AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Lun 31 Oct - 18:47

The perfection of art is to conceal art
Depuis quelques semaines qu'Elias était arrivé à Canterbury, on aurait pu croire qu'il s'était habitué au lieu mais non, il était clairement perdu. Avec l'arrivée d'un groupe de militaires dans les parages, il avait discuté avec l'équipe de défense de Whitstable et, sans information sur les objectifs de ce nouveau groupe, il avait été décidé de parer à toute éventualité. Évidemment, personne n'imaginait qu'une guerre ouverte pouvait éclater entre les deux camps - en tout cas, pas Eli - mais il risquait d'y avoir conflit devant la pénurie des ressources. Du coup, l'italien était parti sillonné la ville à la recherche de matériel qui pourrait être utile pour assurer la sécurité des vivants contre les zombies et voilà, il ne savait pas exactement où il avait atterri ni même le chemin à prendre pour rentrer. Il finit par stopper son véhicule devant l'entrée, majestueuse d'un bâtiment et sans vraiment savoir pourquoi, il y entra après s'être assuré qu'aucun indésirable n'était dans le coin.

L'intérieur n'était pas - ou plus - à l'image de l'extérieur, c'était le moins qu'on puisse dire. Tout avait été saccagé mais le destin étant joueur avec lui, le technopathe remarqua bien vite qu'il restait des bouteilles d'alcool. Et voilà, tout le monde n'arrêtait pas de se plaindre qu'il aimerait bien boire et le seul qui ne devait pas se laisser tenter était aussi celui qui trouvait des bouteilles. Il échappa un soupir et hâta ses pas plus avant, se demandant quand même s'il pouvait y avoir quelque chose d'intéressant et il tomba sur une galerie d'art, presque intacte. Ça semblait tellement incongru au vu de la situation que le jeune homme s'attarda un moment. Sans être son passe-temps favori, il avait appris à apprécier l'art à force de côtoyer toutes sortes d'artistes et ça lui semblait être un petit pan de son passé. En quelque sorte et en tout cas, ça faisait du bien. Pendant quelques minutes, il en oublia le monde extérieur et la ruine qu'était devenu le monde.

Jusqu'à ce qu'un bruit le mette sur ses gardes, au bout de la galerie. Il ne voyait rien pour le moment mais il était certain de ne pas être seul et sortit son flingue, à l'affût du moindre danger. Merde, merde et encore merde... il avait été imprudent et, bien évident, le bruit venait de la seule entrée, il n'avait donc pas le choix. Il avança donc prudemment... et baissa son arme quand il fit face à un asiatique qu'il avait déjà rencontré et qui semblait encore bien vivant. S'il s'était attendu à ça, tomber sur le gars à qui il avait demandé d'effacer un tatouage, celui qui représentait son passé de délinquant.

"Mr Kurosawa, en voilà une surprise."
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016

» messages : 755

» points : 579

» avatar : Miyavi

» multicomptes : Connichieur & Morphinou



» pouvoir : Torche humaine

MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Mer 9 Nov - 0:01

Le lieu était pitoresque, dénudé, saccagé... les ruines d'une ville qui n'avait probablement jamais été en phase avec la modernité, qui devait accueillir des touristes et des étudiants en quête d'histoire plutôt que des gars dans son genre. Ca avait son charme, surtout en pleine apocalypse, à n'en pas douter. Il était bien sûr d'avantage à sa place au coeur de Londres et de Soho sur ce continent, bien plus qu'ici. Mais Kazuma avait décidé de bouger pour ne pas perdre la tête. L'ennui, c'était le pire des ennemis. Et il s'était retrouvé ici en voulant rejoindre la mer. Voyager avait un coût et comme il ne frayait pas avec beaucoup de monde, faire du stop n'était pas très indiqué. Il avait trouvé un véhicule qui l'avait ammené jusque là et avait rendu l'âme peu après. Alors il s'était installé. Dans un vieux bâtiment aux abords de la ville...

Ce soir là il était en quête de nouveauté. Il n'avait pas tellement cherché à nouer des liens avec la population locale, celle qui parlait le moins lui servait d'entraînement plus qu'autre chose, il s'agissait de ne pas rouiller non plus. Quand il pouvait, il se servait de leur sang autrement. Il restait un artiste dans l'âme. Créer empêchait les gens de devenir fous et il n'échappait pas à la règle. Ca et se défouler au rythme de sa lame. Quelle belle découverte il avait fait. Sur ses pas il vit une porte encore fermée, et décida de la passer. Il n'était pas venu là encore et apparemment peu de gens avaient eu l'idée de s'introduire ici. Une galerie, encore sur pieds qui plus est ! Ca et là traînaient encore des bouteilles d'alcool qui avaient peut être servi à un vernissage. Il en ramassa une et la déboucha pour la vider de quelques gorgées au goulot. Le raffinement, c'était pour quand il avait été host dans un club. Sans ça il avait plus les manières du gamin des rues et du voyou qu'il avait été. Il sourit en y repensant et en observant une peinture abstraite de mauvaise qualité. C'est alors qu'entendant des pas derrière lui, il se retourna. Quelle surprise d'entendre son nom prononcé par ce visage familier. Il haussa un sourcil et fit travailler sa mémoire, bonne heureusement, avant de se rappeler.

« Elias... C'est bien ça ? »

Il remettait le gamin qui l'avait sollicité pour une création. Ca datait de cette période où il était venu exercer à Londres après être rentré au pays quelques mois. Il aimait voyager plus que tout, contrairement à beaucoup de ses compatriotes. Son métier et son succès -modéré mais bien là- le lui permettait, et il s'invitait parfois dans des ateliers d'artistes moyennant un loyer. Il se rapprocha nonchalant, bouteille à la main et sabre à la ceinture, du nouvel arrivant.

« De tous les coins perdus de cet archipel il a fallu qu'on se retrouve ici. Le destin ? »

Il n'y croyait certainement pas et ne voyait pas leur rencontre comme quelque chose qui aurait pu le provoquer même s'il existait. Pour le tatoueur, l'autre était un visage parmi tant d'autres. Un très joli visage certes, mais rien de plus à ses yeux. Il prit le bras qui avait été un jour sa toile et examina son travail d'un œil critique avant de le relâcher et le regarder lui. Parfois il oubliait l'humain derrière la toile animée. Il lui sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Dim 13 Nov - 22:13

The perfection of art is to conceal art
S'il y avait bien une personne qu'Elias ne se serait jamais attendu à revoir, c'était bien l'homme qui lui faisait actuellement face. Ce n'était pas pour rien qu'il l'avait choisi lui et non un artiste londonien ou encore son tatoueur habituel pour effacer un pan de son passé, un pan dont il ne parlait jamais et dont il n'était pas particulièrement fier, même si ça définissait maintenant ce qu'il était devenu. Il se doutait bien que l'asiatique s'en moquait royalement mais pour lui, c'était s'être dévoilé devant un parfait inconnu, chose qu'il ne faisait jamais, surtout quand ça touchait de si près ses blessures passées. Et c'était pour éviter toute gêne qu'il avait espéré ne pas le recroiser. Sauf qu'il y avait aussi longtemps qu'il avait appris combien le destin était joueur, il en avait une nouvelle preuve devant les yeux. Et le fait que le tatoueur se souvienne de son nom ne faisait qu'accentuer son léger malaise. Pff, c'était vraiment ridicule comme réaction, il en avait conscience. Comme si, au milieu du capharnaüm ambiant, son passé était la seule chose qui importait ! Mais le savoir ne l'aidait pas plus que ça, si ce n'est à tenter de cacher ce qu'il ressentait.

"C'est bien ça, oui."

Il le laissa ensuite se saisir de son bras pour regarder le tatouage qu'il avait superposé à l'ancien. Le résultat allait au-delà des espérances de l'italien qui s'était attendu à un dessin, peut-être un peu trop grossier, pour cacher la misère qui se trouvait dessous mais c'était sans compter sur le talent du japonais qui avait fait un excellent boulot. Elias n'avait donné que peu de directives et le brun avait pu laisser parler son art, pour leur satisfaction à tous les deux.

"Le hasard est parfois surprenant. Je vous pensais rentré au Japon."

Et Elias en était sincèrement désolé pour lui. Non seulement, il devait avoir le mal du pays et, en plus, le jeune homme imaginait que son île avait été épargnée par tout ça. En tout cas, il avait du mal à imaginer comment les explosions avaient pu les impacter mais c'était peut-être bien son manque d'informations qui le faisait penser ainsi. C'était juste difficile d'imaginer que la Terre entière était dans cet état-là, sans aucun endroit épargné, nul espoir. Ça sonnait certainement utopique mais bon, l'italien l'était, il ne s'en cachait pas. Ça l'aidait à avancer et surtout, à ne pas se jeter de suite sur une bouteille d'alcool.

"Qu'est-ce qui vous a amené dans le coin ?"

Mouai, sa gêne se voyait clairement dans les questions idiotes qu'il posait. Elias n'était vraiment pas doué pour cacher ses émotions, ni pour engager la conversation quand ça cogitait dur dans sa tête. C'était évident que l'asiatique avait fui Londres et, comme beaucoup de réfugiés, Canterbury s'était trouvé sur sa route. Après tout, c'est ainsi que lui-même avait posé ses valises dans le coin, lorsqu'il avait trouvé un camp où il pourrait être utile, à défaut de se sentir moins seul.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016

» messages : 755

» points : 579

» avatar : Miyavi

» multicomptes : Connichieur & Morphinou



» pouvoir : Torche humaine

MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Jeu 24 Nov - 16:55

Lorsqu'il avait vu l'homme se présenter à lui avec son projet, il avait failli lui rire au nez. Plus que failli en fait. Il se souvenait peu de choses, mais en revoyant son travail sur la peau du brun il situait bien plus facilement l'acte qui s'était déroulé. Il n'effaçait pas les oeuvres d'un autre. Et il avait fallu beaucoup de persuasion pour qu'il la couvre, même s'il s'agissait de la transcender. Les erreurs appartenaient au passé et les effacer ne rimait à rien, ça n'effaçait ni les actes ni les marques qui restaient sur soi de bien d'autres façons. Autant assumer et prendre le parti d'en faire une force plutôt que de fuir selon lui. Alors oui il avait presque ri, et ce n'était pas la détresse de l'autre garçon qui l'avait poussé à retravailler ce tableau mais le challenge qu'il lui apportait. Le résultat était assez satisfaisant. Pas parfait, comment l'être avec une grossièreté comme point de départ, mais... C'était une de ses oeuvres malgré tout il pouvait avoir un peu de fierté. Il lui rendit son membre et détailla l'autre qui ne semblait pas ravi des retrouvailles. Quoi, est-ce qu'il l'avait choqué aussi, par dessus le marché ?

« J'y faisait des sauts de temps en temps, mais autant que possible, non. J'aime mieux voyager. »

Il avait été à de nombreux endroits grâce à son métier. Ca lui avait apporté l'occasion de travailler aux côtés de nombreux artistes autour du globe et partager leurs ateliers, leurs techniques, leurs influences. Il s'était forgé un nom à Tokyo c'était certain, surtout vu les milieux qu'il fréquentait. Mais c'était de l'autre côté de l'océan qu'il s'était réellement formé. Un avantage qu'il avait sur beaucoup de ses compatriotes au Pays d'ailleurs. Il savait avoir l'esprit ouvert et les idées larges, les yeux sur l'horizon. En l’occurrence, horizon il n'y avait pas mais une tête connue et une galerie délabrée. Sa bouteille toujours à la main il arpentait la pièce tout en écoutant le fameux Elias, et en répondant l'air peu préoccupé par ce qui se passait.

« L'art, pardi ! »

Il dit en tournant sur lui même et montrant ce qu'ils avaient autour d'eux.

« Enfin surtout la mer. On n'est qu'à quelques heures de marches des embruns, la nature et les châteaux, y'a rien de mieux pour l'inspiration. »

Il répondit avec un sourire énigmatique, avant de finir le fond qui restait d'une traite et la lâcher dans un coin où elle alla se briser. Il n'avait pas abandonné l'idée de créer, loin de là. Le monde ne s'était pas arrêté de tourner à ce qu'il sache, et sans ses créations, il n'aurait plus tellement grand chose pour l'occuper. Et s'occuper l'esprit c'était le meilleur moyen de ne pas devenir fou. Il fallait un but, même flou, pour avancer.

« Et toi ? Tu fuis ? Ou tu avances. »

Il s'était rapproché de lui pour cette dernière question. Il voyait bien qu'il mettait l'autre mal à l'aise. Est-ce qu'il se souvenait de sa façon de mêler conversation banale et gros sous entendus ? Pas moyen de se rappeler s'il y avait été sensible à l'époque ou s'il était juste pudibond celui là. C'était déjà bien qu'il se soit rappelé de son prénom et de leur rencontre. Il serait assez tôt de savoir s'ils allaient passer quelques heures à discuter ou à faire autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Sam 26 Nov - 22:50

The perfection of art is to conceal art
S'ils ne s'étaient pas trouvés dans un bâtiment délabré au milieu d'une ville qui semblait avoir subi une guerre - et d'ailleurs, c'était un peu le cas quand on y pensait - Elias aurait presque pu croire que tout était normal tant le japonais semblait ne se soucier de rien de ce qu'il se passait à l'extérieur. Comme si visiter cette galerie d'art était une activité courante par les temps qui couraient tout comme se rendre à la plage. En tout cas, il ne semblait pas mal vivre les choses, tout comme le fait d'être loin de chez lui et, certainement de ses proches. Encore que, s'il voyageait autant, c'était peut-être qu'il n'avait plus d'attaches dans son pays. L'italien en savait, somme toute, bien peu sur l'artiste. Quand il s'était tourné vers lui, il avait juste cherché à voir quel type d’œuvres il faisait et il s'était assuré qu'il travaillait en respectant les mesures d'hygiène élémentaires. Pour le reste, sa vie privée, il ne s'en était pas du tout préoccupé. Il n'était pas du genre curieux de toute façon, surtout qu'il évitait de donner des raisons aux autres de lui poser des questions auxquelles il ne voulait pas répondre. En attendant, le comportement du japonais avait un côté apaisant, comme si pour quelques minutes au moins, il était possible d'oublier la réalité. Et ce n'était pas pour déplaire au technopathe malgré sa gêne.

Par contre, la question suivante le déstabilisa complètement. Qu'est-ce qu'il sous-entendait par fuir ou avancer ? Était-ce une allusion à son ancien tatouage pour savoir s'il continuait les conneries de son époque de délinquance ? Ou quoi ? Le pire, c'est que même en faisant abstraction de ce que Kazuma voulait peut-être dire, Elias ne savait pas quoi répondre. Il n'avait pas l'impression de fuir. Au contraire même, il essayait de faire face à ses démons mais de là à dire qu'il avançait, c'était bien exagéré. Il se contentant de faire au mieux, jour après jour, et surtout de se concentrer sur les autres plutôt que lui-même. C'était plus simple et ça lui évitait de trop ruminer sur ses propres problèmes. De toute façon, ce n'était pas comme si y'avait pas une armée de morts-vivants qui les occupaient tous, presque à plein temps.

"Je ne fuis pas, ce n'est pas mon genre. Même si j'ai voulu effacer une partie de mon passé." se contenta-t-il de répondre.

L'asiatique était maintenant proche de lui et Elias se demandait ce qu'il cherchait. Mais très vite, il réalisa ce qu'il venait de dire. L'inspiration... cela voulait dire dire qu'il continuait de tatouer ? Non, c'était stupide, sans électricité y'avait pas moyen qu'il puisse faire quoique ce soit. A moins d'avoir un générateur quelque part ou... un don comme lui. Après tout, pourquoi pas ? En tout cas, ça donnait une idée complètement absurde au jeune homme, comme un coup de folie, l'impression de pouvoir faire quelque chose qui approchait de sa normalité pré-adolescence, comme une bouffée d'oxygène.

"Vous continuez votre art ? C'est... je sais que ça doit paraître étrange comme question mais vous seriez prêt à me faire un autre tatouage ?"

Il était prêt à lui laisser une nouvelle fois carte blanche, avec un thème quand même. Et la lutte contre soi-même lui semblait être parfait. Comme si c'était le truc qui lui manquait pour être certain de ne pas replonger. Alors oui, il allait sûrement passé pour fou mais il s'en moquait. A présent qu'il l'avait dit à voix haute, il trouvait son idée géniale même si compliqué à réaliser.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016

» messages : 755

» points : 579

» avatar : Miyavi

» multicomptes : Connichieur & Morphinou



» pouvoir : Torche humaine

MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Ven 23 Déc - 18:11

C'était prévisible, sa question avait laissé l'autre dans le vague. Ce n'était pas une histoire de jugement ou autre,  Kazuma ne se mêlait que rarement des histoires des autres et il n'allait pas commencer aujourd'hui, mais il avait une sainte horreur de ceux et celles qui se complaisaient dans leurs malheurs et regardaient en arrière. Et il y en avait déjà des tas bien avant que l'apocalypse dans lequel ils vivaient ne se déclare. Les gens tournés vers le passé, il les trouvait faibles et idiots. Mais qu'à cela ne tienne, Elias avait l'air bien décidé. Plus que ça il avait l'air de savoir ce qu'il voulait, même si c'était terriblement idiot de vouloir croire qu'on peut remplacer une trace faite par un autre. Ce tatouage, comme les épreuves,était là. Man up an go forward comme on disait. Que le brun en soit capable ou pas, ça...

« Pas de la même façon qu'avant. Enfin peut être que si, comme à mes débuts. Il n'y a plus personne pour réclamer les murs à présent. »

Il laissa l'autre respirer un peu et rejoignit un des pans de la salle pour décrocher les oeuvres qui se trouvaient là. Ça restait une salle d'exposition, pas vrai ? Il fallait que ça bouge un peu. Même s'il n'y avait plus beaucoup de monde pour admirer l'art ces jours ci.

« T'es pas sérieux... Tu sais qu'en temps normal le risque d'infection est élevé, tu feras quoi là si ton corps réagit mal ? »

Le manque de machine n'était pas un problème insurmontable. Si on voulait piquer, on pouvait, comme lui avaient montré les anciens auprès de qui il avait commencé à tatouer. Il suffisait de trouver les aiguilles et l'encre, le reste c'était du bricolage. Et depuis peu il avait gagné le moyen de stériliser à peu près tout et n'importe quoi donc ça au moins ça n'était pas un problème, mais l'entretien d'un tatouage demandait presque autant de précautions hygiéniques que la réalisation. Kazuma passa sa main sur le mur, satisfait, et puis il en revint à l'autre avec un sourire bien plus entendu que les précédents.

« Et puis, comment est-ce que tu comptes me payer ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Sam 31 Déc - 0:48

The perfection of art is to conceal art
A la réponse de l'artiste, Elias se rendait compte de la stupidité de sa demande. C'est vrai qu'il n'y avait pas vraiment réfléchi avant de la formuler à voix haute mais il faut dire que tout semblait tellement, presque normal en présence de l'asiatique que le jeune homme se prenait à rêver qu'un acte qu'il aurait fait avant pourrait lui permettre d'oublier, l'espace d'un instant, les tracas quotidiens. Et aussi puéril que cela soit certainement, peu importe les risques qu'il encourrait, il avait vraiment envie de le faire. De toute façon, leur espérance de vie à tous avait sérieusement chuté maintenant qu'ils étaient devenus des proies alors mourir d'une infection n'était pas la pire chose qu'il pourrait lui arriver. Sauf que cet argument-là n'était surement pas le meilleur pour convaincre Kazuma aussi l'italien le garda-t-il pour lui, prenant le temps de quelques minutes de silence pour réfléchir à sa réponse.

"J'ai des antibiotiques et, de toute façon, je sais que vous travaillez proprement. Je suis sûr que je réagirai très bien."

Bon, c'était pas tout à fait vrai. Les antibios, y'en avait un peu au camp mais jamais ils ne lui seraient donné pour un truc du genre. Et jamais il n'en demanderait d'ailleurs, il n'était pas assez égoïste pour ça. S'il prenait un tel risque, c'était à lui seul d'en assumer les conséquences, pas aux autres. Et il était prêt à le faire, un peu plus à chaque minute qui passait même si ce n'était là qu'un coup de tête. Il regarda le tatoueur déplacer les tableaux comme si la galerie lui appartenait, amusé de le voir agir ainsi et perturbé par le personnage. Il avait un tempérament étrange, joueur à n'en point douter mais Elias n'arrivait pas à voir ce qu'il cherchait. Tout comme il se demanda s'il y avait vraiment un double-sens à la question qu'il venait de poser. Non, c'était stupide, son imagination lui jouait des tours, voilà tout.

"Et bien, je pourrais peut-être bricoler vos outils pour les améliorer, un générateur ou un truc du genre. J'ai un peu de talent dans le domaine, ça peut être utile. Tout dépend de ce dont vous avez besoin."

Il ne savait pas précisément ce qu'il serait capable de faire ni même ce que l'artiste pourrait lui demander mais que pouvait-il bien proposer d'autres ? Ce n'était pas comme si l'argent avait une quelconque valeur à présent. Ou alors pourrait-il peut-être proposer de la nourriture mais là encore, il ne préférait pas puisque, d'une façon ou d'une autre, ce serait en priver le camp.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016

» messages : 755

» points : 579

» avatar : Miyavi

» multicomptes : Connichieur & Morphinou



» pouvoir : Torche humaine

MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Ven 13 Jan - 21:39

La présence de l'autre et son souhait amusait Kazuma à un point assez inespéré sur cette Terre désolée. Quoi qu'on pouvait trouver son bonheur un peu partout, ici. Malgré le manque de certains outils et de confort, il y avait toujours des activités à pratiquer. Et se retrouver seul avec soi même n'était pas toujours une mauvaise chose. Surtout lorsqu'on était un brin chaotique comme lui. Quand il voulait frayer avec ses semblables, il le faisait. Et de bon coeur en plus. Mais s'il avait envie de s'échapper pour contempler la nature ou le désastre créé par la main de l'Homme lui même ? No problem. Kazuma savait aussi parfaitement se défendre, et tomber des corps inanimés avait rapidement pris un autre sens que son sens premier, bien qu'il n'y prenne pas un plaisir sadique, il tirait un certain réconfort de mettre au repos des bêtes torturées. C'était comme ça qu'il les voyait parfois, les autres. Ils n'étaient plus humains. Ceux qui n'avaient pas encore trop décomposé, peut être qu'il y aurait pu avoir une rémission pour eux. Mais ceux qui ressemblaient plus à des cadavres tenant debout... Kazuma n'était pas non plus naïf, il savait que n'importe quel gouvernement préférerait faire peau neuve et raser tout que d'essayer de tirer de là tombe des gens bien trop enfoncés dedans.

Il jaugea l'autre qui lui assurait que tout irait bien, malgré la fin du monde. Des antibiotiques, c'était une chose, mais il n'avait jamais vu de sales réactions allergènes, ce n'était pas comme s'il avait le dernier cri en matière de produits sous vide. On pouvait toujours faire à l'ancienne pour l'aiguille, et la stériliser mais l'encre ? Kazuma ne se souvenait pas du brun comme d'un idiot ou un idéaliste, peut être qu'il avait simplement parlé sans réfléchir. Tout comme il n'avait pas réfléchi à deux fois au moyen de paiement que kazuma sous entendait. Il caressa encore le mur blanc qu'il venait de déblayer, et passa Elias en direction de la sortie.

« Hm, je n'ai pas pris mes outils avec moi en partant de Londres. Quelques aiguilles, et c'est tout. Mais ça se bricole... le plus dur c'est l'encre. Si tu m'en trouves, je verrai ce que je peux faire. »

Il alla reprendre son bras pour observer à nouveau son travail et le reste de sa personne, allant jusqu'à se rapprocher en souriant, les yeux baissés. Il releva le menton et croisa son regard.

« Tu as déjà une idée ? Tu es le genre à savoir ce que tu veux mais peut être que pour une fois, tu pourrais te laisser guider. »

Il posa une main plus douce qu'on aurait pu l'en croire capable sur la joue de l'autre, un moment, dans une caresse, et puis il le laissa. Il franchit le pas de la salle d'expo en récupérant ses affaires, son sabre à la main, il enfila rapidement sa saccoche sur le dos et pris les devants.

« Ce soir j'ai plutôt envie de peindre ce mur. Tu m'aides à trouver de quoi faire ? On pourra peut être s'occuper de ton corps après. »

Ou tu en as eu assez. La phrase se finissait comme ça mais il n'avait pas à le prononcer, son sourire en disait assez. Ou pas ? Il n'allait pas le forcer à rester avec lui, lui même était assez indépendant pour ne pas avoir à quémander. Et puis il l'avait peut être effrayé, qui sait. Kazuma se demandait à quel endroit il allait pouvoir se procurer de l'encre pour ce mec têtu, et pour son mur. Il avait déjà fait pas mal de tour en ville sans trouver grand chose mais ce côté là et ce quartier n'avait pas encore été exploré. Qui sait, peut être une librairie avec une photocopieuse, un supermarché avec des produits de déco, n'importe quoi qui puisse faire son bonheur, il était preneur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ; Cherokee Rose
» inscrit(e) le : 16/10/2016

» messages : 1426

» points : 3097

» avatar : Jackson Rathbone

» crédits : Tinker

» multicomptes : Coleen & James

» pouvoir : Technopathe

» appartenance : Whitstable Castle


Who I Am
» état de santé : Morsure à l'avant bras gauche
» inventaire : Révolver, couteau, désinfectant, lampe de poche, TalkieWalkie
» compagnons de route :
MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Lun 16 Jan - 0:45

The perfection of art is to conceal art
Quel étrange bonhomme que ce Kazuma. Plus il restait avec lui et moins Elias arrivait à le cerner, c'était assez déstabilisant. Certes, il n'était pas un spécialiste de la nature humaine mais de là à nager dans le brouillard le plus complet, c'était vraiment perturbant. Il avait l'impression d'être une souris prise dans les griffes du matou, se demandant bien où tout ça allait les conduire. En tout cas, peu importe ce que l'artiste disait pour le décourager dans son projet complètement dingue, il n'avait pas l'intention de se rétracter. C'était aussi, bêtement, pour ne pas perdre la face. Pourtant, aussi déterminé qu'il pouvait être parfois, ça ne lui ressemblait pas d'être ainsi obstiné. Il était d'un naturel plutôt raisonnable en temps normal - enfin, quand ça ne concernait pas l'alcool en tout cas - mais justement, il avait besoin d'un brin de folie, si l'on pouvait appeler ça comme ça, pour oublier tous ses soucis. Et avoir l'impression de reprendre les rênes de sa vie. Ça pouvait paraître étrange à beaucoup et il aurait été bien incapable d'expliquer ce qu'il ressentait mais se faire faire ce tatouage lui donnait cette sensation de retrouver un brin de contrôle. Tant pis s'il passait pour un idiot à cause de ça.

"J'ai bien une idée mais elle n'est pas précise. Alors je veux bien me laisser guider."

Pourquoi avait-il cette sensation, en disant ça, de refermer, lui-même, le piège que l'asiatique avait mis en place ? Ça avait été fugace mais cette main sur son visage... non, Elias ne pouvait pas se faire des idées à ce point. Entre les sous-entendus un peu plus tôt et ce geste, le tatoueur semblait lui faire passer un message que l'italien n'était pas certain de vouloir comprendre. Il n'aurait même pas su dire s'il se sentait flatté ou simplement gêné d'une telle attention. Heureusement, ça n'a duré qu'un fugace instant et l'artiste reprit le large, récupérant ses affaires pour se mettre à la recherche de quoi peindre, non sans avoir fait une nouvelle allusion. Il en fallait plus à l'italien pour fuir aussi le suivit-il, sans toutefois réagir à sa dernière phrase, ne sachant pas quoi répondre.

"Il y a un lycée dans le quartier, vous devriez trouver votre bonheur. Je doute que ce genre de choses ait été pillé."

Il se dirigea ensuite vers la sortie, passa devant l'asiatique comme il l'avait fait plus tôt avec lui et prit les devants. Il essayait de montrer une certaine assurance mais il n'en était rien. D'autant que même s'il savait qu'il y avait un établissement scolaire dans le coin, il n'avait aucune idée de la façon de s'y rendre. Il avait atterri dans la galerie par pur hasard, après avoir perdu son chemin... la situation n'avait pas changé par miracle. Peu importe, ils tourneraient dans le quartier jusqu'à trouver. Et peut-être même trouveraient-ils plus intéressant ? Comme une boutique de tatouage, par exemple ? Ok, c'était croire au Père Noël dans ce quartier plutôt résidentiel mais il devait bien y avoir eu un tatoueur dans Canterbury avant tout ça, non ? Pour trouver l'encre nécessaire, il fallait bien qu'Elias y croit un peu. En attendant, il récupéra son véhicule et s'installa au volant, attendant que Kazuma le rejoigne.

"Je ne connais pas exactement la route donc on risque de tourner un peu. J'espère que ça ne vous dérange pas."

Il mit ensuite le moteur en route et démarra.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t148-elias-acciaro
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 26/10/2016

» messages : 755

» points : 579

» avatar : Miyavi

» multicomptes : Connichieur & Morphinou



» pouvoir : Torche humaine

MessageSujet: Re: The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]   Sam 28 Jan - 1:40

Kazuma aimait avoir le champs libre pour travailler. Bien sûr, une base pouvait toujours déclencher l'inspiration par moment mais si le client ne faisait pas un minimum confiance à l'artiste et voulait quelque chose de précis et réducteur, pourquoi le choisir lui ? Il aimait s'exprimer à travers ses oeuvres. Il n'était pas une simple main exécutrice, même s'il avait bien dû s'exercer à la copie un moment avant de pouvoir réellement parler de créations, ce n'était pas pour ça qu'il était fait. Et le brun avait déjà éprouvé les limites avec sa première requête. Il avait du comprendre qu'aussi ouvert que le japonais pouvait être, il n'était pas né celui qui le ferait aller contre son gré.

Il sourit et monta en voiture avec lui. Outre ça, rien ne le dérangeait vraiment et son sourire avait beau être énigmatique, il était bel et bien là. Ça n'était pas comme s'il avait un rendez vous ailleurs, ces jours ci. S'il n'y avait pas eu de difficultés de confort liées au nouveau monde dans lequel ils vivaient maintenant, et le combat pour survivre et manger... Vivre au jour le jour ne le contrariait pas le moins du monde.

« Un chauffeur, c'est tout sauf surfait.»

Il dit simplement en s'installant confortablement. Ce Elias, tout de même. Il n'avait pas conscience des réalités. Libre à lui de gaspiller du fioul pour ses beaux yeux, et ne pzs craindre une seconde qu'on se retourne contre lui pour le dépouiller. C'était terriblement naïf mais à force, le tatoueur et artiste se demandait si ça ne le caractérisait pas carrément. Complètement... Et pourtant il était toujours en vie. Les plus naïfs n'étaient sans doute plus là pour parler, c'était qu'il devait avoir autre chose qui le maintienne parmi eux.

Kazuma observa son chauffeur puis la route, jusqu'à ce qu'il l'amène au bâtiment escompté. Non sans l'observer sous toutes les coutures. L'autre n'avait certes pas répondu à ses provocations mais il n'avait pas non plus eu de réactions allergique, il ne savait donc pas trop quoi en faire et restait curieux comme un félin intrigué. Ils descendirent une fois avoir pris soin de vérifier que le bruit du carosse n'avait ammeuté personne, puis pénétrèrent dans le bâtiment qui avait déjà été visité, et pas de la façon la plus calme. Il fallait espérer que ses occupants aient pris la fuite, plutôt qu'ils n'aient ajouté au nombre de marcheurs dans les rues. Mais il était vrai qu'on croisait peu d'enfants sur les routes. Et en même temps, le coin n'était peut être pas très jeunement peuplé. Après plusieurs classes sans grand intérêt, Kazuma repera une pièce qui ressemblait plus à un atelier d'art, peut être une classe d'art plastique, qui sait. Il s'y engouffra sans prévenir.

« Je comprends mieux pourquoi tu es encore des nôtres. »

Il observa tout en allant voir au fond se la salle la porte qui ouvrait sur la réserve, sans doute.

« Tu es plus malin qu'il n'y paraît. »

Plus malin que lui, question de point de vue. Sans aller jusqu'à savoir d'avance ce qui allait se passer, l'instinct du jeune homme gardait sa main assez proche de son sabre pour que lorsqu'il eut ouvert la porte et libéré son occupant qui s'était sans doute réfugié déjà mordu la dedans, il ne soit pas débordé. Kazuma lutta décemment contre celui qui en avait après sa chair humaine avant de trancher plus ou moins proprement sa tête, le tout retombant au sol. Il n'était plus aussi affecté qu'au départ. Il voyait ces créatures comme des animaux bizarres plus que comme les humains qu'ils avaient été. Il essuya sa lame et se tourna vers Elias avant d'aller voir le butin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The perfection of art is to conceal art [Kazuma - Elias]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Kazuma (renom, honneur, prime)
» Kazuma the skyrider.
» Mort de Kazuma
» kazuma shun
» La Perfection s'absente

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Herne Bay :: The Kings Hall-
Sauter vers: