AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 26/02/2017

» messages : 1645

» points : 2987

» avatar : cole sprouse

» crédits : valtersen & tumblr

» multicomptes : Ian la princesse, Cheyenne le gerontophile, Layne le bébi paumé & Ox le sale gamin.



» pouvoir : force surhumaine

» appartenance : black walkers


Who I Am
» état de santé : R.A.S pour le moment
» inventaire : un poing américain, des conserves, une bouteille d'eau de pluie
» compagnons de route : le vent, le vent nous parle...
MessageSujet: Re: my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]   Mar 11 Avr - 15:49

Il acquiesça en ce qui concernait l’antivol. Sérieusement, si les zombies arrivaient à entrer avec ce que protégeait les portes et le poids de celles-ci, c’étaient des super-zombies. Il prit les gants, si l’autre l’en voulait pas, tant mieux. Ça en faisait plus pour lui et pour les membres de son groupe. Avec ce genre de gant, arracher la mâchoire d’un mort-vivant à mains nues n’était pas un problème, même pour quelqu’un qui n’avait pas autant de force que lui. Ouais, une sortie ce serait pas du luxe. Allan n’avait pas envie de crever ici, coincé comme un con. Quitte à choisir, il préférait crever dehors, avec comme dernier souvenir le ciel bleu d’été… ou le ciel grisâtre et pluvieux de l’Angleterre. Enfin bon, une fois mort, ça n’avait pas vraiment d’importance. Au moins il ne reviendrait pas en zombie. C’était l’avantage d’avoir muté. Du moins c’était ce qu’il pensait. Bonne question d’ailleurs : est-ce qu’il pouvait devenir zombie alors qu’il avait survécu à une morsure ? Hum, il avait complètement oublié de donner son nom au mec… D’ailleurs c’était comment lui déjà ? Elian ? Nan, Elias ! Rho, il était pas doué pour se souvenir des prénoms des gens. « Allan… » qu’il répondit sans plus d’informations. De toute façon, il n’allait pas lui donner son âge et son numéro de portable. De toute façon, les portables étaient hors services depuis que la terre s’était arrêtée de tourner… enfin façon de parler. Google map lui manquait, les jeux débiles aussi, mais bon, il avait appris à vivre sans.

Bon, l’autre ne voulait pas de whisky ou bien ? Tant pis, ça en fera plus pour lui. Il rangea la flasque dans son sac avant de se diriger vers le fameux bureau. Vu son état il lui fallait quelque chose qui lui demandait un peu moins de forces. Il attrapa un pied-de-biche qui se trouvait par terre, avec ça, il n’aurait pas besoin de faire preuve de beaucoup de force pour exploser la tête des zombies. « Je passe devant, je peux m’occuper de ces deux-là. Mais ce serait bien que tu gardes ton flingue à porter de main, au cas où… » Il attendit l’approbation de l’autre pour entrer et défoncer les deux cadavres ambulant sans faire preuve d’autant de violence qu’en temps normal. Il ne pouvait pas se le permettre mais ce n’était pas l’envie qui manquait. Il observa les lieux, bon, il n’y avait pas d'autres morts-vivants, mais il y avait bien une porte, elle était close. Pour le moment, il préférait fouiller le bureau… hum, des papiers, du fric, rien de très cool jusque-là. Oh ! Il y avait un briquet, des allumettes et même des cigares. Il préférait les clopes, mais il n’allait pas chier sur un cubain. « Regarde ça. » Dit-il en lui montrant sa trouvaille. « T’en veux ? Il en reste quatre, deux chacun. Tu préfères les allumettes ou le briquet ? » Ouais, il avait plein de défauts Allan, mais l’égoïsme n’en faisait pas partie. Et puis, l’autre l’avait aidé alors il se voyait mal jouer au con… la loyauté et la reconnaissance, c’était la base dans le milieu d’où il venait… même s’il détestait qu’on l’aide, il n’était pas ingrat pour autant.

_________________

#ilikeitrough:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t487-allan-have-you-ev
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]   Lun 17 Avr - 22:58

My mind's like a deadly disease


Garder son flingue à portée de main, c'était bien le plan d'Elias. Pas pour rien qu'il l'avait glissé à sa ceinture, côté gauche, pour être en mesure de dégainer rapidement. Mais il restait convaincu que ne pas faire de bruit était la meilleure de leur chance et faute d'avoir un silencieux, il ne se servirait de son arme qu'en cas d'absolu nécessité. De toute façon, le bureau était assez étroit et avec... Allan donc puisque c'est ainsi qu'il se nommait... qui comptait aller au contact, l'italien ne voulait pas risquer qu'il prenne une balle perdue. Et, au corps-à-corps, il n'avait pas à rougir, même s'il n'avait pas la puissance de frappe du jeune homme. Ses années de boxe lui étaient bien utiles ! Enfin il fit un signe de tête à son compagnon d'infortune et le suivit au cas où il aurait besoin. Ce qui s'avéra inutile. Il n'avait pas forcément la technique mais clairement son don palliait aux quelques manques. Il esquivait bien aussi mais pas comme quelqu'un qui avait appris à se battre, plutôt comme une personne qui avait eu l'habitude de prendre des coups. En tout cas, c'est ce qu'Elias percevait mais peut-être se trompait-il et, en tout cas, ce n'était ni le lieu ni le moment d'aborder le sujet. Il n'était même pas sûr de le faire plus tard. Après tout, ça ne le regardait pas. Il pouvait aider le jeune homme, lui faire comprendre qu'il n'était pas forcément seul sans pour autant essayer de le faire parler. C'était certainement mieux d'ailleurs vu qu'il n'avait pas les compétences pour ça. Juste sa propre expérience et son vécu, ça ne serait pas suffisant.

Bon, au moins, les deux bouffeurs de cervelle étaient morts et ils ne faisaient pas partie de la horde à l'extérieur, c'était une bonne nouvelle. Elias s'approcha de la porte et tendit l'oreille... pas de bruit de l'autre côté, ils pouvaient respirer un peu et ce serait leur issue de secours. Du coup, il pouvait même se permettre de se détendre un peu et il sourit à la trouvaille du plus jeune. Ouai, fumer un cigare au milieu de l'apocalypse, piégé dans une usine au milieu de morts-vivants, ça lui plaisait comme idée.

"Un cigare, ça se refuse pas. Et je préfère autant les allumettes, si ça ne te dérange pas."

Il tira une des chaise et s'installa, allant même jusqu'au cliché de poser ses pieds sur le bureau avant d'allumer le cigare. Putain, fumer ça faisait du bien. Il n'avait jamais été un gros fumeur mais pour autant, quelques clopes chaque jour, c'était un moyen de prendre un peu de temps pour lui. Et d'oublier son obsédant besoin d'alcool. Et étrangement, il avait l'impression d'avoir les idées plus lucides mais bon, c'était certainement psychologique tout ça.

"Vu qu'on a un peu de répit, faudrait qu'on voit comment sortir de là. Parce qu'une porte, c'est bien mais elle va nous conduire tout droit au milieu de la horde qui attend dehors. Une diversion, ce serait pas mal, si on a le temps de mettre ça au point. T'en penses quoi ?"

Avec les composants qu'il y avait de la pièce principale, il devait sûrement pouvoir bidouiller une sorte de minuteur pour allumer les lumières ou déclencher un truc qui ferait du bruit et attirerait les zombies à un endroit donné le temps qu'ils finiraient de l'autre côté. Ça diminuerait les mauvaises rencontres et préserverait les forces restantes en Allan mais l'italien n'allait pas se lancer là-dedans tout seul. Il voulait d'abord s'assurer que son acolyte était d'accord avec l'idée et qui sait, peut-être aurait-il une bien meilleure idée que lui pour se sortir de là ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 26/02/2017

» messages : 1645

» points : 2987

» avatar : cole sprouse

» crédits : valtersen & tumblr

» multicomptes : Ian la princesse, Cheyenne le gerontophile, Layne le bébi paumé & Ox le sale gamin.



» pouvoir : force surhumaine

» appartenance : black walkers


Who I Am
» état de santé : R.A.S pour le moment
» inventaire : un poing américain, des conserves, une bouteille d'eau de pluie
» compagnons de route : le vent, le vent nous parle...
MessageSujet: Re: my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]   Mar 18 Avr - 17:51

Okay, l’autre avait pris les allumettes, ça laissait le briquet pour l’ex dealer. Il n’avait pas de préférence pour l’un au l’autre… sauf en extérieur. Sérieux, quand on lui donnait un paquet d’allumettes pour griller sa clope, il avait des envies de meurtre, elles s’éteignaient encore plus facilement que le briquet. Enfin, au moins, il avait des clopes lorsqu’il le voulait. Désormais, les produits de première nécessité comme les cigarettes n’étaient plus produites… tout un drame pour les fumeurs comme Allan. S’il avait eu du mal au début, il arrivait maintenant à être un « fumeur occasionnel ». Clairement pas par choix mais par contrainte. Il profita donc du cubain puisque c’était la seule chose qu’il y avait là. Il profita aussi de ce moment de repos pour s’étirer les bras. Il essayait de récupérer et de se remettre d’aplomb… À la façon d’un jeu vidéo, la jauge de son pouvoir, qu’on pouvait assimiler à la jauge de mana était à dix ou quinze pourcents et sa jauge de santé physique, ses points de vies, étaient descendu à cinquante pourcents. Clairement, encore de quoi mener quelque combat, il fallait vite un point de sauvegarde où une auberge pour qu’il puisse vraiment remonter ses diverses jauges. Il n’était pas fan de jeux vidéo, mais avait eu l’occasion d’y jouer durant des soirées… Mais enfant, il n’avait jamais eu de console. À y réfléchir… il n’avait pas grand-chose. Le peu de fric que ses parents avaient, il partait dans l’alcool de son père, les conserves de merde qu’ils bouffaient, les clopes de sa mère… Enfin, il n’avait pas besoin de jeux, de BD ou de distractions débiles puisqu’il passait ses journées à zoner avec Zed.

Le brun écouta les paroles de l’autre. Ne comprenant pas trop la logique. Il était peut-être trop con. Pourquoi cette porte les mènerait forcément aux zombies ? Mais bon, niveau stratégie, Allan n’était pas hyper doué. C’était le genre de mec qui fonçait dans le tas sans réellement réfléchir. Il préférait être un soldat suivant bêtement des ordres qu’avoir la responsabilité des opérations. Du coup, son avis ne comptait pas. « Faire diversion avec quoi ? On peut toujours allumer un feu, ça les attire… mais faut pouvoir l’contrôler, le feu. » Ouais, l’utilité d’Allan lorsqu’il s’agit de réfléchir était clairement limitée. Il n’avait jamais eu besoin de faire ça. Depuis sa naissance, on lui disait quoi faire. De pas être une tarlouze, de ne pas être une chochotte, de ne pas rentrer tard… il suivait Zed sans réfléchir, il bossait pour d’autres sans réfléchir… C’était plus simple comme ça. « Je suis pas doué pour trouver des plans, mais pour les exécuter y a pas de soucis. » Qu’il avoua avec un haussement d’épaules. Il était comme ça et s’en fichait. Loin de lui les rêves de gloire, l’envie de décider pour les autres ou d’avoir des gens à ses ordres… Il n’était pas dépendant des autres pour autant. Mais à choisir entre le rôle de big boss et celui de sous fifre, il préférait le second. « Et pourquoi cette porte mène forcément à la horde ? » Demanda-t-il, se fichant bien de passer pour un con.

_________________

#ilikeitrough:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t487-allan-have-you-ev
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]   Jeu 27 Avr - 0:17

My mind's like a deadly disease


Hmm, allumer un feu, c'était pas bête. Avec tous les équipements présents dans l'usine, un court-circuit, c'était facile à préparer et si ça pouvait leur donner lieu de diversion, Elias ne s'en plaindrait pas. Il était pas forcément hyper calé sur les zombies donc il avait confiance en son compagnon d'infortune quand il disait que ça les attirerait. En même temps, ils auraient sûrement la curiosité de venir voir qui avait déclenché tout ça, ça se tenait. Surtout s'il y avait un hurleur parmi eux vu qu'il semblait plus évolué que les bouffeurs de cervelle de base qu'il avait pu rencontré jusque là. Et pendant ce temps-là, ils pourraient filer an catimini à l'opposé. Le plus jeune avait beau dire qu'il n'était pas doué pour les plans, il avait de bonnes idées. Et puis, l'italien n'était pas non plus un grand stratège même si être dans l'équipe de défense du château lui permettait d'apprendre un peu sur le sujet. Enfin au moins en ce qui concernait la protection d'un camp. Là, ce n'était pas la même chose. Quant au contrôle de l'incendie, il y avait sûrement moyen de le restreindre à l'usine pour ne pas risquer de foutre le bordel dans toute la région. De toute façon, ils n'étaient pas en pleine sécheresse donc les risques étaient plus que minimes.

"Le feu, c'est une bonne idée. Avec toutes les machines qu'on a vu, je dois pouvoir facilement déclencher un court-circuit. Si on avait pus de temps, je pourrais peut-être même faire du boucan avec une machine mais bon, autant ne pas moisir ici trop longtemps, tu ne crois pas ?"

Quant à la question du plus jeune... Eli le regarda, surpris. Non qu'il le prenait pour un idiot, bien au contraire. En fait, la question était même plus que sensée. Il s'était simplement dit qu'elle menait dehors et qu'à l'extérieur, c'était là où les zombies étaient. Du coup, il avait peut-être sauté un peu vite à la conclusion mais, au final, il n'en savait rien du tout. C'est juste qu'il n'avait pas forcément envie de courir le risque de se retrouver face une horde complète. Allan ne serait peut-être pas de son avis, ne serait-ce parce qu'il était évident qu'il se servait des morts-vivants pour extérioriser la rage qu'il avait en lui, mais prendre le risque, c'était courir au suicide.

"Pas forcément, c'est vrai. C'est juste qu'à mon avis, ils sont un peu partout autour du bâtiments donc la probabilité de tomber sur eux est forte. Après, on peut toujours checker mais vu que, de toute façon, c'est notre seule voie de sortie, autant mettre le maximum de chances de notre côté. D'où la diversion."

Elias parlait autant pour expliquer à Allan ce qu'il avait en tête que pour lui-même. Tout ça n'était pas des plus clair dans sa tête mais, en tout cas, ils devaient bouger. Y'avait des véhicules à un demi-kilomètre de là - enfin, y'en avait peut-être plus près mais au moins, il était sûr de ça - donc ils pourraient filer ensuite là où ils voudraient. Il éteignit donc son cigare avant de ranger ce qu'il en restait dans son sac, avec les allumettes. C'était bien beau de parler de plan mais il fallait surtout passer aux actes. Il retourna donc dans la grande pièce et commença à chercher des câbles et tout ce qui pourrait servir de combustible. C'est à ce moment-là qu'il entendit un hurlement qui lui hérissa les poils. Un hurleur... maintenant, y'avait plus de doute. Et il entendait clairement des bruits de l'autre côté de la lourde porte. Merde, ils avaient pas beaucoup de temps devant eux et peut-être qu'il serait de bon ton de trouver quelque chose qui ferait beaucoup de fumée en cramant. Juste au cas où.

"Putain, ils nous auront pas laissé beaucoup de répit, fait chier."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 26/02/2017

» messages : 1645

» points : 2987

» avatar : cole sprouse

» crédits : valtersen & tumblr

» multicomptes : Ian la princesse, Cheyenne le gerontophile, Layne le bébi paumé & Ox le sale gamin.



» pouvoir : force surhumaine

» appartenance : black walkers


Who I Am
» état de santé : R.A.S pour le moment
» inventaire : un poing américain, des conserves, une bouteille d'eau de pluie
» compagnons de route : le vent, le vent nous parle...
MessageSujet: Re: my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]   Lun 1 Mai - 20:52

Bon, va pour le feu alors. Un joli feu de joie pour cramer ces putains de zombies… qui deviendraient des putains de torche humaines du coup… Il fallait combien de temps pour que le cerveau cramé aussi ? Bon Allan n’en savait foutrement rien et au fond, ça ne l’intéressait pas. L’essentiel, c’était de s’en sortir vivant. Le brun n’avait pas encore retrouvé Zed, il n’allait pas crever aussi bêtement. Il écoutait donc les explications du dénommé Elias. Ça lui convenait. De toute façon, ce n’était pas comme s’ils avaient des masses de choix. Il fallait tenter le tout pour le tout comme on disait. Bon, il fallait donc foutre cette usine à feu et à sang. Il aurait bien aimé avoir un dragon comme la blondasse dans Game of throne et puis son pouvoir de résistance au feu au passage… Quoi que, les fringues n’étaient pas fireproof donc c’était mieux de crever que de se balader tout nu. Non ? Et voilà que les connards de zombies se ramenaient et ils avaient un connard de hurleur avec eux. Ha putain si Allan était en forme il se serait fait un plaisir de tout bousiller de ses mains. Mais malheureusement, il commençait à avoir besoin d’un bon repas et d’une bonne grosse sieste. Du coup, c’était mort pour casser du zombie. Il avait déjà bien extériorisé sa rage tout à l’heure… mais bon, il n’était jamais contre l’idée de l’extérioriser encore plus. Après tout, c’était mieux de le faire sur des zombies que sur des gens hein.

« Bon, faut pas traîner. » Il commença à attraper tout ce qui traînait et qui était potentiellement inflammable… Avec le plastique qu’il y avait partout, ça allait sentir mauvais et faire une fumée noire dégueulasse. Il n’y avait pas intérêt de rester là après. Une fois le feu mis, ils passèrent par la porte qui était leur unique chance. Heureusement, s’il y avait bien des zombies, il y en avait beaucoup moins que de l’autre côté. Allan économisait ses forces en ne tuant que ceux qui étaient à sa portée ou vraiment dangereux. Après quelques moments, ils étaient enfin loin du danger. Enfin pour un temps, du coup il ne fallait pas rester là… « Des survivants vont voir la fumée et se demander ce qui se passe… y a pas de temps à perdre… » Qu’il lâcha avec un certain détachement. Il préférait encore crever d’une balle dans la tête de la part d’un survivant que de se faire dépecer vivant par des zombies. Niveau mort douloureuse, ça devait être pas mal franchement. Du coup, nop. Il se mit donc en route pour s’éloigner de ce merdier. Putain les usines, il n’aurait plus envie d’en voir pendant un bon moment après ça.

_________________

#ilikeitrough:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t487-allan-have-you-ev
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]   Dim 14 Mai - 23:13

My mind's like a deadly disease


"Faut pas trainer", y'avait pas besoin de le dire deux fois à Elias. Il n'avait aucune envie de s'éterniser dans cette usine qui ressemblait de plus en plus à un tombeau à mesure que les minutes passaient. Un traquenard aussi vu qu'il ne leur restait qu'une unique sortie. Il n'aimait vraiment pas ça mais vu qu'ils n'avaient pas d'autre choix, il n'allait pas se débiner. Le plus jeune rassemblait déjà tout le plastique qu'il pouvait trouver. C'était parfait, ça ferait une fumée bien épaisse qui les cacherait aux yeux des bouffeurs de cervelle qui n'allaient pas tarder à débarquer. Et surtout, ça bloquerait leur odorat. C'était la meilleure chance qu'ils avaient, l'italien en était certain. Il regroupa donc son butin avec celui d'Allan et empoigna deux câbles, se concentrant quelques secondes dessus pour déclencher l'étincelle nécessaire. Le feu ne mit pas longtemps à partir et les deux hommes ne demandèrent pas leur reste avant de filer. Comme l'avait pressenti le technopathe, y'avait bien des morts-vivants derrière la porte mais heureusement, ils n'étaient pas trop nombreux. Rien d'impossible en tout cas, surtout avec l'aide d'Allan et de sa force. Elias joua des poings et de son couteau, gardant son révolver qu'en cas d'absolue nécessité. Il était concentré, à l'affût du moindre ennemi et craignant que le hurleur débarque près d'eux, ce qui limiterait grandement leur chance. Heureusement, après quelques très longues minutes, ils furent en sécurité. Relative mais bien présente.

"J'suis d'accord. Par là-bas, y'a des voitures." répondit-il en montrant la direction Sud-Est.

Elias espérait vraiment qu'aucun survivant ne viendrait dans le coin mais il ne comptait pas non plus rester dans le coin pour s'en assurer. C'était bien trop risqué et il y avait autre chose à prendre en compte, qui n'était pas un détail : les usines étaient relativement proches du château, il se devait de donner l'alerte au cas où le hurleur décide de mener ses troupes vers eux. Un groupe de survivants, même barricadés, ça le tenterait forcément. Enfin, ce n'était pas encore le moment d'y penser. L'italien se mit à courir à la suite du plus jeune et ils arrivèrent bientôt sur une route où, comme il l'avait vu plus tôt, il y avait des voitures.

"Je peux en démarrer une facilement, monte."

Sans même attendre qu'Allan ne réponde, le technopathe grimpa dans le premier véhicule à sa portée, posa ses mains sur les câbles sous le volant et se concentra afin de démarrer le moteur. Ça lui prit bien plus d'énergie qu'il ne l'aurait pensé, il sentait déjà les vertiges s'emparer de lui quand il entendit la voiture vrombir. C'était déjà ça mais il avait besoin de bouffer un truc de tout urgence s'il ne voulait pas tourner de l’œil. Il avait déjà des tâches devant les yeux, des sifflements dans les oreilles. Il s'empara donc de son sac et prit ce qui lui tombait sous la main, en l’occurrence une barre de céréales et mordit à pleines dents.

"J'te dépose où ?" reprit-il une fois la barre entière avalée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 26/02/2017

» messages : 1645

» points : 2987

» avatar : cole sprouse

» crédits : valtersen & tumblr

» multicomptes : Ian la princesse, Cheyenne le gerontophile, Layne le bébi paumé & Ox le sale gamin.



» pouvoir : force surhumaine

» appartenance : black walkers


Who I Am
» état de santé : R.A.S pour le moment
» inventaire : un poing américain, des conserves, une bouteille d'eau de pluie
» compagnons de route : le vent, le vent nous parle...
MessageSujet: Re: my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]   Lun 15 Mai - 17:37

Enfin sorti de cette merde. Allan était bien content de pouvoir souffler, il allait avoir besoin de se reposer un bon moment avec les efforts qu’avait fournis aujourd’hui. Et cette foutue blessure qui allait l’emmerder encore quelque temps. Il n’était pas en sucre mais malgré sa force, il n’avait rien d’un surhomme. Il avait dépassé ses limites aujourd’hui. Son instinct de survie avait aidé. L’humain est capable de « miracle » lorsque sa vie est en danger. On appelait ça l’adrénaline, non ? Allan y était souvent soumis. Son mode de vie, même avant l’apocalypse. Les flics, les gangs, les bastons et le quartier où il vivait, tout ça, c’était idéal pour les montés d’adrénaline. Il savait donc qu’une fois que cette hormone se dissiperait : une bonne grosse fatigue, son corps serait à bout de forces et ce n’était pas sa blessure qui allait améliorer son état. Il suivit donc le dénommé Elias jusqu’aux voitures. Il monta dans celle que l’autre désigna. Si son pouvoir lui permettait de faire rouler les voitures, c’était plutôt cool. Enfin, lui ça lui servirait à rien, il n’avait pas le permis. Ça coûtait trop cher pour qu’un pouilleux dans son genre puisse se l’offrir. Il n’avait jamais appris à conduire de façon illégale, il aurait pu, mais il savait marcher, frauder dans le métro et il avait des potes pour le dépanner si besoin. Donc nan, pas besoin d’apprendre à conduire. Il ne regrettait pas vraiment son choix. Même dans les conditions actuelles, il préférait marcher de toute façon. Même si là, avec la morsure, c’était relou.

Il s’installa et laissa l’autre faire. Visiblement, lui aussi avait trop abusé sur son pouvoir. Allan était bien placé pour savoir ce que ça faisait. Là, il était juste un humain normal. Il avait épuisé tout ton quota de super force. Donc il n’y avait pas intérêt qu’il ait besoin de son pouvoir prochainement. C’était mort. Il profita de la pause accordée par le fait que l’autre avait besoin de manger un truc. Putain, serait presque à même de s’endormir dans la voiture là. C’était fou comme le siège lui semblait confortable après tout ce qu’il avait vécu. Elias lui demanda finalement où il déposait. Le brun haussa les épaules. « Dans un quartier résidentiel, je trouverais bien une maison à squatter le temps de me reposer. » Ouais, Allan n’était pas du genre compliqué. Il vivait peut-être avec Alex et compagnie et mais il n’était pas obligé de rentrer tous les jours. De toute façon, il n’avait pas envie de conduire un étranger jusqu’à leur camp. Celui-ci l’avait peut-être aidé à s’en sortir, ce n’était pas pour ça qu’il lui accorderait une confiance aveugle. « Pas la peine d’aller bien loin, doit y avoir des petits pâtés de maisons dans le coin. Enfin pas trop près non plus vu la horde. » Il fouilla la boîte à gant pour voir ce qui traînait dedans… généralement les gens y mettaient des cartes mais à l'ère du GPS, c’était plus vraiment indispensable. Il y avait de la merde, juste les papiers du véhicule.

_________________

#ilikeitrough:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t487-allan-have-you-ev
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]   Jeu 18 Mai - 23:17

My mind's like a deadly disease


Si les deux hommes s'étaient sortis du mauvais pas dans lequel ils étaient quelques minutes plus tôt, il était clair qu'ils y avaient laissé des plumes. Rien de bien grave mais ils devaient, avant tout, éviter toute nouvelle confrontation. En tout cas, le temps qu'ils ne s'étaient pas reposés un peu. Heureusement pour Elias, le sucre qu'il venait d'ingurgiter faisait son œuvre. Il se sentait épuisé mais au moins, la sensation d'être au bord de l'évanouissement s'éloignait. Le mal de tête par contre était bien présent. IL aurait donné cher pour avoir une aspirine de suite ou mieux un bon verre mais ça, il en était bien sûr pas question. Et savoir qu'Allan avait une flasque d'alcool sur lui n'aidait pas. Bon, chaque minute de résistance était une victoire, c'était ce que son parrain n'avait cessé de lui répéter au début de son sevrage, il fallait donc qu'il se concentre sur ça. D'autant qu'il avait suffisamment d'expérience en la matière pour savoir qu'en s'activant sur autre chose, il finirait par oublier sa terrible envie. Et pour commencer, trouver un refuge. Voilà, c'était un bon plan ça. Il se mit donc en route et se laissa guider par son intuition, se dirigeant finalement vers la plage. Ça lui semblait être une bonne idée, paisible. C'était peut-être stupide mais le calme de la mer, il ne voyait pas ça compatible avec une horde de zombies. Ouai, ok, c'était complètement con et il se garda bien d'en parler à voix haute. En tout cas, à mi-chemin de la destination qu'il s'était donné, ils arrivèrent dans un quartier résidentiel qui avait l'air fort calme. Et faute de savoir vraiment où aller, Elias gara la voiture devant une baraque avec un étage, qui semblait en bon état. Les fenêtres du bas semblaient pouvoir être barricadées facilement ça ferait l'affaire. Sauf si Allan était d'un autre avis, évidemment...

"Ici, ça te va ? Parce que je suis pas certain de pouvoir conduire encore longtemps. Enfin, tu peux prendre le volant aussi, si tu veux aller plus loin. Toi qui vois."

Rentrer au camp, l'italien s'en sentait parfaitement incapable. Aussi descendit-il du véhicule et se dirigea-t-il vers la maison. Il espérait qu'Allan en ferait autant, ne serait-ce parce qu'au vu de leur état, il valait mieux qu'il reste ensemble mais aussi parce qu'Elias n'avait pas oublié cette première impression, quand il l'avait vu se battre, celle qu'il pouvait l'aider même sans savoir comment. Non qu'il comptait lui dire ça de façon abrupte, de toute façon. A l'époque où lui-même était au plus bas, il aurait jeté toute tentative d'aide, prenant ça pour de la pitié. C'était maintenant qu'il était de l'autre côté qu'il comprenait qu'il aurait fait fausse route. Mais le Hulk à côté de lui - enfin, sans le côté verdâtre, hein - ne verrait sûrement pas les choses comme ça, c'était à parier. En attendant, l'italien entra dans la maison, content de constater que la porte d'entrée n'était pas fermée à clé et s'occupa de fermer tous les volants du rez-de-chaussée avant de monter à l'étage pour s'affaler sur le lit de la première pièce qu'il ouvrit. Putain, il se sentait vidé. Et ce n'est que lorsqu'il entendit du bruit, quelques minutes plus tard, qu'il se rappela qu'il n'était pas seul.

"Tu connais du monde dans le coin ou tu as atterri à Canterbury par hasard ?" demanda-t-il alors à Allan, autant pour juste parler que pour en apprendre un peu plus sur le jeune homme et lancer, maladroitement certes, la discussion.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 26/02/2017

» messages : 1645

» points : 2987

» avatar : cole sprouse

» crédits : valtersen & tumblr

» multicomptes : Ian la princesse, Cheyenne le gerontophile, Layne le bébi paumé & Ox le sale gamin.



» pouvoir : force surhumaine

» appartenance : black walkers


Who I Am
» état de santé : R.A.S pour le moment
» inventaire : un poing américain, des conserves, une bouteille d'eau de pluie
» compagnons de route : le vent, le vent nous parle...
MessageSujet: Re: my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]   Mar 30 Mai - 19:42

Ils étaient donc arrivés à proximité d’un petit quartier résidentiel… Allan haussa un sourcil. C’était tellement cliché. Les gens qui vivaient là devaient avoir des vies bien rangées, deux ou trois enfants mignons et sages qui portaient des noms de merde, un chien et des chats… Tout le monde devait se saluer poliment dans la rue et on balançait des horreurs dans le dos des gens. Ouais c’était un quartier d’hypocrites selon Allan. En vrai, il était jaloux de ce genre de quartier. Il aurait aimé grandir dans un coin aussi « mignon » avec une famille aimante. Avoir un chien et des chats, une mère qui s’occupait de lui et un père qui ne le frappait pas. Bien sûr, ce n’était pas parce qu’on vivait dans ce genre de quartier qu’on était à l’abri des violences familiales… Mais dans le quartier où il avait grandi, la police préférait faire des contrôles sur le faciès que de s’occuper des violences sur les enfants. Et puis, un gosse avec des bleus et des blessures dans ce genre de quartier, c’était normal. On considérait qu’il s’était battu avec un autre gamin. Et en grandissant, Allan était entré dans le jeu. Si un adulte avait l’audace de s'inquiéter pour lui, il disait qu’il s’était battu contre un autre gosse. Il ne faisait plus confiance aux adultes depuis trop longtemps.

L’autre lui proposa donc de se poser dans ledit quartier. Allan hocha la tête en guise d’approbation. « Ça me va et de toute façon je sais pas conduire. » Dit-il simplement en ouvrant la portière.  Il observa la maison, cherchant du regard, à travers les fenêtres, s’il y avait quelque chose de vivant ou mort à l’intérieur. Il passa son sac sur son épaule avant de reposer son attention sur le dénommé Elias. « J’étais venu pour l’enterrement de mon vieux au début de l’année. Maintenant j’attends un pote qui devait me rejoindre. Et toi ? » Demanda-t-il plus pour faire la conversation que par réel intérêt. De toute façon, ce type était un inconnu et il le resterait. Allan n’avait pas l’intention de s’attacher au premier venu. C’était pas son genre. Il fallait du temps et des efforts pour vraiment gagner ce privilège. Allan était un chien était appartenait déjà à quelqu’un… pour le moment à Alexander. Mais en vrai, son vrai maître, c’était Carl. Personne sur terre n’avait autant d’influence sur Allan que Carl. Ce connard devait être en vie, il n’avait pas le choix. Bref. Le brun entra dans la maison et siffla pour s’assurer qu’il n’y avait pas de zombies avant de s’enfoncer à l’intérieur. Il n’avait pas vraiment envie de se battre dans son état, mais ce serait mieux que de crever… il avait utilisé l’essentiel de ses forces, mais il trouverait des ressources en lui pour rester en vie.

_________________

#ilikeitrough:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t487-allan-have-you-ev
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]   Lun 5 Juin - 17:10

My mind's like a deadly disease


Elias se sentait vraiment lessivé mais, au moins, la baraque leur offrait un abri de fortune pour les heures à venir. Le temps de recharger les batteries, sans mauvais jeu de mot pour le technopathe. En plus de son projet d'amélioration de la vie au château, il fallait qu'il pense à ajouter sur sa liste de choses à faire le travail de son endurance. Pourtant, la boxe l'avait déjà bien aidé dans le domaine mais ce n'était pas suffisant. Par alors qu'il risquait de tomber dans les vapes simplement en allumant un feu électrique. C'était tellement frustrant parce qu'il était certain que son don pouvait être tellement mieux. Pourquoi la nature aurait fait des mutants si ce n'était pas pour les aider à survivre ? C'était bien ça le principe de Darwin, non ? Ou alors, c'était simplement qu'il ne s'y prenait pas de la bonne façon ? Y'avait peut-être un moyen pour moins pomper sur sa propre énergie... en tout cas, ça ne faisait aucun doute : il fallait qu'il s'entraîne, qu'il trouve le moyen de s'améliorer. Et en attendant, manger quelque chose ne lui ferait pas de mal, s'il arrivait à s'extirper du lit dans lequel il venait de s'avachir.

"J'ai échoué là par hasard. Londres, ça devenait infernal avec tous les gens contaminés et je me suis dit qu'au sud, ce serait certainement mieux. Et puis, je suis tombé sur les survivants du château et je suis resté. Même si, entre temps... j'ai perdu mon frère et mon meilleur pote. " finit-il par répondre à la question du plus jeune.

Il avait marqué un temps d'arrêt avant de parler d'Ulysse et Kaleb parce qu'il sentait qu'en dire un peu plus sur lui aiderait peut-être Allan à se confier mais c'était un sujet tellement sensible pour lui. Il savait très bien, d'ailleurs, qu'en disant ça, son visage entier reflétait sa tristesse. Dit comme il venait de le faire, on pouvait penser qu'ils étaient morts. L'italien était content que ce ne soit pas le cas mais, dans les faits, ça revenait au même pour lui et il essayait tant bien que mal à se faire à cette nouvelle réalité. Douloureuse mais il espérait, à terme, qu'elle le serait moins que celle où il se sentait juste profondément rejeté, exclus de la vie de ses proches.

"Je vais voir si y'a un truc à bouffer, j'ai besoin de refaire le plein d'énergie."

Et aussi de se changer les idées, de s'occuper à quelque chose. Il redescendit donc d'un étage et repéra rapidement la cuisine. Tout semblait en ordre, propre comme si les habitants étaient juste partis en vacances. Sauf que les placards étaient tout simplement vides. Elias finit par trouver une boite de céréales qui n'avait pas été ouverte et la remonta à l'étage, prêt à en partager le contenu avec Allan.



Dernière édition par Elias Acciaro le Dim 2 Juil - 13:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
 
my mind's like a deadly disease [Elias & Allan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Patrick Elias...
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Whitstable-
Sauter vers: