AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016

» messages : 1180

» points : 961

» avatar : James McAvoy

» crédits : cheschirecat

» multicomptes : Morrigan Williams & Christopher Winchester



» pouvoir : Télépathie

» appartenance : Maman poule des Black Walkers


Who I Am
» état de santé : Quelle est donc cette lumière éblouissante devant moi ? :DD
» inventaire : un arc + des flèches + deux armes à feu de petits calibres + quelques médicaments et autres soin + son sac à dos + un petit générateur
» compagnons de route : Alexou le goujat et deux chatons trop cute ♥
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]   Mer 3 Mai - 23:20


Tel est pris qui croyait prendre

La demoiselle était bien étrange, et Matthew avait constamment cette impression au fond de lui que tout ça n'allait pas bien se terminer. Ça se voyait comme un éléphant dans un couloir qu'elle mentait, mais il n'avait même pas le cœur d'en faire part à Alexander. Il avait toujours été du genre à vouloir sauver tout le monde, à donner une seconde chance aux mauvaises personnes, et malheureusement, il n'avait toujours pas changé. Mais surtout, elle avait l'air tellement inoffensive qu'il se forçait à s'imaginer qu'elle ne tenterait rien. Peut-être n'étaient-ils que deux, mais elle restait en nombre inférieur et n'était pas tombé dans un lieu où tout le monde était accueilli avec joie et bonheur. Matthew comprenait d'ailleurs totalement le raisonnement d'Alexander, et même s'il n'appréciait pas forcément de le voir malmener certains nouveaux arrivants ou voleurs, il savait très bien au fond de lui que c'était la bonne solution. Que pouvaient-ils faire d'autre ? C'était chacun pour soi depuis l'apocalypse, et ce encore plus qu'avant. Or, le jeune médecin n'avait jamais réussi à suivre cette règle de leur société, bien trop occupé à chercher du réconfort dans la reconnaissance. Le problème, avec l'histoire de Tessa, c'était que ça paraissait bien trop émouvant et parfait. Matthew avait profité d'être seul à seul avec elle pour lui poser quelques questions sur le fameux militaire, et les seules pensées qu'il en avait récupéré était qu'elle semblait ne pas l'apprécier tant que ça au fond. Mais encore une fois, peut-être avait-elle trop peur de dire la vérité ? Même si l'homme était un bandit ou un criminel, si elle l'avait tué ou volé, ça ne passerait très certainement pas avec Alexander, pas maintenant du moins. Malgré son métier peu apprécié par la foule et ses petits délits par derrière, le jeune politicien semblait être à cheval sur la vérité et l’honnêteté, comme si tout reposait là-dessus et il n'avait pas vraiment tord.

« Je te déteste. » murmura-t-il dans l'oreille d'Alexander lorsque celui-ci annonça le repas qu'il allait dévorer. Ou pas. Était-ce sa punition parce qu'il était celui qui avait ramené ces maudits petits pois ? Apparemment non, vu les regards que lançait l'ancien politicien, c'était pour bien faire comprendre à Tessa qu'elle n'était pas la bienvenue et qu'elle aurait à manger que les trucs pas forcément nutritifs et bons. Secouant doucement la tête, un petit sourire apparu sur les lèvres de Matthew : Alexander ne changerait pas de sitôt, et dans un sens, cette pensée le réconfortait quelque peu. Écoutant son ami, il partit mettre la table, et en quelques minutes la question était réglée. Il ne fallait pas dix ans pour mettre trois assiettes, trois verres et les couverts. Ils partirent tous s'installer ensuite, attendant que la nourriture arrive. Matthew se voyait déjà mourir de faim ou devoir se relever plus tard dans la nuit pour voler quelque chose à manger dans les réserves. Bon dieu, ils avaient des chips, des bonbons et autres conneries en tout genre, et voilà qu'il se tapait ces putains de petits pois qui lui avaient tenu compagnie pendant des semaines. Si ça, c'était pas le karma pour quelque chose qu'il avait dû faire plus jeune, alors il ne saurait l'expliquer. Souriant, il releva la tête, arrêtant de fixer les petits pois vengeurs. « Alexander était quelqu'un de connu. » répondit-il à la place de son ami, levant les sourcils pour se moquer gentiment de lui. Il le laissa quand même expliquer ce qu'il faisait, sachant très bien qu'il le ferait mieux que lui et surtout que la question ne le visait pas. C'était comme s'il regardait un match de tennis franchement... « La littérature, sujet très... intéressant. » Il détestait ça. Ce qui était totalement en contradiction avec sa passion pour la lecture : mais ouais, autant il adorait lire, que d'écrire des saletés de commentaires ou de dissertations dessus, c'était pas pour lui. En même temps, c'était pratique, on lui avait pas trop demandé ce genre de choses en médecine, et c'était tant mieux.

« Pour cette nuit, je pense que tu pourras prendre la chambre d'amis, à côté de la salle de bain et de celle d'Alexander. » Sous-entendu : comme ça, ça sera beaucoup plus facile pour te surveiller, jeune donzelle. À moins qu'Alexander avait prévu de la faire dormir sur le canapé pour essayer de la faire partir au plus vite, mais quand même. Se forçant à avaler une autre fourchette de petits pois, mangeant toutes ses carottes avant de pousser son assiette, dégoûté. « Et sinon après ça, tu sais où tu veux aller ou tu vas continuer d'arpenter les rues pour trouver quelque chose ? » Avec un peu de chance, s'il se concentrait assez sur sa réponse, il arriverait à entrer dans sa tête pour tenter d'en apprendre un peu plus sur elle et sur ses intentions, surtout. Fronçant les sourcils lorsqu'elle commença sa réponse, il la coupa soudainement, retenant un petit gémissement de douleur. « Désolé. Je, euh, reviens. » prévint-il les deux jeunes gens, quittant soudainement la table. Bon dieu, mais qu'est-ce que ce c'était qui bloquait ses tentatives et qui le rejetait comme ça ? À chaque fois qu'il essayait de trop s'introduire dans sa tête, il ressentait comme des petites décharges électriques. Son pouvoir, à tous les coups, mais ça restait étrange et fascinant. Il revint quelques minutes plus tard, traînant des pieds. « J'ai eu un petit mal de crâne, encore désolé. Je vous ai pas trop manqué, j'espère ? » plaisanta-t-il, tout en lançant un regard appuyé à Alexander, lui faisant bien comprendre qu'ils avaient besoin de parler quand elle sera couché et endormie.

HARLEY-

_________________
I AM THE MASTER OF MY FATE AND THE CAPTAIN OF MY SOUL ✽
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t306-life-isn-t-the-on
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016

» messages : 1421

» points : 978

» avatar : Tom Hiddleston

» crédits : Swan

» multicomptes : PsychoEmi



» appartenance : The Black Walkers


Who I Am
» état de santé : Bon
» inventaire : Un appart protégé - Un petit générateur & un grand - Deux petits flingues et deux couteaux
» compagnons de route : Cole, son chat noir - Les membres des BW
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]   Mar 16 Mai - 18:31



Tel est pris qui croyait prendre



Bon dieu mais qu'est-ce que je détestais cette rouquine, à chaque fois qu'elle ouvrait la bouche j'avais envie de grincer des dents, de la mordre et de la foutre dehors avec perte et fracas, mais malheureusement, j'avais fait une promesse à mon colocataire, nous allions l'héberger pour la nuit. Mais je n'allais pour autant lui rendre la vie plus facile et laisser tomber ma paranoïa. J'avais bien l'intention de verrouiller à double tour la petite réserve de l'appartement avant d'aller "dormir" et de ne pas lui laisser savoir qu'en vérité les trucs les plus intéressants se trouvaient ailleurs, dans un appartement qui nous servait tout entier de cellier et de réserve. On y stockait notre nourriture la plus difficile à trouver, la majorité de nos armes, de nos consommables les plus précieux, bref toutes les choses véritablement intéressantes à voler. Mais s'il me manquait ne serait-ce qu'un coussin dans le salon ou une serviette dans la salle de bain quand elle partirait, elle pouvait être sûre que la prochaine fois que je la recroisais, Matthew ou pas Matthew, ça ne serait pas la même histoire, je lui ferais sa fête. Je détestais les fouineuses, les menteuses et les hypocrites. Un peu illogique de ma part me diriez-vous, vu que j'en étais moi-même un, mais tout de même. Je connaissais le dicton "n'infligez jamais au autre ce que vous ne vous infligeriez jamais" mais ce n'est pas pour autant que j'allais changer. Par contre je comptais bien faire changer cette sale rouquine en larve demandant pardon si j'en avais l'occasion ...

Bon, au moins Matthew me faisait sourire et me changeais les idées de mon envie de meurtre. Je savais que les petits poix étaient son point faible, mais bon, tant pis pour lui, il serait puni lui aussi : après tout c'était sa faute si on avait une invité indésirable.

" Mais oui, mais oui c'est ça ... Moi aussi je t'aime, lui répondis-je en chuchotant à son oreille, très amusé. "

Nous passâmes à table une fois que les légumes étaient réchauffés et je servis des parts correctes à chacun, en laissant un peu dans la casserole pour ceux qui voudraient se resservir - même si je savais déjà que l'un de nous trois ne finiraient pas son assiette.
Notre invitée était tout autant une simple étudiante que moi j'étais un simple politicien ... En tout cas Tessa faisait comme si elle semblait prête à répondre à nos questions, mais je sentais bien qu'elle n'en avait pas envie, moi non plus je n'en aurais pas particulièrement envie dans ce genre de situation. Et voilà que maintenant elle me retournait mes questions. J'allais devoir y répondre, parce que sinon j'allais passer pour le parano du coin qui ne voulait rien dire sur lui. Bon, je n'avais pas grand chose à cacher, je pouvais bien lui révéler quelques petits trucs sur moi, sans trop entrer dans les détails. Et mon médecin qui n'hésitait pas à y mettre son grain sel ... Lui, il allait avoir le droit à des remontrances, j'en connaissais un qui allait manger son coussin en allant se coucher ce soir.

" Connu, connu, c'est vite dit. Mon visage n'était pas si médiatisé Matth, même pour quelqu'un qui postulait à un tel niveau que moi. Tu vois Tessa, j'étais habitué à fréquenter un milieu de tricheurs, de voleurs, de manipulateurs, de requins. Un milieu dangereux mais stimulant, intéressant. Bref, j'étais politicien, j'aimais ça, et j'allais devenir premier ministre. Pas trop la pression j'espère pour une simple étudiante d'être confronté à quelqu'un comme ça, ricanais-je en espérant qu'elle comprendrait le message, qu'elle n'allait pas m'avoir comme ça. Des menteurs et des arracheurs de dents, j'en ai croisé un certain nombre, je suis assez rodé, si tu vois ce que je veux dire. "

En tout cas Matthew commençait à devenir un peu plus mature, moins "bisousnours", j'étais assez content de constater ça : il proposait à Tessa la chambre la plus proche de la mienne pour que je puisse la surveiller et entendre si elle se levait dans la nuit, c'était une très bonne idée. Et il posait aussi de très bonnes questions, dans un ordre logique, qui allait forcer Tessa à en dévoiler un peu plus sur elle et permettre à Matth de possiblement lire dans ses pensées. Mais à la vue de la grimace qu'il fit et de sa sortie rapide de la table, ça ne devait pas se passer aussi bien qu'il le voulait. Je dus résister à l'envie de quitter la table moi aussi pour aller voir comment il allait, mais je me refusais à laisser la fouineuse seule dans une pièce. Alors je me contentais de le suivre du regard, un peu inquiet, avant de me tourner vers Tessa et de sourire comme si de rien était.;

" T'inquiète pas pour lui, il est assez fragile. Et puis je suis sûr qu'il fait ça pour avoir à éviter de finir son assiette, il déteste les petits poix, chuchotais-je un peu comme si je lui faisais une confidence, pour ne pas avoir à expliquer les véritables raisons de son action. Alors, tu étais du coin à la base ou tu viens de plus loin ? Comment t'as survécu tout du long, t'as été de groupe en groupe ou t'as toujours trainé avec le même gars, celui dont tu as été séparé ? la questionnais-je en espérant la pousser à se trahir, à se contredire. "

Quand Matthew revient, je lui adressais un sourire complice, comprenant bien son signal.

" Oh, mais tu nous manque tout le temps kiddo, qu'est-ce qu'on ferait sans toi, hein ? J'ai fini tes petits poix, j'ai eu de la peine pour eux, si injustement abandonnés dans ton assiette. Bon Tessa, je suppose que tu vas avoir besoin de sommeil pour te remettre de tout ça, je te montre la chambre d'ami ! "

Je me levais de table et lui montrais l'endroit où elle allait loger et la laissait seule dans la chambre.

" J'espère que tu vas réussir à trouver le sommeil ? En tout cas n'hésite pas à venir me réveiller, j'ai le sommeil très léger de toute façon, expliquais-je en quittant la pièce pour retrouver mon colocataire dans la cuisine et de finir de débarrasser la table. "

Une fois le tout dans l'évier, je posais ma main contre le front de Matthew, un peu inquiet.

" Ça va toi ? Tu m'as pas l'air au top de ta forme ... Alors, qu'est-ce que tu peux me dire ? "


EXORDIUM.

_________________

   

⊹ And I say " I just want to be me"

   
I ship ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t303-i-m-not-what-you-
 
Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» On pietine sur notre President, ca fait mal, mais c'est ce qu'il voulait
» Qui est pris qui croyait prendre... [Mission #8 - Groupe 1]
» [Plage] Tel est pris qui croyait prendre
» Jour 7 : Tel est pris qui croyait prendre
» Tel est pris qui croyait prendre - Acte II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Canterbury-
Sauter vers: