AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]   Mar 24 Jan - 18:46


Le début d'une grande ''amitié''

Voila déjà plusieurs semaines que Tessa était dans les alentours de Canterbury et elle commençait à s'y faire. Du moins elle commençait à trouver ses marques. Bientôt la zone n'aurait plus de secret pour elle ce n'était qu'une question de temps et de patience. A vrai dire si les premiers temps avaient été durs et qu'ils avaient consisté d’errements en errements dans des taudis plus sinistres les uns que les autres avec la faim au ventre : Tessa voyait enfin une amélioration venir. Premièrement cela faisait quelques jours qu'une emmerde ne lui était pas tombée dessus ce qui lui permettait de se sentir un minimum en confiance. En tout cas plus que d'habitude. Deuxièmement elle avait réussi à mettre la main sur de la nourriture par divers moyen et même si ses réserves étaient maigre elle ne progressait plus le ventre vide. Enfin, troisièmement, elle avait put se loger un minimum correctement la nuit dernière. Elle avait même pu grâce à son pouvoir avoir de l'eau chaude c'est dire. Alors oui le monde était toujours en pleine apocalypse, les zombies rôdaient toujours et la folie humaine n'était jamais bien loin mais pour une fois Tessa ne se sentait pas au bord du gouffre. Sans être parfaitement tranquille elle était au moins reposée, calme et elle avait la tête froide prête à réfléchir et à réagir. Oui elle osait penser qu'elle ne se sentait pas trop mal.

Sauf que la situation étant ce qu'elle était Tessa ne pouvait pas se permettre de se reposer sur ses lauriers ou sur quoique ce soit d'autre. Elle devait rester prudente et déjà commencer à chercher un nouvel abris et des vivre. Cela faisait plusieurs jours que Tessa avaient commencé à chercher un endroit qui pourrait l'héberger plus qu'une nuit mais pour l'instant toutes ses tentatives s'étaient soldés par un échec. Une situation qui malgré le fait qu'elle se sentait mieux restait pesante. Devoir parcourir les routes en permanence n'avait rien d'une partie de plaisir et une partie d'elle même était perpétuellement stressée. Pourtant elle était solidement armée mais cela ne suffisait pas : il fallait qu'elle se trouve un repère pour au moins quelques jours, des vivres en grande quantité ou viable sur la durée et des munitions pour son armada si elle voulait survivre face aux zombies ou à des autres potentiels dangers. C'est pour ça qu'elle devait trouver des pigeons à arnaquer ou plus précisément un petit groupe qu'elle pourrait facilement piller et flouer. Elle battait donc la campagne à la recherche de ce profil type mais jusqu'à maintenant elle était tombée sur des groupes peu recommandables de personnes à moitié folle furieuse dont un qui avait faillit lui coûter la vie... Donc les recherches n'avaient pas été très concluantes. Cependant cela pressait elle ne pouvait pas éternellement parcourir les environs seule, on ne flirtait pas avec le danger trop longtemps de manière inconsidéré c'était la base de la survie. Au fond Tessa voulait aussi un peu de compagnie car elle avait beau être une solitaire dans l'âme : être seule en permanence était un coup à devenir complètement cinglé. Il valait mieux de temps en temps fréquenter des personnes vivantes et si possible pas complètement cinglées. Les cinglés à vrai dire elle en avait eut sa dose. Largement même. Tessa caressait le doux espoir de se trouver un groupe de niais sympathiques même si normalement elle ne pouvait pas piffrer les imbéciles heureux a peu de joie de vivre sortie de nulle part ne lui ferait pas de mal.

Tessa se mit à penser aux dernières rencontres qu'elle avaient faite ces derniers temps et à par celle de la caserne aucune n'avait été vraiment réconfortante bien au contraire. Entre les pervers, les meurtriers, les gens beaucoup trop apeuré pour être utile et survivre elle n'avait pas été gâtée. Elle se remit à penser à sa toute dernière rencontre. Ce groupe d'homme et de femme qu'elle avait tenté d'approcher mais ceux-ci s'était avérés être de véritable psychopathe. Elle n'avait du sa survie qu'au fait qu'elle courait vite et aux armes qu'elle trimballait. Tessa grimaça quand elle se rappela du moment où elle avait été obligée de tuer un des hommes qui l'avait rattrapé pour sauver sa vie. Malgré le fait que ce soit de la légitime défense elle ne pouvait pas s'empêcher de se sentir sale et de penser qu'elle avait commit un acte répugnant. Le seul avantage de cette histoire c'est que dans sa fuite elle avait pu trouver un endroit confortable où passer la nuit et se ressourcer. Tessa fut interrompue d'un coup dans ses pensées par des bruits de voix et c'est avec horreur qu'elle reconnut les intonations des fou furieux qu'elle avait crut semer. Sans plus réfléchir elle se jeta dans le buisson le plus proche et mis toutes ses capacités à se faire la plus discrète possible. Quand le groupe passa près d'elle Tessa retenue sa respiration du mieux qu'elle pouvait et heureusement ils ne la repérèrent pas mais du peu qu'elle vit : ils étaient littéralement furieux et sans doutes à cause du meurtre de leur compagnon. Elle resta encore un moment dans sa cachette attendant d'être sûr de ne pas retomber sur eux pour continuer sa route et trouver enfin un lieu sûr.

C'est vers la fin de journée qu'elle atteignit véritablement Canterbury et qu'elle repéra enfin une barre d'immeuble plutôt chic qui était vraisemblablement habité par une présence humaine. Elle devait abosulement rentrer en contact avec eux car après tout c'était une question de vie ou de mort.

HARLEY-


Dernière édition par Tessa Clark le Dim 29 Jan - 14:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016
» messages : 1216
» points : 778
» avatar : James McAvoy
» crédits : cheschirecat
» multicomptes : Elliot S. Balck & Christopher Winchester

» pouvoir : Télépathie
» appartenance : Maman poule des Black Walkers
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]   Jeu 26 Jan - 12:52


Tel est pris qui croyait prendre

Matthew n'allait pas mentir : il aimait sa nouvelle vie. Avant, il vivait seul, et même s'il clamait savoir s'occuper de lui-même et qu'il n'avait besoin de personne, il s'enfermait dans sa solitude qui devenait avec le temps de plus en plus pesante. Il rencontrait des gens, bien entendu. Comme tout le monde, mais seulement à l'extérieur, et il ne sortait pas franchement beaucoup, le petit médecin. Il accueillait certaines personnes chez lui aussi : qu'il les connaisse ou non, il prenait toute compagnie qu'il pouvait avoir. Mais la vie était éphémère et encore plus avec le temps qui courraient, et ses amis mourraient, disparaissaient ou ne revenaient jamais. Le seuls qui étaient encore bien vivants venaient le voir de temps à autre, mais c'était rare, la majorité préférant quand même bouger que de rester dans la même maison pendant des jours. Matthew, n'étant pas du genre à montrer son affection facilement, et quand il ne connaissait pas bien les autres, il ne s'ouvrait pas non plus. Pas qu'il ne leur fasse pas confiance, mais il s'était toujours méfié de tout le monde, sachant très bien quels actes un homme ou une femme pouvait réaliser juste par envie. Et ce qui s'était passé cette nuit-là chez lui, lui avait prouvé qu'il était bien trop confiant, voire naïf. C'était quelque chose qu'il ne pourrait pas changer, c'était son caractère, ce qu'il était. D'ailleurs, même lui était toujours surprit par ça : avec son histoire, faire confiance aux autres, leur apporter aussi facilement de l'aide, c'était presque impossible. Et pourtant, rien qu'avec son métier il avait dédié sa vie aux autres, et même après l'apocalypse, il continuait, souhaitant apporter tout ce qu'il savait pour que ça soit bénéfique au plus grand nombre.

Mais depuis son arrivée chez Alexander, tout allait mieux, dans un sens. À vrai dire, à choisir, il aurait sûrement préféré être toujours chez lui, en sécurité. Mais malheureusement, il avait été attaqué dans sa propre maison, et il en gardait quelques séquelles peu sympathiques. Même si au début, tout allait relativement bien, à partir du moment où sa tête avait été vide, libérée des pensées des autres et surtout de celles d'Alexander, les siennes étaient revenues au galop, plus fortes que jamais. Et les souvenirs de cette nuit où ces hommes l'ont attaqué repassaient sans cesse dans sa petite caboche, lui rappelait forcément son père et ses gestes violents. Lui qui pensait avoir grandi et être passé à autre chose, voilà qu'il avait même du mal à s'endormir seul dans son nouveau chez lui. Même si son hôte était compatissant et le laissait, souvent, dormir à ses côtés, ça restait gênant et pas très pratique pour tous les deux. Ils étaient deux adultes, amis depuis peu et voilà qu'ils dormaient déjà ensemble dans le même lit, parce que Matthew n'arrive pas à gérer ses cauchemars et autre. C'en était quelque peu ridicule, il fallait l'avouer. Il espérait vraiment que ses terreurs nocturnes allaient passer, sinon Alexander allait très certainement le virer de son lit bientôt, cherchant son confort d'avant. Parce que oui, en plus, il prenait de la place, le petit docteur. Le pire, c'était qu'il adorait, depuis tout petit, se coller à ses peluches ou s'accrocher à elles comme à des bouées de sauvetage. Du coup, ça se ressentait encore aujourd'hui et c'était le pauvre politicien qui en faisait les frais. Se réveiller avec quelqu'un qui vous serre dans ses bras comme si vous étiez une vulgaire peluche et un énorme coussin, ça plaisant pas forcément à tout le monde.

Les deux jeunes hommes étaient chez eux, Matthew ayant trouvé un appartement juste à côté de celui d'Alexander pour y emménager. Ses affaires étaient encore stockées un peu partout, l’appartement étant en plein nettoyage. Cela prendrait encore quelques jours, voire quelques semaines s'ils traînaient un peu, mais personne ne semblait franchement bien pressé. Alors il devait bien l'avouer, mais Matthew en profitait un peu. Il restait le plus possible chez Alexander, passant ses journées à faire des voyages entre les deux appartements. Tant que son hôte ne lui disait rien, il ne se gênerait pas. Il était allongé dans le lit que lui prêtait Alexander lorsqu'il sentit soudainement la présence de quelqu'un dans les alentours. Maintenant qu'il arrivait à contrôler son pouvoir, il n'entendait plus les pensées des autres de façon aléatoires, mais c'était son propre choix. Par contre, il sentait toujours la présence des gens, ce qui était assez étrange en soi. Matthew pouvait dire qui était là juste en prenant conscience de leur esprit. Étrange, mais pratique. Comme ça, il pouvait savoir si c'était Alexander, un de ses larbins ou un de leur connaissance qui se trouvait dehors, et ce, sans avoir à fouiller dans leur tête. Mais là, se relevant immédiatement de ce lit, il partit à la rechercher du jeune politicien. Parce que oui, il ne reconnaissait pas la personne, et en ouvrant son esprit, il avait pu apercevoir quelques pensées venant de la jeune femme. Effectivement, c'était une jeune femme, et vu ses pensées, elle était en grand danger. Trouvant son nouvel ami occupé, il hésita quelques secondes avant de se racler la gorge, l'appelant par son prénom pour attirer son attention, qu'il eut rapidement.

« Désolé de te déranger, mais... il y a quelque dehors. Une jeune femme, inconnue. Elle n'est jamais venue par ici, et peut-être que tu la connais, je ne sais pas, mais je trouve ça bizarre. Elle... » déglutit-il. « Elle est en danger. D'après ses pensées, elle est poursuivie par un groupe de survivants, qui ont essayé de lui faire du mal. » Il fit une petite pause, réfléchissant à ses prochains mots. « Je connais ta politique : on ne laisse pas entrer les gens inconnus et tout le bazar mais on ne peut pas la laisser toute seule dehors. Je ne dis pas qu'on devrait l’héberger pendant des jours, mais peut-être au moins pour aujourd'hui, jusqu'à demain matin ? Elle pourrait rester dans un autre appartement d'ici, s'il le faut. » tenta-t-il de convaincre Alexander. Le jeune politicien était ferme par rapport à ses convictions et ordres : pour que quelqu'un entre, c'était à lui d'en décider. La personne allait-elle leur être utile ? Était-elle sans danger ? Qui l'avait attaqué ? Beaucoup de questions, et pour une fois, Matthew pouvait peut-être y répondre facilement. Ou du moins, il pourrait essayer. Il évitait d'entrer dans la tête des gens sans leur accord, mais pour une fois, peut-être pourrait-il faire une entorse à cette règle qu'il s'était imposé seul.

HARLEY-

_________________
I AM THE MASTER OF MY FATE AND THE CAPTAIN OF MY SOUL ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t306-life-isn-t-the-on
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016
» messages : 1508
» points : 1121
» avatar : Tom Hiddleston
» crédits : Schizophrenic
» multicomptes : PsychoEmi & Little Ezio

» appartenance : The Black Walkers
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]   Ven 27 Jan - 22:44



Tel est pris qui croyait prendre



Ça faisait pas si longtemps au fond que Matthew était là, mais il avait déjà fait sa petite place et pris ses petites habitudes. J'avais du mal à croire que ça faisait quoi, à peine un mois qu'on se connaissait et disons une bonne petite semaine qu'il habitait chez moi. Enfin chez moi. Avec moi disons. Parce que techniquement, il habitait désormais dans l'appartement d'en face, mais bon, il passait plus de temps chez moi que chez lui. Je pense que lui non plus il n'aimait plus tant que ça être seul, livré à lui même. Surtout qu'encore moi j'avais la chance d'être véritablement chez moi, dans un lieu que je connaissais, que j'aimais, que j'avais choisi, alors qu'il n'avait pas véritablement cette chance, vu qu'il avait dû abandonner ça en quittant la maison de laquelle je l'avais tiré lorsqu'il s'était fait agresser. Agression qui avait d'ailleurs laissée plus de traces que je ne l'avais imaginé à première vue : de un, il avait été mordu et avait muté, mais il était aussi sujet à de fréquentes terreurs nocturnes, sûrement parce qu'il craignait inconsciemment de se faire attaquer dans son sommeil et d'être de nouveau complètement sans défense à la merci de ses bourreaux. J'avais beau avoir tenté de le rassurer avec des propos rationnels en lui expliquant que personne ne viendrait ici - à par un fou qui ne craindrait pas les conséquences de son acte, ou alors un petit nouveau perdu - et que de toute façon j'étais juste à côté, je voyais bien qu'il ne se sentait pas encore tout à fait en sécurité. Alors bon, je me dévouais, pour la bonne cause, à le laisser dormir avec moi. Non pas que ça me gêne tant que ça au fond ... C'était plutôt sympa de sentir la présence de quelqu'un près de moi la nuit, d'avoir un peu de chaleur humaine, même si c'était à la base moi qui était censé le rassurer. Mais bon merde, je pouvais bien me laisser aller à profiter un peu des bénéfices de sa présence, après tout personne ne me jugerait. Oui, je n'étais plus tout seul, et oui j'aimais un peu plus rentrer chez moi le soir après une longue journée à travailler - entendez ici, tuer des zombies et non plus m'occuper de choses aussi triviales que de la politique - et trouver Matthew en train de cuisiner un truc dans mon appart plutôt que de simplement voir Cole me sauter dessus pour que je lui remplisse son bol de croquette. Disons que c'était pas le même effet. Même si je m'étais souvent fait la réflexion qu'avoir recueilli Matthew, c'était un peu comme d'avoir trouvé un petit chaton abandonné et de tenter de le faire apprendre à vivre avec moi. Un peu le même principe disons : fallait gagner sa confiance, au travers de bouffe et de câlins. Sauf que là le chaton pouvait lire dans mes pensées, ne perdait pas ses poils, ne jouait pas dans l'arbre à chat et prenait un peu plus de place, quand même. Mais bon, j'étais pas mécontent de notre colocation, bien au contraire comme vous avez pu le comprendre : Matthew était une personne très facile à vivre et je commençais à véritablement bien apprécier le petit docteur.

Bref, c'était donc une énième fin de journée pour nous, j'étais rentré il y a peu et j'avais fini de laver ma tenue, encore tâchée de sang de zombie et j'avais aussi remarqué que je n'avais toujours pas rendu sa tenue à Kyle, elle traînait sur une chaise dans ma chambre, pliée et propre désormais. Faudrait que je pense à lui rendre un de ces jours ... Bon de toute façon il m'avait bien fait comprendre qu'il reviendrait squatter ici pour jouer avec moi à la console alors c'était pas non plus une grande perte. Je m'étais donc calé à mon bureau et j'avais sorti des plans de Canterbury que j'avais trouvé lors qu'une sortie à la mairie locale. Dessus, je repérais les différentes zones dangereuses, les zones habitées par tel ou tel groupe, les squats potentiels, les no man's land, etc... C'était plutôt bien pratique et ça pourrait m'être bien utile plus tard, quand j'aurais un véritable groupe à diriger. Autant commencer maintenant à le mettre à jour. C'est ce que j'étais patiemment en train de faire, après avoir scotché la carte sur un pan de mur vide, alors que Matthew pénétrait dans ma chambre et se fit remarquer. J'en fis tombé ma boite de punaises - heureusement peu s'étaient renversées dans ma chambre - et je me doutais que je devais avoir l'air malin avec des post-it pleins les doigts, du feutre aussi, et peut-être même sur le visage vu comment je me débrouillais comme un manche. Je n'avais pas osé aller lui demander de m'aider, vu que j'avais cru l’apercevoir en pleine sieste dans la chambre d'ami. Je fronçais un peu les sourcils quand je compris ce qu'il me demandait : héberger une inconnue ? Et puis quoi encore ? Elle pourrait nous attirer des ennuis, surtout si elle était poursuivie ! D'un autre côté, j'étais fatigué et je ne me sentais pas vraiment en état pour me disputer avec Matthew à ce propos. Même si je n'allais pas accepter aussi facilement.

" Si tu connais ma politique vis à vis des étrangers, t'as quand même du cran pour me demander de possiblement risquer mes fesses pour une fille que je connais pas et qui pourrait nous attirer beaucoup d'ennuis ... J'ai pas envie qu'un groupe armé puisse pénétrer chez moi à cause d'une fille qu'on aurait héberger parce que tu as voulu être gentil, dis-je un peu casant, à cause de la fatigue que je ressentais. Désolé, je voulais pas être brusque comme ça, m'excusais-je rapidement quand je me rendis compte que dit comme ça ça pourrait lui faire de la peine. Ce que je veux dire, c'est qu'on l'a connait pas ... Bon, allez pas la peine de me faire tes yeux de chiot battu, on va descendre jusqu'à la barricade et là on verra, okay ? proposais-je un peu comme pour me faire pardonner."

J'enfilais une veste et mes chaussures, lui laissait le temps de faire pareil, avant de descendre rapidement les escaliers jusqu'au rez-de-chaussé, la main de Matthew dans la mienne : j'avais pris un peu l'habitude de le balader comme ça à ma suite, ça m'amusait beaucoup, on aurait dit une maman canard avec son petit, et en plus ça avait comme effet de faire rougir Matthew, ce qui me faisait rire encore plus. Lorsqu'on arriva en bas et qu'on se positionna de notre côté de la barricade, la nouvelle arrivante, une rouquine, se rapprochait de plus en plus rapidement, jetant de temps à autre un coup d'oeil derrière elle.

" Bon, je vais interroger la fille en lui parlant d'ici et lui faire comprendre que si elle veut qu'on la protège pour la nuit au moins il faut qu'elle est de quoi se rendre intéressante et utile, okay ? Toi pendant ce temps, j'aimerais que tu la sonde pour voir si elle nous ment ou quoi que ce soit, d'accord ? Enfin si c'est pas trop demandé. Disons que je veux bien céder à ta demande si tu te portes garant pour elle. Deal ? "

Une fois qu'il eu accepté, je grimpais comme je pus sur ma barricade et toisais la jeune femme qui se trouvait de l'autre côté.

" Holà manante ! l'interpellais-je avec une pointe d'humour, me rappelant que c'est aussi comme ça que j'avais appelé les brigands desquels j'avais sauvé Matthew. On dirait bien que t'as des ennuis au cul ou c'est moi ? Un peu d'aide serait la bienvenue pas vrai ? Tu dirais quoi si je pouvais te proposer cette aide, contre un certain prix ... Balance une offre et je verrais ce que je peux faire pour toi. Sinon t'as plutôt intérêt à quitter le coin sans faire de vagues ou t'auras un problème en plus et crois-moi, t'as pas forcément envie que je devienne ton problème, grondais-je un peu pour bien lui faire comprendre que j'étais sérieux."

HARLEY-

_________________

   

⊹ Don't get in my way

   
I ship ♥:
 
Award:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t303-i-m-not-what-you-
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]   Dim 29 Jan - 19:00


The cutie, the bad-ass and the bitch damsel in distress

Tessa aurait préférée approcher ses futures victimes dans une situation beaucoup moins périlleuse. Être poursuivie par une bande de psychopathe n'était pas le meilleur des contextes pour aborder des personnes. En fait ça inspirait pas du tout confiance elle en avait bien conscience mais elle n'avait pas le choix. Si elle avait put choisir entre dormir dehors et être pris en chasse par des fous furieux : elle aurait sans hésiter choisie la première option. Le fait était qu'elle n'avait pas eu le choix. Une bande de psychopathe était à ses trousses et elle avait besoin d'une planque pendant quelques temps afin qu'ils l'oublie. Maintenant la question était de savoir si l'immeuble vers lequel elle se dirigeait était occupé par des personnes un minimum accueillante ou tout le contraire. La barricade posté devant l'immeuble n'était pas forcément un bon présage sur le fait que ceux retranchés derrière sois prêt à l'accueillir à bras ouvert. Cependant la barricade était aussi une information sur le haut niveau de sécurité que devait avoir l'immeuble ce qui était parfait pour échapper à des tueurs.

Alors qu'elle arrivait face à la fameuse barricade, Tessa distingua deux silhouettes qui semblaient être masculine. Cette impression fut vite confirmé quand les silhouettes se dévoilèrent. Un homme monta alors sur la barrière servant à repousser les intrus comme Tessa. Au moins elle avait réussie à les attirer elle n'allait donc pas poiroter dehors en se faisant ignorer... Pourtant cette bouffée de positivisme disparue très vite quand le discours de l'inconnu retentit.

«Holà manante !»


Non mais il se croit dans un film ce con ne peut s'empêcher de penser la jeune rousse. Si l'homme se croyait drôle son humour n'était pas du tout au goût de Tessa, de plus rien que l'intonation de sa voix transpirait l'arrogance selon la jeune femme. Pourtant Tessa préfera ravaler un commentaire bien sentis car elle était sauf en position de force et elle ne voulait pas ruiner toutes ses chances de trouver un abris.

«On dirait bien que t'as des ennuis au cul ou c'est moi ? Un peu d'aide serait la bienvenue pas vrai ? Tu dirais quoi si je pouvais te proposer cette aide, contre un certain prix ... Balance une offre et je verrais ce que je peux faire pour toi. Sinon t'as plutôt intérêt à quitter le coin sans faire de vagues ou t'auras un problème en plus et crois-moi, t'as pas forcément envie que je devienne ton problème.»  

Tessa avait une furieuse envie de lui coller une paire de baffe, il se prenait pour qui pour parler d'une telle manière ? En plus c'était pitoyable de profiter de la faiblesse des personnes pour en tirer quelque chose surtout qu'elle ne demandait pas grand chose. Bien sûr elle même faisait des sales coups mais jamais quand une vie était en jeu. Jamais et elle ne supportait pas les types qui n'accordait aucune importance à autrui au point de les laisser à une mort certaine sans aucuns remords.. Tessa s'interrompit tout de suite dans son réquisitoire contre l'apparent enfoiré qui lui faisait face. L'enfoiré en question était beaucoup trop sûr de lui sur le fait qu'il lui était indispensable à sa survie. de plus à sa manière de parler elle avait la forte impression qu'il connaissait un peu trop son problème ce qui était très étrange. Étrange mais inexplicable pour l'instant elle n'avait vraiment pas le temps de jouer à Sherlock Holmes mais elle devait quand même rester méfiante. Pas qu'elle croyait que le mufle fasse partie de la bande de fous furieux qui la poursuivait, celui-ci semblait plus intéresser par de possible bien matériels ou autres que le meurtre de jeune femme.Néanmoins il était possible qu'il soit un mutant ou que son compagnon est une mutation. Elle devait donc se la jouer fine, les rares mutants qu'elle avait croisé s'étaient montrés puissants.

« S'il-vous-plaît, je vous en supplie, j'ai vraiment besoin de votre aide. je veux juste un endroit sûr... rien que pour une soirée ou deux !»

Elle avait prit la pire voix de crécelle qu'elle avait en stock. Sans être la meilleure des comédiennes Tessa savait plutôt bien tromper son monde. Alors autant se faire passer pour une idiote généralement de cette façon elle endormait la méfiance de ses interlocuteurs.

«Bien sûr je comprends que vous ne puissiez m'héberger gratuitement mais j'ai beaucoup de chose à vous proposer !»

Sur ce devant le ''connard de la barricade'' elle déballa tout ce qu'elle avait comme armement sauf son taser et son fusil de chasse il n'était pas question de se dépouiller complètement face à de potentiel ennemis même si ceux-ci ne semblaient pas en être on n'était jamais trop prudente aux yeux de Tessa.

« Vous pouvez tout prendre, de toute façon je ne sais pas m'en servir elle me sont inutile je les juste trouver et je ne pouvais pas ne pas les prendre...»

Ce qui était plutôt vrai elle ne savait pas se servir de la majorité des armes par contre trouver n'était pas le mot exacte à par si il était le synonyme de voler... Mais après tout ce n'était qu'une question de point de vue. De plus elle n'avait aucun remord à mentir surtout face à des gens qui faisaient du troc quand il s'agissait de vie ou de mort. Elle devait à tout prix se faire accueillir dans cet immeuble, donc autant se faire passer pour une innocente cruche, après seulement elle verrait si elle rendrait la monnaie de sa pièce aux fameux ''connard de la barricade''.


 

HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016
» messages : 1216
» points : 778
» avatar : James McAvoy
» crédits : cheschirecat
» multicomptes : Elliot S. Balck & Christopher Winchester

» pouvoir : Télépathie
» appartenance : Maman poule des Black Walkers
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]   Mer 1 Fév - 20:29


Tel est pris qui croyait prendre

Matthew ne pensait franchement pas que sa demande allait au moins être prise en considération. Alexander était quelqu'un de bien, au fond, mais il restait aussi intéressé. Aurait-il aidé le jeune médecin s'il n'avait pas eu autant de compétences et de vivres ? Il n'en savait rien : il aimait à croire que oui, surtout qu'il découvrait de plus en plus de bonnes choses sur le jeune politicien. Mais malgré tout, il connaissait très bien sa politique : survivre, c'était pas donné à tout le monde et gâcher des soins et de la nourriture pour quelqu'un qui pourrait mourir dès qu'il mettrait un pied dehors, c'était ridicule. Matthew s'en fichait bien : il avait toujours été du genre à faire passer les autres avant lui, se sentant toujours coupable si quelque chose leur arrivait par sa faute. Alexander cherchait à survivre avec un groupe de survivants, et sauver le monde n'était pas prévu dans son agenda pour le moment. Et même si le jeune docteur n'approuvait pas cette façon de penser et de faire, il respectait l'homme qui en avait fait les règles. Il l'avait accueilli ici, l'avait soigné et nourrit gratuitement pendant des jours. Après tout, Matthew aurait très bien pu partir après tout ça, prenant la décision de repartir de sa maison au lieu de rester ici aux côtés de son nouvel allié. Mais il avait fait un choix, et ce choix imposait le fait qu'il devait vivre comme Alexander le faisait avant, même si celui-ci écoutait son avis, comme maintenant. En effet, ils étaient en train d'en discuter.

« Je sais, je... » tenta-t-il de s'expliquer face aux mots un peu durs du jeune politicien. Matthew savait très bien que ce n'était pas personnel, mais son petit cœur fragile prenait toujours tout pour lui, comme si tout le monde leur en voulait. « Merci. » Il ne dit rien de plus, content que sa petite technique ait fonctionné. Au moins, il pouvait toujours ressortir l'attaque des grands yeux bleus pour faire changer d'avis Alexander. Voilà qu'ils descendaient donc ensemble les escaliers du grand immeuble de luxe, prêt à aller voir ce que voulait et proposait la jeune femme en danger. Dans un sens, la manière de faire d'Alexander n'était pas si différente que la sienne avant : lui aussi demandait quelque chose en échange de ses services, même s'il acceptait quelque fois de le faire gratuitement. Une fois en bas, le jeune docteur écouta attentivement les directives et règles du politicien et hocha la tête, totalement en accord avec lui. « Deal. Je vais faire mon possible. » Et alors que son compagnon de survie commença à interroger la jeune femme en lui indiquant les conditions pour qu'elle puisse rentrer, Matthew se concentra, essayant de sonder au maximum ses pensées. Un petit rire lui échappa en entendant la rouquine jurer et insulter Alexander, mais son sourire quitta rapidement son visage. Encore paniquée, la tête de l'inconnue était comme une grande interférence. Une mutante, réalisa-t-il en ce contrant un peu plus. Avec un pouvoir en rapport avec électricité. C'était donc ça qui le bloquait : elle ne contrôlait pas totalement son don et c'était comme si la chose tentait de rejeter l'invasion extérieure venant du jeune médecin. La jeune femme semblait en colère, étant donné son visage qui pouvait être lu comme un livre ouvert, et Matthew grimaça, sentant déjà que les deux n'allaient pas bien s'entendre. Fronçant des sourcils en écoutant le reste, il se doutait bien qu'il y avait quelque chose de louche dans les fausses supplications mais son côté maman poule ressortait plus que son côté perplexe.

« Alexander. Seulement pour quelques nuits. » précisa-t-il après avoir regardé le matériel que proposait l'inconnue. Il avait depuis quelques secondes arrêté de regarder dans sa tête, son pouvoir le bloquant quelque peu. Ce n'était que temporaire : d'ici quelques heures, il pourrait entrer dans son esprit, une fois qu'il se sera familiarisé avec. Il avait beau avoir de la peine pour elle, il restait loyal envers son seul ami du moment et son sauveur, surtout. Alexander parut réfléchir quelques instants, et des cris de zombies semblèrent le faire réagir : il prit enfin la décision de laisser entrer la jeune femme, son arme à la main par précaution. On était jamais trop prudent, après tout. Matthew attendit que la porte soit refermée et le reste avec, pour s'approcher de l'inconnue, un petit sourire aux lèvres. « Je m'appelle Matthew. Et le grognon là-bas, c'est Alexander. » il s'approcha doucement d'elle, lui soufflant quelques mots. « Il pense être le chef mais en fait, c'est un gros marshmallow. » La jeune femme semblait être jeune, et surtout blessée. Elle avait dû pas mal courir pour arriver jusqu'ici et il lui attrapa doucement le poignet pour l'emporter avec lui à l'étage, chez le pauvre politicien qui semblait sauver plus de gens qu'il ne le souhaitait. Il savait d'ailleurs que celui-ci les suivait de près, prêt à se défendre en cas s'attaque en fourbe de la rouquine. Le jeune médecin lui montra la porte à prendre, la suivant de quelques centimètres. Un fois à l'intérieur, et les armes proposées prises, les présentations ne durèrent pas plus longtemps. « Pourquoi ne pas lui laisser prendre une douche ? On pourra discuter après. » insista-t-il bien en regardant Alexander. Il avait besoin de lui parler seul à seul et ça permettrait à l'inconnue d'avoir une meilleure odeur corporelle aussi.

Une fois qu'elle fut partie, Matthew s'approcha de son ami, se collant le plus possible à lui. On sait jamais, si elle écoutait derrière la porte. « Ses pensées, je ne peux toutes les entendre pour le moment. Mais elle ne t'aime pas, et c'est une mutante. Elle contrôle l’électricité, ou un truc en rapport avec. » C'était déjà pas mal d'informations, non ? « Elle pensait surtout à s'enfuir, qu'elle était fatiguée, essoufflée et qu'on est de gros enfoirés. » Et ça rimait, en plus ! Alors qu'ils continuaient de discuter de la nouvelle arrivante, la porte de la salle de bain s'ouvrit, et ils se turent tous les deux, toujours collés, en train de chuchoter dans leur coin. Burned.

HARLEY-

_________________
I AM THE MASTER OF MY FATE AND THE CAPTAIN OF MY SOUL ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t306-life-isn-t-the-on
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016
» messages : 1508
» points : 1121
» avatar : Tom Hiddleston
» crédits : Schizophrenic
» multicomptes : PsychoEmi & Little Ezio

» appartenance : The Black Walkers
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]   Dim 12 Fév - 3:54



Tel est pris qui croyait prendre



La plupart du temps, j'évitais de me mêler des affaires des autres, surtout quand je n'avais aucun lien avec cette personne ou que cette personne ne me paraissait pas fiable ou qu'elle n'avait rien n'a rien à m'apporter. J'avais toujours été comme ça, à me méfier d'autrui et à aimer profiter de tout ce que je pouvais. Fallait bien savoir faire la part des choses et tirer un max de toute situation se présentant à moi. J'avais fait confiance à une personne au début de tout ce bordel et cela ne m'avait rien apporté de bon. Je m'étais encore laisser avoir avec Matthew, même si cela ne s'était pas terminé comme la dernière fois, cela avait eu de bonnes retombées, l'exact opposé. Matthew n'avait rien exigé de moi, il s'était même prouvé plus qu'utile et il faisait tout son possible pour se rendre utile, pour gagner ma confiance - ça aurait dû être plus compliqué que ça mais il savait très bien comment se débrouiller pour se rapprocher de moi, le fourbe. Et dire qu'il ne le faisait même pas exprès de me manipuler en plus ... Je sais qu'en plus il ne lisait pas dans mes pensées pour savoir comment faire, il faisait ça tout naturellement. Voilà pourquoi je me retrouvais à l'extérieur, devant ma barricade, à négocier l'entrée d'une inconnue dans mon chez-moi, dans ce que je considérais comme un lieu saint à l'entrée restreinte, tout ça pour faire plaisir à mon nouveau colocataire, parce que lui il était une bonne personne et qu'il ne pouvait pas laisser tomber quelqu'un qui avait besoin d'aide, contrairement à moi. Il était beaucoup trop gentil pour son propre bien, mais c'est ça que j'aimais bien chez lui aussi.

En tout cas, elle avait pas l'air très dangereuse. Fatiguée c'est sûr, mais il fallait se méfier des apparences. C'est là où j'étais content d'avoir Matthew et son pouvoir : si jamais elle avait des intentions cachées, ça nous serait utile. Il avait l'air partant et c'était un bon compromis que je lui offrais. D'ailleurs à elle aussi je lui offrais un compromis plutôt intéressant : j'allais pas protéger son cul gratuitement nan mais oh ! Je lui demandais juste de ne pas être dispensable et on aurait un deal. Même si je sentais que si jamais elle n'avait rien à nous proposer, Matthew trouverait bien un moyen de me faire accepter de l'aider ... Il ne me lâcherait plus maintenant qu'il l'avait véritablement vu, qu'elle était plus qu'une simple présence sur "son radar interne". Oh bon sang, la voix de crécelle de cette fille m'énervait déjà. Rien que pour ça, si j'avais été tout seul, je l'aurais laissé se débrouiller toute seule. Ah bon sang je regrettais déjà d'être descendu ... Oh, oh attendez ! Mais c'est qu'elle savait bien caché son jeu la petite, elle avait une véritable petite armurerie avec elle ! J'étais plutôt impressionné, mais mon instinct me soufflait de se méfier : avec toutes ses armes, même si elle ne savait pas s'en servir, elle avait de quoi se défendre et c'était étrange qu'aucun groupe n'ait voulu la recruter rien que pour ça. J'allais pas la quitter des yeux elle, ça, elle pourrait pas y couper. Entendant le bruit de zombies semblant assez proches et ayant un peu la flemme de les descendre, j'ouvris la barricade, désactivant discrètement les pièges qui lui auraient explosé à la figure si elle avait tenté de faire ça seule.

" Allez entre, on verra là haut ce que je te prends pour t'héberger un moment, quelques nuits au grand max comme le dit mon ami, déclarais-je en lui faisant bien sentir que j'étais pas ravi. "


J'écoutais Matthew nous présenter et les suivit dans les escaliers sans la quitter des yeux : je la sentais pas, c'était viscérale et j'avais appris à la dure à ne plus me méfier de mes intuitions. Elle, elle allait pas rester là longtemps et je ne cesserais pas de la surveiller. Entendant les chuchotis de Matthew, je grognais un peu et lui mis un petit coup derrière la tête. Un gros marshmallow, nan mais oh ... Je me laissais aller avec lui et voilà comment il me remerciait ! Faudrait que je lui explique que s'il ruinait chacune de mes présentations avec ce genre de remarques, je n'allais jamais réussir à former un groupe solide. Je poussais un autre petit grognement à la remarque de Matthew : bien, il voulait qu'elle prenne une douche ? Qu'elle aille se faire voir, elle n'aurait pas le droit à l'eau chaude. Je récupérais une bonne partie des armes qu'elle nous avait montré avant de lui indiquer la salle de bain lié à la chambre d'ami, celle où l'eau était froide, le tout avec un petit sourire de satisfaction malsaine. Au moins ça lui enverrait un message fort.

Une fois qu'elle fut partie, Matthew se colla tout près de moi et j'en fus assez surpris, jusqu'à ce que je comprenne sa véritable intention, de discuter de façon à être sûrs qu'elle n'entende pas.

" Si tu tenais tant que ça à me faire un câlin kiddo, tu pouvais simplement demander, commençais-je par le taquiner en lui faisant une pichenette sur le front. En tout cas c'est réciproque, je l'aime pas non plus. Je lis pas dans les pensées moi, mais mes tripes me disent de me méfier d'elle, et je me trompe pas souvent. Elle est peut-être en danger en ce moment, mais elle est plus dangereuse qu'elle veut bien nous le faire croire, ça je te le promet. En tout cas, c'est un bon début, c'est déjà ça. Je suppose que tu voudras voir si ses blessures sont profondes, soupirais-je en sachant déjà qu'elle allait devoir rester au moins une bonne journée avec nous si Matthew jouait au petit médecin avec elle. J'ai pas envie qu'elle r... "

Je fus interrompu dans ma critique par le retour de la fille en question, qui semblait assez perplexe face à la situation. Je pris mon meilleur ton " d'agréable samaritain" et passais mon bras autour des épaules de Matthew.

" On était en train de se demander si tu t'étais pas noyé sous la douche. Désolé pour l'eau froide, mais bon, tu comprends, on essaye d'économiser nos ressources, déclarais-je avec un sourire froid pour bien lui faire passer le message. Allez, viens. "

J’entraînais donc Matthew avec moi, et dans notre sillage l'inconnue, vers le salon et m'installais dans mon canapé.

" Alors ? C'est quoi ton nom la rouquine ? Et qu'est-ce que tu viens faire dans ce coin, demandais-je en essayant d'obtenir le plus d'infos possibles, pour cerner quel type de danger elle pourrait être. Et comment t'as eu toutes ces armes bordel, surtout si tu sais pas t'en servir ?! "

HARLEY-

_________________

   

⊹ Don't get in my way

   
I ship ♥:
 
Award:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t303-i-m-not-what-you-
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]   Mar 18 Avr - 15:50


Keep calm : Tessa in the place !

Des grognements de zombies,ou plutôt des râles de cadavres ambulants, retentirent au loin. Trouver un endroit devenait alors plus qu'urgent, on s'approchait dangereusement d'une question de vie ou de mort. *Bon ça fait depuis belle lurette que ma vie est devenue une question de vie ou de mort... Peut-être un cause d'une petite apocalypse ? La quasi extinction de l'humanité ? Pourquoi je fais de l'ironie moi ?! Je veux juste qu'ils me laissent rentrer ! Tessa faillit poussir un cris de joie quand un des deux gugusses fini par ouvrir la barricadepour la laisser rentrer. la jeune rousse nota dans un coin de sa tête que l'ironie et l'auto-dérision n'était peut-être pas si inutile à la survie. Bon le connard de la barricade la tenait en joue, mais ce n'était qu'un détail, de toute façon dans son cas elle aurait fait strictement la même chose. Pendant un bref instant elle avait oublié, à cause de la joie de voir une porte de sortie, que le connard qui la tenait en joue était accompagné : compagnie qui ne tarda pas à se présenter. Tessa se retint de jeter un regard ''perspicace'' au dénommé Matthew. Après le connard parano elle avait le droit au pire des bisounours (rien qu'en deux phrases, le comparse du connard de la barricade, avait réussit à écœurer Tessa de par sa niaiserie). Au moins elle appris le prénom du connard de la Barricade : Alexander. De plus malgré le côté guimauve de Matthew elle se devait d'être sur ses gardes : il avait l'air tout à fait niais mais ce n'était peut-être qu'un époustouflant jeu d'acteur pour endormir toute méfiance chez elle. Elle n'oubliait pas que l'apocalypse avait réveillé de sacré psychopathes et non seulement de petites voleuses comme elle. Bien sûr Matthew n'avait rien du psychopathe mais on n'était jamais trop prudent. Jamais. Elle se devait donc de garder son ''masque'' de gentille cruche à qui on avait envie de donner des baffes (si on était normalement constitué) pour endormir toute méfiance, elle aussi, chez de potentiels adversaires. Elle n'oubliait pas son but premier : les voler sans vergogne. Elle n'allait pas s'éterniser avec de deux gars zarbi, un peu de repos et ensuite bye bye les cassos.

Elle était tellement absorbé par ses pensées qu'elle ne prit même pas la peine de répondre quoique soit à Mr Guimauve. Dans un certain sens ce n'était pas plus mal, son mutisme devait passer renforcer son côté ''faible créature apeuré''. Ce qui était pas plus mal surtout qu'elle sentait bien le regard pesant venant de derrière elle. Alexander semblait être le véritable obstacle de l'histoire. Celui qu'elle allait devoir entourlouper en beauté. C'est sur cet état des faits qu'elle arriva à l'appartement de ces ''sauveurs''. Une des premières choses qui lui vint à l'esprit fut de se dire qu'elle était bien tombée : c'était l'endroit idéal pour se reposer de ces derniers jours éprouvant : protégé et tout à fait cosy. Bien sûr elle allait devoir fouiller les lieux plus en détail mais pour cela elle allait devoir se faire accepter un minimum par les deux occupants des lieux. Sans plus attendre et sans rechignée elle laissa tomber les armes aux sols tout en pensant qu'elle allait devoir les récupérer. On ne laissait pas d'aussi précieux objets d'échanges aux premiers venus et pour un peu de repos, c'était absolument hors de question.

Elle se retint à nouveau d'exprimer sa joie quand Matthew lui proposa une douche mais elle se contenta d'un faible sourire faussement  remplis de gratitude  correspondant beaucoup mieux à son rôle de demoiselle en détresse. C'est sans plus attendre qu'elle se dirigea vers l'endroit que lui indiquait Alexander. Elle se trouva dans une petite salle de bain proprette accolée à une chambre visiblement pas occupée. Tessa prit un instant pour profiter de l'hygiène et la propreté des lieux. Avant l'apocalypse la blancheur des carreaux n'aurait été qu'un simple détail  mais vu ce que traversait le monde une salle de bain propre était ridiculement réconfortant. Tout en profitant de l'aspect confortable des lieux elle entreprit de se déshabiller pressé que la crasse qui la recouvrait ne soit plus qu'un mauvais souvenir. elle grimaça quand elle observa la trace qui lui avait laissé son taser sur une de ses côtes (elle le gardait toujours précieusement planqué  et solidement attaché sous ses vêtements) mais ce n'était pas vraiment le moment de faire sa coquette. Sur cette considération elle laissa couler l'eau... glaciale... de la douche sur son corps. Elle ne put s'empêcher de sursauter même si elle n'était pas véritablement surprise. L'eau de base était devenue quelque chose de très important alors l'eau chaude était un véritable luxe. Un luxe très de surcroît mais elle n'était pas idiote les deux hommes avait l'air très bien organisé ils avaient certainement de quoi faire chauffer de l'eau.... Mais elle ne leur en voulait pas vraiment : on refilait pas de l'eau chaude à la première idiote du coin. Cependant elle était certes compréhensives mais elle comptait bien elle aussi jouer à la petite merdeuse en usant le plus possible d'eau ou peut-être pas elle devait pas trop tarder si elle voulait avoir une occasion de les espionner. Elle restait Tessa Clark après tout. Elle sourit à l'idée qu'avec son pouvoir l'électricité et par conséquent l'eau chaude n'était plus un problème très difficile et encombrant. Après tout avec son pouvoir elle disposait d'une source d'électricité inépuisable mais elle ne comptait pas en faire profiter ces futures pigeons.  

Après avoir s'être séché et profiter de ce moment d’accalmie pour se refaire une ''beauté'' et réussit à avoir trouver un tee-shirt propre bien trop large pour elle mais parfait pour dissimuler quelques armes dans un recoin de la salle de bain Tessa se décida de rejoindre ceux qui pour l'instant l'hébergeait... Mais avant elle entreprit de puis la chambre d'amis de coller son oreille, le plus discrètement possible, sur la porte afin d'écouter si possible les dires des propriétaires des lieux. Elle fut légèrement déçut elle n'entendit que des bribes mais elle s'y attendait : ils complotaient ou du moins ils se concertaient. C'était plutôt étrange surtout qu'elle avait cru entendre ''électricité'' comment pouvaient-ils savoir ça ? Elle devait se tromper si ce n'était pas le cas le fait qu'il sache une telle information était plus que préoccupant.  Sans plus réfléchir elle se décida à ouvrir la porte le plus brusquement possible... Pour tomber nez à nez face à Matthew et Alexander étrangement serré l'un contre l'autre. Elle aurait du s'en douter dés la chambre d'amis vide de tout occupant : les deux étaient sans doutes plus que de simples amis mais ce constat lui donna une idée pour son rôle de gentille cruche.

- Oh.... Désolée si je vous ai dérangé...  En tout cas c'est vraiment mignon de voir des gens qui s'aiment avec ce qui se passe en ce moment ! s'exclama Tessa tout en jouant le rôle de la fille bien trop prude pour ce bas monde.

Elle ignora royalement la réplique d'Alexander à propos de la douche et de son ton faussement gentil et préféra sourire gentiment à Matthew : elle avait compris que malgré les apparences il avait plus de poids qu'il n'y paraissait dans les décisions d'Alexander. *A se demander qui porte la culotte ricana intérieurement Tessa à propos du couple que devait former probablement les deux hommes. Elle se laissa guider jusqu'au salon et se faire assaillir par les questions d'Alexander.  Elle aurait adoré répondre un truc du genre ne m'appelle pas la rouquine et ce n'est pas tes affaires connard mais elle s'abstint et préféra répondre faussement apeuré et gênée ce qu'elle avait préparé comme réplique sous la douche.

- T.. Tessa je me sens bête de pas vous l'avoir dit plus tôt...

Donner son prénom n'avait pas vraiment d'importance, de plus il fallait toujours dire un peu la vérité si on se voulait convaincant.

- Je suis complètement perdue, à vrai dire jusqu'à récemment je n'étais pas seule mais... un accident est arrivé et j'ai.. Perdu celui qui m'accompagnait.


Elle fit une pause dans ses paroles et laissa le silence flotter dans la pièce : elle devait le faire croire que ce prétendu accompagnateur était quelqu'un de précieux pour elle et qu'elle n'avait pas vraiment envie de parler de cette perte.

- C'était un militaire et quand j'ai du m'enfuir j'ai pris ses armes en sachant que je pouvais pas m'en servir mais je me suis dit que je ne pouvais peut-être m'en servir comme objet d'échange un jour ou l'autre... Et heureusement grâce à elles j'ai pu vous rencontrer !  

Si son histoire était cousue de fil blanc elle n'était pas tout à faire fausse non plus : elle avait bien rencontré un militaire et les armes avaient bien un but de marchandage. Ce n'était pas un gros mensonge elle comptait juste après les rencontrer profiter d'eux et les voler mais ça ils n'était pas du tout obliger de le savoir.

- Je vous suis si reconnaissante, sans vous je serais sans doute... Peut-être plus là.... Si je peux vous aider d'une quelque façon dîtes le moi !

Ce qui était encore la réalité enfin elle n'était pas totalement reconnaissante mais elle devait reconnaître qu'ils lui avaient certainement aider à sauver sa peau et en quelque sorte ils allaient continuer à l'aider... Peut-être pas de leur plein gré mais l'aider quand même ce qui pour elle était le plus important. Ce qui était totalement faux dans l'histoire c'est qu'elle est put faire croire qu'elle allait servir autre chose que ses intérêts mais ça ils finiraient bien par le découvrir si tout ce passait comme prévu.  

HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016
» messages : 1216
» points : 778
» avatar : James McAvoy
» crédits : cheschirecat
» multicomptes : Elliot S. Balck & Christopher Winchester

» pouvoir : Télépathie
» appartenance : Maman poule des Black Walkers
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]   Lun 24 Avr - 18:49


Tel est pris qui croyait prendre

La jeune femme semblait savoir ce qu’elle faisait. Matthew avait beau être du genre un peu naïf, il n’était pas non plus totalement idiot. Le jeu d’actrice de l’inconnue était presque sans erreur, mais le seul problème restait qu’elle en faisait trop. Ça se voyait qu’elle faisait tout pour bien se faire voir, mais malheureusement pour elle, elle n’était pas forcément tombée sur les bonnes personnes. Matthew l’aurait de toute manière aidée, enfin, sauf si elle était arrivée en le menaçant ou en refusant de donner ses armes, mais quand même : il n’était pas du genre à laisser les gens se faire bouffer par des zombies ou attaquer par des bandits qui profitaient de l’apocalypse pour faire du mal aux plus faibles. Mais Alexander, lui, c’était une toute autre histoire, du coup… Le jeune médecin n’approuvait pas forcément ses manières de faire, mais c’était lui le chef et surtout il le respectait. Et ça, c’était déjà beaucoup. Parce que oui, même s’ils n’avaient pas démarré leur relation sur de bons termes, le politicien l’avait aidé et sauvé, et ça, c’est pas tout le monde qui l’aurait fait. Bon, Matthew savait très bien qu’il était pas là parce qu’Alexander avait besoin de lui, dans le sens où les médecins se faisaient rare dans ce monde de fou. Les médecins, ils étaient pas forcément parés pour la survie : ils savaient guérir et soigner, mais ça ne faisait pas tout, malheureusement. Surtout que les zombies n’étaient pas du genre sympathiques et prévisibles, et les médecins adorent prévoir tout à l’avance. Matthew était comme ça, d’ailleurs : il n’aimait pas que les choses ne se passent pas comme il l’avait prévu, les petites surprises l’agaçaient et il ne savait surtout pas comment réagir. Enfin bref, Alexander l’avait sauvé pour une raison, mais ça ne changeait rien : le jeune docteur lui était redevable.

Une fois que la jeune femme fut dans la salle de bain, Matthew attrapa Alexander pour lui parler le plus loin possible de la porte tout en y gardant un œil dessus. Il dévoila les quelques trucs qu’il avait appris sur elle, précisant bien que quelque chose semblait bloquer quelque peu son pouvoir. À chaque fois qu’il tentait d’entrer pleinement dans sa tête, il recevait comme un coup de jus et son cerveau ne semblait pas franchement apprécier ces petites décharges. « Tu sais où tu peux te le mettre ton câlin ? » répondit le jeune médecin, presque rougissant. Non mais quel idiot, franchement. « Je regarderai ses blessures, et je tenterai d’en apprendre plus à ce moment là. c’est horrible à dire, mais la douleur peut être d’une grande aide pour apprendre des choses… Enfin, dans la limite du raisonnable, hein. » Il n’était pas encore devenu un psychopathe qui aimait torturer les gens. C’était juste qu’il ne lui faisait pas totalement confiance non plus. Mais alors qu’il discutait tranquillement avec son ami, la porte de la salle de bain s’ouvrit d’un seul coup et personne n’osa bouger immédiatement, surprit. Les paroles de la jeune femme furent encore une plus grosse surprise, et Matthew faillit s’étouffer. Elle lui lança ensuite un gentil sourire, et il faillit lui retourner lorsqu’une de ses pensées l’atteignit. Sérieusement ? Elle jouait vraiment un rôle à ce point ? Bon dieu, c’était exactement le même monde que celui du politicien ! Ils devraient bien s’entendre, les deux fourbes. Alexander passa ensuite son bras autour des épeules du docteur, et celui-ci laissa alors la parole au politicien, sachant très bien qu’il savait mieux que lui comment poser ses questions pour qu’on lui réponde.

« Enchanté Tessa. »
sourit-il gentiment, essayant de cacher qu’il avait effectivement entendu quelques unes de ses pensées. Elle leur raconta ensuite son histoire, ou du moins ce qui semblait l’être. Elle avait déjà menti plusieurs fois, et Matthew commençait déjà à se poser des questions. Devrait-il tout dire à Alexander ou garder pour lui les quelques remarques ? Ce n’était pas grand-chose après tout, se dit-il, rien de bien grave. Si ce qu’elle disait était vrai, alors elle n’avait vraiment pas de chance et c’était bien triste. Soupirant, le jeune médecin jeta un coup d’œil à Alexander pour avoir son avis. Après avoir reçu son approbation, il se tourna vers Tessa. « Avant ça, et si je regardais tes blessures ? Autant que le seul médecin du coin le fasse. » Ils avait bien qu’elle n’allait pas refuser : soit parce que c’était une denrée rare de trouver un docteur, soit parce que si elle refusait, ça serait bien trop louche. « On va aller dans mon appartement, Alexander. » ajouta-t-il, prévenant l’autre jeune homme. Il indiqua ensuite le chemin à Tessa, celle-ci le suivant de près. Une fois arrivé là où il devrait normalement passer son temps, il lui montra du doigts un lit qui avait été aménagé exprès pour qu’il ressemble à celui d’un médecin. « Alors, t’es blessée quelque part en particulier ? » demanda-t-il en enfilant ses gants en latex. Il ne voulait prendre aucuns risques et il ne connaissait pas Tessa, et les maladies qu’elle pourrait avoir… « L’homme qui t’accompagnait, il est mort ? C’est dommage, les gens bien se font rare. » Une fois qu’il eut pris soin des blessures de la jeune femme, il jeta ses gants et sortit, Tessa toujours derrière lui. Alexander était devant la table de la salle à manger, les armes de la nouvelle arrivante devant lui, et il était en train de prendre des notes. Haussant les épaules, il s’approcha, attrapant doucement l’avant-bras du jeune politicien pour attirer son attention. Une fois fait, il sourit. « Je me demandais, pour la bouffe, on fait comment ? » souffla-t-il. « On parlera quand elle sera couchée. » murmura-t-il ensuite dans son oreille, pour ne pas qu’elle les entende.

HARLEY-

_________________
I AM THE MASTER OF MY FATE AND THE CAPTAIN OF MY SOUL ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t306-life-isn-t-the-on
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016
» messages : 1508
» points : 1121
» avatar : Tom Hiddleston
» crédits : Schizophrenic
» multicomptes : PsychoEmi & Little Ezio

» appartenance : The Black Walkers
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]   Mar 25 Avr - 6:04



Tel est pris qui croyait prendre



J'avais toujours eu un véritable détecteur à embrouille. Et là, il ne faisait pas que sonner en présence de la nouvelle venue, il faisait le bruit d'une alerte anti-missile de niveau 99 au moins. Genre la sonnerie qui avait dû sonner dans le bureau du premier ministre anglais lorsque l'état d'urgence s'était déclaré à cause de la pandémie provoquée par le Mutandis. Enfin, si une telle alarme avait un jour sonné dans son bureau ... Qui sait, peut-être que tout le haut du panier gouvernemental trempait dans cette histoire depuis le début et que je n'avais jamais pu soupçonner  toute l'ampleur de la machination. Peut-être n'avais-je été qu'un pion dans une histoire bien plus grande que je n'aurais jamais pu l'imaginer ? Bon sang, j'avais l'impression de sonner comme l'un de ces anarchistes conspirationnistes, un gars voyant des complots partout, croyant aux Illuminatis, aux Reptiliens et toutes autres inepties à laquelle je n'avais jamais cru auparavant. Ah bordel ça semblait vraiment idiot tout ça ...
En tout cas, je n'allais pas baisser ma garde auprès de la rouquine. Si ça n'avait tenu qu'à moi, je ne l'aurais jamais laissé rentrer. Avec son ton mielleux, ces phrases à deux balles, sa voix horripilante et tout le tintouin ... Brr ... Un vrai cauchemar ambulant. Mais Matthew avait insisté, Matthew et son bon coeur, cela lui jouerait des tours un de ces jours, j'en étais persuadé ! Mais parce que je ne voulais pas paraître trop brusque ou psychorigide, j'avais décidé de faire une entorse à mes décisions inflexibles et de me montrer plus "compatissant", en laissant cette survivante solitaire pénétrer dans notre antre, notre chez-nous. Et pourtant cette désagréable impression d'avoir fait entrer le loup dans la bergerie ne me quittait pas, même si Matthew semblait persuadé qu'elle ne nous voulait à priori pas de mal. J’espérais que nous allions pouvoir discuter un peu de la suite des événements pendant que notre "invitée" prenait une douche froide.

Heureusement, le fait de taquiner Matthew me permettait de faire redescendre la pression. Et puis il avait l'air déterminé à faire ce qui était juste et logique : enquêter, se renseigner et en savoir plus sur cette rouquine démoniaque qui, à mon humble avis, complotait contre nous et allait causer notre perte. Je tapotais gentiment le haut du crane du petit brun, en lui ébouriffant les cheveux.

" C'est bien, tu apprends vite gamin, je suis fier de toi, le taquinais-je gentiment en entendant ses remarques. Profite du fait que tu la soignes pour gagner un peu sa confiance, lui sous-tirer quelques informations et la sonder le plus possible. Tu vas t'en sortir. "

Quand la rousse nous rejoignit, sa remarque m'aurait presque fait rire, enfin seulement si cela avait été quelqu'un d'autre qui l'avait dit. Parce que là avec son ton mièvre, ça m'exaspérait plus qu'autre chose. Mais fallait que je joue mon rôle, que je reste "sympathique". Et qui à faire, autant continuer à embêter mon comparse. Bien qu'il ne fit aucune remarque, j'avais senti sa gêne.

" Ravi que tu trouve notre duo mignon, on fait tout pour ! déclarais-je avec un enthousiasme un brin forcé, en resserrant mon étreinte autour de Matthew. "

En tout cas, après que j'ai commencé à poser mes questions d'un ton incisif, la rouquine - enfin désormais je pouvais la nommer, donc Tessa - se mit à parler et à nous raconter son histoire, enfin plutôt sa fable. Même si certains faits devaient être réels et censés, je sentais qu'elle brodait tout autour, qu'elle tentait de fabuler pour protéger je ne sais quoi qu'elle nous cachait. M'enfin, c'était toujours ça de pris, ça nous donnait quand même quelques informations de base sur elle. Comme si elle, une gamine fragile avec son ton insipide avait pu voler les armes d'un militaire quel qu'il soit. Même si militaire il y avait, quelque fut leur relation, aucun de ceux que je connaissais - aucun militaire sain d'esprit - n'aurait laissé une civile avec de tels armes, surtout qu'elle prétendait ne pas savoir s'en servir. Y'avait vraiment anguille sous roche, mais je me contentais de hocher la tête comme si je voyais ce qu'elle voulait dire. Je ferais part à mes doutes à Matthew plus tard, mais je n'allais pas la perdre de vue en tout cas. Pas maintenant que j'avais la confirmation qu'elle était plus que louche.

" Et bien, quelle histoire, ne pus-je m'empêcher de commenter, avec un ton probablement un peu sarcastique. Une véritable épopée lyrique ! En tout cas Matth a raison, il s'occupe d'abord de tes blessures et ensuite on verra ce que tu peux faire pour nous. Pendant ce temps je vais dresser un inventaire complet de tes possessions, pour savoir exactement ce que nous allons prélever, expliquais-je ensuite sans la quitter de mon regard froid. Pas de discussion possible, nous choisirons selon ce dont nous avons envie et on te laissera de quoi te défendre bien sûr, nous ne sommes pas cruels. Enfin, pas tout à fait, murmurais-je en riant sous cape. "

J'adressais un signe de tête à  Matthew et lui glissais à l'oreille de faire attention à lui quand il était seul avec la fille et les laissait se diriger vers son propre appartement qui servait plus de bloc opératoire que d'habitation, vu qu'il passait le plus clair de son temps ici. L'inventaire fut plus long et fastidieux que prévu, sûrement parce que certaines armes m'étaient inconnues, mais j'avais repéré quelques petits bijoux dans le lot dont j'avais hâte de me servir. Quand ils revinrent, j'étais en train d'associer sur papier quelles munitions allaient avec quelles armes et ce fut la question de Matthew qui me rappela que nous n'étions pas en présence d'une possible alliée, mais de quelqu'un à surveiller. Je lui tapotais gentiment le haut de la tête, très familièrement, avant de m'éloigner et d'aller chercher quelques petites choses dans la réserve dans mon appartement, que je veillais à bien fermer à clés après.

" Ce soir, c'est petits poix/carottes et en dessert, on aura des cookies pas tout à fait secs, annonçais-je en profitant de l'occasion pour me débarrasser des légumes que nous avions en majorité. Je nous réchauffe ça vite fait. Matth, tu veux bien mettre la table dans le salon s'il te plait ? Tessa, j'espère que tu aimes les légumes, nous n'avons malheureusement pas grand chose d'autre à te proposer, déclarais-je avec un sourire qui se voulait désolé mais avec un ton qui contre-indiquait totalement cette mimique. Installez vous, j'arrive ... "

Tandis que j'allumais le réchaud et commençais à faire chauffer le tout, je me penchais sur le bar et m'adressait aux deux zigotos qui se trouvaient de l'autre côté, dans le salon.

" Alors Tessa, parle nous un peu de toi ... Tu faisais quoi avant tout ça ? On est curieux d'en apprendre plus sur les autres survivants du coin, tu comprends, ajoutais-je pour expliquer mon empressement  à lui poser des questions, alors qu'en vérité, je cherchais à cerner la petite fouine qui nous faisait face. "


EXORDIUM.

_________________

   

⊹ Don't get in my way

   
I ship ♥:
 
Award:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t303-i-m-not-what-you-
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]   Mar 25 Avr - 20:32


Question rime avec mensonge

Tessa était maligne. Du moins elle croyait fermement l'être. Si bien sûr elle ne vendait pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué elle sous estimait beaucoup trop ceux qu'elle comptait voler. Bien sûr cette assurance jusqu'à maintenant ne l'avait pas trompé. Elle avait toujours réussit à s'en sortir, à être au final, malgré les dangers, la gagnante de l'affaire. Tessa ne doutait aucunement du fait qu'elle arriverait, sans doutes avec quelques difficultés certes, à voler sans vergogne Alexander et Matthew. Elle devait juste attendre le moment propice, endormir la méfiance d'Alexander et obtenir la totale confiance de Matt... Une fois cela fait l'affaire serait dans le sac. Cependant Tessa ne pouvait pas s'empêcher, tout au fond elle même, d'être sur le qui-vive. Quelque chose clochait, des paramètres importants voir cruciaux lui échappaient. Elle le sentait viscéralement mais elle n'avait pas le temps ou l'envie d'écouter son instinct. Elle était tout de même véritablement épuisé par ses derniers jours et parfois il fallait savoir devancer son instinct pour ne pas être paralyser par le doute ou pire la peur. Au fond elle se trouvait dans une situation dangereuse mais la promesse de vivre et peut-être plus valait un danger potentiel. De plus si la méfiance de ceux qui l'hébergeait se bornait à des questions inquisitrices elle pouvait largement s'en sortir. Oui elle disait du pipeau mais ils n'avaient guère de solution pour vérifier ses dires : ils étaient obliger en partie de la croire. Tessa se frottait les mains intérieurement et se mit à oublier son angoisse naissante : le connard et Mr Guimauve avaient signé leur perte à partir du moment où ils l'avait laissé rentrer. Elle en était sûr, elle trouverait bien un moyen pour les dépouiller et partir discrètement. C'était juste une question de temps et tout de même de prudence. Dans le nouveau monde qu'avait crée l'apocalypse un être humain pouvait en tuer un autre en toute impunité. Alexander semblait être tout à fait ce genre d'homme n'ayant pas froid aux yeux c'est-à-dire que Tessa le voyait parfaitement lui flanquer une balle dans son minois de voleuse. Elle ne se faisait pas du tout avoir pas l'hypocrisie de ce qu'elle avait reconnu, dés le premier instant,  comme un parfait enfoiré. Puis Alexander lui évoquait quelque chose mais elle n'arrivait pas pour l'instant à remettre le doigt dessus. Elle espérait juste que quand elle allait se souvenir la révélation ne soit pas que ce connard soit un dangereux psychopathe même avant la crise.  Si elle était aussi confiante c'était grâce à la présence de Matt' : le meurtre ne semblait pas être sa passion et il semblait aussi contrebalancer cet aspect là chez Alexander.

Se servir de Matthew pour ses fins voila la raison qui poussa Tessa à accepter sans rechigner que le médecin (information que ce dernier venait de livrer) regarde ses blessures. Elle ne devait pas se mettre Mr Guimauve à dos sinon elle perdait son principal instrument pour obtenir ce qu'elle voulait. De plus elle n'avait pas vraiment peur de ce dernier : il était totalement inoffensif Tessa en était plus que convaincue. Elle se laissa donc guider par le médecin jusqu'à un autre appartement et une chambre ressemblant vaguement à un cabinet médical. Elle s'allongea sur le lit et tressaillit quand Matt' demanda où étaient ses blessures. Elle en avait bien au torse ou sur le ventre mais elle ne pouvait pas décemment les montrer. Pas parce-qu'elle prude ou tout à fait cruche mais seulement parce-qu'elle ne pouvait pas montrer son taser, son arme de secours. En plus de briser son image de jeune fille fragile elle compromettrait énormément le peu de confiance qu'elle avait réussit à établir avec ses deux futures victimes. Quelqu'un qui cachait une arme ne pouvait pas être totalement innocent et surtout il devenait à 100% pas digne de confiance. Le plus d'innocence possible elle montra ses bras et quelques ecchymoses aux jambes dans l'espoir que le médecin prouve une fois de plus sa niaiserie et ne trouve pas son seul moyen de défense actuel. Tessa oublia complètement la peur que son arme soit découverte quand Matt' ouvrit à la bouche a propos de son prétendu accompagnateur. Elle faillit éclater de rire et parvint à se retenir qu'à la dernier minutes pour dire dans un faible murmure  une phrase aussi fausse que le visage empreint de tristesse qu'elle se forçait à composer sur son visage.

- Oh... A vrai dire je ne sais pas mais la dernière fois que je l'ai vu il était en très mauvaise posture... Oui les gens biens se font rare, heureusement que je vous ai rencontré toi et Alexander. Il faut croire que j'ai un peu de chance je finis toujours par croiser des gens biens.

Intérieurement elle rigolait encore : le mec qu'elle avait volé était sauf quelqu'un de bien. A vrai dire pourriture était le mot qui correspondait le mieux à l'homme qu'elle avait laissé quasiment sans défense dans un coin infesté de zombie. Déjà en temps normal elle n'avait pas de remords mais pour ce cas précis elle avait pris à malin plaisir à mener du bout du nez ce véritable pervers. Tessa riait aussi du fait que le pauvre Matt' croyait encore que des gens biens existaient. Spoiler ils n'avaient jamais existé mais une apocalypse zombie avait réduit toute bienveillance sur terre à l'était de néant intersidéral. Elle avait  du mal à ne pas pleurer devant la naïveté du médecin. Elle en avait quasiment pitié cependant éprouver de la pitié pour autrui était une perte de temps alors la rouquine s'en abstenu sans soucis. Le reste de l'examen ''médical'' se fit dans le silence et le chemin du retour aussi. Ce qui arrange parfaitement Tessa, elle apprécia la pause, jouer la cruche à tout moment pouvait se révéler épuisant à la longue.

Tessa faillit arquer un sourcil quand ils tombèrent sur Alexander prenant consciencieusement des notes sur les armes acquises. Il perdait bien son temps pour rien : des armes étaient des armes pas la peine de les classer ou de faire quelque chose du même genre. Surtout qu'il n'allait pas garder ses armes très longtemps du moins Tessa ne comptait surtout pas lui en faire cadeau : elle rejoindrait bientôt son sac avec ce qu'elle arriverait à obtenir d'autre.  D'ailleurs Tessa ne perdit pas une miette du déplacement d'Alexander vers ce qui semblait être une réserve fermé à clé. Elle ne put s'empêcher un sourire en constatant que le propriétaire des lieux revenait avec de la nourriture et que  la serrure ne devait pas être très difficile à crocheter. Deux informations qui allait lui faciliter la tâche : plus besoin de faire un repérage complet des lieux (même si elle allait devoir apprendre où le bonhomme cachait les armes) et une simple serrure n'allait pas être un obstacle bien dur. A l'annonce du repas frugal qu'ils allaient faire Tessa fit mine de ne pas comprendre qu'Alexander lui faisait très clairement comprendre qu'ils avaient bien plus comme nourriture mais que ce n'était pas du tout pour elle. Il était certes perfide mais elle l'était encore 100 fois plus. La nourriture allait un jour ou l'autre atterrir dans son estomac qu'il le veuille ou non.

A peine le repas annoncé qu'Alexander s'empressa de poser une question sur ce qu'elle était avant *a croire que c'est une obsession chez eux . Elle n'était pas dupe vu le personnage qu'était Alexander; ou du moins le peu d'amabilité qu'elle avait pour lui, elle savait pertinemment que c'était encore une tentative de la piéger. Une tentative totalement vaine car elle sentait la méfiance de celui qui l'hébergeait à des kilomètres : elle n'allait certainement pas lui donner ce qu'il voulait. De toute façon même en temps normal elle n'aurait certainement pas blablater sur sa vie d'avant. Le passé était le passé point barre. Au bout d'un moment il était inutile de vouloir remuer la merde et de penser à des choses révolues.  

- J'étudiais en littérature... Qu'est-ce que je donnerai pas maintenant pour être en partiel. Les zombies m'ont permis de relativiser beaucoup de chose,  soupira t-elle, mais j'ai bien peur que ma vie de simple étudiante ne soit guère intéressante mais vous Alexander que faisiez vous ? Je suppose que Matt' était un médecin aussi prévenant qu'aujourd'hui...  Mais vous  vous restez un mystère pour l'instant ! ajouta t-elle avec un léger sourire sensé être innocent mais tout à fait narquois.

Bien sûr elle ne souciait que très peu de savoir quoique ce soit de la vie d'autrui mais elle devait reconnaître que la situation était amusante ou plutôt qu'elle pouvait le devenir. De quoi oublier pour un bref instant la situation merdique de l'humanité. Au jeu du chat et de la souris elle avait toujours gagné et ce n'était pas aujourd’hui qu'elle allait perdre.

   

HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
 
Tel est pris qui croyait prendre [Alexander - Matt]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» On pietine sur notre President, ca fait mal, mais c'est ce qu'il voulait
» Qui est pris qui croyait prendre... [Mission #8 - Groupe 1]
» [Plage] Tel est pris qui croyait prendre
» Jour 7 : Tel est pris qui croyait prendre
» Tel est pris qui croyait prendre - Acte II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Canterbury-
Sauter vers: