AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Mar 7 Fév - 23:23

The perfection of art is to conceal art
Chauffeur, fallait peut-être pas pousser non plus. Certes, Elias proposait à l'asiatique de le conduire jusqu'à l'établissement scolaire mais qu'il compte pas non plus sur les courbettes, l'ouverture de porte et tout le rituel qui allait avec. Ni même sur un grand tour de la ville. L'essence était précieuse, même si le jeune homme pouvait faire sans. Seulement, pomper dans sa propre énergie pour faire tourner le véhicule, ça ne lui plaisait pas plus que ça. En tout cas, pas à moins que cela soit strictement nécessaire, ce qui n'était pas le cas pour le moment. Tout comme il n'avait pas franchement envie d'expliquer à Mary Ann pourquoi le réservoir était vide. Enfin, ce n'était pas l'heure de se prendre la tête avec ce genre de considération. Bien conscient du regard de l'artiste sur lui, ce qui le mettait un brin mal à l'aise, fallait bien le dire, l'italien démarra donc la voiture et prit la route qui menait vers le nord. Les rues de ce quartier était étrangement calme mais peut-être était-ce dû à l'heure de la journée ? Ou à la météo ? Ou à tout autre chose d'ailleurs. Eli n'avait aucune idée du rythme qui régissait la vie des zombies et peut-être qu'un jour il serait bien qu'il étudie ça de plus près s'il voulait vraiment survivre. En attendant, il reporta son attention sur leur trajet, évitant les quelques obstacles, et tâchant de se repérer jusqu'à enfin voir la bâtisse espérée. Au moins, ils n'avait pas tourné pendant trois plombes, c'était déjà ça de gagné.

Nulle menace à l'horizon aussi sortirent-ils rapidement du véhicule et Elias suivit l'artiste qui avait pris les devants. Tout était calme, trop calme. Quelque part, ça mettait le jeune homme encore plus mal à l'aise que tout ce qu'il avait vu en ville jusque là. Peut-être parce qu'une école était censée être pleine de vie, remplie des voix des adolescents, de leurs pas, de la sonnerie de fin de cours. Tout ça, c'était du passé et ici, c'était encore plus flagrant qu'ailleurs. Ça en devenait oppressant, comme si quelqu'un les espionnait. Ils finirent par entrer dans une salle qui avait dû être celle du cours d'arts plastiques. Il haussa les sourcils à la remarque de l'asiatique, ne sachant pas comment il devait le prendre. Il le prenait pour un benêt ? Ok, sa demande un peu particulière n'était clairement pas une preuve de grande réflexion mais ce n'était pas une raison pour le prendre pour un idiot.

"Faut pas se fier aux apparences." se contenta-t-il de répondre, ne sachant pas quoi dire d'autre.

De toute façon, il n'eut guère le temps de s'appesantir sur le sujet. L'artiste venait d'ouvrir la porte du fond de la salle et un mort-vivant ne mit pas longtemps à en sortir, affamé. Tout se déroula alors très rapidement, Kazuma se chargeant de la créature à l'aide de son sabre alors qu'Eli, la main sur son révolver attendait une ouverture qui lui permettrait d'agir sans risquer de toucher son compagnon du jour. Occasion qui ne vint donc pas. Il s'approcha de la porte d'entrée, tendant l'oreille afin de s'assurer que le grabuge n'avait pas attiré d'autres indésirables et finit même par jeter un œil. Apparemment, la bouffeur de cervelle qui venait de perdre la tête était le seul dans les parages. Pour le moment en tout cas mais c'était un bon rappel sur le fait qu'il ne valait mieux pas trop trainer.

"Vous trouvez votre bonheur ?"
© 2981 12289 0


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016

» messages : 726

» points : 540

» avatar : Miyavi

» multicomptes : Connichieur & Morphinou



» pouvoir : Torche humaine

MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Lun 20 Fév - 22:44

D'autres que Kazuma auraient pu y réfléchir à deux fois avant de monter dans la voiture d'un jeune homme presque inconnu, surtout en plein apocalypse où les priorités des gens changeaient en fonction de leurs instincts. Mais non. Pour autant il ne considérait pas Elias comme totalement inoffensif, il savait pertinemment d'expérience que la plus petite fouine pouvait faire de gros dégâts. Pourtant l'autre dégageait un certain calme, même lorsqu'on considérait la situation. Non, mais il se considérait suffisamment capable pour pouvoir encaisser une attaque de sa part. Et s'il n'y parvenait pas et bien, c'était qu'il n'avait pas mérité de continuer. On dit souvent que ce sont les plis forts qui survivent, la vérité c'était qu'on se trompait sur la façon de déterminer la force pour commencer. Comme le lui rappelait d'ailleurs Elias, très justement.

Dans la petite pièce adjacente, il y avait tout ce dont Kazuma pouvait rêver en ces temps difficiles, de quoi s'exprimer sur les murs de la ville pour un bout de temps. S'ils rapprochaient le tout de la ville, il pourrait venir se fournir régulièrement et plus facilement qu'ici en tout cas, c'était parfait. Il sorti quelques gros pots dont on devait se servir en classe, en prévision, et retourna dans la pièce principale voir Elias qui lui demandait ce qu'il en pensait. Sa formulation déclenchait un sourir. Il avait l'air inquiet, ou c'était lui ? Peut être que Kazuma était vraiment bizarre de se sentir aussi à son aide dans un univers aussi délabré. C'était sans doute ça. Il s'approcha.

« Oui...»

Il dit, tout en encadrant le visage de l'autre une nouvelle fois d'une main. Dans son élan, il approcha ses lèvres des siennes et y laissa un baiser avant de retourner à ses affaires. Ça pouvait faire office de remerciement pour l'avoir conduit dans un coin comme celui ci. Ou bien de quoi le faire se questionner et oublier deux secondes la population zombie sans doute toujours en bas et celui à leurs pieds. D'autres trouveraient ça glauque. A force, on s'y faisait.

« Il avait sans doute pensé échapper aux autres en s'enfermant ici. Peut être qu'il était déjà mordu.»

Il continuait de parler tout en sortant ce qui l'intéressait de la réserve. Lui même savait que parfois, une connerie pouvait être fatale. C'était déjà vrai dans le monde d'avant, il suffisait de pas grand chose pour basculer de l'autre côté du monde civilisé.

« Je crois qu'on a ce qu'il faut.»

Il finit avec une petite caisse en bois qui contenait diverses bouteilles d'encres, un regard complice pour le brun. C'était un brin suicidaire d'imaginer vouloir se foutre ça sous la peau dans les conditions de vie présente, aux vues des risques d'infection et de fièvre que les tatouages provoquaient déjà, mais il n'était pas là pour donner des leçons. Si Elias était partant, et qu'il le laissait créer... Kazu n'avait pas envie de jouer les moralisateurs, ça ne lui allait pas du tout comme rôle de toute façon. Il lui tendit une craie.

« Tu veux me montrer une idée de ce que tu imaginais ? »

Il plantait les yeux dans les siens. Son chauffeur avait envie de partir de là, lui, ça lui plaisait de le forcer à rester. Et de voir qu'il était troublé par son naturel tactile sans grande logique. Quoi que, Elias ne devait pas ignorer qu'il était tout sauf laid à regarder non ? Comme pour insister là dessus, Kazuma passa derrière lui et embrassa sa nuque en posant une main sur son épaule alors que l'autre commençait à expliquer son projet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Dim 26 Fév - 12:58

The perfection of art is to conceal art
Rester dans ce lycée, ça ne plaisait vraiment pas à Elias. L'atmosphère pesante qui y régnait le dérangeait et puis, ce n'était pas comme s'il avait apprécié à l'époque où il était obligé d'y aller. D'ailleurs, il avait séché bon nombre de cours, ce n'était pas pour rien. Ça lui faisait remonter en tête foule de mauvais souvenirs dont il se serait bien passé. Il cumulait les ennuis et multipliait les conneries, était en conflit permanent avec les adultes et tous ceux qui représentaient l'autorité, enragé et mal dans sa peau comme il l'était. Ouai, c'était franchement pas la période la plus reluisante de sa vie, même si elle avait forgé son caractère et qu'il en était aussi ressorti des choses positives, malgré tout. En tout cas, il se sentait un étranger entre ces murs et ça ne lui plaisait pas. Et puis, le zombie aurait dû leur servir de leçon, ils n'étaient pas à l'abri alors autant prendre ce qui intéressait l'artiste et filer sans demander leur reste. Sauf que l'asiatique avait, de tout évidence, une toute autre idée en tête. Lui semblait se plaire ici, peut-être parce qu'il avait mis la main sur le matériel qu'il recherchait ? Hum, l'italien doutait que ce soit là la seule raison, le tatoueur était bien trop étrange pour simplement se suffire d'une telle raison.

En attendant, il restait scotché à la porte d'entrée, guettant d'éventuels visiteurs et c'est certainement pour ça qu'Elias ne vit rien venir. Sans comprendre ce qu'il se passait, il se retrouva avec les lèvres de Kazuma sur les siennes et l'artiste ne perçut sûrement pas son mouvement de recul vu comme l'instant fût bref. Déjà, il était retourné chercher son matériel, laissant le jeune homme pantois. Il n'était même pas capable de dire s'il avait trouvé ça agréable ou non, seule la surprise et l'incompréhension demeuraient. Il ne voyait pas d'où ça venait et la seule explication qu'il voyait là était que l'asiatique s'amusait à le déstabiliser. Et il y réussissait parfaitement bien. C'était vraiment perturbant cette impression d'être un jouet entre les mains d'un marionnettiste. C'est à peine s'il écouta la remarque du brun sur le mort-vivant qu'il venait de tuer. De toute façon, l'italien préférait autant ne pas en savoir trop sur lui. Tuer les zombies quand c'était nécessaire, ça faisait un moment qu'il s'en était fait une raison mais il n'oubliait pas qu'ils avaient été, avant tout, des êtres humains comme eux alors ça ne lui plaisait pas plus que ça de mettre un terme à ce qu'il leur restait de vie et encore moins d'imaginer ce qu'ils avaient pu être avant.

Enfin, au moins, Kazuma semblait avoir réuni le nécessaire et à voir les choses qui s'accumulaient, Eli allait devoir l'aider pour emmener tout ça à la voiture. A moins qu'il veuille tout laisser sur place ?

"Parfait. Pas sûr qu'on puisse s'en sortir en un seul aller pour tout charger dans la voiture. Vous voulez tout prendre ou vous reviendrez ?"

Sauf qu'une fois encore, ce n'était pas dans les projets de l'asiatique de se barrer fissa. Merde. Et qu'est-ce qu'il attendait de lui avec sa craie ? Eli n'était pas l'artiste. S'il avait une vague idée de ce qu'il voulait, il ne voyait pas trop comment le dessiner. Son truc à lui, c'était plutôt la musique, sans être pour autant un véritable talent. Il prit quand même le bâtonnet et resta devant le tableau un moment sans rien faire avant de se lancer sans grande conviction. Ce qu'il voulait, c'était quelque chose qui représente l'impression qu'il avait d'être au bord d'un précipice, en équilibre précaire. Une façon pour lui de se rappeler qu'il avait avancé mais que le moindre faux pas pourrait le renvoyer brutalement en arrière. Alors comment représenter une sensation ? D'autant qu'il était difficile de se concentrer en sentant le regard de Kazuma sur lui, comme s'il était une friandise qu'il avait envie de manger. Il essaya bien, un moment, de faire abstraction de tout ça mais lorsqu'il sentit à nouveau les lèvres de l'artiste sur lui, il posa la craie et se retourna brusquement, se trouvant nez-à-nez avec le brun, bien plus prêt qu'il ne l'avait pensé.

"Je ne sais pas trop comment dessiner mon idée. Je crois que ce serait plus simple que je vous explique ce que je souhaite que ça représente et ensuite, libre à vous de l'exprimer comme vous le voulez."

Parler de son projet, c'était ce qu'il avait trouvé de plus simple pour ne pas trop montrer sa gêne. Faire comme si de rien n'était… même s'il se doutait bien que ses yeux, interrogateurs, le trahissaient comme toujours.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016

» messages : 726

» points : 540

» avatar : Miyavi

» multicomptes : Connichieur & Morphinou



» pouvoir : Torche humaine

MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Dim 19 Mar - 19:59

Il valait mieux tout emporter, à la connaissance de Kazuma on ne savait jamais ce qui allait rester en place aux vues des temps qui courent. Ils avaient trouvé l'établissement, n'importe qui d'autre pouvait passer derrière eux et récupérer leurs trouvailles, aucune planque n'était une planque sans risque. Enfin, pour des pots de peinture, il ne savait pas qui irait se déranger, mais c'était malgré tout suffisamment difficile à trouver pour qu'il n'ait pas envie d'en prendre le risque. Surtout qu'il avait un chauffeur, pour une fois. Un chauffeur bien conciliant parce qu'il requiérait un service de lui, qui du coup était à l'écoute de ses envies. Il lui signifia qu'il comptait tout emporter et attendit sa réponse pour le reste. Il n'avait pas l'air très graphiste, dans son genre. Rien n'avait l'air de vouloir sortir de sa tête alors qu'il hésitait, craie à la main, Kazuma dans son dos. Ce dernier se faisait l'impression d'un professeur, en quelques sortes. Il avait déjà eu d'autres regards posés sur lui alors qu'il débutait. Que ce soit dans le monde de l'Art ou du tatouage, dans des milieux bien différents. De la façon dont il était rapproché du brun aussi, oui. Mais contrairement à celui-ci ce n'était pas quelque chose qui le surprenait, ou qu'il craignait.

« C'est une possibilité, aussi. Ca me va comme marché, t'en fais donc pas. »

Il avait sourit. Sans s'éloigner pour autant, malgré la nervosité évidente de l'autre, il ne l'avait pas repoussé ou rejeté, c'était sans doute qu'il était réceptif sans oser se laisser tenter. Sans quoi ça fait longtemps que Kazuma se serait pris un pain, probablement. C'était arrivé en tout cas. Enfin, la question que posait Elias n'était pas une vrai question. S'il n'avait pas l'envie ou la capacité d'expliquer graphiquement ce qu'il voulait, il n'aurait qu'à lui dire plus tard. Le tatoueur avait mieux à faire sur le moment, et pouvait toujours en discuter une fois retournés en ville. Pour le reste aussi, il aurait pu attendre qu'ils retournent en ville. Mais outre le cadavre du zombie dans l'autre pièce, ils étaient plutôt tranquilles ici. Et la confusion du brun était plutôt rafraichissante, aussi Kazu glissa à nouveau une main sur la joue de ce dernier qui alla jusqu'à se faufiler dans ses cheveux et sa nuque, puis il finit par l'embrasser. Il était assez entreprenant comme garçon, à sa manière. Pas une brute de virilité mal placée, mais pas non plus quelqu'un qui tourne autour du pot pendant cent ans. Son autre main s'était appropriée sa hanche et l'avait rapproché pour mieux l'enlacer. Il avait envie de plus qu'un baiser langoureux, et lorsque ce fut le moment, il prit soin de montrer à Elias ce que sa présence lui évoquait, ses mains et ses baisers parlant pour lui.

***

Un peu plus tard, ils terminaient de charger la voiture, et prenaient la direction de la galerie dans laquelle ils étaient tombés l'un sur l'autre. Sans d'avantage d'allusions à ce qui s'était passé un peu plus tôt, l'artiste commença à décharger, empilant le tout dans un coin pour laisser de l'espace au mur qui allait supporter sa nouvelle création. Le soleil avait largement baissé, et il n'était pas autant à l'abris ici que dans son squat du moment, mais c'était ce qu'il avait décidé, et il allait s'y tenir. Il avait laissé à l'autre le soin de s'occuper de ce qui servirait à le tatouer. Ils ne commenceraient sans doute pas ce soir, il faudrait plus de préparation, un environnement sain et de quoi désinfecter et le matos et le sujet. Et de quoi l'anesthésier peut être, et booster ses anticors ensuite. Kazu observait l'autre et finalement lui dit :

« J'imagine que quelque chose d'abstrait te conviendrait... Mais qu'est-ce que tu cherches à exprimer exactement ? Ta survie ? Ta renaissance ? »

Il dit après avoir rapidement tracé la silhouette de ce qu'il souhaitait faire sur son mur, et revenant au projet de l'autre.

« Il n'y aura pas plusieurs essais, je peux faire une esquisse sur ta peau, mais ça risque d'être plus expérimental que ce que tu as déjà eu. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Dim 26 Mar - 1:00

The perfection of art is to conceal art
La promiscuité, en temps normal, ne dérangeait pas Elias mais là, c'était étrange. On ne pouvait pas dire qu'il se sentait à son aise, ainsi coincé contre le tableau noir, face à l'artiste, à se demander ce qu'il pouvait bien lui passer par la tête. Enfin, l'italien n'était pas naïf non plus, il avait bien une petite idée en tête mais tout ça était bien nouveau pour lui et d'autant plus déstabilisant. Draguer les filles, c'était quelque chose qui, sans faire de fausse modestie, était son truc mais il ne s'était jamais posé la question avec les gars. Pas avant que ne commence ce petit jeu avec Kazuma. C'était une personne décidément bien étrange qui semblait parfaitement dans son élément dans cette atmosphère pesante. Ou alors, c'était simplement la réaction du jeune homme qui l'amusait... Elias se laissa faire quand l'asiatique glissa sa main derrière sa nuque, tout comme il se laissa embrasser sans trop vraiment savoir pourquoi. Au bout de quelques secondes, il essaya bien d'y mettre fin mais lorsque l'artiste agrippa sa hanche pour le serrer contre lui, impossible de cacher que ça lui faisait de l'effet. Et lorsqu'il le couvrit d'attention de ses mains, toute réticence disparut et il finit même par oublier l'endroit où ils se trouvaient.

*****

Ils avaient fini de charger la voiture et Elias se demandait encore ce qu'il venait de se passer. L'asiatique ne pipait mot, peut-être pour le laisser cogiter dans son coin ou simplement parce que, pour lui, tout ça était parfaitement naturel. Difficile à dire et l'italien avait déjà bien assez à penser pour ne serait-ce qu'imaginer essayer de comprendre le personnage. En étant ouvert à tout, il n'avait jamais été attiré par les hommes jusque là alors forcément, il se posait des questions. Était-ce simplement parce qu'aucun homme ne lui avait fait d'avances auparavant ? Ou bien que l'Apocalypse lui faisait voir les choses sous un nouvel angle ? La seule chose dont il était certain, c'est qu'il avait aimé ça et il ne cessait de jeter des regards vers l'artiste dans l'espoir vain de déchiffrer sa mine insondable. La route de retour vers la galerie, il n'y prêta franchement pas attention. A tel point qu'il aurait été incapable de dire s'ils avaient croisé des zombies ou non. Le soleil avait décliné et le jeune homme semblait comme sur pilote automatique, plongé dans ses pensées pour essayer de démêler imbroglio de ses sentiments, sans succès. C'était l'anarchie totale en lui et il finit par renoncer alors qu'il se garait. Il aurait tout le temps d'y penser plus tard. Il déchargea le matériel qui serait utile pour son tatouage, laissant à Kazuma le soin de prendre le reste et le suivit là où ils s'étaient rencontrés quelques heures plus tôt, n'ayant aucune idée de ce qu'il avait derrière la tête.

"L'impression d'être sur la brèche, au bord d'un précipite dans lequel le moindre faux pas peut me précipiter. Et oui, quelque chose d'abstrait m'ira très bien."

Étrangement, ce qu'il s'était passé entre eux l'avait aidé à exprimer plus facilement l'idée qu'il avait en tête. Parce que c'était un aveu difficile à faire pour lui que cette impression avec laquelle il vivait. C'était intime mais au final, pas plus que l'épisode du lycée. Jamais il ne verrait plus l'établissement de la même façon d'ailleurs. Alors même s'il n'était pas encore vraiment à l'aise avec la situation, simplement parce qu'il ne la comprenait pas encore vraiment, il préférait arrêter de se prendre la tête. Il avait passé un agréable moment et, s'il était honnête avec lui-même, il n'aurait rien contre tester un peu plus que ce qu'ils avaient fait.

"Je n'ai rien contre l'expérimental." répondit-il en rougissant, prouvant ainsi qu'il ne parlerait pas que du tatouage.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016

» messages : 726

» points : 540

» avatar : Miyavi

» multicomptes : Connichieur & Morphinou



» pouvoir : Torche humaine

MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Lun 17 Avr - 0:33

Pour l'artiste, ce genre de rencontres, ce genre de moments, ce qui s'en était suivi, tout était naturel. S'il y avait bien une chose qui le caractérisait c'était qu'il ne se prenait pas la tête, vraiment. Jamais. A quoi ça servirait ? Se battre pour ce qu'il voulait, ce à quoi il aspirait, oui bien sûr ça méritait d'y mettre du sien et de l'énergie mais le reste coulait tellement de soi. Surtout qu'il n'y avait rien de plus naturel que deux êtres qui se mêlent dans ce genre de danse, d'autant plus alors que le reste du monde ressemblait de plus en plus au chaos. Il n'y avait rien ni personne pour juger, pas que ça l'encombre habituellement non plus, et il n'y avait pas d'autres urgence que la survie, et de profiter du temps qu'ils avaient.

Être sur la brèche. Basculer. C'était des mots et c'était aussi ce dont Kazuma avait besoin dans son processus de création. Certains préféraient des références visuelles, d'autres des mots, d'autres des idées. Ça avait mis du temps à sortir mais apparemment la langue d'Elias s'était un peu déliée. Peut être que d'y avoir joint la sienne avait aidé un peu, pensa le brun en passant sa main sur le mur vierge. Il allait avoir besoin d'éclairage pour travailler, le soleil descendait rapidement. Ils n'étaient pas dans une salle qui donnait sur l'extérieur et les fenêtres avaient été barrées grossièrement, restait à espérer que ça n'attire pas du monde. Il récupéra une poubelle en fer et y jeta papiers, restes de cadres brisés et autres combustibles avant de claquer des doigts pour y mettre le feu d'une étincelle. C'était clairement de la frime, mais ce geste lui était venu naturellement, est-ce qu'on ne pouvait pas décréter que ce n'était que son être qui s'exprimait ? Il récupéra un balais serpillière qu'il avait emporté de la salle de classe un peu plus tôt et après avoir ouvert un des bacs de peinture, il l'y trempa. Non sans tomber le haut -il n'avait plus vraiment froid, de toute facon- pour éviter de couvrir sa veste et T shirt de peinture, il les déposa sur le côté et se mit à la tâche.

Pendant un temps il commença à recouvrir le mur de longues traînées colorées, sans parler mais en laissant des sons sortir à leur guise, surtout qu'il usait de ses bras pour l'exercice. Il lui fallu sortir plusieurs choses de sa tête avant d'accoucher de quelque chose de potable. Les premiers jets, même si ça n'était peut être pas toujours évident pour le spectateur, c'était toujours les mauvaises idées. Comme faire sortir l'infection d'une plaie. Et puis venaient les vrais idées, dont quelques unes comme ça, et d'autres plus centrées sur ce qu'avait évoqué Elias. L'autre n'avait pas l'air d'un difficile, mais il faudrait quand même que le design lui plaise. Surtout qu'il allait morfler pour ça.

«Qu'est-ce que tu en dis ?»

Dit Kazuma, les mains une fois essuyées sur ses hanches. Il en glissa une dans ses cheveux en arrière en se retournant, pour voir l'accueil que lui faisait le brun.

« C'est assez expérimental pour toi ? »

Il ajouta un sourire. Nul doute que ce n'était pas du motif dont l'autre parlait tout à l'heure, mais c'était amusant comme parallèle. Aussi, ce n'était pas évident de comprendre ce qui l'avait rendu effarouché, mais on ne pouvait pas dire que Kazuma faisait dans la demi mesure depuis quelques années, il avait peut être oublié que tout le monde ne rejoignait pas son côté très libéral pour ces choses là. Il revint vers son client en le reluquant. Sur le dos, ça serait pas mal, mais pourquoi pas le haut du bras aussi. Ou continuer l'original comme il le lui avait dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Jeu 27 Avr - 0:16

The perfection of art is to conceal art
Au moins, les quelques mots qu'Elias avait sorti pour décrire ce qu'il voulait exprimer avec son tatouage avait l'air d'inspirer l'asiatique. Tant mieux parce qu'il aurait vraiment eu du mal à mieux expliquer son sentiment. Non seulement parce qu'il n'avait pas l'habitude de se dévoiler ainsi mais aussi parce que lui-même n'était pas toujours sûr de comprendre ce qu'il ressentait. Parfois, il avait l'impression d'être en chute libre, d'autre fois qu'il se retenait à toutes les branches qu'il trouvait. Ce qui était certain, c'était cette sensation d'urgence et de ne jamais être totalement en sécurité. Il avait bien conscience que le moindre faux pas le précipiterait de nouveau au fond du trou qu'il avait eu tant de mal à quitter. Et sûrement que jamais rien ne changerait cet état de fait. Il avait appris à vivre avec et, au moins pour cet aspect-là, il devait bien reconnaître que l'Apocalypse lui simplifiait les choses. Passer son temps à se préoccuper de sa survie, ça le détournait de son envie d'alcool. Était-ce un mal ou un bien ? Peu importe, il n'avait pas le choix de toute façon.

En attendant, Kazuma s'était mis au travail ou plutôt, il préparait la pièce pour. C'était vrai qu'il commençait à faire vraiment sombre, pas l'idéal pour composer mais Elias resta un moment surpris par ce qu'il venait de voir. Mais aussi par l'imprudence dont il avait fait preuve au lycée. Ok, ce n'était pas lui qui avait pris les devants mais pas un seul instant il avait pensé au fait qu'il aurait pu être dangereux pour l'artiste. Alors finalement, le voir déclencher un feu d'un claquement de doigt, c'était rassurant. Au moins, il n'aurait pas sur la conscience l'idée de l'avoir contaminé ou pire. Une lueur diffuse éclaira alors le musée... idéale pour une soirée romantique mais certainement pas pour peindre. Enfin, le technopathe n'y connaissait pas grand chose mais c'est ce qu'il imaginait. Et, si l'asiatique voulait rouler des mécaniques en laissant éclater son don, lui pouvait en faire autant. Il profita des flammes pour faire un peu de repérage et remarqua les spots qui avaient été installés au dessus d'un tableau non loin d'eux. Il s'en approcha et s'empara du fil électrique, déclenchant l'éclairage autour du mur que le brun comptait peindre. Sans y mettre pleine puissance pour ne pas risquer d'attirer l'attention depuis l'extérieur mais aussi pour préserver sa propre énergie, on y voyait quand même nettement plus clair qu'avec le simple feu.

Il ne restait plus qu'à Elias à regarder l'artiste à l’œuvre, sans lâcher prise sur le câble. C'était hypnotique de le voir ainsi agir et puis, pour être honnête, l'italien était content de pouvoir le regarder avec une bonne excuse, sans éprouver la gêne de se faire prendre en flagrant délit. Il essayait de se remettre les idées en ordre. S'il évitait de trop réfléchir, il n'y avait qu'un constat simple à faire : l'asiatique l'attirait. Était-ce son côté mystérieux ou autre chose, aucune idée mais ça n'importait que peu au final. Quant à ce qu'il venait de peindre... c'était plus qu'intéressant. Plus coloré qu'il ne l'aurait imaginé mais, en regardant les détails, il ressentait bien cette impression de gouffre immense s'étalant à ses pieds.

"J'avais une vision plus sombre des choses et clairement, j'aime beaucoup. C'est plus... comment dire... optimiste peut-être."

Il s'avança alors vers le mur, lâchant au passage le câble électrique ce qui eut pour conséquence d'éteindre la lumière. Ils n'étaient plus qu'éclairer par la flamme qui mourait doucement faute d'être correctement alimentée. Malgré ça, il sentait le regard de Kazuma sur lui et il finit par ôter son T-shirt pour lui permettre de regarder le "support".

"Ce serait possible au niveau du cœur ou tu verrais ça ailleurs ?"

Il avait fini par laisser tomber le vouvoiement. Vu ce qu'il s'était passé au lycée, ça lui paraissait parfaitement logique. Ils étaient à nouveau très proches l'un de l'autre et Elias posa sa main sur le torse de l'artiste, laissant glisser ses doigts le long de ses muscles. Il en avait eu envie, tout simplement, et le temps passé à regarder Kazuma peindre l'avait décidé à arrêter de réfléchir.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016

» messages : 726

» points : 540

» avatar : Miyavi

» multicomptes : Connichieur & Morphinou



» pouvoir : Torche humaine

MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Jeu 27 Avr - 23:43

Kazuma se laissait rarement décontenancer, ou même déconcentrer quand il peignait ou créait en général. Mais il fallait avouer que celle là il ne l'avait pas vue venir. Lorsque les spots s'étaient mis à diffuser une lumière basse mais plus régulière que celle des flammes qu'il avait produites, le tatoueur s'était retourné vers Elias et avait marqué une pause, surpris et un peu impressionné par ce qu'il faisait. Mais il était retourné à son esquisse et maintenant qu'elle était achevée, il attendait le retour de l'intéressé qui comptait le mettre de façon permanente sur sa peau. Il n'y avait aucune garantie que le résultat soit exactement le même. Déjà parce que reproduire quelque chose d'abstraction sans papier ni calque, c'était déjà un challenge, mais aussi parce qu'il allait faire sans machine ni électricité... Électricité. C'était ça qu'il venait de faire, Elias ? Kazuma sourit encore. Optimiste, lui ? Pragmatique oui, certainement moins dépressif que l'autre mais...

« Si tu le dis. »

Il dit en observant l'expression d'un brun et ses gestes, ses regards. Et en questionnant l'autre silencieusement quand il tomba le haut. Le coeur, hein ? On pouvait dire qu'il avait le sens du mélodramatique celui là. Le gouffre qu'il avait rendu en image pour lui, a cet endroit là, ça n'était pas anodin. Ni très positif non plus. Mais après, c'était son choix, pas le sien. Mais ça lui donnait une idee.

« Au Japon il y a certaines personnes qui remplissent une seule partie d'un tatouage, ou peignent un oeil sur deux sur un certain type de statuette, pour se rappeler d'un but à atteindre ou une promesse qu'ils se sont fait. »

Il dit en passant ses doigts sur l'emplacement que l'autre désignait, le laissant prendre des initiatives sur son propre corps. Décidément, il avait de la suite dans les idées malgré ses airs de ne pas y toucher.

« Ca te parlerait peut être de laisser des zones de lumière dans tout ça. »

Une moue et un sourcil levé entendu, il attendait de voir ce que l'autre attendait de lui. L'initiative ? Ou le calme dont il savait se montrer capable en d'autres circonstances. L'avant goût lui avait plu quoi qu'il en soit, à lui. Et il n'était pas de ceux qui hésitent cent ans, clairement encore moins alors qu'ils pouvaient crever du jour au lendemain, me futur, c'était un peu un luxe inaccessible. Il serra son épaule d'une main pour aller l'embrasser, une belle et longue fois, avant de le laisser à nouveau et le mener près du mur.

« Tu vois, plutôt que de remplir cette zone là, la laisser blanche... Le temps que ça te motive à survivre, j'en sais rien. »

Il posa sa main sur le mur plutôt frais, ses yeux plantés dans ceux de l'italien. Le feu mourrait un peu dans la poubelle, ce qui n'était pas un mal pour les rôdeurs perdus dehors, et suffisant pour déchiffrer les expressions de celui en face de lui. Torse nu, il n'était vraiment pas laid à regarder. Il y avait une douleur qui avait l'air de l'accompagner partout comme un boulet qu'on traîne, se disait Kazuma. Ça laissait une ombre sur son visage qui aurait pu être bien plus éclairé. Après, dans un monde pareil, on avait tous ses casseroles, tout le monde ne pouvait pas avoir sa philosophie de vie. Mais plutôt que de discuter de ce genre de choses, l'artiste avait plutôt envie de réfléchir un peu moins et de profiter un peu plus. Dos au mur, il attira l'autre à lui, attendant qu'il se décide et surtout, qu'il prenne ce qu'il voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Dim 7 Mai - 19:56

The perfection of art is to conceal art
Ok, optimiste n’était peut-être pas le premier mot qui viendrait à l’esprit de la plupart des gens pour décrire l’esquisse de Kazuma alors Elias comprenait le scepticisme dans sa voix mais pour autant, lui en était convaincu. Ce n’était pas qu’il broyait du noir ou qu’il avait des envies d’en finir avec la vie, pas du tout. Même si c’était certainement l’impression qu’il donnait. Mais voir les choses du bon côté était un luxe qu’il ne s’était que très rarement octroyé… parce qu’à chaque fois ça s’était mal fini et qu’il en avait souffert de plus belle. Il avait eu l’espoir que son père se remettrait de ce qu’ils avaient vécu, il s’était enfermé encore plus rapidement sur lui. Il avait espéré qu’Ulysse reviendrait, ça n’avait jamais été le cas et que dire de leurs retrouvailles ? Le fiasco du siècle. Et ce n’était pas que les exemples les plus évidents pour lui qu’il ne lui était pas bon de trop rêver. En tout cas, pas en ce qui le concernait lui-même. Pour les autres par contre, il était un pur utopiste, il voulait y croire. Parce que tout ne pouvait pas être pourri, il y avait forcément quelque chose de mieux qui ressortirait de tout ça. Même s’il ne savait pas quoi.

« Et ces personnes,  au Japon, elles remplissent ensuite le tatouage quand elles ont atteint leur but ou elles le laissent à jamais… inachevé, en quelque sorte ? » dit-il en haussant les sourcils, sincèrement intrigué par l’idée.

Et pourquoi pas après tout ? Avec ce nouveau tatouage, il voulait se représenter le risque qu’il prendrait s’il venait à jour à flancher. Un rappel gravé dans son corps de ce qu’il risquait s’il se relâchait, s’il oubliait ne serait-ce qu’une seconde son immense faiblesse, qu’il relâchait sa vigilance. Alors oui, ça donnait un rendu sombre et peut-être même angoissant pour qui poserait les yeux dessus mais, pour lui, ça avait une toute autre signification. Peu lui importait l’interprétation qu’en feraient ceux qui le verraient, ce n’était pas son problème. Pour autant, un peu plus de lumière, une lueur d’espoir qui symboliserait le fait qu’il pouvait s’en sortir, ce serait vraiment pas mal. Pas mal du tout même. Et Kazuma avait mis le doigt sur ce qu’il voulait : un rappel de la promesse qu’il s’était faite à lui-même, celle de ne pas replonger, d’être plus fort que cette obsédante tentation. Sa proposition collait donc d’autant mieux à son idée.

Tout à sa réflexion, Elias laissait glisser ses doigts le long du torse de l’asiatique, suivant la courbure de ses muscles et il aurait difficilement pu cacher que ce simple geste lui faisait de l’effet. Tout comme il était impossible de ne pas voir sa déception quand l’artiste mit fin à leur baiser, un peu trop prématurément à son goût, pour s’éloigner de lui. Certes, pour le ramener vers le mur et lui expliquer un peu mieux son idée de l’oeuvre incomplète mais pour être tout à fait honnête, pour l’heure, l’italien aurait pu dire oui à tout, son tatouage était passé au second plan de ses pensées.

« C’est toi l’artiste, je te fais confiance. » fût tout ce qu’il lui répondit avant de coller ses lèvres aux siennes, laissant à nouveau ses mains naviguer comme bon leur semblait jusqu’à atteindre le devant du pantalon de l’asiatique de le lui défaire avec une frénésie qu’il ne se connaissait pas. Ou en tout cas qu’il n’aurait pas imaginé avec un homme.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016

» messages : 726

» points : 540

» avatar : Miyavi

» multicomptes : Connichieur & Morphinou



» pouvoir : Torche humaine

MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Ven 2 Juin - 23:29

C'était terrible de voir ce que l'humain pouvait être son propre ennemi parfois. Kazuma en avait un exemple devant ses propres yeux. Et pourtant, aussi...torturé qu'il pouvait sembler, il était encore là et encore entièrement vivant. Une belle contradiction pour lui, mais qui n'avait pas d'importance. Ça n'était pas comme si la logique était encore à jour dans le milieu dans lequel ils évoluaient à présent. Tout comme le fait qu'on lui demande encore un tatouage malgré les risques que ça représentait. Mais soit. Kazuma expliqua rapidement l'histoire des darumas, ces figurines auxquelles on peignait un oeil en faisant un voeu, une promesse, à qui on remettait les clefs de notre volonté et dont on ne peignait l'autre oeil que lorsqu'on avait atteint notre but. Des tatouages du genre, sur le même principe en tout cas, il avait du y en avoir de nombreux au fil des années, sans doute pas seulement au Japon d'ailleurs. Ça paraissait bien correspondre à ce se cherchait Elias. C'est pour ça qu'il lui avait proposé. Pour répondre à sa question par contre...

« Probablement. Après, il y a autant de type de tatouages que d'humains, et autant d'utilisations aussi. Des souvenirs, des buts, des entraves... Des avertissements, ça dépend du porteur franchement. »

À vrai dire, ça ne le regardait pas. Il était peut être l'artiste mais c'était pas à lui de décider. Certainement pas. Il n'en avait pas envie et ça n'était pas son rôle. Pas sa croix quoi. Et Kazuma était tout sauf quelqu'un qui cherchait à porter celle des autres, les responsabilités ça ne lui ressemblait pas trop il fallait dire. Il le dirait à Elias, que c'était à lui de faire ses propres choix. Une fois que ses lèvres ne seraient plus en train de se mêler avec forces aux siennes. Une fois que ses gestes et toute son attention ne seraient plus rivées sur la meilleure façon et la plus rapide de se débarrasser des vêtements qui les encombraient. Ici, dans cette salle un peu à l'écart, Kazuma laissa le brun montrer ce dont il avait envie -enfin, peut être, c'était intéressant de le voir s'y essayer, et lui répondait avec l'envie et l'adresse nécessaire pour lui faire comprendre que quoi qu'il s'agisse, il était aussi partant pour s'y adonner. Une fois les murs quittes de ce qu'ils avaient à y faire, ils finirent par terre, le tatoueur essoufflé d'avoir donné de sa personne comme ça. Ça au moins, ça ne demandait pas de prise de tête ou de conscience comme ce qu'Elias demandait jusqu'ici. Il renfila le bas, histoire d'avoir quelque chose sur les fesses s'il fallait déguerpir, et tenta de calmer le feu en lui qui faisait parfois des siennes quand il passait aux choses charnelles pendant un moment. Il fixa les flammes faibles et leur reflet au plafond, avant d'en revenir à une question plus basique et moins philosophique.

« Tu n'avais jamais fait tout ça avec un homme avant, hein. »

Au final c'était plus une observation. En tout cas pas un jugement, franchement pas. Sans doute que la fin du Monde débloquait quelques préjugés sur la virilité. Ça serait pas le premier.

« Tu en penses quoi ?»

Il demanda, par curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Kazuma (renom, honneur, prime)
» Kazuma the skyrider.
» Mort de Kazuma
» kazuma shun
» La Perfection s'absente

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Herne Bay :: The Kings Hall-
Sauter vers: