AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 nobody makes me heal the way you make me heal [Suraj & Ian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 05/11/2016

» messages : 1155

» points : 2136

» avatar : francisco lachowski

» crédits : cranberry & tumblr

» multicomptes : Layne, cheyenne, allan & Ox



» pouvoir : cryokinesie, particulièrement hors de contrôle lorsqu'il est seul

» appartenance : il faisait partie du squad, il est au château desormais


Who I Am
» état de santé : toujours aussi beau donc va bien
» inventaire : à manger et à boire
» compagnons de route : Kjell (FB), le squad
MessageSujet: nobody makes me heal the way you make me heal [Suraj & Ian]   Sam 1 Avr - 13:16



nobody makes me heal the way you make me heal

"So way you do the things you do. So way i fall right into you"
Suraj & Ian
Cela faisait deux semaines et quelques jours que Ian était arrivé à Whitstable, il attendait toujours que Suraj arrive, se demandant pourquoi ça lui prenait autant de temps. Difficile d’envisager qu’il était mort… il n’était pas pessimiste et voulait vraiment croire que le musulman était vivant et qu’il y avait une raison à sa disparition… Depuis l’incident il avait décidé d’apprendre à se défendre par lui-même, il s’entraînait régulièrement au lancer de couteau, c’était une discipline qui lui allait bien : un moyen de se défendre à distance et qu’il pouvait combiner avec son don. Enfin pour le moment il devait juste apprendre à lancer des couteaux normaux… il n’arrivait pas encore à créer des couteaux viables en glace. Mais bon, chaque chose en son temps, Ian était persévérant, il finirait bien par arriver à ses fins. Et puis, s'entraîner au lancer lui permettait de se décharger de sa colère. Le mannequin détestait ce sentiment, c’était quelque chose de moche et bordélique et qui rendait physiquement répugnant… Il était bien trop beau pour être en colère ! Pourtant, depuis ce qui s’était passé à la cathédrale, il était furax. Suraj n’était pas là et c’était la faute de ces connards de militaires. Il n’était pas du genre à souhaiter la mort d’autres personnes, mais là, il les voulait bien morts ces fameux militaires de merde. Il regrettait presque que Kjell l’ait laissé avec eux… mais sans ça, il n’aurait pas rencontré son grand brun ténébreux. Ceci dit, ça lui aurait évité bien des souffrances s’il n’avait pas rencontré Suraj.

Il eut finalement vent de l’arrivée d’une nouvelle personne à Whitstable. À chaque fois, il avait l’espoir que ce soit Suraj, mais à chaque fois il était déçu. Il prit donc son temps avant d’aller voir de qui il s’agissait. Il se fichait bien que ce soit un civil de son ancien camp… Il avait appris la mort de Cian… Mais honnêtement, ça l’avait soulagé. Enfin, pas de savoir que ce gosse était mort… mais de savoir que ce n’était pas Suraj qui était mort. Il n’était pas fier de penser ça, mais c’était ce qu’il ressentait, vraiment. Une fois qu’il eut fini de s'entraîner au lancer de couteau, il retourna à l’intérieur du camp et appris que le nouvel arrivant venait du squad. Il alla vite à sa rencontre et reconnu Suraj… il avait l’air tellement mal en point. Maigre, beaucoup trop barbu, vieilli et avait même des cheveux blancs… Ian se mordilla la lèvre inférieure avant de venir vers lui, le pas rapide. « Suraj… » Sa voix était un peu cassée par l’émotion. Il l’observa encore un instant de l’enlacer. Le mannequin avait presque peur qu’il s’agisse d’un mirage et qu’il se retrouver à enlacer une hallucination, mais il était bien et là. « Pourquoi tu as mis autant de temps ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Il avait presque envie de l’engueuler et de lui dire qu’il avait été mort d’inquiétude, mais il garderait ça pour plus tard. Pour le moment, il voulait juste savoir s’il pouvait faire quelque chose pour aider l’homme.

CODES BY MAY ET AVATARS BY ILYRIA & SHIYA

_________________

#princesseian:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t235-ian-i-love-my-lif
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 23/10/2016

» messages : 379

» points : 481

» avatar : Rahul Kohli

» crédits : Ilyria & Exordium

» multicomptes : Cupidon, Kjell, Iris & Kaleb



» pouvoir : Régénération cellulaire.

» appartenance : Ancien leader du Squad. Vient de rejoindre Whistable.

MessageSujet: Re: nobody makes me heal the way you make me heal [Suraj & Ian]   Jeu 27 Avr - 18:21

Dans les textes sacrés, quand un homme se retrouve à traverser le désert, il en sort souvent plus grand. Moussa découvre sa foi, devient prophète, sert un dessein plus grand, sauve son peuple de l’oppression. Mais Suraj, lui, il n’avait plus rien du prophète ou du messie. Sauf peut-être la barbe trop longue, mal entretenue qui lui donnait un air d’illuminé mystique. Son regard ne brillait d’aucune lumière. Il n’était pas mort, cela ne voulait pas dire pour autant qu’il était encore vivant. Les jours qu’il avait passé en exil n’avaient rien enlevé de la culpabilité. Sa rage n’avait fait que pousser ses derniers proches vers la mort. Celle d’Eden avait marqué la fin de tout. De sa volonté. De sa fierté. De tout. Il avait tout raté. Ce qu’il avait raté avec son fils, il l’avait plus raté encore avec Eden. Il ne l’avait pas sauvé. Il l’avait tué en le repoussant. Il avait été le pire homme sur terre. Il n’avait rien du héros. Il n’était qu’un monstre. Il avait attendu, il s’était laissé dépérir. Seulement, son don rendait tout compliqué. Même mourir tenait du parcours du combattant. Peut-être que ce n’était pas son heure. Il avait fini par abdiquer sur ses pulsions de mort. S’il ne mourrait pas, peut-être qu’il pouvait se racheter. Son fils était tout prêt. A défaut de l’avoir élevé comme un père, il pouvait maintenant essayer de le protéger. Même si cela n’allait pas être simple. Et puis… Il y avait Ian. Sans doute que c’était pour eux deux que Suraj s’était un peu repris en main. Entendez par là qu’il s’était alimenté à nouveau et que sa mutation avait repris son travail de régénération.

Arrivé au château, le pakistanais n’avait pas échappé à l’interrogatoire. Il avait peut-être même eu des questions bonus vu son statut. Probablement parce que son visage émacié et son air usé n’inspirait pas confiance. Il finit par sortir de l’entretien. Il n’eut pas vraiment de faire grand chose de plus. Ian était là. Il aurait aimé voir son fils. Mais… Il ne repoussa pas Ian. A dire vrai, il avait besoin de ça. Il laissa glisser ses propres mains dans le dos de l’ancien mannequin, le serrant doucement contre lui. Il aurait voulu mettre plus de force dans cette étreinte, mais son corps était si faible.

Désolé…” murmura-t-il dans un souffle. “Je me suis perdu en chemin…

C’était une façon de voir les choses. Suraj n’avait pas la force de tout expliquer. Ni l’exil. Ni la mort d’Eden. Ni les balles dans son corps. Tout cela, il ne pouvait pas l’exprimer. Il avait pour habitude de se taire. Il n’arrivait pas à changer. Il voulait juste se dire que les choses allaient s’arranger.

“Tu vas bien ?... Tout va bien ici ?... Et… Et Oscar ?

Il n’avait pas pu s’empêcher de prendre des nouvelles de son fils. En espérant que Ian ne s’en formalise pas.

_________________

Everyone I know
Goes away
in the end
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t172-suraj-healer-by-v
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 05/11/2016

» messages : 1155

» points : 2136

» avatar : francisco lachowski

» crédits : cranberry & tumblr

» multicomptes : Layne, cheyenne, allan & Ox



» pouvoir : cryokinesie, particulièrement hors de contrôle lorsqu'il est seul

» appartenance : il faisait partie du squad, il est au château desormais


Who I Am
» état de santé : toujours aussi beau donc va bien
» inventaire : à manger et à boire
» compagnons de route : Kjell (FB), le squad
MessageSujet: Re: nobody makes me heal the way you make me heal [Suraj & Ian]   Lun 1 Mai - 20:05



nobody makes me heal the way you make me heal

"So way you do the things you do. So way i fall right into you"
Suraj & Ian
Il s’était perdu en chemin ? Genre. Ian n’allait pas croire ça. Vu son état, c’était bien plus qu’une simple perte. Mais ce n’était pas le moment de rebondir là-dessus. L’essentiel c’était qu’il ait retrouvé le chemin… Suraj avait besoin de reprendre des forces, pas de se faire engueuler par un emmerdeur qui s’était inquiété pour lui… Il se doutait bien que le grand brun ne voulait pas qu’il s’inquiète d’ailleurs, sinon il ne se serait pas contenté de lui répondre qu’il s’était perdu en chemin. Sauf que forcément, maintenant que le mannequin s’était entiché de l’homme, il était obligé de s’inquiéter pour lui. Il ne voulait pas qu’il lui arrive quelque chose. Il voulait le garder pour lui, égoïstement… Bon okay, il voulait bien partager un peu avec son fils, mais seulement lui. Enfin, ils n’étaient pas en couple, Ian n’avait aucun droit de crise de jalousie sur Suraj. Quoi qu’il en soit, l’homme demanda de ses nouvelles et celles de son fils. Normal. Ian ne pourrait pas rivaliser avec Oscar sur le plan sentimental. Même si ça n’avait pas l’air d’être hyper fusionnel entre eux deux. Il pouvait le comprendre… Il y avait un mur entre son père et lui… un mur, puis un cratère, puis un océan. Ça faisait pas mal de séparation. Même si la distance n’était pas physique, elle était importante. Donc il n’était pas en mesure de juger les relations père-fils des autres. Celle de Suraj et Oscar pouvait presque semblait idéal en comparaison de sa vie de famille.

« Je vais bien et Oscar va bien. Enfin aux dernières nouvelles. » En soi, il ne passait pas son temps avec Oscar, ce dernier avait visiblement une occupation un peu plus blonde que lui. Enfin, ça ne le regardait pas qui était avec qui au camp. Bon en vrai si, les potins, il adorait ça. Il ne pouvait pas s’empêcher d’écouter les conversations des gens en espérant choper des informations croustillantes. « Tu veux t’assoir ? Y a un banc là-bas. T’as vraiment pas l’air d’être au meilleur de ta forme tu sais… » Il sourit en se détachant du grand brun. Il attrapa sa main pour le traîner jusqu’au banc en question. Suraj devait se ménager pour récupérer. Et Ian l’aiderait de son mieux… Même s’il n’était pas très doué pour s’occuper des autres. Déjà qu’il avait du mal à s’occuper de lui-même. Enfin passons. « J’ai cru que tu ne reviendrais jamais… Je serais venue t’arracher à son paradis et tes soixante-douze vierges pour t’engueuler d’avoir trahi ta promesse et brisé mon cœur. » Il rit doucement. Briser son cœur. Alors qu’il ne s’était même pas déclaré]. Bien sûr, il laissait des indices dans ses paroles, mais le grand brun était tellement terre à terre que ce n’était pas dit qu’il ait tilté les sentiments de Ian à son égard. Bon sang que les hommes pouvaient être bêtes parfois. Ceci dit, dans les conditions actuelles, on ne pensait pas trop aux sentiments à ce genre de niaiseries… le temps était plus à la survie et au massacre de zombie.

CODES BY MAY ET AVATARS BY ILYRIA & SHIYA
[/quote]

_________________

#princesseian:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t235-ian-i-love-my-lif
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 23/10/2016

» messages : 379

» points : 481

» avatar : Rahul Kohli

» crédits : Ilyria & Exordium

» multicomptes : Cupidon, Kjell, Iris & Kaleb



» pouvoir : Régénération cellulaire.

» appartenance : Ancien leader du Squad. Vient de rejoindre Whistable.

MessageSujet: Re: nobody makes me heal the way you make me heal [Suraj & Ian]   Lun 1 Mai - 23:23


Suraj se sentit un peu rassuré en entendant que Ian et son fils allaient bien. Tout n’était pas encore foutu alors. Tous ses proches n’étaient pas morts. Quelque part c’était la seule chose que Suraj avait besoin d’entendre. Il s’en serait voulu de mourir sans avoir réussi à les protéger. Il avait grossièrement réussi ça. Au moins une chose de réussi dans la débâcle. Le grand brun se laissa entraîné vers le banc. Pas au meilleur de sa forme, c’était un doux euphémisme.

Ma mutation fonctionne pas si bien que je le pensais… Plusieurs blessures par balle, ça me laisse en sale état…” lâcha-t-il avec un petit rire.

Il s’assit à côté de Ian. Il se sentait comme un vieillard à côté de lui. Et quand il voyait l’état de ses mains, il réalisait comme son don avait pu le rajeunir, et là, il semblait peiner à cacher la vérité. Son âge. Son usure. La vie l’avait usé. Plus encore ces dernières semaines que les dix ans qui avait précédés. Il était épuisé. Incapable de reprendre le combat une fois de plus. Il riva son regard fatigué sur Ian. Et Il resta un moment muet. Peut-être parce qu’il réalisait l’importance qu’il avait pris dans la vie de Ian. Une importance qu’il avait jusque là minimisé. Il n’avait jamais voulu prendre au sérieux les blagues et allusions du mannequin envers lui. Pourquoi un jeune homme si brillant aurait pu apprécier à ce point un vieux raté comme lui ? Mais là, Suraj avait comme senti la réalité sous l’humour de sa déclaration. Il avait peut-être enfin compris pourquoi Ian avait eu tant de mal à le laisser. Il comprenait enfin. Ou du moins, il commençait à peut-être entrevoir un début de vérité. Il resta un moment silencieux, puis esquisça un sourire.

Les vierges du Paradis ne m’ont jamais fait rêver, Ian…” murmura-t-il amusé. “Par contre… Je m’en serai voulu de briser ton coeur.

Suraj alla chercher la main de Ian, la serrant doucement dans la sienne. Il ne savait pas bien ce que Ian attendait de lui. Mais il ne voulait plus abandonner ceux qui avaient besoin d’eux. Ian faisaient parti des deux dernières personnes qui restaient.

Mais… Je n’ai jamais été très doué pour aimer comme il le fallait…” reprit-il doucement. “Oscar pourra te le confirmer… N’attends pas trop de moi… Je n’ai pas envie de te décevoir…

Et c’était peut-être la première fois qu’il avait autant peur. Avec Oscar, c’était trop tard, il n’avait que des remords. Mais avec Ian, tout pouvait être différent. Tout serait différent. Il voulait son bonheur. Parce qu’un être comme Ian ne méritait pas ce qui arrivait.

_________________

Everyone I know
Goes away
in the end
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t172-suraj-healer-by-v
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 05/11/2016

» messages : 1155

» points : 2136

» avatar : francisco lachowski

» crédits : cranberry & tumblr

» multicomptes : Layne, cheyenne, allan & Ox



» pouvoir : cryokinesie, particulièrement hors de contrôle lorsqu'il est seul

» appartenance : il faisait partie du squad, il est au château desormais


Who I Am
» état de santé : toujours aussi beau donc va bien
» inventaire : à manger et à boire
» compagnons de route : Kjell (FB), le squad
MessageSujet: Re: nobody makes me heal the way you make me heal [Suraj & Ian]   Mar 2 Mai - 20:09



nobody makes me heal the way you make me heal

"So way you do the things you do. So way i fall right into you"
Suraj & Ian
Les connards de militaires avaient tiré sur Suraj… Ian se mordilla la lèvre inférieure. Putain, s’il n’avait pas eu son pouvoir, il serait mort. Et cette idée, ça mettait l’ex-mannequin hors de lui. Il avait vraiment envie de faire du mal à ces connards. Mais bon, Ian n’était pas un combattant et il se ferait tuer facilement par ces monstres de militaires. Il sourit quand l’autre affirma que les vierges ne l’avaient jamais attiré. Lui non plus ça ne l’aurait pas attiré, parce qu’elles auraient été incapables de l’exciter, aussi charmantes soient-elles. Et puis, dans sa non-religion, on ne promettait pas des choses aussi absurdes. Il resta cependant bouche bée lorsque Suraj repris, plus sentimentalement. Il serra la main de Suraj et se demandait s’il était sérieux. Bon, évidemment. Ce n’était pas son genre de plaisanter de la sorte. Évidemment qu’il en attendait trop du ténébreux. C’était trop tard, Ian était déjà à la merci de Suraj. Depuis un moment. Même s’il refusait de réellement l’admettre. Le mannequin volage était tombé amoureux du musulman coincé… Il y avait de quoi écrire une histoire drôle à ce sujet. Il resta muet un instant, cherchant dans les yeux sombres de l’homme, la réponse exacte à donner. Mais ce n’était pas si simple. Il se demandait aussi si tout ça n’était pas un rêve et s’il n’allait pas ouvrir les yeux, les boyaux à l’air pendant que des zombies se payaient une bavette sur son futur cadavre… il était peut-être en train de rêver tout ça pour fuir la réalité.

Non, il secoua légèrement la tête. « Attends… tu veux dire que tout bien considéré… tu m’aimes bien ? Enfin, un peu mieux que bien… mais… ta religion ? » Les musulmans n’étaient pas hypers sympas avec les pédés. Bien souvent, l’ex-mannequin s’était surpris à se dire qu’il était content d’être né dans sa famille à Londres et pas dans une famille religieuse dans un pays où l’homosexualité était vue comme un crime. Il pouvait embrasser un mec en boîte ou dans un lieu public sans avoir peur qu’on ne l’attrape pour le balancer du haut d’un immeuble ou qu’on l’enferme dans un camp de « guérison d’homosexualité ». Il y avait parfois des regards désobligeants, mais endurer ça, c’était tellement plus facile que ce que pouvaient vivre les gays d’autres pays. Même si son père désapprouve un peu, il n’avait jamais menacé de le faire soigner ou de le déserter pour ça. « Tu sais, l’amour c’est comme la haine, ça s’apprend. » Conclu-t-il au fait que Suraj ne savait pas aimer convenablement. Il voulait bien lui donner des cours… Quoi que. Il n’était pas sûr d’être doué pour aimer lui-même, mais il apprendrait en même temps que Suraj. Ian savait s’aimer, mais aimer les autres, c’était plus difficile. Seulement, pour la première, il avait l’impression que c’était à sa portée. Dire qu’il avait fallu attendre la fin du monde du pour ça. Mieux vaut tard que jamais.

CODES BY MAY ET AVATARS BY ILYRIA & SHIYA

_________________

#princesseian:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t235-ian-i-love-my-lif
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 23/10/2016

» messages : 379

» points : 481

» avatar : Rahul Kohli

» crédits : Ilyria & Exordium

» multicomptes : Cupidon, Kjell, Iris & Kaleb



» pouvoir : Régénération cellulaire.

» appartenance : Ancien leader du Squad. Vient de rejoindre Whistable.

MessageSujet: Re: nobody makes me heal the way you make me heal [Suraj & Ian]   Mer 3 Mai - 10:17

Le grand brun était mal assuré. Plus habitué aux disputes qu’aux déclarations d’amour. Il n’avait jamais trop su faire ça. Et en même temps, il n’avait aimé qu’une femme avant tout ça. La mère de son fils. Et leur amour s’était étiolé au fil du temps, au fil de ses erreurs. Pourtant ils s’étaient aimé. Mais… Quelque chose avait fini par mourir entre eux. Son manque d’expressivité qui avait pu le rendre mystérieux à leur rencontre était devenu pesant. La suite était assez évidente. Divorce et compagnie. Amertume. Suraj n’avait jamais cherché à remplacer son ex-femme. Parce qu’il était certain de rater à nouveau. Alors… Là, il ne savait pas bien ce qui lui prennait. Et il n’était pas le seul à ne visiblement pas comprendre ce qui se passait. Les questions de Ian étaient légitimes. Lui-même se les posaient, il n’avait pas vraiment de réponse à donner. Du moins, il n’avait pas réfléchi à une réponse.

Il semblerait oui, que je t’aime un peu plus que bien…” confirma-t-il doucement, sans être vraiment sûr de ce qu’il disait. “C’est… C’est pour toi que je suis venu. Oscar aussi mais… J’ai aussi pensé à toi…

Il caressa du pouce la main qu’il gardait entre ses doigts. Un contact rassurant. Un contact qu’il n’aurait jamais osé avant tout ce merdier. Parce qu’avant tout ça, rien n’avait bousculé ses convictions, ses croyances, mais maintenant ? Maintenant, ses croyances ressemblaient à des épouvantails déplumés. Il ne craignait plus vraiment le courou divin vu ce qu’ils vivaient sur terre. L’enfer était déjà là.

Ma religion n’a plus vraiment de sens… S’il doit me juger, je pense qu’aimer ne sera pas le pire de mes péchés. J’en prends le risque. Pour que cet enfer soit moins insupportable.” ajouta-t-il sans quitter le regard du plus jeune.

Un léger sourire naquit sur les lèvres de Suraj. Lui apprendre à aimer ? Ce garçon était adorable. Mais c’était un grand risque qu’il prenait à se croire capable d’un tel miracle.

J’espère que tu m’apprendras alors…” souffla-t-il doucement.

Suraj hésita, son regard scrutant les alentours. Personne ne semblait faire attention à eux. Alors, il se pencha vers Ian, posant ses lèvres sur son front. Ce qui… était déjà beaucoup pour lui. Il ne se voyait pas démontrer son affection d’une autre façon. De part son passé. De part son caractère. Ian ne semblait pas comprendre quelle vie de frustration s’ouvrait à lui s’il s’engageait dans une relation avec le pakistanais. Car même sans sa religion, même sans sa culture, Suraj n’avait jamais été un homme passionné et démonstratif. Ian l’avait déjà poussé en cet instant dans ses élans démonstratifs.

_________________

Everyone I know
Goes away
in the end
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t172-suraj-healer-by-v
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 05/11/2016

» messages : 1155

» points : 2136

» avatar : francisco lachowski

» crédits : cranberry & tumblr

» multicomptes : Layne, cheyenne, allan & Ox



» pouvoir : cryokinesie, particulièrement hors de contrôle lorsqu'il est seul

» appartenance : il faisait partie du squad, il est au château desormais


Who I Am
» état de santé : toujours aussi beau donc va bien
» inventaire : à manger et à boire
» compagnons de route : Kjell (FB), le squad
MessageSujet: Re: nobody makes me heal the way you make me heal [Suraj & Ian]   Mer 3 Mai - 14:06



nobody makes me heal the way you make me heal

"So way you do the things you do. So way i fall right into you"
Suraj & Ian
Han. Suraj confirmait. Il confirmait qu’il avait des sentiments pour Ian. Le mannequin l’aurait bien emmené direct dans un hôtel. Mais malheureusement, les cinq étoiles, ce n’était plus vraiment des cinq étoiles désormais. Le service était déplaisant et les employés n’en branlaient pas une, de vrais zombies ! Il avait pensé à lui donc… à Oscar et à lui. Ian se doutait bien qu’il ne remplacerait jamais Oscar et de toute façon, il ne voulait pas le remplacer, la place de fils ne l’intéressait pas. Il voulait celle de l’amant. Il sera la main du musulman lorsque celui-ci évoqua sa foi. La religion n’avait jamais eu aucun sens pour Ian, trop de haine en découlait. Il n’arrivait pas trouver du bon dans ces principes. Mais il n’avait jamais condamné. Et, Suraj était la preuve que tous les croyants n’étaient pas des monstres qui voulaient la mort des pédés ou des autres croyants ou de tous ceux qui pouvaient être différents. « Au pire, tant pire pour les vierges, si elles ne t’intéressent pas, ce n'est pas grave. » Il avait dit ça avec humour pour détendre l’atmosphère. Pour lui, une fois qu’on mourrait, il n’y avait rien, pas de vierges, pas de paradis, pas d’enfer. Personne ne pouvait le contraire, personne ne pouvait confirmer l’existence de ces mondes, alors il préférait être heureux de son vivant que d’attendre la mort pour potentiellement l’être. Évidemment qu’il allait lui apprendre. Ce n’était pas si compliqué. Il allait rétorquer mais Suraj avait l’air de vouloir dire ou faire quelque chose de plus.

Un baiser. Même si ce n’était pas sur ses lèvres, Ian était sous le charme. Il se doutait bien de l’effort que devait faire Suraj pour ce genre de geste d’affection. L’ex-mannequin se sentait réellement privilégié. Il afficha un sourire malicieux avant de lui voler un furtif baiser, lèvres contre lèvres. « Sache que j’accepte tes avances. Et pour le mariage, va falloir trouver comment faire pour les noms… Jan Khan, ça sonne pas très je trouve… Ian Khan-Mills… Mills-Khan… » Il quitta son air sérieux pour pouffer de rire. Bien sûr qu’il ne pensait pas au mariage. De toute façon, dans les conditions actuelles c’était complètement stupide de se marier. Déjà qu’il n’avait jamais été branché mariage avant… Sauf peut-être pour provoquer son père. Et encore. Et maintenant ? Comment ça allait se passer avec Suraj ? De son côté, il était déjà complètement accro au ténébreux. Est-ce qu’ils étaient un couple ? Un couple en devenir ? Ou juste… proche. Ian n’en savait trop rien, il s’était toujours contenté d’avoir des amants d’un soir, des plans culs réguliers, il n’avait jamais été en couple avec personne d’autre que lui-même. Bon, pour parler de couple, il fallait déjà qu’ils couchent ensemble. Non ? Sauf que ça, ce n’était pas demain la veille vu le temps ça avait pris pour un simple baiser sur le front… Heureusement, Ian était patient. « Tu vas rester au château hein ? T’as rien de prévu ? » Qu’il demanda finalement, un peu soucieux.

CODES BY MAY ET AVATARS BY ILYRIA & SHIYA
[/quote]

_________________

#princesseian:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t235-ian-i-love-my-lif
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 23/10/2016

» messages : 379

» points : 481

» avatar : Rahul Kohli

» crédits : Ilyria & Exordium

» multicomptes : Cupidon, Kjell, Iris & Kaleb



» pouvoir : Régénération cellulaire.

» appartenance : Ancien leader du Squad. Vient de rejoindre Whistable.

MessageSujet: Re: nobody makes me heal the way you make me heal [Suraj & Ian]   Mer 3 Mai - 16:34

Tant pis pour les vierges, c’était probablement la conclusion de 45 ans de croyance. Enfin, un peu moins, 35 ans de croyance. Avant ses dix ans, il n’avait jamais trop compris. Les convictions étaient venues vers cet âge là. Aidé par sa famille, un lourd héritage familial, des années de transmission d’une culture ancestrale. Son père l’aurait vu en cet instant, il l’aurait probablement renié. Déjà que son divorce avait été vécu par sa famille comme une honte. Qu’auraient-ils dit en le voyant tenir la main d’un homme. D’un homme qui aurait presque pu être son fils. Cet aspect là, Suraj avait du mal à l’oublier d’ailleurs. Mais sentir la main du jeune homme autour de la sienne lui faisait partiellement oublier ses craintes, ses appréhensions. Que quelqu’un apprécie un vieux coincé dans son genre, c’était déjà inespéré non ?

En revanche, il fut bien surpris par le baiser volé par le plus jeune. Il fallait s’y attendre mais… Suraj ne put s’empêcher de se sentir un peu gêné. Comme un adolescent. Son regard allant vérifier que personne n’avait vu cela. Et s’il n’avait pas eu la peau si mate, on aurait pu le voir rougir comme un collégien. Et l’entendre parler de mariage n’arrangeait rien. Le Khan courrait dans le piège de son air sérieux, un peu trop perturbé par le baiser pour voir l’humour qui le suivait. Il fronça les sourcils. Se demandant si tout n’allait pas trop vite. Et rit un peu gêné.

Hm… Le mariage, ça ne me réussit pas vraiment… J’ai déjà été marié, ça ne s’est pas vraiment bien fini… Ian Mills, c’est bien aussi… Pas besoin de t’encombrer de mon nom…” préféra-t-il préciser par acquis de conscience.

Le grand brun passa une main un peu nerveuse dans ses cheveux. Définitivement, il n’était pas à l’aise avec l’idée de se lancer dans une relation. Il se retrouvait comme un adolescent inexpérimenté. A bien y réfléchir, son ex-femme avait fait tout le travail à leur rencontre, il n’était pas le genre à faire le premier pas. Elle avait choisi de venir le voir, elle avait choisi de porter son enfant, elle avait choisi de le quitter. A juste titre sans doute. Mais... Cela témoignait du peu d’initiative dont faisait preuve Suraj. Et du peu de besoin qu’il avait. Parce qu’il n’avait pas eu de relation depuis son divorce, marié à son travail. Il riva à nouveau son regard vers l’ex-mannequin. Ressentant son appréhension au travers de ses questions.

J’avais prévu de passer quelques jours au Pakistan… Mais je crois que c’est compromis.” se permit-il avec un léger sourire. “Tu me ferais visiter ma nouvelle résidence ? Tu sais où je pourrai être utile ?

Oui, il avait beau à peine tenir sur ses jambes, il se demandait déjà ce qu’il pouvait faire pour la communauté.

_________________

Everyone I know
Goes away
in the end
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t172-suraj-healer-by-v
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 05/11/2016

» messages : 1155

» points : 2136

» avatar : francisco lachowski

» crédits : cranberry & tumblr

» multicomptes : Layne, cheyenne, allan & Ox



» pouvoir : cryokinesie, particulièrement hors de contrôle lorsqu'il est seul

» appartenance : il faisait partie du squad, il est au château desormais


Who I Am
» état de santé : toujours aussi beau donc va bien
» inventaire : à manger et à boire
» compagnons de route : Kjell (FB), le squad
MessageSujet: Re: nobody makes me heal the way you make me heal [Suraj & Ian]   Mer 3 Mai - 17:04



nobody makes me heal the way you make me heal

"So way you do the things you do. So way i fall right into you"
Suraj & Ian
Évidemment, le baiser de Ian, bien que bref, avait mis Suraj mal à l’aise. C’était assez marrant en fait. Il avait bien remarqué que le ténébreux regardait aux alentours pour s’assurer que personne n’avait rien vu. Et alors ? Tout le monde s’en fichait. Et puis la réponse de Suraj fit rire Ian. Bon sang ce qu’il pouvait être sérieux. Il faudrait que Ian lui apprenne le second degré aussi. « Hé, je plaisantais. » Qu’il lança amusé en réponse aux paroles de l’ex militaire… médecin militaire. Ian n’était pas connu pour être un grand rêveur souvent parti loin dans la lune, mais il était loin d’être aussi terre à terre que Suraj. Bizarre pour un homme de foi, il fallait pourtant beaucoup d’imagination pour croire qu’un dieu avait créé le monde en sept jours. Enfin c’était ce que l’ex-mannequin en pensait. Quoi qu’il en soit, Ian sourit doucement aux projets irréalisables de Suraj. Avec un bon radeau et une grande dose de motivation, pourquoi pas. Mais bon, la situation ne devait pas être mieux au Pakistan… peut-être qu’en Sibérie, c’était mieux qu’ici… C’était tellement reculé de tout que le peu de gens qui y vivaient n’avaient peut-être jamais vu un seul zombie. Ce serait drôle. Enfin bref, Suraj voulait faire le tour du propriétaire. Il était sérieux là ? Et puis quoi encore ? Courir un marathon ? Dans son état, Ian n’allait pas le laisser se mettre au travail tout de suite de toute façon. Il devait récupérer des forces.

« Mais bien sûr. Tu ne veux pas un couteau pour aller t’occuper des zombies qui rôdent dehors pendant qu’on y est ? » Lâcha Ian à la fois ironique et strict. Il ne se savait pas maman poule… il n’avait jamais eu besoin de l’être avant ça. Mis à part vis-à-vis de lui-même parce qu’il s’aimait d’amour. Hum. Il haussa les épaules. « Tu ne seras utile à personne dans cet état. Reposes-toi, le camp sera toujours là dans deux ou trois jours. Avec tes compétences en médecine, l’infirmerie sera le meilleur endroit pour toi. Je pense qu’il faudrait former plus de médecins… enfin, je sais que ça peut-être stupide de perdre du temps à « donner des cours », mais le savoir, si on ne le transmet pas, il se perd… ça pourrait être une idée pour la suite, non ? » Demanda-t-il à la fois en espérant que son idée n’était pas mauvaise et aussi pour détourner l’attention de Suraj. Ils étaient bien là, assit sur ce banc, pas la peine d’aller se balader alors que le musulman était à bout de forces. Et puis, il avait raison sur le faire que l’autre était inutile dans cet état. S’il fallait attacher Suraj au lit, Ian se portait volontaire pour le surveiller. Et plus si affinités. Mais il avait le temps de voir venir pour ça.

CODES BY MAY ET AVATARS BY ILYRIA & SHIYA

_________________

#princesseian:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t235-ian-i-love-my-lif
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 23/10/2016

» messages : 379

» points : 481

» avatar : Rahul Kohli

» crédits : Ilyria & Exordium

» multicomptes : Cupidon, Kjell, Iris & Kaleb



» pouvoir : Régénération cellulaire.

» appartenance : Ancien leader du Squad. Vient de rejoindre Whistable.

MessageSujet: Re: nobody makes me heal the way you make me heal [Suraj & Ian]   Mer 3 Mai - 22:07

Idiot, c’était comme ça qu’il se sentait. C’était fichtrement dommage de se sentir aussi bête de prendre un peu trop au premier degré des déclaration ironique. Mais quand il s’agissait d’amour, Suraj avait tendance à passer à côté des subtilités, son cerveau trop embourbé par les émotions qu’il éprouvait ou à mimer celles qu’il devrait éprouver.

Désolé…” bafouilla-t-il en rigolant gêné.

La suite… Suraj ne s’attendait pas à être si vivement réprimander. Il avait l’espace d’une seconde eu la sensation de redevenir un gamin à qui on interdit une tâche pénible. À 45 ans, ça avait quelque chose de surprenant. Il baissa un peu la tête. Il n’aimait pas justement cette sensation d’inutilité qui le poursuivait depuis qu’il avait été chassé. Enfin laissé pour mort plus que chassé. Il eut un petit soupir. Si même Ian ne l’aidait pas à se remettre en selle. Etait-il donc vraiment devenu un vieillard ? Il ne s’était vu que dans des fenêtres, mais son reflet avait grise mine. De toutes façons, il ne se reconnaissait plus depuis qu’il avait muté. Il n’était plus physiquement celui qu’il avait été. Et ne le serait probablement plus jamais.

C’est une bonne idée… Mais il faut des années pour former un médecin… Tu crois vraiment que nous allons avoir ce temps-là ?” demanda-t-il d’une voix pensive.

Il passa une main dans sa barbe. Ce tic qu’il avait dès qu’il réfléchissait. Il était probablement encore plus défaitiste que lorsque qu’il était à la tête du Squad. Il se ressaisit néanmoins, se forçant à sourire à Ian.

C’est une bonne idée, pardon d’être si défaitiste.” se reprit-il.

Le brun se redressa un peu. Il ne supportait pas d’être assis là, alors qu’il voyait les autres bouger dans le camp. Il se sentait comme un poids. C’était assez intolérable. Il préférait encore rentrer et ne pas voir l’effervescence. Il serra encore une fois la main de Ian, avant de se dégager, ne tenant plus trop en place.

Est-ce qu’il y a un endroit où je pourrais dormir un peu ? Que je ne sois pas inutile trop longtemps… Tu penses que je peux avoir à manger pour accélérer le processus ?” demanda-t-il pressé de bouger.

Il se leva, un peu trop vite. Il tituba, mais reprit son équilibre avant que Ian ne l’aide. Il restait fier dans sa faiblesse. Il ne voulait pas attirer la pitié. Surtout pas celle de Ian. Il serait bientôt sur pied. Et il prouverait à Oscar qu’il pouvait le protéger. Qu’il pouvait être là pour lui. Comme pour Ian.

_________________

Everyone I know
Goes away
in the end
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t172-suraj-healer-by-v
 
nobody makes me heal the way you make me heal [Suraj & Ian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» you make me shine ▲ shane
» Loni - Malfrat Heal 55

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Whitstable :: Whitstable Castle & Gardens-
Sauter vers: