AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 26/02/2017

» messages : 1645

» points : 2987

» avatar : cole sprouse

» crédits : valtersen & tumblr

» multicomptes : Ian la princesse, Cheyenne le gerontophile, Layne le bébi paumé & Ox le sale gamin.



» pouvoir : force surhumaine

» appartenance : black walkers


Who I Am
» état de santé : R.A.S pour le moment
» inventaire : un poing américain, des conserves, une bouteille d'eau de pluie
» compagnons de route : le vent, le vent nous parle...
MessageSujet: Re: my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]   Jeu 22 Juin - 2:17

Londres était infernale. Il n’avait pas du mal à le concevoir. Mais du coup, ça lui faisait peur. Est-ce que Carl était mort ? Est-ce qu’il n’avait jamais pu aller plus loin que Londres ? Honnêtement, il y avait des chances… Carl était un battant, Allan le savait, mais fasse à une horde trop importante, personne ne pouvait s’en sortir… Sauf avec de la chance. Malheureusement, le facteur chance était un facteur totalement imprévisible. Il était un peu désolé pour Elias. M’enfin, être désolé ne ramènerait pas les gens. Du coup, il préférait ne pas répondre. C’était pour ça aussi qu’il préférait traîner seul. Il appréciait Alexander et Matthew mais n’avait pas envie de savoir leurs peines. Il était nul pour réconforter les autres. Allan était du genre brut de décoffrage et disait ce qu’il pensait sans vraiment faire preuve de tact. Il n’avait jamais eu l’occasion d’apprendre ça, le tact. Le brun serait du genre à faire plus de mal que de bien avec ses paroles crues. Et pourtant, il était loin d’être méchant. Il préférait donc ne rien dire que dire de la merde.

Il laissa l’autre filer à la recherche de bouffe. Lui ce n’était pas tellement la faim qui le tiraillait mais la fatigue. Il luttait pour ne pas s’endormir parce qu’une part de lui ne faisait pas forcément confiance à Elias. Ce n’était pas contre lui, c’était juste que l’ex-dealer ne faisait pas facilement confiance, tout simplement. Allan était comme ça même avant l’apocalypse. La seule personne en qui il pouvait faire une confiance aveugle, c’était Carl. Pour les autres, il préférait toujours garder une marge de non-confiance. Même avec Alexander et Matthew, il gardait cette fameuse marge. Évidemment, elle était moins importante qu’avec d’autres personnes. Mais elle existait. Il ne confierait pas sa vie aveuglément à l’un ou l’autre contrairement à Carl. Sans s’en rendre compte, Allan était en train de partir, attiré par les bras de Morphée. La fatigue était bien trop forte et il ne pouvait plus lutter. Assit à même le sol contre un mur, son esprit s’était évanoui doucement, il ne pensait plus à rien, ses yeux s’étaient fermé et il s’était endormi.

Spoiler:
 

_________________

#ilikeitrough:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t487-allan-have-you-ev
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]   Dim 2 Juil - 16:44

My mind's like a deadly disease


Sa boîte de céréales en main, Elias remonta les escaliers jusqu'à la chambre où il avait laissé Allan et fût surpris de le voir endormi contre le mur. Mais finalement, ce n'était pas si surprenant que ça vu toute la rage qu'il avait mise dans le combat. Si lui était épuisé d'avoir utilisé son don, ce n'était forcément rien comparé au jeune homme qui, à lui seul, avait anéanti presque tous leurs ennemis. Pas surprenant qu'il soit éreinté. L'italien referma donc la porte sans un bruit et poussa une commode qui se trouvait dans la pièce, histoire de leur assurer une relative sécurité. Au moins, ils pourraient avoir une nuit reposante, du moins autant que faire se pouvait dans ces conditions. De toute façon, la maison était dans un coin suffisamment calme pour que les risques soient minimes, c'était sûrement ça leur meilleure assurance. Et vu qu'il n'était pas question de rejoindre le camp, il faudrait bien s'en contenter. Il prit ensuite un oreiller qu'il posa à côté du jeune homme et, doucement, l'allongea dessus avant de lui poser une couverture dessus. Ce n'était pas d'un grand confort mais c'était le maximum qu'il pouvait faire sans risquer de réveiller Allan. Il serait toujours temps de lui laisser une place sur le lit s'il venait à rouvrir les yeux, plus tard dans la soirée ou la nuit.

En attendant, Elias avait lui aussi besoin de recharger les batteries. Il s'installa sur le matelas et ouvrit la boîte de céréales, grignotant en laissant ses pensées suivre leur cours. A chaque bouchée, il se sentait un peu mieux. Pas au point de faire un marathon mais au moins n'était-il plus au bord de l'évanouissement. Il finit lui aussi pas sombrer et s'endormit en quelques minutes alors que le soleil était couché depuis un bon moment déjà. Combien de temps dormit-il ? Difficile à dire mais en tout cas, lorsqu'il rouvrit les yeux, la clarté extérieure prouvait que la nuit était terminée. Il s'étira et constata alors que son colocataire d'un soir était lui aussi réveillé.

"Bien reposé ? Y'a des céréales pour le p'tit déj' si ça vous tente. J'ai pas trouvé de lait par contre."

Il lui tendit alors son butin de la veille et se leva pour repousser la commode de la porte d'entrée. S'il avait faim, ce n'était rien par rapport à la soif qui le tenaillait. Il fila donc dans la salle de bain histoire de s'abreuver un peu avant de revenir dans la chambre. Si Allan était prêt, il pouvait le déposer là où bon lui semblerait. Ou peut-être que le jeune homme serait un peu plus bavard à présent qu'ils n'étaient plus en danger ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
 
my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Patrick Elias...
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Whitstable-
Sauter vers: