AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Learn when to speak, and when to run [ Ulysse - Connie ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1751
» points : 1638
» avatar : Caleb Landry Jones
» multicomptes : Cecilou, Thomas, Morph, Kazu <3

» pouvoir : Polymorphie
MessageSujet: Re: Learn when to speak, and when to run [ Ulysse - Connie ]   Sam 28 Jan - 1:49

L'humiliation, la sensation que le sang qui vous monte à la tête va finir par transpirer par tous les pores de votre peau et que vous pourriez vous liquéfier de honte sur place si c'était possible, tout ça... Connor Egern connaissait. Quoi que généralement il bravait les tempêtes et affrontait du regard avec bravades à la clef ses attaquants, quand son attaquant était sa propre conscience et petite voix intérieur qui vous ridiculisait... Il ne faisait pas le poids. Lui qui se moquait des adolescents en fleur depuis un âge bien trop jeune pour être cynique hein. Lui qui avait fait passer méninges avant chtupre pendant maintes années... Au moins voyons le bon côté des choses, il avait des courbatures douloureuses partout qui par moment le rappelait à la terre ferme et pas aux maints questionnements de ce qu'il allait bien pouvoir faire ou dire après. La voix d'Ulysse, aussi. Qui essayait. C'était cool de sa part. Même si là s'il avait pu partir ça aurait facilité beaucoup de choses pour Connie. Oh, ça aurait aussi fait un mal de chien d'être rejeté. Mais un mal auquel il s'était habitué, plus ou moins. Mais non... Ulysse était gentil. Bizarrement gentil. Il comprenait ? Le rouquin -rouquine- ne comprenait pas ce qu'il comprenait. A part... Qu'il était peut être un peu comme lui. Mais c'était pas son inconscient qui le transformait en adolescente fragile pas vrai ? C'était plus cool, obligé...

« J'suis... Tordu. J'le sais. »

Il l'avait dit tout bas, parce que c'était la première fois qu'il l'avouait à voix haute. Il avait déjà répertorié ce genre de mutation dans ses carnets. Les rares humains qui avaient survécu et muté au cours de ses rencontres s'étaient révélés une source de curiosité pour lui bien sûr, mais d'inquiétude aussi. Le rouquin ne pouvait pas s'empêcher de voir une sorte de logique dans l'attribution génétique façon loterie de comics Marcel et compagnie. Et s'il y avait vraiment une logique, qu'est-ce que ça faisait de lui ? Parce qu'il avait jamais été bien dans sa peau, son corps avait trouvé un moyen d'y échapper ? Les explications scientifiques avaient toujours plus de poids. Et outre ça,il avait de la peine... Et du mal à croire les mots de l'autre, parce qu'il n'y croyait pas lui. Mais son geste appuyait ce qu'il disait pourtant. Il ne lui avait pas mis un pain dans la tronche, crié dessus ou quoi. Il le touchait, là. Il était pas... A quoi s'était il attendu, du dégoût ? Petit à petit, le jeune journaliste se calma et ses tremblements aussi. Et sa forme initiale revenait petit à petit, lancinante mais rassurante. Rassuré par le calme et la main de l'autre jusqu'à ce qu'il puisse respirer à nouveau tranquillement il se passa un moment. Moment pendant lequel Ulysse avait continué à parler.

« Tu le penses pas... »

Il dit douloureusement, malgré lui, un petit rire triste de dérision.

« Personne de sain d'esprit préférerait ma tronche à... A celle là. »

On sentait la dérision dans son ton, ses sourcils vers le haut qui espéraient le contraire. Il releva sa tête dépitée vers l'autre. Oui bon, il exagerait peut être dans le mélodrama qu'il faisait pour se protéger sans doute, mais il pouvait les compter sur les doigts d'une main les gens que ses traits ne rebutaient pas. Il se mordit les lèvres avant de diriger ses yeux vers les siens.

« T'as pas envie de me mettre un pain ? Tu... T'es sérieux là ? »

C'était une vrai question, parce que lui même il se serait planté là et serait retourné à sa vie et ses affaires. Pas seulement parce que c'était un mec chelou qui prenait l'apparence d'une fille pour quelque raison que ce soit, mais surtout parce qu'il se comportait en chouineur et que lui même ne supportait pas ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t72-connie-hate-me-and
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 15/09/2016
» messages : 1436
» points : 2098
» avatar : François Arnaud
» multicomptes : Gali la trouillette, Oscar le faux mignon,Felice la badass et Jesus le jesus.

» pouvoir : GPS
MessageSujet: Re: Learn when to speak, and when to run [ Ulysse - Connie ]   Dim 5 Fév - 23:26

Tordu... Bah... Si Connie avait besoin de le croire, il n'allait pas le contredire. Ulysse avait haussé les épaules, une fois encore. S'il savait le nombre de types totalement tordus qu'il avait connus... le rouquin était loin de faire partie des pires. Vraiment loin.

"Bah... peut-être que j'suis pas sain d'esprit non plus alors."

En même temps, ça non plus, c'était pas une nouveauté. Ulysse l'avait avancé sur un ton égal. En fait, il s'en fichait surtout totalement de sa tronche. C'était surtout de le savoir dans une autre apparence qui le mettait mal à l'aise. Et de savoir que ça n'était pas la sienne. Quand à celle qu'il préférait... Ouais, non, il n'avait pas franchement d'opinion.

"Si j'avais envie de te mettre un pain, crois-moi, j'me serais pas privé pour le faire."

Il inspira et expira bruyamment. Petit à petit, le rouquin semblait reprendre son apparence. Sa contenance, c'était moins sûr.

"Allez viens."


Grommela-t-il en le tirant un peu par le bras. Ils se remirent en chemin sans laisser d'avantage le temps à Connie de s'angoisser sur il ne savait trop quoi. Ulysse n'était pas à l'aise pour rassurer les gens ou les consoler. Pas avec des mots en tout cas. C'était pas son truc. Surtout quand il voulait bien faire. Il ne comprenait jamais vraiment ce que les gens attendaient de lui. Là, par exemple, il ne comprenait pas vraiment. Mais il savait que certaines choses aidaient. En tout cas, qu'elles aidaient certaines personnes. Qu'elles l'aidaient lui. Ils marchèrent un moment en silence avant d'arriver devant un tas de débris qu'il ôta à la hâte. C'était là qu'il planquait sa moto. Car il ne suffisait plus à présent d'avoir une clé pour la démarrer. Trop de gens savaient utiliser des engins comme ça en trifouillant les câbles et il était hors de question qu'on la lui vole. Elle était bien trop précieuse.

"Tu m'excuseras, j'ai plus de casque. Mais je t'en prie, monte."


Lâcha-t-il après avoir lui-même enfourché la moto. Ca faisait quelques mois qu'il avait viré le casque au profit d'une bonne cachette pour de la bouffe et d'autres bricoles. Le brun attendit que Connie monte avant de faire tourner le moteur. Neptune, habitué, grimpa entre les deux. Les quelques zombies qui marchaient au loin, attirés par le bruit, hâtèrent le pas. Mais en moto, ce n'était pas difficile de slalomer entre eux.

Ils roulèrent un moment, avant d'arriver près d'une église à moitié en ruines. Ulysse ralentit avant de s'y arrêter. Il avait repéré l'endroit il y avait quelques temps déjà et avait dormi là quelques nuits. Il lui restait encore quelques réserves. Par chance, personne n'était venu. Et l'endroit était tellement perdu qu'il était dépourvu de zombies autant que de vie.

Neptune sauta de la moto et ils descendirent tous deux. Ulysse s'avança et sortit les quelques provisions qu'il planquait ici.

"Y'a de quoi se faire un festin ici. Encore mieux que la machine à café. Et de quoi picoler aussi..."

Sa main leva une bouteille de gin encore pratiquement pleine. C'était loin d'être ce qu'il préférait mais il ne faisait plus la fine bouche, comme pour la nourriture.

"Ca fait du bien parfois de s'éloigner un peu de ... l'agitation de la ville."
Il sourit en se rendant compte que ce genre de phrase faisait clairement cucul. C'était le genre de truc que disaient les gens stressés, avant.

"Enfin moi, ça me fait du bien.J'espère qu'à toi aussi. "

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ; Days Gone Bye
» inscrit(e) le : 18/09/2016
» messages : 1751
» points : 1638
» avatar : Caleb Landry Jones
» multicomptes : Cecilou, Thomas, Morph, Kazu <3

» pouvoir : Polymorphie
MessageSujet: Re: Learn when to speak, and when to run [ Ulysse - Connie ]   Mar 7 Fév - 21:34

C'était comme s'il s'était vu d'en dehors de son corps et s'il avait pu, Connie se serait foutu trois claques à l'instant. C'était pas permis d'être aussi niais et pathétique. Et pourtant il s'enfonçait dans le pathos à une vitesse vertigineuse. Ses courbatures passaient doucement, mais il avait quand même un goût amer dans la bouche après ce qui venait de se passer. Se ridiculiser devant ce type qu'il trouvait si cool en un rien de temps alors que jusqu'ici il avait l'air de si ce n'était te respecter, au moins pas t'envoyer chier. Bravo Egern, encore une belle preuve de ton inaptitude dans les relations humaines. Et il se faisait encore consoler. C'était le moment de crier au canular et dire qu'en fait il plaisantait ? Mais Ulysse chariait un peu et le consolait plus ou moins avec l'assurance qu'il l'aurait déjà frappé s'il avait dû. Au final...Oui. Ça le rassurait.

Connie suivit l'autre qui le hatait un peu sans trop comprendre. Mais il avait pas l'air de le rejeter, le reste, il s'en foutait un peu. Le rouquin tira une sacrée tête lorsqu'il vit l'autre dégager le véhicule de sa cachette. C'était un peu Noël avant l'heure ! Même si jamais de sa vie il aurait pu conduire un truc pareil, il pouvait déjà pas le soulever. Neptune avait l'air aussi ravi que lui et carrément moins surpris.

« J'y crois pas... Sérieux ! En plein apocalypse, toi t'as une moto !»

Le sourire et l'incrédulité de Connie étaient bien là. Il caressait le siège du véhicule. Et fut invité à monter. Une fois le chien installé et le bolide en route, le coeur de l'autre s'était mis à battre à nouveau. Il avait voulu faire le fier, mais les accélérations l'obligeaient à s'accrocher au dos du grand brun, occasion qu'il n'avait pas calculée mais qu'il remerciait silencieusement. Pathétique, mais ravi, il s'agrippa parfois d'avantage dans les tournants, inspirant à fond la liberté qu'Ulysse lui procurait, ainsi rassuré. Il n'oserait jamais lui dire ça... Ni le reste. Descendant du bolide, le suivant jusqu'à son trésor caché Connie avait l'impression qu'Ulysse n'avait pas changé le moins du monde d'attitude envers lui depuis un peu plus tôt. Peut être qu'il faisait ça pour signifier un truc. Qu'il le dérangeait pas mais... Que c'était bien comme c'était. Aucun moyen de savoir. Aucun moyen de demander et là le rouquin se sentait vidé, et trop content de la bonne compagnie. Il joua un peu avec Nept et se tourna vers son maître.

« T'es le roi, Lys... C'est la fin du Monde et t'es le roi !»

Il lui adressa un sourire en coin et le rejoint pour partager ce qu'il lui offrait. L'alcool lui monterait vite à la tête et il oublierait ses mauvaises pensées pour rire simplement avec lui, abordant des histoires ridicules appartenant au passé et anecdotes qu'il avait envie de partager avec le grand brun. Il se sentait trop bien. Il aurait pu s'endormir là, histoire de retarder son retour à la survie habituelle. Il aimait son autonomie oui... Mais avec Ulysse Acciaro tout était plus cool. Sur cette pensée, il reprit une gorgée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://betterhidebetterrun.forumactif.org/t72-connie-hate-me-and
 
Learn when to speak, and when to run [ Ulysse - Connie ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» "We can only learn to love by loving"
» Lordz Team Speak (NTW3)
» Lou-Ann; will you speak to her ?
» Segment Rey Mysterio
» Don't speak I know what you're thinking •• Sam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Better Hide, Better Run :: Canterbury :: Canterbury :: The University-
Sauter vers: