AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hey, I've just met you, and this is crazy - Ft. Coleen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016
» messages : 1522
» points : 1089
» avatar : Tom Hiddleston
» crédits : Schizophrenic
» multicomptes : PsychoEmi & Little Ezio

» appartenance : The Black Walkers
MessageSujet: Re: Hey, I've just met you, and this is crazy - Ft. Coleen   Dim 26 Mar - 19:24


Hey, I've just met you and this is crazy


Si il y avait bien une chose sur laquelle je resterais intransigeant et que je ne changerais jamais chez moi, c'était la loyauté que je portais aux gens auxquels je tenais. C'était ça que je voulais retrouver dans le groupe que je tentais de former, une loyauté à toute épreuve, une solidité de liens qui ne se briserait pas, même dans des situations pareilles. J'étais peut-être encore un des seuls gars normaux, un humain sans pouvoir, qui luttait encore par ses simples armes et sa propre intelligence, pas avec des pouvoirs surnaturels. Sincèrement, comment voulez-vous qu'on lutte nous autre simples petits humains, contre des gens qui disposaient de pouvoirs comme ceux de Coleen ? C'est difficile de faire face à ça. Je n'avais pas pu lutter contre ses pouvoirs, j'étais devenu le co-pilote de mon propre corps, sans pouvoir lutter, résister à ce qu'elle me faisait faire. Horrible sensation, vous savez ... Cette impression d'être devenu inutile, de ne rien pouvoir faire pour se contenir et je n'aimais pas du tout la sensation de perte de contrôle que j'avais ressenti. C'est que c'était quelque chose d'indispensable pour moi, ce contrôle. C'est comme ça que je survivais moi, en tentant de maîtriser tout ce que je pouvais, alors lorsqu'on m'empêchait de faire ça et même de simplement me comporter comme je le voulais, je paniquais moi.  Elle avait beau me dire de pas paniquer, moi je paniquais. Enfin, je m'énervais plus en vérité. J'avais paniqué sur le coup mais là maintenant ça me mettait sur les nerfs. Même si mon groupe n'existait pas encore réellement, je ne souhaitais pas qu'on me menace et je détesterais qu'on menace les gens avec qui je travaillais. Coleen tentait de faire monter la pression par le silence, mais ça ne marcherait pas comme ça avec moi, je ne me laisserais pas marcher sur les pieds : ça avait toujours marché comme ça entre nous, par des menaces plus ou moins voilées mais avec des règles claires et précises entre nous.

" T'inquiète pas, j'essayerais de pas marcher sur tes plates-bandes très chère Coleen, marmonnais-je avec un peu de hargne. On sait tous les deux très bien comment ça marche, on évite de se voir trop souvent et on se portera mieux comme ça. Mais si tu tentes une nouvelle fois de menacer mon groupe comme ça ou de m'extorquer des informations, crois-moi, je me ferais un plaisir de venir t'embêter sur ton territoire. On fera moit'-moit' en fonction de ce qu'on trouve et de ce que chacun peut utiliser, ça te va comme ça ? Moi non plus je suis militaire, mais on va dire qu'on peut apprendre ... "


J'appréciais quand même le fait qu'elle n'utilise pas ses pouvoirs pour me soutirer des informations contre mon gré, c'était déjà ça. Elle était clean de ce côté là, je ne pouvais pas le nier. Nous avions beau être en mauvais termes, ou du moins en termes instables et troubles, nous jouons quand même selon des règles de jeux fixes et tout à fait claires. Nous restions civilisés tout en frôlant parfois l'outrecuidance, de très près même la plupart du temps. Mais après tout, c'est pas parce que les zombies voulaient notre peau, que le monde partait en cacahuète et qu'on s'entre-tuait à tous les coins de rues qu'il fallait oublier les bonnes habitudes et perdre notre respect mutuel, pas vrai ?
En tout cas, je lui faisais confiance et je la suivis dans les couloirs : elle connaissait les lieux, elle devait savoir où aller, dans quels coins les gens pouvaient avoir planqués des trucs et tout. Moi j'avais prévu d'y aller surtout au talent, en fouillant un peu partout, mais c'était un véritable atout d'avoir avec moi quelqu'un qui connaissait vraiment les lieux. N'empêche, je m'étonnais encore d'avoir dû descendre un zombie dans une condition aussi étrange : caché dans un placard quoi ... Quand j'allais la raconter à quelqu'un, personne ne me croirait ! Ça sentait la bonne blague mais pas forcément drôle pour tout le monde, mais bon, je la raconterais quand même, on sait jamais, ça serait peut-être amusant au final. J'entrais donc dans la pièce qu'elle venait d'ouvrir, un peu dubitatif.

"T'es venue comme ça, sans rien vraiment savoir ce que tu cherchais ... Pas ton genre ça vraiment Coleen, grognais-je un peu étonné, j'avais le souvenir qu'elle était du genre minutieuse quand elle préparait ses plans. Allez, fais pas l'idiote Coleen, tu sais que tu devras finir par me dire la vérité si tu veux qu'on bosse ensemble sur ce coup. Comment tu veux qu'on partage équitablement si au final tu repars avec plus de trucs intéressants que moi ? T'es injuste, surtout après m'avoir forcé à t'avouer mes plans sincèrement ... "

J'entrais donc dans la pièce en grognant un peu, mais après tout, je ne pouvais pas vraiment la forcer à me dire tout ce qu'elle me cachait. Déjà parce que ça serait sûrement très long, mais surtout parce qu'ici c'est moi qui avait un véritable désavantage : je n'avais pas le pouvoir qu'elle possédait et je ne pouvais surtout pas lutter quand elle l'utilisait sur moi. Dans la pièce flottait une odeur très désagréable qui me sauta au nez directement et je découvris très rapidement de quoi elle provenait : trois cadavres traînaient dans la pièce. De ce que je pouvais voir, l'un semblait s'être vidé de son sang, un autre avait un trou dans le crâne assez clair sur ce qui avait causé sa mort quand au troisième ... Disons qu'il s'agissait d'un zombie qui avait été définitivement éliminé. Sûrement qu'il avait dû mordre le type qui avait été ensuite descendu par une balle et que le premier les avait tous éliminé avant de se vider de son sang sans pouvoir rien faire pour survivre. Je fis la moue, mais m'approchait d'eux pour voir ce que je pouvais trouver sur eux.

" Bon alors, on a un petit calibre de grand-mère, un fusil à pompe, quelques lames improvisées ... Je te laisse fouiller dans les sacs, je m'occupe de ce qu'ils ont sur eux, mais j'ai pas l'impression qu'on va trouver des merveilles, ça doit me semble pas être le groupe que je cherche, ou alors ce sont juste quelques-uns de leurs membres. Je prends les munitions du petit calibre si ça te dérange pas, et quelques-uns des couteaux improvisés, tu peux garder le reste si ça t’intéresse, déclarais-je en continuant à fouiller, pas dégoûté pour un sou par le fait de devoir fouiller les affaires des morts. "

HARLEY-

_________________

   

⊹ Don't get in my way

   
I ship ♥:
 
Award:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t303-i-m-not-what-you-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 3255
» points : 4197
» avatar : Alexandra Daddario
» crédits : Angie (vava), Niniel (sign)
» multicomptes : Elias, James & Aerin
» pouvoir : Voix de sirène
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: Hey, I've just met you, and this is crazy - Ft. Coleen   Lun 3 Avr - 18:29



Hey, I've just met you, and this is crazy
Alexander - Coleen
La colère dans la voix d'Alexander amusait beaucoup Coleen. Elle voyait bien qu'il essayait de contrôler son tempérament et qu'il aurait certainement beaucoup de choses à lui dire si jamais il arrêtait de se retenir mais il n'en faisait rien. Pousser les gens dans leurs retranchements, elle l'avait fait avec ses frangins pendant toute son adolescence, s'amusant à les agacer volontairement alors oui, ça la faisait presque marrer de retrouver cette sensation. Le moment où elle voyait dans le regard de l'autre qu'il allait tout balancer mais que la raison reprenait le dessus et qu'il se mordait presque la joue pour ne pas craquer. C'était mesquin mais on s'amusait comme on pouvait. En tout cas, ça lui donnait un goût de normalité qui lui faisait presque oublier le contexte dans lequel ils se trouvaient. Faire rager l'ancien politicien était juste un agréable bonus mais elle n'oubliait pas pour autant le but de sa venue et, en entrant dans l'ancienne salle de réunion de la police municipale, elle redoubla de vigilance pour ne pas se faire surprendre comme une minute plus tôt. Avant de voir quoique ce soit, c'est l'odeur qui frappa ses narines. Ça puait la charogne là-dedans à en donner la nausée. C'était suffocant et elle s'empressa de sortit le foulard qu'elle avait dans son sac pour l'enrouler autour de son cou et surtout, le mettre devant sa bouche. Elle n'avait rien d'une mijaurée mais ce n'était pas une raison pour supporter de tels désagréments.

"On va partager tout ce qu'on trouve, je vois pas en quoi ça peut ne pas être équitable. Surtout qu'en étant ensemble, si je trouve quelque chose, tu le verras bien, non ? Et je t'ai dit, je cherche les réserves de la mairie mais je ne sais pas ce qu'elles contiennent. J'étais pas adjointe au maire, hein... juste une traductrice freelance. Mon boulot principal, c'était pas ça."

Et elle ne parlait même pas de son boulot illégal là mais bien de celui officiel de guide touristique de la ville. Les traductions et l'aide qu'elle apportait pour le parrainage avec la ville de Vladimir, c'était juste un plus. Mais bon, Alexander ne pouvait pas savoir, forcément. Comment l'aurait-il pu alors qu'il n'avait débarqué à Canterbury qu'après l'apocalypse ? Et si elle omettait juste de lui dire qu'elle savait où se trouvait la salle en question, qu'est-ce que ça pouvait bien faire de toute façon ? Sans le code, ils n'iraient pas bien loin et même avec, elle n'était pas sûre que la porte blindée s'ouvre sans électricité alors à quoi bon lui donner de faux espoirs ? Dynamiter les choses n'étaient pas la solution non plus donc le mieux était bien de se contenter de ce qu'ils trouveraient et ça commençait par cette salle. La jeune femme laissa le politicien fouiller les cadavres - autant parce qu'il était inutile de s'y mettre à deux que parce qu'elle ne voulait pas se donner la possibilité de reconnaître les corps - pendant qu'elle s'occupait d'ouvrir les sortes de placards-vestiaires typiques des forces de police. Elle n'y trouva aucune arme à feu mais trois matraques électriques. Voilà qui pouvait s'avérer fort intéressant, surtout avec le gars au château qui avait le don de jouer avec les générateurs. Elle fouilla ensuite les tiroirs du petit bureau qui se trouvait sur la droite de la pièce, sans se soucier de son compagnon de fortune qui devait croire qu'elle avait complètement perdu la tête si elle pensait y trouver des choses intéressantes mais elle espérait qu'il se trompait.

"Les matraques m'intéressent, à toi de me dire si tu en veux une. Et j'suis pas encore barge, t'en fais pas. Je cherche des documents sur le plan d'urgence prévu par la mairie, ça nous filera des infos si on le trouve. Sur les réserves disséminées un peu partout."

Pour le coup, elle avait quasiment dit tout de la raison de sa venue à la mairie ce jour-là, Alexander pouvait être content. Elle y mettait de la bonne volonté là, il pouvait difficilement lui demander plus, ni même le nier. Et comme pour le moment, ils étaient au calme, elle s'en serait voulu de ne pas fouiller méthodiquement. Sauf qu'il n'y avait rien d'intéressant dans la paperasse qu'elle trouvait et c'était frustrant. Elle finit par retourner les tiroirs, foutant tout par terre. Peut-être aurait-il mieux fait d'aller directement dans le bureau du maire, dans l'aile opposée ?

"C'est quoi ce group..."

Elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'elle entendit nettement un bruit dans le couloir, a priori à une centaine de mètres de l'endroit où ils se trouvaient. Comme si quelqu'un venait de faire tomber un objet métallique sur le sol. En moins d'une minute, Coleen fourra dans son sac le maximum de ce qu'elle pouvait y mettre, couteaux de fortune, deux matraques et même son révolver puisqu'elle préférait, pour le moment, prendre une autre arme en main : le fusil à pompe. Elle s'assura qu'il était chargé et le pointa vers la porte d'entrée. Ils n'étaient plus seuls, elle en était certaine. Mais zombies ou survivants, là était la question. En tout cas, elle était bien résolue à ne pas se laisser surprendre et se tenait prête à tirer au moindre danger.
egotrip

_________________

All is fair in love and war


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t68-coleen-callaghan#1
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016
» messages : 1522
» points : 1089
» avatar : Tom Hiddleston
» crédits : Schizophrenic
» multicomptes : PsychoEmi & Little Ezio

» appartenance : The Black Walkers
MessageSujet: Re: Hey, I've just met you, and this is crazy - Ft. Coleen   Lun 10 Avr - 22:18


Hey, I've just met you and this is crazy


L'équité et le partage, c'était pas les premières valeurs qu'on m'avait enseigné quand j'étais enfant. Moi, c'était plutôt " ne compte que sur toi-même" et "si tu l'as vu en premier, alors c'est à toi". Ouais, plutôt self-centered comme éducation, je sais, mais bon. Allez dire ça à mon politicien de paternel. Tout ce qu'il aurait sûrement trouver à vous répondre devait être un mélange de "Allez vous faire foutre c'est pas vos affaires." et de " Au moins mes gamins à moi, ils deviendront pas des hippies j'en-foutre à la rue". Moui, au moins ça. Bon, en attendant, il avait eu plutôt raison. J'avais atteint des sommets dans ma carrière, ma vie professionnelle n'avait jamais été plus florissante - que ce soit côté politique ou deal, j'avais de l'argent à foison, limite à ne plus quoi savoir en faire, et j'avais survécu, j'avais même une vie plutôt confortable depuis le début de ce problème de zombie. A croire que la philosophie de "un pour un et tous pour moi" fonctionnait pas si mal. Enfin si on exceptait le fait que j'appréciais plus que lui d'avoir de la compagnie, et que je tenais à survivre avec des gens moi, pas seul, à jamais et pour toujours. Dans un sens, je pense que c'était aussi pour ça que je n'arrivais pas à m'entendre avec Coleen, même si nous n'avions jamais véritablement cherché à en arriver là : nous nous ressemblions trop, beaucoup trop pour que nous puissions un jour avoir quelque chose se rapprochant de près ou même de loin à une amitié. Ben ouais, difficile de se fier à quelqu'un lorsqu'on sait que dans certaines conditions, il agirait comme toi et t'abandonnerait, te tuerait, te trahirait ? Difficile, pas vrai ? C'est pour ça que nous on avait implicitement décidé de ne pas faire semblant et d'être cash entre nous. Enfin cash ... Si on ne comptait pas les nombreux secrets que l'on gardait pour nous. Mais fallait bien parfois, ou on risquait de mettre en danger nos petites personnes. Elle avait beau faire genre, je savais qu'elle en savait bien plus qu'elle ne le disait, sur cette réserve de la mairie. Parce que bon, de toute façon, à la base, c'était une personne curieuse et parce qu'en plus elle avait travaillée plus ou moins ici.

En tout cas, nous avions pu trouver quelques petits trucs utiles là. Pas le grand jeu, on s'en doutait bien tous les deux, mais c'était un bon début. De toute façon, fallait bien commencer par quelque chose et j'allais éviter de trop me plaindre. On aurait pu ne rien trouver. Voulant faire preuve de bonne foi - et surtout parce que j'étais moins intéressé par les armes de corps-à-corps - je haussais la tête en voyant les trouvailles de Coleen.

" Nan, vas-y, tu peux toutes les prendre, je peux m'en passer. Et puis je ne me permettrais pas de juger ta santé mentale enfin chère Coleen, plaisantais-je pour détendre un peu l'atmosphère. Plus sérieusement, si tu penses pouvoir trouver des infos utiles en fouillant plus en profondeur, te gêne pas ma grande. Tout ce qu'on trouve est utile maintenant, même de simples petits bouts de papiers parfois. C'est vrai que ça pourrait nous être grandement utile de pouvoir piquer dans les réserves persos de la mairie, parce qu'il doit y avoir de quoi faire. A moins que notre équipe gérant la mairie et connaissant la teneur exacte de cette réserve soit déjà tombée dedans, marmonnais-je, un peu pessimiste. "

J'allais répondre à la question de la brune quand nous fûmes interrompus par un bruit inhabituel. Pas celui du vent fouettant dans le bâtiment et faisant claquer les portes, non un bruit plus ... Métallique. Comme quelque chose tombant sur le sol. Ou ayant été traîné sur le sol, je ne savais pas vraiment. Je fis comme Coleen, attrapant tous les objets qui me tombaient sous la main, surtout les lames improvisées et les munitions. C'est ce qui m’intéressait le plus alors bon ... Ben quoi, elle aussi elle s'occupait surtout de ses besoins ? Pourquoi je devrais pas en faire autant ? Je repris mon arme en main et m'approchais à mon tour de la porte. Je fis un signe de tête à ma comparse, lui indiquant ainsi que j'allais ouvrir et passer devant. Dans un sens, j'espérais surtout que c'était des zombies : ben oui, si c'était des survivants, y'avait donc malheureusement une chance que le groupe que j'avais venu cherché ait déjà été trouvé et fouillé. Une fois cela fait, je fis un signe à la brune. Le couloir semblait dégagé, alors cela devait sûrement venir d'un des bureaux. Ou la chose, la personne s'était cachée ... Je fronçais le nez, un peu grognon et avançais vers la source du bruit. Au milieu du couloir, un ventilateur gisait, cassé. C'était sûrement ce qui était tombé. Et étant donné que les zombies n'étaient pas du genre à fuir, je soupçonnais qu'un survivant était à l'oeuvre.

" Je pense qu'on a affaire à un vivant malheureusement ... En espérant qu'il ne tire pas à vue lui, chuchotais-je plus ou moins discrètement. On fouille les bureaux uns par uns, en se séparant ou on fait ça ensemble ? Pas de portes ouvertes alors on a pas de pistes de bases.  Va falloir qu'on soit sur nos gardes. Putain, j'espère que c'est pas un piège, sinon je vais vraiment être en rogne. Et putain, j'espère qu'ils nous ont pas doublés ! Je vais commencer par cette pièce, indiquais-je en pointant le premier bureau du doigt - le bureau du secrétaire du maire. On y trouvera peut-être des infos intéressantes ici en tout cas. "

Je remontais mon sac sur mon épaule et actionnais la poignée d'un coup sec et rapide, tout en restant hors du cadre de la porte - au cas où la personne se tiendrait derrière, prête à tirer.


HARLEY-

_________________

   

⊹ Don't get in my way

   
I ship ♥:
 
Award:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t303-i-m-not-what-you-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 3255
» points : 4197
» avatar : Alexandra Daddario
» crédits : Angie (vava), Niniel (sign)
» multicomptes : Elias, James & Aerin
» pouvoir : Voix de sirène
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: Hey, I've just met you, and this is crazy - Ft. Coleen   Lun 17 Avr - 11:11



Hey, I've just met you, and this is crazy
Alexander - Coleen
Que le politicien ne veuille pas des matraques, ça arrangeait bien Coleen même si elle était quelque peu surprise de sa réponse. Après tout, dans certaines circonstances, ça pouvait être bien pratique une arme qui ne faisait pas de bruit, et qui immobilisait sans forcément tuer. Parce que oui, pour elle, c'était la possibilité qu'offraient les matraques qu'elle avait trouvées et, face à des survivants belliqueux ça pourrait être une solution plus qu'envisageable. En tout cas, ça lui permettait d'avoir la conscience sereine de se dire qu'elle aurait moyen de se sortir d'un conflit entre vivants sans forcément devoir en tuer certains ou utiliser son don sur eux. Car oui, ça paraitrait sûrement incompréhensible à Alexander, après le coup qu'elle lui avait fait, si jamais elle venait à en parler, mais utiliser sa capacité n'était pas ce dont elle était la plus fière. Non qu'elle lui avouerait jamais quelque chose de la sorte, de toute façon. Quant à tuer... elle s'était fait une raison quand il s'agissait de défendre sa propre vie mais ça ne voulait pas dire pour autant qu'elle ne s'en sentait pas coupable. Pas quand il s'agissait de zombies, bien sûr, même si elle en éprouvait aucun plaisir. Au moins, avec eux, elle n'avait pas de remords non plus. Elle prit donc finalement aussi la troisième matraque, celle qu'elle était prête à laisser au politicien au départ. S'il changeait d'avis plus tard, ils pourraient toujours en rediscuter de toute façon.

Quant à la réserve de la mairie, Coleen était nettement plus optimiste qu'Alexander sur le fait qu'elle n'avait pas encore été pillée. Déjà, parce que la plupart des gens qui avaient travaillé à la mairie avait été des fonctionnaires pantouflards qu'elle imaginait très mal dans la peau de survivants. Ou en tout cas, pas du genre à s'aventurer ici pour récupérer d'hypothétiques ressources. Et les autres, ceux qui en avaient les capacités, la plupart vivait au château avec elle et elle était certaine qu'elle en aurait entendu parler s'ils avaient embarqué quoique ce soit d'intéressant avec eux. Enfin, c'était une possibilité certes mais il y croyait pas.

"Mouai, plausible mais je ne pense pas."

De toute façon, ils avaient une préoccupation bien plus urgente vu qu'ils n'étaient plus seuls. Coleen laissa son acolyte passer devant. Après tout, il s'était proposé, elle n'allait pas se chamailler avec lui pour ça s'il voulait prendre les risques d'ouvrir la marche, d'autant que ça l'arrangeait bien. Sa survie avant tout, ce n'était pas maintenant qu'elle allait revenir sur cet adage et surtout pas pour lui. D'autant qu'elle savait pertinemment qu'il en ferait de même à la moindre occasion, ce qui avait l'avantage de faire taire toute culpabilité qu'elle aurait pu avoir... nan, elle n'arrivait même pas à se convaincre elle-même qu'elle aurait le moindre regret le concernant. Elle resta donc aux aguets, derrière lui, alors qu'il ouvrait la porte, découvrant un couloir parfaitement vide. Merde, elle aurait préféré savoir de suite à quoi ils avaient à faire. Là, ça apportait un côté dramatique à la situation et franchement, ce n'était pas nécessaire. Qui était l'abruti de scénariste qui avait pondu cette idée ? L'Apocalypse, ça suffisait pas ? Elle hocha la tête à la phrase d'Alex. Elle était d'accord avec lui, c'était forcément un survivant. Les zombies n'étaient pas du genre à faire cas d'un peu de bruit, surtout quand ils sentaient de la chair fraîche pas loin d'eux.

"Vaut mieux rester ensemble... Ouai, j'pensais vraiment pas dire ça un jour..." murmura-t-elle avant de se marrer.

Ouai, qui aurait cru qu'elle pourrait vouloir rester avec Alexander Phylis ? Ça sonnait comme une très mauvaise blague et pourtant, elle était certaine que c'était la meilleure chose à faire. Elle se cala donc contre le mur, de l'autre côté de la poignée de la porte, comme elle l'avait vu faire dans les films policiers quand les co-équipiers fouillait les maisons à la recherche des criminels. Le politicien ouvrit la porte et... surprise, pièce vide. En tout cas, en apparence. Il fallait s'en assurer, de ça la jeune femme en était certaine. Par contre, elle ne rejoignait pas son compagnon de fortune sur le fait qu'ils pourraient y trouver des choses intéressantes. Enfin si, peut-être mais ce n'était pas l'urgence. Elle préférait de loin trouver d'abord l'indésirable qui se trouvait avec eux entre ces murs pour avoir ensuite tout le temps de fouiller là où bon leur semblerait.

"On pourra toujours revenir plus tard. Je sais pas toi mais moi, je préfère d'abord qu'on règle le problème des visiteurs avant qu'ils aient le temps de s'organiser pour nous tomber dessus au moment où on s'y attend le moins. Autant mettre à profit la boulette qu'ils ont faite en nous signalant leur présence."

Elle était prudente et les années à côtoyer la mafia lui avait appris pas mal de choses en terme de "plan de bataille". Fusil chargé en main, elle fit donc rapidement le tour du bureau du secrétaire pour s'assurer que personne n'y était planqué puis, elle en ressortit et se dirigea vers celui du maire. Cette fois-ci, elle opta pour son révolver avec silencieux, aux cas où il y est plusieurs groupes et ouvrit la porte sans même attendre Alex. Et là... elle fit face à un homme armé, la visant sans aucun scrupule. Heureusement pour elle, elle fit la première à tirer avant de se cacher derrière le mur sans attendre de savoir s'il était seul ou si même elle l'avait touché. Le cri de douleur qu'elle entendit lui donna une partie de la réponse et elle fit signe au politicien que c'était pas là que ça se passait, surveillant quand même le couloir au cas où ce ne soit qu'un piège.
egotrip

_________________

All is fair in love and war


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t68-coleen-callaghan#1
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016
» messages : 1522
» points : 1089
» avatar : Tom Hiddleston
» crédits : Schizophrenic
» multicomptes : PsychoEmi & Little Ezio

» appartenance : The Black Walkers
MessageSujet: Re: Hey, I've just met you, and this is crazy - Ft. Coleen   Ven 21 Avr - 15:25


Hey, I've just met you and this is crazy


Je trouvais Coleen bien optimiste par rapport à nos chances de trouver cette sorte de super cachette secrète dont elle parlait. Si elle, elle était au courant bien d'autres devaient connaitre son existence, des gens bien plus hauts placés qu'elle et possiblement toujours en vie. A vrai dire, je m'en rendais compte maintenant, mais je ne m'étais jamais véritablement posé la question, une question pourtant bien importante : était-il possible qu'un grand nombre de gens du gouvernement ait été au courant de l'existence de ce virus, de cette maladie, et des ravages qu'elle pouvait faire ? Est-ce que parmi les gens que j'avais fréquenté pour mon travail, parmi les gens que j'avais parfois considéré presque comme des amis, ou en tout cas de bons collègues, est-ce que parmi ces gens là certains avaient su depuis le début ce qui allait se passer et ce que les prochains mois allaient nous apporter ? Est-ce que parmi mes fréquentations il y avait des gens assez horribles pour être responsable de l'épidémie, que dis-je, de la pandémie du Mutandis ? Ca ne m'étonnerait même pas, ces petits salopards qui avaient été mes camarades en étaient bien plus que capables ... D'ailleurs maintenant que j'y pensais, certains d'entre eux avaient étrangement prévus des voyages, des congés sur le long terme pile à la période où tout ce bazar a commencé à être un peu trop public et dangereux. Coïncidence, je ne pense pas. Si je les recroisais eux, ils pouvaient être sûrs qu'ils allaient avoir droit à un interrogatoire dans les règles et j'entends par là un interrogatoire musclé et fort probablement sanglant, qui finirait avec un cadavre balancé dans une benne à ordure, une place qui leur conviendrait bien mieux que parmi les vivants. J'avais plus rien à perdre maintenant, plus de réputation à protéger, plus véritablement de famille que je devais veiller à ne pas embarrasser, je devais juste survivre maintenant. Et pour ça, j'étais prêt à tout faire, me salir les mains n'avait jamais été une chose que je rechignais à faire, encore moins maintenant que tout ce bazar avait mis tout le monde a égalité face aux zombies.

" On verra bien de toute façon, murmurais-je en haussant les épaules. "

Je préférais passer devant Coleen : les humains, ça me connaissait, et ça m'avait jamais vraiment déranger de les voir ou de les faire souffrir. J'avais beau ne pas porter Coleen dans mon coeur, ça me ferait chier qu'elle se fasse descendre par qu'elle avait hésité à tirer sur un humain. Ben ouais, j'étais persuadé qu'elle en savait plus que ce qu'elle ne me disait et puis après tout c'est elle la première qui avait parlé de réserves, moi je n'en savais rien à la base. Je m'en voudrais de perdre une possible source d'infos et de ressources maintenant. Si pour éviter ça il fallait que je protège la brune, alors soit, je le ferais. Pas de gaieté de coeur par contre ... Ben quoi, j'allais pas faire semblant non plus, on se supportait pas, on se supporterait sûrement jamais, et puis alors, c'est pas la mort non plus ? Y'a des gens avec qui c'est comme ça ... Même elle, elle n'avait pas l'air emballée par la possibilité de rester avec moi, et pourtant elle le faisait parce qu'elle savait qu'on avait plus de chances de survivre ensemble pour l'instant.

" T'inquiète, je pensais pas non plus t'entendre dire ça un jour, chuchotais-je avec un petit sourire sardonique. Ca serait pas mal d'en faire une habitude, ça pourrait être marrant. Pour moi en tout cas ... "

On avait l'air malin en tout cas, installés chacun d'un côté de la porte, comme dans une mauvaise série policière, quand les flics donnent l'assaut. La porte claqua contre le mur et le bruit résonna dans tout le bâtiment. Mais au moins, la pièce semblait vide, c'était déjà un bon début, un point positif pour nous. Je m'attendais pas à ce que Coleen me remonte presque les bretelles pour la remarque que j'avais fait plus tôt. Ca m'apprendra à faire des réflexions à voix hautes ... Je ne pus m'empêcher de soupirer avant de répondre. Bon sang, fallait toujours qu'elle cherche la petite bête.

" Ouais, ouais, je sais, je sais ... C'était une constatation, j'avais pas l'intention de fouiller tout ça maintenant, sinon les gars auraient le temps de s'enfuir, déclarais-je après avoir vérifié que personne ne se cachait dans un placard - on sait jamais, un zombie nous avait fait le coup plus tôt . Pas la peine de me prendre pour un crétin non plus ... "

Je laissais la brune passer devant cette fois-ci : on allait prendre les risques chacun notre tour, c'était pas plus mal ça, ça changeait un peu. D'ailleurs, c'était plutôt une bonne chose, vu qu'à peine la porte ouverte, elle fut obligée de tirer sur quelqu'un. Jetant un coup d'oeil rapide aux alentours, personne ne semblant accourir, je pénétrais dans la pièce. Coleen avait bien visé, elle l'avait touché à l'épaule, le gars s'était écroulé au sol et n'arrivait plus à saisir son arme. D'un bon coup de pied, j'écartais celle-ci de lui et pointait mon propre flingue sur son front.

" Qu'est-ce que tu viens foutre là toi ? T'es seul ? Dépêche toi de parler ou je m'occupe de ta seconde épaule et tu regretteras de pas avoir parler plus vite, le menaçais-je sans hésiter une seconde.

- J'vous ai pris pour des zombies, j'pensais pas que vous étiez humains. Pitié, me tuez pas ! Tout mon groupe y ait déjà passé, j'veux pas mourir ici, j'veux pas mourir comme ça !

" Ca, fallait y penser avant de pointer une arme sur la furie brune là, déclarais-je avec un petit clin d'oeil à Coleen, presque taquin. Tu fais partie du groupe armé qui s'est fait attaqué ici ? Par quoi, des zombies, des humains ?! Parle, qu'on sache à quoi s'attendre, le pressais-je, presque prêt à le secouer. "

Coco ♥:
 


EXORDIUM.

_________________

   

⊹ Don't get in my way

   
I ship ♥:
 
Award:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t303-i-m-not-what-you-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 3255
» points : 4197
» avatar : Alexandra Daddario
» crédits : Angie (vava), Niniel (sign)
» multicomptes : Elias, James & Aerin
» pouvoir : Voix de sirène
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: Hey, I've just met you, and this is crazy - Ft. Coleen   Mer 26 Avr - 18:22



Hey, I've just met you, and this is crazy
Alexander - Coleen
Même au milieu d'une situation tendue où il risquaient à chaque minute leurs vies, il fallait qu'Alexander l'agace. Sérieusement, c'était quoi ce rire sardonique et cette petite phrase mesquine ensuite ? Oui, il s'amusait de l'entendre dire qu'il valait mieux rester ensemble mais qu'il rêve pas, ça n'arriverait plus. Ça non, elle avait bien trop de fierté pour lui donner ce petit plaisir. En attendant, elle prenait donc son mal en patience sachant faire contre mauvaise fortune bon cœur quand il s'agissait de ses intérêts. Preuve qu'elle essayait d'y mettre du sien, elle ne répliqua pas quand il lui dit de ne pas le prendre pour un crétin. Du moins, elle ne pipa mot. Par contre, elle n'avait pas pu retenir son sourire en coin. Elle aussi était capable de mesquinerie s'il voulait entrer sur ce terrain-là. Mais bon, pour être honnête, elle savait très bien qu'il n'était pas crétin, bien au contraire même. Jamais elle ne le reconnaîtrait mais elle savait voir son intelligence. C'est d'ailleurs ce qui l'avait rendu dangereux dans son milieu, un requin parmi les requins et pourquoi elle s'était intéressée à l'arrangement qu'ils avaient mis en place avant l'Apocalypse. Fallait pas croire qu'elle aurait fait "confiance" - hum, fallait le dire vite mais bon - à n'importe quel politicien.

Et mine de rien, elle était quand même contente d'être tombée sur lui plutôt qu'un boulet qu'elle aurait dû se trainer maintenant qu'ils ne se savaient plus seuls dans la mairie. Au moins, elle n'avait aucune crainte en entrant dans la pièce où se trouvait celui qui avait voulu lui tirer dessus. Elle savait qu'il réagirait s'ils étaient menacés même si, évidemment, il ferait passer sa vie avant la sienne. C'était de bonne guerre après tout. Elle découvrit un gars étendu par terre, l'épaule en sang. Sans aucun remord. Elle était certaine qu'il aurait tirer si elle n'avait pas été la plus rapide. Et franchement, il ne paraissait pas franc pour un sou. Sa réponse, Coleen n'y croyait pas. Il avait le regard fuyant de celui qui cherche à gagner du temps et à détourner l'attention. Même sa crainte sonnait faux. En tout cas, c'était l'impression de la jeune femme et même si elle laissa, dans un premier temps, le politicien mener l'interrogatoire, elle se lassa bien vite. Elle l'avait pris de vitesse, il était hors de question qu'il réussisse à renverser la vapeur en essayant de les manipuler.

"Bon, fini de jouer, laisse-moi faire." finit-elle par lâcher à son allié du jour.

La patience, c'était pas son truc. Elle était venue à la mairie dans un but précis, elle allait pas passer trois plombes à se faire emmerder par un gars qui ne comprenait pas que parler était dans son intérêt. Il attendait quoi ? De se vider de son sang sur le parquet du bureau ? Rien que ça suffisait à comprendre qu'il avait des complices et qu'il attendait juste qu'ils arrivent. Coleen s'accroupit donc à côté de lui et ferma les yeux une poignée de secondes pour se concentrer. Quand elle les rouvrit, ce fût pour planter son regard dans le sien et reprendre de sa voix chantante.

"C'est tout simple, tu vas me déballer de suite tout ce que tu sais, combien vous êtes et votre plan et peut-être qu'on s'arrangera pour que tu ne pisses pas le sang jusqu'à en crever."

- On était un petit groupe mais des zombies nous sont tombés dessus. On n'est plus que trois maintenant. Et les morts-vivants restants bien sûr. On vous a vu entrer dans une pièce et on voulait vous dévaliser. Je...

Ah mais il essayait de résister, le bougre. A présent qu'elle s'était pas mal entraînée, la jeune femme savait reconnaître les signes. Ses yeux semblaient moins vides, en quelque sorte. Un peu comme un comateux qui reprenait ses esprits. Il y avait aussi cette lueur d'incompréhension, signe qu'il se demandait ce qui lui prenait d'être aussi bavard. Et la peur ensuite... certainement de la réaction de ses acolytes quand ils se rendraient compte qu'il était une balance. Mais s'il croyait s'en sortir si facilement...

"J'attends la suite et je perds patience."

- Y'a un signal pour les faire venir et vous tomber dessus au moment où vous vous y attendrez le moins. Je dois hululer. C'est pas moi qui ai choisi le signal alors pas la peine de vous moquer.

Ouai, autant dire qu'ils avaient à faire à des amateurs mais ça ne les rendait pas moins dangereux. Coleen avait appris à se méfier des survivants qui étaient prêts à tout et ceux-là semblaient être un bon échantillon de ce que l'humanité pouvait faire de pire. Dire qu'il n'aurait pas hésité un seul instant à la tuer et tout ça pour récupérer quoi ? Son sac à dos et les quelques trucs qu'Alex avait sur lui ? C'était pathétique. Mais à présent, ils avaient un avantage sur eux et la jeune femme avait un plan d'attaque. Enfin, si le politicien était partant. Elle sortit donc une matraque qu'elle lui tendit avant d'en sortir une pour elle. Mais avant, par mesure de précaution.

"T'as le teint un peu cireux, tu devrais faire un petit somme derrière le meuble, là-bas."

Elle s'assura que le gars se trainait vers le lieu qu'elle lui avait indiqué, qu'il fermait bien les yeux. L'avantage avec ce type d'action, c'est qu'elle n'avait pas besoin de garder son emprise très longtemps, surtout qu'elle était certaine qu'il ne demandait que ça. Le choc de la balle, la douleur et le sang perdu, il devait se sentir épuisé. Elle se tourna ensuite vers le politicien et cessa aussitôt l'utilisation de son don.

"Qu'est-ce que tu en penses : on se planque de chaque côté de la porte. On fait le signal et quand ils rentrent, on les maitrise avec les matraques. On aura plus qu'à les attacher... à eux de se débrouiller pour s'en sortir s'ils veulent pas finir en pâté pour morts-vivants."

Elle aurait pu aussi profiter qu'ils les servent en pâture mais, même s'ils n'auraient pas hésité un seul instant dans la situation inverse et même si elle n'était pas la personne la plus morale qui existe, elle s'en voudrait d'agir de la sorte. Après, tout dépendait de ce qu'en pensait son compagnon de route.
egotrip

_________________

All is fair in love and war


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t68-coleen-callaghan#1
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016
» messages : 1522
» points : 1089
» avatar : Tom Hiddleston
» crédits : Schizophrenic
» multicomptes : PsychoEmi & Little Ezio

» appartenance : The Black Walkers
MessageSujet: Re: Hey, I've just met you, and this is crazy - Ft. Coleen   Mar 16 Mai - 0:06


Hey, I've just met you and this is crazy


C'était bizarre, sincèrement bizarre de se dire que c'était une personne en qui je n'avais absolument pas confiance à la base qui se retrouvait là à surveiller mes arrières, à travailler avec moi dans un but commun, celui de trouver de quoi survivre plus, mieux, pendant plus longtemps. Nous n'étions pas proches, nous ne nous aimions pas, la seule chose que nous partagions c'était une promesse qui me rendait redevable auprès d'elle, une dernière manipulation politique qui aurait pu être si fructueuse, si profitable ... Qu'aurait été ma vie si les zombies ne s'étaient pas pointés à ce moment là ? Et si j'avais déjà été premier ministre, aurais-je su ce qui allait se produire ? Aurais-je été évacué du pays, avec ma famille, aurais-je été à l'abri de tout ça, aurais-pu vivre autrement, comme si de rien n'était, comme si tout le pays ne sombrait pas dans le chaos le plus total et mourrait à petit feu, coup de dents après coup de dents ? Les choses auraient été bien différentes alors ... Pourtant je ne regrettais pas vraiment ma vie d'avant, je m'étais adapté, j'étais fort à ma façon dans ce nouveau monde. D'un politicien trouble vivant difficilement au jour le jour, j'étais devenu un survivant avec un plan de bataille et bien décidé à survivre jusqu'à ce que tous les zombies de ce monde soient éradiqués ou soignés, si cela s'avérait possible au final, même si j'avais peu d'espoirs que cela arrive un jour. Que deviendrons-nous si au final il s'avérait qu'un remède existait ? Est-ce que nous serions jugés pour en avoir éliminé, pour avoir tuer des monstres qui auraient pu redevenir des personnes ? Est-ce que la culpabilité nous rongerait, est-ce que nous commencerions à voir ces choses qui voulaient notre mort comme de véritables personnes ? Etions-nous devenu des meurtriers, à éliminer ces menaces qui voulaient notre mort, qui nous détruisaient dans d'atroces souffrances à chaque fois ? Etions-nous à notre tour devenus des monstres à l'apparence humaine ? C'était une question qui me tenait parfois éveillé tard le soir. Pas que je me sentais véritablement coupable quand je descendais une de ces créatures, mais pourtant parfois ... Parfois je me demandais ce que nous étions en train de devenir. En voyant ce gars tremblant et blessé au sol, je ne ressentais plus rien, et je savais que quelqu'un de normal aurait hésité à faire du mal à quelqu'un qui ne semblait pas menaçant. Et pourtant je ne ressentais qu'une simple envie d'écraser cet insecte rampant qui tremblait devant Coleen et son interrogatoire. Elle n'avait pas utiliser la violence, elle avait fait usage de son propre pouvoir, et je devais avouer qu'il était particulièrement utile quand il n'était pas utilisé contre moi.

Je connaissais la sensation qu'il ressentait en ce moment, cette perte de contrôle, et je savourais la peur qu'il semblait ressentir. J'avais eu l'intention d'utiliser graduellement la violence pour le faire parler, mais finalement la technique de Coleen se révélait efficace. C'était impressionnant de voir ça se passer en direct, de regarder cet homme déballer tout ces noirs plans qu'il comptait nous cacher et ensuite obéir à son ordre ... J'étais vraiment scotché.
Alors comme ça ce gars faisait partie d'un petit groupe qui se cachait ici et s'était fait décimé par des zombies, qui étaient aussi dans le bâtiment ... Quels idiots ils avaient mal choisi leur moment et leurs cibles. S'ils avaient vraiment pensé qu'ils pourraient nous avoir, Coleen et moi, alors ils étaient idiots. Déjà qu'individuellement nous nous en sortions pas mal, alors quand on travaillait en duo, je pense qu'ils allaient dérouiller. Et un hululement ? Ils étaient pas sérieux eux ? J'attrapais la matraque que me tendit Coleen avec un sourire sadique : oh oui, ils allaient en prendre pour leur grade.

" Bon plan Coleen, je dois bien le reconnaitre. L'option pâté de mort-vivants me plait plutôt bien, surtout qu'il avait l'air de dire que des zombies trainaient dans le coin. Si jamais ils résistent trop, on pourra les utiliser pour attirer les zombies dans une pièce où on les enferma tous ensemble et pouf, on éliminera deux problèmes d'un coup, les zombies et les nuisibles humains. Ils ont vraiment pas de chance de tomber sur nous ces idiots pas organisés ... Tu te sens de faire le hululement, mes talents d'imitations ne sont pas ce qu'ils étaient, ajoutais-je en riant un peu sous cape - voir la brune faire un bruitage d'animal serait un souvenir inoubliable, je n'en doutais pas une seule seconde. "

Nous nous mîmes en position chacun d'un côté d'un côté de la porte attendant les deux crétins qui allaient voir leur piège se retourner contre eux, de manière assez inattendus. Quand ils débarquèrent tous fiers d'eux, comme s'ils avaient gagnés le gros lots, nous agîmes rapidement et notre action fut efficace et synchro.  A la vue de leurs visages surpris lorsqu'ils comprirent qu'ils avaient été piégés, cela fut facile de savoir qu'ils n'avaient jamais imaginés que tout ça pourrait se retourner contre eux . Ils avaient l'air jeunes, inexpérimentés, pas du tout préparés à affronter de véritables personnes prêtes à se défendre. Ils avaient dû se sentir ragaillardis par leurs dernières trouvailles et s'étaient laissés pousser des ailes. Quand nous les assommâmes sans problèmes, je me dis que finalement ils ne devaient être qu'une bande d'idiots sans cervelles. Jusqu'à ce que l'un d'eux se relèvent, sorte un cran d'arrêt et plonge vers moi pour tenter de planter sa lame dans mon abdomen. Poussant un soupir désolé - j'avais voulu éviter de les blesser, tant pis pour eux - j'esquivais son attaque désespérée, sortis ma propre lame et lorsqu'il tomba au sol emporté par son élan, je m'assis sur son dos et clouais mon couteau dans sa main armée. S'il voulait se relever, il allait d'abord devoir essayer d'arracher la lame du sol et de sa chair, ça risquait de piquer un peu ...

" Bon les idiots, maintenant qu'on vous a désarmer, ça pourrait être sympa de nous dire où sont les zombies qui vous ont attaqués et où on peut trouver les trucs intéressants de vos potes. Capiche ? Et si tu t'avises de résister encore, je fais tourner la lame et je trancherais quelques tendons sans hésiter. Tes hurlements attireront les zombies et pendant ce temps nous on pourra tranquillement aller fouiller le reste du bâtiment. Je trouve que c'est plutôt une idée particulièrement intéressante, t'en dis quoi, demandais-je à Coleen avec un sourire froid.

- Pitié, pitié, ne faites pas ça, on ne mérité pas ça, on vous voulait pas vraiment de mal, on voulait juste ...

- La ferme, grondais-je en faisant pivoter un peu ma lame, juste assez pour lui faire mal mais pas encore assez pour le faire crier. Fallait réfléchir à deux fois avant de penser sérieusement à sortir une arme dans un combat sérieux. Bon, plus sérieusement Coleen, tu penses vraiment qu'ils en valent la peine, je les laisserais bien en plan ici, avec cette odeur de sang flottant dans l'air. "

En attendant sa réponse, j'ôtais la ceinture du gars que je maintenais et l'attachais autour des poignets de ma victime après avoir ôté mon arme de sa main sans manquer l'occasion de faire trainer la manœuvre.

Coco ♥:
 


EXORDIUM.

_________________

   

⊹ Don't get in my way

   
I ship ♥:
 
Award:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t303-i-m-not-what-you-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 3255
» points : 4197
» avatar : Alexandra Daddario
» crédits : Angie (vava), Niniel (sign)
» multicomptes : Elias, James & Aerin
» pouvoir : Voix de sirène
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: Hey, I've just met you, and this is crazy - Ft. Coleen   Jeu 18 Mai - 17:24



Hey, I've just met you, and this is crazy
Alexander - Coleen
Du coin de l’œil, durant son interrogatoire, Coleen avait bien perçu la réaction d'Alexander et il fallait bien le dire, elle était relativement fière d'elle. Non qu'elle cherchait son approbation, absolument pas, mais par contre qu'il sache qu'il n'avait pas intérêt à se jouer d'elle, ça lui plaisait. Bien sûr, il en avait déjà eu un premier aperçu quand elle s'était servi de son don sur lui mais là, il en voyait les effets sur un autre et un peu plus approfondis... ça lui donnerait matière à réflexion si jamais il lui prenait l'envie de la doubler. Il devait avoir pris conscience, maintenant, qu'elle pourrait le manipuler comme bon lui semblait si jamais il faisait la moindre chose qui la fasse douter de lui. Et, d'une certaine façon, ça prouvait aussi sa bonne volonté quant à leur coopération du moment puisqu'elle ne cherchait pas à abuser. Il devait bien s'en rendre compte, non ? Hmm, pas sûre. La jeune femme ne connaissait peut-être pas le politicien suffisamment bien mais elle était certaine que, comme tous ceux de son espèce, il avait une certaine auto-suffisance qui le rendait aveugle à beaucoup de choses. Même s'il devait être persuadé, au contraire, de tout voir. Ça allait de pair après tout et c'est pour ça qu'avant l'Apocalypse, les gens avaient si peu confiance en leurs représentants. Ils étaient tellement loin de leurs préoccupations de tous les jours, se souciant simplement de leur quête du pouvoir alors même qu'ils s'embarquaient dans une carrière où ils auraient dû être altruistes, se mettre au service des autres.

Et finalement, jamais Coleen aurait cru pouvoir un jour regretter ce temps-là. Elle avait pesté sur la politique mais c'était un moindre mal et elle aurait bien aimé retrouvé tout ça juste pour retrouver l'insouciance qu'elle avait à ce moment-là. Enfin, insouciance... elle bossait quand même pour la Bratva mais le danger avait été tout relatif. Après tout, elle n'avait pas à faire aux gros criminels et elle-même n'avait été qu'un petit poisson. Rien de bien dangereux, rien qui attire trop l'attention et les ennuis. Rien de comparable à ce qu'elle vivait depuis aussi, comme tous les survivants. Et les zombies n'étaient pas forcément leur pire cauchemar, comme le gars qu'elle venait d'envoyer faire une sieste le prouvait. Franchement, ça la mettait vraiment en rage de repenser à ce qu'il venait de leur avouer. Vraiment, elle avait failli mourir pour le contenu de son sac à dos ? Ils avaient de la chance, ces trois-là, qu'elle ne soit pas foncièrement violente ou ils auraient vraiment passé un sale quart d'heure. Ou du moins, pire que celui qu'ils allaient passer en réalité, même s'ils ne seraient peut-être pas de cet avis. Au moins, ils allaient leur laisser une chance, c'était bien plus qu'eux-mêmes étaient prêts à leur accorder !

"Si y faut, va pour le hululement." maugréa-t-elle pour toute réponse.

Elle avait bien perçu l'amusement dans la voix d'Alexander mais elle ne lui donnerait pas la satisfaction de voir que ça l'agaçait. Non plus qu'elle ne comptait lui dire que sa gorge commençait à l'irriter. Ce n'était que le début, elle en connaissait suffisamment les symptômes à présent, mais il n'empêche que c'était la grosse faiblesse de son don et il était hors de question qu'elle la lui dévoile. D'autant que, pour le moment, ça ne s'entendait pas dans sa voix. Il suffisait qu'elle n'utilise plus son don - sauf en cas d'absolue nécessité bien sûr - et tout se passerait bien. De toute façon, le plan était d'user des matraques, pas de sa singulière particularité. Elle se mit donc à côté de la porte, à l'opposé du politicien et fit le signe de ralliement, la matraque levée. Les deux compères ne se méfièrent même pas en entrant dans la pièce. Quels crétins. Coleen abattit donc son arme sans une seule hésitation sur le crâne de celui qui était le plus proche d'elle. La force du coup aurait sûrement suffi à le sonner - pas complètement, elle n'était pas suffisamment forte pour ça mais ça l'aurait certainement désorienté - alors ajouté à ça la décharge électrique, il s'affala comme une poupée de chiffon. Le deuxième était plus costaud et résista à la décharge d'Alexander. Il tenta de le planter mais ne fût pas assez rapide. Au lieu de ça, il termina plaqué au sol dans un hurlement, la main transpercée. Dommage pour lui. Pour eux même vu que ça ne manquerait pas d'attirer les bouffeurs de cervelle alors que le politicien et Coleen serait déjà loin. Elle défit la ceinture de celui qu'elle venait d'immobiliser et lui attacher les poignets dans le dos avec. Au moins, s'il reprenait ses esprits, ça l'occuperait un petit moment. Et maintenant...

"J'en dis que le sang qui suinte de sa plaie, c'est comme un phare allumé dans la nuit pour les zombies. Ils vont se régaler."

Ça ne la réjouissait pas du tout mais elle avait suffisamment trainé avec des malfrats pour savoir cacher ses sentiments. Au lieu de ça, elle affichait un total détachement, presque comme si tout ça l'ennuyait profondément. Elle se permit même de lancer un regard méprisant et sarcastique vers le type quand il assura qu'ils n'avaient jamais voulu leur faire de mal. Elle échappa même un ricanement qui prouvait bien ce qu'elle pensait de son absurde mensonge.

"Je suis d'accord avec toi. Ils ont qu'à se démerder avec les bouffeurs de cervelle, c'est plus notre problème. Et de notre côté, on peut reprendre nos recherches."

Et puis, fallait quand même pas oublier qu'ils avaient laissé en plan le bureau du maire, quelques minutes plus tôt pour venir s'occuper de ces indésirables. Avec le boucan que l'abruti au sol venait de faire, ça allait bientôt grouiller de cadavres ambulants dans le coin donc ils n'avaient plus beaucoup de temps devant eux s'ils ne voulaient pas faire chou blanc. Ce qui sous-entendait qu'ils avaient autre chose à faire que s'occuper de boulets. Elle n'avait pas particulièrement serré fort la ceinture du gars dont elle s'était chargé donc sa conscience était tranquille : ils avaient les moyens de s'en sortir s'ils y mettaient un peu du leur. Si ce n'était pas le cas... eh bien, ce n'était pas son problème, point barre. Elle sortit donc de la pièce sans même jeter un regard derrière elle et repartit sur ses pas, restant à l'affût du moindre bruit qui serait significatif de danger. Elle ouvrit la porte du maire, s'assurant d'abord qu'il n'y avait personne dedans et entra sans même savoir si Alexander l'avait suivie. La pièce avait déjà été fouillée mais le bureau en lui-même était intact. Ceux qui étaient passés avant n'avaient pas jugé bon de s'intéresser à la paperasse, tant mieux. Elle s'installa sur le siège et se mit en quête du code qu'elle cherchait depuis le départ, fouilla rapidement mais méthodiquement chaque tiroir.
egotrip


HRP:
 

_________________

All is fair in love and war


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t68-coleen-callaghan#1
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 12/12/2016
» messages : 1522
» points : 1089
» avatar : Tom Hiddleston
» crédits : Schizophrenic
» multicomptes : PsychoEmi & Little Ezio

» appartenance : The Black Walkers
MessageSujet: Re: Hey, I've just met you, and this is crazy - Ft. Coleen   Ven 4 Aoû - 23:41


Hey, I've just met you and this is crazy


En y réfléchissant, c'était particulièrement enrichissant de voir Coleen à l'oeuvre avec son pouvoir : imaginez ce qu'on pourrait en faire, avec une telle puissance, quelque chose d'aussi magique, d'aussi imparable que cette arme ? Dans un monde comme celui qui avait été le nôtre autrefois, ce don qu'elle avait reçu lui aurait permis de faire de véritables merveilles, elle aurait pu dominer l'univers si elle l'avait souhaité, elle aurait pu faire de sa vie tout ce qu'elle voulait, et si j'avais eu une telle mutation à cette période, bon sang, mais qui aurait pu me stopper ? Me serais-je même arrêter un jour, ou aurais-je été bien trop grisé par la sensation de toute puissance qui m'aurait dévoré ? J'aurais sûrement vendu père & mère - rectification, mon âme, parce que mes parents n'étaient pas aussi importants - pour posséder un pouvoir similaire au sien. Elle aurait pu m'obliger à partir, elle aurait pu me forcer à lui obéir, et pourtant, elle restait clean, je devais au moins lui accorder ça, c'était respectable de sa part. Hey, par exemple, elle aurait simplement pu me forcer à faire le hululement ridicule qu'elle avait pourtant accepté de faire à ma place, simplement parce que je lui avais demandé. Si ça c'était pas une preuve de sa bonne foi, je sais pas trop comment on peut appeler ça. M'enfin, c'est pas pour autant que j'allais lui dérouler le tapis rouge avec un grand sourire à chacune de ses paroles. Fallait pas abuser non plus, nan mais oh ! Mais bon, disons qu'au moins, je pourrais faire semblant pendant quelques minutes, peut-être même pendant tout le temps de notre "mission" en commun, de l'apprécier, ou du moins de la supporter très cordialement. Ca pourrait être un bon début. Si je pouvais m'assurer les services de Coleen comme une future alliée possible, ça pourrait être un très bon point pour moi, et j'avais besoin de bons points pareils.

Cette petite baston m'avait donné un bon boost d'adrénaline, j'étais ravi de pouvoir utiliser un peu mes talents de combats au corps à corps avec un vivant, avec quelqu'un qui se battait réellement pour sa vie, en en étant conscient et en étant prêt à tuer s'il le fallait. Cela m'avait manqué, sincèrement. Combattre et tuer des zombies, c'était une chose comme une autre maintenant, ils ne réfléchissaient pas, ils ne pensaient pas, ils attaquaient juste, comme si de rien n'était et comme s'ils ne craignaient pas la mort, et pourtant. Ils n'avaient aucunes stratégies, ils ne ressentaient aucune douleur, aucune peine, bref, c'était extrêmement ennuyeux de se battre avec eux. Les humains eux au moins, ils avaient de vrais points faibles, ils avaient aussi leurs propres avantages, bref, au moins là, chacun avait ses chances. Une fois les deux hommes ligotés correctement à côté de leur ami de tout à l'heure, blessés, mais bien calmés cette fois-ci. Je souris un peu à Coleen, avant d'adresser un tout autre sourire, bien plus sinistre cette fois aux deux gars encore conscients.

" Bon les gars, j'espère que vous avez fait vos prières et payer vos dettes, parce là ... Vous êtes cuits, ricanais-je méchamment. Enfin plutôt, vous allez être mordus. Et mangés. Dévorés vivants. La classe, pas vrai ? Dans les films, ça parait toujours horrible, mais en vrai, c'est encore pire, vous ne mourrez qu'à la fin, et vous ne pourrez même pas vous évanouir tellement la douleur sera forte ... On pourrait vous achever maintenant et laisser vos cadavres encore chauds attirer les zombies, mais ça serait beaucoup moins drôle. Je vous laisse savourer vos dernières minutes dans le monde des vivants, ça sera un plaisir de vous exploser le crâne quand vous serez zombifiés. "

Je tapotais de façon presque amicale le haut de leurs crânes en riant doucement et j'avoue que ça devait être flippant d'un point de vue extérieur, mais bon, tant pis, j'aimais ça moi, pouvoir savourer leur peur la plus pure et sincère. Je suivis Coleen à l'extérieur de la pièce, en essuyant la lame de mon couteau sur mon jean sans aucune hésitation. Au point où j'en étais, un peu de sang ne changeait pas la donne. Je la regardais commencer à fouiller le bureau sans aucune hésitation, comme si elle cherchait quelque chose en particulier, et je m'adossais contre le mur d'entrée en la regardant faire.

" Alors, tu trouves ce que tu veux très chère, ou tu veux de l'aide ? "

Je me tournais vers les buffets de dossier immenses qui étaient acculés contre les murs et qui avaient été en partie renversés et fouillés en détails. Notant un détail intéressant, je fis un petit signe de main à Coleen, pour lui demander de venir.

" Hey, je pense que tu voudras voir ça, ça devrait t'intéresser : y'a un tiroir là qui est encore verrouillé, fermé à clef et que personne ne semble avoir forcé. C'est bizarre, ça, on est bien d'accord ? Je vais le forcer, on devrait pouvoir trouver quelque chose là-dedans. Si c'est encore fermé, c'est qu'on peut s'y intéresser. "

Je ressortis mon couteau, le coinçais dans la fente et forçais sur la serrure. Le tiroir sauta dans un bruit de bois désagréable à l'oreille et il tomba sur le sol, rempli de documents papiers.


EXORDIUM.

_________________

   

⊹ Don't get in my way

   
I ship ♥:
 
Award:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t303-i-m-not-what-you-
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 3255
» points : 4197
» avatar : Alexandra Daddario
» crédits : Angie (vava), Niniel (sign)
» multicomptes : Elias, James & Aerin
» pouvoir : Voix de sirène
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: Hey, I've just met you, and this is crazy - Ft. Coleen   Lun 7 Aoû - 16:29



Hey, I've just met you, and this is crazy
Alexander - Coleen
Même si son visage restait impassible, Coleen n'aimait pas particulièrement le ton qu'avait employé son allier du jour avec les trois gusses qui avaient voulu les planter. Certes, elle n'avait aucune pitié pour eux, fallait pas s'en prendre à elle, mais de là à presque jubiler comme semblait le faire le politicien, y'avait une marge. Et la jeune femme était contente de ne pas l'avoir franchie. Parce qu'au milieu de l'Apocalypse et malgré son passé criminel, ça voulait dire qu'elle gardait ce côté humain en elle. Et c'était important pour elle, plus encore qu'avant, parce que c'est ce qui restait de son éducation, de ce que ses parents lui avaient transmis et à défaut de pouvoir les revoir un jour, ça lui permettait de les garder vivants. On se raccrochait à ce qu'on pouvait quand on frôlait la mort tous les jours et pour elle, c'était ça, essayer de faire les bons choix pour ne pas trahir la mémoire qu'elle avait d'eux. En tout cas, ça la confortait dans son idée que le plus tôt elle serait débarrassée d'Alexander, le mieux se serait. Encore maintenant, ils ne vivaient toujours pas sur la même planète, c'était le seul constat possible. Pourtant, elle en avait côtoyé des types louches mais lui était d'un autre genre. Les gars de la Bratva à qui elle avait eu à faire faisait ce qui devait être fait mais rares étaient ceux qui y prenaient du plaisir. Même elle qui les avait autant rejoint pour retrouver sa mère et sa sœur que pour un besoin d'enfreindre les règles et goûter à l'adrénaline que ça apportait, elle avait toujours fait en sorte de limiter les dégâts quand elle le pouvait. A croire que pour percer en politique, il fallait penser autrement. Et ça ne la surprenait même pas. Après tout, de ce qu'elle en avait vu, c'était un milieu de requins tous prêts à écraser leurs concurrents tout comme leurs alliés si jamais ça devait leur servir. Ouai, elle ne les avait pas en haute estime, c'était un fait mais elle savait se composer un visage impassible, heureusement pour elle. Pour l'heure, elle faisait donc tout pour paraître l'alliée idéale.

De toute façon, elle n'avait pas de temps à perdre. Les zombies pouvaient débarquer à tout moment et elle n'avait vraiment pas envie de faire chou blanc. Les matraques électriques qu'elle avait trouvées était une bonne chose certes mais comparées à la réserve secrète, elle était certaine que ce n'était rien du tout. Elle n'imaginait même pas qu'elle pourrait être déçue du contenu du coffre fort vu toutes les précautions qui étaient prises autour. La première fois qu'elle en avait entendue parler, les employés n'avaient pas fait attention, de suite, qu'elle était là, en train de traduire un document pour le jumelage. Et ils avaient eu tôt fait de se taire en la voyant. Évidemment, c'était pour ne pas faire courir le bruit que la ville avait des stocks en cas de catastrophes naturelles ou trucs du genre mais peu importe la raison initiale pour laquelle le maire avait jugé bon de mettre en place cette réserve. La seule chose que Coleen ne comprenait pas, c'est qu'il n'en avait pas parlé au camp. Il n'était pas très net... encore un politicien... mais quand même, quel était l'intérêt de vouloir tout garder pour lui ? La survie passait par l'entraide, même elle qui était plutôt du genre '"chacun pour soi" s'en était rendu compte. Résultat, ça attisait encore plus sa curiosité et sa détermination à trouver le "trésor". Sauf qu'elle avait beau fouiller tiroir après tiroir, elle ne trouvait que de la paperasse sans intérêt et sincèrement, ça commençait vraiment à l'agacer. Tout comme Alexander qui s'était appuyé sur le battant de la porte d'entrée comme s'ils avaient tout le temps devant eux. Putain, elle allait devoir lui dire ce qu'elle cherchait si elle voulait qu'il lui file un coup de main et ça, ça la faisait râler encore plus. Jusqu'à ce qu'une idée germe dans sa tête, qui lui permit de retrouver son calme et de lever les yeux au ciel - fallait pas non plus qu'elle ait l'air trop avenante - quand il lui proposa enfin son aide.

"Ouai, ce serait pas un luxe. Pas comme si on avait toute la journée devant nous, hein ! Je cherche un code... Quatre ou six chiffres, a priori."

Et à garder un peu de recul sur la scène, il venait de mettre le nez sur quelque chose de prometteur. Un tiroir verrouillé, c'était sa meilleure chance en tout cas. Et elle hésita un moment à lui dire qu'elle pouvait le crocheter mais s'il voulait le forcer, après tout... le temps qu'il ne rameutait pas toute une horde en faisant un boucan d'enfer, ça lui allait. Le tiroir tomba rapidement sur le sol, éparpillant une liasse de documents par terre et la jeune femme n'attendit pas un seul instant avant de se plonger dans la lecture. Y'avait là des contrats, un titre de propriété, les plans de la mairie... ça ne pouvait être que là. Coleen se releva et vira tout ce qui se trouvait sur le bureau pour pouvoir dérouler le papier de grand format. Zut, c'était pas le bon étage. Elle l'envoya valdinguer plus loin et pris le rouleau suivant, jusqu'à trouver celui qui représentait le sous-sol et là, dans un coin, écrit à la main, quatre chiffres... la chance semblait enfin tourner !
egotrip

_________________

All is fair in love and war


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t68-coleen-callaghan#1
 
Hey, I've just met you, and this is crazy - Ft. Coleen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Et sinon il y a des gratteux sur le forum ?
» DE LA DROITE A LA GAUCHE REACTIONNAIRE , ILS SONT DE VENUS CRAZY !
» Les seigneurs de Dreamland
» First Night : " A Crazy Man in Délirium" [pv Ed Free & Hélène Metz]
» [jeu] Crazy Familly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Herne Bay-
Sauter vers: