AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A Chance Meeting [Iris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 14/01/2017

» messages : 229

» points : 575

» avatar : James Paxton

» crédits : Ours & Tumblr

» multicomptes : basil carver

The Cool Kids

» pouvoir : Intimidation ; Phéromones dominantes.

» appartenance : Brave Enough


Who I Am
» état de santé : Rien à signaler.
» inventaire : I got that sunshine in my pocket ♪
» compagnons de route : Jolvak (chien) & Gabriel (angelot)
MessageSujet: A Chance Meeting [Iris]   Mar 11 Avr - 2:52

Home is where your people are.
We'll meet again- Mi-mai 2016

Depuis qu'il a trouvé Jolvak dans la rue, Othello n'a pas passé une seule journée sans voir son chien. Sans l'éduquer, lui parler, le caresser, le féliciter, lui apprendre de nouvelles choses. Depuis toujours, de ce fait, leur relation est complice, forte, fraternelle. Comme deux membres d'une même fratrie, toujours ensemble, toujours présents l'un pour l'autre.
Londres est une grande ville ; leurs nombreuses balades étaient généralement longues, imprévisibles. Ce n'était pas rare pour eux de se perdre dans les petites rues jusqu'à retrouver le chemin de la maison en demandant à un passant, tout comme c'était plutôt courant dans les voir dans le parc, soit en train de se reposer, soit en train de jouer, simplement de marcher. Mais leurs promenades préférées, c'était quand ils allaient se balader en forêt. En moto, le dogue dans son side-car, ils rejoignaient la forêt en vitesse, non loin du terrain de motocross où la bécane pouvait être attachée et gardée en sécurité alors qu'ils continuaient à pieds, crapahutant çà et là entre les arbres, dans les sous-bois, hors des chemins de randonnée où parfois ils croisaient des cavaliers à cheval. Et ils rentraient une fois la nuit tombée, profitant de la nuit étoilée, de la fraîcheur du soir. Il n'y avait qu'eux qui existaient dans ces moments-là, et rien ne pouvait troubler leur quiétude, pas même le simple songe de devoir retourner à la maison, ou reprendre l'école. Juste... Eux, et l'instant.

Avec l'apocalypse, Othello et Jolvak ont à la fois perdu et gardé cette habitude. Les longues promenades n'ont pas manqué durant leur périple jusqu'à Canterbury, mais depuis leur arrivée, ils sortent beaucoup moins, si ce n'est par nécessité, ou par envie de découvrir. Rarement pour se retrouver tous les deux seuls face au monde. D'autant plus que Gabriel est venu habiter avec eux ; le dogue allemand s'est gravement attaché au petit brun, tout comme son maître au demeurant, et donc aller se promener devient encore plus... Rare, disons. Sans leur nouvel ami, du moins. Pas que ça soit un mal, hein, Jolvak et Othello ont toujours su s'adapter avec brio à chaque nouvelle situation. Mais, voilà, des fois ça fait envie, des fois ça manque. Et des fois, fumer une cigarette sur la terrasse en matant les étoiles avec son chien à côté, bah ça fait du bien.

Donc ce jour-là, jour de mai bien entamé, fleuri, alors que les animaux grouillent dans les bois avec leurs petits, ils sont sortis. Simple balade, hein, même si rejoindre la forêt a été complexe au début, ils ont profité d'une journée à ne rien avoir à faire pour partir en balade. Un bâton à la main, Othello n'a de cesse de l'envoyer à son compagnon qui le ramène toujours en sautillant, n'attendant que de voir son jouet de fortune voler toujours plus haut, toujours plus loin. À chaque lancé, le blond se déboîte l'épaule pour satisfaire son ami canin, mais ça en vaut grandement la chandelle. Déjà, il se dépense, donc dormira tranquillement ce soir, ensuite parce que... Bah juste voir Jolvak sauter çà et là comme un cabri, courir autour de son maître puis retourner slalomer entre les arbres comme un débile, c'est génial en fait. Bien plus calme, moins énergique du moins, Othello se contente de claquer dans ses mains et de courir quelques foulées derrière son compagnon pour le motiver à foncer plus encore à travers les arbres.

Seulement, le grand chien s'immobilise. Subitement. Il dresse ses oreilles tombantes, tend le nez vers l'avant, renifle. Aboie. Derrière ses babines qui se soulèvent vaguement, baveuses, alors qu'elles volaient il y a quelques secondes. L'aboiement est un avertissement à l'instar d'Othello, un appel. "Regarde", ou "Il y a quelque chose." Alors l'anglais s'arrête. Écoute à son tour. Pas un bruit. Pas vraiment, si ce n'est le froissement du sol sous les pattes de son compagnon. Il s'arrête même de respirer. Un nouvel aboiement. Othello tourne la tête.

Jolvak ne bouge pas et les bruits de pas continuent. Mais quelque chose cloche, quelque chose ne va pas. Ce ne sont pas des pas humains. Il entend... Une sorte de cliqueti métallique, semble-t-il. Un zombie gothique dans les bois qui boîte ? Hm, fort peu probable.
Sauf qu'il n'a pas le temps de prendre un décision, le dogue allemand le devance, fonce le premier à travers les arbres. Comme un dingue, il s'enfonce dans la forêt ; plutôt mourir que de laisser son compagnon derrière. Un sifflement retenti, suivit de la course d'Othello après le chien. Il l'appelle, le suit comme il peut à travers les arbres, mais bientôt la masse noire disparaît derrière une montée abrupte, et ce malgré les appels de son maître. Celui-ci commence à y être habitué, disons, que son compagnon fonce tête baissée vers l'inconnu. Mais après autant d'aventures similaires, il commence à comprendre que ces courses ne se font que lorsque ledit inconnu est safe. Alors, aveuglément, Othello grimpe à son tour, s'aidant des arbres pour ne pas tomber. Il arrive sur un chemin dégagé de randonnée, vaguement usé... Et à sa droite, un peu plus loin, son chien qui tourne autour d'un équidé monté, couinant, la queue battante, visiblement intéressé par son cavalier.

Ou sa cavalière, plutôt.
Et plus Othello se rapproche pour récupérer son chien et s'excuser platement, plus le visage de la jeune fille sur l'animal lui rappelle quelque chose. Un sifflement, un appel plus sévère, et le dogue, tout excité, revient aux pieds de son maître, couinant, piétinant sur place. Quelque chose lui dit que...

... Non... ? Il déclare pour lui-même, oubliant la politesse de se présenter ou s'excuser pour son chien fou, ou même de ne pas penser à haute voix. Non, allez, sans blague. Il plisse les yeux, dévisageant la jeune femme... Puis les écarquilles en grand, n'en revenant visiblement pas. Un large sourire étire ses lèvres, illuminant son visage. Nan... Iris ? Appelle-t-il finalement, légèrement hésitant. Il arrive pas vraiment à croire que son amie puisse être là, elle aussi.
© 2981 12289 0

_________________
we met when we were young i told you where to go you had those creepers on you showed me how to roll.
@Lovely - Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t400-othello-rambert#1
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 28/12/2016

» messages : 558

» points : 777

» avatar : Stav Strashko

» crédits : Cedrick & Exordium

» multicomptes : Kaleb, Cupidon, Suraj, Kjell.



» pouvoir : Portails de téléportation.

» appartenance : Vient de rejoindre les Black Walkers.

MessageSujet: Re: A Chance Meeting [Iris]   Jeu 27 Avr - 15:15

Continuer d’avancer, Iris avait bien du mal à le faire. Elle ne savait plus vraiment à quoi s’accrocher. Chaque retrouvaille semblait vouer à mener à une nouvelle mort. Elle avait cru que cette accumulation de morts allait s’arrêter en retrouvant Raven. Mais ça n’avait fait que continuer. Elle ne pensait plus vraiment trouver qui que ce soit qui se rattache à son passé. Elle s’était résolu à suivre Allan dans son groupe. Par peur plus que par envie. Elle ne s’imaginait pas continuer seule la survie. Mais… Elle ne se sentait pas vraiment à sa place pour autant. Elle ne savait pas. Elle était plus paumée encore qu’au début de tout ça. Ses espoirs s’étaient élimés. Cheyenne était mort. Elle avait arrêté d’y croire. Ils étaient tous morts. Ses parents. Son petit-ami. Ses rares amis. C’était plus simple de se croire seule. Plus de faux espoirs. Plus d’espérances désuètes. Cela lui permettait de se concentrer sur les besoins du groupe. Elle s’occupait de faire des ravitaillements. Surtout pour tout ce qui était aliments naturels et frais, elle connaissait bien les fermes et les environs. Un atout de taille. Et puis, ça lui permettait de sortir aussi. Il n’y avait guère plus que cela qui lui fasse du bien. Elle commençait à se faire à l’idée de tuer des zombies. Ça lui était même arrivé quelques fois. Même pas mal de fois finalement. Mais elle essayait toujours de l’éviter. Peut-être pas excès de morale. A quoi ça servait de la morale maintenant hein ?

Elle était sur le trajet de retour. Elle avait trouvé quelques fruits, des framboises aussi, un peu de plantes médicinales. C’était plutôt une bonne récolte. Disons, que ça apporterait un peu de vitamines aux personnes du groupe. C’était bien. C’était une bonne chose. Et elle aussi préférait ça. Là, elle avait envie de manger alors que les ¾ du temps, ce n’était pas le cas. Ses vieux démons remontaient sans doute à la surface. Au moins, ça faisait plus de nourriture pour les autres. C’était pas si grave si elle se laissait dépérir elle. C’était son point de vue du moins. La seule chose qui la dérangeait, c’était de confier sa jument Stella à quelqu’un d’autre. Elle ne voyait personne capable de prendre soin d’elle. Elle se demandait même si Allan ne penserait pas à bouffer sa jument si elle n’était pas là. Enfin… Elle se trompait peut-être. Et puis elle pouvait pas non plus lui en vouloir de songer à ça… Mais… Elle voulait pas laisser son cheval… Elle avançait au pas, un peu pensive. Les aboiements la firent retomber sur terre. Elle songea d’abord à talonner Stella pour fuir. Mais… ça risquait d’énerver plus encore l’animal. Alors, elle stoppa sa monture. Et ne tarda pas à voir le molosse. Elle resta méfiante, jusqu’à le reconnaître.

Jov ?” murmura-t-elle incrédule.

Stella piaffait mais elle n’avait pas peur. Pour sûr, c’était bien le dogue de son ami. Alors… Tello était là ? Iris ne tarda pas à voir un jeune homme blond, oui. De là à dire que c’était Othello, il ne fallait pas exagérer. À cette distance elle peinait à l’identifier, mais… Quand il approcha. Elle resta muette. Les larmes aux yeux. Elle ne répondit même pas à sa question. Elle sauta de sa selle, manquant de se vautrer. Elle lui courrut dans les bras. Lui sautant dessus, s’accrochant à lui comme un bébé koala. Heureusement qu’elle n’était pas bien lourde, parce que là, Tello se retrouvait bien envahi. Elle le serrait fort dans ses bras. Elle ne comptait pas le lâcher. Elle pleurait et riait à demi, la tête dans son cou.

T’es vivant…” murmura-t-elle dans un couinement. “T’es vivant…

Elle recula un peu son visage, relâchant son étreinte vraiment envahissante, ses pieds se reposant sur la terre ferme. Ses mains allèrent entourer le visage de son ami, comme pour vérifier qu’il était bien en un seul morceau. Il était là. Elle déposa un bisou sur son front. Elle était tellement heureuse. Elle ne savait même plus quoi dire. Rien ne pouvait transcrire sa joie.

Qu’est-ce… Qu’est-ce que tu fais là ? Tu.. Tu vas bien ? Tu vis où ? Tu… T’es seul ?” murmura-t-elle finalement en retrouvant sa voix, comme dans un sursaut.

_________________
Even when I'm WEAK,
I'm sure it's gon' be ALRIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t354-iris-i-was-a-quee
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 14/01/2017

» messages : 229

» points : 575

» avatar : James Paxton

» crédits : Ours & Tumblr

» multicomptes : basil carver

The Cool Kids

» pouvoir : Intimidation ; Phéromones dominantes.

» appartenance : Brave Enough


Who I Am
» état de santé : Rien à signaler.
» inventaire : I got that sunshine in my pocket ♪
» compagnons de route : Jolvak (chien) & Gabriel (angelot)
MessageSujet: Re: A Chance Meeting [Iris]   Jeu 4 Mai - 2:06

Home is where your people are.
We'll meet again- Mi-mai 2016

Quelques pas en avant suffisent à interdire les deux survivants. Encore quelques pas pour la réalisation, pour laisser les sentiments s'encrer en eux, faire battre leur cœur à fond et faire bouillir la cervelle à l'intérieur de leur crâne. Quelques pas, de course cette fois, pour qu'il la serre enfin dans ses bras, titube à peine vers l'arrière quand elle lui saute dessus, quand elle l'agrippe comme si sa vie en dépendant. Et lui, lui la serre contre lui, enfouissant son visage dans les longs cheveux blonds qu'il connaît si bien et qui, enfin là, lui ont tant manqués, il réalise. Pas un seul jour il n'a passé sans ruminer l'idée qu'il ne pourrait plus revoir ses amis, ces êtres si précieux à ses yeux qui l'ont de nombreuses fois aidé, soutenu, quand tout allait bien et quand rien ne pouvait être pire. Iris. Son Iris, sa précieuse amie. Entendre sa voix fait monter les larmes dans ses yeux ; il n'y croit pas. Vraiment, il n'y croit pas. Pourtant elle a manqué de le faire se vautrer, chance que c'est un poids plume qui, d'ailleurs, a du perdre quelques paquets de grammes depuis leur dernière rencontre, vu comme elle est légère. Ou alors c'est lui qui a pris du muscle. Ouais, on va dire ça, c'est mieux.

Et pourvu qu'elle ne le lâche pas, qu'elle reste fort serrée contre lui. Othello se retient, vraiment, de fondre en larme tant il est heureux de la retrouver. Ils restent là un petit moment, d'ailleurs, sans doute le temps de s'en remettre et de réaliser, avant de pouvoir enfin se voir la face. À peine leurs yeux humides se croisent que le sourire de l'anglais s'étire jusqu'à atteindre peut-être Venus ou Jupiter. Il est tellement heureux de la retrouver, c'est incroyable. Les mains sur son visage ramènent son sourire sur Terre avant qu'il n'aille se perdre dans l'espace, et le contact plus ciblé lui permet de réaliser que c'est vrai, qu'elle est là. Un coup d'oeil à l'arrière : sa jument approche doucement, semblant peu dérangée par Jolvak qui trottine autour, la langue pendante.

Quand les questions fusent, le jeune anglais pose ses mains sur celle de son amie, entrelaçant leurs doigts, pour doucement les descendre. Il est encore sonné par la joie, trop pour répondre à tout ça en même temps.

Tout va bien, tout va bien. Sa voix est douce et rassurante au possible. ... J'en reviens pas que tu sois là, toi aussi. Retenez ce sourire avant qu'il ne s'en aille cueillir les étoiles, s'il vous plaît. Comme j'suis heureux de te revoir, saine et sauve, t'imagine même pas ! Il assure, dans un éclat de rire, les larmes aux yeux. Il doit se pincer les lèvres pour s'empêcher de nouveau de pleurer. Jamais il n'aurait imaginé la revoir, et il a beau se le répéter, c'est complètement fou pour lui. Je vis un peu plus au Sud Est. Et... Il lui glisse un regard malicieux. Tu te souviens de mon crush, à l'école ? Eh bah j'vis avec. Son sourire est victorieux, pourtant il n'a pas tant lieu de l'être. C'est Gabriel qui a demandé s'ils pouvaient rester ensemble, et depuis rien ne s'est passé de plus. Bah, c'est pas que le petit brun ne lui plaît plus, biieeennn au contraire, mais... Ils ont autre chose à penser, tout les deux. Certains signes ne trompent pas, mais bref. Iris n'est pas là pour l'entendre jacasser au sujet de son colocataire. Mais toi ? Qu'est-ce que tu fais là, toute seule ? Quand la jument renâcle, Othello grimace un peu, comme si elle était vexée qu'il l'ait oubliée. Toute seule avec Stella le meilleur cheval du monde, j'ai compris. Il laisse échapper un éclat de rire, les yeux rivés sur le visage angélique de son amie.

Amie qui, au demeurant, se fait allègrement renifler les bottes et la cuisse par le gros dogue qui lui bave dessus sans cérémonie. C'est comme ça qu'on dit bonjour, chez lui, hein, on a l'habitude...
© 2981 12289 0

_________________
we met when we were young i told you where to go you had those creepers on you showed me how to roll.
@Lovely - Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t400-othello-rambert#1
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 28/12/2016

» messages : 558

» points : 777

» avatar : Stav Strashko

» crédits : Cedrick & Exordium

» multicomptes : Kaleb, Cupidon, Suraj, Kjell.



» pouvoir : Portails de téléportation.

» appartenance : Vient de rejoindre les Black Walkers.

MessageSujet: Re: A Chance Meeting [Iris]   Lun 8 Mai - 3:26

La voix de Tello… Sa voix. Oh mon dieu. C’était si bon d’entendre sa voix ! Bon sang, bon sang ! Elle se sentait submergé par tellement de joie. Par tellement de souvenirs. Elle était si heureuse de le trouver. C’était une telle chance de le retrouver. C’était magnifique. C’était comme une oasis au milieu du désert. Ses larmes continuaient de couler, mais son sourire. Depuis combien de jours n’avait-elle pas souri ainsi ? Trop. Elle se sentait submergée par la bonne nouvelle.

Oh si j’imagine… C’est pareil pour moi…” souffla-t-elle d’une voix à peine audible.

Elle serra les mains de son ami entre les siennes. Elle se sentait si bien là. Oh mon dieu. Elle espérait ne pas être en train de rêver. Pitié qu’elle ne se réveille pas si c’était un rêve ! Pourtant, tout semblait si réel. C’était tellement parfait, cela ne pouvait pas être vrai si ? Pourtant, ces mains-là, entre ses doigts, ils étaient si tangibles, si réels. Mon dieu. Il vivait à deux pas d’elle ? Comment avait-elle pu rater cette information ? Comment avait-elle fait pour oublier de le chercher ? Bon sang… Elle se sentait si dramatiquement nul en contre coup. Après la vague de bonheur, c’était un peu la descente en parachute sans parachute. Heureusement qu’Othello continua de parler, et sa déclaration la fit sourire, et hausser un sourcil un peu surpris. Et bien, l’apocalypse réussissait à certains visiblement. C’était bien pour Tello… Même si cela lui rappelait qu’elle… Et bien, elle, elle n’avait toujours pas de nouvelles de Cheyenne. Qu’elle avait déjà perdu des amis depuis le début de tout ça.

Oui… Je me souviens… Gabriel, non ? Tu m’en as suffisamment parlé…” murmura-t-elle avec un sourire doux. “C’est bien pour toi… Et sans doute pour lui aussi… C’est important de ne pas être seul…

Elle se demandait s’ils étaient seuls. Si deux garçons de leur âge pouvaient vraiment survivre seuls… Mais ces questions-là viendraient un peu après. Iris sourit doucement en voyant Stella réagir presque comme si elle avait compris leur conversation.

On est pas seules… On a rejoint un groupe de survivants…” dit-elle en se calmant un peu.

Elle récupéra une de ses mains, essuyant ses joues. Bon dieu, Othello… Et Jolvak ! Elle s’accroupit pour serrer le gros dogue dans ses bras, tant pis si il lui mettait de la bave de partout. Elle était trop heureuse de les revoir. Jolv la fit tomber le cul par terre, mais elle n’en avait rien à faire. Elle serra le Jolv dans ses bras.

Ils sont plutôt sympas… Ils m’ont accueillie quand… Quand je me suis retrouvée seule y’a quelques temps…” expliqua-t-elle doucement. “Tu sais, toi, tu as retrouvé ton crush de lycée… J’ai été sauvé par le mec que j’avais aspergé de lacrymo à Londres… Tu sais… Allan… Il a été adorable avec moi.

Elle sourit à Othello, mais ce sourire s’affadit légèrement, se faisant un peu soucieux.

Tu as… Tu as croisé Cheyenne ? Je… Je n’ai plus eu de nouvelles depuis le début de tout ça… J’ai essayé de le chercher… Mais…

Sa voix s’éteignit comme l’aveu de la défaite…

_________________
Even when I'm WEAK,
I'm sure it's gon' be ALRIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t354-iris-i-was-a-quee
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 14/01/2017

» messages : 229

» points : 575

» avatar : James Paxton

» crédits : Ours & Tumblr

» multicomptes : basil carver

The Cool Kids

» pouvoir : Intimidation ; Phéromones dominantes.

» appartenance : Brave Enough


Who I Am
» état de santé : Rien à signaler.
» inventaire : I got that sunshine in my pocket ♪
» compagnons de route : Jolvak (chien) & Gabriel (angelot)
MessageSujet: Re: A Chance Meeting [Iris]   Mer 17 Mai - 21:59

Home is where your people are.
We'll meet again- Mi-mai 2016

Des retrouvailles comme on en voit dans les films, purement et simplement. Peut-être est-ce parce qu'ils en voient dans les films qu'ils sont justement conditionnés à recréer ce schéma ? La question est intéressante, mais pour l'instant le cœur d'Othello est encore trop serré d'avoir son amie près de lui, vivante et sauve, le visage larmoyant, pour se préoccuper de leur éducation télévisée. Leurs mains sont chaudes d'émotions alors que le blond les porte à ses lèvres pour embrasser celles d'Iris ; il espère, comme ça, lui faire comprendre qu'il est là, avec elle, et que c'est bon de se retrouver. En même temps, il espère, comme ça, faire comprendre à lui-même qu'elle est là, avec lui, et que ce n'est pas une hallucination. Ca ne peut pas en être une ; Iris a été l'une des rares personnes à qui il a pensé avant de partir de Londres. Mais aussi l'une des rares qu'il n'a pas cherché. À cette pensée, son sourire se tait un peu plus, et d'un coup il s'en veut. Il s'en veut presque cruellement. Une chance qu'elle lui sourit doucement, les yeux encore rouges de leurs retrouvailles. Il essuie une larme, d'ailleurs, sur sa joue, reprenant son air foncièrement heureux et... Aux anges, simplement.

Un groupe de survivant ? C'est chouette !

Le jeune adulte rit doucement à l'entente de cette nouvelle, heureux de voir qu'Iris n'est pas toute seule en fin de compte, jusqu'à ce que Vak lui vole la vedette à grands coups de reniflage, et qu'il renverse la pauvre Iris sous son poids de gros chien lourd. Ce dernier remue la queue et souffle fort du nez, se léchant les babines alors qu'il piaffe tout contre la demoiselle qui le serre dans ses bras menus. Il est aussi heureux que tout le monde de la voir, et le fait bien comprendre par le regard en l'air qu'il jette à son maître. Celui-ci s'accroupi à son tour, frotte le dos de sa bête qui reste bien collé à leur amie. Stella aussi vient chercher de l'attention, apparemment, et Othello se redresse un peu pour lui caresser le nez, frotter son chanfrein de haut en bas. L'entente du sauvetage de la cavalière fait sourire le blond avant qu'il ne siffle pour ordonner à son chien de se dégager d'elle et l'aider à se relever d'une main tendue.

Eh bah, tu lui as manqué... Un léger rire, le chien garde le nez en direction de la pauvre Iris couverte de bave. Le mec que t'as aspergé de lacrymo... Il se souvient vaguement de l'histoire mais n'ose pas s'avancer d'avantage.  Si c'est un mec bien, alors c'est cool. Et si t'es en sécurité aussi. Le nom aussi lui dit vaguement quelque chose, mais il lui faudrait voir la trogne du blanc-bec avant de pouvoir dire quoi que ce soit à son sujet. De quelques coups de main dans le dos, il enlèves les saletés du haut de son amie... Jusqu'à ce que Cheyenne vienne sur le tapis. Il habitait Canterbury, et à vrai dire Othello n'a même pas songé à le chercher ; il espérait pouvoir le croiser, mais c'est tout. Alors qu'Iris lui demande des nouvelles comme ça... Ca lui fend le coeur. Encore plus quand la voix de son amie s'affaiblit, comme si elle-même commençait à perdre espoir. Othello est pris d'une nouvelle vague de culpabilité alors qu'il lève un sourire triste et désolé.

Pas de news, malheureusement. Sa voix est tout aussi désolée et il frotte gentiment l'épaule de son amie. Mais il habitait ici, non ? Il connait le coin comme sa poche. On va forcément entendre parler de lui. Ils ont une bonne relation, Cheyenne et lui, et c'est souvent qu'Othello l'a considéré comme quelqu'un d'intelligent et débrouillard. Ce serait invraisemblable qu'il ne s'en soit pas sorti. Le sourire du blond affiche un air victorieux et déterminé alors qu'il relève doucement le menton de son amie. Et maintenant qu'on s'est retrouvés, on pourra partir à sa recherche tous les deux ! T'en penses quoi ? Au-delà de vouloir changer les idées à sa camarade, Othello songe surtout à la rassurer et lui promettre que, quand ils se quitteront pour retourner respectivement chez eux, ils se reverront forcément. Tu traînes souvent en ville ? Parce qu'on est pas loin du Lundis, avec Gabriel. On pourrait se fixer des rendez-vous et tout, eh ! Et on t'invitera à manger, et si tu veux on f'ra des grosses bouffes avec tes potes si ils sont chaud ! T'en penses quoi ?

Vivre comme avant, c'est peut-être malsain pour certain ; mais l'anglais a besoin de s'amuser et de penser à autre chose que sa survie tout le temps. C'est aussi pour ça qu'il apprécie énormément d'avoir Gabriel près de lui : ils parlent d'autre chose que cette foutue vie qui les attends au dehors de la maison.
© 2981 12289 0

_________________
we met when we were young i told you where to go you had those creepers on you showed me how to roll.
@Lovely - Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t400-othello-rambert#1
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 28/12/2016

» messages : 558

» points : 777

» avatar : Stav Strashko

» crédits : Cedrick & Exordium

» multicomptes : Kaleb, Cupidon, Suraj, Kjell.



» pouvoir : Portails de téléportation.

» appartenance : Vient de rejoindre les Black Walkers.

MessageSujet: Re: A Chance Meeting [Iris]   Sam 27 Mai - 13:43

Si Allan était un mec bien ? Oh oui. Il n’en avait pas l’allure ni le comportement de prime abord, mais pour elle, il collait maintenant parfaitement à l’image du chevalier. En un poil plus vulgaire et violent. Mais c’était un type bien. Elle en avait eu la preuve plus d’une fois depuis qu’ils s’étaient recroisés dans cette pharmacie. Et elle s’était vraiment attaché à lui. Elle aimait passer du temps avec lui. Plaisanter avec lui. Se retrouver aussi à lui faire la morale quand il allait trop loin. Un ami, oui, c’était devenu un ami. Un très bon ami.

Avec lui, oui… Il a même la super force de superman alors…

Elle rigola. C’était pas faux. Elle s’était trouvé un ami aux pouvoirs de superman… C’était quand même pas mal la classe. Mais… Allan ne remplaçait pas Cheyenne. Et cela, Iris ne pouvait pas le cacher ni oublier son petit-ami. Elle avait perdu espoir au fil des jours. Parce qu’elle avait été voir chez sa mère sans succès. Elle était passé partout où il aurait pu aller. Mais rien. Elle avait même fini par écrire sur les murs quand elle passait dans un endroit qu’ils avaient l’habitude de fréquenter. “Je suis encore en vie. Iris.” Ce message là, elle l’avait laissé dans un tas d’endroits… Sans succès.

Oui… J’espère… Je… J’ai essayé de lui laisser des messages… Mais… Je sais pas comment le chercher mieux…” Elle sourit en entendant sa proposition. C’était gentil. “Oui, je veux bien… On risquera moins à deux…

En ville, elle y allait de moins en moins. Elle n’avait pas les talents de guerrière pour y aller sans mal. Et puis, elle craignait plutôt les militaires en ville. Elle avait déjà eu des soucis avec des survivants, elle ne voulait pas avoir à nouveau à se battre contre des vivants, déjà qu’elle n’était pas très aguerrie face aux morts… Non, vraiment, elle n’aimait pas trop la ville…

Oh… Près du Lundis ? Oh… Euh oui… Enfin pour les grosses bouffes, je suis pas très sûre que ça les branche.. Mais moi j’veux te revoir, ça, c’est sûr…” Elle sourit. “Mais... Enfin, j’évite d’aller trop en ville… Y’a les militaires… Et puis… Enfin j’ai déjà eu des… Des soucis avec des survivants et… Je me défends pas assez bien… Je veux pas… Je veux pas me retrouver encore… Enfin… Je préfère éviter les problèmes…

Elle ne tenait pas à s’étaler sur le sujet. Ni sur ce qu’elle avait pu vivre depuis le début de tout ça. Juste… Elle se méfiait à présent. Othello ne l’avait jamais connue assurée, mais là, elle était clairement plus craintive qu’avant. Plus méfiante aussi.

Si on se retrouve et qu’on fait le trajet ensemble… ça me dérange pas… Mais aller en ville toute seule.. J’y arrive plus vraiment…

Elle se mordilla la lèvre.

Mais j’aimerai bien rencontrer Gabriel… J’en ai tellement entendu parler… Ce serait bien que je puisse le rencontrer ! Et puis… C’est pas tous les jours qu’on retrouve un ami…

Elle sourit doucement en disant cela. C’était même plutôt miraculeux.

_________________
Even when I'm WEAK,
I'm sure it's gon' be ALRIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t354-iris-i-was-a-quee
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 14/01/2017

» messages : 229

» points : 575

» avatar : James Paxton

» crédits : Ours & Tumblr

» multicomptes : basil carver

The Cool Kids

» pouvoir : Intimidation ; Phéromones dominantes.

» appartenance : Brave Enough


Who I Am
» état de santé : Rien à signaler.
» inventaire : I got that sunshine in my pocket ♪
» compagnons de route : Jolvak (chien) & Gabriel (angelot)
MessageSujet: Re: A Chance Meeting [Iris]   Mer 21 Juin - 2:10

Home is where your people are.
We'll meet again- Mi-mai 2016

Sa pauvre Iris. Elle a l'air si fragile, là, les yeux rouges et humides d'émotion, l'air inquiète ; une inquiétude qui, pourtant, se tait peu à peu. Elle est devenue terne, lassée dans les prunelles bleues de son amie. Et Othello le voit : une espèce d'abandon, une tentative vaine de se croire encore capable de passer des heures et des heures à chercher. L'anglais lui adresse de rassurants sourire, tente de lui faire comprendre qu'elle n'est pas toute seule. Elle n'est plus toute seule. Elle est entourée, et maintenant qu'il l'a retrouvée, il ne compte pas la perdre une seconde fois. Son Iris. La plus belle des fleurs, en son sens. Il se souvient encore de leur rencontre où il l'a maladroitement appelé "mec" et où la correction ne s'est pas faite attendre. Une bienveillance à toute épreuve, une douceur infinie. Elle est magnifique, son Iris, même les yeux humides et même avec son aspect chétif. Elle a l'air forte ; une force interne qui lui permet encore de tenir debout. Aussi, Othello lui caresse tendrement l'épaule en la voyant hésiter comme ça. La pauvre, elle n'a vraiment pas eu de bol. L'anglais lève un sourire victorieux, déclarant d'une voix faussement héroïque :

Ne vous en faites pas mad'moiselle, avec ma chance légendaire il ne vous arrivera rien ! C'est vrai que c'est devenu un vrai gag, sa chance. Il ne lui arrive que des choses bien depuis le début de la propagation du virus - si l'on oublie ses amis certainement décédés, les voyageurs du bus qu'il a abandonné et les quelques mini-traumatismes auxquels il a survécu. Globalement, niveau chance ça passe. Il est encore en vie, en bonne santé, Jolvak de même et en plus il a retrouvé un gars à qui il a toujours voulu adresser la parole. Merveilleux. On établira un point de rendez-vous. Si tu veux. Tu as de quoi regarder l'heure ? La questionne-t-il. Lui se fie à l'horloge de la cuisine chez lui qui tourne encore merveilleusement bien. Se fichant des minutes exactes, il a changé les piles récemment, et tout semble aller comme il faut. On pourrait se retrouver une à deux fois par semaine. Tu vis où, exactement ? Je viendrais te chercher avec Jolvak et Gabriel pour sortir, si tu veux. Si tes amis sont pas chaud pour une bouffe... On peut toujours organiser un raid pour aller chercher de quoi se nourrir, survivre !

Il voit à quel point ces histoires d'apocalypse pèsent sur la conscience de la pauvre Iris ; aussi, il se fait le plus rassurant possible, et chaleureux aussi, pour la mettre en confiance. Elle ne craint rien, avec lui. Il fera tout pour qu'elle ne craigne rien. Au moins, avec toutes les nouvelles qu'elle lui a rapporté, Othello se rend compte qu'elle est aussi chanceuse dans son malheur. Il ne connaît pas ces mecs, mais suppose que si Iris est toujours vivante grâce à eux, c'est que ce sont des gens bien. Et confier sa chère amie à des gens bien, c'est le principal.
© 2981 12289 0

_________________
we met when we were young i told you where to go you had those creepers on you showed me how to roll.
@Lovely - Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t400-othello-rambert#1
 
A Chance Meeting [Iris]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» Passion of Iris / Random Booster
» Meeting with the infinity
» Iris Fowl [Manque Avatar]
» En cours d'écriture Boule Scintillante | Chaton => Iris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Country Side-
Sauter vers: