AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1666
» points : 3472
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Tinker
» multicomptes : Coleen & James
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Lun 5 Juin - 22:57

The perfection of art is to conceal art
Tout ça, c'était complètement nouveau pour Elias mais il n'avait pas envie d'intellectualiser les choses. Ce n'était pas le moment et il se prenait déjà bien assez la tête pour tout un tas de choses. Pour une fois, il s'accordait un peu de répit. Il se laissait donc simplement guider par ses envies et peu importe que ce soit avec un quasi inconnu. Non que ça l'avait arrêté avant la fin du monde d'ailleurs. Il était du genre aux coups d'un soir plutôt qu'aux relations suivies qu'il il était parfaitement incapable de gérer, au demeurant. S'attacher était bien la seule chose qu'il se refusait, maintenant plus que jamais. La seule différence, c'était qu'il avait toujours dragué des femmes et non des hommes. Non qu'il avait quoique ce soit contre ça d'ailleurs, il ne s'était juste jamais posé la question et ne s'était pas retrouvé confronté à une telle situation plus tôt. Difficile de dire si c'était l'Apocalypse qui lui ouvrait l'horizon des possibilités ou simplement l'occasion et il s'en foutait bien. Pour l'heure, la seule chose qui comptait était ce foutu pantalon qu'il n'arrivait pas à enlever. Ses gestes étaient assez maladroits, ses mains tremblantes mais l'envie grandissante. Et aidé de Kazuma, il trouva vite le rythme pour s'adonner au plaisir de la chair, en osmose avec l'artiste. La moindre de ses caresses déclenchaient des frissons en lui et finalement, tout était assez naturel. Cette chaleur qu'il ressentait venant de l'asiatique était enivrante, agréable. Et quand, tout haletants, ils mirent fin à leurs ébats, Elias était apaisé, le sourire aux lèvres. Il venait de découvrir une nouvelle façon se prendre son pied et c'était fort agréable.

La respiration encore saccadée, il se rhabilla à son tour. Il aurait apprécié une clope mais son paquet était vide depuis longtemps, malheureusement. Il avait encore les joues en feu mais il se sentit rougir de plus belle à la remarque de l'artiste. Gêné au début, il se contenta donc de hocher la tête. Parler de ce genre de choses, ça lui faisait bizarre. C'était, pour lui, se dévoiler bien plus que lorsqu'il s'était retrouvé nu sous les mains expertes de Kazuma. Une intimité qu'il ne savait pas comment partager parce que c'était baisser toutes les barrières qu'il avait mis des années à bâtir pour se protéger.

"Je... oui... C'était... bien." finit-il par dire, tout gêné.

Bien, c'était un euphémisme. Il n'y avait qu'avec Raven qu'il avait déjà pris son pied à ce point-là. Et si avec elle, il n'avait jamais eu aucun problème pour le lui avouer, il se sentait étrangement pudique avec Kazuma. Comme lors de sa toute première fois, en fait.

"Désolé. Tu as dû voir que j'ai du mal à parler de moi. Enfin, des choses qui comptent vraiment en tout cas. Une façon de me préserver en quelque sorte, même si ce n'est pas aussi efficace que je le voudrais.."

Pourquoi en avait-il dit autant, il n'en avait aucune idée. Mais puisqu'ils venaient de partager une expérience qu'il avait clairement apprécié, ça lui avait semblé être de bon ton. Et puis, il devait bien accepter de faire un tant soit peu confiance à l'artiste puisqu'il comptait toujours sur lui pour son tatouage. Mais c'était aussi parce qu'il espérait sincèrement que l'asiatique avait lui aussi apprécié ce moment intime, même si sa réserve l'empêchait de lui poser la question.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016
» messages : 874
» points : 755
» avatar : Miyavi
» crédits : kristianschmidt
» multicomptes : Connichieur & Morphinou & Thomanours & Cecilou

» pouvoir : Torche humaine
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Ven 23 Juin - 1:25

Ça avait été plutôt évident que l'autre avait apprécié leurs échanges, non seulement parce que son corps avait l'air d'en redemander et d'être insatiable sur le moment, mais aussi parce que ses lèvres formulaient parfois à voix haute ce qu'il pensait. Non, et puis, Kazuma savait depuis le temps qu'il n'était pas mauvais loin de là, mais comme il en était à débuter dans le domaine... L'autre aurait très bien pu avoir des regrets. Ou pensées assimilées s'il se découvrait seulement ces penchants, y'en avait pas mal qui n'assumaient pas même malgré l'évidence. Justement à cause de cette évidence qui était trop insupportable pour certains. Mais apparemment ça n'était pas le cas. Tant mieux. Le tatoueur sourit en l'entendant. C'était plus que clair qu'Elias avait des soucis d'expression concernant sa personne, c'était même un euphémisme oui. Mais à vrai dire, lui s'en fichait. Il n'était pas ultra bavard lui même, et ne s'encombrait pas de conversations vides de sens. Il ne pensait pas qu'il faille dire tout haut ce que le brun sous entendait, mais il suffisait de le regarder pour dire le contraire.

« Ca n'était pas un jugement de valeur... C'était très bon pour moi aussi. »

Il sourit, sa lèvre se levant en coin pour confirmer et montrer même que ça l'amusait un peu qu'il en ait douté. Kazuma récupéra son T shirt et regarda à nouveau sa création sur le mur. Pas mal pour une soirée qui n'était pas partie pour être aussi sportive au départ. Il n'avait pas perdu de son envie de peindre, seul, sur les murs de cet endroit, mais le moment était passé. Les pots de peinture pour lui et d'encre pour Elias étaient entreposés normalement en sécurité, le feu éteint, l'homme se tourna une fois de plus vers son amant du soir et lui dit qu'il pouvait rester, s'il voulait, lui allait rentrer. Il lui proposa un rendez vous la semaine suivante, le temps que tout ça fasse son chemin dans sa tête, dans un des bâtiments de la ville qui lui paraissait le plus propre pour pratiquer son art sans choper la moindre saloperie qui passe. Si Elias venait, c'était qu'il était prêt. En attendant, proposa Kazuma, il pouvait s'entraîner à ce qu'ils avaient testé tous les deux un peu plus tôt. Au cas où il s'ennuierait.

***

La semaine suivante donc, Kazuma attendait, clope roulée à la main grâce à une mine d'or sur laquelle il était tombé d'un petit sachet de tabac, et l'éteint seulement lorsqu'il vit l'autre, et lui montra l'espace qu'il avait aménagé. Il y avait une bâche lavée comme il avait pu à la rivière étalée sur une table longue, un siège pas trop inconfortable pour lui, et tout le matériel à côté.

« Je n'ai pas trouvé de gants mais vu ce que je sais faire... Le bactéries ne doivent pas pulluler. Tu as nettoyé la zone comme je t'ai dit ? Tu as de quoi cremer après ? »

Il avait défait les boutons de la chemise d'Elias sans trop prendre en compte la volonté de son propriétaire. Parfois quand il était concentré, c'etait un peu comme un médecin face à son patient. Un artiste face à son modèle. Il voyait l'objet de son travail et non l'être humain derrière. Il s'en rendit compte, et releva ses yeux pour le regarder vraiment. Il marqua une pause, et finalement lui offrit un court baiser. Histoire de se saluer, quoi.

« J'ai pu bricoler de quoi travailler à l'ancienne... Mais c'est plus long et douloureux, franchement rien à voir avec la machine. »

Il rappela. Sans mettre les formes, histoire de tester la volonté de ce dernier.

« On y va ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1666
» points : 3472
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Tinker
» multicomptes : Coleen & James
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Dim 2 Juil - 18:39

The perfection of art is to conceal art
Finalement, tout était assez naturel ou en tout cas, simple, avec Kazuma et Elias appréciait vraiment. Avec lui, il n'avait pas besoin de s'épancher sur ce qu'il ressentait, pas de prise de tête et c'était tant mieux vu qu'il en était bien incapable. Ces derniers temps, il était juste un tourbillon d'émotions toutes plus contradictoires les unes que les autres. Il aurait presque pu croire qu'il devenait bipolaire tant il oscillait entre des phases de déprime et d'autres d'euphorie comme en ce moment précis. Sauf que là, y'avait vraiment une bonne raison. Prendre son pied, ça faisait cet effet-là. Et il réalisait à quel point c'était ce dont il avait eu besoin pour casser la spirale de mauvais sentiments dans laquelle il coulait petit-à-petit. Ça ne lui redonnait pas espoir dans les relations humaines, fallait pas pousser mais au moins, ça lui permettait d'arrêter de trop réfléchir. Une pause bienfaitrice. Profiter, ne pas intellectualiser, ça lui convenait parfaitement bien et c'était une chose de plus dont il était reconnaissant envers l'artiste même s'il était bien incapable de le lui dire. Lui montrer, à la rigueur, et c'est pour ça qu'il s'approcha une nouvelle fois de lui pour déposer un baiser tendre sur ses lèvres. Sa façon à lui de lui dire merci. Tout simplement. Mais aussi au revoir puisqu'il n'avait pas l'intention de s'attarder sur les lieux seul. Il prit note du rendez-vous donné, une semaine plus tard, et s'éclipsa le sourire aux lèvres en direction du château. La journée avait pris une tournure totalement inédite et ça lui plaisait assez.

*********

Une semaine plus tard, Elias était anxieux mais bien à l'heure au rendez-vous. Il ne regrettait rien de ce qu'il s'était passé à sa dernière rencontre avec Kazuma mais il ne pouvait s'empêcher d'être un peu stressé à l'idée de le revoir. C'était parfaitement stupide, il le savait bien mais rien n'y faisait. Ajouté à ça le fait qu'il était inquiet pour l'idée de se faire un nouveau tatouage même s'il était hors de question pour lui de faire marche arrière et voilà dans quel état il arriva dans le bâtiment que lui avait indiqué l'artiste. Et de toute évidence, il était attendu à voir la bâche installée sur la table, les instruments, l'encre qu'ils avaient récupérée ensemble. Ça ressemblait bien plus à une salle d'opération qu'à la boutique de tatouage où il avait déjà été ce qui ne fit qu'augmenter un peu plus son stress. Tout comme le comportement de l'asiatique qui était tellement concentré qu'il ne prêtait pas vraiment attention à lui.

"J'ai trouvé de l'antiseptique donc oui, j'ai bien nettoyé." répondit-il doucement, la voix légèrement chevrotante.

Les battements de son cœur s'était accéléré quand le brun avait ouvert sa chemise, autant du fait du contact des doigts sur son torse que pour ce qu'ils s'apprêtaient à faire. Ça n'avait rien d'étonnant, il avait toujours angoissé avant chacun de ses tatouages, il n'y avait pas de raison que cela change pour celui-là. Ça n'avait rien à voir avec la peur de la douleur mais pour lui qui avait tant de mal à faire confiance, c'était forcément une situation un peu particulière.

"Je n'ai pas changé d'avis. Je suis prêt."

Il avait besoin la sensation que ce tatouage lui était nécessaire pour enfin avancer. Laisser une partie de l'ombre qu'il ressentait en lui sortir pour mieux l'évacuer. C'était impossible à expliquer, même lui ne comprenait pas vraiment. Il savait juste qu'il devait le faire et il esquissa donc un sourire autant à cette idée qu'au baiser de Kazuma. Et pour bien montrer toute sa détermination, il ôta sa chemise et alla s'allonger sur la table, se forçant à inspirer profondément. Il aurait bien aimé se déstresser un peu avant, d'une façon qui le fit rougir, mais il n'était pas certain que c'était une bonne idée de fatiguer l'artiste avant son œuvre.

"Je peux peut-être améliorer un peu ton matériel avant de commencer ? Essayer en tout cas ?"

Il ne savait pas ce qu'il pourrait bien faire mais si l'asiatique lui précisait ce qu'il voulait, ça pouvait le faire. Sinon, et bien, il ne restait qu'à se lancer !
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016
» messages : 874
» points : 755
» avatar : Miyavi
» crédits : kristianschmidt
» multicomptes : Connichieur & Morphinou & Thomanours & Cecilou

» pouvoir : Torche humaine
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Jeu 13 Juil - 0:21

En toute honnêteté, Kazuma voyait bien que son sujet n'était pas totalement à l'aise à l'idée de se faire tatouer à l'ancienne dans ce studio improvisé, et en temps normal ça aurait pu être compréhensible. Quoi que et encore, Elias n'avait pas vu les bouibouis de ruelles sombres dans lesquelles il avait commencé et s'était fait la main avec ses pairs. Ses premières armes, ses premières encres, c'était dans des endroits aussi sordides qu'il les avait acquises. Si on ommetai les bouffeurs de chair qui rodaient de nos jours. Franchement, les conditions auraient pu être bien pires pour le jeune homme, même s'il ne devait pas s'en douter. Mais Elias n'était peut être pas à comparer aux durs à cuir du gang de yakuzas que Kazuma fréquentait à ses débuts. S'il avait tenu des propos aussi... Borderline suicidaire, auprès d'eux, il n'aurait pas fait long feu pour sûr. Sans parler de types et nanas sans finesse, c'était pas ça non plus, leur philosophie de vie était assez éloignée. Même si, comme aujourd'hui, ils vivaient sans se soucier tellement du lendemain, ni s'encombrer de projet. Sauf pour quelques uns qui visaient les échelons au dessus évidemment. Ça n'avait jamais été pour lui, ça. Se contenter d'apprendre. De survivre. D'évoluer dans son milieu et dans son art. C'était ça, sa vie, à l'époque. Et profiter de tout ce qui l'entourait de façon presque edoniste. Un peu comme maintenant quoi. Il revint à Elias sans le moindre pli sur le front, le visage aussi composé qu'à son habitude.

« Alors il n'y a pas de soucis à se faire. Je prends mes précautions ne t'inquiète pas. »

Il claqua un de ses gants sur ses mains propres pour lui montrer, en lui faisant signe de monter sur la table. Même s'ils auraient pu s'adonner à toutes sortes d'autres activités nécessitant ce genre de protections, autres que le tatouage qu'il s'apprêtait à lui imprégner sous la peau. Ce n'était pas recommandé. Rien de tel qu'un regard sous entendu pour le lui rappeler cela dit, ça ne mangeait pas de pain, et ça pouvait changer les idées de son patient plutôt nerveux. Ça n'allait pas. L'adrénaline prenait déjà suffisamment le pas sur le reste avec la douleur, il n'avait pas besoin qu'il soit aussi tendu sur la table alors qu'il n'avait pas encore commencé. Le tatoueur haussa un sourcil avant de comprendre de quoi parlait l'autre. Il rapprocha sa chaise, et sorti un pinceau et un des godets qui contenait de l'encre rouge. Moins toxique que le jaune par exemple. Ils n'allaient pas tenter le diable. Même s'ils s'approchaient de ça un peu. Kazu haussa un sourcil.

« Tu aurais voulu une machine ? Mais est-ce que tu aurais pu la faire fonctionner tout du long... Le peu de gens mutés que j'ai vus n'étaient pas encore tout à fait au point, surtout sur la durée. Pareil pour le mien d'ailleurs. »

Sans fausse modestie, il était plus dans l'explosion consumant son énergie sur une courte durée que sur la longueur lui aussi. Il nettoya à nouveau la peau puis l'essuya avant de montrer à Elias comment la maintenir tendue et immobile. Il commença à tracer rapidement le dessin à réaliser.

« J'opte pour ce que je connais. J'ai déjà fait pas mal d'oeuvres avec cette méthode la, c'est simplement plus long... Mais au moins pas de risque de coupure se jus. »

Il estompa le surplus d'encre et lui montra les quelques brosses aux pics aiguisés qui allaient servir à glisser l'encre sous la peau en les tapotant vigoureusement à travers l'épiderme et le derme. Il en avait des plus fines pour les contours, et des longs et larges semblables à des peignes montés sur des baguettes en bois pour le remplissage. Différents récipients pour ne pas remettre les ustensiles pleins de sang au même endroit, de quoi essuyer, de quoi apaiser... Même de quoi mordre pour lui éviter de crier et rameuter de la compagnie. Si n'était pas un gars prévenant, franchement.

« J'espère que tu as mangé avant de venir ? Ça serait dommage que tu tombes dans les vapes et qu'on doive remettre ça. Tu es prêt ?»

Les heures allaient être longues mais son regard brillait d'un défi que son expression et son attitude ne montraient guère, à part ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1666
» points : 3472
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Tinker
» multicomptes : Coleen & James
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Mar 18 Juil - 23:31

The perfection of art is to conceal art
Cette façon de faire claquer son gant, ça donnait tellement l'impression à Elias d'être à l'hôpital que la sensation n'était pas des plus plaisante. Bien sûr, il comprenait ce que l'artiste voulait lui faire comprendre, à savoir qu'il avait maximiser les chances que tout se passe bien mais aussi insouciant que l'italien pouvait être ces derniers temps concernant sa vie, il n'en était pas moins anxieux. Ce qui lui arracha un sourire. Ça pouvait paraître étrange, ça l'était sûrement même et Kazuma devait bien se demander s'il avait toute sa raison mais pour lui, c'était simplement libérateur. C'était le signe qu'il tenait encore à la vie, peu importe les révélations auxquelles il avait eu le droit récemment et qui avait mis à mal tout ce en quoi il avait cru jusque là. Et rien que pour ça, ce rendez-vous était déjà une victoire en soi. Et pas des moindres. Pour la première fois depuis longtemps, il ne pensait qu'à lui et à ce qu'il voulait faire, comme s'il était libéré d'un poids qu'il avait trainé toutes ces années. Évidemment, penser à Ulysse et Kaleb lui faisait toujours aussi mal mais, en cet instant, il avait l'impression qu'un jour, peut-être, il arriverait à passer outre et à simplement vivre pour lui sans plus se soucier de quelconque attache unilatérale.

L'asiatique lui montra ensuite les instruments dont il comptait se servir et le technopathe comprit l'idiotie de sa proposition. Surtout aux dires de l'artiste qui avait parfaitement raison : il était loin de maîtriser son don quand tout allait bien alors avec la douleur en plus, c'était stupide d'avoir cru un seul instant que c'était faisable, même si ça lui aurait permis de se concentrer sur autre chose que son stress. Et surtout, s'il avait puisé suffisamment dans son énergie, il s'était imaginé que ça aurait servi d'anesthésiant, en quelque sorte. Parce que la douleur ne lui faisait pas spécialement peur mais il craignait de ne pas réussir à rester immobile si c'était trop insupportable.

"Je... Non, tu as raison, j'aurais sûrement pas pu. Sauf peut-être à faire une amélioration qui n'aurait pas nécessité de maintenir mon don. Enfin la question ne se pose pas de toute façon."

Il écouta ensuite avec attention les consignes de son tatoueur, restant dans la position qu'il lui avait indiquée pour lui permettre de mettre en œuvre son talent. Le tracé du dessin lui donna la chair de poule et des frissons dans tout le corps. Il aurait aimé voir ce que ça allait donner mais il savait aussi qu'il valait mieux patienter pour voir le résultat final. Il n'avait aucun doute sur les talents de Kazuma, c'était déjà ça. Sa vraie crainte était sa réaction à lui... bêtement, il ne voulait pas se couvrir de ridicule devant lui. Appelait ça de la fierté mal placée, Eli s'en foutait bien surtout si ça pouvait l'aider à tenir. Il se contenta donc de hocher la tête sur la remarque concernant les coupures de jus et attendit. Il n'avait pas mangé beaucoup ce matin-là, le nœud à la gorge l'en avait empêché mais était-ce nécessaire de le dire ? Il avait l'habitude de prendre des coups à la boxe, il espérait donc que ça l'avait rendu dur au mal. Il serra donc les dents et laissa faire Kazuma.

Les premiers moments furent finalement plus faciles qu'il se l'était imaginé. Il avait pensé à une douleur insoutenable, ce n'était pas le cas. Bien sûr, il avait eu un moment de recul au tout début mais en quelques minutes, ça allait mieux. A peine lâcha-t-il quelques grognements. Sauf que le temps passant, sa peau devenait plus sensible et l'italien commençait à avoir des étoiles dans son champ de vision, typique des vertiges qui le prenaient quand il usait trop de son don. Ça devait de moins en moins supportable et, au bout d'un moment, n'y tenant plus, il finit par dire, le souffle court :

"Tu veux bien faire une petite pause ? J'aurais besoin de boire un peu."

Eh bien quoi, c'était une excuse comme une autre, non ? Excuse qu'il regretta aussitôt par peur que l'asiatique lui propose de l'alcool. En l'état, il n'aurait clairement pas la volonté de refuser. Il reprit donc, rapidement :

"T'aurais pas de l'eau, par hasard ?"

Lui en avait bien dans son sac mais il n'était pas en mesure de l'atteindre pour le moment, n'osant pas bouger le temps que l'asiatique était toujours pensé sur lui.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016
» messages : 874
» points : 755
» avatar : Miyavi
» crédits : kristianschmidt
» multicomptes : Connichieur & Morphinou & Thomanours & Cecilou

» pouvoir : Torche humaine
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Jeu 27 Juil - 18:55

Kazuma connaissait peu de gens qui, une fois bien décidé fasse demi tour devant le fait accompli le jour de leur tatouage. Même le premier. Par contre, après venaient les réclamations parfois. Parce que beaucoup n'étaient pas capable d'accepter que leur vision ne pouvait pas être couchée exactement telle qu'ils se l'imaginaient sur le papier. Il y avait forcément un travail d'adaptation. Et même s'ils avaient été capables de réaliser l'esquisse, le résultat était toujours différent de celui escompté. Jamais l'imagination et la réalisation n'allait en parfaite harmonie. C'était une évolution logique de la pensée au geste en quelques sortes. Sauf qu'il y avait aussi un intermédiaire, lui en l'occurrence. Et qu'en ce qui le concernait, ça faisait un moment qu'il ne faisait plus de bête reproduction. Il s'était entraîné sur des pièces classiques, comme tout le monde. Et puis il avait trouvé sa pâte. C'était ce qui lui avait apporté ses clients d'ailleurs. Comme Elias qui faisait de son mieux mais commençait à flancher.

L'artiste marqua une pause, tourna sur son tabouret et alla attraper une bouteille d'eau, bouillie -puis refroidie- par ses soins. Il sorti aussi un carré de sucre de restaurant encore emballé et retirant ses gants, il s'appliqua à défaire le papier pour lui. Nul doute qu'il allait avoir déjà du mal à se redresser vu l'adrénaline qui devait maintenant certes couvrir et apaiser la douleur, mais lui tourner la tête. Accommodant, parce que ça faisait partie du service, le tatoueur l'aida à se redresser pour boire, et lui ficha le carré dans la bouche sans lui demander son avis.

« Comment tu te sens ? »

Il glissa ses yeux enfin sur lui en tant que personne et non en temps que support et surface à travailler, pour le regarder. Il changeait vraiment d'état quand il travaillait, Kazuma... Qu'il s'agisse de tatouage ou de services d'un tout autre genre, le professionnel prenait le dessus, et il s'oubliait. Les médecins avaient le même syndrome il paraissait. Un genre d'auto préservation en quelques sortes. Ç

« On peut espacer les séances, les conditions de vie étant ce qu'elles sont, on n'a pas la même endurance. »

Il prit lui même de l'eau depuis la bouteille après lui. La concentration retombait, et il avait un peu la tête qui tournait. Mais une fois qu'il s'y remettrait la sensation s'en irait. Au moins, il faisait jour dehors et il avait suffisamment de luminosité pour ne pas trop fatiguée ses yeux.

« Tu dois être bourré d'adrénaline maintenant. C'est une bonne nouvelle pour la douleur mais ça fatigue. Au pire on peut faire une pause jusqu'au déjeuner, et reprendre après. Du reste y'a pzs grand chose à faire... »

Il regardait dehors, le ciel et les nuages défilaient comme si rien n'avait changé dans ce monde. Puis il revint encore à Elias. Depuis le début il avait un regard entre défi et trouille totale. Il essayait de ne pas montrer qu'il avait peur mais franchement, ça transparaissait de partout. Mais c'était plutôt marrant. Et mignon de le voir lutter. Kazuma lui sourit.

« Et puis si tu tiens jusqu'à ce soir, y'a toujours un moyen de te changer les idées après. »

Il dit, tout en souriant. On allait pas perdre le nord quand même. Plus que le Elias dépressif, celui qui rougissait de ses nouvelles découvertes en *cette* matière là était intéressant, amusant, distrayant. Et il y avait encore de la marge pour s'amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1666
» points : 3472
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Tinker
» multicomptes : Coleen & James
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Dim 30 Juil - 0:59

The perfection of art is to conceal art
Elias avait beau y être habitué avec le temps, la sensation de vertige n'était pas agréable. Loin de là. Si encore elle avait été due à l'alcool, il y aurait eu l'euphorie avec mais là non, c'était juste le résultat de l'angoisse qu'il avait accumulée et de la douleur. Il se sentait nauséeux et n'entendait plus vraiment ce qu'il se passait autour d'eux. Les sons étaient feutrés et sa vision obscurcie, sa bouche pâteuse. Autant dire qu'il était servi sur un plateau si jamais des zombies venaient à faire irruption mais son état de fatigue l'empêchait même de s'en inquiéter. De toute façon, il était hors de question qu'il se défile, il se le devait autant qu'il le devait à l'artiste pour ne pas lui avoir simplement fait perdre son temps. Et tant pis s'il devait douiller pour ça. L'impatience de voir son tatouage aidait aussi à tenir sa résolution et le fait est que la pause faisait du bien. Sa peau respirait avec ce répit et ce serait certainement une toute autre histoire quand l'asiatique reprendrait son œuvre. Pour l'heure, le jeune homme devait déjà reprendre des forces et l'aide de Kazuma fût la bienvenue pour se redresser et boire une bonne partie de la bouteille. Tout comme il ne rechigna pas pour avaler le sucre qu'il venait de lui mettre dans la bouche. C'était le meilleur moyen pour mettre fin au malaise, il le savait et ça n'y manqua pas. En quelques minutes, il avait retrouvé une bonne partie de ses sens et, étrangement, pas la douleur. Il avait l'impression de planer, comme lorsqu'il buvait bien trop. Cette sensation enivrante, tel le toxico qu'il était, il l'aimait. A tel point qu'il avait vraiment envie de rire et que c'est ce qu'il finit par faire, doucement.

"Étrangement léger en fait. Comme si je flottais, c'est vraiment... agréable."

Il en perdait même de sa réserve habituelle, profitant de ce que l'asiatique le soutenait pour se coller contre lui et se montrer tactile avant de rougir comme une pivoine en réalisant, l'espace d'une seconde, ce qu'il faisait. Il n'avait aucune envie que cet instant ne cesse parce qu'en dehors de cet espèce de bien-être qu'il ressentait, y'avait aussi le fait qu'il ne pensait à rien d'autre. C'était une telle bénédiction qu'il était hors de question d'espacer les séances, ça non. Du moins, pas pour le moment. Pas le temps qu'il supportait et il était persuadé que physiquement, on ne pourrait jamais lui faire aussi mal que par les mots qu'il avait entendu. Il était fatigué, c'était bien vrai mais ce n'était pas une grande gêne, il avait juste à rester allongé. Ce n'était pas lui qui devait être concentré. L'adrénaline... oui, c'était forcément ça. C'était grâce à elle qu'il ne sentait pas la douleur quand il prenait des coups à la boxe, il fallait en profiter pour le tatouage.

"Je pense pouvoir continuer... Je sais pas combien de temps mais si toi, ça te va, autant en profiter, non ?"

Il se rallongea alors sur la table, prêt à encaisser la suite malgré la petite voix, dans sa tête, qui lui criait que ça allait lui faire de nouveau mal. Il rougit de plus belle en entendant les mots de Kazuma, ses poils se dressant le long de sa peau alors qu'il frissonnait rien qu'à l'idée de ce qu'il venait de dire. Et ce n'était pas la seule chose qui s'était dressé... voilà qui était fort gênant. Elias tourna donc la tête pour regarder vers la fenêtre à la recherche de quelque chose pour le distraire mais rien n'y faisait. Il préféra donc fermer les yeux, tout plutôt que de croiser le regard de l'artiste qui devait bien s'amuser de la situation.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016
» messages : 874
» points : 755
» avatar : Miyavi
» crédits : kristianschmidt
» multicomptes : Connichieur & Morphinou & Thomanours & Cecilou

» pouvoir : Torche humaine
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Mar 1 Aoû - 21:26

La pause ne lui ferait pas de mal à lui non plus, clairement. Il n'était pas bon de forcer la concentration trop longtemps et ils voulaient tous les deux un bon résultat, pas vrai ? Même si Kazuma n'y gagnait pas grand chose à part le droit d'exercer. Ça lui ferait peut être de la pub, songea le tatoueur avec un sourire en coin les yeux rivés vers le ciel, dépité du nombre de personnes qui lui avaient sorti ça sans sourciller alors qu'il essayait de bouffer et vivre de son art. Bande de crétins. Enfin en l'occurrence on était plus proche de la réalité. Peut être que du troc... La technique ne l'avait pas quitté en tout cas. Il avait commencé doucement, et sur la fin avait piqué la peau d'Elias sans pitié ni remord. Ce dernier n'avait pas l'air aussi traumatisé qu'il aurait pu le croire, il avait limite l'air de planer. Ça arrivait aussi. Et comme il disait, autant continuer tant que son corps lui envoyait des endorphines et compagnie, il serait temps de s'arrêter quand la douleur reviendrait.

Kazuma avala un morceau et se rapprocha de lui tout en voyant quelque chose qui clochait sur son "patient". Sin visage piquait un fard et il détournait les yeux... Il ne fallu pas long au brun avant de comprendre, ses lèvres s’étirèrent dans un sourire satisfait et un peu amusé alors qu'il trempait ses peignes dans l'encre à nouveau, qu'il remettait ses gants et qu'il se penchait à nouveau sur lui pour se remettre au travail.

« Ne vas pas bouger tout de suite, ça serait dommage. »

Il dit à voix basse. C'était franchement plus amusant de le voir comme ça, clairement. Pendant un moment le japonais réfléchissait à toutes les idées qui pouvaient faire rougir le novice et si c'était une bonne idée de les évoquer à ce moment du dessin. Et puis, s'il le faisait fuir, sur quoi il mettrait les dents aujourd'hui ? C'était assez rare, même si l'autre se sentait assez chanceux en la matière, de trouver proie si mignonne et consentante en même temps.

« Si ça peut occuper tes pensées, tu peux réfléchir à ce que tu aimerais qu'on fasse. »

Il finit par sortir, sans s'arrêter mais tout en gardant les pointes à distance au cas où. Une fois la première surprise passée, il reprit.

« Ou ce que tu aimerais faire, je suis ouvert aux suggestions. »

Dans plus d'un sens. Ça ne l'empêchait pas de travailler correctement mais la perspective d'entendre et de voir à nouveau les réactions du jeune homme qui découvrait pas mal était... Réjouissante. Et est-ce que ça n'était pas ce qu'on cherchait tous les jours, ces derniers temps, quelque chose qui mettait du piquant dans nos vies ? Entre ça et là violence brutale de la survie en elle même, se consumer activement plutôt que de subir le quotidien, voilà ce qui parlait à Kazuma.

Il marqua l'autre jusqu'à ce que la lumière commence à baisser au dehors et qu'il estime le travail achevé, pour la partie qui les intéressait pour le moment. Le reste dépendait de si Elias trouvait sa réponse ou non. Et s'ils se retombaient dessus, d'ailleurs. Kazuma ne savait pas encore pour combien de temps il en aurait ici. Il rinça le travail achevé et essuya délicatement le surplus d'encre que la peau rejetait, et finir par crémer tout ça, avant de laisser l'autre se relever. Il n'avait que le plastique d'un sac congélation pour faire office de cellophane, et maintint le tout avec du skotch d'infirmier. Ça serait con d'attraper une infection, pas vrai.

« Il faudra que tu te nettoies avec de l'eau aussi douce que possible... Et si tu mets la main sur du savon neutre. »

Il lui tendit le reste de pommade pour qu'il l'emporte plus tard, et l'observa, assis sur la table devant lui. Il sourit, un sourire qui rappellerait sans doute des choses à Elias, et vint s'accouder sur ses cuisses devant lui.

« Alors... Tu veux dîner d'abord, ou bien je te montre ce que j'avais en tête ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016
» messages : 1666
» points : 3472
» avatar : Jackson Rathbone
» crédits : Tinker
» multicomptes : Coleen & James
» pouvoir : Technopathe
» appartenance : Whitstable Castle
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Lun 7 Aoû - 22:31

The perfection of art is to conceal art
Elias avait beau avoir fermé les yeux, il avait parfaitement conscience du regard de l'artiste sur lui, plus peut-être même si c'était possible, ce qui ne l'aidait pas à reprendre le contrôle de ses émotions. Dans son esprit qui vagabondait comme bon lui semblait, il trouvait ça affreusement sensuel. Et finalement, ça ne lui déplaisait pas, même si ça devait le faire passer pour un grand sensible. Ce n'était pas donné à tout le monde de revivre les sensations de l'adolescence, quand on se découvre, alors oui, il préférait prendre ça du bon côté et tant pis si ça le rendait rouge pivoine. Et qu'il n'était qu'un jouet entre les mains de l'asiatique vu ce qu'il venait de lui murmurer à l'oreille, lui déclenchant des frissons dans tout le corps. Avec sa peau mise à nue par le tatouage, il avait l'impression d'être encore plus sensible au moindre contact et heureusement, l'adrénaline faisait toujours son œuvre, éloignant ainsi la douleur. Résultat, il devait faire preuve de toute la maîtrise dont il était capable pour ne pas simplement poser sa main sur celle de Kazuma, mettre un terme à ce qu'il était en train de faire pour s'adonner à toute autre chose. Il avait besoin de se sentir vivant et quoi de mieux pour ça que le genre d'activités que sous-entendait le tatoueur ? Chaque chose en son temps, voilà ce qu'il n'avait de cesse de se répéter tout comme il essayait d'imaginer le résultat final de son tatouage. Oui, ça, c'était un bon motif d'éprouver sa patience. Parce qu'il ne fallait pas non plus qu'il oublie ce qui l'avait conduit là, même si l'un n'empêchait pas l'autre et que, pour être honnête envers lui-même, il devait bien s'avouer que le tatouage n'était pas la seule raison de sa venue. Il avait découvert des sensations nouvelles et oui, il était curieux d'en découvrir plus, c'était un fait.

"Je crois que me laisser guider, si ça ne t'ennuie pas bien sûr, ça me plait assez." murmura-t-il, le souffle court.

Prendre des initiatives aussi, peut-être mais seulement dans le feu de l'action. Là, comme ça, il n'arrivait pas trop à se projeter. Parce que c'était totalement nouveau pour lui et que, de toute façon, il n'avait jamais été du genre à trop intellectualiser ce genre de choses. Il se laissait guider par le moment, et n'était-ce pas le mieux ? En attendant, sa peau recommençait à le picoter mais heureusement pour lui, la luminosité commençait à baisser et Kazuma finit par poser ses outils. IL nettoya son travail avant de lui mettre une protection dessus pour éviter toute infection, lui tendant la crème alors qu'il lui donnait les consignes à suivre. Elias hocha la tête pour dire qu'il avait bien compris et finit par se redresser. Assis sur la table, l'artiste face à lui, il passa une jambe de chaque côté de lui et le regarda un moment, en silence. Il avait un regard impénétrable, un quelque chose d'indéchiffrable qui désarçonnait Elias... et l'excitait en même temps.

"Je n'ai pas vraiment faim, pour être tout à fait honnête."

Il se sentait surtout hyper épuisé maintenant que la tension redescendait mais pas suffisamment pour aller simplement se coucher, ça non. Il se pencha vers l'artiste et posa, timidement, ses lèvres sur les siennes. Un baiser tout en tendresse qu'il n'arrêta que lorsque son ventre se mit à gargouiller, démontant au passage ce qu'il venait de dire. Il se mit à rire et se détacha de l'asiatique, les yeux rieurs malgré le léger vertige qui s'était emparé de lui.

"Je crois bien que mon estomac n'est pas du même avis que moi. Dîner d'abord, du coup ?"

Après tout, ce n'était que partie remise. En tout cas, il l'espérait et manger chasserait sûrement la fatigue qu'il ressentait ce qui rendrait les choses que mieux par la suite. Il descendit donc de la table, lentement, pour ne pas être à nouveau en proie au vertige et alla récupérer son sac à dos. Il avait récupéré des raviolis en conserve et même des gâteaux secs. Il les sortit donc pour mettre en commun ou simplement partager avec Kazuma. Froid, ce ne serait pas du quatre étoiles mais, s'il se souvenait bien de ce qu'il avait vu quelques jours plus tôt, ça ne devrait pas poser de problème à l'artiste pour réchauffer un peu les choses.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016
» messages : 874
» points : 755
» avatar : Miyavi
» crédits : kristianschmidt
» multicomptes : Connichieur & Morphinou & Thomanours & Cecilou

» pouvoir : Torche humaine
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Mer 9 Aoû - 1:08

Kazuma mettait probablement beaucoup moins de tendresse que l'autre dans son baiser, mais il s'y adonnait tout autant. Il avait posé une main sur chacune de ses cuisses et était assis face à lui dans un élan plus que clair sur ses intentions. Mais ça ne faisait plus peur à Elias, on aurait dit. C'était pour cette raison que le tatoueur réhaussait un peu son jeu ainsi que ses mains sur ce dernier. Il aimait mieux le voir surpris et un peu perdu, celui là. Ce n'était pas une condition sinequanone, Kazuma avait rencontré des gens de toutes sortes qui n'étaient pas forcément aussi effarouchés qu'Elias l'avait été et le serait peut etre encore un moment. Mais ça restait rafraîchissant vraiment. Il ne chercha pas à forcer ce dernier, récupérant malgré tout une dernière fois les lèvres avec un côté un peu tentateur. Ces choses qu'il aurait pu lui faire... Mais ce n'était pas le moment qu'il lui claque dans les mains sur la table, pas vrai. Même s'il avait par le passé été au bord de la conscience à cause de certaines ingestions de substances pendant ses parties de jambe en l'air. Il lui sourit.

« Apparemment... Oui. »

Il se détacha de la table et comme du nouveau tatoué, et non sans un air plein de sous entendu, il remit cette affaire à plus tard pour s'installer plus loin hors de la zone d'atelier, et sortir les quelques victuailles qu'il possédait. S'il était plutôt du genre chacun se débrouille, la notion de donnant donnant ne lui était pas étrangère et il laissa devant lui le boeuf séché et le bocal d'olives, allant récupérer son outil pour ouvrir les dites boîtes. En voyant que Elias allait attaquer à froid, il lui fit signe et installa une plaque de fer qui devait être une porte de casier auparavant, et quelques feuilles roulées en boule, et tasseaux de bois et autres combustibles qui traînaient là. Il n'eut ensuite qu'à se concentrer un moment sur le bout de ses doigts pour faire sortir les flammes qui allaient réchauffer leur dîner. Il arrivait assez bien à les localiser lorsqu'il s'agissait de ses mains. C'était quand il essayait plus compliqué que ça partait souvent en live. Il ne valait mieux pas être dans les environs dans ces moments là. Quelques minutes après, ils entamaient leurs victuailles et Kazuma de montrait silencieux comme souvent. Avant de revenir au sujet principal.

« Qu'est-ce que tu faisais alors... Avant ? »

Il finit par demander, à vrai dire sans réelle curiosité, mais plus parce qu'il avait du mal à situer le personnage. Il le lui avait probablement déjà dit et Kazuma avait oublié. Il eut fait plus attention, avant. On le payait pour ça aussi.

« Je te vois mal évoluer dans un milieu artistique et pourtant tu en as plutôt l'alure et le côté dépressif alors... Quoi ? »

Oui, c'était peut être un peu brut de décoffrage. Mais là fin du monde voulait dire qu'il y avait moins besoin de s'encombrer de faux semblants aussi. Sauf si on voulait obtenir quelque chose. Et pour le moment, il n'essayait pas -encore- de retourner dans son pantalon. Pour le moment. Il finissait son repas assis par terre sur les bâches qu'il avait installées, le feu continuait de crépiter sur la porte en fer à côté, assez faiblement, mais juste de quoi leur donner de la lumière pour soutenir le coucher de soleil dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Kazuma (renom, honneur, prime)
» Kazuma the skyrider.
» Mort de Kazuma
» kazuma shun
» La Perfection s'absente

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Herne Bay :: The Kings Hall-
Sauter vers: