, je te lâche plus."

D'ailleurs, il la tenait toujours de peur qu'elle ne s'envole. Il lui avait tellement de choses qu'il avait envie de lui dire mais il ne savait pas par où commencer. En tout cas, ce qui était sûr, c'est qu'il ne valait mieux pas qu'ils restent au milieu de l'université, là où ils étaient vulnérables aux attaques. Et même s'il n'avait pas percuté de suite, il réalisait maintenant qu'elle était là pour une raison précise. Il lui prit donc la main et l'entraîna dans l'amphithéâtre sans même prendre la peine avant de vérifier s'il n'y avait pas d'indésirables à l'intérieur. De toute façon, si c'était le cas, ils passeraient un mauvais quart d'heure. Pour protéger sa jumelle, il se sentait capable de venir à bout d'une horde à lui tout seule.

"Allez viens, on retrouve ta lampe et ensuite, je t'emmène dans mon palace cinq étoiles."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t574-james-donovan
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 07/01/2017
» messages : 743
» points : 1016
» avatar : Jaimie Alexander
» crédits : Schizophrenic
» multicomptes : Black Syphilis / Baby Ezio

» pouvoir : Nécromancie
MessageSujet: Re: My heart is crying - Ft. James   Sam 22 Avr - 2:12

My heart is crying


Quand j'avais été arrêtée fin octobre dernier, j'avais pensé que toute ma famille me tournerait le dos, sans hésiter une seule seconde. Je pensais que même James m'abandonnerait : après tout, depuis son accident, il avait changé, je ne pouvais pas le nier. Autrefois, il avait su, presque approuvé ce que j'avais fait - après tout, Igor, nous étions deux pour nous en occuper. Mais après qu'il soit sorti du coma ... Disons que nous n'en avions plus jamais reparlé et j'avais toujours pensé qu'il avait oublié ça ou en tout cas que sa part un peu plus "sombre", si je puis dire, avait disparue en même temps qu'un pan de sa mémoire. Alors quand j'avais été attrapée ... Disons que je ne m'étais pas attendue à ce qu'il me soutienne tout au long de la procédure, qu'il vienne me voir en prison, ce genre de choses. Après tout, nos propres parents avaient totalement stoppés de me considérer comme leur fille à partir du moment où ils avaient compris que je n'allais pas nier les accusations tout simplement parce que je n'en avais ni l'intention ni la prétention. Ah, ils avaient tellement détesté toute l'attention médiatique qu'ils avaient suscité ... Les parents de la tueuse en série la plus dangereuse et meurtrière du 21ème siècle en Angleterre. Le poids n'avait pas été facile à porter et ils avaient rapidement cessés de m'écrire ou de m'appeler - oui, ils n'avaient jamais fait l'effort de venir jusqu'à Londres pour me voir derrière les barreaux, ils avaient bien trop honte pour ça. C'est pour ça que je ne fus absolument pas étonnée de savoir qu'ils avaient déclaré à James que j'étais morte. Ça les aurait bien arrangé en vérité ... Mais je m'étais révélée plus forte, j'avais survécu et j'avais retrouvé mon frère, et eux ils pouvaient bien pourrir au fond d'un trou, je n'en avais plus rien à cirer. Même si je n'avais pas véritablement l'intention de dire ça comme ça à mon frère, quand même.

" Et ben ils se sont trompés ... Et toi tu as bien fait de te fier à ton instinct, je t'ai toujours dit que tu sentais des trucs plus que les autres gens. "

Ah bon sang, j'étais une vraie fontaine, on ne pouvait plus m'arrêter. Je pensais pas ça possible, et pourtant, j'étais là, en train de pleurer toutes les larmes de mon corps dans les bras de mon frère, au milieu d'une apocalypse zombiesque et dans la cours de l'Université, tout ça parce que j'avais eu la flemme de chercher une nouvelle lampe poche et que j'avais décidé d'aller chercher l'ancienne. Parfois les miracles tiennent à peu de choses. Mais ce n'était pas de savoir que nos parents étaient fort probablement morts qui me fit renifler une nouvelle fois, c'était le fait qu'ils aient osé laisser James seul, abandonné à son sort et à lui-même. Et il avait été malade en plus ... Malade et nos parents avaient osé partir. Quelque chose n'allait pas, en temps normal ils n'auraient jamais osé faire ça, à moins que ... Je lui poserais la question plus tard, nous avions tout le temps du monde devant nous maintenant. Il se mit à me chatouiller, sûrement pour me changer les idées et me faire arrêter de pleurer, et il réussit en partie : je me mis à sourire, même si des larmes s'échappaient encore, mais de joie cette joie.

" Toi aussi tu m'as manqué va, marmonnais-je en le serrant contre moi. Et c'est toi le meilleur p'tite tête, avec tes romans, tu avais presque prédit cette invasion de zombie. T'es sûr que t'es pas devin, plaisantais-je en lui donnant un petit coup de poing sur l'épaule, taquine. "

Je le laissais m’entraîner à sa suite et serrais un peu plus sa main dans la mienne. Bon sang, il était bel et bien là, je ne rêvais pas ... J'en avais oublié ma lampe de poche, je pouvais m'en passer maintenant que James était là. Bon normalement devrait plus trop y avoir de zombies dans le coin, vu le ménage qu'on avait fait avec Chris, mais on sait jamais, alors je pris quand même un de mes couteaux dans ma main libre. Aucun zombie ne poserait ses sales pattes pourries sur mon frère, ou alors c'était à leur risques et périls. Pas parce qu'ils ne ressentaient pas la douleur que je pouvais pas leur faire passer un mauvais quart d'heure.

" Elle devrait être dans le coin, sûrement dans le grand amphi, c'est là où on a fait une pause avec Chris. J'ai dû la poser lorsque je jouais avec Ghost son chien, ça doit être ça, réfléchis-je à voix haute. Mais dis moi, qu'est-ce que tu fais ici toi d'ailleurs, demandais-je ensuite, un peu étonnée. Tu te caches ici depuis le départ ? Ou tu passais juste pour faire des stocks ? Parce que si c'est ça bon sang c'est une sacrée coïncidence. Je sais que je crois pas au destin et à ce genre de conneries mais là, c'est quand même quelque chose ... En tout cas James ... Je suis contente que tu sois en vie, je suis contente que tu n'aies rien, ajoutais-je après un petit silence, en reniflant une dernière fois, mes larmes s'étant enfin taries. "

Devant la porte du grand amphithéâtre traînait un zombie solitaire et je n'hésitais pas une seule seconde, trop pressée de partir et d'ensuite pouvoir passer du temps avec mon frère : je le visais d'un seul oeil et lançais mon couteau, qui file se ficher dans le centre du crâne de ce monstre. J'avais pas perdu la main malgré mon instabilité émotionnelle, c'était déjà ça. Nous dûmes forcer un peu la porte, à cause des meubles que nous avions utilisés pour bloquer la porte avec Chris, mais en entrant nous tombâmes presque directement sur l'objet de ma quête première, posée sur l'une des tablettes de l'amphi.

" Trouvée ! Ah génial, ça m'aurait fait chier de devoir en retrouver une autre, avouais-je à James avec un petit sourire. Je te suis Jamie-chou, vers ton palace cinq étoiles alors. Vaut mieux pas qu'on aille dans le coin où je squatte, c'est un bordel sans nom. Pire que nos chambres quand on était ados, j'te jure, je pensais pas ça possible, plaisantais-je en repensant avec tendresse à ce que nous appelions nos "tanières". "

EXORDIUM.


_________________

Don't leave me alone ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t378-don-t-fear-death-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 06/04/2017
» messages : 946
» points : 1816
» avatar : Jack Falahee
» crédits : Avengedinchains
» multicomptes : Coco, Eli & Aerin
» pouvoir : Phytokinésie
MessageSujet: Re: My heart is crying - Ft. James   Jeu 27 Avr - 0:12



My heart is crying
Emilya ξ James
Ils avaient beau ne s'être pas vus depuis de longs mois, avoir vécu une apocalypse entre temps, James avait l'impression d'avoir quitté sa sœur la veille tant tout semblait naturel et comme d'habitude entre eux. Elle lui avait terriblement manqué mais il était rassuré de voir que rien ne changeait entre eux. L'accident dont il avait été la victime n'avait pas réussi à venir à bout de leur lien, ce n'était pas des zombies qui y arriveraient, ça non. Oh bien sûr, il était conscient du fait que ce n'était plus comme dans leur enfance. Il avait souvent vu le regard de tristesse d'Emilya quand il ne se souvenait pas de quelque chose, il aurait été aveugle de ne pas voir qu'elle en souffrait. Tout comme il aurait été le dernier des benêts de ne pas comprendre ce qu'il se passait alors que pour lui, c'était pareil. Évidemment, c'est lui qui oubliait les choses, pas elle. Il s'en était souvent voulu et s'en voulait encore de la blesser même s'il ne le faisait pas exprès. Et c'était avant tout pour elle qu'il travaillait tant sa mémoire. Il avait bon espoir d'un jour combler les trous. Mais en attendant, ils étaient toujours aussi liés, prêts à tout l'un pour l'autre. Et il était content de voir qu'il arrivait toujours à lui faire retrouver le sourire, même si c'était en trichant et en utilisant l'arme ultime des chatouilles contre elle. Il se marra en la voyant ainsi réagir, se sentant léger comme il ne l'avait pas été depuis longtemps, euphorique même.

"Tu parles d'un devin de pacotille. Si j'avais su, j'aurai donné des pouvoirs illimités à mon héros. Tu sais que le héros de mes romans, c'est toi en fait ?"

Il ne le lui avait jamais dit, sans trop savoir pourquoi. Elle était son inspiration, sa muse. Et s'il lui avait prêté des traits masculins dans son roman, c'était que pour lui, c'était tellement évident que tout le monde aurait reconnu sa jumelle qu'il avait trouvé ce subterfuge pour que la presse et les fans ne viennent pas l'enquiquiner. Il aurait aussi pu écrire sur quelqu'un d'autre, il était vrai, mais il n'en voyait pas l'intérêt. La seule héroïne de sa vie, c'était Emilya. Il admirait tout en elle et n'en avait aucune honte. Certains avaient essayé de se moquer de lui dans son enfance, ça il s'en souvenait mais il avait toujours assumé. Ils étaient simplement jaloux, ce n'était pas son problème. Emi était forte, intelligente, sociable, rayonnante. Il savait qu'elle avait une partie plus sombre en elle mais il s'en moquait.

En attendant, ils avaient fini par entrer dans l’amphithéâtre, vide de toute âme à part eux, après qu'Emi se soit chargé du zombie isolé qui trainait là.

"Chris ?"

Elle parlait du Chris qu'il connaissait ? Celui avec qui il avait été à l'école et avec qui il avait parfois été à la prison quand il visitait son frère ? Si c'était le cas, il était ravi de savoir qu'il s'en était sorti indemne mais était aussi curieux de savoir ce qui les unissait. Sans jalousie aucune, juste parce qu'il voulait tout connaître de la vie de sa sœur.

"Je squatte un peu en fonction de là où me mènent mes pas. Quand j'ai quitté la maison, y'a un type qui m'a hébergé quelques temps. Mais je voulais pas être un poids et j'ai fini par partir. Je faisais pas mal de crises d'angoisse à ce moment-là donc c'était pas l'idéal pour un coloc' même s'il ne m'a jamais rien dit. Et... ben je suis arrivé ici un peu au hasard. Je cherchais de quoi bouquiner et je me suis rendu compte que la résidence universitaire, c'était pas un si mauvais plan que ça. Les chambres ont été relativement épargnées et certaines ont des petites réserves. Pas de quoi tenir un siège mais, ça fait l'affaire pour le moment."

La lampe de poche dût rapidement trouvée, comme si elle attendait sagement qu'on vienne la récupérer et il éclata de rire à la remarque de sa sœur. Pire que leurs chambres, c'était vraiment possible ça ? Et Jamie-chou... il n'y avait vraiment qu'elle qui avait le droit de l'appeler comme ça. N'importe qui d'autre aurait entendu parler du pays mais Emi avait le don de le faire sourire même en inventant des surnoms ridicules. Il ne se souvenait plus d'où tout ça était parti, encore un oubli de sa part, mais il aimait ça. Même s'il se chargerait plus tard de l'affubler elle-aussi d'un surnom dégoulinant de mièvrerie pour se venger. Si possible quand ils seraient en présence de quelqu'un d'autre pour l'embarrasser un peu plus. Enfin, s'il se souvenait de le faire, bien sûr.

Enfin, la quête de sa soeur achevée, James pouvait la mener dans son palace. Il la conduisit hors de l'amphi, lui fit traverser la cour jusqu'à un escalier et grimpa jusqu'au deuxième étage. Les marches, c'était pas ce qu'il y avait de plus simple pour lui à monter mais il préférait être en hauteur. Pour profiter un peu de la vue principalement parce que ça l'aidait quand il était pris d'une crise d'angoisse mais aussi parce que, bêtement, il avait l'impression d'une certaine sécurité dans les étages. Ils firent encore quelques mètres dans un couloir en direction du sud et il finit par ouvrir une porte, laissant le passage à sa sœur adorée.

"Bienvenue chez moi, sœurette."

Ça ne payait pas de mine mais il s'y sentait bien pour le moment. Y'avait un lit, une table pour écrire sur laquelle était posé son journal à la page qu'il avait abandonnée dans la matinée, la fenêtre donnait sur la campagne, une kitchenette et même s'il n'y avait plus d'électricité, ça le rassurait par sa normalité. Il n'avait pas besoin de beaucoup plus. Ses affaires étaient posées nonchalamment par terre, sa précieuse canne aussi.

"Assez parlé de moi. A ton tour ! Je veux tout savoir. Comment tu as réussi à quitter Londres, qui tu as retrouvé, où tu vis... tout quoi !"

Il referma la porte de la chambre et, comme à son habitude, cala sa canne contre la poignée de la porte avant de pousser le bureau pour bloquer le tout. Il s'affala ensuite sur le lit, prêt à entendre l'histoire de sa sœur sans la quitter des yeux. Il n'en revenait toujours pas qu'elle soit là et pourtant, ce n'était pas un rêve. La réalité était tellement mieux.


Dernière édition par James Donovan le Ven 19 Mai - 20:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t574-james-donovan
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 07/01/2017
» messages : 743
» points : 1016
» avatar : Jaimie Alexander
» crédits : Schizophrenic
» multicomptes : Black Syphilis / Baby Ezio

» pouvoir : Nécromancie
MessageSujet: Re: My heart is crying - Ft. James   Mer 17 Mai - 5:55

My heart is crying



S'il y avait bien une personne que je ne cesserais jamais d'aimer inconditionnellement, quel qu'en soit les choses que nous allions traverser dans le futur ensemble - oui parce que je n'imaginais pas le laisser tout seul à nouveau plus de quelques heures ou quelques jours - c'était bien mon frère jumeau, mon petit frère comme je m'amusais à l'appeler. Je n'en revenais pas quand même, j'étais l’héroïne de ses romans ? Moi ? Il devait se tromper, je devais être plutôt la méchante, la vilaine sérial-killeuse, la tueuse sans pitié sans âme et sans remords ! Je ne savais pas du tout ce qu'il voyait en moi qui lui faisait penser à une héroïne de romans, surtout que les héros de ses histoires étaient toujours impressionnants, doués et particulièrement intelligents. Je ne lui avais jamais avoué, mais j'avais lu tous ses bouquins, du premier au dernier mot, et j'avais toujours cru que c'était une version améliorée de lui, pas de moi. Après tout, pourquoi m'idéaliser moi ? On s'était toujours protégé l'un l'autre il est vrai, envers et contre tout, mais je n'étais pas plus forte qu'une autre, pas plus forte que lui ... Bien au contraire, je le trouvais plus fort que moi de bien des manières : il avait réussi à rester normal, à coller aux idéaux et aux attentes du monde, malgré ce que nous avions traversé avec notre frère et nos parents distants. Moi ... Moi j'étais devenue tordue, biaisée. Je ne le regrettais pas vraiment, je me trouvais très bien comme j'étais, mais tout de même ... Je n'étais pas une héroïne, que l'on regarde de près ou de loin. J'avais beau me considérer comme une justicière, à protéger les innocents, mais je tuais des gens, ça ne pouvait pas être oublié. Même si nous n'en parlions pas vraiment avec James, ça avait toujours été sous-entendu entre nous. Je pris ça sur le ton de la plaisanterie et lui donnait un petit coup de coude.

" C'est toi le héros, pas moi enfin ... T'es trop mignon Jamie-chou."

En tout cas, j'étais contente qu'il n'y ai pas plus de zombies dans le coin et j'étais ravie de lui raconter mes déboires de la dernière fois. Chris ... Si je n'avais pas su tout ce que son frère m'avait dit sur lui, je l'aurais forcément apprécié, en soit il était très sympathique et il avait un chien plus que mignon. Mais je me forçais à garder en tête qu'il n'était pas aussi innocent qu'il ne paraissait l'être. Mais je n'allais pas gâcher l'innocence de mon frère.

" Ouais, un ancien banquier si je me souviens bien, avec un gros chien trop mignon, avec de belles bouclettes. Le gars, pas le chien, précisais-je en riant. Tu le connais tu crois ? Ça serait une sacré coïncidence ça, tu penses pas ? "

En tout cas, j'étais contente qu'il ne se soit pas retrouvé à la rue, totalement démunie. Quelqu'un avait pris soin de lui et l'avait aidé, même si James avait décidé de n'en faire qu'à sa tête comme d'habitude. Cela me fit sourire, mais je ne pouvais pas cesser de m'inquiéter : il faisait des crises d'angoisses ? Moi qui pensait qu'il allait mieux dernièrement, que tout ça était derrière lui ... Mais j'étais là maintenant, j'allais l'aider. Je lui pris la main et la serrais dans la mienne avec tendresse après avoir rangé ma lampe.

" Hey, tu sais que si quelque chose ne va pas, tu peux m'en parler, tu le sais ça, hein ? Et ... Et je suis inquiète de te savoir tout seul, tu sais ? Tu n'es un poids pour personne, tu le sais ça hein ? Ni pour quelqu'un qui a proposé de t'aider, ni pour moi, ni pour personne, je te le promets, ajoutais-je en passant ma main libre sur sa joue avec affection. "

Ça avait toujours été son souci à lui, il s'inquiétait toujours de ce que pensait les autres de lui, même s'il se la jouait détaché parfois. C'est pour ça que je me souciais toujours de ce qui pouvait lui arriver et que je veillais à ce qu'il ne lui arrive rien. Son petit nid était plutôt confortable en tout cas, plus que le mien en tout cas, vu que je voguais de lieu en lieu, sans me soucier de l'état des lieux de chaque endroit. Il avait choisi un bon lieu : en hauteur, avec des escaliers faciles à barricader, mais une belle vue aussi. C'était bien mon frère ça. Je promenais ma main sur sa table et sur son cahier en contemplant l'endroit. C'était un coin plutôt sympa où vivre. En tout cas, ça ne m'étonnait pas qu'il se soit remis à écrire, ça l'avait toujours aidé à exorciser ses démons. Je m'asseyais aussi à côté de lui sur son lit, souriante, ne croyant toujours pas à la chance que j'avais de l'avoir retrouvé.

" D'accord, d'accord vilain curieux, je vais tout te raconter ! Alors quand toute cette histoire a commencé, j'étais encore en prison comme tu le sais ... Je suis tombée malade au début et c'est un gardien qui a prit soin de moi. On s'est lié d'amitié, et quand le gouvernement a demandé aux forces de l'ordre d'abandonner les lieux et les prisonniers, il a pas voulu me laisser derrière toute seule. Il m'a aidé à m'évader, on a récupéré des armes et on a quitté Londres dès que possible. La route a été longue, on a fait quelques petits détours, mais je voulais absolument venir ici pour te retrouver et te récupérer. Mais peu de temps après être rentrée, je suis allée à la maison et je n'y ai trouvée personne, et quelques jours après, avec mon gardien on s'est fait attaqué par une meute. Nous ... Nous avons été séparés pendant notre fuite et je me suis promis de le retrouver lui aussi, mais ce n'est pas facile, comme tu peux t'en douter. Mais je perds pas espoir ! Après tout, regarde nous, on s'est bien retrouvé, et ça a pas été facile, je te le jure, ajoutais-je en hochant la tête avant de lui pincer gentiment la joue. Désolée, je vérifiais si tu t'étais pas évaporé entre temps, j'arrive temps pas à y croire ... Tu étais là depuis le début ou presque, sous mon nez. Ca m'a manqué de plus pouvoir te faire de câlins ou de t'embêter comme ça ... Mais dis moi ... T'as des projets pour la suite ? Tu comptes rester dans le coin, hein ? Non parce que je peux pas partir comme ça moi, tu comprends, j'ai une dette envers le gars qui m'a aidé, il a tout risqué pour moi et pour pouvoir m'amener ici, jusqu'à toi. Je m'en voudrais de partir sans savoir ce qu'il lui est arrivé. "

EXORDIUM.


_________________

Don't leave me alone ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t378-don-t-fear-death-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 06/04/2017
» messages : 946
» points : 1816
» avatar : Jack Falahee
» crédits : Avengedinchains
» multicomptes : Coco, Eli & Aerin
» pouvoir : Phytokinésie
MessageSujet: Re: My heart is crying - Ft. James   Ven 26 Mai - 2:11



My heart is crying
Emilya ξ James
Eh bien ça pour un hasard... tout dans la description qu'Emi en faisait confortait James dans l'idée qu'elle parlait bien de son pote d'école, Chris. Elle avait raison, c'était une sacrée coïncidence mais en même temps, à bien y réfléchir... il vivait à Canterbury avant l'Apocalypse donc ce n'était pas comme s'ils se retrouvaient dans une ville à l'autre bout du pays. Et puis, ils s'étaient rendus à la prison ensemble après tout. Plusieurs fois même. Était-ce possible que sa jumelle connaisse le frère du brun et que ce soit comme ça qu'ils se soient connus ? La prison avait un quartier pour les femmes, un pour les hommes mais peut-être y avait-il des moments où ils pouvaient de rencontrer ? Il ne s'était jamais posé la question avant mais après tout, pourquoi pas. En tout cas, il était rassuré de savoir le brun en vie et content aussi de savoir qu'il était un soutien pour sa sœur. Même si James ne se rappelait pas de tout, il appréciait Chris. C'était d'autant plus agréable de savoir que sa sœur aussi. Son avis avait tellement d'importance pour lui qu'il affichait un sourire béat.

"Je crois bien oui. Si c'est bien le gars à qui je pense - et à moins que ce soit son sosie, ta description colle bien - on a été à l'école ensemble et on s'entendait bien.... Et puis, son frère était en prison à Londres aussi... on a souvent fait le trajet ensemble."

Il avait hésité quelques secondes à parler de la prison. Non parce qu'il avait honte de savoir que sa sœur y avait été mais bien parce qu'il ne supportait toujours pas l'idée qu'on l'y ait enfermée. Encore maintenant, alors qu'elle était devant lui, il le vivait mal. Non seulement, on les avait séparé mais ça lui faisait mal de l'imaginer derrière des barreaux, privée de sa liberté et de la joie de vivre qu'il voyait en elle. Tel un oiseau multicolore condamné à rester en cage. Heureusement, tout ça était loin derrière eux et même la fin du monde lui paraissait moins difficile à supporter. Parce qu'ils n'auraient pas à l'affronter chacun de leur côté à présent qu'ils étaient réunis. Ensemble, rien ne leur était impossible et les zombies n'avaient qu'à bien se tenir ! Et la main d'Emilya dans la sienne ne faisait que le conforter dans cette idée. Même si, une fois n'est pas coutume, il n'était pas d'accord avec elle sur le fait qu'il n'était pas un poids. Pour personne. Il était lucide, il fallait bien l'être. Qui maintenant, si ce n'est sa jumelle, aurait pris le risque de se faire bouffer pour sauver un invalide ? Parce que c'était bien ce qu'il était. Devant une horde de zombies - ou même un seul d'ailleurs - il n'avait pas le choix, il devait affronter le danger parce que la fuite lui était interdite. Il ne pouvait pas demander à quiconque d'assumer ça avec lui. Même pas à Emi d'ailleurs. Jamais il ne se pardonnerait de causer la perte de quelqu'un d'autre sous prétexte que sa jambe l'empêchait de courir. Et c'était sans parler de ses crises, même si elles étaient moins fréquentes qu'à sa sortie du coma.

"Tu n'es pas objective, choupette, j'suis ton jumeau !" lui répondit-il en lui ébouriffant les cheveux de sa main, histoire de la faire râler un peu. "Les crises d'angoisse, c'est pas... enfin, tu sais, ça peut être flippant pour quelqu'un qui voit ça. Et y'a déjà assez à se préoccuper avec les morts-vivants pour pas en plus se coltiner un gars qui panique. Mais t'en fais pas. Regarde, je vais bien et je sais me débrouiller tout seul. Et puis, t'es là maintenant, de toute façon !"

La dernière phrase s'était faite suppliante sans même que James le fasse exprès. Il avait peur qu'Emi soit attendue ailleurs et qu'elle ne reste pas, même si c'était totalement irraisonné. Il savait pertinemment bien l'attachement qui les liait l'un à l'autre, il n'en doutait pas. C'était juste... plus fort que lui.Mais aussi parce qu'il avait toujours du mal à réaliser qu'elle était vraiment là, que tout ça n'était pas juste un magnifique rêve. Le plus beau de tous. Quant aux crises d'angoisse, il ne voulait pas en parler. Même à sa sœur. Surtout à sa sœur en fait. Il ne voulait pas qu'elle voit cette souffrance en lui alors que l'accident lui avait fait autant - et même peut-être plus - mal à elle. Alors oui, il préférait garder ça en lui non qu'il voulait avoir des secrets pour elle, mais bien parce qu'il voulait la protéger.

Malade, elle était tombée malade. Pour James, ça ne voulait dire qu'une chose et il eut bien du mal à ne pas la couper dans son récit pour lui poser la question mais il tint bon. En se mordant la joue pour ne pas céder. Surtout que la suite du récit était particulièrement intéressante. Ce gardien qui avait aidé sa sœur, James lui en était redevable aussi et il était bien décidé à tout faire pour le retrouver. Le remercier. C'était une évidence pour lui, tout comme pour Emi. Ils feraient donc ça ensemble. Il finit par la prendre de nouveau dans les bras, autant pour la rassurer sur sa présence que pour calmer l'inquiétude qu'il sentait grandir en elle à l'idée qu'il pourrait vouloir partir.

"Je ne partirais nulle part sans toi, sœurette. Mon seul projet, c'est de rester avec toi... et de t'aider à retrouver ce gars. Je lui suis autant redevable que toi. Non seulement, il t'a sauvée mais c'est un peu grâce à lui qu'on se retrouve."

Et puis, n'y tenant plus, il finit par lui demander, surexcité de pouvoir enfin parler de tout ça avec quelqu'un :

"C'est quoi ton don ? Tu sais, après la maladie ? Je sais pas toi mais j'ai cru que je perdais complètement la tête quand j'ai découvert ma capacité mais... c'est réel quoi. Comme si on était dans un bouquin des X-men. J'arrive à faire pousser des graines. Sans eau, sans terre, rien. Juste avec ma volonté. Bon, me faut être super concentré, ça prend un temps fou et ça marche pas à tous les coups mais j'suis sûr qu'en m'entraînant..."

Il avait parlé super vite, comme à chaque fois qu'il était surexcité et curieux d'en apprendre plus. De ce qu'il en avait vu et compris jusque là, il savait que les gens qui tombaient malades mutaient... soit en zombie, soit en des humains différents avec une sorte de pouvoir. C'était l'évolution, en quelque sorte. Et il commençait à se dire que les gênes devaient avoir leurs rôles à jouer ce qui expliquait qu'il avait croisé des fratries "mutantes". Par contre, la nature du don, c'était un mystère pour lui. En tout cas, ça faisait tellement du bien de pouvoir en parler - et encore plus à Emilya, évidemment.


Dernière édition par James Donovan le Sam 1 Juil - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t574-james-donovan
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 07/01/2017
» messages : 743
» points : 1016
» avatar : Jaimie Alexander
» crédits : Schizophrenic
» multicomptes : Black Syphilis / Baby Ezio

» pouvoir : Nécromancie
MessageSujet: Re: My heart is crying - Ft. James   Mar 13 Juin - 1:41

My heart is crying



J'étais un petit peu mal à l'aise en entendant, enfin surtout en comprenant, que mon frère adoré était ami, ou du moins tenait clairement à ce gars, Christopher Winchester. Je n'avais pas vraiment eu l'intention de lui parler de ce que je prévoyais pour lui, de ce que je savais sur lui - merci Sebastian Winchester, le grand frère de notre connaissance commune - parce que je préférais ne pas encombrer l'esprit de mon frère avec mes histoires sordides et mes plans tordus. Il était pur, innocent, il avait en partie oublié ce dont j'étais capable, ce dont nous étions capables et même s'il savait ce qui m'avait mené en prison, je ne savais guère s'il savait que j'étais véritablement coupable, s'il désapprouvait mes pratiques ou autre chose. Il avait l'air tellement heureux à l'idée que je connaisse son ami, que j'ai l'air de l'apprécier ... Ça me brisait presque le coeur en pensant à ce que j'allais devoir faire à Christopher. J'aurais pu abandonner mes poursuites après ce gars, j'aurais même dû, pour préserver mon frère et éviter de lui briser le coeur, mais je devais bien ça à Sebastian. Lorsque j'étais arrivée en prison, il avait été l'un des rares à ne pas me juger, à m'écouter et à me comprendre, il avait rendu ma vie plus supportable là-bas. Et il était peut-être mort maintenant ... Alors je devais au moins venger son emprisonnement. Je souris simplement à mon frère avant de lui répondre, faisant comme si de rien n'était.

" Et ben que d'aventures ... C'est quand même marrant ce genre de coïncidence, on se croirait dans un roman ou une série, y'a que dans des trucs fictifs que les choses s’enchaînent aussi bien, plaisantais-je doucement. "

Je détestais vraiment l'idée qu'il s'imagine être un poids, qu'il pense ne serait-ce qu'une seule seconde qu'on devrait le laisser derrière en cas de problèmes, parce qu'l ne méritait pas qu'on se démène pour lui, simplement parce qu'il boitait et que ça le ralentissait. Si ça ne tenait qu'à moi, j'irais jusqu'à sacrifier ma vie s'il le fallait, pour le protéger, mais je savais très bien qu'en vérité il refuserait de me laisser faire, et qu'avec notre karma pourri on finirait par y laisse notre peau tous les deux en tentant de se sauver mutuellement. Chose que je ne désirais absolument pas. J'étais peut-être pas objective ouais, mais c'était comme ça, c'était mon jumeau, je serais toujours celle qui le protégerait envers et contre tout, quoi qu'il en pense, quoi qu'il en dise. Il aurait beau me dire qu'il ne le méritait pas, je le ferais toujours. Toujours. C'est pas parce qu'il me traitait comme une gamine en m'ébouriffant les cheveux que je cesserais de m'inquiéter, même si ça me redonnait le sourire. Je le fusillais gentiment du regard avant de reprendre la parole.

" Hé, tu m'auras pas comme ça toi, je te tirerais les vers du nez par rapport à tes crises d'angoisses en temps et en heure, tu peux en être sûr, le menaçais, mi humoristique, mi sérieuse. "

Il m'avait écouté avec calme et patience, comme à son habitude, comme il l'avait toujours fait et il n'avait pas l'air de me juger ou quoi que ce soit, que ce soit parce que je me sois évadé ou que je veuille l'empêcher de partir d'ici. Ouais, je tenais vraiment à retrouver mon gardien de prison, je devais savoir ce qui lui était arrivé... Qu'il soit mort ou vivant. Bon sang, qu'est-ce que James m'avait manqué, qu'est-ce que sa bienveillance sincère m'avait manqué ... Son câlin me remontait tellement plus le moral que n'importe quelle parole que n'importe qui aurait pu me dire.

" Heureusement que t'es là toi, tu le sais hein ? Ah bon sang, comment est-ce que j'ai fait sans toi jusqu'à maintenant Jamie-chou, ris-je doucement en le serrant un peu plus fort contre moi, avant de le relâcher quand il se mit à parler de façon surexcitée, comme à chaque fois qu'il avait quelque chose de juteux sous le nez. "

Attendez stop, pause, rewiev, comment ça quel pouvoir j'avais ? J'étais juste tombée malade ... C'était juste avant la période avec les zombies, je m'étais pas faite mordre, j'avais embrassé personne, j'avais couché avec personne, alors comment ça, quel don j'avais ? C'est comme ça qu'on mutait, pas autrement ! Bon, attendez, devait y avoir un problème quelque part ... On m'avait pourtant dit que c'était comme ça que la maladie se transmettait, à moins que j'ai loupé quelque chose.

" Attends deux secondes James ... Comment ça ? Je suis censé avoir un pouvoir moi aussi ? Mais j'ai pas ... J'ai pas été mordu ni rien. James ... Y'a un moyen de savoir si j'ai des pouvoirs ? Parce que jusque là ... J'en ai manifesté aucun, enfin je crois pas. Y'a ... Y'a des conditions particulières qui font qu'un pouvoir se déclenche, demandais-je, hésitante et un peu moins confiante depuis le début de cette conversation. "

Prenant un peu de temps pour prendre en compte la nouvelle, pour comprendre tout ce qu'il voulait me dire, je fis une petite pause.

" Hey, mais attends, t'as des pouvoirs toi aussi, finis-je par caler, surprise, avant de le regarder avec un grand sourire. C'est super cool ton pouvoir, vachement utile ! Dis donc, c'est hallucinant comment d'une personne à l'autre les gens ont des pouvoirs vachement différents : un gars que j'ai croisé peut créer de la glace, un autre peut transmettre sa peur, et toi tu peux faire pousser des plantes, putain, c'est super cool ça ! Bizarrement, ça m'étonne pas que t'aies un pouvoir comme ça. Créer la vie, c'est bien ton genre. Tu fais déjà ça dans tes romans après tout, donner la vie, déclarais-je, de l'admiration dans la voix. "

Chou ♥:
 

EXORDIUM.


_________________

Don't leave me alone ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t378-don-t-fear-death-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 06/04/2017
» messages : 946
» points : 1816
» avatar : Jack Falahee
» crédits : Avengedinchains
» multicomptes : Coco, Eli & Aerin
» pouvoir : Phytokinésie
MessageSujet: Re: My heart is crying - Ft. James   Dim 2 Juil - 0:38



My heart is crying
Emilya ξ James
L'ébouriffage de cheveux avait bien eu l'effet escompté, enfin une partie en tout cas, et James ne put s'empêcher d'éclater de rire lorsque sa sœur le fusilla du regard. C'était un grand classique depuis qu'ils étaient tout petits et ça le faisait toujours autant marrer. Une chose qu'il n'avait d'ailleurs pas oublié, vraiment étrange comme la mémoire pouvait fonctionner. Peut-être même que ça le faisait encore plus rire en fait qu'à l'époque même s'il aurait aimé, au passage, que ça fasse oublier à Emi son inquiétude sur les crises d'angoisse qu'il faisait. Enfin fallait pas croire au Père Noël non plus, c'est qu'elle était têtue sa jumelle ! Quand elle avait un truc en tête, c'était impossible de lui changer les idées, il le savait bien depuis le temps mais ne démordait pas pour autant de son idée de la préserver de cette part de lui. C'était déjà bien assez qu'un d'eux en souffre, pas la peine que l'autre aussi. Têtu lui aussi ? Mais non voyons, absolument pas ! Enfin ce n'était pas le moment d'y penser de toute façon vu qu'elle n'insistait pas. Il serait toujours temps, le moment venu, de trouver comment contourner le problème. Et vu qu'il ne se sentait jamais autant en sécurité que lorsqu'elle était auprès de lui, avec un peu de chance, il ne ferait plus de crise et le chapitre se clôturerait ainsi tout seul. Ça ne coutait pas grand chose d'y croire en tout cas. En espérant, bien sûr, qu'elle n'ait pas l'idée d'aller fouiner par elle-même dans son journal intime. Elle était la seule qui pouvait se le permettre, même s'il râlerait après elle si jamais elle le faisait. Pour la forme, histoire de garder un petit jardin secret.

"Des bêtises, choupinette, des bêtises !" répondit-il en rigolant à sa question.

Pourtant, d'eux deux, c'était plutôt lui qui était complètement paumé quand il était seul. Emi, elle était forte, indépendante, sûre d'elle. Ce n'était pas pour rien qu'il l'avait pris comme modèle pour ses bouquins. Lui, il suffisait de le mettre face à des inconnus et sa maladresse s'occupait de faire le reste. Pas étonnant que les gamins de son enfance l'aient toujours plus ou moins mis de côté. Il ne pouvait même pas leur en vouloir et, de toute façon, il s'en foutait. Lui n'avait besoin de rien d'autre que sa sœur. Elle le comprenait sans qu'il ait besoin de parler, elle ne le jugeait jamais, l'aimait peu importance ce qu'il se passait. C'était tellement agréable de savoir qu'ils seraient toujours là l'un pour l'autre. Si le virus n'avait pas réussi à les séparer, il était sûr que rien ne pourrait le faire. Et en parlant de virus...

"Hey, les zombies sont pas apparus comme ça, hein ! De ce que j'en ai compris, y'a eu un problème dans un labo secret ou un truc du genre et le virus s'est propagé dans l'air. C'était pas loin de la prison alors forcément, t'as dû faire partie des premiers à tomber malade. Le virus déclenche une mutation. En zombie ou en autre chose. Je sais pas pourquoi mais ça doit être dans les gênes. Et vu que tu n'es pas un zombie, c'est que t'es une mutante... qui, au passage, peut transmettre la maladie à d'autres. Et je sais pas trop pour le déclenchement. J'avais un énorme besoin de me changer les idées quand j'ai découvert le mien. Ou peut-être que c'était de l'adrénaline. Oui, ça doit être un truc comme ça."

La fin de son discours était plutôt pour lui, il réfléchissait à voix haute. Étrangement, s'il perdait souvent beaucoup de souvenirs, celui-là était bien ancré en lui. Il avait encore fait une crise d'angoisse cette nuit-là parce qu'il n'arrivait pas à se souvenir d'une expression qu'employait souvent Emi. Il avait l'impression que sa jumelle s'effaçait doucement de sa mémoire et il avait aussitôt ressentir cette terrible oppression, ce vertige qui s'emparait de lui à chaque fois, cette sensation de ne pas être maître de ses pensées. Et l'adrénaline mais pas celle qui peut plaire quand on anticipe un évènement agréable, non pas du tout. Plutôt de celle qui le paralysait complètement. Du coup, il avait cherché comme se changer les idées et y'avait ce pot de terre dans l'appart qu'il squattait. Il l'avait pris dans les mains sans vraiment savoir ce qu'il cherchait à faire et s'était forcé à respirer calmement en regardant la terre... jusqu'à voir apparaître une petite pousse. Il avait été surpris devant le hasard de la chose. Au début du moins parce qu'après, il aurait pu mettre sa main à couper que la pousse avait pris plusieurs millimètres sous ses yeux. Et sans être botaniste, c'était trop rapide pour être normal.

"L'adrénaline, j'en suis sûr !" conclut-il sans donner plus d'explications, peu soucieux d'expliquer le contexte à sa sœur. Et de toute façon, ça n'apporterait pas grand chose de plus. "Ça va être trop bien de découvrir ton don. Tu crois que ce sera quoi ? J'suis sûr que ça va être un truc bien badass, c'est tout à fait ton genre."

Ce qu'il avait hâte de voir ça ! Et le mieux était qu'ils allaient pouvoir découvrir ça ensemble. Il pourrait même lui faire profiter de son expérience. Pour une fois qu'il avait un peu d'avance sur elle, il ne boudait clairement pas son plaisir, prêt à la taquiner sur le sujet en attendant. C'est que ça n'arrivait pas tous les jours ce genre de choses !


Choupinette:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t574-james-donovan
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: My heart is crying - Ft. James   

Revenir en haut Aller en bas
 
My heart is crying - Ft. James
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» 02. Crying shame [sujet terminé]
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Canterbury :: The University-
Sauter vers: